Dossiers

Le Prix Interallié

Créé en 1930, le Prix Interallié fait partie des fameux prix de la rentrée littéraire : il est remis chaque année, au cours de l'automne, à un roman français. Le prix n'est pas doté financièrement, et il est décerné au sein du Cercle de l'Union interalliée, cercle social parisien fondé en 1917.

Le 07/06/2019

4 Partages

Le

07/06/2019

4

Partages

ActuaLitté

Selon la légende, le prix aurait été créé alors que ses fondateurs attendaient le nom du lauréat du Prix Femina. Le premier lauréat de la récompense a été André Malraux, salué pour La Voie royale en 1930.

Au fil des années, le Prix Interallié a notamment récompensé Paul Nizan, Roger Vailland, René Fallet, Pierre Schoendoerffer, Philippe Labro, Dominique Bona, Éric Neuhoff ou encore Serge Joncour.

Extraits

ActuaLitté

Littérature française

L'allégresse de la femme solitaire

Un jour d'août 1853, une goélette jette l'ancre dans un port californien. À la couleur de sa grand-voile, les habitants comprennent que son capitaine a réussi l'impensable : capturer la "Femme Solitaire" , ultime représentante d'un peuple immémorial, abandonnée dix-huit ans plus tôt dans une île sauvage située au large de Los Angeles et Santa Barbara. Elle parle une langue énigmatique et, contre toute attente, irradie une joie extraordinaire. Un nouveau venu dans la région, le Dr Shaw, noue avec elle un lien très fort. Pendant qu'il tente de déchiffrer sa langue, il s'interroge : qu'a-t-elle vécu dans l'île ? Les clans de la ville se reforment et menacent la survie de la Femme Solitaire. Le Dr Shaw prend fait et cause pour elle - un combat pour la vérité. Tel est le ressort de ce magnifique roman choral fondé sur un fait divers authentique. On y retrouve la passion d'Irène Frain pour les héroïnes confrontées à l'adversité, les peuples opprimés, les langues perdues, l'océan, les horizons lointains. L'oeuvre d'Irène Frain est riche d'une trentaine de romans et biographies salués par la critique et le public pour leur souffle narratif et leur documentation sans faille. Certains sont devenus des classiques : Le Nabab, Secret de famille, Devi, Les Naufragés de l'île Tromelin, Sorti de rien, Marie Curie prend un amant. Son dernier roman, Un crime sans importance (Seuil, 2020), a reçu le prix Interallié.

05/2022

ActuaLitté

Récits de voyage

Le Massacre des Indiens

La civilisation, c'est la mort. C'est le génocide à l'oeuvre dans les matos, les selvas et les serras du Brésil. C'est la destruction au sein de cette nature infernale qu'on appelle l'Enfer Vert, l'enfer qui fut pour les Indiens un Eden - certes implacable, mais un Eden quand même-, aussi longtemps que les hommes Blancs de bonne et de mauvaise volonté ne le souillèrent pas. Né en Chine en 1914 et mort à Paris en 1998, Lucien Bodard s'est vite imposé comme l'un des plus grands reporters de son époque. Le prix Interallié lui a été décerné en 1973 à l'unanimité pour son roman Monsieur le Consul et le prix Goncourt en 1981 pour Anne-Marie. "Bodard est un reporter. Il travaille sur grand écran, en technicolor, et son orchestre fait un boucan terrible. Il nous assourdit en accéléré, montrant un peuple beau, pacifique et nombreux, qui finit par mourir". Le Monde

09/2021

ActuaLitté

Littérature française

Les djihadistes aussi ont des peines de coeur

Septembre 2012. Une grenade est jetée dans une épicerie casher du nord de Paris : un blessé léger. Les coupables sont une bande de jeunes âgés de la vingtaine. Tous convertis ou revenus à l'Islam. Leur idole est Mohammed Merah. Ils veulent déclencher en France (et en Syrie, contre " l'hérétique Bachar ") la lutte armée. Au demeurant ils n'ont ni les moyens intellectuels ni matériels de leur combat. Ce sont des pieds-nickelés du djihad dont tous les coups foirent... Cette épopée à la fois tragique et burlesque (qui ne précède que de trois ans les attentats du Bataclan) permet à Morgan Sportès de mettre en scène dans une fiction "au ras du réel" une série de personnages dont il restitue, à travers les dialogues à la langue souvent savoureuse, les fantasmes politico-religieux. Il nous convie à leur table, au Kebab du coin, nous faisant partager leurs problèmes économiques ou amoureux : entre l'" héroïsme de la kalachnikov " et les couches-culottes du bébé qu'on n'a pas les moyens de se payer. Il nous fait entrer aussi dans leurs familles, déchirées par l'engagement du fils, où les pères, redoutés jadis, perdent pied. Il croque ainsi, dans un style hyperréaliste - et sombrement ironique toujours - une galerie de portraits inquiétants : le visage d'un pays mal connu qui est le nôtre pourtant, la France du xxie siècle mondialisé. Morgan Sportès est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages traduits dans de nombreux pays. Parmi eux, L'Appât (Le Seuil 1990) a fait l'objet d'une adaptation cinématographique par Bertrand Tavernier en 1995 (Ours d'or à Berlin) et Tout, tout de suite (Fayard 2011) a reçu le prix Interallié.

08/2021

ActuaLitté

Littérature française

Si je t'oublie

Rejetons de la seconde guerre mondiale, un mur invisible les a toujours séparés. Son père à elle, français, s'était engagé dans la SS ; son père à lui était juif d'Afrique du nord. Les enfants sont-ils inconsciemment hantés par les fantômes de leurs parents, par les spectres de l'Histoire ? Elle meurt lentement d'un cancer. Il l'accompagne dans son agonie jusqu'à son dernier soupir. Et cependant, il tente de se souvenir, de reconstituer ce qu'a été leur vie de couple secrètement désuni, leur jeunesse d'étudiants faisant la fête dans un Paris aujourd'hui disparu et se croyant heureux malgré tout. Avec ce roman, Morgan Sportès nous donne une sorte de Roméo et Juliette de l'ère moderne, revu par Sigmund Freud. Il construit ici un " tombeau " à une femme qu'il n'a pas su aimer, lui offrant, paradoxalement, une ultime preuve d'amour : posthume. Morgan Sportès est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages, traduits dans de nombreux pays. Parmi ceux-ci, L'appât (Le Seuil, 1990) a fait l'objet d'une adaptation cinématographique par Bertrand Tavernier en 1995 (récompensée par un Ours d'or à Berlin) et Tout, tout de suite (Fayard, 2011) a reçu le Prix Interallié.

08/2019

ActuaLitté

Beaux arts

Une vie de Gala

Qui était Elena Diakonova, plus connue sous le nom de Gala, la mystérieuse et inséparable épouse de Paul Eluard puis de Salvador Dalí ? Solitaire, fermée sur un monde intérieur dont elle garde farouchement le secret, Gala fascine et joue de ses multiples sortilèges. En elle, ces deux grands artistes du XXe siècle ont puisé une énergie vitale, puissante. Elle fut une part de leur génie. Cette biographie, enfin illustrée et riche d'archives inédites, nous présente l'aventure surréaliste sous un jour nouveau. Dominique Bona est écrivain, lauréate du prix Interallié puis du Renaudot. Elle est membre de l'Académie française depuis 2013.

11/2017

ActuaLitté

Histoire de France

Déshabillons l'Histoire de France. Tableau des moeurs françaises

" La France est encore le pays dans le monde où la sensualité est souveraine, la nation qui se consacre le plus et le mieux à la volupté d'aimer ! " Les Français gardent intacte la nostalgie des amours célèbres qui ont marqué et influencé leur histoire. On ne compte pas les décisions politiques prises sous l'effet de l'amour, de la passion, du désir. Gonzague Saint Bris nous fait revivre ces aventures voluptueuses et brûlantes, indissociables de notre roman national. Nul n'a oublié l'insatiable Charlemagne, Henri IV le Vert galant, François Ier le géant amoureux, Louis XIV le souverain séducteur, Louis XV l'érotomane, jusqu'à Félix Faure, président de la République, mort au palais de l'Elysée dans les bras de sa maîtresse. Des folies gauloises aux vertiges du libertinage, l'auteur déshabille l'histoire de France. Porté par une plume superbe, il nous offre un livre qui s'ouvre comme un coffret aux mille secrets, à l'image de ce que révélait Gustave Flaubert : " chacun de nous a dans le cœur une chambre royale?; je l'ai murée, mais elle n'est pas détruite. " Avec truculence, mais aussi la plus grande rigueur historique, l'écrivain flamboyant montre que pouvoir et sexe ne font qu'un. Il porte un regard nouveau sur ces liaisons dangereuses, pourtant tissées dans la tapisserie du temps. Un tableau inédit et passionnant des mœurs françaises Gonzague Saint Bris, écrivain, historien et journaliste, est l'auteur de cinquante ouvrages, dont vingt biographies. Il a reçu en 2002 le Prix Interallié pour son roman Les Vieillards de Brighton et, en 2016, le prix Hugues Capet pour l'ensemble de son œuvre. Il est le président-fondateur de la forêt des livres et du festival du film romantique de Cabourg.

03/2017

ActuaLitté

Littérature française

Les romans de l'amour et du pouvoir

Femmes fatales ou amoureuses au douloureux secret, ambitieux blessés en proie à leurs rêves, les héros de Jean-Marie Rouart sont emportés dans les bourrasques et les fièvres de l'Histoire. Son oeuvre romanesque unit inextricablement les destins individuels et les passions collectives, les emportements du coeur et l'ambition du pouvoir. Ses personnages, comme ceux d'Aragon ou de Drieu La Rochelle, auxquels on l'a comparé, rêvent autant de guérir leur désespoir amoureux que de maîtriser leur destin. Dans les cinq romans réunis ici le tumulte des événements et les déchirements du coeur se répondent. Dans Le Cavalier blessé, les drames de l'adultère et de la culpabilité se mêlent aux épisodes de l'épopée napoléonienne. Les personnages d'Avant-guerre (prix Renaudot 1983), jetés dans la tourmente des années quarante, vont connaître toutes les formes de la trahison, celles de l'amitié, de l'amour, de l'idéal. Même échec pour les ambitieux idéalistes des Feux du pouvoir (prix Interallié 1977), broyés dans l'engrenage de luttes fratricides, thème que l'on retrouve en filigrane dans La Blessure de Georges Aslo. Quant aux amants du Scandale, ils sont en butte à l'impitoyable répression de l'Amérique ségrégationniste des années trente. Le romancier brosse un panorama de héros assoiffés d'absolu et amoureux de l'impossible. Ses personnages baignent dans une atmosphère mélancolique, souffrant de vivre dans un monde trop étroit pour leurs rêves. Observateur sans concession et parfois cruel de la société d'aujourd'hui et de celle d'hier, Rouart en restitue les jeux pervers, les intrigues et les débordements avec acuité et brio dans un style vibrant qu'anime la passion de la vérité. Ce volume contient : Le Cavalier blessé, Le Scandale, Avant-guerre, Les Feux du pouvoir, La Blessure de Georges Aslo.

01/2017

ActuaLitté

Critique littéraire

Marc Bernard. La volupté de l'effacement

Marc Bernard est né en 1900 à Nîmes. Orphelin à 14 ans, il devient ouvrier et découvre le syndicalisme révolutionnaire. Mais l'adolescent a aussi des envies de littérature. Henri Barbusse le prend sous son aile en 1924 à L'Humanité et à Monde, puis Jean Paulhan l'accueille à La N.R.F. En 1934, Anny obtient le prix Interallié. Puis, c'est Pareils à des enfants... qui décroche en 1942 le Goncourt. Marié en 1940 à Else Reichmann, une juive autrichienne qui a fui l'Anschluss, l'après-guerre de l'écrivain est empreint de panthéisme. Le ciel s'assombrira avec La mort de la bien-aimée (1972). Dès lors, il n'écrira plus qu'en son hommage... Dans cette biographie écrite à la manière d'un récit, Stéphane Bonnefoi entremêle la vie et l'oeuvre de Marc Bernard. Car comment dissocier l'engagement de cet écrivain autodidacte ayant traversé librement le XXe siècle, de ses livres composés à hauteur d'homme ?

04/2016

ActuaLitté

Histoire de France

Louis XI le méconnu

Avec une extraordinaire habileté politique, malgré une santé toujours chancelante et les misères du temps, parcourant sans arrêt son royaume, Louis XI consacra sa vie à une France qu'il voulut forte et prospère. Après avoir brisé les grands féodaux ligués contre la Couronne, il mit fin à la Guerre de Cent Ans, affirma pleinement l'autorité d'un Etat impartial, défendit le peuple contre les grands et s'opposa même à ce qui, en son temps, incarnait le fondamentalisme religieux, l'Inquisition. Aux antipodes d'une "légende noire" faisant de Louis XI l'universelle araigne, cette biographie nous fait découvrir un monarque à la personnalité complexe. Plus attachant qu'on ne l'a dit, plus subtil qu'on ne l'a cru, ce roi moderne que certains n'hésitèrent pas à qualifier de "prudent" , nous en dit plus qu'on ne le pense sur la France d'aujourd'hui. Gonzague Saint Bris écrivain, journaliste, historien, Prix Interallié pour Les Vieillards de Brighton est l'auteur de romans, d'essais et de biographies à succès. Né à Loches, il a grandi au château du Clos Lucé d'Amboise, offert en 1471 par Louis XI à son favori Etienne le Loup. Il évoque ici avec style et couleurs, force et conviction, l'action et la vie d'un roi convaincu que la politique n'est rien d'autre que l'art de servir les autres.

10/2015

ActuaLitté

Critique littéraire

Correspondance 1928-1968

En 1928, un autodidacte de 28 ans adresse à La NRF le manuscrit d'un roman, Zig-Zag. L'auteur, abandonné par son père, a couru les rues d'une très vieille ville du Midi pour y épier la vie et l'amour, a perdu sa mère à 12 ans et a dû faire toutes sortes de petits métiers pour survivre. Il est passé aussi par le syndicalisme, le Parti communiste et vient de faire son entrée à Monde, hebdomadaire de gauche dirigé par Henri Barbusse... "Considérez-vous comme accueilli à la NRF", lui répond d'emblée Jean Paulhan. Il est vrai que Jean Paulhan et Marc Bernard sont nés à Nîmes à seize ans de distance : 1884 et 1900. Le premier, dès 12 ans, a été emmené vers Paris par son père, bibliothécaire et philosophe, et ne retrouve le Gard de son enfance que de loin en loin. Le second est presque prisonnier de sa ville natale, vers où les difficultés matérielles, les contraintes de l'Histoire, mais aussi le goût de la vie simple le font toujours revenir : même après ses prix Interallié en 1934 (Anny), Goncourt en 1942 (Pareils à des enfants), Marc Bernard garde en ligne de mire les Nîmois, dont il observe les ambitions et les illusions (Les Exilés, 1939 ; La Cendre, 1949 ; Une journée toute simple, 1950). A Paulhan qui lui avoue "Je donnerais cher pour qu'il y ait beaucoup de révolutionnaires comme toi", il ne cache guère certaines conversions radicales : "Je crois qu'il faut en finir avec ce chantage sentimental sur la Russie. Il ne leur reste plus qu'à accumuler toutes les saloperies possibles et imaginables pour dire ensuite : si vous publiez la moindre ligne contre nous, vous attaquez la révolution". Passent Romain Roland, Henri Calet, Jean Blanzat, Jacques Chardonne, Gaston Gallimard... Viennent Madrid et Barcelone dans les années trente, puis la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle les errements de Bernard sont patiemment raisonnés par Paulhan. Avec sa "bien-aimée" Else, juive autrichienne, Marc Bernard doit se cacher en Limousin, où il se lie avec le photographe Izis : les portraits que celui-ci réalise en 1945 figurent dans ce livre (grâce à son fils, Manuel Bidermanas). "Mon petit Marc", "Mon petit Jean" : c'est ainsi que les deux écrivains s'interpellent encore à 84 ans et 68 huit ans passés. Le plus âgé n'a jamais renoncé à être le conseiller littéraire de l'autre, qui, de son côté, l'a toujours lu avec attention : "C'est terrible, ces grands sujets, écrit Jean Paulhan en janvier 1965. Il me semble que les gens modestes (comme nous) devraient se demander, avant de se lancer : "Mais moi, qu'est-ce que je puis apporter de différent, que je sois seul à dire?" et n'en pas démordre". Toutes leurs lettres n'ont pas été retrouvées, mais les 461 présentées ici montrent la courbe de leur amitié : une amitié différente, et qu'ils ont été les seuls à dire ainsi.

11/2013

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Les poneys sauvages. Edition revue et corrigée

Un an avant le début de la Seconde Guerre mondiale, le hasard réunit à Cambridge quatre étudiants, trois Britanniques et un Français. Un cinquième, français aussi, deviendra leur historiographe, le témoin et le confident de leurs vies chaotiques dans les pires épisodes de la guerre froide. Le roman tient son titre d'une vision poétique, bref répit dans le Londres pilonné par les Allemands. La mort y frappe à l'aveuglette et Georges Saval s'évade pour une fin de semaine dans une auberge de la New Forest en compagnie d'une jeune femme dont le destin est déjà scellé. Ouvrant la fenêtre un matin, ils voient des poneys s'égailler en lisière de forêt, dernière vision d'un monde qui ne connaîtra jamais la paix. Les poneys sauvages est un livre aux multiples facettes où le romanesque rencontre l'Histoire sans pitié. Pour ses révélations sur le massacre de Katyn et la guerre d'Algérie, il fut violemment attaqué à sa parution. Couronné par le prix Interallié, il demeure l'un des chefs-d'oeuvre de Michel Déon.

04/2013

ActuaLitté

Récits de voyage

Le Roman des aventuriers

L'aventure est un mot aux mille facettes. Où commence-t-elle, où finit-elle ? Un homme d'aventures est un aventurier, une femme d'aventures une femme galante. Mais on peut aller à l'aventure, tenter l'aventure, avoir le mal d'aventures, dire la bonne aventure, se retrouver d'aventure... D'Ulysse à Errol Flynn, d'Athos à Pierre Loutrel, de Tintin à Joseph Kessel, sans oublier Mary Read, Anne Bonny et Karen Blixen, ce Roman des aventuriers dresse le portrait piquant de ces héros d'hier et d'aujourd'hui qui ont décliné le mot "aventure" à toutes les sauces, à toutes les époques, sur toutes les mers et tous les continents. François Cérésa, journaliste et écrivain, a écrit dix livres : La Vénus aux fleurs (Robert Laffont) a obtenu le prix Paul-Léautaud. La Femme aux cheveux rouges (Julliard), les prix Exbrayat et Jean Freustié. Les Amis de Céleste (Denoël), les prix Joseph-Delteil et Quartier-Latin de la Ville de Paris. Pour Les Trois Hussards, ou la vie secrète d'Alexandre Dumas (Plon), il a reçu le prix Interallié de la Critique. Enfin, il s'est lancé dans l'aventure en imaginant une suite aux Misérables : ce fut Cosette, ou le temps des illusions.

01/2012

ActuaLitté

Histoire de France

Le roman de Napoléon III

"Suis-je bonapartiste ? En écoutant mon coeur, je répondrai sans hésiter oui. Je suis bonapartiste, certes, mais en rappelant que le bonapartisme selon Napoléon III n'est pas un parti mais un état d'esprit et, en ce qui me concerne, un état d'âme". Christian Estrosi Ministre chargé de l'Industrie Maire de Nice Président de Nice Côte-d'Azur Napoléon III, le mal aimé, le méconnu, méritait une autre image que celle que la postérité nous a laissée. Christian Estrosi et Raoul Mille sont entrés dans l'intimité du dernier empereur, pour découvrir l'homme, ses réalisations, ses rêves, ses contradictions. Personnage d'une richesse insoupçonnée : humaniste, pragmatique, aventurier, il a été un véritable pionnier dans le domaine de l'industrie et a marqué la vie sociale de son empreinte. Il a connu l'exil, l'aventure en compagnie des Carbonari, la prison de Ham, la conquête du pouvoir, puis le calvaire dans la boue et le sang de la guerre de 1870. Ni les fastes, ni les bals, ni les passions ne sont oubliés, mais c'est un nouveau visage de Napoléon III, résolument moderne, qui se détache de ce livre, fervente réhabilitation d'un homme généreux et novateur dans un XIXe siècle qui a préparé, grâce à lui, le nôtre. Ecrivain, conseiller municipal délégué à la culture de la ville de Nice, Raoul Mille a obtenu le prix Interallié pour Les Amants du Paradis, le prix Paul Léautaud pour Père et Mère et le prix Baie des Anges pour Le Paradis des Tempêtes. Dans ses romans comme dans ses chroniques, il a toujours illustré la magie et l'histoire du pays de son coeur, Nice. Christian Estrosi est Ministre chargé de l'Industrie, président de Nice Côte-d'Azur et maire de Nice. Fasciné par les récits des hauts-faits de l'Histoire de France, Christian Estrosi s'est passionné pour Bonaparte, "le chaînon reliant le passé à la modernité" . Ecrivain, conseiller municipal de la ville de Nice, Raoul Mille a obtenu le Prix Interallié en 1987 pour Les Amants du Paradis (Grasset), le Prix Paul Léautaud en 1993 pour Père et Mère (Flammarion), le Prix Baie des Anges en 1997 pour Le Paradis des Tempêtes (Albin Michel), le Prix de soutien à la création littéraire décerné par l'Académie Française en 2005 pour Marie Bashkirtseff (Albin Michel). Dans ses romans comme dans ses chroniques, Raoul Mille a toujours illustré la magie et l'histoire du pays de son coeur, Nice.

06/2010

ActuaLitté

Littérature française (poches)

L'île du lézard vert

L'île du lézard vert, c'est Cuba la tropicale, l'exubérante, bien avant le règne de Fidel Castro. C'est aussi le pays de Chino, jeune homme partagé entre l'insouciance de ses seize ans et sa quête d'identité. Le communisme pointe à l'horizon. L'adolescent découvre les frissons de la volupté et les responsabilités de l'engagement politique. Il apprend à devenir adulte, des rêves plein la tête, tambour battant. Eduardo Manet, né à Cuba, est installé en France depuis 1970. Il est notamment l'auteur de Rhapsodie cubaine (prix Interallié), et de La Conquistadora disponible en Points. " Grâce à Eduardo Manet, cette île folle et séduisante ressurgit au fil des pages de ce roman drôle, douloureux et enchanteur. " Le Nouvel Observateur Prix Goncourt des lycéens 1992

12/2009

ActuaLitté

Policiers

la danse du loup

Florence, février 1497. Une foule inquiète. Des émeutes. Les Médicis ont été bannis et le pouvoir a changé de mains. Qui songerait encore à fêter le carnaval ? La Danse du loup de Serge Bramly ( prix Interallié 2008 pour Le Premier Principe, le Second Principe, Éditions Lattès ) a connu un grand succès à sa sortie et obtenu le Prix des Libraires en 1983. L'auteur nous offre aujourd'hui une version entièrement révisée de ce roman flamboyant où intrigues et assassinats nous font revivre une période méconnue de la Renaissance.

03/2009

ActuaLitté

Littérature française

Lettre d'excuse

Geneviève Mancini vivait dans l'ombre et l'amour de son mari. Un soir, chez des amis, elle a ouvert la bouche pour commencer à parler en son nom ; et voici qu'elle ne peut plus s'arrêter... Ils ont bu, ils ont fumé, ils ont hurlé, le dîner s'est terminé à l'aube dans les aveux et la stupeur. Pour gagner le pardon de ses amis et de son mari, pour retrouver leur estime en se faisant peut-être mieux comprendre, la jeune femme, sacrifiant aux règles élémentaires de la politesse, tente d'écrire une " lettre d'excuse ". Mais il ne suffit pas de crier " aimez-moi " pour être aimé... Prenant pour point de départ une de ces crises comme en vivent tous les couples, Raphaële Billetdoux conduit sa nouvelle héroïne à une étonnante exploration des domaines de l'art, de l'amour, de l'amitié. Roman coléreux, tendu : nous sommes à la fois dans le quotidien et dans la tragédie. Et nous restons dans l'épouvante du mal que nous pouvons faire à ceux-là que nous disons aimer. Lettre d'excuse est, pour certains lecteurs de Raphaële Billetdoux, un livre - culte. Raphaële Billetdoux est l'auteur, entre autres, de Prends garde à la douceur des choses (prix Interallié 1976) Mes nuits sont plus belles que vos jours (prix Renaudot 1985) ; et, sous le nom de Marie Billetdoux, de Un peu de désir, sinon je meurs (2006) C'est fou, une fille... (2007).

08/2007

ActuaLitté

Critique littéraire

Louis Nucéra, l'homme-passion

L'aventure intérieure que Louis Nucéra a vécu vaut mille voyages à travers le monde. Cet amoureux de Nice, employé de banque dès l'âge de quatorze ans, ne cessa de lire, de travailler et d'écrire. Son savoir, allié à un rare sens de l'amitié, fit de lui le compagnon fidèle de Kessel, Brassens, Boudard, Cioran, Moretti, Cocteau. Ses passions furent multiples, à commencer par l'amour qu'il porta à sa mère, puis à Suzanne son épouse. Il adora la compagnie des chats. Il connut les routes de France qu'il parcourut à vélo. Son immense culture, son amour pour les petites gens que les autres ignorent, sa dignité mêlée de pudeur, firent de lui un auteur récompensé notamment par le Grand Prix de l'Académie française et l'Interallié. Avenue des Diables Bleus, Chemin de la lanterne et une vingtaine d'autres ouvrages ont illustré une vie brutalement interrompue en août 2000 par un chauffard désireux de gagner quelques minutes sur l'éternité. André Asséo raconte avec chaleur et passion la vie et l'œuvre de son ami Louis Nucéra.

10/2006

ActuaLitté

Littérature française (poches)

L'étudiant étranger

Invité par une prestigieuse université de Virginie, un jeune Français découvre émerveillé la vie dorée des college boys, leurs équipes sportives, leur campus dans une vallée paradisiaque. C'est le temps d'une Amérique sage, celle d'avant l'explosion des moeurs et le fracas des années soixante. Très vite, le jeune homme comprend qu'il reste un " étudiant étranger ". Il va franchir des lignes, transgresser des tabous, sans même s'en rendre compte: d'abord en faisant l'amour avec une jeune institutrice noire, April. Ensuite en tombant amoureux d'une héritière de Boston, Elisabeth, personnage fantasque et corrosif... Sur un ton limpide de sincérité, ce récit de formation ressuscite, avec humour et nostalgie, les jours fragiles de l'adolescence, quand " tout était la première fois ". Prix Interallié en 1986, L'étudiant étranger, après un très grand succès en librairie, a été adapté au cinéma par Eva Sereny, avec Robin Givens et Marco Hofschneider.

09/2006

ActuaLitté

Littérature française

Un peu de désir sinon je meurs

" J'ai toujours autant besoin, pour écrire, de cette apparente contradiction : travailler dans le secret absolu - pour cela rien n'est plus simple, nul ne s'enquiert plus de l'écrivain que j'étais, même pas toi - et, en même temps, me sentir attendue. " est une lettre de l'auteur à son éditeur, dans toute la crudité de son désarroi d'écrivain : impossibilité d'écrire, difficulté de vivre après la mort de Paul, l'homme aimé, journaliste politique reconnu. " Née à la littérature et à l'amour d'un même souffle ", Raphaële avait dix-neuf ans quand ils se rencontrèrent... Chacun vivait séparément, mais par l'autre. Dans le silence de son éditeur, l'indifférence et l'oubli de tous, à son insu, l'écriture revient... D'une langue lumineuse, musicale, puissante, elle tire le fil d'une liaison amoureuse hors du commun, qui connaît la grâce d'un enfant. Histoire de deux vies, faites d'écriture et d'amour. Mais " Raphaële est morte à elle-même ". Elle nous demande de l'appeler, de son premier prénom, Marie. Par l'auteur de Prends garde à la douceur des choses (prix Interallié 1976), et de Mes nuits sont plus belles que vos jours (prix Renaudot 1985).

03/2006

ActuaLitté

Littérature française

L'Enfant de Vinci

Arthur a treize ans. Le jour de son anniversaire, son père le convoque dans la salle des gardes du château familial, le Clos Lucé, où jadis François les accueillit Vinci au soir de sa vie. Il lui dit : " A partir d'aujourd'hui, tu as le droit d'aller dormir dans le lit de Léonard, cela te donnera des idées. " Ainsi commence la vie rêvée, la vraie, dans cette demeure hantée par le génie. Léonard mène la pavane des secrets d'une Renaissance éternellement vivante. L'enfant entre en contact avec l'esprit du maître toscan ; il souhaite que ce dernier rédige ses devoirs de vacances. Une intrigue captivante se met peu à peu en place, mêlant aux silhouettes surgies du passé des personnages singuliers qui sont à la recherche des deux secrets du Clos Lucé le Codex disparu et un chef-d'œuvre égaré. Au cours de cette chasse aux trésors des vraies richesses, Arthur renoue les fils du temps en découvrant que les habitants du manoir sont aussi des blessés de la vie. Roman initiatique où Léonard de Vinci nous est dévoilé dans sa troublante vérité et sa déchirante grandeur, le livre de Gonzague Saint Bris unit la poésie de la connaissance à la précision d'une enquête. L'histoire, sous sa plume, s'incarne, s'éclaire, se conjugue au présent. Et l'on sort métamorphosé de cette lecture qui donne chair au plus grand des génies et rend intelligible son éternel message. Avec L'Enfant de Vinci, on retrouve le style inimitable des Vieillards de Brighton (prix Interallié 2002). Gonzague Saint Bris est l'auteur de trente livres : essais, romans, biographies.

06/2005

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Charmant garçon

1969. Paris se remet doucement de la secousse de Mai. L'ère gaullienne s'achève. Pompidou accède à la présidence, les bourgeois lisent L'Express, les modernistes louchent vers Giscard. Dans les beaux quartiers, on échange encore des cartes de visite et des numéros de téléphone commençant par " Balzac " ou " Auteuil ". A dix-huit ans, le narrateur revient dans la ville de son enfance. Installé dans une maison de rendez-vous, il entreprend de nouer des relations avec diverses personnalités - Bourgès-Maunoury, l'ancien président du Conseil, Bao Dai, l'empereur déchu, et René Bousquet, l'ami de ce François jardin déjà évoqué dans Histoire de France. Que cherche-t-il ? La vérité sur son père, disparu à la suite d'une affaire louche, très louche, dont il espère bien percer le secret. En attendant il faut survivre et se faire adopter par ce monde très fermé. Et pour cela, toutes les impostures sont bonnes... C'est une société disparue, engloutie sous les effets de la mondialisation galopante, que ressuscite ici le romancier de Sisters, prix Interallié 2001.

06/2005

ActuaLitté

Critique littéraire

Michel de Montaigne

Montaigne est l'homme d'un seul livre, Les Essais. Mais un livre unique dans la littérature française et dont le succès a travers les siècles. A la multiplicité des interprétations auxquelles il a prêté correspond la diversité des images que se sont faites de sa personne des générations de lecteurs. L'œuvre a été généralement privilégiée par rapport à l' " ouvrier ". C'est seulement au XIXe siècle qu'on a songé à établir sérieusement une biographie de Montaigne. On l'a longtemps jugée inutile puisque son ouvrage fournissait nombre d'informations sur lui-même. Mais Montaigne n'a écrit ni ses mémoires ni son autobiographie. Ce n'est pas sa vie ou son personnage que l'auteur donne à connaître quand il parle de lui, cherchant seulement à apporter au public ses témoignages personnels sur les problèmes qu'il propose à sa conscience ou à son jugement dans ce livre " consubstantiel à son auteur ". La discrétion des Essais laisse subsister bien des zones obscures dans la vie de celui qui fut à la fois un homme d'action, un magistrat, un soldat, un diplomate et le conseiller des plus grands personnages du temps, Connaître l'existence si riche d'expériences diverses d'un des écrivains les plus fascinants, les plus attachants de notre littérature devrait permettre de dissiper les légendes tenaces qui déforment encore la personnalité de l'auteur des Essais. Et aider à découvrir ou redécouvrir ce livre que l'on a dit " le plus original du monde ". Cette biographie de Montaigne publiée en 1992 a fait l'unanimité et a été couronnée du prix d'Aumale de l'Institut de France décerné par l'Académie française et du Prix du Nouveau Cercle de l'Interallié.

10/2002

ActuaLitté

Littérature française

Vous trouvez que je suis trop grande ? et neuf autres nouvelles

Une jeune femme à Manhattan pleure son mari disparu, un voyage en Floride qui tourne mal, un match de boxe électoral, un double jeu de couples sur la Côte d'Azur, des Français à Genève 183 jours par an, un détournement d'avion à l'issue inattendue, deux filles au téléphone, les effets de la mode à Westwitch Common, un livre de dîners aux dangereux souvenirs, et un mariage victime de la perfection. Dix histoires drôles, tendres et ironiques de l'auteur de Elle a maigri pour le festival (Goncourt de la Nouvelle) et de Sisters (Prix Interallié).

09/2002

ActuaLitté

Littérature française (poches)

L'Irrésolu

Victor Priadov-Parker, né de père inconnu et de Catherine, ouvrière dans une soierie lyonnaise, est compromis dans un procès anarchiste à la fin du XIXe siècle et condamné à la prison. En dépit de son caractère irrésolu, il n'oubliera pas cette injustice. En quête de ses origines mystérieuses et d'une vie nouvelle, il quitte Lyon pour Paris et fait ses débuts dans la presse... Dans la tourmente de la IIIe République, Poivre d'Arvor dresse le portrait d'un journaliste qui aimait les femmes, la littérature et ne sut jamais qui il était. Une grande fresque historique couronnée par le prix Interallié 2000.

09/2002

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Asmara et les causes perdues

Asmara, ancienne capitale coloniale italienne, dresse encore sur le sol d'Afrique ses palais romains, ses villas toscanes et ses colonnades vénitiennes. C'est dans ce décor baroque et nostalgique, isolé du monde par trente ans de guerre civile, que débarque, en 1985, un groupe d'humanitaires français, venus porter secours aux victimes d'une invisible famine qui fait rage quelque part, loin sur les hauts plateaux arides qui entourent la ville. Hilarion Grigorian, Arménien d'Erythrée, né avec le siècle, se fait jour après jour, le narrateur cocasse de cette mission humanitaire avec ses querelles internes, ses passions intimes et tous les obstacles nés des manipulations politiques opérées par le gouvernement. Ce roman est un témoignage direct qui met pour la première fois en scène de l'intérieur cette génération orpheline des idéologies, qui a perdu les causes traditionnelles de l'engagement et qui les cherche du côté de l'action humanitaire. Mais c'est aussi l'évocation d'une Ethiopie qui depuis des siècles, par la beauté de ses peuples, la force de ses paysages et la puissance de sa spiritualité rend fous d'amour ceux qui s'aventurent jusqu'à elle. Ce roman a obtenu le prix Interallié 1999 sous le titre Les causes perdues.

03/2001

ActuaLitté

Romans historiques

Monsieur le Consul. Le fils du Consul. Anne Marie

On disait toujours de Lucien Bodard, le Prince des grands reporters, que sa monumentale histoire de la guerre d'Indochine avait plus de qualités d'évocation et de vie que le plus romanesque des romans. C'est en 1973 que Bodard deviendra romancier, et ce fut Monsieur le Consul ou la découverte, par un enfant ravi, d'une Chine encore médiévale, mise à sac par les seigneurs de la guerre, où Albert, consul de France, Monsieur le Consul, se débat pour mener à bien la construction d'un chemin de fer qui relierait le Sichuan au Tonkin. Le petit Lulu voit tout, raconte tout, de l'élégante arrogance d'Anne Marie, sa mère bien-aimée, à la misère, aux têtes coupées, aux fastes de Shanghai. Monsieur le Consul sera couronné par le prix Interallié. Deux ans plus tard, Bodard récidive avec Le Fils du Consul. Cette fois, nous sommes au Yunnan, dans une Chine nouvelle où gronde la révolution. Une Chine où les Blancs ont peur. Voyous, putains, barbouzes, ambassadeurs, encore une fois Bodard n'épargne personne, ni l'ordre colonial, ni le duel toujours recommencé de la mésentente de ses parents qui, en 1981, lui fera écrire le fabuleux Anne Marie, qui obtiendra le prix Goncourt. A travers Anne Marie, Lucien Bodard ne raconte pas seulement sa mère et ses rapports avec l'homme qui gouverne le Quai d'Orsay, mais aussi l'univers des écoles de la grande bourgeoisie, celui des salons, de la puissance, et le désespoir d'un petit garçon qui hurle son besoin d'amour. Après la trilogie de La Guerre d'Indochine, voici, réunie dans ce volume, la trilogie romanesque de l'enfance de Lucien Bodard : ces trois livres ont consacré un nouveau très grand romancier dont on ne finira pas de savourer les personnages hors du commun et l'écriture singulière et somptueuse.

10/1999

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Boire

Thomas est alcoolique. Son quotidien s'est réduit aux réveils atroces qui le précipitent vers le lavabo, aux achats honteux de whisky pur malt dans des magasins à chaque fois différents, aux apparences qu'il maintient encore au bureau, mais qui ne peuvent plus tromper ni sa femme Louise, ni leurs filles... Au rebours de toute tentation romantique ou esthétisante, plaisante ou complaisante, Jean-Pierre Dufreigne nous plonge au cœur de la souffrance de Thomas, sans jamais céder aux tentations du pathétique ou de la morale. Ce qui est dévoilé ici est le réel nu, brutal, physique - jusqu'à l'insoutenable. Un très grand livre d'un romancier confirmé, couronné en 1983 par le prix Interallié pour Le Dernier Amour d'Aramis. " Un livre bien plus que clinique : sec, dur, impitoyable, extrême. Mais bouleversant au possible. Nous entraînant au long d'une spirale qui n'a plus d'objet qu'elle-même. " Jean-Claude Lebrun, l'Humanité " La nausée : ce pourrait être le titre de ce roman effrayant, net, implacable, qui ne demande ni excuse, ni pitié, ni morale. Jean-Pierre Dufreigne n'a qu'une exigence pour décrire l'univers de tricheries de Thomas : la vérité de la littérature. " Josyane Savigneau, Le Monde

03/1998

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Laura C.

Parce que sa mère, allemande, était la maîtresse d'un juif, et parce que son père, devenu responsable nazi, les poursuivit de sa haine jusque dans la France occupée, la vie de Laura C. devait être à jamais brisée. En 1980, peu avant son suicide, elle transmit à Jacques Duquesne un ensemble de notes évoquant ce drame. C'est de là qu'est sort ce roman où l'auteur a tenté, dit-il, " d'imaginer pour comprendre ". Et sans doute personne mieux que le romancier de Maria Vandamme, prix Interallié 1983, ne pouvait entrer de façon aussi bouleversante, aussi humaine, dans le secret de cette destinée broyée par l'histoire. Du Berlin des années folle, bouillonnant d'idées et d'inventions, au Paris de l'occupation, du " Romanisches Kafe ", lieu de rencontre des peintres et des intellectuels, à ce refuge du Vercors où les résistants viennent chercher leur pitance, on ne peut abandonner cette Laura C. et son incroyable trajet. Annie Coppermann, Les Echos.

03/1996

ActuaLitté

Littérature française (poches)

L'Été finit sous les tilleuls

"Il y a des gens qui n'auraient jamais été amoureux s'ils n'avaient jamais entendu parler de l'amour. . ". Malheureusement pour eux, Jean, Florence, Jacques, Viviane, Amaury et Marine ont lu des livres où il n'était question de rien d'autre. L'été nourrit chez ces jeunes gens l'illusion du désir et de sentiments passionnés. {(Prix Interallié 1966.)}

03/1988

ActuaLitté

Littérature française (poches)

La 317e section

" Willsdorff a dégoupillé une grenade. Lentement, Torrens se lève, tenant sa carabine d'une main, il calme encore de l'autre le tireur F.M. " Feu ! ". Il accompagne son hurlement d'un grand geste de son bras libre. Toutes les armes du groupe tirent en même temps, le fracas est assourdissant. En quelques secondes la colonne de coolies et de soldats se disloque. Les corps tombent au milieu des impacts de balles et des explosions de grenades qui soulèvent des gerbes d'eau. Les bicyclettes, les cadavres et les blessés sont entraînés par le courant et défilent devant les supplétifs en embuscade. " Un livre et un film de Pierre Schoendoerffer, écrivain et cinéaste, prix Interallié 1969 pour L'Adieu au Roi.

05/1973

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Un singe en hiver

Le chauffeur n'avait plus le loisir de ralentir... Immobile, le ventre à toucher le capot, les pieds joints, Fouquet enveloppa d'un mouvement caressant la carrosserie de la voiture qui filait contre lui ; un instant, il donna l'impression qu'il allait abandonner sa veste au flanc hérissé de l'auto, mais déjà celle-ci l'avait dépassé, et, coinçant son vêtement sous son bras, il libéra sa main droite pour saluer à la ronde les spectateurs qui s'exclamaient diversement. " Ollé ", dit-il... Prix Interallié. Un film d'Henri Verneuil, avec Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo.

03/1973

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté