#Essais

Pink Floyd ; magiciens, alchimistes et milliardaires

Jean-Michel Oullion

Après les éphémères retrouvailles sur scène de 2005, les espoirs de reformation de Pink Floyd, le plus célèbre des groupes de rock planant anglais ont fait long feu en 2008: le guitariste David Gilmour a affirmé haut et fort « la fin de Pink Floyd », peu avant la mort brutale du claviériste Rick Wright. Cet ouvrage est le seul à offrir une analyse développée de tous les albums du groupe et des musiciens en solo. Il accorde une large place à tous ceux qui ont côtoyé le groupe (artistes de renom comme David Bowie, Frank Zappa ou Kate Bush, producteurs, managers, ingénieurs du son, etc. ) Pionniers d'un genre nouveau dans un monde en pleine révolution culturelle, Pink Floyd a donné naissance à une musique bouillonnante et inventive, électrique et psychédélique, mêlant le réel à l'onirique, l'humain à l'artificiel, l'émotion à l'agressivité dans un contexte ésotérique et surréaliste. Au-delà des délires visuels et auditifs et des avalanches d’effets spéciaux, Pink Floyd est aussi un groupe d’avant-garde dont l’œuvre a une portée politique assumée. Les quelque 200 millions de disques vendus et 25 millions de fans ayant assisté à l’un de leurs concerts en ont fait l’un des groupes phares du rock des quarante dernières années.

Par Jean-Michel Oullion
Chez Carnets De L'Info

0 Réactions |

Genre

musique

01/10/2009 292 pages 19,00 €
Scannez le code barre 9782916628301
9782916628301
© Notice établie par ORB
plus d'informations

Introduction

 

Pink Floyd, le Pink Floyd, les Pink Floyd ou tout simplement le Floyd… qu’importe le nom du flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ! Mais sûrement pas ce « Flamant Rose » dont la presse musicale française s’est acharnée à l’affubler des années durant, alors que son fondateur, Syd Barrett, avait juste réuni les prénoms de deux bluesmen américains, Pink Anderson et Floyd Council.

Pink Floyd, c’est d’abord des myriades d’images ésotériques, agressives ou surréalistes (un cochon gonflable, des prismes, des pyramides, des écoliers passés dans une moulinette géante, des marteaux qui défilent…) baignant dans un déluge d’effets spéciaux, de lasers et d’explosions. C’est probablement parce que Pink Floyd est l’un des groupes, sinon LE groupe, à avoir le plus réfléchi à la manière de présenter visuellement sa musique. Ce n’est pas un hasard si ses couvertures d’albums sont parmi les plus symboliques et les plus reconnaissables de l’histoire du rock. Sa réputation d’offrir à son public des light-shows étourdissants s’est également bâtie dès les premières performances scéniques des années 1960. Les artistes majeurs ont en commun d’être les pionniers de leur art ou bien d’en être à l’avant-garde, ou de synthétiser plusieurs courants artistiques en un seul, inédit et révolutionnaire. Dans l’histoire de la musique pop rock, rares sont ceux qui peuvent se vanter de cumuler ces trois qualités. Pink Floyd, l’une des grandes formations à avoir marqué l’histoire de la musique populaire, a le privilège d’appartenir à ce cercle fermé. Trente ans de carrière qui lui ont valu de figurer en troisième position d’un référendum du XXe siècle publié par le magazine Rock’n’Folk.

Fondé en 1965, le cousin « psychédélectronique » des Beatles n’a pas publié d’album depuis 1994. Aux débuts des années 2000, pourtant, de nombreuses rumeurs circulaient autour d’une possible réconciliation, d’une reformation, voire d’une tournée, toutes démenties. Malgré tout, l’espoir restait vivace dans le petit « landerneau » floydien, entretenu notamment par les brèves retrouvailles du Live 8 en 2005 qui laissèrent penser que tout était encore possible. Hélas, en 2009, il nous faut déchanter. Les déclarations répétées du guitariste David Gilmour dans les médias entérinent ce que tous les fans redoutaient : Pink Floyd, c’est bel et bien fini.

Il est vrai qu’avec deux dizaines d’albums à son actif, plus de 180 millions d’exemplaires de disques vendus et des centaines de concerts devant un public estimé au total à 25 millions de fans, Pink Floyd est un groupe qui, aux dires de ses membres, n’a plus rien à prouver ou à apporter. La seule petite lueur d’espoir, en définitive, c’est qu’officiellement le groupe existe toujours…

À l’heure des compilations officielles et des commémorations des principales œuvres (ainsi, en 2009, on célèbre les trente ans du monumental album The Wall), il est désormais possible de donner une vision d’ensemble d’une formation référence dans le domaine du rock et de la musique électronique. Un groupe qui a distillé son influence sur des dizaines d’autres formations, depuis les groupes allemands Can, Tangerine Dream et Kraftwerk dans les années 1970 jusqu’aux récents Smashing Pumpkins, Nine Inch Nails, Air et Archive.

Retrouver tous les articles sur Pink Floyd ; magiciens, alchimistes et milliardaires par Jean-Michel Oullion

Commenter ce livre