Dossiers

L'affaire Matzneff, du prestige littéraire au banc des accusés

La publication du livre Le Consentement, par l'éditrice Vanessa Springora, aura ouvert les yeux de la société sur les agissements revendiqués par l'écrivain Gabriel Matzneff dans ses livres : des relations avec des mineurs – de la pédocriminalité, en somme –, qui ont relancé la question du consentement sexuel. Vanessa Springora elle-même en a été la victime, à travers une emprise qu'elle raconte dans son livre et qu'elle a voulu dénoncer pour s'en libérer une fois pour toutes.

ActuaLitté

Invité sur les plateaux de télévision, publié par la maison d'édition Gallimard, soutenu par des hommes politiques comme par des avocats, Gabriel Matzneff bénéficiait même d'une allocation versée par l'État, par l'intermédiaire du Centre National du Livre : en somme, malgré ses récits dans lesquels il faisait état de son goût pour les mineurs, l'écrivain jouissait d'une réputation tout à fait respectable dans les milieux de la littérature et de la culture.

Alors que s'ouvrent les premiers procès, les répercussions de l'affaire Matzneff iront sans doute bien au-delà du statut de ce seul écrivain : c'est un système éditorial, un véritable réseau de protection, qui pourrait vaciller dans son ensemble.

Crédits photo : ActuaLitté, CC BY SA 2.0

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté