#Album jeunesse

Dofus t.1 ; Julith ; le roman du film

Christophe Lambert

Dans la majestueuse cité de Bonta, Joris, dix ans, coule des jours heureux aux côtés de son père adoptif, Kerubim Crépin, un vieil homme-chat propriétaire d'une brocante d'objets magiques. Mais le jour où Joris fait le mur pour approcher son idole de toujours, la mégastar de Boufbowl, Khan Karkass, tout bascule. Julith, la sorcière, est de retour et semble avoir mis en place un plan bien précis pour se débarrasser une bonne fois pour toutes des Bontariens.
Avec l'aide de ses amis, Joris arrivera-t-il à faire face et à sauver toute la ville ? Une grande aventure qui va également lui révéler le secret de ses origines...

Par Christophe Lambert
Chez Bayard Jeunesse

0 Réactions |

Genre

litterature jeunesse romans / contes / fables

27/01/2016 194 pages 11,90 €
Scannez le code barre 9782747057943
9782747057943
© Notice établie par ORB
plus d'informations

Prologue

Bakara aurait dû se sentir fière et heureuse, en cette belle soirée de fête. Elle était très jolie, dans sa tenue de mage toute neuve, et, surtout, on allait honorer la mémoire de Jahash, son grand frère, le héros de la cité de Bonta.

Mais la jeune fille éprouvait un curieux sentiment de nervosité. Il planait dans l’air comme un parfum de menace indéfinissable.

À la nuit tombée, la foule immense s’était réunie dans le parc du palais situé en bordure de la ville. Une fanfare jouait des musiques vibrantes. Des marchands ambulants proposaient friandises et boissons. Le roi de Bonta se tenait sur une estrade qui dominait cette vaste mer de couleurs, de mouvements et de sons. Les jumelles Grimalkine, les huppermages les plus réputées de la cité, encadraient le souverain, drapées dans leur froide dignité.

Bakara était sur l’estrade, elle aussi, mais en retrait, avec les autres apprentis. Son regard allait de la foule à la statue encore dissimulée par les plis du tissu blanc dont on l’avait recouverte. Dans quelle position l’artiste avait-il choisi de représenter son frère ? Le torse bombé, fier et digne ? Ou alors en pleine action ? En plein duel contre… Les jumelles s’avancèrent au-devant de l’estrade et, lorsqu’elles parlèrent, ce fut d’une même voix :

– Le Dofus ivoire et le Dofus ébène, ces deux œufs de dragon au pouvoir infini, ont toujours suscité la convoitise… Julith, la magicienne la plus redoutable de Brâkmar, la cité rivale de la nôtre depuis toujours, était la gardienne du Dofus ébène. Le Dofus ivoire, quant à lui, reposait entre nos murs, sous la protection du mage Jahash. Quand Julith décida de marcher sur Bonta, Jahash lui barra la route à la tête de notre armée.

Bakara retint son souffle. Elle ne connaissait que trop bien la suite du récit.

– Julith et Jahash s’élancèrent l’un vers l’autre pour entamer dans le ciel une danse de mort et de destruction. Durant soixante-huit jours, les deux adversaires s’affrontèrent sans répit. Le sort des armes était encore incertain, quand, au soixante-neuvième matin, un évènement incroyable se produisit.

Nouvelle pause. La foule était suspendue aux lèvres des jumelles.

– Soudain, les cris de rage avaient laissé place aux soupirs ! Soudain, les caresses avaient remplacé les coups… Sans que l’on ait pu s’y attendre, les deux êtres les plus puissants du monde s’étaient épris l’un de l’autre !

De nombreux citadins avaient les larmes aux yeux à l’évocation de ce souvenir.

– Pendant une courte période, véritable parenthèse enchantée, ce fut la paix entre Bonta et Brâkmar… Mais Julith brûlait toujours du désir secret de voir chuter notre cité. Peu de temps après son mariage avec notre mage bien-aimé, elle trahit tous ses serments et déchaîna sur Bonta l’obscur pouvoir du Dofus ébène. Jahash savait où était son devoir. Le cœur déchiré, il bondit vers l’ennemie, le Dofus ivoire en main, puis il frappa celui-ci contre le Dofus ébène. Le premier se consuma et le deuxième se brisa sous le choc. Notre héros disparut, désintégré !

Retrouver tous les articles sur Dofus t.1 ; Julith ; le roman du film par Christophe Lambert

0 Commentaires

 

Aucun commentaire.