#Essais

Les grands romans français

Christophe Hardy

Les grands romans français: vieux souvenirs scolaires… intimidants, et que vous vous promettez de lire quand vous aurez plus de temps! Pourquoi ne pas s'y mettre aujourd"hui, en toute liberté? Ce livre fera naître l'envie de redécouvrir ce qu"on a oublié - ou de découvrir ce à côté de quoi on est passé. Il est l'occasion de retrouvailles parce qu'à l'âge adulte, la littérature prend un tout autre relief. C"est un livre généreux, qui brosse un panorama large, clair, depuis le moyen-âge jusqu’à nos jours ; un livre-carrefour, qui fixe des points de repères, trace des perspectives, vient nourrir une culture personnelle ; un livre apéritif qui donne envie d’aller vers l’oeuvre, de s’y aventurer comme dans un paysage neuf que l’on aimera pour toujours après l’avoir traversé. Dans ce panorama, chaque chapitre, centré sur un roman, donne au lecteur: Quelques clés d’analyse pour entrer dans l’oeuvre avec un regard affûté. Un large extrait du roman pour faire entendre la « voix » singulière de l’artiste. Des développements synthétiques pour situer le roman dans ses multiples contextes (Histoire, Histoire littéraire, Biographie de l’auteur, Commentaires…). Des informations pratiques sur les éditions de référence (plutôt celles en format de poche), les audio-livres disponibles, les adaptations cinématographiques, les sites web… tout ce qui peut faciliter la lecture du roman, en prolonger le plaisir.

Par Christophe Hardy
Chez Carnets De L'Info

0 Réactions |

Genre

roman français

21/10/2010 383 pages 17,00 €
Scannez le code barre 9782916628844
9782916628844
© Notice établie par ORB
plus d'informations

Pour commencer

 

Dans le village de Picardie où mes grands-parents passaient l’hiver vivait un homme que tout le monde connaissait : Monsieur Stéphane. Son patronyme ? Un peu (à peine) trop compliqué pour des oreilles et des bouches françaises, qui préféraient user d’un prénom francisé plutôt que de s’empêtrer dans un agencement inhabituel de consonnes. Il venait de loin, de l’autre extrémité de l’Europe : la Bulgarie. Il était arrivé en France sans doute à l’adolescence, juste après la guerre de 1914-1918. Il avait franchi à pied plusieurs milliers de kilomètres pour aller là où on avait besoin d’hommes jeunes, dans un pays saigné par quatre ans de combats.

Monsieur Stéphane travailla comme mécanicien. Sa femme supportait mal la vie urbaine, et le couple s’installa à la campagne, au nord-ouest de Paris. La retraite venue, le garagiste se métamorphosa en jardinier à plein temps : son potager était superbe, enclos de briques, allées impeccablement tracées, parterres bien dessinés. Mais ce n’était pas un jardinier comme les autres. C’était un jardinier adepte de la marche à pied – il était resté l’adolescent d’autrefois, parti de l’autre bout du continent. Chaque jour il arpentait les rues du village, avec sa chienne noire, Tchounga. Il causait volontiers (avec son accent) à tous ceux qu’il croisait, qu’il apercevait derrière les haies et les grillages. Il faisait profiter qui voulait de son expérience potagère, offrait des salades ou des poireaux à repiquer, des cerises à venir cueillir soi-même (à condition de ne pas casser les branches !).

Avec mon grand-père le dialogue se noua certainement sur des questions très terre à terre – semis, engrais, boutures, taille des arbres fruitiers. Mais pas seulement. Un jour, je découvris que monsieur Stéphane empruntait les livres de la bibliothèque, méthodiquement, régulièrement : Dumas, la trilogie des Mousquetaires, l’implacable vengeance de Monte-Cristo, les maléfices de Milady, les amours de la reine Margot, et puis tout Zola, la fresque des Rougon-Macquart, le Paris de L’Assommoir et de La Curée, les révoltes d’Étienne Lantier, les combines des Rougon… Cette persévérance m’impressionna.

Monsieur Stéphane n’avait sans doute pas de souvenirs scolaires, du moins pas les nôtres. Il n’avait donc pas de préjugés contre la littérature romanesque – « les romans c’est pour les filles », « Zola c’est vulgaire », « Balzac y a trop de descriptions », « Proust ? des phrases interminables qui parlent de princes et de duchesses », etc. Il avait une curiosité d’enfant, un appétit de pionnier, qui lui donnaient la liberté de s’attaquer, sans peur, à des pans monumentaux de la tradition littéraire du pays qu’il avait adopté. Aujourd’hui, alors que ce lecteur à la fois ordinaire et extraordinaire est mort depuis des années, son souvenir m’inspire toujours un sentiment de fierté.

À la fin de sa vie, monsieur Stéphane m’a donné un de ses outils, une bêche ; son manche de bois est magnifique, j’ai la sensation quand je le tiens d’un matériau indestructible. En échange, j’aurais aimé pouvoir lui offrir ce livre sur les Grands Romans français. Il en aurait sûrement fait son miel. Il aurait eu l’idée d’autres emprunts à la bibliothèque, d’autres aventures imaginaires, des lectures sans cesse renouvelées.

Retrouver tous les articles sur Les grands romans français par Christophe Hardy

0 Commentaires

 

Aucun commentaire.