Dossiers

Livres, actualités : tout sur Patrick Modiano

Né le 30 juillet 1945, le discret Patrick Modiano a vu son œuvre célébrée dans le monde entier, et en France avant tout, par de nombreux prix littéraires. Il fait son entrée en littérature après sa rencontre avec Raymond Queneau, qui en fait son protégé, et la publication de son premier roman, Place de l'Étoile, en 1967 chez Gallimard.

Le 26/08/2019

1 Partages

Le

26/08/2019

1

Partages

ActuaLitté

Depuis ce premier livre, Modiano se consacre à l'écriture et a publié de nombreux romans, dont Rue des Boutiques obscures, Prix Goncourt en 1978, Dora Bruder (1997), Un pedigree (2005) ou encore Encre sympathique, à l'occasion de la rentrée littéraire 2019.

Le 9 octobre 2014, Patrick Modiano reçoit le Prix Nobel de littérature pour l'ensemble de son œuvre, et se voit qualifié de « Marcel Proust de notre temps ».

Photo : Frankie Fouganthin, CC BY-SA 4.0

Extraits

ActuaLitté

Non classé

Carnet Grand format "Encre sympathique" (papeterie)

"J'avais pensé que ce travail provisoire me fournirait toute une documentation qui pourrait m'inspirer plus tard si je me consacrais à la littérature. L'école de la vie, en quelque sorte". Encre sympathique, 2019. Patrick Modiano. Chaque carnet possède des pages légèrement lignées, s'ouvre par une citation extraite de l'oeuvre dont il est le reflet, signée du nom de l'auteur.

10/2022

ActuaLitté

Littérature française

Rue des Boutiques Obscures

> Une collection prestigieuse proposant de relire les plus grands auteurs français ayant reçu le Prix Goncourt depuis 1903 (date de sa création)> Rue des Boutiques Obscures de Patrick Modiano comme 8è des 40 volumes sélectionnés par Le Figaro et l'Académie Goncourt, vendu 12, 90 ? . > Plan média radio, print, digital, massif

06/2022

ActuaLitté

Critique littéraire

Corinne Luchaire. Un colibri dans la tempête, Edition

En 1937, Prison sans barreaux de Léonide Moguy, révèle une jeune actrice de seize ans, blonde, racée, à la forte personnalité. Pendant trois ans, Corinne Luchaire, parfois comparée à Greta Garbo, enchaîne plusieurs films, dont Conflit et Le Dernier Tournant, première adaptation du Facteur sonne toujours deux fois. Atteinte de tuberculose, éloignée de l'écran pendant la Seconde Guerre mondiale, elle mène alors une "drôle de vie" (le titre de son autobiographie) de femme très libre. Son père est Jean Luchaire, patron de la presse collaborationniste, qui sera fusillé à la Libération. Frappée d'indignité nationale, oubliée, Corinne Luchaire meurt en 1950 à quelques jours de ses vingt-neuf ans. Cette réédition nous dévoile d'autres mystères de cette actrice hors pair, foudroyée en pleine ascension, qui hante notamment l'oeuvre de Patrick Modiano, Prix Nobel de littérature 2014. De plus, cet ouvrage est doté d'un cahier d'une dizaine de pages de photographies inédites.

06/2022

ActuaLitté

Critique littéraire

A chacun sa cicatrice : Romain Gary, Georges Perec et Patrick Modiano

La tragédie de l'Holocauste surgit dans les oeuvres de Romain Gary, Georges Perec et Patrick Modiano sous la forme d'une interrogation tourmentée des origines. Pourtant, ils abordent ces thèmes chacun d'une manière singulière, en raison d'un vécu historique différent : celui de héros de la Résistance pour Gary, d' "enfant caché" pour Perec et de "fils de collabo" pour Modiano. Identité et mémoire se rejoignent ainsi dans des récits qui mettent continuellement en jeu les pierres angulaires du moi, se reconstruisant et se déconstruisant, sans jamais se définir de façon définitive. En ce sens, le ressassement identitaire des trois auteurs peut être lu dans la réécriture d'une série de motifs autobiographiques, d'origine traumatique, mais aussi en relation avec la création d'une posture d'auteur, d'un nom d'auteur et d'un corpus littéraire, jouant sur les notes d'une variation esthétique essentielle.

06/2022

ActuaLitté

Littérature française

Chevreuse [EDITION EN GROS CARACTERES

"Pour la première fois depuis quinze ans, le nom de cette femme lui occupait l'esprit, et ce nom entraînerait à sa suite, certainement, le souvenir d'autres personnes qu'il avait vues autour d'elle, dans la maison de la rue du Docteur-Kurzenne. Jusque-là, sa mémoire concernant ces personnes avait traversé une longue période d'hibernation, mais voilà, c'était fini, les fantômes ne craignaient pas de réapparaître au grand jour. Qui sait ? Dans les années suivantes, ils se rappelleraient encore à son bon souvenir, à la manière des maîtres chanteurs. Et, ne pouvant revivre le passé pour le corriger, le meilleur moyen de les rendre définitivement inoffensifs et de les tenir à distance, ce serait de les métamorphoser en personnages de roman".

05/2022

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Le goût des cafés

Forme moderne des tavernes, cabarets, caboulots et autres estaminets, le café est apparu au XVIIe siècle lorsque la boisson du même nom s'est répandue en Europe. Concurrençant les salons, il a instauré un nouvel art de vivre. Haut lieu des relations sociales où l'on discute avec ses compagnons de table ou ses voisins, familiers ou inconnus, c'est là aussi qu'on lit, qu'on joue aux cartes, aux échecs, aux dominos, qu'on échafaude des plans de bataille amoureuse, artistique ou politique et qu'on refait le monde ! Du comptoir à la salle et à l'arrière-salle, dans le calme ou l'effervescence, balade dans ces lieux éminemment romanesques où tout peut arriver, en compagnie de Honoré de Balzac, Guy de Maupassant, Émile Zola, Léon-Paul Fargue, Stefan Zweig, Louis Aragon, Emmanuel Bove, Ernest Hemingway, Giuseppe Tomasi di Lampedusa, Charles Trenet, Didier Blonde, Georges Simenon, Patrick Modiano, et bien d'autres...

03/2022

ActuaLitté

Littérature française

Un parfum de gougères

2031 : dans un monde où les saisons font désormais ce qu'elles veulent, Marie, douce retraitée aux rides pleines de sourires, raconte une année dans sa maison de campagne. Une existence peuplée de parties de scrabble et de gougères au fromage au goût de souvenirs, de couleurs et de nuages, de mélancolie, d'amitié et de tendresse. Une tranche de vie prise dans un hiver ensoleillé, qui appelle à la sagesse et à la foi après les tempêtes de " La neige assourdit mes tapages " (Editions du Panthéon, 2019). Annie-Gisèle Cousty a été enseignante de danse classique et directrice d'une salle de théâtre. Elle est également l'auteur de " La Fille du miel " (Editions du Panthéon, 2017). Sensible à toutes les formes d'expressions artistiques depuis l'enfance, la vie d'Annie-Gisèle Cousty s'est conjuguée autour de la danse classique et de la musique. Passionnée de littérature, elle compte parmi ses auteurs favoris : Patrick Modiano, Stefan Zweig et l'éternelle Marguerite Duras, forcément...

12/2021

ActuaLitté

Littérature française

Les grandes rencontres

On n'a jamais vu une telle réunion d'écrivains, une telle affluence de signatures ! Les classiques sont là : Molière, Corneille, Madame de Sévigné, La Rochefoucauld, Voltaire... Les modernes aussi : Sylvain Tesson, Albert Camus, Simone de Beauvoir, Tahar Ben Jelloun, Anaïs Nin, Grand Corps Malade, Patrick Modiano, Françoise Giroud... Les Grandes Rencontres, qu'on peut lire comme un récit ou comme une pièce de théâtre, est un livre ébouriffant que ces grandes plumes ont écrit malgré elles ! D'une manière très originale, Véronique Berger Grenier a emprunté des phrases à l'un et à l'autre et a fait discuter ces multiples écrivains sur les sujets les plus brûlants : l'amour, la vie, les autres, l'écriture... Voilà donc des conversations au sommet, profondes autant que plaisantes, graves autant que joyeuses. Comme l'écrit Gilles Costaz dans la préface, " impossible de ne pas se laisser emporter par la houle et par la foule assemblées. Ecoutez bien ces 668 invités. "

10/2021

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Encre sympathique

"Et parmi toutes ces pages blanches et vides, je ne pouvais détacher les yeux de la phrase qui chaque fois me surprenait quand je feuilletais l'agenda : "Si j'avais su... " On aurait dit une voix qui rompait le silence, quelqu'un qui aurait voulu vous faire une confidence, mais y avait renoncé ou n'en avait pas eu le temps".

09/2021

ActuaLitté

Littérature française

Passage de l'Union

L'ouvrage met principalement en scène trois personnages dont les vies vont être amenées à se croiser : le narrateur, un écrivain, un criminel. Etudiant durant les années 1980, le narrateur vit dans un studio, que lui a acheté son père, situé passage de l'Union dans le VIIe arrondissement de Paris. Un soir, il se sent observé par quelqu'un dont on comprendra qu'il s'agit de Patrick Modiano. Il le croise à plusieurs reprises, lui parle et commence à lire ses livres. Sans se l'expliquer, il se reconnaît dans son imaginaire romanesque. Néanmoins les années passent, le narrateur devient avocat et les deux hommes se perdent de vue. Au cours d'un procès d'assises, le narrateur défend un homme dont le crime s'explique par un lointain passé : une soeur ayant disparu durant la seconde guerre mondiale dans les mêmes circonstances que la Dora Bruder de Modiano. Il se trouve que l'écrivain assiste au procès et accepte d'aider le narrateur à retrouver la trace de cette mystérieuse soeur... Cette quête commune amène les deux hommes à basculer dans le Paris les années 40. Ils sont reçus par des individus douteux dans un appartement situé près du studio du passage de l'Union, dont l'écrivain apprend au narrateur qu'il fut, durant la guerre, le siège des sombres trafics d'un ferrailleur de sinistre mémoire, le fameux "Monsieur Joseph".

08/2021

ActuaLitté

Critique littéraire

Poétique de la répétition chez Patrick Modiano. Style, symptômes, vestiges

Les romans de Patrick Modiano racontent-ils toujours la même histoire, comme le suggèrent certains critiques ? Comment expliquer l'éternel retour des personnages sur les traces de leur jeunesse ou de celle de leurs parents ? Cette étude explore le style de Modiano en utilisant l'approche psychanalytique, la philosophie du temps et l'analyse littéraire. En comparant quatre romans de l'écrivain, cet ouvrage montre que la répétition chez Modiano est un principe fondateur qui crée un univers singulier. La poétique de la répétition permet d'exprimer au mieux l'incertitude qui provient du caractère désuni et fragmenté de la mémoire des périodes troubles, comme l'Occupation, marquées par les secrets et les refoulements. En revisitant inlassablement un événement éloigné, le narrateur se remémore de nombreux détails qui permettent de donner un sens à cet événement, d'établir un lien avec le présent, et d'apaiser l'angoisse existentielle.

07/2021

ActuaLitté

Littérature française

Le dompteur du temps

"Fuir, fuir ce bâtiment gris. Silence dehors, dedans, partout. Nuit de lune. M'évader, courir dans les bois pour que les branches me giflent les joues, que mes pieds trébuchent dans les trous et que je saute par-dessus les troncs morts. Traverser le ruisseau, les pieds dans l'eau jusqu'aux mollets. M'arrêter pour écouter l'eau chuchoter, sentir le froid conquérir mes jambes. Avoir mal d'écorchures, avoir soif, avoir faim. Bouger, courir vers le carrefour des herbes et du ciel. Me sentir vivre. Me retrouver". A travers les tribulations d'un amnésique échappé d'un hôpital, en quête de lui-même, c'est un questionnement sur l'identité, sur le temps qui passe que propose ce livre. Par les chemins, en bateau, à cheval et au travers de rencontres improbables mêlées à une histoire d'espionnage, le personnage de ce roman, volontaire et facétieux, s'interroge sur le sens de la vie, de l'amour, de la mort. Entre le Berry et les montagnes du Grand Caucase, en passant par les ports de Porto au Portugal et de Sczeczin en Pologne, ce héros aux quatre noms nous entraîne dans une aventure pleine de rebondissements, de rencontres, d'évènements imprévus. Un roman où l'action est soeur de la pensée. Ce sont ses différentes situations professionnelles au sein d'institutions françaises et internationales qui ont conduit Hervé Barré à fréquenter les milieux interlopes et à découvrir les arcanes de la géopolitique. Alain Fournier, Patrick Modiano, Fernando Pessoa ou encore Arthur Rimbaud et Hugo Pratt, sont parmi les auteurs et poète qui ont compté dans sa formation littéraire. Il est aussi l'auteur de nouvelles non publiées qui révèlent un humaniste universaliste.

06/2021

ActuaLitté

Critique littéraire

Vigiles de mémoire. Esth/éthique du maldicible chez Modiano, Ernaux, Le Clézio

Ce livre se penche sur les modes de transmission et d'énonciation de la mémoire dans la littérature contemporaine, principalement dans des récits qui s'interrogent sur la perception du temps présent, passé et à venir, L'esthétique et l'éthique y apparaissent comme les deux côtés d'une médaille, deux dimensions inséparables et inépuisables de l'oeuvre, particulièrement quand celle-ci met en question son propre statut d' ouvre. Que ce soit par adhésion ou par rejet, elle prend ainsi position à l'égard du Inonde dans lequel elle s'inscrit, un présent héritier des événements et des constructions du passé. Comment la mémoire crée-t-elle une voie d'accès privilégiée à la façon dont "pense" le texte littéraire ? En fouillant certains récits de Patrick Modiano, d'Annie Ernaux ou de J.M.G. Le Clézio, on peut mettre en évidence les manifestations d'un discours conscient de ses propres limites et qui doit néanmoins rendre compte d'une pluralité d'expériences. Ces récits explorent les paradoxes du langage et de l'expérience et il en surgit un concept inédit, celui de maldicible. Appliqué aux questions d'identité, d'altérité, d'éthique du témoignage, d'inscription sociale ou de conscience historique, ce concept s'avère des plus judicieux pour analyser et mettre en valeur les façons dont les textes étudiés pensent et offrent à penser. Ce que fait l'auteur de cet ouvrage de façon aussi minutieuse que clairvoyante.

03/2021

ActuaLitté

Critique littéraire

Essai sur l'invention de soi dans l'oeuvre de Patrick Modiano. La vérité du rêve

En partant de l'adolescence, du passé familial et de la formation d'écrivain de Patrick Modiano, mais aussi de sa narratologie et de son écriture, la présente étude conduit à une nouvelle approche des autobiographies rêvées qui distinguent, de son propre aveu, les récits du prix Nobel 2014.

03/2021

ActuaLitté

Beaux arts

Réinvention de la mémoire dans la création artistique

Le passé est un vécu dont chacun est le témoin irrécusable. Il semble si évident qu'il nous donne l'impression que nous pouvons l'atteindre quand nous le souhaitons. Mais, dès le premier essai de remémoration, nous nous confrontons à des difficultés pour nous souvenir. Ces difficultés nous obnubilent, se transformant parfois en une obsession. Cet ouvrage propose d'étudier comment des artistes, en particulier Patrick Modiano ou Louise Bourgeois, se nourrissent de cette obsession du passé afin de reconstituer ou plutôt de réinventer le leur.

03/2021

ActuaLitté

Littérature française

Laura Antonelli n'existe plus

A la suite du coup de fil énigmatique d'un producteur, le narrateur embarque pour Rome investi d'une obscure mission : retrouver Laura Antonelli, l'actrice oubliée dont Visconti disait qu'elle fut " la plus belle femme du monde " . Il erre dans une Rome caniculaire, traversant les décors mythiques qu'on connaît, à la rencontre des témoins de sa vie tragique. Il épluche les vieux tabloïds et les interviews pour tenter de raconter, sans la trahir, cette femme insaisissable. Splendide et sensuelle, Laura Antonelli est tout d'abord le sex-symbol populaire de l'Italie catholique des années 1960. Avec la sortie en salle de L'Innocent, elle devient une de ces beautés solaires de l'âge d'or du cinéma italien. Dès lors, elle tourne avec les plus grands et découvre un succès poudré de cocaïne, de soirées hollywoodiennes, d'amours compliquées et de journaux à scandales, jusqu'au jour où la police trouve dans sa villa de Cerveteri 36 grammes de drogue. S'ensuit une série de démêlés judiciaires qui l'éloigne peu à peu des paillettes de Cinecittà. Ainsi commence pour elle une lente descente aux enfers. A la demande d'un producteur, elle se soumet à une opération de chirurgie esthétique qui la défigure. La star vit désormais recluse dans une chambre misérable et déclare aux rares curieux qui parviennent à retrouver sa trace : " Laura Antonelli n'existe plus " . Qu'est-ce que la gloire sinon, comme le disait Pasolini, l'autre face de la persécution ? De Sunset Boulevard à la Dolce Vita romaine, Philippe Brunel livre ici un roman plein de grâce et d'ombre, dans la lignée de Patrick Modiano, sur l'histoire légendaire de la femme la plus belle du monde devenue un monstre.

02/2021

ActuaLitté

Littérature française

Romans

"Ces "romans" réunis pour la première fois forment un seul ouvrage et ils sont l'épine dorsale des autres, qui ne figurent pas dans ce volume. Je croyais les avoir écrits de manière discontinue, à coups d'oublis successifs, mais souvent les mêmes visages, les mêmes noms, les mêmes lieux, les mêmes phrases reviennent de l'un à l'autre, comme les motifs d'une tapisserie que l'on aurait tissée dans un demi-sommeil. Les quelques photos et documents reproduits au début de ce recueil pourraient suggérer que tous ces "romans" sont une sorte d'autobiographie, mais une autobiographie rêvée ou imaginaire. Les photos mêmes de mes parents sont devenues des photos de personnages imaginaires. Seuls mon frère, ma femme et mes filles sont réels. Et que dire des quelques comparses et fantômes qui apparaissent sur l'album, en noir et blanc ? J'utilisais leurs ombres et surtout leurs noms à cause de leur sonorité et ils n'étaient plus pour moi que des notes de musique". Patrick Modiano.

11/2020

ActuaLitté

Critique littéraire

Fragments de jeunesse. Une amitié d'enfance avec Patrick Modiano

Jérôme Tubiana a rencontré Patrick Modiano à l'âge de sept ans à l'école communale de la rue du Pont-de-Lodi dans le VIe arrondissement de Paris. Devenus très amis, il a bien connu la famille Modiano, son frère Rudy et sa mère Luisa qui lui a témoigné beaucoup d'affection. Cette amitié a duré jusqu'à la fin des années 1960. Au-delà d'une histoire qui contribue à éclairer la personnalité et l'oeuvre d'un grand écrivain, Fragments de jeunesse s'inscrit dans un milieu : celui de la Rive gauche de la Seine des années d'après-guerre. Il est aussi un jeu de miroirs entre deux itinéraires : celui de l'auteur, ancré dans le confort matériel et social, et celui de Patrick Modiano, marqué par le déracinement familial, l'inconfort matériel à l'adolescence et la hantise des activités de son père sous l'Occupation.

10/2020

ActuaLitté

Photographie

Déjà hier. Une année sur instagram

"J'adore la vision qu'a Jean-Marie de cette époque enchantée qu'il a traversée avec grâce, comme s'il était là par hasard. J'aime la façon qu'il a d'épingler les bonheurs comme des papillons, de chasser les chagrins d'un revers de mot, comme des mouches, pudeur oblige. J'aime plus que tout le regard qu'il porte sur sa famille. Parmi tous les éclats de vie, souvenirs, rencontres, amitiés, amours, parmi Johnny et Sylvie, Jacques Dutronc et Françoise Hardy, Patrick Modiano et Françoise Sagan, et aussi les jeunes Guillaume Gallienne ou Edouard Baer dont il découvrait la fantaisie avant tout le monde, j'aime son album de famille".

10/2020

ActuaLitté

Critique littéraire

Le goût des amours à Paris

A l'instar de Venise, Rome et d'autres villes "romantiques" , Paris est un lieu privilégié pour les histoires d'amour : de légende, tarifées, d'artistes, d'autrefois ou 2. 0 ! Car à Paris se mêlent très étroitement les mots, l'amour des mots et les maux de l'amour. Au fil des siècles et de la littérature, Paris est souvent au premier plan, comme personnage ou comme décor, enchante et fascine et, surtout, suscite, permet, encourage - parfois empêche - les histoires d'amour. Cet opus est une balade amoureuse avec une carte du tendre dessinée par les plus grands auteurs, Parisiens de naissance, d'adoption ou de coeur... Sur les traces de François Villon, Emile Zola, Honoré de Balzac, Jean Genet, Jacques Prévert, Paul Verlaine, André Breton, Simone de Beauvoir, Colette, F. Scott Fitzgerald, Marcel Proust, Boris Vian, Pierre Bergé, Marguerite Duras, Hervé Guibert, Patrick Modiano, Annie Ernaux, Camille Laurens, et bien d'autres...

10/2020

ActuaLitté

Histoire de France

Ces excellents français. Une famille juive sous l'Occupation

A l'origine, une boîte. Retrouvée dans un tiroir familial, elle contient une centaine de cartes postales enfantines datées de la Seconde Guerre mondiale, d'apparence guillerettes, mais qui laissent entrevoir les déménagements, les séparations, la nourriture qui fait défaut, la peur, le bruit des armes. Puis une envie, un besoin irrépressible de remonter le temps pour recomposer la vie du petit Jean-Paul, de ses parents Lise et Poldi, de cette famille juive d'origine étrangère qui s'imaginait faire partie de ces "excellents Français" que chantait Maurice Chevalier en 1939. Avocate comme son père et son grand-père, héros de cette histoire, Anne Wachsmann mène durant plusieurs années une enquête minutieuse pour comprendre comment sa famille a réussi à survivre, comme tant d'autres familles juives françaises, aux persécutions du régime de Vichy et des nazis. Cette recherche, semée d'embûches et de fausses pistes, la porte de Strasbourg à Agen, de la Suisse à l'Allier, en passant par Auschwitz, Marseille ou Grenoble. Elle convoque les écrits de nombreux historiens et les témoignages d'écrivains sur la vie des Juifs sous l'Occupation (Georges Perec, Patrick Modiano, Anne Sinclair...), compulse les archives, enquête dans sa famille élargie. Avec une écriture précise, fluide et documentée, elle fait revivre le quotidien de cette famille qui a résisté aux lois antisémites avec l'aide de héros anonymes, grâce à une capacité d'adaptation insoupçonnée, à des choix de chaque instant, à une grande part de chance et, surtout, grâce a l'amour sans faille qui transparaît dans des cartes postales toujours légères et colorées échangées entre un père et son petit garçon durant ces années noires.

10/2020

ActuaLitté

Littérature française

Memory Lane

Un conte intemporel, une promenade dans des souvenirs d'événements qui n'ont peut-être pas existé, des illustrations de Pierre Le-Tan au fil du texte : Memory Lane est d'abord paru en 1979, il était épuisé. Cette réédition dit la fidélité d'une amitié, qui réunit depuis quarante ans Patrick Modiano et Pierre Le-Tan.

01/2020

ActuaLitté

Littérature française

Paris de ma jeunesse

"Chacun de nous, à sa manière, tente de retrouver le Paris de son enfance et de sa jeunesse, et il est si loin, ce Paris-là, qu'il prend dans notre esprit l'allure d'une Atlantide. Le Paris de Pierre Le-Tan est lui aussi un Paris lointain. Dans ce Paris désert, une silhouette se découpe quelquefois, et vous, qui errez depuis des heures à travers cette ville abandonnée, vous sentez la pression légère d'une main sur votre épaule. Vous vous retournez. Et à cet instant-là, vous savez que vous rêvez." Patrick Modiano

11/2019

ActuaLitté

Littérature étrangère

La Longue Marche

Un homme d'une trentaine d'années trouve la force de tout quitter pour fuir l'emprise économique et sociale d'Istanbul. Un matin il disparaît, entame une longue marche à travers la capitale, un périple au cours duquel il va apprendre à survivre dans le dénuement le plus extrême. Après de nombreuses aventures, au fil de rencontres d'une grande richesse ou d'une absurde violence, il parvient à trouver la sortie de la ville, traverse le Bosphore et marche jusqu'à la montagne. Dans les paysages grandioses de l'Est de la Turquie, l'homme s'arrête, enfin seul. Sa lutte pour la liberté est terminée, il apprend le silence et l'autarcie, le rythme des saisons. Dans l'infini de ses pensées, il survit. Mais aux abords de son territoire il trouve une enfant blessée qui incarne la langue de sa propre histoire. Ce roman propose un questionnement sur l'identité dans les sociétés urbaines contemporaines, sur les origines inconnues ou enfouies dans les replis du monde et de l'histoire. L'écriture, d'une remarquable efficacité, place Ayhan Geçgin entre Patrick Modiano et Yannick Haenel.

11/2019

ActuaLitté

Critique littéraire

Un nouvel âge de l'enquête. Portraits de l'écrivain contemporain en enquêteur

L'"âge de l'enquête" : c'est la formule d'Emile Zola qui décrit là un XIXe siècle emporté par une fièvre d'investigations et de déchiffrements. Une formule d'actualité au XXIe siècle, au moment où s'ouvre un nouvel âge de l'enquête : les écrivains contemporains investissent à nouveaux frais le terrain social, à la croisée du reportage, des sciences sociales et du roman noir. C'est cette passion renouvelée du réel que je voudrais saisir ici, à travers les gestes de l'enquête. S'étonner, explorer, collecter, restituer, poursuivre, suspendre : cette liste ouverte d'opérations concrètes, de pratiques et d'expérimentations dessine le cheminement même de l'enquête. Elle dessine également les moments d'une dynamique, inlassable et inachevable, qu'empruntent aujourd'hui les écrivains pour élucider, nommer et raconter l'épaisseur du monde, en donnant voix aux vies silencieuses. Cette obsession de l'enquête, je la traque à mon tour depuis le XIX e siècle jusqu'à aujourd'hui, dans une littérature qui s'invente aux franges des disciplines d'Emmanuel Carrère à Jean Rolin, d'Ivan Jablonka à Hélène Gaudy, d'Emmanuelle Pireyre à Patrick Modiano, de Philippe Artières à Kamel Daoud, de Philippe Vasset à Svetlana Alexievitch. Il m'a semblé, chemin faisant, que cette littérature du réel s'écrivait dans le sillage de Georges Perec. Ses dispositifs inventifs, minutieux et critiques sont autant d'instruments d'exploration, qui font de la littérature un protocole de savoir et un outil de connaissance intime.

05/2019

ActuaLitté

Littérature française

Au Poiss' d'or. Hôtel meublé

P'tit Pierre fuit Saint-Germain-en-Laye et son enfance pour se jeter dans la grande fête du Paname des Années folles. Avec sa gueule d'ange, il n'a aucun mal à se faire adopter par la faune de Pigalle, qui s'empresse de le rebaptiser Chouchou. Sous les néons des boulevards, aux côtés de ces jeunes voyous, gouapes, poisses et autres gavroches, il découvre son corps et sa sexualité. Mais la première ivresse passée, il se heurte à une réalité bien plus âpre : installé dans l'une des chambres du Poiss' d'or — un petit hôtel meublé au pied de Montmartre — Chouchou est emporté dans un tourbillon de passes et d'amours clandestines. Avec en embuscade, les ombres de la police, de la misère et de la mort... Les promesses d'hédonisme de la capitale ne seraient-elles en fin de compte que les mirages de l'Enfer ? Paru en 1929, Au Poiss'd'or capture toute la gouaille, la truculence—et la violence—d'un Paris bohème aujourd'hui disparu. Alec Scouffi explore les marges, raconte les bas-fonds et dresse la chronique d'une époque où l'homosexualité se vivait sous la menace permanente de la répression. Il fut d'ailleurs lui-même une personnalité de ce monde souterrain, au point que plusieurs romans de Patrick Modiano se font l'écho de l'aura mystérieuse entourant son existence sulfureuse (Livret de famille, 1977 ; Rue des boutiques obscures, 1978 ; Paris Tendresse, 1990).

03/2019

ActuaLitté

Critique littéraire

Paris dans les pas de Patrick Modiano

Le Paris de Patrick Modiano est une ville intérieure, à la fois précise et floue. Les époques s'y superposent, de la nuit de l'Occupation aux ombres des années 1960 et de la fin de la guerre d'Algérie. Dans ces décors brumeux évoluent des personnages en apesanteur, toujours en quête de quelque chose ou de quelqu'un, s'efforçant de brouiller les pistes en s'éloignant du centre pour trouver refuge dans des zones neutres, aux confins de la ville. Grand maître des illusions et des enquêtes inabouties, géomètre expert, Patrick Modiano fait de Paris un immense jeu de piste spatial et temporel : "La topographie d'une ville, c'est toute votre vie qui vous revient à la mémoire par couches successives, comme si vous pouviez déchiffrer les écritures superposées d'un palimpseste."

01/2019

ActuaLitté

Récits de voyage

Le goût de Paris

Paris et la littérature sont indissociables. Paris suscite la littérature et la littérature façonne Paris. Cette déambulation évoquera les grands noms, les grands lieux, les grands rendez-vous, mais jouera aussi de l'anecdote, de l'éclectisme, du singulier et du particulier. Pour donner envie de venir à Paris, d'y habiter, de profiter de sa vie diurne et nocturne, d'en partir pour mieux y revenir... Paris est un décor, Paris est une mémoire, mais Paris est vivante. Défense et illustration en compagnie de Franz Kafka, Jack Kerouac, Curzio Malaparte, Henry Miller, Aristide Bruant, Henri Calet, Gérard de Nerval, Maupassant, Jacques Prévert, Roland Topor, Blaise Cendrars, Colette, Léon-Paul Fargue, Marcel Proust, George Sand, Vidocq, Verlaine, Simone de Beauvoir, Michel Déon, Ernest Hemingway, Annie Ernaux, Patrick Modiano, et bien d'autres...

03/2018

ActuaLitté

Littérature française

Souvenirs dormants

""Vous en avez de la mémoire. . ". Oui, beaucoup... Mais j'ai aussi la mémoire de détails de ma vie, de personnes que je me suis efforcé d'oublier. Je croyais y être parvenu et sans que je m'y attende, après des dizaines d'années, ils remontent à la surface, comme des noyés, au détour d'une rue, à certaines heures de la journée".

10/2017

ActuaLitté

Théâtre

Nos débuts dans la vie

"Elle sort du théâtre et elle s'agrippe à mon bras... Elle me dit que le metteur en scène, Savelsberg, est venu à l'entracte dans sa loge pour lui proposer le rôle de Nina dans La Mouette, la saison prochaine... Elle ne comprend pas... Savelsberg se déplaçant pour la voir, elle, une débutante, dans une reprise de Noix de coco et lui proposant de jouer Tchekhov ? Nous montons la rue Blanche sous cette couche de neige... comme dans un rêve...".

10/2017

ActuaLitté

Littérature française

La Fille du miel

Marcelle est une petite suissesse. Entourée d'une famille aimante, elle grandit dans un pays qu'elle chérit. Mais lorsque la fillette va avoir douze ans, son père décide de s'exiler en France. Devant quitter tout ce à quoi elle est attachée, une profonde rupture naît en elle. Marcelle est bouleversée, ce changement de vie la marquera à jamais. D'une plume triste et sincère, l'auteure dévoile l'histoire d'une femme en proie à toutes les difficultés d'aimer. Brisée dès son plus jeune âge, celle qui n'arrivera jamais à se défaire de cet éloignement nous transporte dans un spleen sans équivoque. Sensible à toutes les formes d'expressions artistiques depuis l'enfance, la vie d'Annie-Gisèle Cousty s'est conjuguée autour de la danse classique et de la musique. Passionnée de littérature, elle compte parmi ses auteurs favoris : Patrick Modiano, Stefan Zweig et l'éternelle Marguerite Duras, forcément...

09/2017

ActuaLitté

Littérature française

Frede. Belle de nuit

C'est une héroïne de Modiano. Elle a les yeux bleu-vert, de longs cils, une chevelure brune, un air de chat et de garçonne à la fois. Dans le Paris des années folles, Suzanne Baulé, fille d'une plumassière et d'un réserviste contraint de partir sur le front en août 1914, se métamorphose. Elle change de nom et se fait appeler Frede. Sa vie se confond avec la naissance de ces cabarets pour femmes où l'ambiguïté se porte à la boutonnière. A 20 ans, au Monocle, l'établissement de nuit du boulevard Edgar Quinet, elle met à ses pieds une déesse d'Hollywood : Marlène Dietrich. C'est le début d'une folle passion. Alors qu'il écrit un livre sur Patrick Modiano, le journaliste Denis Cosnard croise ce visage androgyne et mystérieux sur la couverture de Remise de peine. Dans ce roman, le narrateur, " Patoche ", raconte son enfance dans une maison où ne vivaient que des femmes. Et parmi elles Frede. Celle-ci dirige alors une boîte lesbienne rue Notre-Dame-de-Lorette, La Silhouette. D'où vient cette nouvelle reine de la nuit parisienne ? Comment est-elle devenue cette croqueuse de femmes, l'amante de Marlène Dietrich, d'Anaïs Nin et de Lana Marconi, la dernière épouse de Sacha Guitry ? En quoi Frede est un symbole de la France décadente et insouciante de l'entre-deux-guerres ? A peine la Seconde Guerre Mondiale déclarée, alors qu'une chape de plomb s'abat sur Paris, interdisant les dancings et les bals, la jeune meneuse s'exile à Biarritz où la haute société parisienne a décidé de ne pas se laisser abattre. Elle ouvre un élégant jazz-bar, le Touch-Wood, avant de reprendre, dans les années 1950, Le Carroll's, rue de Ponthieu, qu'elle transforme en boîte de nuit interlope. Dans cette biographie endiablée, Denis Cosnard nous raconte l'histoire férocement romanesque de Frede et nous dévoile aussi les dessous de son enquête : Paris révélé par sa nuit. Une nuit enflammée de néons et de strass. Une nuit indomptée, secrète, éminemment féminine.

05/2017

ActuaLitté

Photographie

Amours instantanées

Au cours des cinquante dernières années, Irmeli Jung a constitué une galerie de portraits parmi les plus remarquables. Peu après son arrivée en France, sa photo de couverture d'un disque de Juliette Gréco marque le début d'une collaboration qui se poursuivra… jusqu'à l'affiche de la tournée 2015-2016. Elle signera des pochettes et affiches de Barbara, Brel, Ferrat, Mouloudji ou Moustaki, mais aussi différents " visuels " pour Jane Birkin, Louis Chédid, Angélique Ionatos ou Anna Prucnal – comme, plus récemment, pour Abd Al Malik ou Thomas Dutronc. Au début des années 80, les plus grandes maisons d'édition (Flammarion, Gallimard, Grasset, Stock, etc.) font appel à son talent, de même que Le Monde des Livres dont elle sera longtemps la photographe exclusive. C'est alors que ses premiers portraits d'écrivains verront le jour, parmi lesquels certains ont fait le tour du monde : Aimé Césaire, Alberto Moravia, Léopold Sédar Senghor, Marguerite Yourcenar, Patrick Modiano, JMG Le Clézio,… Les personnalités du cinéma – de Lauren Bacall à Liv Ullmann, de Carné à Zulawski – comme de la musique – Yehudi Menuhin et Luciano Pavarotti, entre autres – ne la sollicitent évidemment pas moins. Dans ce beau livre, Irmeli Jung nous présente près d'une centaine de portraits qui lui tiennent particulièrement à coeur. Elle nous fait également part d'impressions personnelles et d'anecdotes inédites qui expliquent, ainsi que le texte de Julien Cendres, une vie et une oeuvre exceptionnelles.

11/2016

ActuaLitté

Littérature française (poches)

La ronde de nuit

Comment devenir traître, comment ne pas l'être ? C'est la question que se pose le héros du récit qui travaille en même temps pour la Gestapo française et pour un réseau de résistance. Cette quête angoissée le conduit au martyre, seule échappatoire possible. Par ce livre étonnant, tendre et cruel, Modiano tente d'exorciser le passé qu'il n'a pas vécu. Il réveille les morts et les entraîne au son d'une musique haletante, dans la plus fantastique ronde de nuit.

12/2015

ActuaLitté

Récits de voyage

Le goût de la nostalgie

«C'est sans doute la vocation du romancier, devant cette grande page blanche de l'oubli, de faire ressurgir quelques mots à moitié effacés, comme des icebergs perdus qui dérivent à la surface de l'océan». Sans la nommer, c'est bien avec une définition de la nostalgie que Patrick Modiano terminait son discours de réception du prix Nobel en 2014. L'écriture peut retenir ce qui fut jadis le présent et raviver les couleurs du passé. Qu'il soit exilé ou orphelin d'une époque défunte, le nostalgique a une présence légère au monde, sans tragédie il se soumet de façon détachée à ce qui n'est plus : le lieu d'un temps perdu. Mais comme Ulysse, l'exilé peut bien revenir à son point de départ, le passé est un pays où il n'habitera plus. Douleur ou jouissance, la nostalgie se dérobe sans cesse. Voyage dans un pays d'émotions contradictoires, en compagnie de Baudelaire, Anton Tchekhov, Yves Bonnefoy, Vladimir Nabokov, Alain-Fournier, Colette, Léopold Sédar Senghor, Hector Bianciotti, Andreï Makine, Georges Perec, Lawrence Durrell, et bien d'autres.

11/2015

ActuaLitté

Histoire de France

Lucien Rebatet. Le fascisme comme contre-culture

L’attribution du prix Nobel de littérature 2014 a fait resurgir les fantômes des années noires de l’histoire française. Patrick Modiano a été le premier écrivain à explorer les tabous de notre mémoire et à s’introduire dans l’imaginaire des collabos. Dans Place de l’Etoile, dès 1968, il évoque ainsi Céline et Rebatet, le maître et le disciple, deux prophètes de l’ordre nouveau nazi fondé sur le rejet de la culture des Lumières. Les historiens se sont ensuite emparés du dossier qui a suscité des débats animés. Parmi les sujets encore discutés et disputés la nature du régime de Vichy, les enjeux de la collaboration et l’existence d’un fascisme tricolore. Ce livre se propose de réexaminer cette question à travers la biographie d’une des plus éminentes figures de la collaboration : Lucien Rebatet (1902-1972). Critique d’art renommé, signature emblématique de l’hebdomadaire fasciste Je suis pari tout, il est l’auteur du best- seller de l’Occupation avec Les Décombres, pamphlet torrentiel célébrant la défaite comme la promesse d’une Europe «libérée» de la démocratie et du judéo-christianisme. Condamné à mort à la Libération, puis gracié, c’est en prison qu’il tente de devenir le «véritable» écrivain qu’il rêvait d’être depuis toujours en publiant chez Gallimard un-puissant et talentueux roman autobiographique, Les Deux Etendards. Rebatet en attendait un effet de rédemption littéraire et de relativisation de son engagement politique. Comme chez d’autres écrivains collabos, on observe aujourd’hui une tendance de la mémoire à opposer et à rendre inconciliables l’engagement et l’oeuvre. Comme si la culture pouvait immuniser contre le pire. Le point de vue de ce livre est différent, il défend l’idée que c’est en récusant cette vision binaire de l’itinéraire politico-littéraire de Rebatet que l’on peut accéder à la matrice originelle de son engagement : une vision crépusculaire de l’homme qui s’inscrit parfaitement dans l’idéologie pessimiste et agonique des fascismes européens. Or, cette conception n’a pu trouver audience en France autrement que sous la forme d’une contre-culture minoritaire, que ce soit sous la République ou sous Vichy, impuissante à ébranler les fondements de l’identité républicaine française.

11/2015

ActuaLitté

Critique littéraire

Mélancolie d'Emmanuel Berl

Henri Raczymow nous propose ici un essai sur Emmanuel Berl dont la figure et l'oeuvre sont aujourd'hui quasiment oubliés. Dans l'introduction, il brosse à grands traits le portrait de Berl et souligne les paradoxes de sa trajectoire (oeuvre irrégulière, engagements politiques, amitiés de tous bords). L'ouvrage est une relecture du parcours biographique de Berl, rappelant notamment la proximité de sa famille avec la famille de Bergson et la figure de son oncle Emmanuel Lange, brillant agrégatif mort prématurément, dont ne cessait de lui parler sa mère et sa grand-mère, et qui hanta son enfance. Très jeune, Berl se révèle grand séducteur et brillant causeur. Dans les années 20, il fréquente Proust mais finit par se fâcher avec lui. Il est proche des surréalistes, et de Breton en particulier - à qui il disputera Suzanne Muzard. De Drieu (avec qui il crée un journal, Les Derniers Jours). De Malraux. De la NRF. Et d'un grand nombre d'autres futurs fascistes et collaborateurs comme Morand ou Bertrand de Jouvenel. Les entretiens menés par d'Ormesson et Patrick Modiano avec Emmanuel Berl sont sur le sujet de précieuses sources. Dans les années 30, il se lance en politique avec le journal Marianne, sans réelle conviction. Dans les années 40, il collabore à la rédaction de l'un des plus célèbres discours de Pétain - on lui attribuera plus tard les formules "Je hais les mensonges qui vous ont fait tant de mal" et "La terre ne ment pas". Mais les lois raciales et son mariage avec la chanteuse Mireille, d'origine juive, comme Berl, vont l'obliger à se cacher en Corrèze à partir de 1941. Intéressant projet que de se pencher sur cette figure qui a littéralement traversé le siècle et fréquenté, pour ne pas dire magnétisé, les plus grands écrivains du XXe siècle. Les louvoiements de Berl sont passionnants, tant ils épousent ceux de son pays. Réfléchir à Berl, c'est aussi réfléchir à notre Histoire.

10/2015

ActuaLitté

Littérature française

Vestiaire de l'enfance

"Quand je l'ai aperçue, assise près de la grille en fer ouvragé qui sépares le café de la salle de billard, je n'ai pas tout de suite distingué les traits de son visage. Dehors, la lumière du soleil est si forte qu'en pénétrant au Rosal, vous plongez dans le noir. La tache claire de son sac de paille. Et ses bras nus. Son visage est sorti de l'ombre. Elle ne devait pas avoir plus de vingt ans. Elle ne me prêtait aucune attention. Elle fouillait dans le sac posé à côté d'elle sur la banquette, et de temps en temps, les bracelets de ses poignets cliquetaient dans le silence. "Toute personne susceptible de nous donner d'autres détails sur ces sujets est priée de nous écrire."

08/2015

ActuaLitté

Critique littéraire

D'un salaud l'autre. Nazis et collaborateurs dans le roman français

Intriguée par l'incroyable succès du roman de Jonathan Littell Les Bienveillantes (2006) — qui s'est vendu à plus de 700 000 exemplaires dès sa première année de parution en France et qui a été récompensé par le Prix Goncourt et par le Grand Prix de l'Académie - Marion Duval s'est penchée sur les oeuvres de sept romanciers qui relatent les atrocités de la seconde guerre mondiale du point de vue des tortionnaires : Louis-Ferdinand) Céline, Robert Merle, Patrick Modiano (prix Nobel de littérature 2014), Michel Tournier, Eric-Emmanuel Schmitt, Didier Daeninckx et, donc, Jonathan Littell. Ce livre met en évidence l'existence d'un archétype littéraire de la figure du «salaud» : un personnage banal à la sexualité paradoxalement marginale. Cet ouvrage est aussi une réflexion sur le choix de ces auteurs d'écrire à propos et à la place des bourreaux, et non pas des victimes, et de bousculer ainsi à l'extrême la représentation de cette période de l'Histoire. Ce livre, rédigé dans un style alerte et très limpide, aborde des personnages singulièrement complexes, héros de romans désormais populaires, qui nous renvoient aux atrocités du présent.

05/2015

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Quartier perdu

Un dimanche de juillet, Ambrose Guise arrive à Paris. Personne. Sauf les statues. Une ville fantôme, lui semble-t-il, après un bombardement et l'exode de ses habitants. Auteur de romans policiers anglais, il vient rencontrer son éditeur japonais. Mais il va profiter de ce voyage pour élucider les mystères de son passé, du temps où il était français et s'appelait Jean Dekker, il y a vingt ans. Il fait alors surgir dans un Paris crépusculaire, halluciné, des lieux étranges : une chambre secrète rue de Courcelles, en face d'une pagode ; un grand rez-de-chaussée donnant sur un jardin, place de l'Alma. Il réveille les spectres de Georges Maillot, au volant de sa voiture blanche, de Carmen Blin, Ghita Wattier, des Hayward... Tout un quartier perdu de la mémoire est ainsi revisité, et délivre le secret de ses charmes, et de ses sortilèges.

03/2015

ActuaLitté

Livres 3 ans et +

Une aventure de Choura

Voici Choura, labrador aux yeux bleus, qui s'ennuie chez ses maîtres et qui est un chien romantique. C'est aussi un chien qui ne doute de rien, et c'est pourquoi, probablement à cause d'un livre et d'un film, sa vie prend une tournure à faire rêver tous les chiens et les enfants, à partir de cinq ans.

02/2015

ActuaLitté

Livres 3 ans et +

Une fiancée pour Choura

Vacances de neige pour Choura, le célèbre labrador aux yeux bleus. Le voici à la montagne, dans un hôtel qui est un vrai palais, rempli de couloirs déserts parfaits pour les farces. C'est le temps des leçons de ski avec la baronne Orczy, des cours de patins à glace, des jus d'orange et des valses. C'est surtout pour notre héros le temps des rencontres, car voici la très douce et très belle Flor de Oro dont il tombe terriblement amoureux. Une nouvelle aventure d'un chien romanesque et libre, où plane encore une fois l'ombre du Mouron Rouge.

02/2015

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Discours à l'académie suédoise

L'Académie suédoise a décerné, le 9 octobre 2014, le prix Nobel de littérature à Patrick Modiano "pour son art de la mémoire avec lequel il a évoqué les destinées humaines les plus insaisissables et dévoilé le monde de l'Occupation".

02/2015

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Une jeunesse

Dans un Paris où ils sont livrés à eux-mêmes, deux très jeunes gens, Odile et Louis, font "l'apprentissage de la ville" et d'une vie de hasards, d'expédients et d'aventures. Ils ont pour eux leur innocence et croisent sur leur route des individus singuliers, émouvants mais quelquefois peu recommandables qui les entraînent dans des chemins de traverse. Mais, en définitive, aussi trouble et aussi chaotique que soit un début dans la vie, il se métamorphose, avec le temps, en un beau souvenir de jeunesse, que les deux héros de ce livre sont désormais seuls à partager.

02/2015

ActuaLitté

Humour

Catherine Certitude

Comme son papa, Catherine Certitude porte des lunettes. Et une paire de lunettes, cela complique parfois la vie : par exemple lorsqu'elle est obligée de les enlever au cours de danse. Car Catherine rêve de devenir une grande danseuse comme sa maman qui vit à New York. Mais ses lunettes lui offrent l'avantage de pouvoir vivre dans deux mondes différents : le monde réel, tel qu'elle le voit, quand elle les porte, et un monde plein de douceur, flou et sans aspérité si elle les ôte.Un monde où elle danse comme dans un rêve...

12/2014

ActuaLitté

Littérature française (poches)

La place de l'étoile ; Rue des Boutiques Obscures ; Dora Bruder ; Un pedigree. Coffret 4 livres

La place de l'étoile Au mois de juin 1942, un officier allemand s'avance vers un jeune homme et lui dit : "Pardon, monsieur, où se trouve la place de l'Etoile ?" Le jeune homme dédigne le côté gauche de sa poitrine. Rue des Boutiques Obscures Qui pousse un certain Guy Roland, employé d'une agence de police privée que dirige un baron balte, à partir à la recherche d'un inconnu, disparu depuis longtemps ? Le besoin de se retrouver lui-même après des années d'amnésie ? Au cours de sa recherche, il recueille des bribes de la vie de cet homme qui était peut-être lui et à qui, de toute façon, il finit par s'identifier. Comme dans un dernier tour de manège, passent les témoins de la jeunesse de ce Pedro Mc Evoy, les seuls qui pourraient le reconnaître : Hélène Coudreuse, Fredy Howard de Luz, Gay Orlow, Dédé Wildmer, Scouffi, Rubirosa, Sonachitzé, d'autres encore, aux noms et aux passeports compliqués, qui font que ce livre pourrait être l'intrusion des âmes errantes dans le roman policier. Dora Bruder "J'ignorerai toujours à quoi elle passait ses journées, où elle se cachait, en compagnie de qui elle se trouvait pendant les mois d'hiver de sa première fugue et au cours des quelques semaines de printemps où elle s'est échappée à nouveau. C'est là son secret. Un pauvre et précieux secret que les bourreaux, les ordonnances, les autorités dites d'occupation, le Dépôt, les casernes, les camps, l'Histoire, le temps, tout ce qui vous souille et vous détruit, n'auront pas pu lui voler." Un pedigree "J'écris ces pages comme on rédige un constat ou un curriculum vitae, à titre documentaire et sans doute pour en finir avec une vie qui n'était pas la mienne. Les événements que j'évoquerai jusqu'à ma vingt et unième année, je les ai vécus en transparence, ce procédé qui consiste à faire défiler en arrière-plan des paysages, alors que les acteurs restent immobiles sur un plateau de studio. Je voudrais traduire cette impression que beaucoup d'autres ont ressentie avant moi : tout défilait en transparence et je ne pouvais pas encore vivre ma vie".

11/2014

ActuaLitté

Histoire de France

Des milliers de places vides

Laissant un nombre croissant de places vides sur les bancs des salles de classe, des milliers élèves furent, sous l'Occupation, portés absents, année après année, sans autre commentaire, dans toutes les écoles de France. A travers l'enquête qu'il mène, dans quelques établissements de son arrondissement parisien, sur le comportement de ses pairs face aux lois juives de Pétain, Alain Wagneur, lui-même directeur d'école, s'efforce de poser quelques questions cruciales sur l'attitude qui fut celle de la corporation enseignante dans une période troublée de l'Histoire, et sur la manière dont lui-même se serait comporté dans de telles circonstances. Un récit qui convoque le ton du Patrick Modiano de Dora Bruder pour interroger une institution scolaire encore insuffisamment confrontée à sa mémoire afin de contribuer, par-delà les injonctions de mutantes directives ministérielles, à en rebâtir les fondations sur une base nécessairement éthique.

10/2014

ActuaLitté

Littérature française

Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier

" - Et l'enfant ? demanda Daragane. Vous avez eu des nouvelles de l'enfant ? - Aucune. Je me suis souvent demandé ce qu'il était devenu... Quel drôle de départ dans la vie... - Ils l'avaient certainement inscrit à une école... - Oui. A l'école de la Forêt, rue de Beuvron. Je me souviens avoir écrit un mot pour justifier son absence à cause d'une grippe. - Et à l'école de la Forêt, on pourrait peut-être trouver une trace de son passage... - Non, malheureusement. Ils ont détruit l'école de la Forêt il y a deux ans. C'était une toute petite école, vous savez..."

10/2014

ActuaLitté

Littérature française

Remise de peine de Patrick Modiano. Voyage au pays de l'enfance

Le récit d'enfance de Patrick Modiano, Remise de peine, raconte contrairement à l'autobiographie officielle, Un pedigree, la période passée avec son frère Rudy, précocement disparu. Voyage au pays de l'enfance, il peut être lu comme le premier volet d'un diptyque autobiographique, car l'absence de mention générique sur la page de couverture indique que ce n'est pas un roman. Rien ne permet d'affirmer en outre qu'il s'agit d'un texte autofictionnel...

05/2013

ActuaLitté

Critique littéraire

Comment devient-on écrivain ? Sartre, Aragon, Perec et Modiano

Comment devient-on écrivain ? Partir de la question de Sartre, dans Les Mots, c'est interroger le rapport que quatre écrivains de générations différentes entretiennent avec l'Histoire du XXe siècle, en ce qu'il rend possible (Je n'ai jamais appris à écrire ou les incipit d'Aragon) impossible (W ou le souvenir d'enfance de Perec, Dora Bruder et Un pedigree de Modiano) de raconter ses débuts d'écrivain. Les rares et douteux souvenirs de la prime enfance n'ouvrent plus, chez Perec ou chez Modiano, aucun récit des commencements de soi, aucune esquisse de vocation, voulue par soi ou par les siens. L'enfance est fondatrice dans Les Mots comme Les incipit. Mais le livre de Sartre a été conçu pendant la guerre froide, Je n'ai jamais appris à écrire après l'écrasement du Printemps de Prague. Les Mots témoigne de la possibilité de se changer et de changer le monde, ce n'est plus le cas des Incipit. Pas de reniement de soi, ni de l'engagement communiste pourtant dans le livre d'Aragon. Il appartient aux images de dire la noirceur des temps et d'en revenir à A.B. : André Breton par qui, dans ce nouveau roman de la création aragonienne, tout a commencé. Alors que Je n'ai jamais appris à écrire ou Les incipit est un livre tout en B, W ou le souvenir d'enfance est un livre tout en V. Perec y explore deux " déportations " : celle des siens dans la fable olympique, la sienne propre, enfant, " déporté " à Villard de Lens pendant l'Occupation. Sur l'île règne un " sport" inspiré de celui que David Rousset a analysé dans L'Univers concentrationnaire, à Villard la " vie sans repère " qui a tant frappé le jeune Perec à la lecture du livre de L'Espèce humaine de Robert Antelme. Mais Perec fait disparaître le nom d'Antelme qui n'apparaît que dans les avant-textes de l'oeuvre. C'est autour d'un autre " pauvre et précieux secret " que se construit Dora Bruder : c'est la fugue qui relie Dora et le jeune Patrick, elle encore qui détache, en partie, l'histoire de Dora de celle des siens. W relie deux " déportations ", Dora Bruder délie deux disparitions. Chacun des livres retenus dans ce parcours relie, à sa manière propre, histoire de soi et histoire des siens. Mais des Mots à Un pedigree s'esquisse peut-être aussi un dénouement, une déliaison de l'intime et du collectif.

11/2012

ActuaLitté

Poésie

28 paradis, 28 enfers

Les Orientaux aimaient réduire le monde à l'infiniment petit, certains peintres japonais du XVIIIe siècle ont même réussi l'exploit de peindre un jardin sur un grain de riz. D'autres ont sculpté des scènes du Déluge sur des noyaux de cerise. Je ne pourrais prétendre à tant de virtuosité, mais j'ai toujours été attirée par les mondes infimes, au point de me constituer au fil des années un musée personnel du Minuscule. Paradis, Enfers : quoi de plus impressionnant, gigantesque, de plus surhumain en même temps - à commencer par leur version littéraire, cette Divine Comédie, dont la lecture, il y a quelques années, m'a ouvert la voie à ces univers parallèles ? Un été où j'étais triste à Paris, je ne voyais pas d'issue à mon chagrin, sinon le rêve. Pour donner vie à ces rêveries, je commençai à dessiner des mondes minuscules, paradis terrestres, paradis perdus, où je m'imaginais avec celui que j'aime, où nous étions d'infinies particules d'un monde minéral et végétal, tels des feuilles, des étoiles, des grains de sable... Oublions le Purgatoire, que j'imagine plutôt gris, mais que seraient mes paradis sans leurs enfers ? Rome sans les sept collines, la Joconde sans son sourire ?... Aussi n'avais-je d'autre choix, à un moment moins chagrin, que de donner vingt-huit enfers miniatures comme antipodes à mes paradis. Lorsqu'on se "fait tout petit", on peut disparaître, mais c'est peut-être pour mieux renaître dans un autre monde, un jardin d'Eden.

11/2012

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté