Recherche

Touche pas à ma cité

Extraits

ActuaLitté

Policiers

Trafics

Toulouse, quartiers nord, écrasés par la fournaise de l'été, les trafics, l'ennui, le désespoir. Sergine Hollard est de garde dans sa clinique vétérinaire quand la jeune Samia vient la chercher en pleine nuit. Il y a un chien dans une cave de la cité, il est malade, il va mourir. Sergine doit le sauver, Sergine ne doit rien dire. Et contre toutes les règles de prudence, parce que Samia la touche, la vétérinaire accepte. De soigner un chien rempli de drogue appartenant à un caïd du quartier de la ville où la criminalité est la plus élevée, un quartier pris en étau entre rêves d'argent facile et rêves de Djihad. Des rêves qui risquent de transformer la vie de Sergine en cauchemar...

03/2017

ActuaLitté

Sports

A poings nommés

Il aurait pu mal tourner, comme beaucoup autour de lui coincés entre les tours de Seine-Saint-Denis. Mais Jean-Marc Mormeck, Guadeloupéen débarqué à Bobigny à l'âge de six ans, imaginait pour lui d'autres horizons. Sa rage, il l'exprimerait bel et bien avec ses poings mais pour devenir un champion, pas un caïd de cité. Cela a pris du temps et quelques détours mais le rêve a été touché du doigt. Mormeck, The Marksman, 1,81 m, 100 kg et une musculature impressionnante, a aujourd'hui un palmarès unique ; champion des lourds légers WBA et WBC, il a atteint des sphères qu'aucun boxeur français n'avait tutoyées depuis près d'un demi-siècle. Pour cela, il n'a pas seulement fallu se battre sur les rings et empiler petit à petit les victoires en attendant les projecteurs, mais savoir aussi tenir tête aux promoteurs, qui imposent la loi de l'argent dans le plus opaque des milieux sportifs. À l'heure où il décide de remonter sur les rings en catégorie poids lourds, Jean-Marc Mormeck a décidé de tout raconter. Outre sa carrière exemplaire, le champion dévoile, dans un récit très personnel et vivant, les coulisses d'un univers secret et intrigant. Coups tordus, paillettes et extravagances en tous genres : bienvenue dans le monde merveilleux du boxing-business !

10/2009

ActuaLitté

Histoire et Philosophiesophie

LA PIERRE DE TOUCHE. La science à l'épreuve...

La science est-elle moderne? La "révolution scientifique" a-t-elle eu lieu? Sommes-nous véritablement passés de l'obscurantisme des sciences "occultes" aux lumières des sciences véritables? Il existe de fortes raisons de douter que la coupure soit aussi radicale que le croit l'opinion courante. Si critiques d'art, critiques littéraires, critiques musicaux, critiques de cinéma ont droit de cité, il n'y a pas de "critiques de science" reconnus pour tels. Ce paradoxe, qui obère toute tentative pour intégrer la science au sein du monde de la culture, est le moteur des textes ici rassemblés. Ils visent tous à dépasser le stade d'une critique de la science, trop extérieure et à l'efficacité limitée, pour développer une critique de science, qui porte la réflexion au coeur de l'activité scientifique - dans ses rapports avec le politique, avec sa propre histoire comme avec l'art ou la langue.

11/1996

ActuaLitté

Romans de terroir

La maison de Charlotte

Une suite indépendante de la saga La Maison du Cap ou le combat de deux femmes soudées pour que subsiste une maison de famille, riche de mille souvenirs, de vies et d'histoires, au cap Ferret. 1965. Charlotte Gallet, 93 ans, est bouleversée : son petit-neveu a reçu l'offre d'un promoteur immobilier et veut vendre la Maison du Cap, conçue par le père de Charlotte, l'architecte James Desormeaux, à la fin du XIXe siècle. La demeure sera rasée pour laisser place à un ensemble de villas qui bénéficieront de la vue incomparable sur le bassin d'Arcachon. Paniquée, révoltée, Charlotte fait appel à un cabinet d'architectes bordelais afin de demander conseil. Iris, l'une des deux architectes, se rend au cap Ferret pour rencontrer Charlotte et les siens. Fragilisée par une fausse couche récente, Iris est en instance de divorce. Elle tombe sous le charme de la Maison du Cap, comme de ses habitants. Parallèlement, Iris apprend la mort en Espagne de son unique parente, sa tante Anna. Tout en découvrant l'histoire tragique de cette dernière, la jeune femme cherche à remonter le cours du passé et fait sien le combat de Charlotte.

10/2020

ActuaLitté

Littérature française

Térébenthine

"Certains, ou plutôt devrais-je dire certaines, se sont étonnés du peu d'artistes femmes citées dans notre programme d'histoire de l'art. Je leur ai donné carte blanche aujourd'hui. Mesdemoiselles, c'est à vous ! " Quand la narratrice s'inscrit aux Beaux-Arts, au début des années 2000, la peinture est considérée comme morte. Les professeurs découragent les vocations, les galeries n'exposent plus de toiles. Devenir peintre est pourtant son rêve. Celui aussi de Luc et Lucie, avec qui elle forme un groupe quasi clandestin dans les sous-sols de l'école. Un lieu de création en marge, en rupture. Pendant ces années d'apprentissage, leur petit groupe affronte les humiliations et le mépris. L'avenir semble bouché. Mais quelque chose résiste, intensément.

08/2020

ActuaLitté

Littérature française

Longtemps je me suis couché de bonheur

""Longtemps je me suis couché à plusieurs. Chez nous on est au moins deux par lit. Pas étonnant ma mère a eu treize enfants". Proust serait fier de moi. Sa première phrase "Longtemps je me suis couché de bonne heure" n'est pas à la hauteur". Orly, Cité Million, 1964. Un adolescent de quinze ans, pour l'amour d'une Albertine, plonge dans l'oeuvre de Marcel Proust. Jusqu'à l'obsession. Autour de lui, se bousculent un Charlus égoutier, une Odette infirmière à domicile, une duchesse de Guermantes battant ses tapis à la fenêtre... . Rêve ou réalité, peu importe, quand il sera grand, il sera Proust. Avec la verve et l'imagination qui ont fait le succès du Champ de personne, Daniel Picouly transpose l'univers de Marcel Proust dans sa banlieue d'Orly. Le récit profond et drôle d'une éducation sentimentale, hommage à l'école, à sa famille et à l'auteur de La Recherche. A tout ce qui a fait de lui l'écrivain qu'il est aujourd'hui.

08/2020

ActuaLitté

Littérature étrangère

Les disparus de la Purple Line

A 9 ans, Jai regarde un peu trop de séries policières et se croit beaucoup plus futé que ses amis Pari et Faiz. Tous les trois vivent avec leurs familles dans une mégalopole indienne noyée dans le smog, entre la décharge et les allées grouillantes du Bhoot Bazar. Quand un de leurs camarades de classe manque à l'appel et que les autorités ferment les yeux, Jai décide d'employer ses talents de détective, acquis au fil des épisodes de Police Patrol, pour mener l'enquête. Le trio s'aventure ainsi sur la Purple Line, la ligne de métro locale, et dans les coins les plus dangereux de la ville. Mais ce qui n'était au début qu'un jeu tourne vite au drame lorsque les disparitions s'enchaînent, jusqu'à toucher Jai en plein coeur...

04/2021

ActuaLitté

Littérature étrangère

Le pavillon des combattantes

En pleine pandémie de grippe espagnole, l'ancien monde est en train de s'effondrer. A la maternité, des femmes luttent pour qu'un autre voie le jour. 1918. Trois jours à Dublin, ravagé par la guerre et une terrible épidémie. Trois jours aux côtés de Julia Power, infirmière dans un service réservé aux femmes enceintes touchées par la maladie. Partout, la confusion règne, et le gouvernement semble impuissant à protéger sa population. A l'aube de ses 30 ans, alors qu'à l'hôpital on manque de tout, Julia se retrouve seule pour gérer ses patientes en quarantaine. Elle ne dispose que de l'aide d'une jeune orpheline bénévole, Bridie Sweeney, et des rares mais précieux conseils du Dr Kathleen Lynn - membre du Sinn Féin recherchée par la police. Dans une salle exiguë où les âmes comme les corps sont mis à nu, toutes les trois s'acharnent dans leur défi à la mort, tandis que leurs patientes tentent de conserver les forces nécessaires pour donner la vie. Un huis clos intense et fiévreux dont Julia sortira transformée, ébranlée dans ses certitudes et ses repères.

08/2021

ActuaLitté

Romans & contes

Touche pas à ma cité

Raser la CITÉ DES ROSIERS ? Pas question ! Moi, Lili-Belle, je compte bien ruiner les plans des hommes en costume qui rôdent depuis quelques jours au pied des tours. Mais seule, cela paraît compliqué... Alors, pour être certaine d'y parvenir, j'ai décidé de m'allier aux habitants ! Même si pour cela je dois apprendre à mettre mon mauvais caractère de côté. Après tout, il y a peut- être de belles rencontres à faire aux Rosiers ? • Une collection de romans éclectiques et illustrés pour raviver l'étincelle à chaque lecture. • En unissant ses voisins, Lili-Belle veut protéger sa chère cité... L'occasion pour elle de mieux connaître ceux qui vivent près d'elle et de s'ouvrir aux autres. Et si la solidarité permettait de tout arranger ?

08/2019

ActuaLitté

Non classé

Les hauts conteurs t.4 ; treize damnés

Perdu dans un pays de glace, Roland est prisonnier de sorcières. Indomptable, il tente de percer le mystère de ses bourreaux sans perdre l'esprit, mais la folie est inlassable. Elle le dévore peu à peu, et même un Cœur de Lion ne saurait lui résister. Pourtant, les réponses aux questions qu'il s'est toujours posées sont à portée de voix... Car ses geôlières semblent tout connaître du Livre des Peurs. À Rome, Alexandrie, Bruxelles, les Haut-Conteurs cherchent Roland et Mathilde la Patiente. Tous deux se sont évaporés après leur aventure sur les terres maudites de Ravengen. La jeune Éléna, le truculent Bouche-Goulue, Salim l'Insondable et Corwyn le Flamboyant collectent des indices et progressent vers le nord de l'Europe, sur la piste des Treize damnés et des origines du Livre. Roland et ses amis sont-ils prêts à découvrir ce que nul Conteur avant eux n'avait seulement osé imaginer ? Dans la vaste cité souterraine peuplée de spectres, l'Immortel attend son heure. Voici venue l'histoire mère de toutes les histoires, voici venu le temps des révélations...

11/2011

ActuaLitté

essais et écrits divers

Eloge du paraitre

'Le paraître est du côté de la civilisation. C’est le moins qu’il puisse faire, puisque c’est lui qui l’a créée. L’homme est sorti de la barbarie le jour où il a commencé à se soucier du regard de l’autre sur lui, et de l’opinion qu’on pouvait entretenir à son sujet, en face. L’homme est sorti de la barbarie le jour où il s’est vu dans un miroir, ou dans le cours, Narcisse, d’une onde claire. L’homme est sorti de la barbarie le jour où il est sorti de l’être: il voulait voir un peu de quoi l’être avait l’air, vu de l’extérieur. Nous appellerons paraître cette légère couche de paranoïa qui a inventé la ville et même la cité, la civilité, la convention, l’art, la morale, la littérature et le geste inutile. Jeune, c’est par vanité qu’on se regarde dans les miroirs ; plus tard c’est par prudence, ensuite par politesse, et finalement par modestie. '

05/2000

ActuaLitté

essais et écrits divers

Eloge du paraitre

Le paraître est du côté de la civilisation.
C'est le moins qu'il puisse faire, puisque c'est lui qui l'a créée. L'homme est sorti de la barbarie le jour où il a commencé à se soucier du regard de l'autre sur lui, et de l'opinion qu'on pouvait entretenir à son sujet, en face. L'homme est sorti de la barbarie le jour où il s'est vu dans un miroir, ou dans le cours, Narcisse, d'une onde claire. L'homme est sorti de la barbarie le jour où il est sorti de l'être : il voulait voir un peu de quoi l'être avait l'air, vu de l'extérieur.

Nous appellerons paraître cette légère couche de paranoïa qui a inventé la ville et même la cité, la civilité, la convention, l'art, la morale, la littérature et le geste inutile.
Jeune, c'est par vanité qu'on se regarde dans les miroirs ; plus tard c'est par prudence, ensuite par politesse, et finalement par modestie.

05/2000

ActuaLitté

essais et écrits divers

Eloge du paraitre

Le paraître est du côté de la civilisation. C’est le moins qu’il puisse faire, puisque c’est lui qui l’a créée. L’homme est sorti de la barbarie le jour où il a commencé à se soucier du regard de l’autre sur lui, et de l’opinion qu’on pouvait entretenir à son sujet, en face. L’homme est sorti de la barbarie le jour où il s’est vu dans un miroir, ou dans le cours, Narcisse, d’une onde claire. L’homme est sorti de la barbarie le jour où il est sorti de l’être : il voulait voir un peu de quoi l’être avait l’air, vu de l’extérieur. Nous appellerons paraître cette légère couche de paranoïa qui a inventé la ville et même la cité, la civilité, la convention, l’art, la morale, la littérature et le geste inutile. Jeune, c’est par vanité qu’on se regarde dans les miroirs ; plus tard c’est par prudence, ensuite par politesse, et finalement par modestie.

05/2000

ActuaLitté

Musique, danse

Gainsbourg en dix leçons

Génie ? Caméléon ? Opportuniste ? Dandy Précurseur? Touche-à-tout ? Imposteur? Révolutionnaire? Comment qualifier l'auteur-compositeur-interprète nourri de musique classique en même temps que le provocateur mal rasé alignant les tubes funk salaces ? A l'occasion d'une série de cours à la Cité de la Musique, Bertrand Dicale a porté un regard neuf sur le plus actuel des grands maîtres de notre musique populaire. Comment cet ancien pianiste de bar sans envergure a-t-il lentement mûri puis affirmé son écriture, oscillant entre intransigeance artistique et ambition commerciale, exigences d'avant-garde et séduction de masse? En dix leçons, voici comment Serge Gainsbourg s'est imposé comme une référence majeure de la culture contemporaine. Dix leçons qui replacent l'homme, la carrière et l'oeuvre dans leur époque, leur logique secrète et leur flamboyance unique.

01/2010