#Roman francophone

Médée, mémoire du théâtre. Une poétique du mal (1556-1713)

Aurélie Chevanelle-Couture

De la Renaissance à la fin du règne de Louis XIV, la poétique dramatique française se développe et se transforme au rythme des apparitions de Médée. La première tragédie à l'antique imprimée en français, la pièce fondatrice du tragique cornélien, l'oeuvre emblématique du théâtre à machines, la riposte des Anciens aux Modernes : toutes mettent en scène la barbare magicienne. Toutes convoquent une figure du mal. Si Médée participe aussi activement à la définition du théâtre, c'est qu'elle en incarne la mémoire. En matérialisant ses sortilèges, sa passion et ses crimes, l'art dramatique joue sur le plan de l'autoréférentialité : il (se) rappelle qu'il jaillit d'une brèche dans les fondations de la polis, qu'il puise sa force vitale à l'ombre des règles pensées pour délimiter l'acceptable. Et de cette réminiscence, il tire l'énergie nécessaire pour se redéfinir : rappeler le chaos originel, c'est aussi repenser son mode de répression.

Par Aurélie Chevanelle-Couture
Chez Librairie Droz

0 Réactions |

Genre

Théâtre

14/11/2019 200 pages 39,80 €
Scannez le code barre 9782600059831
9782600059831
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Retrouver tous les articles sur Médée, mémoire du théâtre. Une poétique du mal (1556-1713) par Aurélie Chevanelle-Couture

Commenter ce livre