Dossiers

Les prix littéraires

Depuis la création du prix Goncourt, devenu une véritable référence, et la certitude de multiplier les ventes du roman lauréat en libraires, les prix littéraires animent toutes les passions. En France, les cinq cadors – Goncourt, Femina, Médicis, Renaudot et Interallié – sont les seuls qui semblent avoir une véritable incidence sur les achats.

Le 22/08/2018

4 Partages

Le

22/08/2018

4

Partages

ActuaLitté

Cependant, les prix littéraires se multiplient : les grandes enseignes culturelles inventent leurs propres récompenses, pour fidéliser un public et se positionner comme des prescripteurs – en s’appuyant sur des volontaires et des professionnels issus des équipes. 

Les salons, foires et festivals littéraires ont depuis longtemps mis en place des récompenses qui animent la vie de la manifestation. Dans la bande dessinée, le roman, l’essai, les mangas ou les ouvrages historiques : selon la thématique de l’événement, les occasions de créer des lauréats ne manquent pas. 

Dans le même temps, les maisons elles-mêmes se lancent dans la course, en créant des prix qui visent à récompenser certaines catégories éditoriales de leur propre catalogue. Les prix littéraires, véritable enjeu, pour les livres comme pour leurs initiateurs...
(photo Steven Lilley, CC BY SA 2.0)

Extraits

ActuaLitté

Littérature française

La littérature. Une infographie

Savez-vous que, dès 1913, le prix Nobel de littérature a été décerné à un auteur indien, Rabindranath Tagore ; que Le Petit Prince existe dans près de 400 langues ; que les ventes mondiales du manga One Piece ont désormais dépassé celles d'Astérix ; que sans Les Précieuses ridicules, il n'y aurait jamais eu de Molière ; que dans La Machine à remonter le temps de H. G. Wells, le récit débute en l'an 802 701 ; qu'Odipe roi de Sophocle est considéré comme le premier roman policier de l'histoire ? Voilà donc ce que vous découvrirez en vous plongeant dans cette magnifique et foisonnante infographie. En une centaine de pages, cet ouvrage propose une nouvelle écriture graphique aussi riche que ludique. Grâce à la datavisualisation, vous serez immergé dans l'univers de la littérature, à la rencontre de son histoire, de ses genres, de ses auteurs et autrices, de ses oeuvres et de leur circulation, mais aussi de ses lecteurs et lectrices. Cartographie de la France imaginaire de Balzac, découverte du classique chinois La Pérégrination vers l'Ouest, panorama des épopées africaines, étude des couleurs et de la taille de romans canoniques, palmarès des écrivaines les plus lues dans le monde, présentation des acteurs de la chaîne du livre, analyse du temps consacré à la lecture dans le monde, etc. : cet ouvrage ne se contente pas de donner des représentations graphiques de l'histoire et des genres littéraires. Il propose une approche originale, décentrée et décalée du livre et de la littérature. Grâce à la collaboration d'un historien et théoricien de la littérature, Alexandre Gefen, et d'une graphiste hors pair, Guillemette Crozet, La littérature. Une infographie rend compte des enjeux de cet art majeur. " Parmi toutes les raisons que j'avais de vouloir grandir il y avait celle d'avoir le droit de lire tous les livres. " Annie Ernaux, La Femme gelée, 1981 Prix Nobel de littérature 2022

11/2022

ActuaLitté

Policiers

Kaléidoscope

Pour ce neuvième opus de la collection Nouvelles Dora-Suarez, dix auteurs de polar, des plus aguerris aux plus prometteurs, se sont vu confier la tâche d'écrire à la manière d'un auteur qui les a particulièrement marqués... Les écrivains ayant inspiré nos auteurs sont multiples et adeptes de genres très différents. Les choix de certains sont surprenants, les clins d'oeil sont légion. S'il s'agit d'un exercice ludique, pour celles et ceux qui s'y sont essayés, le lecteur n'est pas oublié puisque c'est à lui de découvrir " l'écrivain déclencheurA "A ! L'Association Dora-Suarez est une association lyonnaise créée en 2012 dans le but de promouvoir le polar et le roman noir. Des lecteurs ainsi que des romanciers évoluent autour de cette organisation. Année après année, Dora-Suarez s'impose dans le PPF (paysage du polar français) avec des organisations d'événements, des remises de prix littéraires...

12/2022

ActuaLitté

Littérature française

Romans

En 1966, à vingt-cinq ans, le Québécois Réjean Ducharme fit une entrée remarquée en littérature en publiant chez Gallimard son roman L'Avalée des avalés. De part et d'autre de l'Atlantique, la critique s'est emparée de cet ovni littéraire qui, sélectionné pour le prix Goncourt, entendait bien rester inconnu. En trois décennies, Ducharme a exploré de nombreux genres littéraires (roman, théâtre, scénarios, chansons) et artistiques (assemblage d'objets, peintures, dessins). Toute son oeuvre porte une extrême attention à l'expression, à la langue, à ses trébuchements et à son inconscient. Chez lui, le verbe dialogue, parfois bataille, avec la littérature, entre vénération et démystification, avant de se dépouiller progressivement de ses jeux de mots provocateurs sans perdre son humour. En réunissant l'ensemble des romans de Réjean Ducharme, cette édition "Quarto" propose un éclairage nouveau sur cet auteur emblématique des lettres francophones, grâce aux documents personnels et aux écrits intimes inédits ici reproduits. L'itinéraire qui apparaît confirme l'identification très tôt pressentie entre l'auteur et ses personnages. Des enfants des premiers romans aux déclassés marginaux des derniers, tous incarnent l'absolu de l'amour, de l'amitié et de la liberté, tous expriment le refus d'une société qui marchande tout. Comme les Ferron de L'Hiver de force, Ducharme a vécu en marge, en drop-out, pratiquant tous les métiers pour survivre et pour écrire, voyageur du continent américain comme Bottom dans Dévadé et marcheur des rues de Montréal comme Mille Milles dans Le nez qui voque. Jusqu'à la fin, il sera resté fidèle à ses attachements et radical dans ses décisions.

11/2022

ActuaLitté

Musique, danse

Transfuge N°162 : Grégoire Bouillier - novembre 2022

Ce nouveau numéro de novembre est axé autour des prix littéraires d'automne, nous mettrons donc en avant l'écrivain Grégoire Bouillier pour Le coeur ne cède pas aux éditions Flammarion, toujours en lice pour Le Prix Goncourt 2022 qui sera annoncé le 4 novembre. En littérature, nos lecteurs trouveront également des portraits d'auteurs en lice pour de nombreux prix : Emma Becker pour L'Inconduite chez Albin Michel et Tristan Jordis pour Le Pays des ombres chez Stock. En cinéma, c'est un réalisateur ukrainien, repéré à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes qui ouvre nos pages ciné pour son film Le serment de Pamfir, en salles le 2 novembre. Et pour finir, beaucoup de films partenaires ce mois-ci et relayés dans nos pages cinéma : Rimini, Ariaferma, Juste une nuit etc.

10/2022

ActuaLitté

Littérature française

Lire magazine Littéraire n°513 : Spinoza, l'art de la joie - novembre 2022

Lire Magazine littéraire vous présente son numéro 513 de novembre 2022. - Spinoza, un aller simple pour la joie - L'enquête : Les Prix littéraires, la belle affaire ? - Le grand entretien : Maxime Chattam - Le portrait : Marguerite Abouet - L'univers d'Eric-Emmanuel Schmitt Mais également de nombreux extraits et un cahier critique riche !

10/2022

ActuaLitté

Critique littéraire

Décapage N° 66, automne 2022 : Jakuta Alikavazovic

La panoplie littéraire de Jakuta Alikavazovic. Le dossier : De l'ombre à la lumière, quand les écrivains montent sur scène. Prix littéraires : Etre sur une liste, joyeux espoir ou insoutenable attente ? Regard : Comment écrire un roman inspiré de faits réels ?

10/2022

ActuaLitté

BD tout public

Ursina

Quand la meilleure des espionnes se retourne contre le système. Ursina vit au sein d'une Maison de filles dirigée d'une main de fer par des matrones. Depuis la fin de la guerre, la politique de l'enfant unique contraint tous les parents à laisser un de leurs enfants dans ces mystérieuses Maisons. Qu'advient-il d'eux après, nul ne le sait. Entraînée depuis l'enfance pour devenir une espionne sans pitié capable d'effectuer les missions les plus dangereuses, Ursina se montre pragmatique et combative. Sa nouvelle tâche : détruire des documents hautement confidentiels. Mais pourquoi la surveille-t-on de si près sur le terrain ? Ces documents auraient-ils un lien avec le placement des enfants ? Pour Ursina, qui n'a jamais pardonné aux siens de l'avoir abandonnée, c'est l'opportunité de découvrir qui elle est et d'où elle vient ! Mais pour cela, il va falloir désobéir et prendre le risque d'être éliminée. Ursina arrivera-t-elle à changer de vie et changer le cours de son destin ? Un tout nouveau cycle ! Après l'adaptation en bande dessinée de sa trilogie-culte (oeuvre traduite en 8 langues et récompensée par pas moins de 13 prix littéraires) Yves Grevet invente un nouveau cycle totalement inédit pour les éditions Glénat ! Dans l'Univers de Méto nous suivons le parcours de 3 personnages, 3 histoires complètes qui ont beaucoup à nous apprendre sur l'état du Monde et sur ce qui se trame vraiment au sein des différentes Maisons. Ces récits reprennent habilement les codes de Méto pour aller plus loin dans l'intrigue en nous tenant en haleine. Cette vertigineuse dystopie à l'atmosphère inquiétante marque le retour de Nesmo (déjà à l'oeuvre sur l'adaptation de la trilogie Méto) et l'arrivée d'Andrea Delcorte, deux dessinateurs capables de créer des univers à part et de nous emporter dans des histoires haletantes et émouvantes.

10/2022

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Okuribi. Renvoyer les morts

Fête des morts et jeux dangereux dans le Japon des traditions Au début, Ayumu a cru à des jeux innocents. Des moqueries, des mises au défi, des vols de babioles dans les magasins. D'autant que, pour lui, l'étranger venu de la grande ville, c'était un bon moyen de s'intégrer parmi ses nouveaux camarades dans ce petit lycée de province. Puis Ayumu a commencé à remarquer. Les humiliations, les punitions, les coups, tous dirigés vers le doux Minoru. Alors il s'est interrogé : que faire ? Intervenir ? Fermer les yeux ? Risquer de se mettre les autres à dos ? Attendre ? Et l'Okuribi est arrivé, la fête des Morts. Avec elle, tout a basculé... Traduit du japonais par Miyako Slocombe A propos de l'auteur Professeur, musicien dans un groupe de rock et auteur, Hiroki Takahashi s'est fait connaître avec la trilogie Yubi no hone, qui lui a valu deux prix littéraires et une reconnaissance critique immédiate. Okuribi est son premier roman publié en France. " D'une terrible efficacité avec un soupçon d'esthétisme bienvenu. Convaincant. " Le Monde des livres " Un roman captivant et intense sur la manipulation psychologique et ses dérives. " Librairie Dialogues

ActuaLitté

BD tout public

Nestorius. Dans L'Univers De Méto

Quand un enfant soldat devient une machine à tuer. Après la troisième guerre mondiale, seules quelques zones non contaminées par l'arme nucléaire sont habitables. Parmi elles, des pensionnats où vivent et sont formés des adolescent(e)s sur des îles isolées. Sur l'une de ces îles, on forme des soldats d'un tout nouveau genre... Nestorius a vécu dans la même maison que Méto, il est fier d'avoir été sélectionné pour devenir un soldat. Le prestige de l'uniforme vaut bien la rudesse de la formation qui l'attend. Quelques semaines avant lui, son ami Gracchus a suivi cette formation, il a été physiquement transformé pour devenir une machine de guerre. Que lui est-il arrivé ? Nestorius va-t-il subir le même sort ? Tout indique qu'il doit se tenir prêt à cette grande métamorphose physique ! Il va vite comprendre qu'une seule logique prime pour un soldat : celle du combat. Les entraînements sont impitoyables et tout signe de faiblesse peut vous valoir un renvoi vers le camp des esclaves. Entraîné pour se battre, Nestorius va continuer à servir et à tuer sous les ordres du Chef, jusqu'au jour où il ne prend pas la pilule habituelle, censée lui donner plus de courage en mission... Ce qu'il va découvrir durant cette intervention va changer sa vie à jamais. Et si on lui avait menti depuis le début sur sa cible ? Et si un autre chemin était possible ? Sa rencontre avec la jeune réfugiée Salomé va bientôt faire voler en éclats le monde préfabriqué de Nestorius... Un tout nouveau cycle ! Après l'adaptation en bande dessinée de sa trilogie-culte (oeuvre traduite en 8 langues et récompensée par pas moins de treize prix littéraires) Yves Grevet invente un nouveau cycle totalement inédit pour les éditions Glénat ! Dans l'Univers de Méto nous suivons le parcours de 3 personnages, 3 histoires complètes qui ont beaucoup à nous apprendre sur l'état du Monde et sur ce qui se trame vraiment au sein des différentes Maisons. Ces récits reprennent habilement les codes de Meto pour aller plus loin dans l'intrigue en nous tenant en haleine. Cette vertigineuse dystopie à l'atmosphère inquiétante marque le retour de Nesmo (déjà à l'oeuvre sur l'adaptation de la trilogie Méto) et l'arrivée d'Andrea Delcorte, deux dessinateurs capables de créer des univers à part et de nous emporter dans des histoires haletantes et émouvantes.

10/2022

ActuaLitté

Littérature française

Scènes de ma vie privée. roman

Le roman de la femme quittée est un topos de la littérature française, plus rares sont les romans de l'homme quitté dans sa vieillesse par une femme jeune. "Le bonheur ancien m'étouffe. Il me chasse du présent, m'interdit l'avenir" : Lucien, un romancier français de mère turque, âgé de 68 ans, est dans un état de douleur hébétée depuis qu'il a été abandonné par sa femme Zoé, éditrice romancière d'origine italienne de 33 ans. La tristesse brouille la chronologie du passé. En chapitres brefs, Lucien reconstitue la ronde de sa petite "bande de Saint-Germain des Prés" , composée de trois amis sexagénaires en couple avec de jeunes trentenaires qui se trouvent être toutes écrivaines : l'ami de jeunesse Bob, chanteur célèbre, partage la vie de la jeune russe Natacha ; les deux éditeurs de Lucien, Eric et Guillaume, vivent respectivement avec Gwendoline, slovaque d'origine congolaise et Maria, grecque. La solitude, l'abandon, la mort qui rôde, l'écriture pour survivre, les jeux de l'amour et du hasard, les combinaisons et combinatoires possibles entre écrivain(e)s et éditeurs/trices, la folie des prix littéraires, le caractère incestueux du petit monde des lettres parisien : autant de thèmes abordés ici sur un registre tour à tour désespéré et comique par un Besson à la dévastation tonique, particulièrement en verve dans l'autodérision et le lâcher-prise, et qui garde intact son sens de la formule ("l'italienne a été mon ambulance avant d'être mon corbillard" ... "la vieillesse est une adolescence sans avenir" ... "la passion : comédie pas intelligente qui tourne mal" ...)

10/2022

ActuaLitté

Littérature française

Journal de guerre

Que peut la plume de l'écrivain face aux pires atrocités de notre époque ? C'est habité par cette question que Mario Vargas Llosa s'est rendu en Irak en juin 2003, au tout début d'une guerre qui durera huit ans. Pendant douze jours, il confrontera ses convictions à la réalité du conflit. Interroger les civils à cette époque-là et dans ce lieu-là, c'est interroger tous les civils de toutes les guerres - c'est rendre leur parole aux femmes et aux hommes que les intérêts géopolitiques étouffent. A partir des témoignages recueillis, Mario Vargas Llosa a rédigé une magnifique série de reportages, réunis aujourd'hui intégralement dans ce livre. Il interroge la difficulté à penser la guerre au moment où elle se produit et confronte la réalité vécue par les populations à l'idéal démocratique occidental qui commande certains conflits. Mario Vargas Llosa, né en 1936 au Pérou, a vécu notamment à Madrid, Paris, Londres ou Barcelone. Prix Nobel de Littérature en 2010, il est l'une des figures les plus reconnues de la littérature mondiale. Romancier, dramaturge et essayiste, ses oeuvres ont été couronnées par les plus prestigieux des prix littéraires. Il a été élu membre de l'Académie française en 2021. Traduit de l'espagnol par Annie Vignal Préface d'Albert Bensoussan

10/2022

ActuaLitté

Sociologie

Revue Salariat n° 1. Droit à l'emploi, droit au salaire ?

Pourquoi la revue SalariatA ? Nicolas Castel Mathieu Grégoire Jean-Pascal Higelé Maud Simonet Le salariat a longtemps eu mauvaise presse. Au milieu des années 1860, dans un chapitre inédit du Capital, Karl Marx écritA : " Dès que les individus se font face comme des personnes libres, sans salariat pas de production de survaleur, sans production de survaleur pas de production capitaliste, donc pas de capital et pas de capitaliste ! Capital et travail salarié (c'est ainsi que nous appelons le travail du travailleur qui vend sa propre capacité de travail) n'expriment que les deux facteurs d'un seul et même rapportA ". Qui dit salariat dit capitalisme et inversement. Marx invite ainsi les travailleurs et les travailleuses réuni·es dans la Première internationale, à substituer au slogan " un salaire équitable pour une journée de travail équitable ", le mot d'ordre : " Abolition du salariatA ! A ". Près d'un siècle et demi plus tard non seulement le salariat n'a pas été aboli, mais il est devenu désirable pour nombre d'individus et d'organisations syndicales. Cela ne fait guère mystère : le salariat observé par Marx et ses contemporains n'est plus celui que nous observons aujourd'hui. En tant que rapport social, le salariat a été un champ de bataille. Il a donné lieu à des stratégies d'émancipation qui se sont parfois - souventA ! - traduites en victoires et en conquêtes. Les institutions du salariat que nous connaissons aujourd'hui sont les buttes témoins de ces batailles passées. La revue Salariat nait d'un questionnementA : les sciences sociales ont-elles pris la mesure d'une telle transformationA ? Certes, l'idée d'une bascule dans l'appréciation du salariat - de condition honnie à statut désiré - est largement partagée : l'inscription puis le retrait de la revendication " d'abolition du salariatA " dans les statuts de la Confédération générale du travail sont souvent mobilisés comme manifestation de ce mouvement historique. Mais on peut se demander si la façon dont les sciences sociales conçoivent le salariat a, parallèlement, évolué en prenant toute la mesure de ses transformations historiques qui, précisément, expliquent ce basculement radical d'appréciation. C'est en partant de l'explicitation de ce paradoxe que nous souhaitons introduire le projet intellectuel de la revue Salariat. Pourquoi questionner le " salariatA "A ? Le salariat du xixe siècle n'est pas le salariat du xxe siècle et ne sera pas, on peut en faire l'hypothèse, celui du xxie siècle. Si au premier abord, il s'agit d'un rapport social consubstantiel au capitalisme, on aurait tort d'arrêter là l'analyse : le salariat s'est transformé en devenant, par certains aspects, plus complexe et, par d'autres, plus simple. Le salariat est d'abord devenu plus complexe car le rapport social salariés/employeurs ne s'exprime plus à la seule échelle de la fabrique ou de l'entreprise, ni à celle d'un face à face entre un ou des travailleurs et un capitaliste. Ce rapport se joue à plusieurs échelles comme par exemple la branche et l'échelon interprofessionnel. Il s'est par ailleurs cristallisé dans des institutions et dans le droit. Mais le salariat est aussi devenu plus simple car dans la première partie du xxe siècle, il est encore possible d'associer le rapport salarial à une classe sociale parmi d'autres, la classe ouvrière, dont les luttes, les représentations syndicales, les institutions et le droit, n'engagent pas nécessairement ou pas directement les autres classes sociales. Les paysans, les employés, les professions intellectuelles par exemple peuvent ainsi encore s'imaginer un futur dans lequel - à l'instar des ouvriers mais à côté d'eux - ils pourront construire un droit spécifique, des protections sociales spécifiques et ce, grâce à des organisations syndicales spécifiques. Près d'un siècle plus tard, le salariat s'est généralisé numériquement et la catégorie de salariat a solidarisé des segments de travailleurs et de travailleusesA : au groupe social " ouvrierA " sont venus s'ajouter le groupe social " employéA " ainsi que les " cadresA " dont il faut noter que leur intégration au salariat fut un retournement de l'histoire particulièrement significatif. Qui plus est, ces segments de travailleurs et de travailleuses ont été solidarisés dans un même rapport social qui les oppose à des employeurs de façon plus universelle, plus simple et plus claire que par le passé. Ironie de l'histoire ou diversion, c'est précisément au moment où cette confrontation entre deux classes prend sa forme la plus évidente que la lutte des classes est déclarée obsolète. Il nous semble donc qu'au lieu de prendre toute la mesure de ces profondes transformations sociohistoriques du salariat, l'usage de cette notion par les sciences sociales s'est singulièrement appauvri. Pour Marx et ses contemporains - quelle que soit par ailleurs leur sensibilité -, le salariat est d'abord une notion forgée pour identifier, décrire et expliquer une relation économique, un rapport social très androcentré qui apparaît central dans la société du xixe siècle. Pour le dire dans un vocabulaire anachronique, c'est donc avant tout un concept des sciences sociales qui donne lieu à des controverses, des interrogations. Philosophes, économistes, sociologues s'en saisissent comme d'un outil pour décrire le réel qu'ils ont sous les yeux. Un siècle et demi plus tard, force est de constater que le terme salariat n'est plus questionné. Il est très souvent, pour les sciences sociales, une simple réalité juridico-administrative, une " donnée " ne posant pas question et au mieux une catégorie mais rarement un concept. Chacun ou chacune est ou n'est pas juridiquement " salariéA " tandis que, statistiquement, l'Insee comptabilise un nombre de " salariésA " et un nombre d'" indépendantsA " puis mesure l'évolution de leur part respective. Que les sciences sociales prennent en considération le fait d'être ou non juridiquement " salariéA ", par exemple lorsqu'on étudie la condition des travailleurs et des travailleuses des plateformes, est certes important et utile. Mais, à l'instar de ce que pratiquent paradoxalement de nombreux juristes, c'est à un usage plus réflexif de la notion de salariat - qui ne se réduit pas à une catégorie molle - que nous appelons. Cette approche réductrice du salariat comme " donnée " non interrogée s'explique certainement par un mécanisme assez paradoxalA : cette forme juridique, salariale donc, est le fruit d'une histoire qui a vu un concept et des théories s'incarner dans le droit9. En effet, ce concept analytique a infusé le droit jusqu'à structurer une grande part des réalités du travail et de ses " régulationsA " dans une bonne partie de l'Europe continentale, au Japon, aux Etats-Unis et ailleurs. Cependant, cette cristallisation dans le droit s'est accompagnée d'une baisse du pouvoir analytique du concept, voire d'une neutralisation scientifique d'un concept qui n'est qu'à de rares exceptions10 interrogé. La cristallisation dans le droit s'est ainsi accompagnée d'une vitrification conceptuelle. Dans quels termes a-t-on arrêté de penser la question salariale ? Dans une définition-essentialisationA : le salariat c'est la subordination. Et cette définition-essentialisation est sous-tendue par une théorie implicite : celle de l'échange d'une subordination contre une protection. Ce " compromisA " - fordien ou autre -, est devenu un cela va de soi ou un implicite théorique, presque un récit mythique des sciences sociales. Les analyses de Robert Castel dans Les métamorphoses de la question sociale sont à ce titre souvent mobilisées pour opposer diamétralement deux périodes historiques. Dans la première, le salariat de la révolution industrielle serait profondément asymétrique, l'égalité formelle des parties donnant lieu à une inégalité de fait et au paupérisme. Dans la seconde, un droit du travail et des droits sociaux octroyés par l'Etat seraient venus compenser cette asymétrie initiale et rééquilibrer l'échange salarial11A : subordination contre protection, " compromis fordiste ", " Trente glorieusesA " et " plein-emploiA " comme nouvelle étape d'un rapport salarial enfin rééquilibré. L'état de " compromisA " peut alors plus ou moins implicitement être conçu comme un climax, un optimum indépassable. Dans un tel cadre d'analyse, on sera tendantiellement conduit à ne penser que des reculs - l'" effritement de la A société salariale " - et ce, dans la nostalgie d'un passé glorieux mais malheureusement révolu. Droits octroyés et équilibre de l'échange retrouvéA : dans une telle perspective théorique, on le voit, l'univers des possibles du salariat est relativement bien borné par cet état d'harmonie sociale et d'intégration de la classe ouvrière que l'on prête à la période d'après-guerre. Or, pleine de conflits, de conquêtes, d'émancipations, la réalité sociohistorique sur plus d'un siècle dépasse les termes de l'échange et du compromis. Penser ainsi non pas en termes de compromis mais en termes de luttes et d'émancipation, évite de présumer des définitions et limites du salariat. La réalité du salariat a changé parce que des batailles relatives au travail et/ou à la citoyenneté économique et politique ont été gagnées. Oui, le salariat est consubstantiel au capitalisme mais il est traversé en permanence, par des formes de subversion de la logique capitaliste. Le rapport salarial, en ses contradictions et ses puissances, est le point nodal de la lutte des classes et, en la matière, la messe n'est pas dite tant au point de vue des structures objectives que des structures subjectivesA : rien ne permet de conclure que ce rapport social n'est qu'enrôlement au désir-maître capitaliste12. Si le régime de désir est bien celui de désirer selon l'ordre des choses capitalistes (i. A e. une épithumè capitaliste13), il n'en demeure pas moins que depuis la théorisation produite par Marx, tout un maillage institutionnel de droits salariaux subversifs du capitalisme a pris forme au coeur du rapport salarial (sécurité sociale, cotisations sociales, conventions collectives, minima salariaux, droit du travail, statuts de la fonction publique et des entreprises publiques, etc.). En matière de salariat, on ne peut donc en rester à la théorie implicite du xixe siècle et son acquis d'une protection contre une subordination. Ce n'est pas une simple donnée juridique incontestable (être ou ne pas être " salariéA ") mais un concept qui doit être discuté, débattu, interrogé, mis en question, caractérisé et caractérisé à nouveau, au fil du temps et des luttes sociales qui s'y rattachent. Si domination, exploitation, aliénation, invisibilisation il y a, il s'agit aussi de comprendre ce qui se joue dans le salariat en termes d'émancipation des femmes et des hommes. Certes, le salariat n'est pas qu'émancipation. Et on peut songer à d'autres possibles pour les travailleurs et les travailleuses que ceux qui s'organisent à l'échelle du salariat. Mais cette dimension émancipatrice ne doit pas faire l'objet d'une occultation. Il nous parait donc nécessaire de saisir le salariat dans son épaisseur sociohistorique, dans les contradictions qui le traversent, les luttes qui le définissent et le redéfinissent, pour éclairer la question du travail aussi bien dans sa dimension abstraite que concrète. On l'aura compris, il s'agit donc ici d'interroger le salariat en lui redonnant toute sa force historique, heuristique et polémique. Le salariat, nous l'avons dit, est devenu un rapport social qui s'exprime à de multiples échelles et qui dépassent de beaucoup le simple face à face évoqué dans la deuxième section du Capital dans laquelle un employeur, " l'homme aux écusA ", se tient devant un salarié ne pouvant s'attendre " qu'à être tannéA "14. Chacune de ces échelles constitue un champ de bataille, avec ses contraintes et ses stratégies d'émancipation spécifiques. A chacune de ces échelles, le rapport social salarial s'exprime dans des collectifs, dans des solidarités et des conflictualités articulées les unes aux autres. A l'échelle de l'entreprise se jouent par exemple de nombreuses luttes pour l'emploi. A celui de la branche, par le biais des conventions collectives, se joue notamment le contrôle de la concurrence sur les salaires entre entreprises d'un même secteur. A l'échelon interprofessionnel et national se jouent l'essentiel du droit du travail et des mécanismes de socialisation du salaire propres à la sécurité sociale ou à l'assurance chômage. Le salariat est donc bien loin de la rémunération marchande de la force de travail du xixe siècle. Les champs de bataille se sont démultipliés tout en s'articulant les uns aux autres. Qu'on pense à l'importance des conventions collectives en termes de salaire et de conditions de travail pour articuler les combats dans l'entreprise et dans la branche. Qu'on pense au rôle d'activation ou au contraire d'éradication des logiques d'armée de réserve que peut jouer un mécanisme d'assurance chômage sur le marché du travail. Qu'on pense également aux mécanismes de sécurité sociale en matière de santé et de retraites en France. Ces derniers se sont constitués en salaire socialisé engageant dans une relation l'ensemble des employeurs et l'ensemble des salarié·es à l'échelle interprofessionnelle là où, dans un pays comme les Etats-Unis, la protection contre ces " risquesA " est demeurée liée à la politique salariale d'un employeur à travers des benefits par un salaire indirect mais non socialisé15. Qu'on pense également au salaire à la qualification personnelle qui émancipe largement les fonctionnaires des logiques de marché du travail. Comprendre ce que vit individuellement un salarié ou une salariée hic et nunc, suppose de prendre en considération l'ensemble de ces dimensions collectives articulées, les dynamiques historiques, les luttes, les stratégies et la façon dont l'état des rapports de force sur chacun de ces champs de bataille s'est cristallisé dans des institutions. S'il est un objet qui nous rappelle tous les mois que ce rapport social se joue à plusieurs échelles, c'est bien la fiche de paye. Elle est une symbolisation d'un salaire dit " individuelA " ou " directA " en même temps que le lieu d'un " salaire collectifA " et ce, à plusieurs égards. En effet, quant à sa détermination, le salaire est particulièrement redevable au collectif. Les forfaits salariaux négociés dans les grilles de classification des conventions collectives de branches et au niveau de l'entreprise ou encore les grades et échelons de la fonction publique sont des éléments structurants du salaire. A cet " individuelA " s'ajoute une autre dimension collective dont la fiche de paye fait état, c'est la part directement socialisée du salaire à une échelle nationale et interprofessionnelle via des cotisations ou des impôts. Ces échelles et institutions plurielles ne sont pas réductibles à une fonction de protection légitimée par une subordination mais sont beaucoup plus largement le produit des dimensions collectives et conflictuelles du salaire. Et l'on voit là, pour le dire en passant, ce qu'a d'inepte la lecture marchande et purement calculatoire du salaire, économicisme malheureusement dominant. Derrière la plus ou moins grande socialisation des salaires, c'est la question des modes de valorisation du travail qui se pose : à travers la qualification et la cotisation, le salaire n'a plus grand-chose à voir avec la fiction du prix du travail (cf. infra). Enfin, derrière la maîtrise ou non de cette socialisation, c'est aussi la bataille pour la maîtrise du travail concret qui se joue : c'est-à-dire maîtriser ses finalités, maîtriser la définition de ce qui doit être produit ou pas, maîtriser les moyens et les conditions de la production. Voilà tout ce qu'une lecture en termes de conflictualité et d'émancipation, et non seulement de protection/subordination, s'autorise à penser. Pourquoi une revue ? La revue Salariat est la poursuite du projet intellectuel et éditorial que l'Institut Européen du Salariat (IES) porte depuis sa création en 2008. La revue vise donc à accueillir des contributions qui prendront au sérieux les enjeux du salariat de façon ouverte et contradictoire. Il s'agit de promouvoir des analyses du salariat issues des sciences sociales au sens large (sociologie, science politique, histoire, économie, droit...) mais aussi des débats ou des controverses qui ne s'interdisent pas de tirer des conclusions politiques de ces analyses scientifiques16. La revue est ainsi largement ouverte à diverses disciplines et à une pluralité de registres de scientificité. Les travaux empiriques pourront ainsi côtoyer des réflexions théoriques. Des textes fondés sur un registre très descriptif pourront dialoguer avec des approches plus politiques défendant telle ou telle stratégie d'émancipation. Grâce à ce dialogue qu'on espère fécond, nous entendons mettre la production intellectuelle de la recherche au service du débat public et des luttes politiques et sociales qui se déploient dans les domaines du travail concret et de sa valorisation. Notre revue souhaite ainsi faire vivre le débat intellectuel, le dialogue interdisciplinaire et constituer un espace de liberté scientifique en autorisant des approches diverses et non formatées, ce qui suppose en particulier que le débat puisse s'épanouir le plus possible à l'abri - voire même en dehors - des enjeux relatifs au " marché du travailA " académique. Si la revue entend publier des articles d'auteurs et d'autrices dont on apprécie les qualités de chercheurs et de chercheuses, elle dénonce avec d'autres17 la fonction d'évaluation et in fine de classement des recherches et des chercheurs et chercheuses que les politiques de l'enseignement supérieur et de la recherche tendent de plus en plus à assigner aux revues. Nous souhaiterions - autant que possible - ne pas constituer un outil de légitimation supplémentaire d'un " marché du travailA " académique dans lequel de jeunes chercheurs et chercheuses - de moins en moins jeunes en réalité... - font face à une pénurie extrême de postes et sont soumis à la loi du " publish or perishA " ainsi qu'à l'inflation bibliométrique qui, paradoxalement, nuit à la qualité de la production scientifique. Cela signifie en pratique et entre autres, que nous voudrions rester en dehors de cette logique de " classementA " des revues et donc ne pas figurer dans les listes officielles des revues dans lesquelles il conviendrait pour les candidats et les candidates à la carrière académique de publier, les critères bibliométriques permettant aux évaluateurs et aux évaluatrices de se passer d'un travail de discussion sur le fond. Cela signifie également que la composition du comité de rédaction de la revue n'est pas dépendante du statut sous lequel les membres exercent leur qualité de chercheur·se : doctorant·e, titulaire ou non titulaire, chercheur·se dans ou hors des institutions de l'enseignement supérieur et de la recherche. Nous nous concevons ainsi comme un groupe ouvert à toutes celles et tous ceux qui souhaitent travailler à un projet intellectuel et proposer aux lecteurs et aux lectrices un contenu de qualité, intéressant à la fois d'un point de vue scientifique et d'un point de vue politique. En ce sens, nous proposons plusieurs rubriques pour apporter divers éclairages ou points d'entrée d'un même questionnement puisque nous avons l'objectif de structurer chaque numéro annuel autour d'une problématique commune. La rubrique Arrêt sur image invite à décrypter les enjeux derrière une image choisie, la rubrique Lectures et débats ouvre à la discussion avec des publications académiques ou littéraires et la rubrique Brut est un espace de mise en valeur de données empiriques diverses. Ces manières d'aborder la problématique générale du numéro sont complétées par des articles dans une rubrique plus généraliste, Notes et analyses. Mais ces rubriques, plus largement présentées sur le site web de la revue18, ne doivent pas constituer des carcans et elles sont elles-mêmes susceptibles d'évoluer. Droit à l'emploi ou droit au salaire ? Ce premier numéro est ainsi l'occasion de tester l'intérêt ou la validité de notre parti-pris analytique consistant à penser le salariat comme un concept de sciences sociales à vocation heuristique en dévoilant ses contradictions et ce faisant, des chemins possibles d'émancipation. La question générale que nous posons dans ce numéro est la suivante : qu'est-il préférable de garantir, un droit à l'emploi ou un droit au salaire ? Pour celles et ceux qui restent indifférent·es à une réflexion de fond sur les institutions salariales, cette question n'a pas lieu d'être car " qui dit emploi dit salaire et qui dit salaire dit emploi, garantir l'un, revient donc à garantir l'autre ". Une telle remarque passerait pourtant à côté d'un enjeu essentiel car il y a là - en première analyse et pour la période qui nous occupe, à savoir fin du xxe siècle et début du xxie siècle - deux voies d'émancipation salariale structurées autour de deux grandes familles de stratégies possiblesA : celles qui concourent à promouvoir l'emploi et notamment le plein-emploi et celles qui s'en départissent et promeuvent un droit au salaire ou font du droit au salaire un préalable. Ce débat, s'il est contemporain, n'est pas totalement nouveau et deux grandes organisations syndicales, la CGT et la CFDT s'en sont emparé avec leurs projets respectifs de sécurité sociale professionnelle ou de sécurisation des parcours professionnels. Il s'agit bien de projets différents dans lesquels l'emploi et le salaire ne recouvrent pas une même réalité. " EmploiA ", voire même " plein-emploiA " peuvent prendre des sens différents et leur éventuelle garantie ne dit rien de la nécessité du salaire ou de ressources au-delà de l'emploi précisément. La question posée dans le présent numéro est donc loin d'être anodine et c'est pourquoi nous y réfléchissons depuis une dizaine d'années19 et la remettons aujourd'hui sur le métier. Et de ce point de vue, l'expérience du confinement a été particulièrement révélatrice de ce que les différentes formes d'institutions du travail produisent en termes de droits salariaux, comme le met en lumière Jean-Pascal Higelé dans une note - révisée - de l'IES que nous publions ici.

10/2022

ActuaLitté

Littérature française

Le Maître du Mont Xîn

Deux femmes gravissent les pentes du Mont Xîn, où, au XIIe siècle, un couple d'amants philosophes a institué un rite faisant de l'érotisme une voie spirituelle. L'une est novice dans un monastère qui le perpétue sous la houlette d'un Maître vivant en solitaire dans son ermitage. L'autre, Soyindâ, est à chaque étape assaillie par les souvenirs. Enfant "ânaturelleâ" , pauvre, solitaire, ostracisée, elle a découvert la danse interdite aux femmes en imitant des animaux, le vent dans les branches, les remous du lac... Elle a fugué, est devenue danseuse dans un faux temple voué aux ébats de riches débauchés, s'est faite moniale pour suivre son amie d'enfance, puis, défroquée, s'est lancée dans une brillante carrière de danseuse. Avant de se retirer dans l'anonymat, elle vient saluer une dernière fois le vieux Maître dont les jours sont comptés. Roman d'aventure, de quête intérieure et de réflexion. Sur l'art, l'authenticité et ses dévoiements, la sexualité humaine, la spiritualité, l'emprise délétère des religions et des systèmes de pensée, l'inévitable sclérose de toute institution, la relativité de toute morale... "Adam est un auteur qui ne se place ni au centre ni devant le monde, il se poste en bordure de celui-ci, comme on s'aventure au bord d'un gouffre, au risque d'y choir [... ] [Il] fait à tout moment ressortir cette violence latente qui sous-tend la vie quotidienne [... ] [une] attention sans complaisance, [une] objectivité sans froideur [... ]" (Jacques De Decker, Le Soir.) Ex-médecin militaire, coopérant au Congo, casque bleu en Bosnie-Herzégovine, Gérard Adam est l'auteur d'une vingtaine de romans et recueils de nouvelles. Egalement traducteur du bosno-croate, il est titulaire de plusieurs prix littéraires et a obtenu le prix international Naji Naaman pour l'ensemble de son oeuvre.

10/2022

ActuaLitté

12 ans et +

METO - L'intégrale

Les trois tomes de la trilogie culte d'Yves Grevet enfin réunis en un seul volume, avec un magnifique portfolio de 8 pages couleur reproduisant les originaux des couvertures de Thomas Ehretsmann et la carte de l'île. Et, en fin d'ouvrage, le storyboard de la bande-annonce. Soixante-quatre enfants vivent coupés du monde, dans une grande maison. Chacun d'eux sait qu'il devra en partir lorsqu'il aura trop grandi. Mais qu'y a-t-il après la Maison ? La trilogie culte de Yves Grevet, traduite en 8 langues et récompensée par 13 prix littéraires.

10/2022

ActuaLitté

Littérature française

Le grand soir

22 janvier 1905. Paris se presse à la suite du cortège funéraire de Louise Michel, icône légendaire de la Commune. Parmi les ouvriers, la jeune Jeanne Desroselles, travestie en femme du peuple, se mêle à la foule. Idéaliste et militante, cette jeune héritière fréquente depuis quelques mois les rassemblements publics, vibrant des revendications de ceux qui luttent pour la justice et la liberté. Mais ce matin d'hiver sera pour Jeanne le dernier. Aux yeux de la police comme de sa famille, Jeanne s'est volatilisée. Sa cousine Lucie n'entend pas se satisfaire de cette conclusion, et elle se glisse de tavernes en ruelles pour retrouver la trace de la disparue. Pendant ce temps, aux quatre coins de la France, les manifestations se multiplient, les femmes se rassemblent pour faire entendre leur droit à la parole et à disposer de leur corps, les mineurs et les ouvriers réclament un travail qui ne les condamne pas à mort... Tous s'apprêtent à venir massivement à Paris, manifester ensemble le 1er mai. Ce sera le Grand Soir. Après La République des faibles, lauréat de plusieurs prix littéraires, Gwenaël Bulteau nous entraîne aux côtés de Lucie, dans une Belle Epoque vibrant au son des cris de révolte.

10/2022

ActuaLitté

Science-fiction

Alien 3 - le scénario de William Gibson

Composée de six films à succès, considérés aujourd'hui comme des classiques du genre, la série Alien a marqué l'histoire de la science-fiction horrifique. L'auteur de science-fiction et initiateur du mouvement cyberpunk, William Gibson (Trilogie de la Conurb ; Trilogie du Pont...) avait écrit un premier scénario faisant suite au film Aliens, le Retour. Jamais adapté à l'écran et donc totalement inédit, son scénario est décliné en roman par Pat Cadigan avec Alien3. Après les événements sur la planète LV-426, le vaisseau Sulaco entame son retour vers la Terre. A son bord, dorment Ripley, Newt, Bishop et Hicks dans des capsules de biophase. Mais d'autres êtres se sont invités au voyage... Sur le chemin, l'Union des Peuples progressifs va en faire les frais, tout comme l'équipe de scientifiques de la station spatiale et base militaire Anchorpoint, qui prend en charge le vaisseau. C'est sur cette planète, que se réveillent Newt et Hicks. Ils prennent connaissance d'inquiétantes rumeurs : à Anchorpoint, des expériences de clonage et de modifications génétiques seraient faites sur les Xénomorphes. Des expériences qui pourraient bien provoquer la naissance d'un monstrueux hybride, voire d'une Reine... William Gibson signe un scénario haletant et plein d'imagination, dans le même ton que le film Aliens de James Cameron. Pat Cadigan, lauréate de plusieurs prix littéraires récompensant des oeuvres de l'imaginaire (prix Arthur-C. Clarke, Prix Locus, Prix Hugo...), lui rend hommage par cette adaptation : Une occasion de se replonger dans la saga Alien en découvrant de nouvelles facettes des personnages et une espèce de xénomorphes encore plus mortelle.

10/2022

ActuaLitté

Science-fiction

L'héritage du démon et autres cauchemars vampiriques

Le vampire, présenté ici dans presque " tous ses états ", y occupe une place prépondérante mais l'auteur n'oublie pas pour autant sa " petite soeur ", la goule, dont les origines sont peut-être plus lointaines encore, et qui apparaissent à deux reprises dans ce recueil. Fuyez donc en compagnie de cet homme que le passé rattrape ; suivez cette mère qui tremble pour son enfant, qu'elle sait différente ; entrez dans ce cinéma de quartier qui propose des films d'horreur vintage ; découvrez les manipulations paranormales d'un homme aux dons mystérieux... ce ne sont ici que des présentations rapides de quelques situations et personnages que vous rencontrerez dans ces dix histoires fantastiques... Chez Jean-Jacques Jouannais, cette fascination pour celui que l'on considère, à juste titre, comme le " Prince des ténèbres ", n'est pas nouvelle. Passionné dès son plus jeune âge par le fantastique sous toutes ses formes (surnaturel et horreur en particulier) il a d'ailleurs remporté en 2021 le prix de la Cour de l'Imaginaire avec un roman, " Les passe-temps de l'Immortel ", récit d'un vampire féru de littérature qui traverse près de deux siècles d'histoire. Il a également publié de nombreuses nouvelles suite à des appels à textes et participé à des concours, dans son domaine de prédilection, l'imaginaire sous toutes ses formes (de l'étrange à la science-fiction) tout en abordant d'autres genres littéraires comme les nouvelles de facture plus classique et le Théâtre, notamment.

09/2022

ActuaLitté

Littérature française

Je cueillerai la vie et je te l'offrirai

Cinq femmes pour cinq destins croisés : mère, soignante, policière, assistance sociale et sans domicile fixe. Cinq femmes qui font face à la mort, la maladie, l'indifférence de la banlieue et se battent au quotidien pour s'en sortir. Cinq femmes au coeur d'un drame tristement banal, celui d'une mère, Anna, plongée dans la violence d'un quotidien sans issues, qui tentera à tout prix de sortir de cet enfer, son fils, Gabriel. Une histoire de choix, périlleux et audacieux, où imprévus et fols espoirs vont bouleverser des vies entières avec, en point de mire, l'espoir d'une vie nouvelle. " Je cueillerai la vie et je te l'offrirai " est le gagnant de l'édition 2021 du concours les Murmures Littéraires.

08/2022

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Le chien Tristan

Roman policier insolite, roman de la beauté, contemplatif et musical, Le chien Tristan est d'abord le roman du romantisme, de sa grandeur et de ses aspects dérisoires. Volontairement cloîtrés au coeur de Rome, ses protagonistes "jouent" à s'identifier aux grands créateurs du xixe siècle, Wagner, Liszt ou Nietzsche. Fous du génie qu'ils n'ont pas, ils sentent que le romantisme, bien plus qu'une exaltation de la passion, est une recherche passionnée d'une vérité à laquelle ils sacrifient leur bonheur et leur équilibre. Hors de leur siècle, de leur pays, hors de toute certitude religieuse, placés devant l'évidence et l'effroi de l'existence, ces "inadaptés" sont pourtant l'image de l'homme contemporain, déraciné du sacré, et n'osant plus s'avouer à lui-même sa quête désespérée du Vrai. Confrontés à une femme qui refuse le rôle de sublime prétexte, ces personnages deviendront les rivaux tragiques et pitoyables d'un être dont le regard détient la vérité sans la conscience : un chien, que sa maîtresse a nommé Tristan. Écrivain, philosophe, journaliste et traducteur, Étienne Barilier est né en 1947 à Payerne dans le canton de Vaud. Son premier récit, Orphée, paraît en 1971 ; il sera suivi d'une quarantaine de romans et d'essais. Lauréat de nombreuses distinctions littéraires, dont le Prix d'honneur de la Ville de Paris en 1978 pour Le chien Tristan, Étienne Barilier a également enseigné la littérature française à l'université de Lausanne entre 2001 et 2013.

08/2022

ActuaLitté

Littérature étrangère

Le magicien

Une existence hors du commun adossée à une histoire familiale extraordinaire, une oeuvre littéraire majeure couronnée par le Prix Nobel, et la traversée de toutes les tragédies politiques de la première moitié du XXème siècle - voilà comment on pourrait résumer la vie de Thomas Mann en quelques mots. La prouesse du Magicien consiste à nous faire vivre de l'intérieur - comme seul le roman peut le faire - cette vie exceptionnelle. Thomas Mann naît dans une famille de riches bourgeois hanséatiques dont il fera le portrait dans Les Buddenbrook, son premier roman qui fut aussi son premier succès. Mais le déclin de sa famille tout autant que sa quête d'un ailleurs le mène à Munich, où il épouse la riche et fascinante Katia Pringsheim. Avec et grâce à elle, il construit patiemment une oeuvre protéiforme en même temps qu'un paravent de vie confortable qui le protège de ses démons : son attirance pour les hommes. Pour ses six enfants nés entre un voyage à Venise et un séjour dans un sanatorium - qui seront transposés dans La Mort à Venise et La Montagne magique - il restera à jamais ce magicien enfermé dans son bureau qu'il est interdit de déranger. Colm Tóibín raconte avec le même bonheur la naissance de quelques chefs-d'oeuvre de la littérature européenne que l'existence d'abord agitée, puis tragique, d'une grande famille, mais il excelle surtout dans l'évocation de la vie intérieure du romancier. Sa mue de grand bourgeois conservateur en intellectuel engagé face à la montée du nazisme, puis dans la douleur de l'exil, est dépeinte avec la même intensité que sa solitude et sa difficulté à être aimé. Heinrich, Klaus et Erika Mann, Christopher Isherwood, Bruno Walter, Alma Mahler et Franklin Delano Roosevelt peuplent la vie du grand écrivain et deviennent ici autant de personnages romanesques. Colm Tóibín entretisse tous ces fils littéraires, intimes, historiques et politiques dans une grande fresque qui se confond avec l'émouvant roman d'une vie : celle d'un génie littéraire et d'un homme seul qu'on appelait le magicien. Traduit de l'anglais (Irlande) par Anna Gibson

08/2022

ActuaLitté

Littérature française

La petite chèvre qui rêvait de prix littéraires

Elle a vingt-cinq ans et tout pour être heureuse : après des études brillantes, elle a intégré la direction marketing d'un grand groupe international, et vient d'emménager dans le studio de ses rêves. Pour que son bonheur soit parfait, il lui reste deux choses à accomplir : trouver l'amour et se mettre à écrire. Il a 50 ans, c'est un écrivain confirmé. Pour son nouvel opus, mi-tendre, mi-ironique, il souhaite rester anonyme. Et si l'une était le personnage inventé par l'autre ?

03/2022

ActuaLitté

Littérature française

Leur vie s'éparpilla

"Sandrine ne s'était jamais sentie belle. Personne d'ailleurs ne lui avait jamais manifesté qu'elle l'était. Une silhouette banale, des cheveux châtain moyen qu'elle ramassait souvent en chignon bas. Peu de recherche dans la tenue. Non vraiment rien à signaler, à l'exception de ses yeux. Des yeux étranges et magnifiques qui ne laissaient personne indifférent. C'est au mot près ce qu'avait énoncé son mari quatre jours après sa disparition". Une déflagration dans la vie des héros de ces dix nouvelles et soudain leur vie s'éparpille... Dominique Baudouin exerce en tant qu'enseignante de Lettres. En 2018, elle publie Poursuivons l'aventure, un dialogue fictif mais très ancré dans la réalité, qui évoque la recherche amoureuse après 50 ans. Elle obtient le Grand prix de la nouvelle de la ville d'Aubagne en 2020 pour sa nouvelle d'Encre et de Sang. En 2021, elle rédige une méthode de chant innovante, La Méthode douze, avec Sofia Iolessani, chanteuse, instrumentiste et professeure. Désireuse de partager sa passion pour l'écriture, elle accompagne des femmes créatives dans la réalisation de leurs projets littéraires.

07/2022

ActuaLitté

Petits classiques parascolaire

Le bal des Folles

Le roman bouleversant et captivant, couronné du Renaudot des lycéens, qui raconte de façon étonnante l'oppression des femmes au xixe siècle Dans le Paris de l'hiver 1885, les patientes de la Salpêtrière se préparent pour le grand événement de l'année : le "bal des folles" , organisé par le professeur Charcot, qui convie à cette occasion la bonne société parisienne, avide de curiosité à l'égard des aliénées. Mais ces "folles" ne sont pas toutes si malades que l'on croit, et derrière ce terme se cache une réalité sociale qui condamne les femmes les plus indépendantes d'esprit en les privant de liberté. Ce roman, récompensé par plusieurs prix littéraires, notamment le prix Renaudot des lycéens, et adapté au cinéma, s'inscrit dans les programmes de 2de, 1re et Tle et permet d'aborder la question de la folie et son traitement médical au XIXe siècle, ainsi que la condition des femmes et les entraves à leur émancipation. Niveaux et objets d'étude : 2de et 1re : Le roman et le récit Tle : Spécialité "Humanités, littérature et philosophie"

06/2022

ActuaLitté

Poésie

Poèmes et écrits littéraires

Khosrow Golesorkhi appartenait à une génération d'intellectuels iraniens qui, armés de leur plume, soutenaient le mouvement révolutionnaire des années 1970 en guerre contre le régime du Shah. Ce dernier essayait de supprimer les meilleurs éléments d'une jeunesse éduquée, dévouée et idéaliste lors des affrontements armés, ou de les réprimer et les condamner à la peine de mort, voire à la perpétuité. Il cherchait aussi à recruter ces intellectuels au sein des structures culturelles pour les contrôler. Souvent, ces deux bataillons d'opposition se trouvaient face à face en prison. Khosrow Golesorkhi et un autre militant politique décidèrent de démasquer les complots de la police secrète du Shah et de critiquer sévèrement la politique de la monarchie, au prix de leur vie. Ce livre regroupe un nombre important de poèmes et d'écrits littéraires inédits du poète. Un dossier spécial est consacré à son procès et à l'affaire des onze intellectuels.

06/2022

ActuaLitté

Critique littéraire

Lettres à Horace Finaly

Voici la correspondance inédite et inconnue de Marcel Proust avec son camarade et ami du lycée Condorcet Horace Finaly. Directeur général de la Banque de Paris et des Pays-Bas, cet homme d'une haute culture qui passait pour savoir Homère et Dante par coeur fut aussi un grand banquier de gauche de la III ? République. Le coeur de cette correspondance est la tragi-comédie que vit Marcel avec son secrétaire et ami Henri Rochat, ancien serveur du Ritz. Proust souhaite se débarrasser d'un jeune homme qui a vécu presque trois ans chez lui, de 1919 à 1921, et dont les frasques lui coûtent cher. Il a recours à Horace Finaly pour expédier à Recife cet autre modèle d'Albertine. Employé dans une agence de la banque, le jeune homme s'y comportera fort mal, malgré les envois d'argent de l'auteur. Il mourra quelques années plus tard, sans doute de maladie, au cours d'une excursion dans le nord du Brésil. Ce volume, qui révèle la sensibilité, la drôlerie et la complexité de Proust, est établi et présenté par Thierry Laget, romancier, auteur de Proust, prix Goncourt, et par Jacques Letertre, président de la Société des Hôtels Littéraires.

06/2022

ActuaLitté

Littérature française

Nouvelles d'afrique du sud

Alors que la mondialisation des échanges progresse, que le monde devient un pour tous, des mondes-miniatures s'imposent, des pays et des régions entières affirment leur identité, revendiquent leur histoire ou leur langue, réinvestissent pleinement leur espace. Quoi de plus parlant qu'une miniature, la nouvelle, pour lever le voile sur ce monde-là, celui d'une diversité infinie et porteuse d'espoir ? AFRIQUE DU SUD. Ainsi que le dit Zakes Mda, "il était plus facile d'écrire au temps de l'apartheid car la ligne de démarcation entre le bien et le mal était tracée d'avance. Le Noir était bon et le Blanc méchant. Dans la nouvelle Afrique du Sud, le Noir n'est pas toujours gentil, et les Blancs ne sont pas tous dénués de bonté". Après les splendides voix littéraires couronnées de prix Nobel (Nadine Gordimer, I991 ; John Maxwell Coetzee, 2003), et d'autres comme André Brink ou Breyten Breytenbach qui ont su sortir de leurs frontières, la nouvelle littérature issue de la plus grande démocratie d'Afrique fait face à un défi d'importance : dépasser les séquelles de l'apartheid, écrire après Nelson Mandela et trouver son juste chemin. Les six auteurs réunis ici y parviennent aisément et régalent le lecteur par la fraîcheur de leur plume, ancrée dans un quotidien sans cesse renouvelé.

09/2022

ActuaLitté

Littérature étrangère

Je chante et la montagne danse

Dans un village perché en haut des Pyrénées, on conserve la mémoire des drames familiaux, des persécutions guidées par l'ignorance, des exécutions sommaires de la guerre civile. Mais rien, jamais, ne vient altérer la profonde beauté du lieu, terre propice à l'imagination, à la poésie, aux histoires transmises de génération en génération. Chaque voix raconte : d'abord les nuages et l'éclair qui foudroya Domènec, le paysan poète. Puis Dolceta, qui ne peut s'empêcher de rire lorsqu'elle se rappelle avoir été pendue pour sorcellerie. Sió, qui dut s'occuper seule de ses deux enfants. Puis les trompettes de la mort qui annoncent l'immuabilité du cycle de la vie. Le chevreuil, l'ours, la femme amoureuse, l'homme blessé par balle, et les autres. Dans ce lieu hors du temps, amitiés, mariages, deuils, naissances s'entrelacent au fil des saisons. Ode à la puissance de la nature, Je chante et la montagne danse mêle les légendes et le folklore catalans aux histoires bien réelles de ceux qui habitent ce lieu protégé par ses montagnes. Aussi limpide que poétique, la langue d'Irene Solà est un doux murmure qui enveloppe, transporte et résonne longtemps. Traduit du catalan par Edmond Raillard "Il y a tellement de beauté dans ce roman que chaque page vous fait tomber amoureux de la nature, de l'imagination, des mots et de la vie. Un roman intemporel et unique". Mariana Enriquez "Chaque page témoigne merveilleusement de la passion d'Irene Solà pour l'écriture, pour les paysages décrits et pour les personnages qu'elle a créés". Times Out "Un roman remarquablement écrit, admirablement construit, merveilleusement profond". Kirkus Reviews, starred review "Une fable universelle, drôle et profondément émouvante". Max Porter Irene Solà est une écrivaine, poète et artiste née en 1990 en Catalogne. Ses poèmes et ses courts-métrages ont été présentés à la Whitechapel Gallery de Londres, ainsi qu'à Barcelone, Santander et Gérone. Je chante et la montagne danse a obtenu quatre prix littéraires, dont le prix de littérature de l'Union européenne en 2019. Il sera traduit en dix-sept langues. Le livre a également été adapté au théâtre en Catalogne. Edmond Raillard est professeur émérite à l'Université Grenoble Alpes et traducteur du castillan et du catalan. Il a reçu le Grand Prix de la Société des gens de lettres, le prix Laure-Bataillon, et le prix Rhône-Alpes du livre.

05/2022

ActuaLitté

Critique littéraire

Lire et donner à lire les littératures francophones. Outils critiques et stratégies éditoriales

La francophonie littéraire voit, depuis plusieurs décennies, son lectorat se développer, accroissement favorisé par une offre éditoriale plus dense ainsi qu'un nombre plus conséquent de publications, de séminaires universitaires et de prix littéraires à lui être consacré. Comment les littératures francophones se donnent-elles à lire en ce XXIe siècle commençant ? Quelles poétiques les oeuvres francophones développent-elles ? Sur quels outils théoriques le monde de la recherche fonde-t-il ses lectures critiques pour saisir leurs spécificités, leurs éventuelles réinventions ? Et les auteurs, qui lisent-ils ? que lisent-ils aujourd'hui ? A quelles difficultés l'édition est-elle confrontée pour les diffuser et quelles modalités adopte-t-elle pour les faire malgré tout lire ? Faisant dialoguer écrivain. es, chercheur. es, étudiant. es, éditrices et directrices de revue et résonner les pratiques contemporaines avec celles plus anciennes, le présent ouvrage questionne la lecture des textes francophones, jusqu'aux plus récents, nativement numériques.

05/2022

ActuaLitté

Critique littéraire

Ecrire, c'est respirer

Une plongée réjouissante dans les secrets d'écriture de Susie Morgenstern ! Susie Morgenstern a publié plus de cent cinquante titres, dont de nombreux best-sellers primés et encensés par la critique. Dans ce livre, véritable hymne à l'écriture, l'autrice nous entraîne avec humour et poésie dans les coulisses de la création. Les grands (comme les plus jeunes) y trouveront leur bonheur grâce à des ateliers inspirants et des conseils qui donnent envie d'écrire ! " Ecrire c'est de l'archéologie intime. On fouille avec le stylo à la recherche de soi-même. On plonge dans les profondeurs d'une mer inconnue pour pêcher des poissons qui nagent à l'intérieur de nous. C'est la mine qu'on descend pour chercher l'or. C'est la cave à vieilles bouteilles de vin. C'est un chemin de pèlerinage, la chasse aux trésors, l'éternelle quête de soi-même. " L'autrice Née aux Etats-Unis, Susie Morgenstern vit à Nice où elle a enseigné l'anglais àla faculté de Sophia-Antipolis jusqu'en 2005. Avec fantaisie, poésie et humour, l'autrice aborde dans ses livres tous les thèmes qui gravitent autour de l'enfance et de l'adolescence. Parfois surnommée " la papesse de la littérature jeunesse ", elle a principalement publié à L'Ecole des Loisirs et ses livres sont traduits dans vingt langues. Parmi ses best-sellers : La Sixième ou encore Lettres d'amour de 0 à 10, titre qui a obtenu à lui seul une vingtaine de prix littéraires. Mes 18 exils, son autobiographie, a été unanimement saluée par la critique. Ce titre fait partie de la collection " SECRETS D'ECRITURE ", consacrée à l'art d'écrire L'ambition est de rassembler dans une collection référente les plus grands auteurs et autrices de la littérature contemporaine francophone et de dévoiler la fabrique de la création littéraire dans toute sa richesse. Récit intime retraçant le parcours de l'auteur, depuis la naissance de l'écriture jusqu'au succès, chaque livre, signé des plus grandes plumes d'aujourd'hui, est écrit et se lit comme un roman - preuve que l'aventure de l'écriture est aussi captivante que la fiction ! Si chaque récit raconte la page blanche, les doutes et le travail exigeant, il témoigne avant tout du plaisir à devenir et à être écrivain. On trouvera au fil des chapitres des illustrations, des passages en écriture manuscrite, des brouillons, des croquis représentant l'auteur au travail : ces documents personnels, souvent inédits, donnent à chaque ouvrage l'allure et la vitalité d'un carnet de création. " Secrets d'écriture ", c'est la promesse d'un voyage littéraire, une plongée au coeur du mystère de la création littéraire et des trésors de conseils au lecteur.

05/2022

ActuaLitté

Histoire de France

Les résistants de Dieu. Chrétiens, juifs et musulmans unis contre le nazisme en France occupée

Le totalitarisme nazi a mené avec détermination une véritable persécution religieuse, comme le démontrent les actes du Tribunal militaire international de Nuremberg. Le camp de concentration de Dachau a reçu 2 720 religieux provenant de toute l'Europe entre 1938 et 1945. Face à cette barbarie nazie, en Allemagne d'abord puis dans les pays conquis, les chrétiens - membres du clergé ou simples fidèles -, mais également des juifs et des musulmans, se sont livrés progressivement à deux sortes de résistance : l'une spirituelle, l'autre militaire. Certains religieux prirent les armes en s'engageant dans les maquis des Forces françaises de l'intérieur (FFI) ou dans des unités combattantes de la France libre (FFL), tels le père Louis de la Trinité, le rabbin Samuel Klein ou l'imam Abdelkader Mesli. A Paris, les musulmans contribuèrent à des opérations de sauvetage des juifs. Selon l'écrivain Mohammed Aïssaoui, "pendant toute la dernière guerre [mondiale], la mosquée de Paris ne cessa d'apporter son aide à la résistance contre l'Allemagne nazie" . Pas moins de 1732 résistants trouvèrent refuge dans ses caves : des évadés musulmans, mais aussi des chrétiens et des juifs. Le recteur, Sid Kaddour Ben Ghabrit, organisa également quelques filières d'évasion et fournit à des juifs des vrais-faux certificats d'appartenance à la religion musulmane. Petit à petit se tissèrent, dans chaque communauté, des réseaux d'entraide et de secours qui permirent de sauver des milliers de personnes de l'enfer des camps : les établissements scolaires catholiques accueillirent de nombreux enfants ; les réseaux de passeurs protestants parvinrent à en faire fuir d'autres vers la Suisse ; une religieuse et un prêtre orthodoxes s'infiltrèrent jusque dans le Vel' d'Hiv' pour sauver quelques vies. Les actes héroïques de ces hommes et de ces femmes, "qui croyaient au ciel" et étaient animés par les valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité, devaient être salués. Jean-Paul Lefebvre-Filleau, ancien colonel de la Gendarmerie nationale, est écrivain et conférencier. Surnommé "le détective de l'histoire" , il a écrit une vingtaine d'ouvrages et a été récompensé par plusieurs prix littéraires, dont le Grand prix des écrivains de France pour son livre L'Affaire Bernadette Soubirous. L'enquête judiciaire, 1858 (éditions du Cerf), traduit en plusieurs langues. Il est également chroniqueur historique et s'intéresse particulièrement à la Seconde Guerre mondiale. Il a notamment publié aux Editions du Rocher Ces Français qui ont collaboré avec le IIIe Reich (2017) et Femmes de la Résistance, 1940-1945 (2020).

04/2022

ActuaLitté

Science-fiction

Les quatre vents du désir

"D'une brillante variété, les nouvelles rassemblées ici expriment la fusion de la science et des mythes : texture moderne et profondeur hors du temps". Chicago Sun-Times Un retour sur la planète Nivôse, celle du roman La Main gauche de la nuit... La découverte d'une planète inexplorée dont les habitants humanoïdes, contre toute attente, s'expriment dans une langue dérivée du français... Une première approche de cette nouvelle discipline qu'est la thérolinguistique, avec l'étude d'oeuvres littéraires écrites par des fourmis... Le récit de la première expédition au pôle Sud, accomplie en secret par des femmes, bien avant la mission de Roald Amundsen... La véritable raison pour laquelle le temps nous échappe... Vingt récits comme autant d'éclats du talent hors normes d'Ursula K. Le Guin, une préface de David Meulemans, une passionnante interview-carrière de la lauréate du National Book Award et une bibliographie ? : salué par les prix Locus et Ditmar, voici le deuxième recueil de l'autrice des Dépossédés dans la collection "Kvasar" . Un incontournable. "La prose lumineuse d'Ursula K. Le Guin respire l'intelligence. Elle élève la fiction à hauteur de la poésie et lui donne la densité de l'allégorie". Jonathan Lethem Couverture et conception graphique par Aurélien Police

04/2022

ActuaLitté

Littérature étrangère

Oeuvres

Auteur d'une quinzaine de romans traduits dans le monde entier, lauréat de prestigieux prix littéraires, conscience intellectuelle et fervent défenseur de la paix au Moyen-Orient, Amos Oz (1939-2018) est incontestablement une voix majeure de la littérature israélienne contemporaine. Servis par une langue empreinte de poésie, ses récits dépeignent les douleurs et les traumas de l'individu et de la famille, sondent les abysses de l'âme et de la nature humaines, avec pour toile de fond l'histoire d'Israël et celle d'un peuple vivant entre guerre et paix, entre ombre et lumière. Conçu avec l'écrivain avant sa disparition comme une traversée de son oeuvre, reprenant un choix de romans et de nouvelles publiés entre 1965 et 2014, ce volume "Quarto" se clôt par un ensemble de conférences qui constituent son "testament" politique et moral. Eclairée par les contributions de son ami et traducteur anglais, Nicholas de Lange, de sa fille, l'historienne de renom Fania Oz-Salzberger, et de l'autrice Zeruya Shalev, cette édition invite le lecteur à découvrir le regard qu'Amos Oz posait sur le monde, sur son monde - celui de la Jérusalem divisée de son enfance, ville labyrinthique cernée de menaces sourdes, celui du kibboutz, théâtre de tensions entre l'homme solitaire et la collectivité, celui de l'engagement politique. Ponctuée de documents personnels inédits, elle donne à lire les écrits d' "un conteur de grand talent et d'un magicien de la langue hébraïque" , qui espérait "un avenir meilleur et oeuvrait en ce sens" .

04/2022

ActuaLitté

Récits de voyage

Patagonie dernier refuge

"Notre tandem de choc a cette indispensable curiosité qui le pousse à remarquer ce que les touristes ne voient pas". Le Figaro La Patagonie est de ces voyages où fantasmes et rêves se mêlent au réel. Sur un trottoir de Buenos Aires, Butch Cassidy et Jorge-Luis Borges ont pu se croiser. Parcourir la pampa ou naviguer sur le détroit de Magellan convoque des destins romanesques : derniers Indiens, rois autoproclamés, aventuriers, rêveurs et fous qui ont trouvé refuge sur cette terre mythique peuplée de fantômes historiques et littéraires. Embarquez pour une exploration sur cette terre d'imaginaire. Romancier et nouvelliste, Eric Faye est également l'auteur d'essais et de récits de voyage. Il a reçu le Grand Prix du roman de l'Académie française pour son roman Nagasaki (Stock, 2010). Christian Garcin a publié des romans, des nouvelles, des poèmes, des récits de voyage, et un livre de photographies. Il a reçu le prix Roger Caillois pour son essai Borges, de loin (Gallimard, 2012).

04/2022

ActuaLitté

Critique littéraire

Jean Picollec, l'atypique

Age Lauréat en 1956 du Concours général d'histoire, Jean Picollec se destinait à des études littéraires, comme quoi le milieu marin conduit à tout, à condition d'en sortir ! Jeune étudiant, il entrait en politique comme on entre dans les Ordres. Il commença sa carrière professionnelle chez Larousse puis cofonda les éditions Alain Moreau, avant, six ans plus tard, de créer sa propre maison d'édition à son nom (bien plus tard, il dirigea parallèlement les prestigieuses éditions de La Table ronde). Sa ligne éditoriale offrira toujours un choix très éclectique, que ce soit dans les thèmes abordés (des cultures enracinées aux régimes des Etats dans le monde les plus controversés) ou les sujets les plus sulfureux de l'histoire, de la politique, des médias... Il publiera ainsi des auteurs très différents, aux engagements politiques souvent oppposés. Désormais, Jean Picollec est le survivant d'une génération d'éditeurs français des années 1970 à 1990 aujourd'hui tous disparus. Dans cet ouvrage d'hommage richement illustré, Philippe Randa nous fait découvrir également l'étonnant carnet d'adresses de ce Breton de Paris : nombre de ses amis ont tenu à apporter leur témoignage sur cet homme de convictions et de fidélités. Membre du jury des prix Bretagne et de l'Académie Rabelais, on le découvre aux côtés de Vincent Bolloré, Pierre Péan, Patrick Poivre d'Arvor, Patrick Devedjian, Claude Goasgen, Yann Queffelec, Jean-Edern Hallier... et de tellement d'autres !

03/2022

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Mon Maroc

"Il est comme ça Abdellah Taïa, il revient toujours sur ses traces. Il revient à sa mère, à son enfance, au Maroc, à sa langue natale, l'arabe, à sa sexualité". Libération Publié en 2000 par les Editions Séguier, "Mon Maroc" est le premier livre d'Abdellah Taïa. Des textes, des fragments et des souvenirs autour de son pays d'origine, de sa famille très nombreuse, pauvre, qu'il rédige dès son arrivée à Paris, en 1998, pour poursuivre ses études littéraires à la Sorbonne. Ecrire ce passé avant que les années d'immigration en France ne le déforme. Ecrire le premier monde, ses joies et ses désillusions. Mieux se connaître. Mieux résister. Né à Rabat en 1973, Abdellah Taïa est l'auteur de romans traduits dans plusieurs langues. L'Armée du Salut, Une mélancolie arabe, Le Jour du roi (prix de Flore 2010), Un pays pour mourir, Celui qui est digne d'être aimé et La vie lente sont disponibles en Points. Son dernier roman, Vivre à ta lumière, vient de paraître aux éditions du Seuil.

03/2022

ActuaLitté

Littérature française

La petite chèvre qui rêvait de prix littéraires

Elle a vingt-cinq ans et tout pour être heureuse : après des études brillantes, elle a intégré la direction marketing d'un grand groupe international, et vient d'emménager dans le studio de ses rêves. Pour que son bonheur soit parfait, il lui reste deux choses à accomplir : trouver l'amour et se mettre à écrire. Il a 50 ans, c'est un écrivain confirmé. Pour son nouvel opus, mi-tendre, mi-ironique, il souhaite rester anonyme. Et si l'une était le personnage inventé par l'autre ?

ActuaLitté

Littérature étrangère

Un chien de rue bien entraîné

Le héros du roman, Ahmad, est un licencié en lettres qui rêve de devenir un grand écrivain et d'obtenir les prix littéraires les plus prestigieux alors qu'il est contraint, pour gagner sa vie, d'écrire de petits romans pornographiques à l'intention des sites internet spécialisés. Il fait la connaissance d'une jeune femme mariée, Nivine, une dévoreuse d'hommes, qui le mêle à ses torrides aventures sexuelles jusqu'au jour où il est soupçonné, à tort, de lui avoir volé sa voiture tout ce qu'elle possède.

02/2022

ActuaLitté

Littérature française

Le grand monde

La famille Pelletier
Trois histoires d’amour, un lanceur d’alerte, une adolescente égarée, deux processions, Bouddha et Confucius, un journaliste ambitieux, une mort tragique, le chat Joseph, une épouse impossible, un sale trafic, une actrice incognito, une descente aux enfers, cet imbécile de Doueiri, un accent mystérieux, la postière de Lamberghem, grosse promotion sur le linge de maison, le retour du passé, un parfum d’exotisme, une passion soudaine et irrésistible.
Et quelques meurtres.

Les romans de Pierre Lemaitre ont été récompensés par de nombreux prix  littéraires nationaux et internationaux. Après sa remarquable fresque de l’entre-deux-guerres, il nous propose aujourd’hui une plongée mouvementée et jubilatoire dans les Trente Glorieuses.

01/2022

ActuaLitté

Actualité et médias

La Règle du jeu N° 75, janvier 2022 : Comment lisez-vous ?

DOSSIER : " COMMENT LISEZ-VOUS ? " A l'origine de ce dossier, une pluie de questions doublées d'une d'inquiétude : quel avenir le XXIe siècle réserve-t-il à l'expérience de la lecture ? Pourquoi les jeunes s'adonnent-ils de moins en moins à cette activité ? A quelles métamorphoses l'objet-livre se voit-il aujourd'hui confronté ? Ce dernier sortira-t-il indemne du tournant numérique ? Pour détourner le fameux mot de Hugo, le monde des écrans tuera-t-il celui des librairies et des bibliothèques ? L'époque contemporaine, à l'inverse, donnera-t-elle naissance à de nouvelles pratiques de lecture ? Si oui, lesquelles ? Quelle est la différence l'acte de feuilleter un ouvrage imprimé et celui de consulter un e-book ? Les livres audio font-ils de l'ombre à la voix de leur auteur ? Quelle est la part du plaisir et du travail, de la mémoire et du loisir quand on se plonge dans la découverte d'un texte ? La lecture est-elle un dialogue silencieux ? Une démarche passive ? Une véritable entreprise de création ? Un acte d'écriture ? Ces questions, aussi vieille que la littérature, nous les avons adressées à un panel de lecteurs qui, réunis dans ce dossier, reflètent à eux tous les chaînons multiples qui façonnent le destin d'un livre. Nous avons interrogé des écrivains, des éditeurs, des correcteurs, des attachés de presse, des libraires, des journalistes, des critiques littéraires, des jurés de prix, des professeurs de français, des blogueurs ou encore des lycéens. A travers cette démarche, le numéro 75 de La Règle du jeu entend dépasser les habituels refrains sur le " déclin de la lecture " pour refléter, aussi fidèlement que possible, la trajectoire complexe qui est celle des livres. Mais aussi : - Un dossier-spécial consacré à l'élection présidentielle : " Quelles sont les nouvelles formes du populisme et comment les combattre ? " - Micro-dossier : " Les crypto-monnaies : mirage ou révolution ? " - Micro-dossier : " Le monde de la nuit vu par un photographe " - Un entretien avec Joseph Cohen et Raphaël Zagury-Orly à propos de l'antisémitisme de Heidegger. - L'anti-interview de Bernard Pivot, à propos de la littérature contemporaine - Un poème de l'écrivain Jean-Noël Orengo sur la Thaïlande

01/2022

ActuaLitté

Romans historiques

Le retour d'Ulysse. Les extraordinaires aventures de Le Gentil de la Galasière, astronome au service de Louis XV

Jean-Baptiste Le Gentil de la Galaisière, envoyé par Louis XV à Pondichéry (ville du Sud-Est de l'Inde) en mission astronomique - expédition prévue pour quelques mois - est revenu en France après â¦onze ans de tribulationsA ! Quelles mauvaises surprises l'attendaient à son retourA ? Quelles péripéties l'avaient retenu si longtemps dans l'océan IndienA ? Son destin, qu'on peut estimer malheureux, recèle toutefois maints émerveillements⦠Toute sa vie, il a espéré une seule rencontre, sa Vénus. Maja Brick, écrivaine d'origine polonaise, signe ici son septième roman. Ses ouvrages publiés auparavant en Pologne ont été récompensés par quatre prix littéraires et son premier roman, la Cathédrale (Katedra, 1997, éd. Czytelnik), a été décrit par la presse comme "A le plus ambitieux début dans la littérature polonaise depuis 1989A ". La veine historique est souvent présente dans ses fictions parues aux éditions Siloë, Gallimard, Terres du couchant.

01/2022

ActuaLitté

Anglais apprentissage

Manuel de traduction Anglais > français > anglais. Thèmes et versions littéraires. Classes préparatoires et universités

Que ce soit pour les concours de la BCE, de la Banque de langues ELVi ou des concours de recrutement du second degré (CAPES et agrégation), les rapports du jury rappellent inlassablement les mêmes consignes : Maîtriser le lexique de base ainsi que les points grammaticaux les plus délicats (les temps du passé, les prépositions, etc.) ; Eviter à tout prix d'omettre de traduire les termes les plus difficiles ; Privilégier un entraînement régulier au thème et à la version, pour acquérir la compréhension fine de la langue requise par ces exercices.

01/2022

ActuaLitté

Littérature étrangère

La fenêtre russe

" Peut-être notre identité véritable se trouve-t-elle dans tout ce qu'on a omis. " Pour ce roman explorant l'histoire européenne de la fin du xxe siècle d'un point de vue intime Dragan Velikic a reçu les deux prix littéraires les plus importants en Serbie : le prix NIN et le prix Mesa Selimovic en 2007. Une fenêtre russe est une petite fenêtre encastrée dans une plus grande, utilisée pour la ventilation dans les régions froides ; " une tentative d'inhaler le monde extérieur sans perdre notre chaleur intérieure ". La Fenêtre russe met en scène deux personnages principaux : Daniel, un chef d'orchestre âgé, fait le bilan de sa vie, de toutes les opportunités loupées, dans une sorte de confession adressée à Rudi Stupar, jeune comédien raté. A la fin des années 90, ce dernier quitte son pays bombardé et dérive à travers l'Europe de petit boulot en petit boulot, s'inventant des vies, composant et décomposant sa propre personnalité dans un effort constant pour réconcilier la réalité de son existence avec ses attentes et la conviction qu'il accomplirait de grandes choses. Avec une grande maîtrise narrative, un humour intelligent et une subtile ironie, Dragan Velikic juxtapose les opportunités manquées de chaque personnage avec les chemins qu'il choisit, dépeignant la vie à la fois réelle et imaginaire. Pour ce roman doux-amer explorant l'histoire européenne de la fin du xxe siècle d'un point de vue à la fois intime et objectif, Dragan Velikic a reçu les deux prix littéraires les plus importants en Serbie et en ex-Yougoslavie - le prix NIN et le prix Mea Selimovic en 2007. Prix NIN Prix international Vilenica

01/2022

ActuaLitté

Littérature française

L'oniomane

Afin de lutter contre la dépression, les oniomanes achètent toutes sortes d'objets qui ne leur sont d'aucune utilité. Dans L'oniomane, notre protagoniste collectionne les romans français ayant obtenu des prix littéraires. Réalisant qu'il souffre d'une réelle addiction, il consulte son psychiatre qui trouve un remède à sa fièvre collectionneuse : le Prozac. Toutefois, il est emporté dans un tourbillon d'évènements où se mêlent fiction et réalité. En effet, Vertige, personnage d'une de ses oeuvres, ensorcelle son médecin...

12/2021

ActuaLitté

Policiers

Les trois Brestoises Tome 8 : Du sang sur le Quai

Penmarc'h, salon du Goéland Masqué, le corps d'un auteur de roman policier est découvert sauvagement assassiné. Des faits similaires se reproduisent durant le salon du Chien Jaune à Concarneau. Un point commun entre les victimes : toutes deux ont obtenu le fameux Prix du Quai des Orfèvres. Du Finistère à la Russie - et ses services secrets - en passant par Paris et le Berry, de courses-poursuites en fausses pistes, Léanne et son équipe vont devoir s'immerger dans le milieu de l'édition pour mettre hors d'état de nuire un tueur en série. Un voyage dans la folie d'un assassin peu ordinaire qui a décidé de se mesurer à la commandant de police. Dans ce nouveau thriller bourré d'action, Pierre Pouchairet nous offre une plongée dans le petit monde des auteurs de polars et des prix littéraires. Et il sait de quoi il parle ! Révisez vos classiques, c'est parti pour une série noire...

11/2021

ActuaLitté

Musique, danse

Paul McCartney Coffret en 2 volumes. Paroles & souvenirs de 1956 à aujourd'hui

"Certaines personnes, lorsqu'elles atteignent un certain âge, aiment consulter leur journal intime pour se remémorer des événements passés. Je n'en ai jamais tenu ; ce que j'ai, en revanche, ce sont mes chansons - des centaines -, qui m'aident à ne pas oublier". Ainsi commence ce chef-d'oeuvre hors pair de sincérité et de puissance artistique. De sa jeunesse à Liverpool à sa carrière solo, qui se poursuit encore aujourd'hui, en passant par la décennie mythique des Beatles et de Wings, Paul McCartney a regroupé ici la version définitive des textes de 154 de ses chansons en les accompagnant de récits sur sa vie et son oeuvre. Organisés en deux volumes alphabétiques, ces textes racontent la naissance des chansons et parlent de ceux qui les ont inspirées : ses parents adorés, Mary et Jim ; son complice d'écriture, John Lennon ; Linda Eastman, sa "Golden Earth Girl" ; son épouse, Nancy McCartney ; et même la Reine Elisabeth, et beaucoup d'autres encore. On y découvre notamment l'origine de "Let It Be" , "Eleanor Rigby" , "Yesterday" et "Live and Let Die" , mais aussi les influences littéraires de Paul McCartney : Shakespeare, Lewis Carroll, ou Alan Durband, son professeur d'anglais au lycée. Précédé par une introduction du poète Paul Muldoon, prix Pulitzer, et nourri de plusieurs centaines d'images provenant des archives personnelles de Paul McCartney - manuscrits des chansons, peintures, photographies, dont une majorité inédites - cet ouvrage exceptionnel, qui couvre soixante-quatre ans de la vie d'un homme, est l'oeuvre définitive d'une légende vivante de la musique.

11/2021

ActuaLitté

Critique littéraire

Chanteurs poètes

Quand la musique rencontre la littérature, elle devient poésie et façonne des écrivains. Dans ce recueil de la collection Fidelio, cinq auteurs racontent leur ferveur pour les poètes du rock n'roll. Dans chaque recueil de la collection Fidelio, cinq auteurs contemporains racontent leurs premiers émois littéraires avec l'écrivain qui a changé leur vie. A travers le nom Fidelio, ce sont un attachement tout particulier, une filiation rêvée, une haute fidélité qu'évoquent les auteurs de la collection envers leur monstre sacré. Quand la musique rencontre la littérature, elle devient poésie et façonne des écrivains : dans Chanteurs poètes, cinq auteurs racontent leur ferveur pour les poètes du rock n'roll : Gainsbourg (par Jérôme Attal), Jim Morrison (par Nicolas Gaudemet), Leonard Cohen (par Chantal Ringuet), Patti Smith (par Bruno Corty), sans oublier Bob Dylan, prix Nobel de littérature (par Fabrice Gaignault).

11/2021

ActuaLitté

Critique littéraire

Esthètes japonais

Cinq regards d'écrivains français sur cinq grands auteurs japonais qui ont changé leur vie. Un recueil de la collection Fidelio. Dans chaque recueil de la collection Fidelio, cinq auteurs contemporains racontent leurs premiers émois littéraires avec l'écrivain qui a changé leur vie. A travers le nom Fidelio, ce sont un attachement tout particulier, une filiation rêvée, une haute fidélité qu'évoquent les auteurs de la collection envers leur monstre sacré. Esthètes japonais, ce sont cinq regards d'écrivains français sur cinq grands auteurs japonais qui ont changé leur vie : Kenzaburo Oe (par René de Ceccatty) et Yasunari Kawabata (par Marie Céhère), les deux prix Nobel de littérature, Yukio Mishima, figure légendaire (par Nicolas Gaudemet), la grande Yuko Tsushima, dont l'oeuvre autobiographique est hanté par le souvenir de l'enfant disparu (par Philippe Forest), sans oublier Haruki Murakami, star des médias et des critiques (par Minh Tran Huy).

11/2021

ActuaLitté

Développement personnel

Grandeur de l'attente

Dans ce monde ultrarapide, qui honnit le silence et l'absence, l'éloge de l'attente... qu'on n'attendait plus ! Un ouvrage éclairé, étayé par de magnifiques références littéraires, d'Homère à Buzatti. Une suspension vitale par l'une des grandes auteures spirituelles d'aujourd'hui. " Heureux ceux qui connaissent encore la joie d'attendre - une lettre, une rencontre, une éclaircie, voire la vie éternelle. " Qu'y a-t-il de commun entre le peuple hébreu marchant dans le désert pendant quarante ans, la reine Pénélope dont l'époux, Ulysse, est absent depuis si longtemps, la Belle au bois dormant, l'arpenteur de Kafka, la sentinelle de Buzzati ? ou encore l'amour lointain chanté par les troubadours et le long désir qui brûle les mystiques ? Ici et là se manifeste une manière d'attendre - dans la paix, la détermination ou le doute, dans la confiance et la ferveur, avec parfois une joie intense. Immense et mystérieuse, l'attente tisse toute une existence et elle élève l'être humain jusqu'à l'infini. Un livre empli d'espérance. Ecrivain, Jacqueline Kelen a publié de nombreux livres qui étudient les grands mythes de l'Occident, les figures de la mystique et les richesses de la vie intérieure. Aux Editions du Cerf ont paru Le diable préfère les saints, Les compagnons de sainteté, et Histoire de celui qui dépensa tout et ne perdit rien (prix de la liberté intérieure 2020).

10/2021

ActuaLitté

Religion

Grandes figures du scoutisme. Hier et aujourd'hui, le scoutisme toujours vivant

A l'occasion du centenaire du scoutisme catholique en France, Christophe Carichon, spécialiste de l'histoire du scoutisme, nous entraîne dans une galerie de portraits des grandes figures qui ont fait le mouvement. Ces personnages hauts en couleurs, généreux dans leur engagement, fidèles jusqu'au bout à leur promesse, ont adapté et diffusé dans notre pays la géniale invention de Baden-Powell. Prêtres, laïcs, étudiants et généraux, ils nous font revivre les grandes heures du scoutisme, de la fondation de la Fédération nationale catholique des Scouts de France en 1920 à nos jours. Le chanoine Cornette ou "le Vieux Loup" , le P. Sevin, déclaré vénérable en 2012, Michel Menu, père des raiders et des goums, Guy de Larigaudie, "routier de légende" , Jeanine Chabrol, première cheftaine de louveteaux, Arthur de Salins, héros de guerre et mémorable chef-scout, et tant d'autres ont vécu et porté cet idéal. Une place est aussi faite aux fondateurs des Guides et Scouts d'Europe et des Scouts unitaires de France, à l'heure où les mouvements choisissent d'incarner différemment l'héritage scout. Anecdotes, détails d'archives, photos inédites, ce livre est une mine pour ceux qui s'intéressent, de près ou de loin, à cette aventure unique qui conquiert encore aujourd'hui plus de 150 000 jeunes Français. Christophe Carichon est historien et chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique (université de Brest). Spécialiste reconnu de l'histoire du scoutisme, il y a consacré sa thèse de doctorat. Il est l'auteur de nombreux articles et de plusieurs ouvrages couronnés par des prix littéraires.

10/2021

ActuaLitté

12 ans et +

La cité des brumes oubliées

Découvrez pour la première fois en France l'histoire qui a inspiré le chef-d'oeuvre de Hayao Miyazaki, Le Voyage de Chihiro ? ! Partie seule dans un lieu reculé pour les vacances, Lina se perd dans un épais brouillard. Lorsque la brume se dissipe enfin, la jeune fille découvre au coeur de celle-ci un village incongru... peuplé de personnages mystérieux et hauts en couleur. Coincée dans la pension d'une vieille mégèreà la tête bien trop grosse, Lina va alors devoir travailler dans des boutiques plus extravagantes les unes que les autres pour regagner sa liberté au cours d'un voyage d'apprentissage rythmé par des rencontres inoubliables. Sachiko Kashiwaba Autrice reconnue de littérature de fantasy jeunesse et young adult, Sachiko Kashiwaba a écrit plus de 70 oeuvres, toutes inédites en France. Elle a obtenu multiples récompenses littéraires, dont le prix Kôdansha. Deux de ses titres ont inspiré des films d'animation, Le Voyage de Chihiro et Wonderland : le Royaume sans pluie.

10/2021

ActuaLitté

Musique, danse

Brassens. Légende d'un poète éternel

Les Copains d'abord, La Mauvaise Réputation, Le Gorille, L'Auvergnat, Les Bancs publics, Trompettes de la renommée, Le Pornographe, Une jolie fleur, Mysogynie à part, Le Fossoyeur... Célèbres ou moins connus, la liste est longue des titres inoubliables qui en disent beaucoup sur "Jo" , son amour des mots, des autres et de la liberté. Mais connaît-on les lieux et les personnes qui se cachent derrière ses rimes ? Sète et sa supplique, l'impasse Florimont des débuts parisiens, chez Jeanne ; Püppchen, la femme de sa vie, à qui il offrit sa non-demande en mariage ; les amitiés indéfectibles nichées au bois d'son coeur, à Crespières ou en Bretagne... Au fil de ses vers et des moments marquants de sa vie, redécouvrons la légende d'un poète éternel. Journaliste et écrivain, Jean-Claude Lamy est l'auteur d'une vingtaine de livres, récompensés par plusieurs prix littéraires dont le Goncourt de la biographie. Il a publié en 2020 Brassens auprès de ses arbres aux éditions de l'Archipel et, en 2021, un Coluche aux éditions du Rocher.

10/2021

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté