Recherche

La rivière en hiver

Extraits

ActuaLitté

Science-fiction

La Roue du Temps Tome 1 : L'Oeil du Monde

C'est la Nuit de l'Hiver dans la contrée de Deux-Rivières et, en ce soir de fête, l'excitation des villageois est à son comble. C'est alors qu'arrivent trois étrangers comme le jeune Rand et ses amis d'enfance Mat et Perrin n'en avaient jamais vu : une dame noble et fascinante nommée Moiraine, son robuste compagnon et un trouvère. De quoi leur faire oublier ce cavalier sombre et sinistre aperçu dans les bois, dont la cape ne bougeait pas en plein vent... Mais, quand une horde de monstres sanguinaires déferle et met le village à feu et à sang, la mystérieuse Moiraine devine qu'ils recherchaient quelqu'un : pour les trois amis l'heure est venue de partir. Car la Roue du Temps interdit aux jeunes gens de flâner trop longtemps sur les routes du destin...

05/2016

ActuaLitté

Littérature anglo-saxonne

La rivière en hiver

Des rapaces parcourent le ciel, des chiens gambadent et des couguars se tapissent parmi les arbres. Les plaines sont balayées par les vents, les forêts sont lugubres ou enchanteresses et quand il ne neige pas, c'est qu'il va neiger. Dans La Rivière en hiver, Rick Bass se consacre aux fluctuations météorologiques, à la terre et à ceux qui l'habitent, solitaires et touchants. Que les hommes affrontent la nature ou la négligent, cette dernière les fascine au point de leur couper le souffle. Et si ses personnages s'adonnent à des activités quotidiennes - pister un élan, veiller sur un énorme poisson-chat ou trouver le parfait sapin de Noël - celles-ci se transforment, sous la plume de Rick Bass, en une expédition aux allures mythologiques parfois périlleuse, toujours mémorable.

10/2020

ActuaLitté

Non classé

Meurtres sur la Madison

La Madison River est l'une des plus belles rivières du Montana, mais c'est un cadavre, et non une truite, que l'on vient d'y pêcher. Pour l'intrépide shérif Martha Ettinger, l'homicide est évident, et la mouche plantée dans la lèvre boursouflée de la victime a tout d'une macabre signature. Non loin de la scène du crime, Martha tombe sur Sean Stranahan, peintre amateur, pêcheur invétéré et ex-détective privé, lui-même lancé sur une affaire de disparition. Ensemble, Martha et Sean vont remonter une piste glissante qui débouchera sur les zones d'ombre du "big business" du Montana : la pêche à la mouche.

ActuaLitté

12 ans et +

Le chant des ronces. Contes de minuit et autres magies sanglantes

Embarquez dans un voyage vers des terres sombres et dangereuses, peuplées de villes hantées et de bois affamés, de monstres bavards et de golems en pain d'épices, où la voix d'une sirène peut invoquer une tempête mortelle, où les rivières font de terribles promesses d'amour... Ayama et le bois aux épines Une jeune fille est envoyée négocier l'avenir de son royaume avec un terrible monstre. Le renard trop rusé Un renard compense son apparence disgracieuse par une intelligence hors du commun, qui pourrait bien lui jouer des tours. La sorcière de Duva Dans un village frappé par un hiver perpétuel, les jeunes filles se mettent à disparaître mystérieusement. Petite lame Une jeune fille découvre que les souhaits de son père à son encontre et ses propres envies prennent deux directions opposées. Le prince soldat Une réécriture inquiétante de Casse-Noisette. Quand l'eau chantait le feu Deux Sild aux voix merveilleuses quittent leur royaume marin pour la terre où elles rencontrent les mystérieux Grisha.

10/2018

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

La montée des cendres

Dans La Montée des cendres, tout monte et tout descend. Il pleut sur Paris. Il pleut tous les jours. L’eau descend des nuages qui alourdissent le ciel. Du coup, la Seine monte. Elle croît, comme chaque hiver, mais cette année elle semble ne pas vouloir cesser de monter. Elle pourrait déborder. À quelques pas de ses quais bientôt submergés, le chantier de rénovation des Halles vient de débuter. Chaque matin des convois de camions évacuent la boue et les gravois. Le sol paraît descendre dans la terre. Pourtant, dès qu’une flamme inattendue s’élève dans la cheminée, sa lumière fugace éclaire la pièce. Sa chaleur monte. Elle irradie, elle fume. Désormais, il faut veiller à ne jamais manquer de bois. L’eau descend du ciel, la pluie tombe, le fleuve monte, les travaux s’enfoncent dans la terre. Le feu chauffe. Une fumée, légère, s’échappe vers le conduit de la cheminée. Chaque élément devient un personnage, dans un équilibre de mouvements tendus vers leur résolution: leurs dynamiques contradictoires s’annulent pour générer une attente. Le creux ouvert dans le jardin des Halles suffira-t-il à absorber la crue de la Seine? Le fleuve viendra-t-il inonder le feu dans la cheminée? Comment la narrateur pourra-t-il persévérer à sauvegarder son feu dans une ville où les flammes sont aujourd’hui invisibles, les fours des pizzerias électriques, et le petit bois rare? À la fois guide méthodique des solutions pratiques pour entretenir un foyer en milieu urbain, récit documentaire sur la première tranche des travaux de rénovation du jardin des Halles, chronique quotidienne d’une crue à venir, tout autant qu’une tentative de dire les couleurs du feu, le dessin de la flamme et le parfum de la fumée, d’atteindre l’éphémère ou d’énoncer l’extinction, Pierre Patrolin a surtout voulu écrire une fiction où la fragilité du feu, la puissance contenue du flot de la rivière, les efforts dérisoires d’un héros qui s’entête à vouloir ramasser du bois sur les trottoirs, suffisent à générer une attente. L’attente de l’événement qui pourrait survenir, l’imprévu finalement nécessaire pour rassembler tous ces éléments dans un dénouement logique.

01/2013

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

La montée des cendres

Dans La Montée des cendres, tout monte et tout descend. Il pleut sur Paris. Il pleut tous les jours. L’eau descend des nuages qui alourdissent le ciel. Du coup, la Seine monte. Elle croît, comme chaque hiver, mais cette année elle semble ne pas vouloir cesser de monter. Elle pourrait déborder. À quelques pas de ses quais bientôt submergés, le chantier de rénovation des Halles vient de débuter. Chaque matin des convois de camions évacuent la boue et les gravois. Le sol paraît descendre dans la terre. Pourtant, dès qu’une flamme inattendue s’élève dans la cheminée, sa lumière fugace éclaire la pièce. Sa chaleur monte. Elle irradie, elle fume. Désormais, il faut veiller à ne jamais manquer de bois. L’eau descend du ciel, la pluie tombe, le fleuve monte, les travaux s’enfoncent dans la terre. Le feu chauffe. Une fumée, légère, s’échappe vers le conduit de la cheminée. Chaque élément devient un personnage, dans un équilibre de mouvements tendus vers leur résolution: leurs dynamiques contradictoires s’annulent pour générer une attente. Le creux ouvert dans le jardin des Halles suffira-t-il à absorber la crue de la Seine? Le fleuve viendra-t-il inonder le feu dans la cheminée? Comment la narrateur pourra-t-il persévérer à sauvegarder son feu dans une ville où les flammes sont aujourd’hui invisibles, les fours des pizzerias électriques, et le petit bois rare? À la fois guide méthodique des solutions pratiques pour entretenir un foyer en milieu urbain, récit documentaire sur la première tranche des travaux de rénovation du jardin des Halles, chronique quotidienne d’une crue à venir, tout autant qu’une tentative de dire les couleurs du feu, le dessin de la flamme et le parfum de la fumée, d’atteindre l’éphémère ou d’énoncer l’extinction, Pierre Patrolin a surtout voulu écrire une fiction où la fragilité du feu, la puissance contenue du flot de la rivière, les efforts dérisoires d’un héros qui s’entête à vouloir ramasser du bois sur les trottoirs, suffisent à générer une attente. L’attente de l’événement qui pourrait survenir, l’imprévu finalement nécessaire pour rassembler tous ces éléments dans un dénouement logique.

01/2013