Recherche

Gilles Leroy

Extraits

ActuaLitté

Beaux arts

Eugène Leroy

C'est avec une exemplaire humilité, mais non sans robustesse, que la peinture d'Eugène Leroy traverse toutes les modes artistiques de ces cinquante dernières années. Si, depuis le début des années quatre-vingt, cette peinture a fini par s'imposer internationalement, c'est qu'il est dans sa nature de se livrer tout en se protégeant. Le peintre aime à rappeler comment son activité consiste essentiellement à réactiver une émotion originelle faite de deux "sons justes".
Une émotion pour lui liée au "geste" — c'est-à-dire à l'image et à la vie — qui rend possible la peinture, mais qui n'est pas la peinture. Il faut voir les oeuvres d'Eugène Leroy comme des champs de bataille où s'affrontent impitoyablement, mais aussi fraternellement, hors de tout expressionnisme, ces deux dimensions. Cette oeuvre singulière ne relève en rien d'un quelconque matiérisme : Leroy considère l'épaisseur de ses tableaux, ainsi que l'acharnement qu'il met à reprendre indéfiniment ses toiles, davantage comme une fatalité inscrite au coeur de la peinture que comme une volonté stylistique.
Par-delà l'épaisseur, c'est la lumière qui est ici en jeu. Une lumière qui ne renvoie pas au pittoresque, mais au déploiement même de la peinture. Un déploiement qui est une fête pour les sens, la mise en oeuvre d'une énergie-harmonie qui aujourd'hui s'exprime avec bonheur et fulgurance. A un texte analytique et distant, Bernard Marcadé a préféré l'accompagnement et l'écoute d'une pensée. "Ecouter la parole de Leroy, dit-il, c'est déjà commencer à aborder une peinture qui s'entend autant qu'elle se voit".
Deux entretiens et une biographie détaillée complètent cette première monographie consacrée à Eugène Leroy.

05/1994

ActuaLitté

Littérature étrangère

Ballade pour Leroy

La première chose que voit Leroy lorsqu'il sort du coma, c'est la photo d'une pin-up en bikini aux couleurs du drapeau américain. Une vision aussi nette que les sept années qui séparent son départ pour l'Irak de cet instant précis où il se réveille dans un établissement spécialisé. Lui qui avait oublié jusqu'à son nom pourra-t-il redevenir un jour celui qu'il a été ? Alors qu'il prend une terrible décision, son destin va bouleverser la vie de ceux qui gravitent autour de lui : Freddie, un gardien de nuit, Pauline, une infirmière, sa petite amie Jeanette et sa mère Darla, qui continue à lui lire à haute voix des romans de science-fiction. Pendant que Leroy lutte dans un inquiétant monde parallèle pour sauver sa peau... Après Motel Life et Plein nord, Willy Vlautin signe un roman très fort sur les oubliés du rêve américain. Un livre magnifique sur ceux qui s'accrochent à la vie envers et contre tout, où courage et bienveillance font contrepoids à la noirceur du quotidien. " Profondément émouvant, le roman de Willy Vlautin touche en plein coeur et rappelle le meilleur de Steinbeck. " Library Journal

02/2016

ActuaLitté

Beaux arts

Eugène Leroy. Autoportrait

Eugène Leroy (1910-2000) est une référence pour l'histoire de la peinture contemporaine. Des toiles expressionnistes qui le firent connaître au milieu du XXe siècle aux vastes empâtements qui ont considérablement marqué la scène artistique internationale depuis une trentaine d'années, Eugène Leroy a construit un œuvre très personnel, au croisement des débats qui animent la question de la peinture dans l'art contemporain. Sa longue pratique artistique lui a permis d'approfondir ce questionnement jusqu'à la fin et ainsi d'être non seulement une source, mais aussi l'expression la plus aboutie de cette réflexion nourrie d'une formidable culture. Parmi les thématiques traversant l'œuvre de Leroy, l'exercice de l'autoportrait intervient avec un entêtement jamais démenti rappelant les obsessions de Rembrandt. Traitée à l'huile, au fusain, au burin, l'image de l'artiste est un motif récurrent qui, abordé avec plus ou moins d'évidence ou de complexité, est une sorte de fil d'Ariane dans le labyrinthe d'une vie de création.

07/2004

ActuaLitté

Sciences de la terre et de la

André Leroy. Berger d'alpage

"[Les vieux] disent : "Les brebis, c'est comme les filles : plus tu les regardes et plus elles se font jolies". Ca dépasse largement les discours d'ordre technique : fournir aux animaux ce dont ils ont besoin pour être en bon état et pour produire. C'est tout cela, bien sûr, mais c'est bien davantage... Un certain type de relation avec l'animal, qui exprime une attitude particulière vis-à-vis du vivant. Avoir le souci des bêtes, c'est savoir que la vie est quelque chose de fragile, de miraculeux, de toujours menacé. Quelque chose qui se respecte, qui se protège : on ne fait pas n'importe quoi, n'importe comment avec la vie. Mais les vieux savent aussi que la vie a une force et une intelligence énormes. Et respecter la vie, c'est aussi savoir faire confiance à cette énergie, à cette intelligence. D'où le fameux "laisser-faire". Oui, souvent, ce qu'il y a de mieux à faire, c'est d'éviter tout ce qui peut entraver le libre jeu de la vie." Une partie du contenu de ce livre, publiée comme rapport de recherche en 1988, a changé le regard sur l'alpage et le métier de berger dont elle a révélé toute la complexité. André Leroy est considéré par ses pairs comme une référence.

09/2020

ActuaLitté

Policiers

Le enquêtes de l'inspecteur Leroy

L'inspecteur Leroy arrive en fin de carrière. Un homme taciturne, au caractère difficile avec un penchant pour l'alcool et les cigarettes. Pourtant, ses collègues l'apprécient pour sa ténacité et son intuition qui lui ont permis de résoudre des affaires criminelles compliquées. Arnaud a perdu le sens de la vie, il s'ennuie dans son cadre familial. Un jour, il découvre qu'il a un don particulier qui va changer le cours de son existence monotone. Une aventure singulière qui va l'amener dans les griffes de l'inspecteur Leroy. Le même jour, quatre femmes trouvent la mort dans des circonstances en apparence naturelles. Pourtant, les familles n'acceptent pas la version officielle et déposent une plainte auprès de la police. Les enquêtes sont confiées à l'équipe de notre fin limier.

07/2021

ActuaLitté

Livres 3 ans et +

Léo le lérot

Petit cousin du loir, Léo le Lérot dort le jour et ne sort qu'à la tombée de la nuit pour se nourrir. Tout le contraire de Benjamin le Lutin qui, lui, se réserve tous les fruits du jardin et se goinfre toute la journée ! Or c'est bientôt l'hiver, et Léo n'a plus rien à manger. Il a beau frapper à toutes les portes, personne ne lui répond. Il ne lui reste plus qu'à faire une petite "visite" à Benjamin à la nuit tombée, pour lui dérober toutes ses compotes et ses confitures. Et c'est bien fait pour le lutin : il n'avait qu'à partager avec ses copains du jardin !

09/2017

ActuaLitté

BD tout public

Luc Leroi Intégrale : Luc Leroi reprend tout à zéro

Luc Leroi, un anti-héros ? C'est le mot qui le désigne le plus souvent, en vingt ans d'existence éditoriale (1980-2000). Luc Leroi est un marginal, vivant dans une mansarde, sous les toits de Paris. Lunaire, attachant, pudique, succombant plus souvent qu'à son tour au charme des femmes, il quitte parfois sa mansarde pour vivre, à son corps défendant, des mésaventures où le danger côtoie le burlesque. Bohème, il évolue dans un quotidien contemporain. C'était alors une idée plutôt nouvelle que de raconter des histoires se basant sur la réalité, sans référence ni aux genres traditionnels de la BD, ni au cinéma, ni à la littérature. Jean-C. Denis, avec Luc Leroi, raconte des histoires simples qui reflètent, d'une certaine manière, sa vision personnelle de la vie, s'amusant du pessimisme qui l'habite. Luc Leroi est plus vivant que jamais ! Double de papier de Jean-Claude Denis à bien des égards, il ne peut donc disparaître tout à fait : on le retrouvera prochainement dans un nouveau récit.

11/2012

ActuaLitté

Littérature française

Alabama Song

Montgomery, Alabama, 1918. Quand Zelda, "Belle du Sud", rencontre le lieutenant Scott Fitzgerald, sa vie prend un tournant décisif. Lui s'est juré de devenir écrivain : le succès retentissant de son premier roman lui donne raison. Le couple devient la coqueluche du Tout-New York. Mais Scott et Zelda ne sont encore que des enfants : propulsés dans le feu de la vie mondaine, ils ne tardent pas à se brûler les ailes... Gilles Leroy s'est glissé dans la peau de Zelda, au plus près de ses joies et de ses peines. Pour peindre avec une sensibilité rare le destin de celle qui, cannibalisée par son mari écrivain, dut lutter corps et âme pour exister... Mêlant avec brio éléments biographiques et imaginaires, Gilles Leroy signe ici son grand "roman américain".

08/2007

ActuaLitté

Littérature française

Le monde selon Billy Boy

Qui aurais-je été, moi, si Eliane m'avait eu d'un autre homme ? Si elle m'avait conçu avec ce lieutenant Delor, j'aurais été un homme doux, sans doute, et posé comme lui. J'essayais de me représenter physiquement : de taille moyenne, voire petit, de corpulence fine et sèche, j'avais la peau brune, des cheveux noirs frisés, denses et brillants - plus rien à voir, enfin, avec cette plaie de rouquin à la peau trop fragile. Mon imagination s'arrêtait là et le commencement de fiction s'éventait aussitôt, aporétique et sans issue, puisqu'on ne récrit pas l'histoire, celle de son corps encore moins que celle des hommes. En cette toute fin des années cinquante, Eliane a vingt ans quand elle tombe enceinte. André, le futur père, n'en a que dix-sept et ses parents s'opposent au mariage. Eliane a peur. Sa propre mère la renie, André disparaît. Où trouver le courage de porter puis d'élever seule cet enfant ?

12/2014

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Nina Simone, roman

"J'étais célèbre, on me reconnaissait dans la rue, on m'offrait des concerts dans tout le pays, mes disques sortaient en Europe... Les télévisions me demandaient, les stars de cinéma aussi me réclamaient à leur table, Lauren Bacall, Frank Sinatra, la minuscule Natalie Wood... Mes amis étaient écrivains, Langston Hughes, James Baldwin, Lorraine Hansberry. Ma vie pourrait-elle jamais être plus belle ? J'étais la coqueluche du moment et une petite voix en moi susurrait : Profite, Eunice, ça n'aura peut-être qu'un temps". Comment Eunice Kathleen Waymon, la petite fille noire née dans une famille pauvre à Tryon, Caroline du Nord, en 1933, est-elle devenue l'immense Nina Simone, la diva à la voix unique et au toucher de piano inoubliable ? Le destin de Nina Simone ressemble à un roman : c'est ce roman que Gilles Leroy recompose, livrant avec tendresse l'histoire totalement vraie et totalement romancée d'une artiste adulée dans le monde entier - mais si seule dans la vie. Avec cet émouvant portrait d'une femme blessée, Gilles Leroy nous offre, après Alabama Song et Zola Jackson, le troisième volet de sa trilogie américaine.

12/2014

ActuaLitté

Littérature française

Requiem pour la jeune amie

Si je pense à elle ou prononce son nom, les premières images à surgir sont des clips : c'est elle qui danse, c'est elle à la platine dans le salon-navire, c'est elle à un concert, jamais loin de la scène, ou dans une boîte de nuit, jamais loin des enceintes. Elle danse, la sueur irise sa peau, elle a toujours une mèche de cheveux qui lui barre le front ou se colle à ses tempes, parfois une boucle plus longue descend jusqu'à sa bouche, qu'elle écarte en riant, heureuse comme on peut l'être en dansant sur une musique qu'on aime, qui nous transporte, nous hisse au ciel sur des arcs électriques. A l'été 1984, le narrateur apprend la mort de sa meilleure amie des suites d'un viol. Ils ont vingt ans, vivent de l'air du temps et, quand ce temps s'interrompt brutalement, c'est le vertige, la révolte, puis un très long silence. Tournant le dos au sordide du crime, indifférent à l'enquête policière qui ravale l'être aimé au seul rang de victime, trois décennies plus tard l'ami devenu écrivain choisit de faire revivre une personnalité fascinante, libre et lumineuse, de sauver sa mémoire faute d'avoir pu lui sauver la vie. C'est le roman d'une amitié et d'un Paris fusionnels que nous livre Gilles Leroy avec ce portrait d'une jeune femme que l'on aurait aimé connaître.

02/2021

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Grandir

Nous sommes dans les années soixante-dix. Will, le narrateur, va souvent en week-end à la campagne chez les cousins Vitti, avec ses parents Nush et le play-boy. Les cousins sont ouvriers d'une cristallerie, se tuent à la tâche et passent leurs congés à bâtir eux-mêmes leur maison. Un samedi de juin, on fête les noces du fils aîné des Vitti. Will, quatorze ans, y rencontre Roxane, dix-neuf ans, qui fait son initiation sexuelle. Rien que de très normal, en somme. Sept ans plus tard, un samedi de juillet, on marie l'autre fils Vitti mais tout a changé : le play-boy et Nush ont divorcé, la cristallerie licencie à tout va et jamais les cousins, chômeurs, n'auront l'argent pour finir leur maison. Will préfère désormais les bras des garçons à ceux des filles... Fresque sociale au vitriol sur fond de récession économique, Grandir, ou l'apprentissage de la désillusion, se fait peu à peu chant d'amour et hymne à la vie.

08/2005

ActuaLitté

Littérature française

L'amant russe

C'est alors que je l'ai vu. Il m'observait franchement, les sourcils arrondis et la tête penchée de côté tel un chat surpris par sa première souris mécanique. [ ...] J'ai su qu'il n'y aurait plus rien au monde. La grande éclipse faisait son œuvre. J'ai frissonné, la sueur s'est glacée sur tout mon corps. Il a dû le voir et il a souri. [...] Quelque chose naissait et je n'avais plus peur. Peut-être aurais-je dû : prendre le temps de la peur. Mais j'étais pressé. J'avais seize ans, j'étais très pressé. Lorsque le narrateur adolescent rencontre, Volodia à Leningrad, c'est le coup de foudre : il sait intimement qu'il vient de croiser son destin et qu'il devra s'y soumettre. Irrémédiablement attirés l'un par l'autre, les deux garçons que tout oppose se plieront à la force et à l'ardeur de leur désir intransigeant... A la fois inéluctable et fatale, la passion les habite, rien ne les empêchera de vivre leur amour : toujours ils trouveront les moyens de déjouer les pièges qui les menacent dans la ville et dans le regard des autres. Pour mieux se trouver, au risque de se perdre... Echanges de regards furtifs, mots tus au bord du silence par peur de rompre le charme, gestes à peine ébauchés où le désir s'épuise, L'amant russe compose un véritable chant d'amour.

01/2002

ActuaLitté

Théâtre

Ange soleil

Une nuit d'août 44. Les troupes alliées sont entrées dans Paris. Depuis les toits, soldats allemands et miliciens français livrent leurs derniers feux. A L'Olympie, un dancing de Pigalle, une mère attend l'exécution de son fils assassin. Il sera le premier guillotiné de la France libre. A l'origine de ce texte, il y a la demande que m'a faite Alfredo Arias en 2005 d'adapter pour la scène le roman de Jean Genet Notre-Dame-des-Fleurs. Devant ma réticence à toucher à ce chef-d'œuvre, Alfredo m'a suggéré d'écrire un texte original où se croiseraient l'univers de Genet, celui des photographies de Brassaï et le mien, bien sûr, où les adolescents hors la loi tiennent une grande place. Un nom m'avait frappé en relisant Notre-Dame-des-Fleurs, celui, merveilleux. du condamné à mort Ange Soleil. Figure elliptique, oublié au palmarès des grands criminels, Ange Soleil a laissé peu de traces sinon celles d'une absolue noirceur : meurtrier atroce et sans repentir, codétenu violent et délateur, on raconte qu'il s'acoquina avec les pires gardiens de la pénitentiaire, tout particulièrement sous l'occupation allemande.

05/2011

ActuaLitté

Littérature française

Le Diable emporte le fils rebelle

Lorraine, son mari et leurs quatre fils vivent sur une ancienne friche d'une ville du Wisconsin. La jeune mère se tue à la tâche et n'a, pour tenir, que Dieu et les cachets. Elle doit aussi affronter sa bête noire, Adam, le fils aîné réfractaire. L'adolescent sortà peine de détention qu'une rumeur s'en prend à sa sexualité. Lorraine n'a plus qu'une obsession : sauver le reste de sa famille.

01/2019

ActuaLitté

Littérature française

Le château Solitude

Gilles Leroy propose, en vingt-six mots, un abécédaire égoïste et personnel où il se raconte tout entier. L'Autre, Désir, Géniteur, Jardin, Lire, Onarchie, Plaire, Rupture, Télévision, Wanderlust, Zéro, sont autant de thèmes que l'auteur explore avec fantaisie, intelligence et drôlerie. Chaque entrée donne lieu à des récits successifs, tour à tour souvenirs, anecdotes, pensées, coups de cour ou coups de griffe, de sorte que se compose sous nos yeux une ouvre furieusement vivante et à la richesse galopante. Conçu en arborescence, Le château Solitude déploie, de toute sa densité, les multiples facettes de son auteur. Un récit en forme d'autoportrait mouvant, d'une sensibilité érudite et porté par une langue à l'irrésistible élégance.

05/2016

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Soleil noir

À peine sortie de prison, Nadia est descendue dans le Var, à Vaucaire, chercher le fils qu'on lui a retiré quinze ans plus tôt. À pied ou en stop, elle court les routes de la côte et les collines de l'arrière-pays. Elle interroge tous ceux qu'elle croise, en vain. Les esprits de Vaucaire sont occupés à bien autre chose: la disparition du poète local. Les soupçons ont vite fait de se porter sur Marco, ce jeune boumian qui vit seul dans les collines. Soleil noir a la beauté sauvage de cette nature provençale au milieu de laquelle les drames se font et se défont...

11/2002

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Machines à sous

Les machines à sous, c'est la grande réussite d'André, jeune homme des années soixante qui gravit un par un les échelons de la maison Aubusson, négoce de flippers, juke-box et " bandits manchots " en tous genres. A dix-sept ans, André devient le père de Gilles, surnommé Billy-Boy en hommage à un succès de rock. Le narrateur pose son regard d'enfant sur les dissensions familiales, sur la pauvreté du clan maternel et la richesse tapageuse du clan paternel, sur les peurs et les combats d'Elaine, épouse adorée autant que délaissée, sur les frasques d'André, surtout, que l'âge n'apaisera pas et qui continuera à passer ses nuits dehors, entouré d'une cour permanente.

09/2000

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Les maîtres du monde

" De ce roman-là du début par le début, je ne me souviens pas et je n'ai peut-être rien vu. J'ai entendu la voix d'enfant haute et claire, le léger trac trahi par une déglutition pénible, puis ces mots à la tournure un peu trop raide pour n'avoir pas été longuement remâchée : " Pardonnez-moi, madame, mais la profession des parents est-elle obligatoire pour la fiche d'identité ? " La principale - un joli professeur vêtu de robes mini blanches et moulantes, dont nous apprendrions plus tard qu'elle s'était destinée dans sa propre adolescence à tout autre chose que l'enseignement des mathématiques modernes - haussa alors ses sourcils épilés, parut réfléchir, puis sourit : " Comme vous y allez ! Ce n'est qu'une fiche de renseignements, mais si vous estimez qu'il en va de votre droit à une vie privée, ma foi... non, c'est facultatif. "

06/1998

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Dans les westerns

"On en voit, dans le métier, des physiques exceptionnels et des visages saisissants. Lui, Lockhart, c'était autre chose. On voulait entrer dans sa lumière, dans sa sphère, on voulait le prendre dans ses bras et sentir comment c'était d'être dans ses bras". 1948, Arizona. Quand Paul Young rencontre Bob Lockhart sur un plateau de cinéma, l'évidence saute aux yeux de tous : les deux hommes seront bien plus que de simples partenaires de jeu. Espionnés par les studios, la police des moeurs et la presse à scandale, les amants vivent une passion illicite, qui deviendra légendaire. Toute histoire d'amour est aussi l'histoire d'un monde : ici, une Amérique brillante, convulsive, déchirée entre avant-garde et cynisme, soif de liberté et répression.

05/2018

ActuaLitté

Petits classiques parascolaire

Zola Jackson

A La Nouvelle-Orléans, c'est d'un oeil presque ironique que Zola Jackson accueille l'ouragan Katrina. A quoi bon s'affoler pour si peu ? La vieille institutrice noire à la retraite en a vu d'autres ! Rien ne la fera quitter sa maison, ni abandonner sa chienne Lady. Alors que la catastrophe s'abat sur la ville, la voix de l'héroïne nous plonge dans les rues inondées du quartier populaire où elle vit, mais aussi au coeur de ses propres souvenirs, heureux et douloureux. Peu à peu se font jour les travers d'une société américaine inégalitaire et gangrenée par le racisme. Récriture du Déluge, Zola Jackson offre un voyage dans la conscience humaine, confrontée aux drames collectifs et aux tragédies intimes. Avec ce roman, Gilles Leroy (prix Goncourt 2007) signe "un huis clos poignant, d'une rare émotion" (Xavier Houssin, Le Monde des livres). + Etude de l'oeuvre : parcours de lecture, histoire des arts : représentations du Déluge, interview de Gilles Leroy. + Groupements de textes : villes maudites, le racisme en littérature, la satire du journalisme dans le roman réaliste. + Vers l'oral du bac (lecture cursive).

01/2020

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Dormir avec ceux qu'on aime

Tomber amoureux, ce jour-là, foudroyé au contact d'une main, me rendit mes seize ans, exactement mes seize ans à Leningrad. Quiconque aura aimé sait ces choses-là entre mille : étreindre une main, c'est tout donner, d'un coup, sans prudence, sans contrat, sans rien. Tenir la main, tous les enfants le savent, n'est pas seulement s'accrocher au passage : tenir ta main, c'est tenir à toi, tenir de toi. Et plus je serre, plus j'entrecroise nos doigts, les entrelace, plus je te dis mon incommensurable besoin, un besoin tel que ta paume me renseigne sur toi. Sur ta paume, j'ai pu lire que tu étais quelqu'un de bien.

03/2013

ActuaLitté

Littérature française (poches)

L'amant russe

"Il embrassait comme un voleur novice. Vite et violent, avec des mains clandestines qui me faisaient la peau comme on fait les poches. Les doigts ont glissé en pied-de-biche sous la chemise, ont forcé la ceinture à la taille. Il m'a tout appris dans un baiser de camisole. Dans sa bouche était le goût du péché, que l'on n'oublie pas". Lorsque le narrateur adolescent rencontre Volodia à Leningrad, c'est un véritable coup de foudre : il sait qu'il vient de croiser son destin. Inéluctable et fatale, la passion charnelle les emporte et désarçonne le lecteur, qui revit avec intensité le temps des premières fois. Dans ce récit autobiographique, l'auteur retrace avec clairvoyance toute la rage du sentiment adolescent. L'amant russe compose ainsi un véritable chant d'amour, fait d'urgence, de corps morcelés et d'érotisme électrique.

02/2022

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Zola Jackson

Août 2005, delta du Mississippi : l'ouragan Katrina s'abat sur La Nouvelle-Orléans. Les digues cèdent sur le lac Pontchartrain et les quartiers modestes sont engloutis. La catastrophe touche de plein fouet la communauté noire. Tandis que ses voisins attendent des secours qui mettront des jours à arriver, l'institutrice Zola Jackson s'organise chez elle pour sa survie. L'eau continue de monter, inexorablement. Du ciel, les hélicoptères des télévisions filment la mort en direct. Réfugiée dans le grenier avec sa chienne Lady, Zola n'a peut-être pas dit son dernier mot. Sous la plume de Gilles Leroy, prix Goncourt 2007 pour Alabama song, Zola Jackson, femme de trempe et mère émouvante, rejoint le cercle des grandes héroïnes romanesques.

05/2011

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Les jardins publics

C'est l'histoire d'une couturière qui aimait trop la photographie et c'est l'histoire de ses photographies. C'est l'histoire d'un jardinier qui aimait trop les femmes et c'est l'histoire de son jardin. C'est l'histoire du zouave qui chantait et celle de Sarah qui abandonne son tambourin. C'est l'histoire du prêtre défroqué, amoureux de Sarah. C'est l'histoire de Muriel, l'enfant inachevée. Il y a aussi deux miliciens interlopes, une contrebandière scandaleuse et son mari boucher. Il y a aussi un lieutenant allemand, des aviateurs dans les déserts, des architectes dans les jardins. Et il y a Lou. Lou au centre du monde et qui réunifie le monde. Enfin, il y a cet homme qui se souvient sans avoir rien connu, qui les interroge tous et cherche une réponse. Dans Les jardins publics, l'univers de Gille Leroy atteint l'ampleur d'une fresque contemporaine.

02/2009

ActuaLitté

Généralités médicales

Entretiens avec le docteur Lévy-Leroy, médecin résistant

Né en janvier 1915, Jean Claude Lévy-Leroy est un jeune étudiant en médecine lorsuqe la Seconde Guerre mondiale éclate en 1939. De confession juive, il décide de rejoindre la France libre et met ses compétences de médecin au service de la Résistance du Général de Gaulle. Cet ouvrage fait suite à une série d'entretiens. Il raconte la guerre telle qu'il l'a vécue, ses voyages en Afrique et en Asie, entre 1940 et 1944. Le 26 août 1944, il défile sur les Champs-Elysées.

06/2013

ActuaLitté

Sociologie

De Leros à la Borde

Dans ce recueil paru en 2012, dont il avait lui-même imaginé le contenu peu de temps avant sa disparition, Félix Guattari en appelle à une pratique de la cure psychiatrique dans des institutions qui sauraient renouveler leurs instruments et faire preuve, vis-à-vis de leurs patients, d'une créativité comparable à celle de l'artiste. Renouvellement qu'il souhaiterait voir étendu à d'autres secteurs de la société.

04/2022

ActuaLitté

Gestion

Leroy-Somer. Aventure industrielle et humaine du XXe siècle

Ce livre est une ode à la passion d'entreprendre. Créée en 1919 par Marcellin Leroy, un électricien autodidacte, l'entreprise des Moteurs électriques Leroy emploie 800 personnes à la veille de la Seconde Guerre mondiale. A partir de 1957, son successeur, Georges Chavanes, en fait, avec son ami Paul Barry, un groupe leader mondial des machines électriques tournantes (moteurs électriques et alternateurs) qui fait travailler, au plus fort, jusqu'à 10000 personnes. L'initiative, la débrouillardise, le goût du travail bien fait et de l'innovation, la volonté permanente des actionnaires d'investir à long terme sans rechercher le profit immédiat, expliquent ce succès. Mais, plus que les chiffres, c'est l'aventure humaine qui constitue la vraie réussite des Moteurs Leroy-Somer. Cet ouvrage ne se lit pas comme un livre d'économie mais comme un recueil d'histoires, à base d'anecdotes, souvent cocasses, qui rythment, malgré le dur labeur, la vie quotidienne et la croissance de l'entreprise, et soudent une communauté d'hommes et de femmes.

09/2012

ActuaLitté

Littérature française

Aventures et mésaventures d'Antoine Leroi

C'est l'histoire vraie d'un homme qui a vécu plusieurs vies en une seule : pilote, musicien, acteur, entrepreneur... Vous allez découvrir un élève peu studieux, mais qui a laissé libre cours à sa jeunesse. Perte de contrôle, perte de moteur, perte de position, expérience de mort imminente : vous allez voir comment Antoine a plusieurs fois croisé la mort, pour finalement retomber sur ses pattes sain et sauf, les deux pieds sur terre. Vous allez finalement faire connaissance, au travers de ce recueil de tranches de vie, avec un personnage à la destinée extraordinaire et au verbe haut. L'ennui n'a qu'à bien se tenir ! Comme son personnage, inspiré d'Antoine de Saint-Exupéry, Richard Landreville a vécu plusieurs vies en une seule. Dès 15 ans, il a vu la mort de près à plusieurs reprises. A 16 ans, il entame des études pour devenir pilote d'avion. Cinq ans plus tard, il change de vie, pour devenir musicien et comédien, en France et en Amérique du Nord. A 28 ans, il revient à ses premières amours, volant aussi bien sur des petits bimoteurs que sur les Jumbo-jet des lignes internationales, parcourant l'Amérique, l'Europe et l'Afrique. Alors pilote vérificateur sur Airbus 330, sa carrière s'arrête brusquement à 54 ans, à cause d'un accent cérébral. Commence alors une longue convalescence pour réapprendre à parler, lire et à écrire, trajet conclu par ce récit autofictif convoquant magnifiques aventures et petites mésaventures.

02/2021

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Gilles

Je ne puis plus aimer une femme. Je vais partir. Torrents de larmes, sanglots, spasmes, râles, agonie, mort, autre veillée funèbre. Femmes mortes. Dora, au loin, qu'étaient ses jours et ses nuits ? Assez. Femmes mortes. Il était mort aux femmes. Il attendit une heure. Le sanglot de Berthe ne finissait pas. Il se raidissait pour ne rien dire. Pas un mot. Il regardait autour de lui ce charmant décor, mort comme celui de sa chambre avec Pauline.

05/2007