#Essais

Il est toujours interdit d'interdire

Guy Konopnicki

28 février 2020. Le petit monde du cinéma s'est donné rendez-vous pour sa traditionnelle cérémonie des Césars. Mais depuis déjà quelques jours c'est un peloton d'exécution qui se prépare. Douze nominations pour J'accuse, douze balles pour Roman Polanski, quand il reçoit le César du meilleur réalisateur. Qu'importe le talent du cinéaste, ses accusatrices le clouent au pilori pour des faits vieux de plus de quarante ans. Qu'importe la justice ! Polanski est le monstre à abattre. Le symbole de la domination des hommes et de l'argent. Guy Konopnicki, dont l'engagement progressiste n'est plus à prouver, s'insurge contre ces amalgames, contre cette soif de censure. A l'aune des nouvelles exigences, il faudrait briller Ronsard, Corneille, Hugo et Marguerite Duras, expurger la littérature, les arts et le cinéma. Les portes de nombre de musées devraient être murées. La vindicte médiatisée se substitue à la justice, au mépris des droits de la défense. Au nom de causes, justes ou non, nous nous dirigeons vers une société où l'interdit devient la première règle. Comme si la liberté était, désormais, insupportable.

Par Guy Konopnicki
Chez Impacts Editions

0 Réactions | 13 Partages

Genre

Actualité et médias

13

Partages

03/07/2020 134 pages 14,00 €
Scannez le code barre 9782491609023
9782491609023
© Notice établie par ORB
plus d'informations
Retrouver tous les articles sur Il est toujours interdit d'interdire par Guy Konopnicki

Commenter ce livre