#Essais

Le soupir du paysan. Et la terre mourut

Noël Cavey

Le système Agricole est moribond, toutes les béquilles dont on le flanque ne servent à rien. Les discours de changements sont sa mise à mort parce qu'il ne peut être modifié de l'extérieur. Ces étrangers au monde agricole n'ont rien à voir avec l'agriculture. Ils la regardent comme un médecin au chevet d'un mourant, sans aucune volonté d'éternel, la maladie mortelle de l'Agriculture. Le monde agricole ne peut que se modifier de lui-même avec son intelligence, son savoir-faire. Il n'est pas maître de la nature, il le sait, mais il maîtrise son Art. Il a ses repères, son passé, son échelle de temps, ses règles de solidarité. La Société est absurde, sans aides financières, le paysan n'existerait plus, ça serait la famine et la mort dans tout le pays. Dans la gestion politique de l'Agriculture, le débat avec le paysan est essentiel, car l'Agriculture doit être la priorité politique du pays, car l'Alimentation est la base de la vie humaine et de la paix sociale. Les différents paragraphes de l'essai - le soupir du paysan - et la Terre mourut - l'essence de la vie - 12 000 ans d'agriculture - le chaos imprévisible - plus de pétrole - le modèle agricole - tentent une approche concrète pour montrer la vision de l'auteur, fils de paysan normand.

Par Noël Cavey
Chez Books on Demand Editions

0 Réactions |

Genre

Sociologie

24/08/2020 124 pages 8,99 €
Scannez le code barre 9782322222742
9782322222742
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Retrouver tous les articles sur Le soupir du paysan. Et la terre mourut par Noël Cavey

Commenter ce livre