#Roman étranger

Putain d'Olivia

Mark SaFranko

Mark SaFranko sort de nulle part. Un homme sans limites ni frontières, une espèce d'ovni littéraire que seuls quelques initiés sont capables de localiser. Signes particuliers : un goût immodéré pour la prise de risques, une prose nerveuse et racée. Une écriture au corps à corps dans la lignée d'un Fante, d'un Miller, d'un Bukowski. SaFranko puise ses histoires aux profondeurs de sa propre existence et c'est une manière efficace de donner du punch à sa prose et quelques uppercuts à ses lecteurs. Chambres de meublés pourris, jobs sans envergure, histoire d'amour et substances toxiques. Larmes amères et sexe pour Max Zajack, le héros, amoureux fou d'Olivia Aphrodite Tanga, beauté énigmatique et " putain " plus ou moins affirmée qui l'entraîne dans l'abîme d'une passion addictive, d'une fascination destructrice. Max avance sur un chemin sombre. Au bout, il trouvera l'apaisement. Départ immédiat pour un voyage de lumière et de ténèbres mêlées...

Par Mark SaFranko
Chez 13e Note Editions

0 Réactions |

Genre

Littérature étrangère

trad. Nadine Gassie
01/04/2009 319 pages 19,50 €
Scannez le code barre 9788493664725
9788493664725
© Notice établie par ORB
plus d'informations

Au lecteur français NOTE de l’auteur

J’ai toujours dit en rigolant à ma femme que ma seule ambition en tant qu’écrivain était d’être « un dieu en France ». Je pensais bien sûr à ces « auteurs cultes » chez vous, les Henry Miller, Charles Bukowski, Jim Thompson, Patricia Highsmith, et en extrapolant un peu, à ces « acteurs cultes » tel Mickey Rourke dans un film comme La Porte du Paradis. Si «dieux» chez vous, plutôt «diables» chez nous... Et encore jugés « cul » plutôt que « culte »...

En fait, je ne rigolais qu’à moitié en disant ça, parce que la grande majorité de mes artistes préférés – qu’ils soient peintres, composi- teurs, cinéastes, écrivains – sont français, sinon de naissance du moins d’adoption, ou en tout état de cause des francophiles qui ont passé des périodes significatives de leur vie en France et dont les œuvres ont d’abord été reconnues et acceptées en France.

La liste, en littérature seulement, en est sans fin: Balzac... Zola... Flaubert... Proust... Sartre... Camus... Duras... Céline... Boileau et Narce- jac... Japrisot... et combien d’autres, jusqu’à Houellebecq aujourd’hui.

Les écrivains français ont toujours été ceux qui ont le plus compté pour moi. J’ai toujours dit que ce que je sais de l’écriture – si j’en sais quelque chose – je l’ai appris de Simenon (oui, il est né en Belgique, mais nous savons tous qu’il est français corps et âme).

J’ajouterais que le roman que vous avez entre les mains, Putain d’Olivia, a été très influencé par 37°2 le matin, le seul livre de Philippe Djian à avoir été traduit en anglais, à mon grand regret. Bien que Djian n’ait semble-t-il pas aimé sa traduction, c’est son roman, et le film de Jean-Jacques Beineix, dont les ombres psychiques ont plané autour de mon propre travail. Lors de ma première recherche d’édi- teur pour la version originale de Putain d’Olivia, je me souviens d’avoir écrit à Djian dans l’espoir inavoué de recevoir son appui, convaincu que j’étais de la parenté de nos livres. Je ne sais pas très bien qui était son éditeur en France à l’époque, mais j’ai bien l’impres- sion qu’il n’a jamais reçu ma lettre. La chance a voulu que Dan Fante – un autre de ces auteurs américains d’abord reconnus par la France – me réponde et me donne sa bénédiction, et le livre est finalement sorti en Angleterre.

Tout ceci pour vous dire que c’est un honneur indicible pour moi de figurer aujourd’hui, et pour aussi longtemps que les Parques le jugeront nécessaire, chez les libraires de France, mon petit cul posé sur la même étagère que certaines de mes idoles. Peut-être pas un dieu, mais tout de même pas trop loin d’eux.

Mark SaFranko

Par là en Amérique Octobre 2008 

 

 

préface

Je suis fan des coureurs de marathon, des joueurs de foot et des types capa- bles de faire dix tours de piste au cul du champion et d’arriver à finir debout. Je suis aussi un grand admirateur du travail de Mark SaFranko et ce depuis des années.

Retrouver tous les articles sur Putain d'Olivia par Mark SaFranko

Commenter ce livre