#Imaginaire

La reine des Macchabs t.2

Drago, Ty

Ouvrez les yeux : vous êtes parmi eux... Vous ne connaissez pas les Macchabs ? Tant mieux pour vous ! Car seule une poignée d'adolescents, appelés les Clairvoyants, peuvent les voir tel qu'ils sont : des cadavres puants animés par des entités venues d'ailleurs et qui veulent tous nous éradiquer...
Ces ados sont devenus un véritable commando, auto-baptisé les Fossoyeurs. Grâce au jeune Will, ils sont parvenus à éliminer le Maître des Macchabs. Mais le combat est loin d'être gagné.
Car arrive aussitôt leur Reine, plus redoutable encore. D'autant plus redoutable qu'elle endosse l'identité de Lilith Cavanaugh, responsable des Affaires Civiles de la ville de Philadelphie. Or, la mère de Will vient de recevoir un colis envoyé il y a quelques années par son défunt mari, Karl Ritter, le seul adulte qui ait jamais été capable de voir les Macchabs. Dans ce colis, destiné à Will, Karl dévoile toute la vérité. Susan, qui n'a pas eu la moindre nouvelle de son fils depuis quatre mois, ne sait pas vers qui se tourner... et elle commet une terrible erreur. Elle décide de rendre l'affaire publique en se confiant à une certaine Lilith Cavanaugh... (TRADUIT DE L’ANGLAIS PAR PATRICE LALANDE)

Par Drago, Ty
Chez Bayard Jeunesse

0 Réactions |

Genre

litterature jeunesse romans / contes / fables

trad. Patrice Lalande
22/01/2015 517 pages 14,90 €
Scannez le code barre 9782747044455
9782747044455
© Notice établie par ORB
plus d'informations

L’innocence est la première victime d’une guerre.

 Anonyme

Pour Susan Drago McDevitt, fan loyale, sœur géniale... et amie encore plus extraordinaire. Je t’aime.

La Reine franchit le Gouffre entre les mondes le soir d’Halloween, et les morts la reçurent en grande pompe.

Elle arriva sans escorte, émergeant de la Faille sans forme ni substance... Une entité d’énergie noire et bouillonnante.

Ses sujets étaient rassemblés par dizaines, aussi nom breux que cette grande salle voûtée et sans fenêtres pouvait en accueillir. Se trouver ici en cet instant était évidemment un immense honneur, et seuls les plus gradés avaient été conviés. L’élite de l’Armée des Morts se tenait patiemment au garde-à-vous, baignée par la lueur qui émanait de la Faille, cette balafre flamboyante qui zébrait le mur arrière de la salle.

La Faille resta entrouverte une fois la Reine arrivée dans le royaume des humains.

La Faille ne se refermerait plus jamais.

Au centre de ce conclave de morts, le corps d’une jeune femme gisait sur un brancard, le cadavre le plus frais que les Malums avaient trouvé. Pour l’occasion, ils avaient paré la dépouille de vêtements de prix et de bijoux en or, sans regarder à la dépense.

On ne perdit pas de temps. La masse d’énergie noire qu’était encore la Reine bondit littéralement à l’intérieur du corps préparé à son intention. Étape essentielle pour ceux de son espèce, inaptes à survivre dans notre monde s’ils ne disposaient pas d’un corps hôte.

Les yeux du cadavre, que l’on avait respectueusement clos à sa mort, s’ouvrirent d’un coup. La femme se redressa difficilement et regarda ses mains. De son vivant, elles étaient longues et fines. À présent, elles

étaient violacées et ses doigts, raides.

La Reine en fut dégoûtée, mais elle se résigna.

Il était exceptionnel qu’elle traverse le Gouffre en personne, mais la mort aussi soudaine qu’inexplicable de son prédécesseur, Kenny Booth, stratège respecté et combattant aguerri, ne lui avait pas laissé le choix.

Comme elle aurait aimé faire payer ce crétin surfait pour son échec ! Malheureusement, sa disparition définitive rendait la chose impossible.

Mais quelqu’un allait payer. Oh oui, quelqu’un allait payer...

– Depuis combien de temps cet hôte est-il décédé ? demanda-t-elle, s’exprimant pour la première fois.

Elle avait encore du mal à former correctement ses mots et à articuler.

– Six heures ! répondit un cadavre vêtu d’un costume taillé sur mesure, en sortant du rang dans une posture servile.

La Reine le dévisagea. Le corps qu’il portait était presque aussi frais que le sien. Elle ne s’y arrêta cependant pas, et examina plutôt son Enveloppe Charnelle. Tous avaient de telles Enveloppes, des sortes de masques leur permettant de passer inaperçus parmi les singes glabres qui peuplaient cette répugnante planète. Chaque Enveloppe Charnelle, chaque fausse identité, avait été soigneusement conçue afin de coller au mieux à celui qui la portait. En l’occurrence, pour celui-ci, un homme dans la cinquantaine, au visage plaisant et distingué, à la chevelure poivre et sel. Pour les humains, il était l’image même de la respectabilité, du professionnalisme, de la prospérité la plus consommée.

Retrouver tous les articles sur La reine des Macchabs t.2 par Drago, Ty

0 Commentaires

 

Aucun commentaire.