Dossiers

Livres, actualités : tout sur Boris Vian

Né le 10 mars 1920, Boris Vian fut un artiste touche-à-tout, dont la variété des modes d'expression n'est égalée que par le nombre de ses pseudonymes : Vernon Sullivan, Bison Ravi, Odile Legrillon, Gilles Safran, Boriso Viana ou encore Claude Varnier. Outre ses romans, comme J'irai cracher sur vos tombes ou L'Écume des jours, a signé des poèmes, des essais, des scénarios de films et a même enregistré des chansons.

Le 23/06/2020

Le

23/06/2020

0

Partages

ActuaLitté

Vian, pour gagner sa vie, signera également un grand nombre de traductions de romans noirs signés par des écrivains américains, comme Kenneth Fearing ou Raymond Chandler, et des livres de science-fiction, notamment certains d'A.E. Van Vogt. Autant dire que le style de Boris Vian a habité et durablement influencé la littérature de la première moitié du XXe siècle.

Il meurt en 1959 à l'âge de 39 ans, des suites de troubles cardiaques, lors de la projection du film J'irai cracher sur vos tombes de Michel Gast, que Vian avait publiquement renié comme adaptation de son œuvre...

Photographie : ActuaLitté, CC BY SA 2.0

Extraits

ActuaLitté

Critique littéraire

Des bises du Bison. Lettres d'amour, 1939-1959

Boris Vian charmeur, tendre, amoureux, certes, mais aussi Boris Vian irrévérencieux, volontiers potache, incroyablement inventif. Jusque dans ses écrits intimes, l'auteur de L'Ecume des jours a toujours fait preuve d'une fantaisie et d'un humour à toute épreuve. Dans ces quelque 140 lettres adressées à sa mère, à ses épouses, à ses amis et à ses enfants, et à travers certains courriers qu'il a reçus en retour, on redécouvre avec bonheur sa plume savoureuse et son univers haut en couleurs. Préface inédite de Nicole Bertolt.

05/2022

ActuaLitté

Littérature française

Olympe, mauvaise graine

Olympe, mauvaise graine a tout du conte. Un univers onirique, fantaisiste, noir, qui trouve l'éclaircie. Des personnages très attachants ou parfaitement rebutants. Une langue imagée, captivante. Un contexte contemporain mais dont l'imagination s'affranchit aussitôt. Et d'abord, une enfant. Olympe est orpheline. Elle grandit parmi les malfrats. Son prénom, Olympe, lui a été donné par Luis, le patron, qui l'a trouvée bébé dans un carton d'appareils photo Olympus. Pour survivre, il faut voler. Elle apprend le silence, la bagarre, la solidarité - rare -, la trahison - récurrente. Un jour Luis, piégé par une autre bande, meurt. S'ouvre alors une page de violence tous azimuts. Les flics. L'hôpital. Et alors qu'Olympe erre dans sa chambre intubée et solitaire, arrive un étrange homme, un homme dont la peau semble faite d'écorce d'arbre, qui répare les plantes en danger, et qui va soigner cette "mauvaise graine" . Fuite de l'imagination ? Rêverie de réparation ? Une odyssée improbable et initiatique s'engage. Vers d'autres contrées, vers la liberté. Un roman porté par une écriture poétique, qui rappelle Boris Vian, Edward aux mains d'argent, un Miyazaki foutraque dans un univers pluvieux et industriel, Chihiro chez les Triplettes de Belleville.

03/2022

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Femmes d'été, femmes d'hiver

Après le choc de La Fabrique des salauds, Chris Kraus nous revient avec un roman plein d'une fantaisie grinçante. De nos jours, en Allemagne, et à New York, dans les années 1990. Un homme vient de mourir. En triant les papiers, sa fille retrouve son journal et se plonge dans l'histoire de ce père aussi fantasque que fragile. Jonas n'a pas encore trente ans quand il débarque à New York, laissant à Berlin Mah, sa petite amie mythomane et follement jalouse, pour vivre son rêve de cinéma. Au gré de rencontres déjantées, Jonas découvre, fasciné, un milieu où flottent encore les fantômes de Kerouac et Ginsberg. Reste à trouver un sujet pour son film d'études. Film érotico-porno-expérimental ? Documentaire sur l'oreille, cet organe si peu filmé ? Jonas semble volontairement passer à côté du sujet qui s'imposerait pourtant : celui sur l'histoire de sa famille. A New York, en effet, vit sa " tante " Paula, qui fut un temps très proche de son grand-père, à Riga, pendant la Seconde guerre mondiale. Et si Jonas ne veut rien entendre, Paula, elle, a beaucoup à dire sur cet homme complexe, nazi sanguinaire qui l'a pourtant sauvée, elle, Juive. Et tandis que Jonas affirme à qui veut l'entendre qu'il ne tournera jamais de " film à la con sur les nazis ", Nele va entrer dans sa vie... PRESSE : " Sous forme de journal intime dont chaque jour se dévore comme une petite nouvelle, un roman pittoresque mais sans nostalgie ridicule, hommage plein de sel et de tendresse à tous les rescapés. " Elle " ... et voilà un deuxième miracle, d'autant plus joyeux qu'il est inattendu : Femmes d'été, femmes d'hiver possède non seulement la même puissance que le précédent, mais de plus il ne lui ressemble en rien, signe d'une irrépressible vitalité... Une légèreté flottante traverse tout le livre, qui rend sa lecture constamment réjouissante et prenante. " Le Monde " L'auteur de La Fabrique des salauds réussit l'exploit d'un texte qui semble s'écrire sur un coin de table en même temps que très littéraire, tragique et drôle, raffiné, trash, cynique, romantique et d'une féroce excentricité, entre Woody Allen, Boris Vian, le roman culte La Conjuration des imbéciles et le film After Hours. " Madame Figaro " Chris Kraus signe un roman en apparence plus léger, mais tout aussi percutant. Un livre "montagnes russes", où le lecteur passe du fou rire à l'effroi. La fantaisie des personnages et le comique des situations, n'occulte pas la gravité du propos sur le devoir de mémoire, même quand on est blessé dans sa chair. Une ode débridée à New York, de l'Underground des "sixties" (Ginsberg, Warhol...) au renouveau électrique des "nineties"". Les Echos " Un texte ébouriffant (formidablement traduit)... Sous la forme d'un journal intime, en partie autobiographique, Chris Kraus réussit un récit renversant d'originalité, d'audace, de finesse. Ecrasé par le spectre de la Shoah, dont ses aïeux ont été partie prenante, envieux de la folie des beatniks, tiraillé entre deux femmes, son Jonas émeut et amuse à la fois. " L'Express " Le roman d'une immense drôlerie et d'une infinie tristesse... Un des livres les plus fous et les plus beaux. " Les Echos week-end " Comme une conversation entre Paul Auster et Jonathan Littell. " Le Vif/L'Express

02/2022

ActuaLitté

Sciences historiques

Plateau volant, motolaveur, purée minute

PLATEAU VOLANT MOTOLAVEUR PUREE MINUTE Au Salon des arts ménagers | 1923-1983 " Plateau volant, motolaveur, purée minute ", cette triade fait écho à la célèbre Complainte du progrès (Les Arts ménagers) de Boris Vian, diffusée au Salon des arts ménagers de 1956, dans laquelle le poète énumère avec humour les appareils plus ou moins fantaisistes qui envahissent le quotidien : repasse limace, atomixer, draps qui chauffent... Ce titre fait cependant référence à des objets qui ont véritablement figuré au Salon. Ils incarnent l'esprit d'invention et la projection dans la modernité qui ont toujours été sa marque de fabrique. A la croisée des sciences, de l'industrie et de l'esthétique, et au-delà de l'événement commercial, c'est bien une forme de révolution sociale que ce Salon a instaurée. Pendant soixante ans, le Salon des arts ménagers a accueilli des millions de curieux venus découvrir les nouveautés en termes d'équipement domestique, d'habitat, d'organisation et de confort du foyer. Dès son origine, les innovations présentées sont photographiées dans un but documentaire et publicitaire : des dizaines de milliers de clichés ont ainsi été produits, témoignant de l'importance du visuel dans la construction d'un imaginaire de l'intérieur idéal. La société entière défile au Salon, pour se montrer, pour présenter, pour revendiquer aussi, comme la suffragette et féministe Louise Weiss en 1936, qui sous forme de performance, y fait la cuisine pour que soit accordé le droit de vote aux femmes. Cette " visite " du Salon des arts ménagers, grande fête populaire et spectacle de la société de consommation en devenir, conduit à une réflexion sur nos pratiques quotidiennes et sur l'avenir de nos sociétés dites développées.

01/2022

ActuaLitté

Littérature française

Ma vie en chiffres

Depuis le groupe surréaliste - qu'il quitte en 1929 et dont il retient la conjugaison de la fantaisie débridée avec la construction rigoureuse - jusqu'à l'Oulipo - où il entre en 1961 poussé par la volonté d'échapper au ? ou de l'inspiration - toute l'oeuvre de Raymond Queneau, infatigable lecteur, infatigable curieux, est traversée par l'humour et la cocasserie, truffée de trouvailles littéraires qui sont l'effet d'une ré? exion sur le langage. Amateur de calembours, citations, pastiches, parodies ; à la fois romancier, satrape, poète, chansonnier scénariste ou peintre, Queneau distille dans ses textes nombre d'allusions autobiographiques, souvent indirectes ou voilées : déjà en 1937 Odile permettait de deviner le récit de la rupture avec Breton. Ma vie en chiffres rassemble ses tentatives autobiographiques inédites, sérieuses ou pas... D'abord sous la forme d'une ode aux mathématiques où tout est prétexte aux pirouettes algébriques, où l'"eggsistence" du narrateur est rythmé par le comptage obsessionnel (du nombre d'heures travaillées à la quantité de croissants ingérés), puis sous celle d'une fiction avortée, l'Autobiographie trafiquée : tout décrit une existence banale ? nalement perturbée par la folie créatrice. La verve de Raymond Queneau, oscillation permanente entre rêve et réalité, entre littérature et langue parlée, ne se sépare jamais de cet humour savant voué à nous régaler. Le Collège de 'Pataphysique dont il fût membre aux côtés de Boris Vian ou Max Ernst n'est pas loin : chaque texte est une mise en pièce de la vision traditionnelle et élève, plein d'espiègleries, un regard nouveau sur le monde.

01/2022

ActuaLitté

Documentaires jeunesse

Gainsbourg

Serge Gainsbourg, de son vrai nom Lucien Ginsburg, a eu une carrière longue, atypique et variée. Auteur-compositeur prolifique, travaillant ses textes, leur forme et leurs rimes avec beaucoup de poésie et d'originalité, sa notoriété est immense en France et il est un des très rares chanteurs en langue française ayant eu du succès dans les pays anglo-saxons à l'époque ! Cet album raconte ainsi la vie de Gainsbourg, fils d'émigrés russes né à Paris, depuis sa jeunesse quand il dût porter l'étoile jaune pendant la guerre et se cacher sous une fausse identité, son apprentissage du piano avec son père, ses études aux beaux-arts tout en devenant pianiste de bar et la révélation qu'il a en voyant Boris Vian en spectacle. Sa rencontre avec Brigitte Bardot puis Jane Birkin, ses périodes musicales variées, du jazz au rap et au reggae en passant par la pop et les musiques de film, les chansons qu'il composait pour lui et pour les autres, sont aussi bien sûr évoquées. Merci Serge !

11/2021

ActuaLitté

BD tout public

De grands romans en bande dessinée. Coffret en 3 volumes : La cavale du Dr Destouches ; L'automne à Pékin ; Les contes drolatiques

Pour les fêtes de fin d'année, Futuropolis propose un étui comprenant les 3 adaptations de Gaëtan et Paul Brizzi. Que ce soit avec Christophe Malavoy ou seuls, Paul et Gaëtan Brizzi rendent un hommage en bande dessinée à ces trois écrivains qui les ont inspirés. Honoré de Balzac, Louis-Ferdinand Céline, Boris Vian... Trois romanciers français qui ont marqué, à leur manière, la littérature du XIX ? et XX ? siècle.

11/2021

ActuaLitté

Littérature française

La potiche a peur en rouge. Et cent autres fables express

"La fable express est une parodie de fable, qui naquit à la fin du XIXe siècle, époque de fantaisie, d'invention, et de jeu avec la langue. Alphonse Allais fut un virtuose du genre. La recette en est simple : une poignée de vers de mirliton, aromatisés à l'absurde, à l'insolence ou à l'obscénité, et une "morale" en général très peu morale, qui parodie parfois dictons et lieux communs, mais ça n'a rien d'obligatoire. La "morale" est à double sens : elle cache une autre formule, qui se prononce de la même manière mais dit tout autre chose. Bref, c'est un calembour. Le but ? Le jeu, le rire". (Pierre Jourde). Après une érudite et savoureuse présentation, Pierre Jourde revisite en cent et une fables (agrémentées de commentaires) ce drôle de genre littéraire, pratiqué entre autres par Alphonse Allais, Boris Vian et Marcel Gotlib. Réactualisant cette forme d'écriture pour rire, à la portée de tous, l'impertinent et caustique Pierre Jourde signe ici un véritable manifeste pour une littérature humoristique et amusante. "La fable express, Pierre Jourde le rappelle dans sa présentation riche et complète, "n'est pas sérieuse" . Cela tombe bien, trop de gens déjà le sont, et le quorum de sérieux dans le monde est largement dépassé. A juste titre, l'auteur cite aussi bien Allais, Roussel, le fou littéraire Brisset, que l'Oulipo, Vian et Gotlib". (Extrait de la préface d'Hervé Le Tellier). Ecrivain et critique littéraire, Pierre Jourde a longtemps été professeur de littérature française à l'université. Il a publié une quarantaine de livres, dans tous les genres (poésie, essais, romans, satire littéraire, théorie de la littérature...), ainsi que des ouvrages avec divers artistes, et dirigé l'édition de Huysmans en Pléiade. Il tient une chronique sur le site culturel de L'Obs, Bibliobs. Parmi ses publications : Empailler le toréador (Corti, 1999), La Littérature sans estomac (L'Esprit des péninsules, 2002, prix de la critique de l'Académie française), Précis de littérature française du XXIe siècle (avec Eric Naulleau, Mango, 2004), Festins secrets (L'Esprit des péninsules, 2005, prix Larbaud, prix Renaudot des lycéens, prix Thyde Monnier de la SGDL), Le Maréchal absolu (Gallimard, 2012, prix Virilo), La Première Pierre (Gallimard, 2013, prix Jean Giono), La Culture bouge encore (Hugo, 2016), Le Voyage du canapé-lit (Gallimard, 2010).

10/2021

ActuaLitté

Critique littéraire

Manuscrits d'écrivains. Dans les collections de la Bibliothèque nationale de France, XVe-XXe siècle

De Christine de Pizan à Edouard Glissant, en passant par Victor Hugo, Simone de Beauvoir ou Boris Vian, cet ouvrage met en lumière une soixantaine de manuscrits d'auteurs français, du Moyen Age à nos jours, parmi les plus prestigieux conservés à la BnF. 110 fac- similés de 60 oeuvres majeures révèlent des pratiques d'écritures fascinantes. Un concentré de notre patrimoine littéraire sous l'angle original du processus de création.

10/2021

ActuaLitté

Musique, danse

Higelin

Un beau livre présentant l'ensemble de l'oeuvre de Jacques Higelin, musicien, poète et comédien. 21 albums studios, 9 live et 26 films jalonnent sa carrière. Et sur scène, un monstre avec un vrai talent d'improvisateur, une présence scénique fabuleuse et un sens poétique merveilleux... Bateleur festif, poète acrobate, vocaliste funambule, concertiste marathonien et conteur insatiable, tel fut Jacques Joseph Victor Higelin. Héritier de Boris Vian, fils (très) spirituel de Charles Trenet, de ses débuts rive gauche à ses ébats binaires en passant par ses fiestas caviar-champagne, il a conservé la même fantaisie lunaire, la tête dans les nuages et les yeux dans les étoiles. Cet ouvrage, abondamment illustré, se propose de retracer, entre biographie et témoignages, filmographie et discographie complète (y compris albums live, 45 tours, duos et compilations), la vie et l'oeuvre de celui qui a débroussaillé la chanson française et irradié le rock : le Grand Jacques, dans tous ses états.

09/2021

ActuaLitté

BD tout public

Les contes drolatiques

C'est à partir de 1832 qu'Honoré de Balzac écrivit Les cent contes drolatiques : un changement de style et de ton, loin du Père Goriot et d'Eugénie Grandet, mais se voulant un hommage à Rabelais pour lequel Balzac avait une grande admiration. Après Céline et Boris Vian, Balzac entre au panthéon des adaptations littéraires en bande dessinée sous le crayon de ces magiciens de l'image. Paul et Gaëtan Brizzi adaptent quatre des contes écrits par Balzac en "vieux" français en hommage à Rabelais : des histoires lestes et drôles, truculentes et satiriques, dont l'action se passe en Touraine au XV ? siècle. Des trente contes écrits, Paul et Gaëtan Brizzi en ont retenus quatre. Chaque histoire est introduite par Honoré de Balzac en personne. Il fallait le culot, la culture et le talent des deux frères pour s'attaquer à cette oeuvre de Balzac déjà illustrée par les plus grands : Gustave Doré, Dubout, Robida...

09/2021

ActuaLitté

Cinéma

Hollywood non merci !

Lucie Dolène nous a quittés en 2020. Pour bon nombre d'entre nous, elle reste la voix de Blanche Neige ou de Madame Samovar dans les chefs-d'oeuvre de Walt Disney. Certes, c'est une des personnalités les plus connues du doublage où elle a prêté sa voix des centaines de fois, mais en réalité, elle fut bien plus que cela. Jeune chanteuse lyrique rapidement sous contrat chez Philips où elle côtoie Georges Brassens et Boris Vian, elle s'illustre dans des opérettes avec Luis Mariano ou Les frères Jacques. Ses dons lui ouvrent les portes d'émissions mythiques de la télévision, des années 50 jusqu'à sa propre série, Les petits creux de Loula, sur TF1. Elle est aussi une femme de caractère, témoin de son époque, qui a traversé le temps des colonies, la guerre, et qui s'est payée le luxe de refuser un contrat dans le plus prestigieux studio de cinéma d'Hollywood. Lucie se livre avec franchise sur sa carrière, ses amours, sa vie avec le compositeur Jean Constantin (Mon manège à moi), et son combat contre le cancer.

06/2021

ActuaLitté

Littérature érotique et sentim

Clayton's college

" On était au début de juillet, et c'est l'époque où, à Clayton-Davila, les orages sont les plus fréquents... " Le collège de filles de Clayton est presque désert. Comme celui des garçons de Davila, tout à côté. Seuls restent à Clayton le directeur, M. Boni, et sa femme ; Job, l'homme à tout faire ; deux femmes de charge et deux pensionnaires, la ravissante Brenda Fleming et l'attachante Conception. A Davila, demeure surtout le jeune et beau Joël Lincoln. Tout est prêt pour que l'orage éclate... Clayton's College, paru en 1948, connut les mêmes foudres de la censure que J'irai cracher sur vos tombes signé Vernon Sullivan (Boris Vian), sur le principe du roman " traduit de l'américain ". Longtemps interdit malgré une longue bataille juridique, c'est pourtant l'un des romans érotiques qui ont marqué la fi n des années 1940. On sait désormais que c'est l'oeuvre de José-André Lacour (1919-2005), romancier et dramaturge belge de grand talent.

06/2021

ActuaLitté

Théâtre

Mademoiselle Julie

Pièce maîtresse de Strindberg, cette " tragédie naturaliste" au ton gai et subversif, est l'une des plus belles traductions de Boris Vian. Dans le huis clos d'une cuisine, la nuit de la Saint-Jean, quand retentissent au dehors des pas de danse et brûlent des feux de joie, Julie, fille d'un comte suédois, et Jean, son valet, se livrent un corps à corps des plus inattendus. Les désirs s'affolent. Seule Christine, la cuisinière et fiancée de Jean, est témoin de leur duel à l'issue sanglante. Qui prendra l'ascendant sur l'autre, le forcera à perdre son sang-froid ? Entre rêve d'ascension sociale et désir de fuite, attisé par une haine viscérale des hommes chez Julie, ce jeu dangereux scellera une destinée au "dénouement cruel et biologique" dira Vian, où "survit le mieux adapté", mais exultante de liberté.

06/2021

ActuaLitté

BD tout public

Underground. Rockers maudits & Grandes prêtresses du son

Ces hommes et ces femmes ne sont pas connus du grand public et pourtant, leurs oeuvres ont bouleversé l'histoire de la musique. Pour remettre sur le devant de la scène des artistes dont la popularité n'égale pas l'influence, Arnaud Le Gounflec et Nicolas Moog, auteurs de bande dessinée mais également tous deux musiciens aguerris, nous content les histoires de ces fabuleux créateurs. Véritable bible illustrée de la scène musicale underground, cette anthologie de récits biographiques invite à découvrir des maestros méconnus, génitrices et géniteurs de chefs-d'oeuvre sous-écoutés. Destiné aux érudits comme aux simples néophytes, Underground parvient par ses nombreuses anecdotes et son sens du récit à ouvrir les portes d'incroyables mondes personnels et sonores. AU PROGRAMME LE BLACK METAL /// CAPTAIN BEEFHEART /// EUGENE CHADBOURNE /// BILLY CHILDISH /// ALEX CHILTON /// COSEY FANNI TUTTI /// KEVIN COYNE /// CRAMPS /// CRASS /// LE DUB /// JOHN FAHEY /// MERRELL FANKHAUSER /// BRIGITTE FONTAINE /// KIM FOWLEY /// LEE HAZLEWOOD /// PETER IVERS /// DANIEL JOHNSTON /// LE KRAUTROCK /// LYDIA LUNCH H/MOUNDOU /// COLETTE MAGNY /1/ NICO /// NURSE WITH WOUND /// ELIANE BROME /// THE RESIDENTS ///JONATHAN RICHMAN /// SKY SAXON /// RAYMOND SCOTT NPATTI SMITH /// YMA SUMAC /// SUN RA /// TALL DWARFS /// TUCSON /// UN DRAME MUSICAL INSTANTANE /// TOWNES VAN ZANDT /// BORIS VIAN.

04/2021

ActuaLitté

Musique, danse

La dernière vie de Serge Gainsbourg

Gainsbourg, trente ans. Trente ans qu'il est mort, le 2 mars 1991, et qu'il ne cesse de vivre et de revivre encore. Gainsbourg, ses engouements, ses esclandres, ses colères. Ses compagnons, l'alcool, le tabac. Ses égéries : Bardot, Birkin, Bambou - les trois B. Et sa fille, Charlotte. Ses débuts comme pianiste de bar au Milord l'Arsouille, ses mariages ratés, ses deux enfants cachés, son amitié décisive avec Boris Vian. Il y a ce que l'on sait : le charme fou, le talent vertigineux, les tubes fabuleux, les amours meurtrières, les déceptions, les provocations et le scandale, l'impatience ambiguë devant la mort. Gainsbourg, c'est aussi l'histoire d'un inconnu qui dut apprivoiser sa laideur, d'un enfant, Lucien, traqué par la peur sous l'Occupation et portant son étoile jaune comme un premier défi. Un homme toujours douloureux. Même en pleine lumière, ses tapages, ses ivresses, ses défis insensés, étaient lestés d'amertume. Dans sa dernière vie, Bambou, sa femme-refuge, lui a donné le bonheur d'un enfant, Lulu, comme un double souriant du petit garçon qu'il avait été. Quelques gouttes d'espérance avant de plonger dans une solitude choisie, entre souffrances et démons. Et de mourir, à soixante-trois ans, comme on fait une dernière grimace.

02/2021

ActuaLitté

Musique, danse

En relisant Gainsbourg

Sur Gainsbourg ou Gainsbarre, on nous raconte toujours les mêmes histoires : la destruction de ses toiles, sa rencontre avec Boris Vian, France Gall, Brigitte Bardot, Jane Birkin, sa version controversée de la Marseillaise, l'incendie du billet de 500 francs... Mais ce qu'on sait moins, c'est le rôle primordial que la littérature â et particulièrement celle du XIXe siècle â a joué dans sa vie comme dans son oeuvre. De Rimbaud à Apollinaire, en passant par Huysmans, Poe ou Baudelaire, ce livre vous propose une ârelectureâ inédite (clin d'oeil à la chanson de 1961 En relisant ta lettre) qui vous révèlera comment l'artiste s'est inspiré des poètes et écrivains qu'il admirait. Un hommage littéraire à celui qui a changé son "art mineur" en art majeur et transmuté la chanson en poésie.

02/2021

ActuaLitté

Littérature française

Oeuvres complètes, tome 15. Radio Vian

Boris Vian (1920-1959) passa comme un météore au milieu de notre siècle, laissant une trace éblouissante, énigmatique et inspiratrice. Dressé dans sa jeunesse insolente et éternelle, chantre des délires et des merveilles, alchimiste fécond du langage et des formes, messager audacieux de l'imaginaire, il nous offre des milliers de pages (roman, poésie, théâtre, critique, etc...) inspirées par la poésie des extrêmes et témoignant d'une volonté farouche de créer et de partager. Cette oeuvre énorme, méconnue ou mal jugée du vivant de l'auteur, mais consacrée désormais par la gloire populaire, la voici pour la première fois rassemblée en quinze volumes, en un ordre à la fois générique et chronologique, avec un texte plus fidèle à l'écriture originelle. Cette collection, hommage éclatant à un écrivain majeur, propose aux lecteurs d'entrer dans le XXIe siècle avec des rires et des larmes, la conscience d'une apocalypse intime démentie par l'opiniâtre joie de vivre. Radio Vian Ce volume regroupe pour la première fois tous les textes radiophoniques de Vian qui ont pu être retrouvés. Au micro, Vian parle certes de radio, mais aussi de jazz, de chanson et d'actualité. Ses propos révèlent sa curiosité et sa compétence, comme le dit si justement Claude Rameil. Et surtout, il s'exprime ici avec candeur et spontanéité sur ses romans, son théâtre, et autres oeuvres sur lesquelles il n'est généralement guère prodigue de parole. Pour terminer brillamment, une version entièrement remise à jour du fameux dictionnaire des personnages de Vian que Gilbert Pestureau avait publié voici presque vingt ans vient couronner - index raisonné et indispensable - cet ultime volume des Ouvres du prolifique Bison Ravi. Gilbert Pestureau Marc Lapprand Textes radiophoniques Dictionnaire des personnages

11/2020

ActuaLitté

Littérature française

Oeuvres complètes, tome 10. Opéras, spectacles

Boris Vian (1920-1959) passa comme un météore au milieu de notre siècle, laissant une trace éblouissante, énigmatique et inspiratrice. Dressé dans sa jeunesse insolente et éternelle, chantre des délires et des merveilles, alchimiste fécond du langage et des formes, messager audacieux de l'imaginaire, il nous offre des milliers de pages (roman, poésie, théâtre, critique, etc...) inspirées par la poésie des extrêmes et témoignant d'une volonté farouche de créer et de partager. Cette oeuvre énorme, méconnue ou mal jugée du vivant de l'auteur, mais consacrée désormais par la gloire populaire, la voici pour la première fois rassemblée en quinze volumes, en un ordre à la fois générique et chronologique, avec un texte plus fidèle à l'écriture originelle. Cette collection, hommage éclatant à un écrivain majeur, propose aux lecteurs d'entrer dans le XXIe siècle avec des rires et des larmes, la conscience d'une apocalypse intime démentie par l'opiniâtre joie de vivre. Opéras, spectacles Du Chevalier de Neige à Fiesta, en passant par Fluctuat nec mergitur et Cinémassacre, ce dixième volume illustre toutes les incursions de Boris Vian dans le monde du spectacle : opéras, ballets, comédies musicales, sketches et autres revues de scène. Sa collaboration avec les plus grands compositeurs du moment, ou avec les artistes de cabaret les plus actifs, assure à plusieurs de ces oeuvres un succès retentissant. La première partie propose des livrets d'opéra, y compris les livrets inachevés. La seconde contient vingt et un spectacles, dont douze publiés pour la première fois, précédés d'un avant-propos inédit d'Yves Robert, ami de Boris Vian. L'art de Vian trouve sa pleine mesure sur la scène. Il y mêle sans vergogne le vaudeville et la science-fiction, sans dédaigner la gouaille et l'érotisme. Sa maîtrise technique lui permet de concevoir un spectacle total, où fleurissent son originalité, sa drôlerie et son éternelle jeunesse. Gilbert Pestureau Marc Lapprand Opéras Spectacles

10/2020

ActuaLitté

Littérature française

Oeuvres complètes, tome 14. Chroniques, critique, variétés

Boris Vian (1920-1959) passa comme un météore au milieu de notre siècle, laissant une trace éblouissante, énigmatique et inspiratrice. Dressé dans sa jeunesse insolente et éternelle, chantre des délires et des merveilles, alchimiste fécond du langage et des formes, messager audacieux de l'imaginaire, il nous offre des milliers de pages (roman, poésie, théâtre, critique, etc...) inspirées par la poésie des extrêmes et témoignant d'une volonté farouche de créer et de partager. Cette oeuvre énorme, méconnue ou mal jugée du vivant de l'auteur, mais consacrée désormais par la gloire populaire, la voici pour la première fois rassemblée en quinze volumes, en un ordre à la fois générique et chronologique, avec un texte plus fidèle à l'écriture originelle. Cette collection, hommage éclatant à un écrivain majeur, propose aux lecteurs d'entrer dans le XXIe siècle avec des rires et des larmes, la conscience d'une apocalypse intime démentie par l'opiniâtre joie de vivre. Chroniques, critique, variétés Voici tous les écrits de Boris Vian qui scrute à la loupe son époque, en s'intéressant à tout, et soucieux de nous faire partager ses vues avec son habituelle alacrité. Plusieurs de ses domaines de prédilection ont déjà un pied dans le futur, comme la science-fiction, le jazz et la BD, et l'on mesurera ici non seulement l'étendue de ses connaissances, mais aussi l'étonnante lucidité qu'il portait sur des genres alors non canoniques. Côtoyant quelques grands de ce monde, il se fait tour à tour chroniqueur, essayiste, critique, conférencier, pataphysicien, et même pédagogue. Parfaitement à l'aise dans le texte court et incisif, Vian apparaît comme le pamphlétaire par excellence des années 40 et 50 ; généreux, drôles, perspicaces, mais aussi mordants, acerbes et parfois sans appel, ces écrits tracent le portrait d'un humaniste méconnu. Gilbert Pestureau Marc Lapprand Manuel de Saint-Germain-des-Prés Chroniques du menteur Conférences Pataphysique Critique Science-fiction Traité du civisme

10/2020

ActuaLitté

Littérature française

Oeuvres complètes, tome 12

Boris Vian (1920-1959) passa comme un météore au milieu de notre siècle, laissant une trace éblouissante, énigmatique et inspiratrice. Dressé dans sa jeunesse insolente et éternelle, chantre des délires et des merveilles, alchimiste fécond du langage et des formes, messager audacieux de l'imaginaire, il nous offre des milliers de pages (roman, poésie, théâtre, critique, etc...) inspirées par la poésie des extrêmes et témoignant d'une volonté farouche de créer et de partager. Cette oeuvre énorme, méconnue ou mal jugée du vivant de l'auteur, mais consacrée désormais par la gloire populaire, la voici pour la première fois rassemblée en quinze volumes, en un ordre à la fois générique et chronologique, avec un texte plus fidèle à l'écriture originelle. Cette collection, hommage éclatant à un écrivain majeur, propose aux lecteurs d'entrer dans le XXIe siècle avec des rires et des larmes, la conscience d'une apocalypse intime démentie par l'opiniâtre joie de vivre. Variétés Ce volume comprend En avant la zizique, le traité de la chanson que Boris Vian publia en 1958, de même que l'ensemble des textes de pochettes de disques qu'il écrivit de 1956 à 1959, sur des musiques de films et divers artistes de music-hall. Dans ce panorama complet et concis de la chanson et des variétés des années cinquante en France, Boris Vian parle en tant que chanteur, compositeur, interprète et enfin directeur artistique chez Philips. On y retrouve un critique enthousiaste et visionnaire : sa façon d'envisager la chanson sous toutes ses formes est pleine de verve et d'humour, mais aussi d'information cadrée et de bon conseil aux débutants. Celui à qui l'on doit le mot " tube " laisse même présager, bien avant l'avènement de l'ordinateur, la fabrication automatique de chansons par des machines électroniques. Mais ce qui fait toute la valeur et la saveur de ces textes, c'est à la fois la solide connaissance de Vian dans le domaine, et sa totale indépendance de jugement. Gilbert Pestureau Marc Lapprand En avant la zizique Variétés Derrière la zizique

10/2020

ActuaLitté

Littérature française

Oeuvres complètes, tome 9. Théâtre

Boris Vian (1920-1959) passa comme un météore au milieu de notre siècle, laissant une trace éblouissante, énigmatique et inspiratrice. Dressé dans sa jeunesse insolente et éternelle, chantre des délires et des merveilles, alchimiste fécond du langage et des formes, messager audacieux de l'imaginaire, il nous offre des milliers de pages (roman, poésie, théâtre, critique, etc...) inspirées par la poésie des extrêmes et témoignant d'une volonté farouche de créer et de partager. Cette oeuvre énorme, méconnue ou mal jugée du vivant de l'auteur, mais consacrée désormais par la gloire populaire, la voici pour la première fois rassemblée en quinze volumes, en un ordre à la fois générique et chronologique, avec un texte plus fidèle à l'écriture originelle. Cette collection, hommage éclatant à un écrivain majeur, propose aux lecteurs d'entrer dans le XXIe siècle avec des rires et des larmes, la conscience d'une apocalypse intime démentie par l'opiniâtre joie de vivre. Théâtre Le théâtre de Boris Vian se lit entre les lignes, s'écoute entre les répliques, se voit entre les images. Le message pérenne est caché derrière la satire. Il est actualisable à toute époque. La pérennité du théâtre de Boris Vian tient à ce qu'il traite de sujets qui se répètent périodiquement dans le monde. L'inconséquence des sociétés est récurrente. Toutes les pièces de Vian dénoncent la fatuité ordinaire qui sévit à tous les échelons de la société. Derrière le rire, le triste compte-de-résultat de l'arrogance. Boris Vian emploie l'humour, la parodie, la satire qui accroissent le ridicule, un ridicule " mortifère " qui sape les pouvoirs humiliants des corrompus et des corrupteurs. Boris Vian, un regard ironique, dévastateur et prémonitoire jeté sur une époque dont les travers perdurent dans le temps. Jouer Boris Vian au théâtre sera toujours d'actualité. Boris Vian s'y révèle un ardent défenseur anti-guerre. En ce sens, la quadrilogie des pièces principales de Vian est exemplaire. Sur scène, c'est une leçon de civisme. Gilbert Pestureau d'Dée L'Equarrissage pour tous J'irai cracher sur vos tombes Le Dernier des métiers Un Radical barbu Le Goûter des généraux Tête de méduse Série blême Le Chasseur français Chambre de Célibataire Les Bâtisseurs d'empire

10/2020

ActuaLitté

Littérature française

Oeuvres complètes, tome 8. Jazz 3

Boris Vian (1920-1959) passa comme un météore au milieu de notre siècle, laissant une trace éblouissante, énigmatique et inspiratrice. Dressé dans sa jeunesse insolente et éternelle, chantre des délires et des merveilles, alchimiste fécond du langage et des formes, messager audacieux de l'imaginaire, il nous offre des milliers de pages (roman, poésie, théâtre, critique, etc...) inspirées par la poésie des extrêmes et témoignant d'une volonté farouche de créer et de partager. Cette oeuvre énorme, méconnue ou mal jugée du vivant de l'auteur, mais consacrée désormais par la gloire populaire, la voici pour la première fois rassemblée en quinze volumes, en un ordre à la fois générique et chronologique, avec un texte plus fidèle à l'écriture originelle. Cette collection, hommage éclatant à un écrivain majeur, propose aux lecteurs d'entrer dans le XXIe siècle avec des rires et des larmes, la conscience d'une apocalypse intime démentie par l'opiniâtre joie de vivre. Jazz 3 Ce troisième volume, qui fait suite aux deux tomes précédents, complète enfin tous les écrits de Boris Vian consacrés au jazz. Il rassemble ses contributions à Jazz News, Spectacles, Radio 49, Radio 50, La Gazette du jazz, Arts, et Les Cahiers du disque. Il comprend en outre quelques textes peu connus, de même que des inédits de son vivant, disséminés ou devenus introuvables. Il satisfera les amateurs comme les aficionados de jazz mais aussi de Vian, qui prouve encore et toujours qu'on peut être sérieux et drôle à la fois, tout en informant intelligemment ses lecteurs. Ces trois volumes représentent une somme, et placent incontestablement Boris Vian comme l'un des plus grands critiques de jazz des années quarante et cinquante. Gilbert Pestureau Marc Lapprand Jazz News Spectacles Radio 49 Radio 50 La Gazette du Jazz Arts Les Cahiers du disque

10/2020

ActuaLitté

Littérature française

Oeuvres complètes, tome 7. Jazz 2

Boris Vian (1920-1959) passa comme un météore au milieu de notre siècle, laissant une trace éblouissante, énigmatique et inspiratrice. Dressé dans sa jeunesse insolente et éternelle, chantre des délires et des merveilles, alchimiste fécond du langage et des formes, messager audacieux de l'imaginaire, il nous offre des milliers de pages (roman, poésie, théâtre, critique, etc...) inspirées par la poésie des extrêmes et témoignant d'une volonté farouche de créer et de partager. Cette oeuvre énorme, méconnue ou mal jugée du vivant de l'auteur, mais consacrée désormais par la gloire populaire, la voici pour la première fois rassemblée en quinze volumes, en un ordre à la fois générique et chronologique, avec un texte plus fidèle à l'écriture originelle. Cette collection, hommage éclatant à un écrivain majeur, propose aux lecteurs d'entrer dans le XXIe siècle avec des rires et des larmes, la conscience d'une apocalypse intime démentie par l'opiniâtre joie de vivre. Jazz 2 Avec ce deuxième ensemble de chroniques de jazz, Boris Vian poursuit sa tâche d'information et d'éducation pour le monde francophone, les lecteurs de Combat (articles variés) pour qui il éclaire par exemple le débat sur le be-bop, et les amateurs de disques de Jazz Hot. Mais il le fait aussi, humoristiquement et sérieusement à la fois, pour les auditeurs d'outre-Atlantique qui partagent sa passion. Dans ses enregistrements à destination de l'Amérique (1947-1948), il illustre l'histoire du jazz en France des années trente aux années quarante : ces textes d'un anglais désopilant et toujours personnel sont accompagnés ici de leur traduction française. Gilbert Pestureau Chroniques de Jazz dans Combat Chroniques dans Jazz Hot Jazz in Paris

10/2020

ActuaLitté

Littérature française

Oeuvres complètes, tome 5. Poèmes, nouvelles, chroniques romancées

Boris Vian (1920-1959) passa comme un météore au milieu de notre siècle, laissant une trace éblouissante, énigmatique et inspiratrice. Dressé dans sa jeunesse insolente et éternelle, chantre des délires et des merveilles, alchimiste fécond du langage et des formes, messager audacieux de l'imaginaire, il nous offre des milliers de pages (roman, poésie, théâtre, critique, etc...) inspirées par la poésie des extrêmes et témoignant d'une volonté farouche de créer et de partager. Cette oeuvre énorme, méconnue ou mal jugée du vivant de l'auteur, mais consacrée désormais par la gloire populaire, la voici pour la première fois rassemblée en quinze volumes, en un ordre à la fois générique et chronologique, avec un texte plus fidèle à l'écriture originelle. Cette collection, hommage éclatant à un écrivain majeur, propose aux lecteurs d'entrer dans le XXIe siècle avec des rires et des larmes, la conscience d'une apocalypse intime démentie par l'opiniâtre joie de vivre. Poèmes, nouvelles, chroniques romancées Ce volume enrichi d'inédits illustre les talents multiples de Vian écrivain, à travers toutes les années de sa création littéraire, de 1940 à 1959. Cinq recueils regroupent sa production poétique, si contrastée, du caustique au lyrique, du burlesque à l'angoisse poignante. Vingt-neuf nouvelles éparses du vivant de l'auteur font ensuite éclater sa réussite dans cette forme brève si bien adaptée à son écriture enlevée et tonique, avec le même mélange détonant de comique et d'horreur, de cruauté et d'émotion que dans Les Fourmis (tome II). Un ensemble de chroniques romancées complète ce volume, transposition fantaisiste de la vie quotidienne sous un regard tendre ou décapant. Cent sonnets Barnum's Digest Cantilènes en gelée Poèmes divers Dernier recueil Nouvelles inédites ou publiées en revue Chroniques romancées

10/2020

ActuaLitté

Littérature française

Oeuvres complètes, tome 4. Oeuvres romanesques 4

Boris Vian (1920-1959) passa comme un météore au milieu de notre siècle, laissant une trace éblouissante, énigmatique et inspiratrice. Dressé dans sa jeunesse insolente et éternelle, chantre des délires et des merveilles, alchimiste fécond du langage et des formes, messager audacieux de l'imaginaire, il nous offre des milliers de pages (roman, poésie, théâtre, critique, etc...) inspirées par la poésie des extrêmes et témoignant d'une volonté farouche de créer et de partager. Cette oeuvre énorme, méconnue ou mal jugée du vivant de l'auteur, mais consacrée désormais par la gloire populaire, la voici pour la première fois rassemblée en quinze volumes, en un ordre à la fois générique et chronologique, avec un texte plus fidèle à l'écriture originelle. Cette collection, hommage éclatant à un écrivain majeur, propose aux lecteurs d'entrer dans le XXIe siècle avec des rires et des larmes, la conscience d'une apocalypse intime démentie par l'opiniâtre joie de vivre. Ouvres romanesques 4 Les brillants adieux de Vian au roman... Contre les éditeurs hostiles et les censeurs stupides, il persévère à créer des fables hors du commun, croisant la science-fiction et l'auto-analyse dans l'Herbe rouge, épopée intime, ironique et désespérée ; ou le fantastique ethnologique, la névrose maternelle et la quête d'une vraie vie dans l'Arrache-coeur : la cruelle dérive d'êtres vides ou trop pleins d'amour contraste avec la puissance magique de l'enfance. Sullivan cependant signe une ultime farce burlesque, excessive et saignante : Elles se rendent pas compte. Un fragment inédit de trois chapitres complète ce volume illustrant l'imagination irrépressible et l'univers étrange d'un romancier méconnu de son vivant, mais heureusement redécouvert et célébré depuis quarante ans. Gilbert Pestureau L'Herbe rouge Elles se rendent pas compte L'Arrache-coeur Chronique de Pierremort

10/2020

ActuaLitté

Littérature française

Oeuvres complètes, tome 3. Oeuvres romanesques 3

Boris Vian (1920-1959) passa comme un météore au milieu de notre siècle, laissant une trace éblouissante, énigmatique et inspiratrice. Dressé dans sa jeunesse insolente et éternelle, chantre des délires et des merveilles, alchimiste fécond du langage et des formes, messager audacieux de l'imaginaire, il nous offre des milliers de pages (roman, poésie, théâtre, critique, etc...) inspirées par la poésie des extrêmes et témoignant d'une volonté farouche de créer et de partager. Cette oeuvre énorme, méconnue ou mal jugée du vivant de l'auteur, mais consacrée désormais par la gloire populaire, la voici pour la première fois rassemblée en quinze volumes, en un ordre à la fois générique et chronologique, avec un texte plus fidèle à l'écriture originelle. Cette collection, hommage éclatant à un écrivain majeur, propose aux lecteurs d'entrer dans le XXIe siècle avec des rires et des larmes, la conscience d'une apocalypse intime démentie par l'opiniâtre joie de vivre. Ouvres romanesques 3 Entrepris aussitôt après L'Ecume des jours, L'Automne à Pékin contraste avec la simplicité lumineuse de celui-là ; ce roman, le plus complexe de Vian, sorte de fable initiatique ou de Nouveau Roman pataphysique, conte un voyage aventureux, farceur et tragique, où un lieu magique accueille l'énigme de multiples destins croisés. Parallèlement Vernon Sullivan poursuit sa création canularesque avec Et on tuera tous les affreux, mêlant cette fois la science-fiction au thriller érotique en un délire joyeux et prémonitoire. Avec ces deux chefs-d'oeuvre, voici le début d'un roman abandonné, Les Casseurs de Colombes, où un bus de banlieue prend le large vers l'infini... L'automne à Pékin Et on tuera tous les affreux Les Casseurs de Colombes

10/2020

ActuaLitté

Loisirs

Cuboquiz fake news. 200 questions & défis

Distinguez le vrai du faux, testez votre culture et amusez-vous de l'actualité ! Le cuboquiz Fake News vous promet de l'inouï, des infos ou des intox, et la bonne humeur, le tout dans un format nomade. Qu'elles soient réellement fausses ou plutôt truquées, les fake news ont envahi nos écrans, mais saurez-vous les identifier à coup sûr ? C'est ce qu'il vous faudra tenter de faire dans ce jeu qui vous propose 200 questions mêlant fake news, idées reçues, légendes urbaines, vrais faits surprenants mais aussi des pièges inventés de toutes pièces. Jouez seul ou en équipe à Fake News, en distinguant les infos des intox des 5 rubriques du jeu : Science et environnement, Politique et international, Actualité et people, Histoire et géographie, Arts et culture. Exemples : Science et environnement : Les blonds et les roux sont condamnés à disparaître de l'humanité. Info ou intox ? Politique et international : Donald Trump a écrit sur Twitter : " Mon compte Twitter est devenu tellement puissant que je peux forcer mes ennemis à dire la vérité. ". Info ou intox ? People et actualité : Ryan Gosling et Justin Timberlake ont vécu sous le même toit pendant 6 mois durant leur adolescence. Info ou intox ? Histoire et géographie : Adhérent du parti nazi, le couturier Hugo Boss a dessiné les uniformes de la SS et d'autres organes officiels nazis. Info ou Intox ? Arts et culture : C'est pendant la première du film J'irai cracher sur vos tombes, adapté de son propre roman, que Boris Vian est mort. Info ou Intox ?

10/2020

ActuaLitté

Critique littéraire

Le goût des amours à Paris

A l'instar de Venise, Rome et d'autres villes "romantiques" , Paris est un lieu privilégié pour les histoires d'amour : de légende, tarifées, d'artistes, d'autrefois ou 2. 0 ! Car à Paris se mêlent très étroitement les mots, l'amour des mots et les maux de l'amour. Au fil des siècles et de la littérature, Paris est souvent au premier plan, comme personnage ou comme décor, enchante et fascine et, surtout, suscite, permet, encourage - parfois empêche - les histoires d'amour. Cet opus est une balade amoureuse avec une carte du tendre dessinée par les plus grands auteurs, Parisiens de naissance, d'adoption ou de coeur... Sur les traces de François Villon, Emile Zola, Honoré de Balzac, Jean Genet, Jacques Prévert, Paul Verlaine, André Breton, Simone de Beauvoir, Colette, F. Scott Fitzgerald, Marcel Proust, Boris Vian, Pierre Bergé, Marguerite Duras, Hervé Guibert, Patrick Modiano, Annie Ernaux, Camille Laurens, et bien d'autres...

10/2020

ActuaLitté

Musique, danse

Mi-figue, mi-raisin. Hugues Panassié - André Hodeir, correspondance de deux frères ennemis (1940-1948). Suivi de Exégèse d'un théologien du jazz. La pensée de Panassié en son temps

Brocardé en "Pape de Montauban" (Boris Vian), discrédité comme "doctrinaire" (André Hodeir), révéré comme "l'ange gardien" du jazz (Metz Mezzrow), Hugues Panassié n'a pas mobilisé le lexique religieux par hasard. Fervent lecteur dans ses jeunes années de Charles Maurras et de Jacques Maritain, activiste traditionaliste contre l'hérésie moderne de Vatican II en son âge mûr, Panassié fut un de ces "catholiques exacts" de la trempe d'un Léon Bloy — son écrivain préféré —, traversant sûr de sa vérité controverses, anathèmes et disgrâces. Comment l'amour fou de cet "intoxiqué du jazz" pour une musique dont les hérauts étaient noirs et états-uniens s'est-il ajusté à l'environnement idéologique embrouillé des années 1930 qui l'ont vu naître et aux reconfigurations intellectuelles et politiques qui les ont suivies ? Au prix de quelles contorsions inattendues, transferts improbables et batailles acharnées, Panassié a-t-il pu, fort d'un rapport au monde à la fois traditionaliste et non-conformiste, réactionnaire et visionnaire, vindicatif et communicatif, établir de façon si éclatante et si contagieuse un mythe du "vrai jazz" qui a puissamment façonné l'imaginaire de plusieurs générations de jazzophiles ? C'est ce à quoi s'attache cette exégèse, instruite par une somme de documents d'archives inexplorés (correspondances, journal, articles oubliés), et précédée des lettres d'Hugues Panassié à André Hodeir — ces deux figures antagonistes de la critique qui ont longtemps structuré l'historiographie du jazz en France.

08/2020

ActuaLitté

Critique littéraire

Correspondances 1932-1959. Vouszenserancinq !

Boris Vian a beaucoup écrit. 10 000 pages ont été publiées, restait en suspens la correspondance. Dans les échanges avec sa première épouse Michelle se dessinent notamment l'univers de Saint-Germain-des-Prés, celui de Saint-Tropez avec ses clubs et ses personnalités hautes en couleur. Les copains - écrivains, jazzmen ou artistes - deviennent source d'inspiration, voire des personnages de son oeuvre. Boris Vian leur écrit, mais répond aussi continuellement aux missives d'admiratrices, de lecteurs anonymes passionnés de musique et aux journalistes qui n'aiment pas son style. Quant à la séquence familiale inédite qui ouvre cet ouvrage, elle résonne avec une puissance singulière. Les lettres à sa mère, surnommée Pouche, alors qu'il est en première année de l'Ecole centrale, sont particulièrement touchantes, comme ses charmants échanges plus tard avec ses deux enfants, Patrick et Carole. Ses lettres d'amour nous bouleversent, qu'elles soient coquines, drôles ou poétiques. Et puis un jour le premier amour disparaît pour refleurir ailleurs, avec Ursula, son Ourson. Si l'on connaissait son esprit facétieux et provocateur, cette correspondance révèle l'humeur parfois assombrie d'un homme qui se sait malade depuis l'adolescence et qui vit différemment. Ressort quelquefois le ton d'un écrivain blessé de ne pas avoir été compris ni sous son nom ni sous celui de Vernon Sullivan. Même si Simone de Beauvoir lui écrit avoir aimé "en gros et en détail" L'Ecume des jours ou que Raymond Queneau le soutient contre vents et marées.

08/2020

ActuaLitté

Critique littéraire

Journal 1954-1960. "Avec elle et la bande critique"

C’est un Jacques Lemarchand (1908-1974) bien installé dans ses doubles fonctions de lecteur et de critique théâtral, et compagnon depuis décembre 1950 de Silvia Monfort, que nous retrouvons dans ce Journal 1954-1960. Sous l’Occupation, il a connu les errements et les difficultés d’un jeune intellectuel bordelais «monté à Paris» pour devenir écrivain. Grâce à Jean Paulhan, il est entré au comité de lecture de Gallimard, puis Albert Camus lui a demandé de tenir la chronique théâtrale de Combat. Il devient alors l’un des critiques dramatiques les plus lus de l’après-guerre qui voit l’émergence de jeunes auteurs, acteurs et metteurs en scène, soutenus par la décentralisation théâtrale. Au Figaro littéraire, où l’a appelé Pierre Brisson en 1950, Jacques Lemarchand exerce sa lucidité ironique, sa grande culture et sa déontologie «janséniste». Ferraillant avec la «bande critique» de ses confrères, comme Jean-Jacques Gautier du Figaro ou Robert Kemp du Monde, il entame une défense acharnée de ce que l’on appellera «le Nouveau Théâtre». Chez Gallimard, il fonde la collection théâtrale «Le Manteau d’Arlequin» en 1955, puis la «Collection Blanche» de littérature pour enfants en 1959. Dans son bureau, qu’il partage avec Camus, passent de nombreux écrivains – Boris Vian, Jean Blanzat, Brice Parain, Eugène Ionesco, Arthur Adamov, Jacques Audiberti, Marguerite Duras, Violette Leduc et aussi les Gallimard, qui lui font part des bruits du jour… Devenu quinquagénaire, Jacques Lemarchand ne dédaigne pas jouer à «l’homme brûlé» en exagérant le nombre de ses conquêtes, mais désire par-dessus tout «inspirer confiance». L’angoisse de l’âge commence cependant à poindre et ses rêves s’en ressentent. Le 21 septembre 1954, il constate : «je bois fort et je tombe dans le sombre»… Liées à un profond ennui existentiel, ces crises se multiplient, parallèlement à une vie sentimentale fort agitée. Après une étonnante scène de rupture avec Silvia Monfort au Festival d’Avignon en juillet 1954, plusieurs jeunes femmes – actrices, écrivaines ou journalistes –, se succèdent ou s’imposent. Frénétique en amour, mais attaché à sa famille et fidèle en amitié, Jacques Lemarchand se montre très affecté par la mort de sa mère, en juin 1958, puis par celle de deux de ses proches amis : Boris Vian en juin 1959 et Albert Camus en janvier 1960.

05/2020

ActuaLitté

Théâtre

L'amour vu des Bourgs

Marjoline a quitté Sanier, son amoureux passionné. Alors leur rupture, l'amour : on ne parle bientôt plus que de ça dans ce pittoresque village des Bourgs. Le désordre s'installe sûrement. Sanier tente de se noyer dans son lait entre deux monologues avec sa vache, Fertier est marié à une morte, alors vous imaginez, le sujet le fait exploser, la Dunier voudrait détester tous les hommes, notamment un, Dameline désespère de son amant de papier, le Maire veut légiférer sur l'amour, Miduline sent en elle un printemps qui fleurit... Au milieu de tout ce beau monde, le jeune commis, lui, reste yeux grands écarquillés. Avec fracas et invectives, l'amour, encore lui, toujours lui, fait fusionner et s'écharper âmes et corps dans une grande controverse à la façon des Bourgs. Une pièce tendre et drôle, teintée de doux absurde et de poésie. Imprégné des oeuvres de Samuel Beckett et de Boris Vian, Fabrice Sechet met aux prises des personnages hors norme aux sentiments exacerbés.

05/2020

ActuaLitté

Histoire de France

L'histoire des zazous. Paris - Bruxelles - Prague - Berlin

La présentation que l'on fait habituellement des zazous - jeunes gens de la bourgeoisie parisienne - les rend sympathiques : fantaisie vestimentaire et chevelure abondante, amour du jazz et de tout ce qui nous vient des Etats-Unis, opposition de fait à la Révolution nationale du maréchal Pétain, comme à la campagne de recrutement pour les usines allemandes. Boris Vian et sa femme Michelle trônent au milieu d'eux, au Pam-Pam, café des Champs-Elysées. C'est du Pam-Pam que Boris lance les invitations pour les surprises-parties du week-end à Ville-d'Avray, décrites dans Vercoquin et le plancton. Mais c'est dans un chapitre "Zazous" de sa première oeuvre, Cent sonnets, qu'il se montre sans pitié à leur égard. Il décrit leur ignorance en matière de jazz et va jusqu'au mépris. Il rejoint en cela les amateurs du Hot Club de France qui ne supportent pas leurs manifestations intempestives pendant les concerts. Le zazou bruxellois n'est pas en reste dans la provocation, de même que le zazou tchèque. Tous deux associent à l'extravagance vestimentaire un goût pour le swing qui se manifeste dans les concerts de jazz par des comportements incongrus. Quant au zazou allemand, le swingjunged, il pose de sérieux problèmes aux autorités nazies, notamment à Hambourg. Les tenants de la Révolution nationale et de la Collaboration ont contribué à attribuer, de fait, aux zazous, un "brevet" de résistance, en mettant sans cesse en exergue leur rejet de l'encadrement idéologique.

04/2020

ActuaLitté

Lecture 6-9 ans

Si les poètes étaient moins bêtes

Vian aimait provoquer ! Pour le centenaire de sa naissance, voici qu'il provoque les poètes et se moque donc de lui-même... tout en nous donnant une grande leçon d'imagination. Boris Vian demande aux poètes d'arrêter d'écrire sur leurs petits malheurs et les invite à fabriquer en vrai un monde enfin merveilleux ! Ce texte fantasque nous embarque dans un univers où les poètes feraient le bonheur autour d'eux en inventant des mirliflûtes, des plumuches, des rara curules... Autant d'animaux loufoques tout droit sortis de l'imagination débordante d'un Boris Vian empreint de l'esprit d'enfance, impertinent et joueur. Les enfants auront, à coup sûr, envie d'inventer à leur tour des scènes drolatiques, à l'image des illustrations que nous sert un Serge Bloch très inspiré.

03/2020

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Spectacles, chansons, comédies musicales

De Boris Vian, la postérité aura surtout retenu la poésie de L'Ecume des jours et le scandale de J'irai cracher sur vos tombes. Mais il ne s'agit là que d'un échantillon de son oeuvre, très éclectique. Romancier, nouvelliste, dramaturge, Boris Vian est aussi poète, auteur d'opéras, de comédies musicales, de scénarios, de chansons... Le présent volume se veut le reflet d'un créateur prématurément et précisément orienté vers la scène, celle, vivante, qui le guide dès ses débuts d'écrivain et qui aiguise les sens du spectateur, en réunissant les dimensions tant visuelles qu'auditives. La scène est donc sans cesse un lieu de prédilection pour Boris Vian, auteur protéiforme s'il en est. Parce que l'on ne saurait plus le malmener en le réduisant à une image tronquée, sont ici rassemblés des textes moins connus, avec la volonté de guider le lecteur dans la découverte ou la redécouverte d'écrits variés.

02/2020

ActuaLitté

BD tout public

L'écume des jours

"Dans la vie, l'essentiel est de porter sur tout des jugements a priori. Il apparaît, en effet, que les masses ont tort, et les individus toujours raison. Il faut se garder d'en déduire des règles de conduite : elles ne doivent pas avoir besoin d'être formulées pour qu'on les suive. Il y a seulement deux choses : c'est l'amour, de toutes les façons, avec des jolies filles, et la musique de La Nouvelle-Orléans ou de Duke Ellington. Le reste devrait disparaître, car le reste est laid, et les quelques pages de démonstration qui suivent tirent toute leur force du fait que l'histoire est entièrement vraie. puisque je l'ai imaginée d'un bout à l'autre. Sa réalisation matérielle proprement dite consiste essentiellement en une projection de la réalité, en atmosphère biaise et chauffée, sur un plan de référence irrégulièrement ondulé et présentant de la distorsion. On le voit, c'est un procédé avouable, s'il en fut". La Nouvelle-Orléans. 10 mars 1946.. (Avant-propos de Boris Vian à L'écume des jours).

02/2020

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Le matin est un tigre

Depuis quelques mois, la vie d'Alma se hérisse de piquants. Sa fille souffre d'un mal étrange, les médecins parlent de tumeur. Mais Alma n'y croit pas. Elle a l'intuition qu'un chardon pousse à l'intérieur de son enfant. On a beau lui dire que la vie n'est pas un roman de Boris Vian, Alma n'en démord pas. A quelques heures d'une opération périlleuse, son intuition persiste. Il ne faut pas intervenir. C'est autre chose qui peut sauver sa fille... Elle, peut-être ? Dans une langue merveilleusement poétique et imagée, Constance Joly met en scène l'histoire de ce que l'on transmet, malgré nous, à nos enfants. Le matin est un tigre parce que, certains jours, la vie est un combat et qu'il faut bien arriver à s'en débrouiller.

01/2020

ActuaLitté

Littérature française

On n'y échappe pas

Décembre 1950. Frank Bolton, un jeune colonel de l'US Army, rentre de la guerre de Corée avec une main en moins. A peine sa famille et sa ville natale retrouvées, il s'aperçoit que, l'une après l'autre, toutes les filles qu'il a aimées tombent sous les coups d'un assassin. Avec Narcissus, son ami détective, il se lance sur sa piste dans une noirceur croissante. Boris Vian imagina le déroulé de ce roman aux accents sullivanesques, en écrivit quatre chapitres et s'arrêta là. Pour les cent ans qu'il aurait eus, ses héritiers ont confié à l'OuLiPo la mission d'écrire la suite manquante. L'Ouvroir a répondu oui. Un cadeau pareil, on n'y échappe pas. J'ai un sujet de roman policier que j'écris pour Duhamel (série noire). C'est un sujet tellement bon que j'en suis moi-même étonné et légèrement admiratif. Si je le loupe, je me suicide au rateloucoume et à la banane frite. Boris Vian.

01/2020

ActuaLitté

Pléiades

Oeuvres romanesques complètes. Coffret en 2 volumes

Cela commence bien pour Vian, l'écrivain. Queneau aime Vercoquin et le plancton. Gallimard accepte ce premier roman puis un deuxième, L'Ecume des jours. Sartre reçoit l'auteur aux Temps modernes, où paraîtront ses Chroniques du Menteur. J'irai cracher sur vos tombes fait scandale – un vrai scandale, du premier coup, celui que tant d'artistes attendent en vain toute leur vie... Et pourtant, cela ne prend pas. Les seuls romans de Vian qui connaissent le succès de son vivant sont ceux qu'il signe Sullivan. Les autres ne trouvent pas leur public. Le dernier, L'Arrache-coeur, sept ans à peine après Vercoquin, est un ultime échec. Vian en conclut que sa destinée ne sera pas littéraire. Il renonce au roman. Sa célébrité est alors à son comble, pour d'autres raisons. "Oh ! je fais dans pas mal de choses, n'adjudant ; ingénieur, auteur, traducteur, musicien, journaliste, interprète, jazzologue, et maintenant directeur artistique d'une maison de disques. — Ouais... je vois..." répond l'adjudant, "bon à tout, bon à rien..." Le personnage de Vian – trompinette, tourniquette et cor à gidouille – prend beaucoup de place, il est vrai, jusqu'à masquer en partie son oeuvre. Résultat : au lendemain de sa mort prématurée, la plupart de ses livres "littéraires" sont introuvables. Le succès viendra plus tard, au rythme des rééditions posthumes, et il sera accompagné d'une certaine reconnaissance. Mais prend-on vraiment l'écrivain au sérieux ? L'imaginaire de Vian déconcertait ses contemporains. On a parfois l'impression, aujourd'hui, que son humour embarrasse les nôtres. C'est ainsi ; Vian trouvait le sérieux risible et voyait dans le rire une chose sérieuse. Dans son arbre généalogique littéraire figurent les noms de Rabelais, Swift, Carroll, Jarry, Queneau. Cette édition réunit les romans, les nouvelles et les scénarios de Boris Vian, ainsi qu'un choix de textes brefs qui, bien que non fictionnels (encore que certaines chroniques soient fort "romancées"), éclairent son univers imaginaire. Précisément, à quoi ressemble-t-il, cet univers ? A un monde parallèle au nôtre et communiquant avec lui, doté de son langage propre, irréductible aux catégories convenues (fantastique, science-fiction), aussi contrasté que le désert à rayures de L'Automne à Pékin, mais concerté, cohérent, à la fois poétique et réel : "l'histoire est entièrement vraie, puisque je l'ai imaginée d'un bout à l'autre. Sa réalisation matérielle proprement dite consiste essentiellement en une projection de la réalité en atmosphère biaise et chauffée, sur un plan de référence irrégulièrement ondulé et présentant de la distorsion." Langage d'ingénieur, mais il cache une définition du récit poétique, au service de thèmes graves – la difficulté d'être, l'usure de toute chose, l'angoisse de la mort – qui chez Vian sont transfigurés par la magie du rêve.

01/2020

ActuaLitté

Sociologie

Le travail social et le recours à la fiction. La relation entre assistant.e sociale.e et bénéficiaire de l'aide sociale financière en Suisse

Quel est le lien entre Roald Dahl, Boris Vian ou Amélie Nothomb et un(e) assistant(e) social(e) ? Une imagination infinie, la capacité à mobiliser chez autrui (lecteur ou interlocuteur) des émotions, des sentiments, voire même des motivations et donc finalement des actions. L'activité des travailleurs sociaux est fortement contrainte. Qu'il s'agisse du cadre légal qui structure leur travail, des directives institutionnelles auxquelles ils sont soumis, de la réalité du marché du travail ou encore des situations de plus en plus complexes des usagers, leur marge de manoeuvre semble se réduire comme peau de chagrin. Pourtant, ils accompagnent, aident, conseillent, conduisent leurs usagers sur les voies de la réinsertion. Si leur agir est limité, ils sont pourtant agissants. C'est le paradoxe central qui a motivé cette recherche, l'énigme qu'il s'est agi de résoudre. Comment travaillent les intervenants si tout leur échappe ? Les outils habituellement de rigueur dans une recherche sociologique feront une place dans leurs rangs à un outil conceptuel plutôt familier de la sphère littéraire : la fiction - et ce concept permettra d'éclairer, véritablement, notre énigme. Car c'est par la médiation d'une fiction - par la création d'un espace fictif - que l'assistant(e) social(e) va possibiliser l'action chez l'usager. Comme Dahl, Vian ou Nothomb...

12/2019

ActuaLitté

Littérature française

Aucun signe d’amélioration

Les aphorismes vitriolés d'Isabelle Simon sont écrits avec une plume trempée dans l'acide. Ca pique et on les avale parfois en faisant la grimace. Mais au final, qu'est-ce que c'est bon et plein de vitamines pour l'esprit ! Qu'un mec ne vienne me voir que pour me baiser, moi, j'apprécie. Je préfère ça au type qui vient me baiser pour se taper ma bouffe, ma bière et mon tabac ! Les hommes qui voilent la face de leur femme masquent ainsi le fait qu'ils n'ont pas de figure... Un peu comme dans la chanson de Boris Vian : "Fais-moi mal, Johnny, moi j'aime l'amour qui fait boum ! " , on en redemande : on en veut encore de l'aphorisme explosif ! Français châtié : Langue de celui dans la bouche duquel il n'y a jamais ni couilles, ni bite. Enfants ! Développez votre imagination : mentez à vos parents ! S'il n'est au poing levé, le seul vote qui vaudrait serait à main armée.

12/2019

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Coffret Boris Vian. L'écume des jours ; En avant la zizique ; Cantilènes en gelée

Un roman culte, un essai sur la musique, de la poésie : trois titres emblématiques de l'oeuvre de Boris Vian réunis dans ce coffret à l'occasion du centenaire de la naissance de l'écrivain.

11/2019

ActuaLitté

Littérature française

Oeuvres. Tome 2, L'Ecume des jours ; Les Fourmis ; Les morts ont tous la même peau ; Les Chiens, le désir et la mort

Boris Vian (1920-1959) passa comme un météore au milieu de notre siècle, laissant une trace éblouissante, énigmatique et inspiratrice. Dressé dans sa jeunesse insolente et éternelle, chantre des délires et des merveilles, alchimiste fécond du langage et des formes, messager audacieux de l'imaginaire, il nous offre des milliers de pages (roman, poésie, théâtre, critique, etc...) inspirées par la poésie des extrêmes et témoignant d'une volonté farouche de créer et de partager. Cette oeuvre énorme, méconnue ou mal jugée du vivant de l'auteur, mais consacrée désormais par la gloire populaire, la voici pour la première fois rassemblée en quinze volumes, en un ordre à la fois générique et chronologique, avec un texte plus fidèle à l'écriture originelle. Cette collection, hommage éclatant à un écrivain majeur, propose aux lecteurs d'entrer dans le XXIe siècle avec des rires et des larmes, la conscience d'une apocalypse intime démentie par l'opiniâtre joie de vivre. Ouvres romanesques 2 Deux chefs-d'oeuvre et un grand Sullivan (1947-1949). Très vite, Vian a formé son style pour organiser le jaillissement de son inspiration. L'Ecume des jours fonde sa gloire depuis les années soixante, fiction née du jazz, de la jeunesse immortelle et pourtant de la mort implacable. Dans Les Fourmis, la farce surgit du drame, le grinçant croise le poignant, l'humour froid tient à distance les émotions. Les morts ont tous la même peau reprend le thème du racisme aux U. S. A. avec ses conséquences destructrices ; il est complété d'une nouvelle qui célèbre l'union d'Eros et Thanatos. Gilbert Pestureau L'Ecume des jours Les Fourmis Les morts ont tous la même peau Les Chiens, le désir et la mort

10/2019

ActuaLitté

Littérature française

Oeuvres. Tome 1, Conte de fées à l'usage des moyennes personnes ; Trouble dans les andains ; Vercoquin et le plancton ; J'irai cracher sur vos tombes

Boris Vian (1920-1959) passa comme un météore au milieu de notre siècle, laissant une trace éblouissante, énigmatique et inspiratrice. Dressé dans sa jeunesse insolente et éternelle, chantre des délires et des merveilles, alchimiste fécond du langage et des formes, messager audacieux de l'imaginaire, il nous offre des milliers de pages (roman, poésie, théâtre, critique, etc...) inspirées par la poésie des extrêmes et témoignant d'une volonté farouche de créer et de partager. Cette oeuvre énorme, méconnue ou mal jugée du vivant de l'auteur, mais consacrée désormais par la gloire populaire, la voici pour la première fois rassemblée en quinze volumes, en un ordre à la fois générique et chronologique, avec un texte plus fidèle à l'écriture originelle. Cette collection, hommage éclatant à un écrivain majeur, propose aux lecteurs d'entrer dans le XXIe siècle avec des rires et des larmes, la conscience d'une apocalypse intime démentie par l'opiniâtre joie de vivre. Ouvres romanesques 1 Pour ses premiers textes romanesques (1942-1946), Vian se lance allègrement dans la parodie. Son Conte de fées déjanté moque le genre tout en bénéficiant de sa gratuité. Trouble dans les andains introduit le Major, dans des aventures de B. D. mêlant la gauloiserie à la chasse au trésor. Vercoquin et le plancton chante l'épopée des zazous, des ingénieurs de bureau et des surprises-parties. J'irai cracher sur vos tombes, fausse traduction d'un pseudo-Américain, canular littéraire mais puissant fantasme érotico-sanglant, est un vrai thriller sur le racisme aux U. S. A. Gilbert Pestureau Conte de fées à l'usage des moyennes personnes Trouble dans les andains Vercoquin et le plancton J'irai cracher sur vos tombes

10/2019

ActuaLitté

Musique, danse

Oeuvres. Tome 6, Jazz 1

Boris Vian (1920-1959) passa comme un météore au milieu de notre siècle, laissant une trace éblouissante, énigmatique et inspiratrice. Dressé dans sa jeunesse insolente et éternelle, chantre des délires et des merveilles, alchimiste fécond du langage et des formes, messager audacieux de l'imaginaire, il nous offre des milliers de pages (roman, poésie, théâtre, critique, etc...) inspirées par la poésie des extrêmes et témoignant d'une volonté farouche de créer et de partager. Cette oeuvre énorme, méconnue ou mal jugée du vivant de l'auteur, mais consacrée désormais par la gloire populaire, la voici pour la première fois rassemblée en quinze volumes, en un ordre à la fois générique et chronologique, avec un texte plus fidèle à l'écriture originelle. Cette collection, hommage éclatant à un écrivain majeur, propose aux lecteurs d'entrer dans le XXIe siècle avec des rires et des larmes, la conscience d'une apocalypse intime démentie par l'opiniâtre joie de vivre. Jazz 1 Ce premier volume des chroniques de jazz de Boris Vian réunit les articles et les revues de presse qu'il écrivit pour Jazz Hot de 1946 à 1958, sa plus longue et plus fidèle contribution à une revue. Sous une forme tantôt légère et tantôt sérieuse, tantôt sarcastique et tantôt enthousiaste, c'est le brillant témoignage de sa passion pour le jazz, de sa science de cette musique et de sa confiance dans l'éducation et la culture musicales. Gilbert Pestureau Chroniques de Jazz Hot

10/2019

ActuaLitté

Petits classiques parascolaire

L'herbe rouge. Dossier thématique : un roman de la fantaisie

L'oeuvre intégrale annotée : Dans une ville où l'herbe est rouge et où les chiens sont sénateurs, Wolf est en proie à une mélancolie qui le dévore. Pour mieux la comprendre, il s'embarque dans la machine à explorer le passé qu'il a inventée avec son ami Saphir Lazuli. Sous le travestissement de l'humour noir, ce sont ses propres inquiétudes que met en scène Boris Vian, avec la frénésie d'invention burlesque qui l'a rendu célèbre. Nouveaux programmes Dossier : un roman de la fantaisie Par Valérie Chemin - Biographie de l'auteur, histoire de l'oeuvre - Contexte historique - Guide de lecture - Analyse de l'oeuvre Prolongements interdisciplinaires : histoire des arts / histoire Exercices écrits et oraux, questions de grammaire, groupement de textes, glossaire.

08/2019

ActuaLitté

Critique littéraire

Boris Vian

Le 23 juin 1959, Boris Vian est terrasse par une attaque pendant la projection de J'irai cracher sur vos tombes, film tire de son roman. Il disparaît avant d'avoir eu 40 ans, comme il l'avait lui-même prédit. "Ne sous le signe du poisson-volant" , l'inventeur de la roue élastique était imprévisible. Chanteur et polémiste, libertaire mais non contestataire, classique sans cesser d'être d'avant-garde. Mais aussi sce nariste, traducteur, bricoleur, peintre, trompettiste, amateur de cylindrées, interprète, fabuliste, acteur, pataphysicien, objecteur de conscience, poe te... Et, bien su r, romancier : le "prince de Saint- Germain-des-Pre s" , alias Vernon Sullivan, avait autant d'identités que de pseudonymes. Fuyant le "grelot funèbre des prophètes" , les musiciens a the ories comme les romanciers a the ses, que pouvait bien cacher l'e nigmatique "Bison Ravi" , inge nieur du verbe, du swing et de la vie ? Quatre-vingts de ses proches, a commencer par Michelle Vian, re pondent dans ce livre, dont certains n'avaient jamais te moigne : Guy Be art, Claude Bolling, Juliette Gre co, le maquettiste Massin, Georges Moustaki, J. -B. Pontalis, Jean-Jacques Pauvert, Nadine de Rothschild... Enrichie de documents rares ou ine dits, cette biographie est aussi le portrait d'une e poque. Jamais le singulier auteur de L'E cume des jours et de L'Arrache-coeur n'avait paru si pluriel.

06/2019

ActuaLitté

Critique littéraire

O orchidées ! De Confucius aux White Stripes

Ce très bel herbier recense 100 orchidées par le prisme de la littérature. Simone de Beauvoir, Confucius, Jean Cocteau, Mahmoud Darwich, Pierre Loti, Ryû Murakami, Rainer Maria Rilke, George Sand, Boris Vian... 100 auteurs racontent cette fleur mythique qui inspire autant de dégoût que de fascination. Car seule l'orchidée, dans son étrange beauté, suscite une telle relation Amour-Haine. L'artiste Djohr illustre ce très bel ouvrage en faisant des collages à partir de gravures du XIXe représentant des orchidées du monde entier. Pascale de Trazegnies est musicienne, auteure. Elle partage sa vie entre Paris et sa maison dans le Lot, dans lequel elle a découvert ses premières orchidées sauvages.

11/2018

ActuaLitté

Romans historiques

Les secrets de la Montagne. Une histoire de famille en héritage de 1789 à aujourd'hui

Au soir de sa vie, une Parisienne d'aujourd'hui transmet à son fils la longue aventure de sa lignée familiale. Avec Madeleine, c'est tout un quartier de Paris chargé d'ans et d'honneurs qui reprend vie, et c'est à travers une mémoire accrochée depuis plus de deux siècles à la Montagne Sainte-Geneviève que l'Histoire de France elle-même rentre chez nous, par la porte de service, avec ses couleurs, ses saveurs et toute l'épaisseur d'une expérience naïve et populaire. De Saint-Domingue à Saint-Sulpice, de la Révolution à la Grande Guerre, en passant par l'affaire Dreyfus, et des dis- cours de Mirabeau aux chansons de Boris Vian, c'est toute la chronique d'un peuple qui surgit de cet album illustré, tout à la fois fresque et saga.

11/2018

ActuaLitté

Littérature française (poches)

L'Automne à Pékin

A dire vrai il n'est pas question de Pékin dans ce roman, et d'automne guère plus - mais seulement d'un homme qui, ayant raté son autobus, se retrouve à construire des voies de chemin de fer en plein désert. Ils seront d'ailleurs plusieurs, bientôt, à s'en mêler : archéologue, médecin, abbé, chacun venu là pour des raisons qui restent à élucider mais avec une vision des choses bien précise, des rêves et des désirs bien singuliers. Flirtant avec l'absurde de façon aussi drôle que poignante, ce roman de Boris Vian, paru une première fois en 1947 puis une deuxième en 1956, n'a pourtant jamais connu le succès du vivant de l'auteur. Mais la postérité lui a rendu justice de manière éclatante. Une construction foutraque et onirique. C'est un régal. L'Express.

10/2018

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté