#Beaux livres

La nébuleuse

Pier Paolo Pasolini

Rospo et ses amis, dans La Nébuleuse (on parle aujourd'hui de "nébuleuses terroristes") forment une bande de losers : ces pilleurs, ces violeurs, ces voleurs, ces profanateurs, à l'instant où la nausée est à son comble, que le lecteur, c'est-à-dire le spectateur commence à parfaitement les haïr, voilà que Pasolini, par leurs rires, par leur naïveté, par leur douleur aussi, par leur abandon surtout, parvient in extremis à nous rappeler ce qu'ils sont : des enfants. Et il nous dit ceci, que l'enfance est une longue nuit, que l'enfance, que l'adolescence ne sont pas la vie, mais son hideux brouillon, son nauséeux laboratoire, et que seuls ceux qui n'en ont eues aucune sont en mesure de pouvoir les regretter. Mais autre chose fait monter les larmes aux yeux, quand se déroulent les scènes de ce film écrit à la hâte par un génie qui le laissa réaliser, à l'époque par un tâcheron (sous le titre Milano Nera, en 1963) : c'est que ces jeunes paumés, ces déclassés, ces révoltés, gavés à la pulsion de mort, à l'attrait du glauque, à la haine de soi et de tout ce qui respire ici-bas, ce sont les mêmes qui, un soir, sur une plage, ont combiné l'affreux assassinat de Pasolini, quatorze ans plus tard. Ici, Pasolini ne dit pas seulement la mort ; il raconte la sienne.

Par Pier Paolo Pasolini
Chez Grasset & Fasquelle

0 Réactions |

Genre

Cinéma

trad. Jean-Paul Manganaro
04/11/2015 252 pages 19,00 €
Scannez le code barre 9782246854852
9782246854852
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Retrouver tous les articles sur La nébuleuse par Pier Paolo Pasolini

Commenter ce livre