Recherche

prix méditerranée

Extraits

ActuaLitté

Littérature française

La nuit et des poussières

"Même si elles ne se fréquentaient pas beaucoup, Paloma avait toujours été proche de sa mère. Elles s'appelaient régulièrement. - Tu vois, lui confia-t-elle en sirotant un spritz en terrasse, il tourne en rond, il n'a plus vraiment de projets. - Ca va revenir, temporisa Sylvia. Avec ton père, ça n'a pas toujours été simple. Ca s'entretient l'amour... Vous, vous voulez... - Je t'en prie ! Ne me sors pas les conneries des magazines, la coupa Paloma en prenant une photo de son verre de spritz, avec, en profondeur de champ, la Méditerranée. Sur son téléphone, elle recadra l'image et la posta sur Instagram. Hashtag apéro, hashtag Cadaqués, hashtag spritz, hashtag Costabrava, hashtag weekend-sansenfantsnimari, hashtag laviestbelle." Dans un style concis, limpide, factuel, tendu, Jean-Baptiste Gendarme nous offre un grand récit de la solitude moderne.

02/2018

ActuaLitté

Actualité et médias

XXI N° 48, automne 2019 : Ciel, mon Europe ! Dans l'intimité d'un continent tourmenté

Des pages d'actualités, un portfolio, un long entretien, un documentaire commenté et illustré, des enquêtes... Celui que l'on ne voulait pas entendre PAR DOMINIQUE PERRIN Il avait tout pour se faire détester : un costume, un anglais fluide, un titre du FMI, une enfant hors mariage. En pleine crise, la Grèce en a fait son ennemi public n°1. Andreas Georgiou a révélé les vrais chiffres de la dette publique. Il paie le prix de sa " trahison ". le business de l'exil PAR JERÔME TUBIANA Il a quitté le Soudan à pied, vit aujourd'hui à La Chapelle, quartier pauvre de Paris. A chaque étape de sa migration, l'Union européenne a payé pour l'arrêter. Pour ne pas accueillir un étranger de plus, ses dirigeants ont armé des milices, financé des trafiquants, encouragé le naufrage de bateaux en Méditerranée. Et enrichi des multinationales de la sécurité et de l'armement. Un homme dans l'arène PAR BASTIAN BERBNER Un jour, une dame appelle Finbarr O'Brien, facteur dans un coin d'Irlande. Elle lui demande s'il accepterait de participer à des assemblées citoyennes, pour écrire la nouvelle constitution du pays. Une nouvelle vie commence.

10/2019

ActuaLitté

Littérature française

La théorie des aubergines

Lorsqu'elle perd son poste de rédactrice dans une agence de pub, Dija se voit proposer de rejoindre une entreprise d'insertion par la cuisine. L'atmosphère est chaleureuse et sympathique, les effluves délicieux et le casting relevé : il y a Véronique, l'infirmière en burn-out ; Jean, le grand timide ; Gérald, un repris de justice à la petite semaine ; Johnny-Bryan, un altruiste opposé à l'idée même de travail... d'autres personnages non moins attachants et hauts en couleur les rejoindront. Sous la houlette optimiste du chef Achour, convaincu des bienfaits de l'esprit collectif et de l'entraide, cette jolie assemblée d'âmes brisées va apprendre à s'apprivoiser en se réconciliant avec les saveurs de la vie. On retrouve la lucidité et la verve caustique de Leïla Bahsaïn, prix Méditerranée pour Le ciel sous nos pas, dans ce nouveau roman savoureux et généreux sur l'art de se réinventer. Comme une recette de bonheur pour les temps difficiles.

03/2021

ActuaLitté

Sciences politiques

Massoud, le rebelle assassiné

Figure de proue de la lutte contre les fondamentalistes, le commandant Massoud a été assassiné lors d'une opération-suicide en Afghanistan, l'avant-veille des attentats du 11 septembre 2001. Qui était véritablement le célèbre combattant ? Un simple résistant ? Un seigneur de la paix ? Un militant des droits humains dans un Orient ravagé par le fanatisme ? Un poète féru de vers persans et français perdu dans la guerre ? Vingt ans après sa mort, Olivier Weber, qui l'avait longuement rencontré et avait côtoyé ses partisans pendant une vingtaine d'années de voyages en Afghanistan, revient sur son message de paix et de concorde entre les peuples. Olivier Weber est écrivain-voyageur et grand reporter. Prix Joseph-Kessel, Prix Albert-Londres, Prix de l'Aventure, Prix du Livre européen et méditerranéen, il a couvert de nombreux conflits, de l'Afghanistan à l'Irak et à la Syrie, qui lui ont inspiré des récits de voyage, des romans ou des essais.

ActuaLitté

Littérature

Mauvaises herbes

Dehors, le bruit des tirs s’intensifie. Rassemblés dans la cour de l’école, les élèves attendent en larmes l’arrivée de leurs parents. La jeune narratrice de ce saisissant premier chapitre ne pleure pas, elle se réjouit de retrouver avant l’heure « son géant ». La main accrochée à l’un de ses grands doigts, elle est certaine de traverser sans crainte le chaos.

Ne pas se plaindre, cacher sa peur, se taire, quitter à la hâte un appartement pour un autre tout aussi provisoire, l’enfant née à Beyrouth pendant la guerre civile s’y est tôt habituée. Son père, dont la voix alterne avec la sienne, sait combien, dans cette ville détruite, son pouvoir n’a rien de démesuré. Même s’il essaie de donner le change avec ses blagues et des paradis de verdure tant bien que mal réinventés à chaque déménagement, cet intellectuel – qui a le tort de n’être d’aucune faction ni d’aucun parti – n’a à offrir que son angoisse, sa lucidité et son silence.

L’année des douze ans de sa fille, la famille s’exile sans lui à Paris. Collégienne brillante, jeune femme en rupture de ban, mère à son tour, elle non plus ne se sentira jamais d’aucun groupe, et continuera de se réfugier auprès des arbres, des fleurs et de ses chères adventices, ces mauvaises herbes qu’elle se garde bien d’arracher.

De sa bataille permanente avec la mémoire d’une enfance en ruine, l’auteure de ce beau premier roman rend un compte précis et bouleversant. Ici, la tendresse dit son nom dans une main que l’on serre ou dans un effluve de jasmin, comme autant de petites victoires quotidiennes sur un corps colonisé par le passé.

Lauréate du Prix « Envoyé par La Poste » édition 2020

Lauréate de la mention spéciale du Prix de la littérature arabe 2020 Lauréate du Prix France-Liban de l’ADELF 2020

Lauréate de la mention spéciale du Prix Phénix de Littérature 2020

Lauréate du Prix des lecteurs 2021 de l’Escale du livre

Finaliste du Prix Montluc Résistance et Liberté 2020

Finaliste du Prix Révélation de la SGDL 2020, catégorie « Grand Prix du Premier roman »

Finaliste du Prix Première 2021 de la RTBF

Sélection du Prix du roman Fnac 2020 Sélection du Prix Méditerranée 2021

Sélection du Prix littéraire de la Porte Dorée 2021

 

ActuaLitté

Littérature italienne

Borgo Vecchio

Mimmo et Cristofaro sont amis à la vie à la mort, camarades de classe et complices d’école buissonnière. Cristofaro qui, chaque soir, pleure la bière de son père. Mimmo qui aime Celeste, captive du balcon quand Carmela, sa mère, s’agenouille sur le lit pour prier la Vierge tandis que les hommes du quartier se plient au-dessus d’elle. Tous rêvent d’avoir pour père Totò le pickpocket, coureur insaisissable et héros du Borgo Vecchio, qui, s’il détrousse sans vergogne les dames du centre-ville, garde son pistolet dans sa chaussette pour résister plus aisément à la tentation de s’en servir. Un pistolet que Mimmo voudrait bien utiliser contre le père de Cristofaro, pour sauver son ami d’une mort certaine.L’intrigue est semblable à celle d’un livret d’opéra : violence et beauté, bien et mal se mêlent pour nous tenir en haleine jusqu’au grand final. Giosuè Calaciura est né à Palerme et il vit et travaille à Rome. Journaliste, il écrit régulièrement pour de nombreux quotidiens et diverses revues. Borgo Vecchio est son cinquième roman traduit en français. Il a remporté, lors de sa sortie en Italie, le prix Paolo Volponi.« La langue de Giosuè Calaciura est unique, objectivement unique : c’est une langue très belle, dense, poétique, baroque, traversée de constantes inventions métaphoriques. » Jérôme Ferrari« Borgo Vecchio est une fable mélodramatique qui fait penser aux œuvres les plus visionnaires de García Márquez. Le portrait d’une insularité méditerranéenne magique et extrême. »Goffredo Fofi, Internazionale

08/2019

ActuaLitté

Non classé

La loi de la mer

« Le ciel si proche qu'il vous tombe presque sur les épaules. La voix omniprésente du vent. La lumière qui frappe de partout. Et devant les yeux, toujours, la mer, éternelle couronne de joie et d'épines. Les éléments s'abattent sur l'île sans rien qui les arrête. Pas de refuge. On y est transpercé, traversé par la lumière et le vent. Sans défense. »

Un père et un fils regardent l'Histoire se dérouler sous leurs yeux, dans l'immensité de la Méditerranée, à Lampedusa. La loi de la mer est le récit de la fragilité de la vie et des choses, où l'expérience de la douleur collective rencontre celle, intime, du rapprochement entre deux êtres.
Pendant plus de trois ans, sur cette île entre Afrique et Europe, l'écrivain et dramaturge Davide Enia a rencontré habitants, secouristes, exilés, survivants. En se mesurant à l'urgence de la réalité, il donne aux témoignages recueillis la forme d'un récit inédit, littéraire et poétique, déjà couronné par le prestigieux prix Mondello en Italue. Après Sur cette terre comme au ciel, récompensé par le prix du Premier roman étranger, Davide Enia confirme son talent singulier et puissant.

09/2018

ActuaLitté

Non classé

La ballade de l'enfant-gris

C'est l'histoire de Jo', jeune interne en pédiatrie à la personnalité fantasque, à qui tout sourit. C'est l'histoire de No', un petit garçon de sept ans attachant et joueur, qui est atteint d'un mal incurable et ne comprend pas pourquoi sa maman ne vient pas plus souvent le voir à l'hôpital. C'est l'histoire de Maria, une mère secrète, qui disparaît à l'autre bout du monde au lieu de rester au chevet de son fils.
Un matin, dans la chambre de l'enfant, survient un drame qui lie à jamais le destin de ces trois êtres. Jo' devra tout quitter pour partir sur les traces de Maria et percer ses mystères. Inspiré par le choc ressenti lors de la disparition de l'un de ses jeunes patients, l'auteur livre une quête initiatique et poétique, semée de recoins obscurs qui s'illuminent. Un magnifique troisième roman, porté par des personnages profondément humains.

"Docteur et conteur [...], Baptiste Beaulieu sait raconter des histoires, faire rire et pleurer, conjuguant la trivialité et le merveilleux, la farce et le lyrisme." Astrid de Larminat, Le Figaro littéraire Médecin généraliste de trente ans, Baptiste Beaulieu est l'auteur d'un premier livre best-seller, Alors voilà : les 1001 vies des Urgences (Fayard 2013 ; Livre de poche 2015), qui a reçu le prix France Culture "Lire dans le Noir" et a été traduit en quatorze langues.
Son roman Alors vous ne serez plus jamais triste (Fayard 2015 ; Livre de poche 2016) a reçu le Prix Méditerranée des lycéens 2016. Son blog Alors Voilà, pour réconcilier soignants et soignés, compte plus de six millions de visiteurs.

09/2016

ActuaLitté

Littérature française

Je voulais leur dire mon amour

"Cela faisait plus de cinquante ans que je n'étais pas revenu en Algérie où j'étais né, d'où nous étions partis sans rien. J'avais si souvent répété que je n'y retournerais jamais. Et puis une occasion s'est présentée : un festival de cinéma méditerranéen auquel j'étais invité comme juré à Annaba, une ville de l'Est algérien, ma région d'origine. J'ai pris en décembre l'avion pour Annaba, j'ai participé au festival, je m'y suis senti bien, j'ai eu l'impression d'une fraternité nouvelle avec eux tous. Mais au moment où, le festival fini, je m'apprêtais à prendre comme convenu la route des Aurès pour revoir la ville et la maison de mon enfance, un événement est survenu, qui a tout arrêté, tout bouleversé. C'est le récit de ce retour cassé que je fais ici", Jean-Noël Pancrazi.

01/2018

ActuaLitté

litterature hispano-portugaise

Sa seigneurie

Sa Seigneurerie – Jaume Cabré

1799, novembre et décembre. Il n’arrête pas de pleuvoir sur Barcelone, la ville en semble paralysée. Mais la vie superficielle de l’aristocratie bourbonienne poursuit son cours. Son unique souci: fêter le changement de siècle sur le plan religieux et sur le plan civil. Te Deum à la cathédrale, réceptions dans les salons luxueux… L’assassinat d’une cantatrice française émeut le bon peuple et la bonne société. On arrête un suspect, on en fait le coupable. D’autant plus coupable qu’on trouve en sa possession un document qui peut entraîner la chute de « Sa Seigneurie », la plus haute autorité judiciaire de la Catalogne: don Rafel Masso, régent de l’Audience Royale. Au « je ne l’ai pas tuée » d’un accusé auquel on ne donne pas les moyens de se défendre fait écho le « je ne voulais pas le faire » du régent qui, lui, a bel et bien étranglé sa maîtresse et couvert d’or son jardinier pour qu’il cache le cadavre. Peu de temps s’écoule entre la confession du jardinier et celle du régent, c’est-à-dire de la vengeance de l’humble à la déroute du puissant. Assez de temps cependant pour que nous devienne familière une ville qui se reconstitue une santé en dépit et aux dépens d’une aristocratie aussi veule qu’abjecte. Prix Méditerranée 2004« James Cabré brosse le portrait d'une société corrompue à son crépuscule. Somptueux comme un opéra puccinien ou un projet viscontien, Sa Seigneurie (qui a reçu le prix Méditerranée Etranger) bénéficie d'une traduction d'une saveur enthousiasmante. Enfin une grandeur non usurpée. » Philippe-Jean Catinchi, Le Monde« Retenez bien le nom de ce romancier catalan, car on en reparlera. Sa Seigneurie est son premier roman traduit – excellemment – en français. La qualité littéraire époustoufle: intrigue saisissante pleine de rebondissements, longues phrases proustiennes alternant avec des dialogues truffés d'arrière-pensées et des monologues intérieurs, maîtrise des mouvements temporels et des flash-back, art de différer les réponses, de donner comme Balzac vie à une centaine de personnages, de ressusciter comme Dumas l'atmosphère d'une époque abolie: Barcelone entre 1795 et 1800, assez proche de la France pour que des écrits satiriques révolutionnaires y fleurissent contre les Bourbons et Godoy, le favori de la reine Marie-Louise de Bourbon-Parme. Cabré connaît le nom de chaque rue, et de chaque cloche de chaque église. » Jean-Charles Gateau, Le Temps

ActuaLitté

histoire du 20Ème siecle a nos jours

La traversée des Alpes ; essai d'histoire marchée

Le 6 septembre 2009, Antoine de Baecque se lance sur le GR5, un sac de dix-sept kilos sur le dos, pour un mois de randonnée solitaire à travers les Alpes, depuis le lac Léman jusqu’à la Méditerranée: six cent cinquante kilomètres, trente mille mètres de dénivelée, sept à neuf heures de marche quotidienne. De cette aventure, il a tiré un exercice d’histoire expérimentale mêlant études savantes sur les Alpes et l’aménagement de la montagne et recherche personnelle, par les pieds, attentive au corps. L’auteur raconte la genèse du GR5, tantôt chemin de pèlerinage, tantôt sentier commercial ou de contrebande, draille de la transhumance ou voie militaire. Il montre comment il s’est constitué en emblème, remontant à ses pionniers randonneurs, suivant ses aménageurs, proposant une typologie de ses usages et une sociologie de ses usagers. De plus, il fait le récit au jour le jour de cette grande traversée des Alpes qu’il a désiré éprouver lui-même. Il résulte de cette expérience une forme originale d’écriture de l’histoire, un essai d’histoire marchée. Née de l’avancée du randonneur, celle-ci rend compte de la progression le long d’un sentier et, dans la foulée, plonge dans l’histoire même de ce sentier, les strates multiséculaires laissées par les circulations alpines passées. Ainsi permet-elle au lecteur lui-même de suivre, au rythme de la marche, le chemin qui va dans la montagne.

Prix Ptolémée 2014
Prix Augustin-Thierry 2014

ActuaLitté

communication dans la famille

Le dialogue familial ; un idéal précaire

L’ouvrage montre comment les différents acteurs: conjoints, parents, enfants, adolescents, se débrouillent avec l’objectif paradoxal d’échanges égalitaires non seulement entre les sexes mais aussi entre les générations. Il rappelle que la question du pouvoir reste centrale au sein de la sphère privée, alors qu’est affirmé pour chacun l’objectif de sa réalisation personnelle et de son épanouissement. Pris dans ces tiraillements, le dialogue s’affirme d’autant plus comme une nécessité pour l’équilibre familial, mais il se révèle en bien des cas un idéal précaire. Gérard Neyrand, sociologue, est professeur à l’université de Toulouse, membre de l’équipe d’accueil Sports, organisations, identités (SOI), directeur du Centre interdisciplinaire méditerranéen d’études et recherches en sciences sociales (CIMERSS) à Bouc-Bel-Air.

ActuaLitté

grèce

20 Idees Pour Transformer Sa Deco

Nouvelle histoire de l’Antiquité1. Jean-Claude Poursat, La Grèce préclassique. Des origines à la fin du VIe siècle2. Edmond Lévy, La Grèce au Ve siècle. De Clisthène à Socrate3. Pierre Carlier, Le IVe Siècle grec. Jusqu’à la mort d’Alexandre4. Pierre Cabanes, Le Monde Hellénistique. De la mort d’Alexandre à la paix d’Apamée(323-188 av. J. -C. )5. Claude Vial, Les Grecs. De la paix d’Apamée à la bataille d’Actium(188-31 av J. -C. )6. Agnès Rouveret, Rome avant l’impérialisme7. Jean-Michel David, La République romaine. Da la deuxième guerre punique à la bataille d’Actium(218-31 av. J-C. )8. Patrick Le Roux, Le Haut-Empire romain en Occident. D’Auguste aux Sévères(31 av. J. -C. -235 apr. J. -C. )9. Maurice Sartre, Le Haut-Empire romain. Les provinces de Méditerranée orientale d’Auguste aux Sévères10. Jean-Michel Carrié, Aline Rousselle, L’Empire romain en mutation. Des Sévères à Constantin(192-337 apr. J. -C. )

10/1995

ActuaLitté

Littérature étrangère

Pluie de juin

En 1957, dans une église à Méziara, petit village du Nord du Liban, un massacre fut perpétré, faisant une centaine de victimes. C'était une vendetta entre familles chrétiennes, comme celles qui ont lieu ailleurs en Méditerranée, en Sicile ou en Corse. Jabbour Douaihy s'empare de cet événement pour explorer les sources de la violence qui ensanglante le Liban depuis des siècles. Son personnage principal, Iliyya Kfouri, était un enfant en bas âge quand son père a trouvé la mort au cours d'une tuerie commise à Bourj al-Hawa, village qui ressemble fort à Méziara. Afin de le protéger des rumeurs et des quolibets, sa mère l'envoie chez ses proches, émigrés aux Etats-Unis, et se cloître chez elle. Loin de son pays, considéré par les autres et se considérant lui-même comme un bâtard, Iliyya passe son temps à inventer des histoires sur ses origines avant de se décider, quelques années plus tard, à rentrer au Liban à la recherche de son identité. Plusieurs personnes lui racontent alors le massacre, chacun sous un angle différent. Le narrateur lui-même intervient parfois pour expliquer le contexte social ou pour préciser un fait historique... Doté d'une construction rigoureuse, Pluie de juin réussit le pari de recueillir les angoisses de toute une société sans jamais tomber dans la complaisance. Il a été unanimement salué à sa parution et nominé en 2008 pour le Prix international du roman arabe.

04/2010