#Roman francophone

Tombe

Hélène Cixous

Quand j’écrivais Tombe en 1970 je voulais relever une tombe, et relever d’une mort vénéneuse. Je voulais désenfouir un secret et je l’enfouissais sous un texte. Je travaillais sans arrêt, je fouissais, Tombe faisait un travail de taupe. Curieusement l’écureuil, dans certains cas, fait aussi un travail de taupe. Ainsi l’Écureuil de Tombe, citoyen américain par ailleurs, (j’en parlerai plus bas) est à moitié souterrien. Tombe voulait sortir vivant quand même d’un séjour aux Enfers et ne trouvait pas la sortie. La porte d’entrée refuse la sortie. Il faut trouver une autre porte. Tombe avait dû commencer à se frayer un texte sous le texte dès 1964 aux USA. Je voyais bien les textes se bosseler devant mes pages. Jusqu’au jour où il y eut une déchirure dans mes vies par où Tombe put lever. Mais seulement ce Tombe ou cette tombe. Ce n’est pas cela. Je voulais écrire un livre, ma langue a fourché, Tombe est né de cette fourche. Né fourchu. Double. Avec la mort en tiers. Tombe appartient dans mon œuvre en général à l’espèce des Livres qui se sauvent, dès que je cherche à écrire ce livre, il détale devant moi. C’est peut-être moi qui fuis. Entre nous il y a fuite. Tombe pressent, préécrit le livre qui le hante, sans le savoir. Veille. Attend. Sans que je sache. Attend trente ans. En 2001 la scène de Tombe s’ouvre sur Manhattan, LettresdelaPréhistoire. Les Enfers ont longtemps voyagé. Hélène Cixous est née à Oran en Algérie. Elle publie L'exil de James Joyce ou l'art du remplacement (Grasset, 1968) et l'année suivante Dedans (Grasset, 1969, Prix Médicis). Son œuvre comporte une cinquantaine de titres (Grasset, Gallimard, Seuil, Des femmes et Galilée). Ses pièces ont été mises en scène par A. Mnouchkine et D. Mesguich.

Par Hélène Cixous
Chez Seuil

0 Réactions |

Editeur

Seuil

Genre

romans et fiction romanesque

04/09/2008 225 pages 17,20 €
Scannez le code barre 9782020966351
9782020966351
© Notice établie par ORB
plus d'informations

 

 

 

 

Mémoires de Tombe

 

 

« Tombe dormait au Seuil », j’ai écrit cela dans la nuit du 15 août 2007. C’eût pu être un rêve, une phrase dans un texte. Tombe, quelqu’un qui serait appelé Tombe. Tout d’un coup Tombe se réveille, comme un volcan. S’est réveillé ? ou s’est réveillée ?

 

Tombe est un livre et une tombe. Les deux. Une tombe peut être un livre. Un livre est un genre de tombe qui porte en soi les secrets de la résurrection. La lecture est l’officiante de cette magie. Ceci n’est pas un tombeau. Pas un Tombeau littéraire. Tombe est au Seuil. René de Ceccatty me propose d’y republier ce livre paru en 1973. Tombe est épuisé ou épuisée ? Tombe est un mot féminin ? Oui. Non. Tombe est un verbe. Tombe n’est absolument pas muet, contrairement à ce que pense le cliché, ni muette. Pas plus que le Sommeil, ce Somnis qui ne fait que dormir dans le Livre XI des Métamorphoses, si près d’une résurgence du Léthé dans sa grotte de silence et de calme. Tombe remue.

To mbe, le mot, dit plus d’un mot. Tombe en tant que titre du livre est totalement indécidable. Que fait-on quand on appelle un livre Tombe ? Il n’est pas facile de donner un tel nom à un être. Je crois me rappeler que j’avais eu un mouvement de peur lorsque le nom s’était présenté pour prendre le poste. Une Tombe qui s’érige. Mais j’avais trente-trois ans. C’est en général vers l’âge de vingt-deux ans qu’un général, dit Stendhal, a le plus de faculté de se décider en deux minutes sur les plus grands intérêts d’une bataille. Et c’est vers l’âge de trente-trois ans qu’un « auteur » se décide à regarder Tombe en face, et de profil.

Tombe ! est un nom propre impératif.

En tant que tumba elle appelle la chute mais elle peut être précipitée vers le haut. D’ailleurs à l’origine, à la racine grecque puis latine, tombe tumule, gonfle, monte, lève. Comme la graine d’être, qui s’interrompt de germer dans l’atmosphère trop sèche de la ch ambre à maladie de Proust, qui est morte, et qui ressuscite dès qu’il lit un auteur dont il reconnaît le cri. Tel le cri de chouette de Chateaubriand, celui qui écrivait ses mémoires d’Outre-Tombe assis dans son cercueil.

Tombe a la racine tubercule. La pierre se végétalise. La mémoire repousse sous l’oubli qui l’enterre.

 

En tant que tumber, c’était le cri des jongleurs, des tournoyeurs et danseurs qui acrobatent entre la vie et la mort. Il y a de l’écureuil dans Tombe.

 

J’avais totalement oublié, perdu, invisité cette Tombe, ce livre, selon le sort et la tradition du thème de la tombe dans ma vie.

Par chance, je venais de retrouver tombe, comme on retrouve terre, la tombe de mon père, c’est-à-dire mon père tombé et relevé au cimetière Saint-Eugène à Alger, par le printemps 2006, lorsque René me proposa de faire reparaître Tombe. Je note que René a l’avantage incalculable d’avancer sous protection d’un tel prénom, surtout s’agissant de quelqu’un comme moi, que le signifiant impressionne et imprime. Ressusciter Tombe !

Retrouver tous les articles sur Tombe par Hélène Cixous

Commenter ce livre