Acteurs de la communication des entreprises et des ...

Lépine Valérie, Millet-Fourrier Christelle

ActuaLitté
La prédominance des logiques marketing dans les pratiques communicationnelles des organisations pose aujourd’hui question. Le souhait de voir évoluer et s’autonomiser les pratiques des professionnels en s’inspirant d’un renouvellement théorique et méthodologique a déjà été formulé dans les années 1990. Depuis, les pratiques ont-elles changé? Quel état des lieux peut-on dresser? En partant à la rencontre de professionnels de la communication, ce livre apporte de nouveaux éléments de réponse. Certains confirment des tendances émergentes dès la fin des années 1980, d’autres infirment au contraire des idées reçues qui ne résistent pas au travail réflexif mené sur le terrain. L’ouvrage s’adresse aux professionnels de la communication chez l’annonceur et en agence, consultants, enseignants-chercheurs en sciences de l’information et de la communication et étudiants des formations universitaires, technologiques et professionnelles en information – communication ; étudiants en IUT, BTS et écoles de communication. Ont également contribué à cet ouvrage: Christine Barats, université Paris Descartes – Guillaume Blanc, université Grenoble-Alpes – Patrice de la Broise, université de Lille 3 – Vincent Brulois, université Paris 13 – Bertrand Cabedoche, université Grenoble-Alpes – Jean-Marie Charpentier, AFCI – Alexandre Coutant, université de Franche Comté – Olivier Galibert, université de Bourgogne – Laurent Morillon, université Paul-Sabatier Toulouse – Lise Renaud, université d’Avignon et des Pays du Vaucluse.

Par Lépine Valérie, Millet-Fourrier Christelle
Chez Pug

0 Réactions |

Editeur

Pug

 

 

 

 

 

Introduction générale

 

 

Valérie Lépine, Fabienne Martin-Juchat, Christelle Millet-Fourrier
(Université de Grenoble Alpes, Gresec)

 

 

Cet ouvrage collectif s’inscrit dans la continuité des résultats d’un premier travail d’enquêtes de terrain mené conjointement par les directrices de l’ouvrage (Fourrier, Lépine, Martin-Juchat, 2012) dans lequel des professionnels de la communication avaient été interviewés pour rendre compte de leurs représentations de leur métier, des évolutions en cours et des compétences attendues tout en tenant compte de leur propre parcours. En effet, la question d’une augmentation de la prédominance de pratiques issues du marketing dans les pratiques communicationnelles des organisations, qu’elles soient internes ou externes, est soulevée depuis plus d’une dizaine d’années par la communauté des chercheurs en sciences de l’information et de la communication (Neveu, Rieffel, 1991 ; Dacheux, 2001 ; Dagenais, 2006 ; Kugler, 2006 ; Heller, Huët, Vidaillet, 2013 ; Charpentier, Brulois, 2013). Le souhait de voir évoluer la communication en s’inspirant d’un renouvellement à la fois théorique et méthodologique est-il clairement formulé, dans la continuité de Grunig (1992) soucieux de construire différents modèles de relations aux publics ? De nos jours, les pratiques des communicants traduisent-elles un renouveau ou une hybridation croissante des métiers entre marketing et communication ?

En résumé, la question de départ de cet ouvrage est la suivante : dans un contexte de prédominance de modèles gestionnaires, les communicants sont-ils en crise de sens dans leurs pratiques par rapport aux représentations qu’ils ont de leur métier ou bien essaient-ils, dans une logique de tension, de construire une spécificité observable dans les pratiques ? L’hypothèse est que la crise de la profession s’inscrit dans une crise sociétale, celle du sens du travail et de l’entreprise, impliquant pour la fonction communication une mutation profonde.

Notre objectif a été de conforter les premières réponses à ces questionnements par le biais d’enquêtes en provenance d’une large variété de terrain. Ainsi ont été sélectionnés des chercheurs qui partagent un même intérêt pour la recherche empirique et appliquée et qui présentent des acquis sur une recherche en provenance de différents types d’organisations (entreprises privées, publiques, collectivités, agences, services de communication interne, externe, etc.) à partir d’approches méthodologiquement variées (analyses de campagnes, de sites, entretiens, observations in situ, etc.). L’originalité de cet ouvrage est aussi d’avoir voulu intégrer, suite à une journée d’étude, les résultats d’une confrontation entre chercheurs et associations de professionnels du terrain. Il s’agissait de vérifier auprès de communicants si nous partagions la même analyse des frontières entre métiers et missions et comment était perçue, dans ce contexte sociétal, l’évolution de leur profession. Le dernier chapitre de cet ouvrage synthétise les résultats des débats et met en évidence différents niveaux de questionnements communs aux universitaires et aux professionnels.

0 Commentaires

 

Aucun commentaire.