Recherche

Joseph Conrad

Extraits

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Joseph Conrad

"La vie ne nous connaît pas et nous ne connaissons pas la vie - nous ne connaissons même pas nos propres pensées". Né à Berditchev, ville de l'Empire russe, Josef Teodor Konrad Korzeniowski, dit Joseph Conrad (1857-1924), eut deux vies. La première, vouée à la carrière maritime. Vingt ans durant il sillonne les mers du globe. Brevet de capitaine au long cours en poche, on le retrouve à Marseille, Singapour, Bornéo, Berau, au Congo, en Australie, au Canada. Parlant couramment le polonais, l'allemand, l'anglais, le français (avec un accent marseillais), il décide, en janvier 1894, de se consacrer entièrement à son oeuvre littéraire qu'il rédige en anglais - sa deuxième vie commence. Du Nègre du "Narcisse" à Amy Foster, en passant par Lord Jim ou Au coeur des ténèbres, ses romans et nouvelles font de celui qui affirmait vouloir écrire pour le plus grand nombre l'un des plus grands romanciers de langue anglaise du XXe siècle.

05/2014

ActuaLitté

Critique littéraire

Hommage à Joseph Conrad

Souvenirs : John Galsworthy, Souvenirs sur Conrad André Gide, Joseph Conrad Paul Valéry, Sujet d'une conversation avec Conrad H. -R. Lenormand, Note sur un séjour de Conrad en Corse G. Jean-Aubry, Souvenirs (Fragments) Richard Curle, La fin de Conrad L'oeuvre : Robert Cunninghame Graham, "Inveni portum" Edouard Estaunié, Hommage André Chevrillon, Conrad André Maurois, En marge des marées Edmond Jaloux, Joseph Conrad et le roman d'aventures anglais Joseph Kessel, Conrad slave Robert Francillon, Conrad psychologue de l'imagination Ramon Fernandez, L'art de Conrad Albert Saugère, Quelques recherches dans la conscience des héros de Conrad Joseph Conrad, L'art et la morale de Conrad éclairés par quelques citations - Lettres françaises - Coeur de ténèbres (1re partie) Revue des revues : Valery Larbaud, Les préfaces de Conrad

04/1991

ActuaLitté

Critique littéraire

Le monde selon Joseph Conrad

Quiconque a lu Joseph Conrad n'a pas manqué d'être frappé par sa vision du monde. L'orphelin d'origine polonaise, devenu marin à l'âge adulte, ne s'est pas contenté de parcourir les océans avant de s'installer en Angleterre et de devenir l'écrivain à succès que nous connaissons, il a su lire les ténèbres de son époque et en faire un tableau aussi cruel qu'actuel. Subtil mélange d'histoire, de biographie littéraire et de récit de voyage, cette enquête nous invite à embarquer, avec pour boussole et cartes maritimes les ouvrages mêmes de Joseph Conrad, sur des bâtiments de la marine marchande qui nous conduisent, comme Conrad naguère, aux quatre coins du globe. En retraçant les périples de l'auteur de Lord Jim, de la Malaisie au Congo en passant par les Caraïbes, Maya Jasanoff s'interroge sur la naissance d'une globalisation politique et cynique, expression de la domination sociale et économique d'un Occident prédateur, dont Conrad fut le témoin privilégié à la fin du XIXe siècle. L'impérialisme et le colonialisme, le capitalisme exacerbé, les flux migratoires, le racisme d'Etat et le racisme de l'homme blanc, la révolution des communications... sont autant de sujets abordés par le célèbre écrivain dans une oeuvre véritablement visionnaire, dont Maya Jasanoff nous montre qu'elle reflète avec force les problématiques et les défis du monde moderne. Professeure d'histoire à Harvard (Empire britannique et Histoire globale), Maya Jasanoff a reçu de nombreuses distinctions pour son oeuvre. Classé parmi les "meilleurs livres de l'année 2017" par le New York Times, Le Monde selon Joseph Conrad a notamment reçu le prestigieux prix de Littérature historique Cundill 2018 et a été sélectionné la même année pour le grand prix britannique, "The James Tait Black Prize" .

09/2020

ActuaLitté

BD tout public

Au coeur des ténèbres. Librement adapté du roman de Joseph Conrad

"J’irai là" rêve le jeune Charles Marlow en pointant son doigt vers l’Afrique, loin de se douter qu’il s’y rendrait à l’âge de vingt ans. Missionné par une compagnie de commerce colonial pour retrouver un certain Kurtz, Marlow s’embarque, plein d’illusions, dans ce voyage au Congo : une descente aux enfers... Construit tel un miroir en trois grandes parties, Angleterre/Belgique (l’homme soit disant civilisé) ; Afrique (l’homme primitif ) ; Belgique/Angleterre (l’homme tel qu’il est, un mélange des deux), ce récit est, tout à la fois, une immersion dans l’horreur de la colonisation et une plongée dans l’âme humaine. Comme pour mieux le retranscrire, le dessin évolue : un style ciselé, élégant, lumineux laisse place à un trait déformé, plus rugueux, noir... Le coeur des ténèbres et le coeur de ce roman tiennent là : une traversée de notre propre condition humaine. Nous avons tous en nous le "J’irai là" de Marlow, un rêve à poursuivre comme un risque à courir. C’est la question du livre, la question posée aux lecteurs : irez-vous là, dans ce rêve africain, qui à tout moment, menace de devenir cauchemar ?

03/2014

ActuaLitté

Critique littéraire

Conrad, l'étrange bienfaiteur

" Voyage en admiration sur les pas d'un orphelin de seize ans, pilotin à Marseille, apprenti matelot. Ça compte, l'adolescence, dans la vie d'un tel écrivain. Né russe dans l'Ukraine colonisée, Conrad écrivait en anglais. Mais ses biographes polonais ou anglo-saxons négligèrent les années françaises. C'est le contraire, ici. L'Ile Grande, la Bretagne, le golfe d'Hyères, Ajaccio et le Cap Corse, Montpellier et Marseille, surtout, vont occuper l'existence de Joseph Conrad. Jusqu'à la fin, il va clamer sa " méditerranéité " contre l'absurde " slavisme " qui vient souvent sous la plume paresseuse des sédentaires. On évoque aussi l'œuvre de l'" écrivain de la mer ", alors qu'il n'aimait pas Stevenson, raillait Melville. C'est dans Flaubert, Stendhal, Daudet et Proust qu'il puisa sa vigueur inquiète. Cette équipée littéraire est le fruit d'une errance qui commence sur le Vieux-Port de Marseille et se clôt dans l'aile négligée du cimetière de Cantorbery. Hommage à l'écrivain capital. Qui inspira la manière de Bruce Chatwin, l'univers de Francis Ford Coppola. A l'écrivain moderne. Pour une époque humiliée, barbare. " A.D.

02/2003

ActuaLitté

Lecture 9-12 ans

Le destin de Conrad

L'année de ses douze ans, Conrad apprend par son oncle, un magicien, qu'un destin funeste l'attend. Pour conjurer ce sort atroce, il existe bien une solution... mais quelle solution ! Le jeune garçon doit éliminer un habitant de Stallery, un mystérieux château aux pouvoirs obscurs... Pour y entrer sans attirer les soupçons, Conrad se fait engager comme domestique. Drôles, d'une richesse et d'une qualité rares, les livres de Diana Wynne Jones, subtil mélange d'humour et de magie, sont un véritable enchantement... Incontournable pour les nombreux amateurs du genre ! Découvrez également les autres titres des Mondes de Chrestomanci : Ma sœur est une sorcière, Les Neuf Vies du magicien, Les Magiciens de Caprona et La Chasse aux sorciers.

10/2005

ActuaLitté

Histoire internationale

Konrad Adenauer

Edmond Michelet et Konrad Adenauer ouvrent la collection "Politiques & Chrétiens" qui présente des personnalités contemporaines dont l'engagement et l'action ont été déterminés par leur foi chrétienne. Konrad Adenauer, né dans les premières années qui ont suivi l'Empire Bismarkien et mort dans l'amitié de Charles de Gaulle, représente à sa manière quelques unes des facettes essentielles de ce que peut être une politique menée par un chrétien. Sa vie elle-même, ses discours, ses écrits le situent dans le droit fil de la collection. Adenauer n'était ni un philosophe, ni un prophète. Il s'appuyait sur son instinct, sur son intelligence, elle-même éclairée par quelques grandes vérités sur lesquelles croyants et incroyants peuvent se mettre d'accord, sans lesquelles il n'existe pas de bonne politique, une politique qui tende à faire un peu plus de bien, un peu moins de mal. Si le vieux Chancelier, mort il y a vingt ans en 1967, avait un message à transmettre aujourd'hui, on peut penser qu'avec son ait sévère mais sans un clin d'oeil malicieux, il nous dirait : "Tâchez donc de ne pas dormir pendant le temps qui vous est laissé ! "

10/1987

ActuaLitté

Pléiades

Oeuvres. Tome 3, L'agent secret ; Six nouvelles ; Sous les yeux de l'occident ; Souvenirs personnels ; Entre terre et mer

Voici le troisième volume des ouvres de Joseph Conrad, qui présente les textes publiés entre 1906 et 1912. Conrad a derrière lui de grands livres : Lord Jim, Typhon, Nostromo, pour ne citer que ceux-là. Années de maturité, de crise aussi ; une longue dépression nerveuse l'affecte si durement qu'il écrira : "J'ai l'impression d'être un homme revenu de l'enfer." Enfer créateur puisqu'il publie les textes présentés ici dans des traductions nouvelles pour la plupart : - deux romans souvent associés puisqu'ils abordent tous deux la question politique : L'Agent secret et Sous les yeux d'Occident ; - deux recueils de nouvelles : Six nouvelles (Gaspar Ruiz et autres récits) et Entre terre et mer ; - deux recueils autobiographiques : Retour de Pologne et Souvenirs personnels, autobiographie faite d'ombre et de lumière. Conrad fait fi de la chronologie et ressuscite au fil du souvenir ses "trois vies" : l'enfance et l'adolescence polonaises, la carrière de marin et d'officier de marine, la carrière d'écrivain de nationalité britannique, ces trois moments indispensables à la compréhension de l'ouvre. Le thème principal qui relie les ouvres de cette période, c'est l'être humain. Sylvère Monod note dans son introduction : "Ce qui est au premier plan ici, c'est l'homme et tout particulièrement l'homme en sa qualité d'animal social donc politique." L'homme dans ses difficultés, ses contradictions, ses doutes.

11/1987

ActuaLitté

Mer

Le romancier de la mer. Romans et souvenirs

Comment un adolescent, né dans les plaines d'Ukraine à quatre cents kilomètres de la mer Noire et huit cents de la Baltique, peut-il décréter un jour qu'il sera marin alors qu'il n'a jamais vu ni l'océan ni un navire et pas même rencontré le moindre navigateur ? Pourquoi, lorsqu'il se décide à écrire, Joseph Conrad ne choisit-il pas le polonais qui est sa langue maternelle ou le français qu'il maîtrise à la perfection, mais l'anglais qu'il a laborieusement appris en embarquant sur des navires marchands britanniques ? Ce sont là deux des interrogations qui ajoutent un parfum de mystère à une oeuvre romanesque immense et fascinante." De tous les écrivains de la mer, Joseph Conrad est celui qui a restitué avec le plus d'authenticité la vie à bord d'un navire au temps où les grands-voiliers croisaient la route des premiers vapeurs. Cette anthologie regroupe les oeuvres maritimes les plus remarquables d'un monstre sacré de la littérature anglaise dans des traductions révisées, dont Le Frère-de-la-Côte, son roman ultime et méconnu.

01/2021

ActuaLitté

Littérature étrangère

En marge des marées. Récits

Les quatre récits rassemblés dans ce volume furent écrits entre 1910 et 1914. Chez Conrad la distinction entre court roman et longue nouvelle n'a jamais été tranchée. On le voit dans ce recueil publié en 1915 sous un titre volontairement énigmatique. «Le Planteur de Malata» et «A cause des dollars» appartiennent, comme Lord Jim et Victoire, au monde de l'exotisme indonésien. Le premier texte concerne l'impossibilité d'une relation amoureuse entre deux êtres romantiques et passionnés ; le second présente le déroulement inexorable d'une tragédie sordide ; l'un et l'autre soulignent la cruelle ironie du destin. «L'Associé» montre comment la bassesse des intérêts commerciaux peut briser le plus noble des marins. Quant à «L'Auberge des deux sorcières», on y trouve une plongée dans l'époque et le décor des guerres napoléoniennes, sujet de plus en plus cher à Conrad. Par leur diversité, les quatre nouvelles constituent une initiation efficace à la diversité des talents de l'auteur, ainsi qu'à sa vision tourmentée de l'univers.

08/1989

ActuaLitté

Littérature étrangère

Victoire

Axel Heyst, isolé sur une île de l'archipel indonésien, arrache à la brutalité d'un propriétaire d'hôtel une jeune danseuse du nom de Lena. La vengeance de celui-ci se déploie de façon implacable, jusqu'à l'apocalypse qui termine le roman. Victoire est à la fois un récit d'aventures, un roman philosophique, un conte colonial, une réflexion métaphysique qui touche à la profondeur de l'être. Récit d'aventures que parcourent des brigands à la recherche d'un trésor imaginaire. Conte colonial, sur les îles indonésiennes, où les indigènes assistent aux piètres entreprises économiques des Européens. Roman philosophique qui oppose la position sceptique du personnage principal, et la nécessité où il se trouve d'agir. Réflexion métaphysique, où la profondeur de l'être, le sens de l'individu, la participation individuelle au destin universel de l'homme deviennent le véritable sujet de l'écriture. Pour Conrad, tout repose enfin sur le regard du lecteur : «La tâche que je m'efforce d'accomplir consiste, par le seul pouvoir des mots écrits, à vous faire entendre, à vous faire sentir - elle consiste, avant tout, à vous faire voir !»

03/1992

ActuaLitté

Littérature étrangère

Souvenirs personnels. Quelques réminiscences

"C'est seulement dans l'imagination des hommes que toute vérité trouve une vie indéniable et réelle. Ce n'est pas l'invention, mais l'imagination, qui est le maître suprême de l'art comme de la vie." En 1908, Joseph Conrad est attaqué par un critique anglais sur ses origines polonaises. Belle occasion pour faire ressurgir quelques figures mythiques de son enfance, qui l'ont bercé de littérature et d'idéaux patriotiques. Cela ne l'a pas empêché d'inventer son propre destin, en répondant au double appel qui hante ses Souvenirs : celui de la mer et celui de la langue anglaise. De Londres à Marseille, de la Malaisie vécue jusqu'au Costaguana fantasmé, ces réminiscences offrent un étonnant voyage dans sa vie et son oeuvre, au grand vent de la liberté et de l'imagination.

06/2012

ActuaLitté

Critique littéraire

Des souvenirs

" J'admets que n'importe quoi, n'importe quoi en ce monde, peut être une bonne raison pour ne pas écrire du tout. Mais puisque j'ai écrit ces pages, tout ce que puis dire à leur défense, c'est que ces souvenirs, transcrits sans égard aux conventions, n'ont pas été jetés sur le papier sans rime ni raison. Ils contiennent un espoir et ils ont un but. L'espoir que la lecture de ces pages puisse évoquer la vision d'une personnalité, de l'homme qui se trouve derrière des livres aussi fondamentalement différents, par exemple, que La Folie Almayer et L'Agent secret [...]. Tel est l'espoir. Quant au but immédiat, étroitement lié à cet espoir, c'est de relater ici des souvenirs personnels en exposant fidèlement les sentiments et les sensations qui demeurent associés à la composition de mon premier livre et à mon premier contact avec la mer. " (Joseph Conrad)

04/2004

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Au coeur des ténèbres

Au coeur des ténèbres relate le voyage de Charlie Marlow, un jeune officier de la marine marchande britannique, qui remonte le cours d'un fleuve au coeur de l'Afrique noire. Le périple se présente comme un lent éloignement de la civilisation et de l'humanité vers les aspects les plus sauvages et primitifs de l'homme. Francis Ford Coppola a transposé ce récit dans le contexte de la guerre du Vietnam dans le film Apocalypse Now(1979).

01/2014

ActuaLitté

Poches Littérature internation

La bibliothèque idéale des 50 ans GF Tome 1 : Sous les yeux de l'Occident

En 1905, Razumov, étudiant promis à un brillant avenir, reste indifférent aux affrontements révolutionnaires qui agitent alors la société russe. Le soir où un ministre est assassiné, sa vie bascule : le meurtrier en fuite le supplie de l'aider. Contre son gré, Razumov devient complice. Peu à peu, le remords l'envahit... Comme un écho à Crime et châtiment, Sous les veux de l'Occident est l'admirable histoire d'une mauvaise conscience. D'une conscience écartelée entre les valeurs occidentales et l'appartenance à l'ancienne Russie, dans un monde où la politique commence à ressembler étrangement à un roman d'espionnage.

09/2014

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Amy Foster

Amy Foster (1901) a souvent été considéré comme une des oeuvres les plus autobiographiques de Conrad et on y a vu un parallèle avec la situation qu'il vécut lorsqu'il s'arracha à sa Pologne natale pour devenir citoyen britannique. C'est d'abord une histoire de mer, qui raconte avec un réalisme terrifiant les tribulations d'un groupe d'émigrants pauvres poussés par l'espoir d'un eldorado en Amérique. Après le naufrage de son navire, le jeune Yanko devient un véritable paria dans une communauté paysanne anglaise qui voit en lui un fou dangereux. Le récit reprend le thème conradien de la rencontre entre l'autochtone et l'étranger, le civilisé et le sauvage. Inversant les figures de l'humain et l'inhumain, Conrad montre le "sauvage", le "fou", doué d'une humanité profonde qui se brise sur le refus obstiné des fermiers du Kent de reconnaître l'altérité de l'étranger. Sur cette situation désespérante vient se greffer une histoire d'amour qui prend vite la dimension d'une tragédie entre deux êtres que tout sépare. A la fois tragédie romantique et parabole moderne sur la rencontre de l'autre, Amy Foster est un des textes les plus poignants de toute la littérature anglaise.

05/2013

ActuaLitté

Littérature étrangère

Gaspar Ruiz. A set of six

Joseph Conrad, Gaspar Ruiz, A Set of Six Traduction de Philippe Neel Les six nouvelles qui composent ce recueil furent écrites durant les années des plus grands chefs-d'oeuvre de Conrad - notamment Lord Jim et Nostromo. Qu'il décrive un épisode étrange de l'épopée napoléonienne (Le Duel) ou de la guerre d'indépendance au Chili (Gaspar Ruiz), qu'il s'attache au destin tragique d'un indicateur infiltré dans un groupuscule anarchiste (L'Indicateur) ou à la vie d'un bagnard en fuite dans un comptoir colonial isolé (Un anarchiste), Conrad met en scène des personnages typiques de son univers, aux prises avec une fatalité contraire, finalement victimes de leur propre force, de leur vaillance et peut-être de leur aveuglement. Ce volume comprend : Gaspar Ruiz - L'Indicateur - La Brute - Un anarchiste - Le Duel - Il Conte.

03/2012

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Le Coeur des ténèbres

Le Coeur des ténèbres s'inspire d'un épisode de la vie de Conrad en 1890 dans l'État libre du Congo mis en coupe réglée au profit de Léopold II. De cette expérience amère, l'écrivain a tiré un récit enchâssé dont chaque élément, à la façon des poupées russes, dissimule une autre réalité : la Tamise annonce le Congo, le yawl de croisière la Nellie le vapeur cabossé de Marlow, truchement de Conrad. Ces changements d'identité sont favorisés par les éclairages instables au coucher du soleil ou par le brouillard qui modifie tous les repères et dont émerge Kurtz. Présenté par de nombreux personnages bien avant d'entrer en scène, celui-ci fait voler en éclats toutes les définitions et finit par incarner le cour énigmatique des ténèbres : le lieu où se rencontrent l'abjection la plus absolue et l'idéalisme le plus haut.

10/2012

ActuaLitté

Littérature étrangère

Les idiots suivi de Demain...

" - Va me tirer du cidre. J'ai soif ! Elle partit en gémissant, une cruche vide à la main. Alors il se leva, prit la lampe, et se dirigea lentement vers le berceau. [...] Lorsque sa femme revint, il ne leva pas les yeux, avala bruyamment deux cuillerées de soupe, et observa d'un air sombre : - Quand ils dorment, ils sont comme les autres enfants... Elle s'assit tout à coup sur un tabouret, secouée par une bourrasque de sanglots silencieux, incapable de parler. Il termina son repas et resta assis sans rien faire, renversé en arrière sur sa chaise, le regard perdu sur les poutres noires du plafond." Quand Jean-Pierre et Suzanne Bacadou reprennent la ferme familiale, du côté de Tréguier, c'est avec la certitude de s'inscrire dans l'ordre naturel des choses. Et plus tard, les jumeaux dont Suzanne est enceinte les aideront à leur tour... Seulement, ils vont naître simples d'esprit, idiots. Pour conjurer le sort, le père est prêt à tout, jusqu'à faire dire des messes, cédant à sa femme et à sa belle-mère. Suzanne donne alors naissance à d'autres enfants affectés de la même tare. Après la honte, viennent une rancoeur et un chagrin si grands qu'ils ne peuvent résoudre que par la violence.

03/2010

ActuaLitté

Littérature étrangère

Le planteur de Malata

"Elle se leva lentement, avança d'un pas, et s'arrêta pour regarder vers la côte. Elle noire occultait les étoiles de sa masse confuse, comme un nuage d'orage planant bas sur les eaux, prêt à éclater en flammes et en craquements. - Ainsi - c'est Malata, répéta-t-elle d'une voix rêveuse, se dirigeant vers la porte de la cabine. Le manteau clair tombant de ses épaules, son visage d'ivoire - car la nuit avait tout effacé d'elle sauf les reflets de ses cheveux - la faisaient ressembler à une femme de rêve resplendissante prononçant des propos de froide inquisition. Elle disparut sans un geste. [...] Le moment de l'aveu était-il arrivé ? Cette pensée suffisait à glacer le sang." Malata, comptoir colonial du jeune et ambitieux Renouard. Malata qu'il a quitté pour affaires, et où il revient en compagnie du Pr Moorsom et de sa fille. Malata où la vérité les attend. Car Miss Moorsom espère retrouver trace de l'homme qu'elle aime - un fugitif sur lequel Renouard en sait beaucoup plus qu'il ne veut le laisser paraître. Mais Renouard peut-il vraiment l'avouer à Miss Moorsom, comme l'amour impossible qu'il lui porte ?

03/2010

ActuaLitté

Poches Littérature internation

La Ligne d'ombre (une confession)

Je m'avançai hors du cercle de lumière, dans l'obscurité qui se dressait devant moi comme un mur. En un pas, j'y pénétrai. Telle devait être l'obscurité d'avant la création. Elle s'était refermée derrière moi. Je savais que j'étais invisible pour l'homme de barre. Je ne pouvais rien voir non plus. Il était seul, j'étais seul, chacun des hommes était seul où il se tenait. Et toute forme avait disparu aussi, espars, voiles, ferrures, lisses ; tout était effacé dans la terrible uniformité de cette nuit absolue.

03/2010

ActuaLitté

Poches Littérature internation

La rescousse

" Il avait environ trente-cinq ans : il était droit et souple et avait l'allure dégagée d'un homme habitué à s'en aller à grandes enjambées par monts et par vaux. Ses cheveux châtain clair bouclaient autour de sa tête bien faite et sa barbe taillée court étincelait. Les yeux, comme s'ils brillaient de la lumière d'un feu intérieur, avaient dans leurs pupilles grises une lueur rouge qui communiquait une ardeur scrutatrice à la fermeté de leur regard. " Tom Lingard, que l'on a connu vieux dans La Folie Almayer puis en pleine maturité dans Un paria des îles, est ici un jeune homme, à l'aurore de son prestige sans cesse menacé. Ce grand roman de mer et d'amour, qui oppose les droits de la vie et le tribut de la mort, complète la " trilogie malaise " de Joseph Conrad. Il possède, selon André Gide, " la même noblesse désespérée, la même détresse morale " que Lord Jim.

02/2009

ActuaLitté

Pléiades

OEUVRES. Tome 2, Jeunesse, Au coeur des ténèbres, Au bout du rouleau, Typhon, Falk, Amy Foster, Pour demain, Nostromo, Le miroir de la mer

La composition du présent volume a quelque chose de singulier. On y trouvera deux recueils de nouvelles, comprenant en tout sept récits, dont certains, assez longs, ont parfois été publiés sous la forme de volumes indépendants : c'est le cas d'Au bout du rouleau, Typhon, Au cour des ténèbres et même de Jeunesse. On y trouvera également un roman tenu par beaucoup de bons esprits pour la plus grande ouvre de Conrad et qui est à coup sûr son livre le plus long. On y trouvera enfin un ouvrage original associant des aspects de l'essai, de l'autobiographie et du récit imaginaire. Cet assemblage de quatre ouvres ne doit rien à l'arbitraire de l'éditeur et n'est nullement hétéroclite. Il s'agit des ouvres publiées par Conrad sous forme de livres entre 1902 et 1906. Certains des textes avaient paru antérieurement en feuilleton dans des magazines, mais, conformément au principe suivi pour l'ensemble de cette édition, c'est l'ordre chronologique des livres de Conrad qui a été suivi. Il donne dans le cas présent : Youth and Other Stories en 1902 (Jeunesse et autres récits : "Jeunesse", "Au cour des ténèbres" et "Au bout du rouleau" ; Typhoon and Other Stories en 1903 (Typhon et autres récits : "Typhon", "Amy Foster", "Falk" et"Pour demain") ; Nostromo en 1904 et The Mirror of the Sea (Le Miroir de la mer) en 1906.

11/2000

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Un avant-poste du progrès

D'un voyage au Congo belge qui l'a bouleversé, Joseph Conrad a tiré le célèbre "Coeur des ténèbres", et cet "Avant-poste du progrès", qui n'est pas une version préparatoire de l'autre, mais son reflet inversé, encore plus étrange et plus trouble à certains égards. C'est une peinture terrible de l'entreprise coloniale et de son échec.

05/2021

ActuaLitté

12 ans et +

Le passager secret

Et voilà ! Je me retrouve seul avec mon bateau, ancré en plein coeur du golfe de Thaïlande. C'est pour lui le point de départ d'un long voyage, et il flotte, figé dans une immense immobilité. Le soleil couchant jette l'ombre des mâts très loin en direction de l'est. Je suis seul sur le pont. Pas un son à bord. Rien qui bouge alentour, rien qui vive, pas un canoë sur la mer, pas un oiseau dans les airs, pas un nuage dans l'azur. C'est comme si le monde retenait sa respiration. Une nuit dans les mers tropicales. Un jeune capitaine seul sur le pont d'un bateau endormi. Soudain, ruisselante d'eau, une main surgissant des ténèbres agrippe le premier échelon d'une échelle de corde qu'on a oublié de remonter...

05/2018

ActuaLitté

Anglais apprentissage

Lord Jim

A hundred years ago a seaman's life was full of danger, but Jim, the first mate on board the Patna, is not afraid of danger. He is young, strong, confident of his bravery. He dreams of great adventures - and the chance to show the world what a hero he is. But the sea is no place for dreamers. When the chance comes, on a calm moonlit night in the Indian Ocean, Jim fails the test, and his world falls to pieces around him. He disappears into the jungles of south-east Asia, searching for a way to prove himself, once and for all...

01/2000

ActuaLitté

Littérature étrangère

Sous les yeux d'occident. 13e édition

Sous les yeux d'Occident (13e éd.) / Joseph Conrad ; trad. de l'anglais, par Philippe Neel Date de l'édition originale : 1924 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF. HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande. Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables. Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique. Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.

10/2018

ActuaLitté

Poches Littérature internation

L'agent secret

Et l'incorruptible Professeur marcha lui aussi, détournant les yeux de l'odieuse multitude des hommes. Il n'avait pas d'avenir. Il le dédaignait. Il était une force. Ses pensées caressaient des images de ruine et de destruction. Il marcha, frêle, insignifiant, râpé, misérable... mais terrible dans la simplicité de son idée qui voulait appeler la folie et le désespoir à régénérer le monde. Personne ne le regarda. Il alla son chemin, insoupçonné et funeste, tel un fléau dans cette rue peuplée d'hommes.

05/1995

ActuaLitté

Pléiades

Au coeur des ténèbres et autres écrits

Octobre 1899. Joseph Conrad redoute la stérilité : "Il n'y a rien à montrer finalement. Rien ! Rien ! Rien !" Il se croit guetté par le néant, alors qu'il n'écrit que des chefs-d'oeuvre. Six mois plus tôt, Au coeur des ténèbres a commencé de paraître en revue ; la rédaction de Lord Jim sera achevée l'année suivante ; Typhon suit de près. De quoi Conrad se méfie-t-il donc ? Des "obscures impulsions" de l'imagination. "Je veux considérer la réalité comme une chose rude et rugueuse sur laquelle je promène mes doigts. Rien de plus". Il lutte pour rester à la surface, mais il a beau s'en défendre, les joyaux de son oeuvre viennent des profondeurs. Né en Ukraine polonaise, sous domination russe, puis "adopté par le génie de la langue" anglaise, Conrad sillonne les mers durant une vingtaine d'années. Il a trente-sept ans quand paraît son premier roman. Son oeuvre est impensable sans cette première vie passée à naviguer. Il s'est pourtant insurgé contre l'étiquette de "romancier de la mer" qu'on lui accolait. Ses navires sont surtout des dispositifs expérimentaux concentrant, dans un huis-clos en mouvement, les expériences humaines les plus aiguës. Fidèle au "plaisir de lire" , on objecterait à bon droit que Conrad est malgré tout un romancier d'aventures. Il est vrai que ses personnages sont tantôt confrontés à des tempêtes formidables, tantôt à une "immobilité mortelle" . ll leur arrive encore de trouver une mort brutale dans des contrées hostiles. Mais cela ne fait pas de l'oeuvre romanesque de Conrad un divertissement épique. Si l'héroïsme y est souvent introuvable, on y rencontre en revanche la trahison, l'enfer des âmes folles et l'impossible rachat. Sans oublier l'absurdité de la condition humaine. Au-delà de ses thèmes, la modernité de l'oeuvre de Conrad tient à l'extrême audace de la narration. Ses romans sont portés par des voix - celle de Marlow, bien sûr, mais ce n'est pas la seule -, et les récits sont savamment entrelacés, déjouant ainsi le piège des continuités arbitraires. Son oeuvre aussitôt traduite en France suscita l'engouement. Chose rare, La NRF lui consacre un numéro d'hommage quand, en 1924, il disparaît. L'année précédente, la même revue avait célébré Proust. Cest dire l'importance qu'avait déjà Conrad pour ses contemporains les plus avertis. Aujourd'hui plus que jamais, il est "l'un des nôtres" . Depuis Le Nègre du "Narcisse" (1897), manifeste artistique dont l'ambition est de pouvoir justifier son "existence à chaque ligne" , jusqu'au plus grand roman (ou "confession") de la dernière période, La Ligne d'ombre (1917), ce volume propose une traversée des trois décennies couvertes par son oeuvre. Chaque escale est indispensable. On regarde parfois vers la mer, parfois vers la terre, parfois dans les deux directions. L'intranquillité conradienne demeure inébranlable dans la tourmente. Bienheureux les lecteurs qui en feront leur boussole.

09/2017

ActuaLitté

Littérature étrangère

La ligne d'ombre. Une confession

Dans un port d’Extrême-Orient, alors Con La Ligne d’ombre qu’il vient de quitter son navire et qu’il n’aspire qu’à regagner l’Europe, un jeune marin, sur un coup de tête, accepte de prendre le commandement d’un trois-mâts en partance pour Singapour. Mal accueilli par son second lequel est hanté par le souvenir du précédent capitaine, mort dans des circonstances troubles, il doit bientôt faire face à une redoutable absence de vent qui immobilise le navire. Pris au piège d’une mer trop lisse, les membres de l’équipage, accablés par les fièvres tropicales et ne voyant plus dans l’eau que le miroir de leur conscience, s’abîment peu à peu dans le désespoir et la folie.... Dans cet inquiétant huis clos maritime qu’est La Ligne d’ombre (1917), Conrad, s’inspirant d’un épisode de sa vie, met en scène le passage de l’enfance à l’âge adulte, et la solitude de l’homme face à son destin.

10/2015