#Essais

Les unions consensuelles chez les femmes africaines. Entre coutumes matrimoniales et modernité (exemple du Cameroun)

Moïse Ngouloure Njoya

On parle d'union consensuelle quand la formation d'un couple ne découle ni d'un mariage coutumier, ni d'un mariage civil, ni d'un mariage religieux. Les femmes Bamiléké-Bamounes et Beti-Bassa-Mbamoises n'échappent pas à cette nouvelle réalité conjugale. Chez les premières, les traditions demeurent contraignantes, la dot est modeste, ce qui est favorable aux mariages. Les secondes bénéficient d'une liberté dans le choix du conjoint, la pression en vue du mariage est faible, ce qui est propice aux unions consensuelles. En revanche, l'urbanisation, la scolarisation prolongée des femmes et leur accès aux revenus vont impulser les unions consensuelles chez les femmes Bamiléké-Bamounes et plutôt les mariages chez les femmes Beti-Bassa-Mbamoises. Les premières, instruites ou autonomes financièrement, craignent la domination masculine, tandis que pour les secondes, où il y a un certain équilibre hommes-femmes, c'est plutôt le manque de moyens qui conduit aux unions consensuelles, avec la compensation matrimoniale élevée.

Par Moïse Ngouloure Njoya
Chez Editions L'Harmattan

0 Réactions |

Genre

Sociologie

01/10/2015 272 pages 29,00 €
Scannez le code barre 9782343064772
9782343064772
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Retrouver tous les articles sur Les unions consensuelles chez les femmes africaines. Entre coutumes matrimoniales et modernité (exemple du Cameroun) par Moïse Ngouloure Njoya

Commenter ce livre