#Essais

La gauche devant l'histoire

Vincent Duclert

Depuis le choc du 21 avril 2002, la gauche en général et les socialistes en particulier s’avèrent de moins en moins capables d’exister politiquement. En témoignent aujourd’hui leur impuissance face au pouvoir de Nicolas Sarkozy et leur désarroi devant la montée d’une gauche radicale. Pourtant, leur histoire nous enseigne l’importance des combats démocratiques qui furent menés depuis la fin du XIXe siècle et leur contribution décisive à l’avènement des libertés modernes. L’étude de ces engagements oblige à regarder bien au-delà des récits conventionnels et à saisir la pensée critique de l’histoire et de la politique qui émergea des luttes civiques. Retrouver ces héritages cachés, c’est reconquérir la conscience politique qui manque à la gauche française. Et comprendre la valeur de l’histoire politique. Vincent Duclert, professeur agrégé à l’École des hautes études en sciences sociales, travaille sur l’histoire de la démocratie contemporaine. Il a consacré une biographie monumentale à Alfred Dreyfus (Fayard) et codirigé le Dictionnaire critique de la République (Flammarion). Il a publié au Seuil, en 2008, La France, une identité démocratique. Les textes fondateurs. NB: L'OURS, mensuel socialiste de critique littéraire culturelle artistique, consacre un dossier spécial au livre de Vincent Duclert, dans son numéro 388, en vente le 11 mai.

Par Vincent Duclert
Chez Seuil

0 Réactions |

Editeur

Seuil

Genre

gauche (science politique)

02/04/2009 161 pages 15,20 €
Scannez le code barre 9782020996822
9782020996822
© Notice établie par ORB
plus d'informations

 

 

 

 

 

 

INTRODUCTION

 

À la recherche de la gauche

 

 

La gauche française fut forte, politiquement et moralement, lorsqu’elle assuma l’histoire en train de se faire et qu’elle ne se laissa pas dominer par elle. C’est la leçon qui découle de son étude, en particulier de celle des socialistes lorsqu’ils entrèrent dans l’âge de la politique moderne au début de la IIIe République et que se posa pour eux la question de la démocratie. Mais cette connaissance qui nous paraît essentielle aujourd’hui oblige à chercher ce passé de la gauche et des socialistes en dehors des récits conventionnels qu’en tracent les appareils, les dirigeants ou les congrès. Il faut regarder avant la naissance du Parti socialiste de 1905 et sur ses marges durant tout le XXe siècle pour comprendre la force politique que représenta la gauche et mesurer son effondrement actuel. Depuis le choc du 21 avril 2002 où Lionel Jospin échoua au premier tour de l’élection présidentielle, laissant s’affronter au second le candidat de droite et celui d’extrême droite, le Parti socialiste multiplie les défaites en dépit de succès électoraux qui ne peuvent plus faire illusion. Son désarroi actuel devant la montée de la gauche anticapitaliste et antidémocratique apparaît sans issue. Et son impuissance à agir face au président de la République Nicolas Sarkozy devient un problème politique crucial qui pèse sur l’avenir du pays.

La situation actuelle de la gauche n’obère pas seulement sa capacité à survivre. La faiblesse dramatique qui est désormais la sienne affecte la France entière et toute la République. Sa responsabilité dans le recul de la démocratie est considérable. Comme l’a clairement souligné l’historien américain Tony Judt, « l’un des pires aspects de la France de Sarkozy » est le champ libre laissé à sa politique. « C’est grave : n’oublions pas que c’est l’absence d’une opposition démocratique digne de ce nom aux États-Unis qui a permis la catastrophe Bush. » Un sursaut de la gauche intéresserait donc bien au-delà de ceux qui, politiquement, s’y rattachent. Il ne s’agit de rien de moins que de maintenir en France un cadre démocratique. La gauche – et en son sein les socialistes – ne manque pourtant pas d’atouts pour revenir au cœur du débat et de l’action politique. Les enseignements de son histoire le prouvent, et plus encore le lien qu’elle tissa avec l’histoire pour nourrir sa pensée.

 

*

 

La recherche des raisons de cette faillite ramène en effet à une pensée de l’histoire, que la gauche semble avoir définitivement abandonnée après l’avoir si fortement incarnée. Avant l’unité des socialistes en 1905, il y eut une période cruciale qui ne peut laisser indifférent aujourd’hui. Des enseignements politiques décisifs y sont présents. Dans ces temps préhistoriques, des socialistes ont mené, de la résistance contre le boulangisme à la défense du capitaine Dreyfus, de la bataille contre les « lois scélérates » à la séparation des Églises et de l’État, des combats majeurs, fondateurs non seulement du socialisme démocratique mais aussi de la démocratie républicaine et des valeurs françaises les plus essentielles. La naissance de la SFIO est venue après ce temps d’engagement et de liberté. Le Parti socialiste unifié ne s’est pas, ou peu, identifié aux luttes qui l’avaient précédé et qui le dépassaient. L’unité avait même pour fonction de dissoudre d’une certaine manière les défis historiques qui risquaient de diviser les socialistes comme ils les avaient séparés dans le passé. D’où la glaciation progressive des appareils. Car le refus des luttes civiques et morales excluait les débats et les reformulations qui avaient été ceux des socialistes avant 1905.

Retrouver tous les articles sur La gauche devant l'histoire par Vincent Duclert

0 Commentaires

 

Aucun commentaire.