Recherche

Jc Gawsewitch Editeur

Extraits

ActuaLitté

Non classé

Le Journal de Ruth Maier

Ruth Maier, réfugiée autrichienne arrivée en Norvège avant la guerre, est victime de la grande rafle menée contre les juifs de la capitale. Elle est arrêtée en 1942 et embarquée sur un cargo à destination d’Auschwitz, où elle décède à son arrivée. Elle avait 22 ans. Ruth a tenu un journal jusqu’à la fin de sa vie. À partir d’environ 1100 pages manuscrites et de 300 lettres, son parcours a été brillamment reconstitué. Dans la lignée du journal d’Anne Frank, ce témoignage déchirant met le doigt sur le rôle trouble joué par la Norvège pendant la Seconde Guerre mondiale. Un document exceptionnel qui compile une centaine de photos, lettres, dessins, croquis et poèmes. « L’histoire de Ruth n’est pas que le récit de destins juifs, c’est aussi l’histoire exceptionnelle et universelle de la recherche de son identité dans des circonstances inhumaines. Cette histoire est incontournable, et touchera tout le monde. »(Bent Blüdnikow, Berlingske Tidende)« C’est sa prise de position claire et radicale qui fascine et touche, ainsi que l’implication intellectuelle dans les questions existentielles de cette jeune femme à propos de l’âge adulte, de l’amour, de l’évolution politique et de la solitude. »(Gabriele von Arnim, Die Zeit)« Son dernier journal, achevé deux jours avant son vingt-deuxième anniversaire, porte la mention préliminaire “Ne pas brûler! ” Pour la postérité et pour sa valeur de témoignage humain, nous pouvons nous estimer heureux qu’il n’ait pas été réduit en cendres. »(Ian Thompson, The Independant)

ActuaLitté

Non classé

Le grand complot

17 juin 2003: la police française, en collaboration avec la DST (direction de la surveillance du territoire) lance une opération contre le CNRI (Conseil National de la Résistance Iranienne). Les autorités interpellent l’ensemble des hauts responsables de la communauté des Moudjahidines du peuple, cette organisation étant ouvertement en lutte contre le gouvernement iranien. Pour Yves Bonnet, le Vevak (service des renseignements iraniens) a cherché à neutraliser le CNRI en manipulant la DST française et en allant à l’encontre de la règle d’équilibre dans l’échange de renseignements… Pourquoi cette soumission de la France à l’Iran? L’auteur met en cause le gouvernement Chirac qui sous la direction du juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière a permis ces arrestations sur le sol français. La main mise du gouvernement iranien sur le pouvoir de l’époque est manifeste et aurait eu pour objectif l’ouverture de marchés pétroliers à Total.