Recherche

La partition

Extraits

ActuaLitté

Musique, danse

Le Solfège pour les Nuls. 2e édition. Avec 1 CD audio

Apprenez une nouvelle langue, la musique ! Expliqué de façon ludique, le solfège n'est pas si compliqué ! Laissez-vous guider et écoutez le CD dès que l'auteur vous y invite. D'abord, prenez le rythme : découvrez les notes et apprenez à compter les temps d'une mesure. Puis laissez-vous aller à fredonner la mélodie : clé de-sol, clé de fa, altérations et intervalles... L'harmonie viendra alors d'elle-même : tonalités majeures et mineures, accords et cadences compléteront vos connaissances. Enfin, la quatrième partie décodera pour vous les grands genres musicaux et les principales formes, de la sonate au rock. Découvrez comment : Lire le nom des notes et déchiffrer une partition ; Garder une pulsation régulière ; Maîtriser les gammes majeures et mineures ; Construire des accords et des cadences ; Reconnaître les genres musicaux et les principales formes instrumentales et vocales.

09/2019

ActuaLitté

Musique, danse

Le solfège. Méthode simple et amusante en quatorze leçons

Passage obligé de tout musicien en herbe, le solfège n'est pas qu'une formalité rébarbative : c'est ce que prouve cet ouvrage. Loin des théories et des exercices fastidieux, cette méthode réinvente le solfège avec un joyeux mélange d'humour et de rigueur. De la simple lecture d'une partition à son interprétation virtuose en passant par l'étude des rythmes, ce petit guide vous initie pas à pas à la musique sans vous en dégoûter. Oubliez vos mauvais souvenirs, et prenez plaisir à apprendre!

09/2013

ActuaLitté

Développement personnel

Ce que j'aimerais te dire... Si je savais trouver les mots, si j'avais plus de temps, si...

Un titre qui sonne comme une confidence, un murmure susurré dans le creux de l'oreille. Mais qu'on ne s'y trompe pas : nul secret ici qui ne doive être dissimulé et ne puisse être répété. Car ce qu'a à nous dire Emeric Lebreton dans ce nouvel ouvrage concerne le plus grand nombre c'est-à-dire le genre humain. Humain trop humain comme disait Nietzche, humain aux prises avec toutes ses contradictions, ses élans passionnés et ses doutes mortifères. Humain en proie à l'exaltation et au découragement, ce qu'il est de grandeur, de lâchetés et de peurs. Et pourtant, le bonheur est là, à portée de main, il est en nous, il s'appelle confiance, il s'appelle envie et dépassement de soi. Emeric Lebreton n'aime rien tant que prendre le contrepied de son époque : ainsi la réussite n'est plus une ambition égoïste mais devient un moyen d'être heureux, le véritable antidote à la morosité ambiante, le secret du bonheur. Tel un défi lancé aux hommes et à lui-même, il nous invite à considérer le monde avec un regard neuf : non, la fin ne saurait "justifier les moyens" comme il put être dit ; seuls les moyens que nous mettons en oeuvre pour réussir nos vies justifient notre existence sur terre. D'une grande sensibilité, émaillé de poèmes, de contes et d'expériences vécues, Emeric Lebreton signe avec ce livre une partition originale et inspirée.

01/2018

ActuaLitté

Ethnologie

L'animal et la mort. Chasses, modernité et crise du sauvage

La modernité a divisé les animaux entre ceux qui sont dignes d'être protégés et aimés et ceux qui servent de matière première à l'industrie. Comment comprendre cette étrange partition entre amour protecteur et exploitation intensive ? Parce qu'elle précède cette alternative et continue de la troubler, la chasse offre un point d'observation exceptionnel pour interroger nos rapports contradictoires au vivant en pleine crise écologique. A partir d'une enquête immersive menée deux années durant, non loin de Paris, aux confins du Perche, de la Beauce et des Yvelines, Charles Stépanoff documente l'érosion accélérée de la biodiversité rurale, l'éthique de ceux qui tuent pour se nourrir, les îlots de résistance aux politiques de modernisation, ainsi que les combats récents opposant militants animalistes et adeptes de la chasse à courre. Explorant les cosmologies populaires anciennes et les rituels néosauvages honorant le gibier, l'anthropologue fait apparaître la figure du " prédateur empathique " et les rapports paradoxaux entre chasse, protection et compassion. Dans une approche comparative de grande ampleur, il convoque préhistoire, histoire, philosophie et ethnologie des peuples chasseurs et dévoile les origines sauvages de la souveraineté politique. Au fil d'une riche traversée, cet ouvrage éclaire d'un jour nouveau les fondements anthropologiques et écologiques de la violence exercée sur le vivant. Et, en questionnant la hiérarchie morale singulière qu'elle engendre aujourd'hui, il donne à notre regard sensible une autre profondeur de champ.

09/2021

ActuaLitté

BD jeunesse

Lou ! Sonata Tome 1

Retour en mode majeur. Julien Neel l'avait promis à la fin du Tome 8 de Lou ! , il revient pour une saison 2 intitulée Lou ! Sonata. Désormais, Lou est une jeune femme confrontée à sa vie d'étudiante qui s'installe seule (enfin presque, le chat est toujours là) dans la ville de Tygre. Les joies mais aussi certaines peines de l'indépendance, les nouvelles connaissances, se perdre dans une ville qu'on ne connait pas, le retour d'une amie, Lou continue d'avancer dans sa vie et de nous questionner via ce mélange d'humour et de sensibilité dont la formule inédite en BD fût de faire grandir son héroïne en même temps que ses lecteurs. Quand Lou débutait en 2004, c'était une enfant qui vivait seule avec une maman un peu loufoque et gauche mais toujours bienveillante pour sa fille. Il s'en est passé des choses depuis sa rencontre avec Tristan, les étés avec les copains, l'arrivée d'un frère ou la crise des cristaux ! Au fil des 8 tomes de la première saison et de toutes ces rencontres, Lou s'est émancipée et affirmée. Il est maintenant temps qu'elle apprenne à se connaître en tant qu'adulte. Entre quotidien décalé et références à la pop-culture, Lou ! est une série qui fascine par sa créativité atypique qui en fait l'une des BD les plus en phase avec son époque. Si les lecteurs ont grandi depuis 15 ans, Julien Neel également, il s'y est affirmé comme un véritable auteur, capable de surprendre ses lecteurs tout en se renouvelant. Sonata c'est une référence directe à la musique. Une musique qui a toujours nourri l'univers intime de Julien Neel. Sonata c'est la promesse de mouvement dans la vie de Lou, celle d'écrire une nouvelle partition toujours ensemble et créer cette petite musique qui vous accompagnera longtemps encore après la lecture de ce premier tome de 144 pages.

12/2020

ActuaLitté

Théâtre

Neuf mouvements pour une cavale / Les Deux

Jérôme Laronze, paysan éleveur, résistant aux injonctions de traçage sanitaire de ses bêtes au nom d'une agriculture humaine, est abattu par un gendarme au neuvième jour de sa cavale. En neuf mouvements comme neuf étapes d'un oratorio imprécatoire, sa soeur prend la parole et, dans un souffle, érige telle Antigone un monument à ce frère dont elle dénonce la mort. Les Deux sont des soeurs, la grande et la petite, coincées dans leur village désindustrialisé, vouées à un destin de victimes par un déterminisme social contre lequel seule la petite semble décidée à se battre. Par de courtes scènes aux dialogues épurés et saillants comme des uppercuts, l'auteur plonge dans cette France périphérique oubliée. Avec ces deux textes très différents, Guillaume Cayet poursuit sa recherche d'un théâtre de résistance. Il offre une partition quasi musicale pour une actrice, mais aussi une large distribution pour des troupes. Un théâtre à lire et à jouer pour rester debout.

01/2020

ActuaLitté

Humour

Petit crapahut dans le parler de Kaamelott à l'usage des pégus et du gratin

Explorer le parler de Kaamelott, c'est plonger tour à tour dans une multitude de langues, de patois, d'argots et de jargons, sans oublier des incursions du côté d'OSS 117 ou des Tontons flingueurs. Ce voyage d'une richesse insoupçonnée, drôle et étonnant, démontrera à ceux qui en doutaient encore que l'écriture de Kaamelott est d'une efficacité redoutable, ancrée dans une culture foisonnante. Cette exploration pétrie d'humour, aux confins de la langue créée par le génial Alexandre Astier, ravira les connaisseurs de la série culte. Ils pourront s'amuser à retrouver les dialogues les plus truculents en les découvrant sous un jour nouveau. Quant aux néophytes qui voudront s'immerger davantage dans la partition kaamelottienne, ils seront sans nul doute émerveillés par la créativité de son auteur. Pour la première fois, un guide réuni et explique l'argot de Kaamelott. Indispensable pour tous les accros de la série qui veulent se replonger dans ses dialogues truculents et hilarants. Alors que peu de professionnels pariaient sur le succès de la série, Kaamelott fut une révélation ovniesque, fédérant rapidement un large public. Parler de la Table ronde, de la quête du Graal, en costumes d'époque ? Et pour faire rire en prime ? Improbable, parce que d'une ambition folle. Et pourtant, Kaamelott est devenu culte. A quoi l'efficacité de Kaamelott tient-elle ? Pas de gags ou de grosses ficelles, Kaamelott c'est un univers : une grande aventure qui a du sens, qui progresse, dont les personnages évoluent. Ils sont sérieux, ils sont dans leur époque, et le ressort follement comique tient au décalage qui repose sur le langage contemporain mais aussi à une langue propre à Kaamelott, nourrie par un très riche vocabulaire familier et argotique, proche du cinéma de genre français des années 60-70 à la Michel Audiard. Alexandre Astier met en mouvements et en rythme ce patrimoine linguistique, l'adaptant à chaque personnage, qui a son phrasé propre et ses intonations. Kaamelott se donne à écouter, comme une vaste partition. En parcourant plus de 500 mots familiers et argotiques dans ce "dictionnaire", l'auteur s'est amusé à crapahuter dans les méandres de l'esprit Kaamelott, non pour en mettre plein les miquettes et frimer, comme le commun des glandus ou des pégus, mais pour donner du singe au gratin qui souhaite découvrir le monde d'une série mortelle, ou à tous les amateurs qui veulent s'amuser à retrouver les répliques pour poursuivre l'aventure !

02/2021

ActuaLitté

Non classé

La partition

De la Grèce au lac Léman, une grande fresque familiale où Koula – jeune femme intense, solaire et possessive – parcourt l’Europe des années 1920, déchirée entre ses pays, ses fils et ses rêves. Genève, janvier 1977. Bruno K, professeur d’université, s’écroule en pleine rue, foudroyé par une crise cardiaque. Dans son portefeuille, les photographies de deux autres hommes, ses frères : Georgely et Alexakis. La nouvelle de sa mort coupe court à leurs espoirs de retrouvailles, le soir même, à l’occasion d’un récital d’Alexakis. Quelles relations entretenaient-ils ? Pourquoi se connaissaient-ils si peu ? La Partition nous plonge dans l’histoire de cette étonnante fratrie, sur les traces de Koula, leur mère. Cette Grecque flamboyante, éprise d’un marchand suisse, quitte son pays à 16 ans pour suivre un mari volage à qui elle donnera deux enfants, avant de refaire sa vie avec un autre homme, de 30 ans son aîné, abandonnant en chemin – contrainte par sa belle-famille – un de ses fils. À travers le parcours sinueux de cette femme intense et possessive, pour qui amour est synonyme d’excès, l’auteure livre une ample et prenante fresque familiale, où les destins et les cœurs s’entremêlent à l’ombre de l’Histoire. Diane Brasseur est romancière et scripte pour le cinéma. Elle est l'auteur des Fidélités et de Je ne veux pas d'une passion, disponibles chez Points. A retrouver dans la collection “Grands romans” chez Points

ActuaLitté

Polars & thrillers

J'ai dû rêver trop fort

Les plus belles histoires d'amour ne meurent jamais. Les plus belles histoires d'amour ne meurent jamais. Elles continuent de vivre dans nos souvenirs et les coïncidences cruelles que notre esprit invente. Mais quand, pour Nathy, ces coïncidences deviennent trop nombreuses, doit-elle croire qu'il n'y a pas de hasard, seulement des rendez-vous ? Qui s'évertue à lui faire revivre cette parenthèse passionnelle qui a failli balayer sa vie ? Quand passé et présent se répètent au point de défier toute explication rationnelle, Nathy doit-elle admettre qu'on peut remonter le temps ? En quatre escales, Montréal, San Diego, Barcelone et Jakarta, dans un jeu de miroirs entre 1999 et 2019, J'ai dû rêver trop fort déploie une partition virtuose, mêlant passion et suspense, au plus près des cœurs qui battent trop fort.

02/2019

ActuaLitté

Photographie

Beyrouth. Edition bilingue français-anglais

Saisissant les marchands des coins de rue et les épiciers, les pécheurs, les baigneurs et les street artiste, les constructions du passé et du futur, mais aussi les effondrements, Fadia Ahmad restitue l'image d'une cohabitation complexe dans le monde d'aujourd'hui. Les photographies de Fadia Ahmad, qu'elle conçoit comme des tableaux, sont à l'image de Beyrouth, de la partition, de la différence, du ressenti. Ce sont les fragments d'une vie comme les fragments d'une ville.

10/2019

ActuaLitté

Littérature

Libertango

Luis est né en 1935. D’origine espagnole, il vit à Paris avec ses parents et ses soeurs. Luis est handicapé, son côté gauche fonctionne mal, sa démarche est hésitante, sa diction souvent diffificile. Dans cette famille ulcérée par la présence d’un enfant abîmé, Luis n’est porté par aucune confiance tutélaire. L’oreille collée au transistor, il s’échappe, grandit en écoutant, en découvrant l’enlacement des arpèges, la beauté des concertos, cantates et symphonies, et chaque partition lui devient peu à peu territoire de savoir. À vingt et un ans, seul sur les bords de Seine, Luis est soudain bouleversé par le son d’un bandonéon. Sa vie s’ouvre à l’avenir. “Je suis né à la plus pure proposition de l’univers, dira-t-il plus tard : celle de l’amour de la musique.” Libertango est le roman le plus envoûtant de Frédérique Deghelt. Un livre d’allégresse qui génère et convoque l’émotion du beau, cette émotion que la musique retrouve en chacun de nous, même au pire de la guerre. Une émotion qui porte Luis et le sauve.

05/2016

ActuaLitté

Littérature française

La télégraphiste de Chopin

Prague, automne 1995 : une habitante prétend " recevoir " chez elle la visite d'un compositeur illustre dont elle a le privilège de porter à l'attention du plus grand nombre les partitions qu'il lui dicte au fil de leurs rencontres. Au point de séduire une maison de disques. Sauf que le grand homme en question s'appelle Frédéric Chopin, et qu'il est mort à Paris, un siècle et demi plus tôt... Supercherie ? Mystification ? Tel est, en tout cas, le sentiment bien naturel de Ludvík Slaný, journaliste, au moment où il s'apprête à enquêter sur cette histoire pour le compte de la télévision d'un Etat sorti depuis peu de l'ère communiste. Commence alors une chasse au fantôme, entre matérialisme obtus et croyances en tout genre, espions reconvertis en enquêteurs privés, tenants d'un ordre ancien métamorphosés en jeunes loups du nouveau régime, où une paisible cantinière à la retraite révèle à un monde bouleversé la part d'ombre et de folie sur lequel il se réinvente.

08/2019

ActuaLitté

Littérature française

Trois concerts

Enfant fermée et silencieuse, Clarisse semble entendre les sons avec une seconde d'avance. La musique pourrait-elle la sauver de l'isolement ? A sept ans, elle provoque le hasard en devenant l'élève de Viktor Sobolevitz. Et partage avec ce maître célèbre et misanthrope le même amour intransigeant de l'art. Mais pour faire carrière dans la musique, il faut que plus que du talent. Peu préparée à la compétition, la jeune violoncelliste va bientôt l'apprendre... Lorsqu'elle rencontre Rémy Nevel, un critique musical, médiatique et ambitieux, son destin pourrait basculer. Quitte à perdre, au passage, quelques illusions. Entremêlant les partitions de ces trois personnages, Lola Gruber nous offre un roman d'initiation hors-normes, qui est aussi une réflexion sur notre soif de pureté et de reconnaissance. On tourne les pages avec avidité, séduit par la finesse des analyses autant que par un suspense diaboliquement généreux.

01/2019

ActuaLitté

Littérature française

L’enfant rouge

Ensuite je suis parti à la recherche de mon enfance. Tout se termine. Tout recommence. Je suis seul dans l'échelon ultime de la solitude... Nous avons joué notre partition. Seul à s'en faire craquer les doigts. CRAC-CRAC-CRAC. J'ai pris un verre puis un autre. Avec cette discrétion propre à ceux qui, jour après jour, s'installent parmi des Guenilles. Guenilles laissées pour nous par les révolutionnaires virés des basses-fosses de la Bastille. Guenilles à vendre. Guenilles pour ne pas insister sur la solitude. Ce n'est pas rien. Nous avons joué notre partition. Je vous raconterai un jour ce qu'il en advint : vieux - vieux - vieux. En vrac. Il est indispensable d'écrire chaque soir.

10/2018

ActuaLitté

Non classé

La Femme du boulanger

La femme du boulanger s'est enfuie avec un berger.
Le boulanger se saoule et ne fait plus de pain. tous les habitants du village - y compris les ennemis légendaires, l'instituteur et le curé - s'unissent pour retrouver la femme du boulanger. le marquis prend la direction des opérations... ultime adaptation de giono par pagnol (ici un passage de jean le bleu), la femme du boulanger (1938), partition musicale pour raimu et orchestre, est sans doute l'oeuvre la plus célèbre du cinéaste.
Chaque scène a acquis le statut de classique, et c'est après avoir vu et revu ce film, un de ses préférés, qu'orson welles a demandé - trop tard - à rencontrer raimu, qu'il jugeait le plus grand acteur du monde. " je l'ai vu ce matin, sur sa figure, brusquement elle m'aime d'amour. et tu ne sais pas ce qu'elle m'a dit ? elle m'a dit : "si tu es un homme, trouve-toi derrière l'église à cinq heures, avec un cheval : tu m'emporteras où tu voudras.

"elle quitte son mari, sa boulangerie, ses sous, son pain. elle veut tout perdre pour moi. à cinq heures derrière l'église... "

ActuaLitté

Littérature française

La partition intérieure

"C'est sans gloire qu'au mois d'octobre 1969 je suis arrivé à Courlaoux". 2012, un prêtre revient sur ses années passées dans un village du Jura. Il est confronté à Charlotte, que les villageois appellent "la folle" , et dont la vie se concentre sur les tombes du cimetière. Il y rencontre aussi un compositeur néerlandais persuadé d'avoir une grande oeuvre à livrer. A mesure qu'il fréquente ces deux personnes, Jean va connaître ce retournement du coeur qui amène à la connaissance des profondeurs de la foi. Ce récit nous entraîne sur une crête, au fond des âmes et à la frontière du visible. Malgré la nuit et les replis d'un silence ardent, pointe dans la beauté simple de la campagne jurassienne une lueur brûlante : ce que l'on croit détruit a peut-être été sauvé... Réginald Gaillard est le fondateur de la revue NUNC. Il a publié trois recueils de poésies salués par la critique dont : L'attente de la tour (2013) et L'échelle invisible (2015), parus chez Ad Solem. La partition intérieure est son premier roman.

10/2017

ActuaLitté

Littérature étrangère

Ce qu'on entend quand on écoute chanter les rivières

"Le monde s'achève sans cesse autour de nous. Chaque mesure de notre partition appartient déjà au souvenir et à l'imagination au moment où nous la jouons. Autant l'écouter". C'est une soirée paisible à Salisbury. Quand soudain, non loin de la majestueuse cathédrale, un fracas de tôle froissée déchire le silence. Autour d'un banal et tragique accident de la route, cinq vies vont entrer en collision. Il y a Rita, gouailleuse et paumée, qui vend des fleurs au marché – et un peu d'herbe pour arrondir ses fins de mois. Il y a Sam, un garçon timide en proie aux affres des premières amours tandis que son père tombe gravement malade. George, qui vient de perdre sa femme après quarante ans d'une passion simple. Alison, femme de soldat esseulée qui sombre dans la dépression et se raccroche à ses rêves inassouvis. Et puis il y a Liam, qui du haut des remparts observe toute la scène. Cinq personnages, comme les cinq rivières qui jadis se rencontrèrent à l'endroit où se dresse aujourd'hui la ville. Cinq destins, chacun à sa manière infléchi par le drame. Cinq vies minuscules, qui tour à tour prennent corps et voix pour se hisser au-delà de l'ordinaire et toucher au miraculeux.

08/2017

ActuaLitté

Non classé

Dans l'ombre de Lena

Pas facile pour des soeurs jumelles de trouver leur place. Pour Elsa et Lena, cette année sera celle de tous les changements.
Elsa et Lena sont jumelles. Depuis le jour de leur naissance, elles partagent tout. Pourtant, elles sont aussi différentes que le jour et la nuit. Lena la coquette, l’enthousiaste, la solaire ; Elsa la sage, la prudente, l’introvertie.

Après des années à jouer scrupuleusement cette partition, quelque chose s’enraye. Elsa sent que ce partage des rôles a assez duré. C’est décidé : cette année sera celle de toutes les prises de risques.

Alors que Lena tombe sous le charme du nouveau prof de théâtre et se passionne pour sa pédagogie atypique, Elsa prépare son plan : celui qui lui permettra de tout envoyer balader et de prendre enfin pleinement possession de sa vie.

Un roman bouillonnant et tendre où il est question — entre autres — de peinture à l’huile, de papillons dans le ventre, d’Ingmar Bergman, d’une séance radicale de relooking, d’un fou rire nerveux à la cantine et de l’art et la manière de rédiger le SMS parfait.

02/2017

ActuaLitté

Non classé

Joie

Rome, 2014, fin de l’été. Alors qu’il lisait sur sa terrasse ensoleillée, le cœur de Giangiacomo – dit Gigi – s’est arrêté. Une mort rapide, sans douleur, comme il l’avait toujours souhaitée, se souvient sa fille Elvira, appelée en urgence.
Quelques jours plus tard, la jeune femme tombe sur un manuscrit inachevé. Elle pense à la trame d’un film – Gigi était cinéaste –, mais découvre l’histoire d’amour que son père vivait depuis plus de quatre ans avec une journaliste belge, Clara. Le récit de Gigi correspond à sa partie d’un livre qu’ils avaient décidé d’écrire ensemble. Il la lui enverrait une fois terminée. Puis elle y répondrait.
Depuis sa rencontre avec Clara, venue à Rome l’interviewer à l’occasion de la sortie de son film sur Gramsci, Gigi connaît une nouvelle jeunesse. Ses pages évoquent le surgissement inattendu de leur mature love, une expression devenue entre eux un code pour se joindre et qui désigne cet amour à l’âge mûr que tous deux vivent de façon parallèle. Clara est mariée, elle aussi, et mère de deux garçons. Le bonheur des retrouvailles, l’abandon des corps, les rires, les films vus et revus ensemble : telle est la matière précieuse de leur complicité. Clara et Gigi parlent beaucoup : il aime la faire rire avec d’invraisemblables anecdotes, elle veut tout savoir de son passé. La politique et la révolution sont au cœur du travail de Gigi, hanté par la mort de son père, tué en 1945 dans les rangs des partigiani.
Clara écrira à son tour sa version de l’histoire. Les souvenirs des jours lumineux sur la Méditerranée, des désaccords aussi – ne considérait-elle pas le militantisme de Gigi comme un combat d’arrière-garde ? – la plongent dans un flot d’émotions. Elle entame alors un « journal d’absence » dans lequel elle s’adresse d’abord à Gigi puis, peu à peu, à Elvira. À la jeune fille au seuil de sa vie sentimentale, elle confie, avec pudeur et tendresse, la plénitude de cet amour caché qui coexistait si bien avec sa vie – pourtant heureuse – au grand jour.
Pure bliss, gioia, joie, avait coutume de répéter Gigi. Une joie devenue le motif musical de cette attachante partition à quatre mains.

02/2017

ActuaLitté

philosophie textes / critiques / essais / commentaires

Le toucher des philosophes ; Sartre, Nietzsche et Barthes au piano

On connaît l'engagement politique de Sartre, ses déclarations contre la colonisation, ses harangues sur un tonneau de Billancourt... Mais sait-on qu'en pleine euphorie militante il réservait chaque jour du temps pour le piano, déchiffrant des partitions de Chopin ou Debussy? L'homme qui incarnait son siècle vivait des intensités et des rythmes secrets. Comment la philosophie s'accorde-t-elle à cette pratique en contrebande? Nietzsche, qui se rêvait compositeur plus que philosophe, adopta le piano comme son diapason, la table d'évaluation de ses idées, l'instrument de ses transfigurations intimes. Il joua sa vie sur le clavier, même pendant sa folie. Décider de vivre en musique engage le corps amoureux. Barthes le comprit: le piano lui offrit une échappée hors des discours savants. Musicien, il découvrit une autre érotique, tantôt berceuse enfantine, tantôt pourvoyeuse de pulsions. La pratique du piano ne laisse pas intact le reste des jours: doigtés, allures, sensualités, tout se livre sur la touche.

ActuaLitté

Non classé

Le doigt d'Horace

'Je viens de tuer trois personnes mais j'aime beaucoup votre façon de jouer. ' À l'évidence, l'homme qui vient de se présenter n'est pas ordinaire. Il émane de lui une aura qui dépasse la violence des mots ; une sorte de musique de l'âme, troublante, touchant à l'absolu. Dans ses silences et ses mystères, Franck est un être profondément seul. Traqué par le milieu, lié à un attentat sanglant, intelligent et porteur d'un rêve immense qu'il a décidé de rendre possible, le jeune homme croise la route d'un duo tout prêt à l'adopter: Bob, le chauffeur de taxi qui ne prend jamais de clients, et Mister, taillé en hercule, qui joue du jazz la nuit. Pour eux, le passé de Franck est une partition inachevée. Une harmonie brisée. Un blues profond qui mérite, ô combien, qu'on en retrouve les notes...

ActuaLitté

litterature francaise romans nouvelles correspondance

Richard W.

En ce soir de juin 1865, au Hoftheater de Munich, la magie opère dès que s’élèvent les premières notes de Tristan. Le très jeune Louis II de Bavière est subjugué. Wagner, à cinquante-deux ans passés, a enfin trouvé un protecteur. Les années d’errance et de misère sont derrière lui, il va pouvoir donner forme à ses rêves d’un théâtre entièrement nouveau et mettre en œuvre la conception de sa fresque révolutionnaire, L’Anneau du Nibelung. Comme sa carrière, l’intimité du compositeur est bouleversée en cette année faste : son mariage avec Minna, jeune actrice conformiste, peu encline à partager ses fulgurances, battait de l’aile. Il vient de rencontrer l’âme-sœur, Cosima, la fille de Liszt, qui encre ses partitions. Pour lui, elle va divorcer de Hans von Bülow, le chef d’orchestre tout dévoué à Wagner. Vincent Borel, toujours au plus près de l’émotion d’un fou d’opéra, nous plonge dans le creuset de l’œuvre, là où vie et création se mêlent. Les combats menés avec Bakounine sur les barricades de Dresde en 1849, les conversations avec Nietzsche au moment de La Naissance de la tragédie sont une puissante source d’inspiration, de même que les fréquentes escapades dans une nature complice. En Suisse où Richard et Cosima ont trouvé refuge avec leurs enfants, Isolde, Eva et Siegfried, la musique du maître, élémentaire et cosmique, est le centre de leur vie, et leur vie, au cœur de sa musique. Ce roman-portrait est un voyage à l’intérieur du corps de Richard Wagner, de ses humeurs, de ses intuitions et de son tumulte. Par-delà le « cas Wagner », Vincent Borel livre une éblouissante plongée dans le mystère de la création artistique. Son aisance épargne toute dévotion et nous dévoile un homme bien éloigné du mythe qu’a construit la postérité. Né à Gap en 1962, Vincent Borel est critique musical et vit à Paris. Romancier, il est notamment l’auteur de Baptiste, son premier « portrait musical », consacré à Jean-Baptiste Lully (Sabine Wespieser éditeur, 2002). Antoine et Isabelle (Sabine Wespieser éditeur, 2010) a remporté deux prix de libraires (Page et Laurent Bonelli). 2013 est l’année du bicentenaire de la naissance de Richard Wagner (1813-1883).

ActuaLitté

cinema, television, audiovisuel, presse, medias

Deux temps trois mouvements ; un pianiste au cinéma ; entretien avec Marc Chevrie et Jean Narboni

Quelles sont les affinités entre Franz Schubert et Ingmar Bergman? Louis Beethoven, Jean-Luc Godard et les Rolling Stones? Jean-Pierre Melville et Morton Feldman? L'Atalante et Franz Liszt? Jean-Marie Straub et Yves Angelo? L'enseignement du piano et Andreï Tarkovski? Au cours d'entretiens réalisés par Marc Chevrie et Jean Narboni, le pianiste Philippe Cassard propose une approche inédite des correspondances entre musique et cinéma. Il commente les partitions écrites pour l'écran, le recours à des compositeurs classiques ou les films montrant des musiciens au travail. Il décrit les timbres uniques de Danielle Darrieux, Gérard Depardieu, Arletty ou Claude Piéplu. Il analyse le tempo et l'écoute propres aux oeuvres de Robert Bresson, Federico Fellini, Charlie Chaplin, Joel et Ethan Coen. Enfin, il évoque l'influence de son amour du cinéma sur sa pratique d'interprète. Plus qu'un livre sur la musique de film, Deux temps trois mouvements est un livre dédié à la musique du cinéma, au cinéma de la musique, aux films que celle-ci permet de construire, de reconstruire ou d'imaginer.

ActuaLitté

musique

De Lully a Mozart ; aristocratie, musique et musiciens a Paris (XVIIe-XVIIIe siecles)

Le siècle des Lumières fut passionnément celui de la musique. Avec des motivations et des aptitudes diverses, des aristocrates fortunés protégeaient des musiciens, entretenaient des orchestres privés, acceptaient des dédicaces, contribuaient à élargir le marché de la musique ou affirmaient leur goût musical en remplissant leurs bibliothèques de partitions ou en se livrant eux-mêmes fréquemment à la pratique musicale.

02/2009

ActuaLitté

Non classé

Chateaux de la colere

Vers le milieu du XIXe siècle, dans la petite ville imaginaire de Quinnipak, vit toute une communauté rassemblée autour de la très belle Jun Reihl, dont toute la ville admire les lèvres, et de son mari Monsieur Reihl, directeur de la fabrique de verre. À Quinnipak, chacun a son désir, sa 'folie' secrète: Pekish, l'extravagant inventeur de l''humanophone', un orchestre où chacun ne chante qu'une seule note, toujours la même ; Pehnt, son jeune assistant, enfant trouvé toujours vêtu d'une veste immense et informe ; la 'veuve' Abegg, veuve d'un mari qu'elle n'a jamais épousé ; Horeau, l'architecte français qui rêve de grandioses constructions transparentes, et Élisabeth, la locomotive à vapeur... Avec Châteaux de la colère, Baricco nous offre un roman foisonnant et singulier, construit comme une fugue où chacun chante sa partition avec justesse et jubilation.

ActuaLitté

lettres et linguistique critiques et essais

Lexique nomade ; assises du roman 2012 ; Le Monde Villa Gillet

"Pour accompagner les Assises Internationales du Roman qu'organisent au mois de mai la Villa Gillet et Le Monde sera publié chaque année un lexique nomade. A chacun des auteurs invités, nous avons demandé de choisir un mot clé qui ouvre les portes de son oeuvre. Ce petit précis subjectif est une invitation au voyage dans la littérature d'aujourd'hui au gré de définitions originales dont le ton personnel ouvre des perspectives inattendues. Le choix des mots, la manière de leur donner vie est à chaque fois une expérience de lecture, une manière pour le romancier de rendre sensible en toute liberté son aventure au coeur de la langue. Dans ce lexique audacieux, les mots se répondent les uns les autres, créant une partition que chacun est invité à jouer. Dans ce lexique nomade, la littérature se pense et se rêve." Guy Walter

05/2012

ActuaLitté

romans et fiction romanesque

Après la mousson

En 1984, après l'assassinat d'Indira Gandhi, les conflits ethniques et les révoltes contre les Sikh font régner sur New Delhi un climat d'inquiétude et d'insécurité.Telle est la toile de fond de ce premier roman de Selina Sen : elle y met en scène la vie quotidienne d'une famille d'immigrants bengali, dont les grands-parents sont venus grossir les faubourgs de la ville après la Partition de l'Inde et du Pakistan en 1947.

04/2009

ActuaLitté

Littérature française

Les identités remarquables

"Tu vas mourir, aujourd'hui, et tu ne le sais pas encore." Dès la première phrase de cette chronique d'une mort annoncée - dès la première minute de cette journée particulière où se reflète la brièveté de toute existence -, un homme fait à la fois figure de héros et de victime. Et c'est lui, inconscient, égotiste et jouisseur, que le roman interpelle et tutoie comme s'il tendait à notre insouciante finitude un miroir. Plaisir de se croire si beau, privilège d'aimer, hélas fort mal, une exquise petite marchande de jouets, délice de convoiter une banquière aux yeux de biche, de se couler dans l'hédonisme d'une vie simplifiée. Mais en secret, une vierge froide et un tueur prédestiné trament le scénario de la vengeance familiale. Sur cette inexorable partition qui emprunte son tempo au roman policier, ses arpèges au catalogue de la consommation courante, ses harmoniques à la liberté de parole et son andante aux mirages des satisfactions éphémères, Sébastien Lapaque chante la vie derrière soi et salue, non sans ironie, le passage du temps.

08/2009