Dossiers

Etats généraux du livre : les auteurs à la recherche d'un meilleur avenir

Crédit Denis Bajram

Le 22/08/2018

Le

22/08/2018

0

Partages

ActuaLitté

Le 22 mai se tiendront les États généraux du livre. Parce que les auteurs ont cruellement besoin d’être entendus. Des réformes sociales pointent le bout de leur nez, et, au pays de l’exception culturelle, les artistes auteurs ne sont ici que quantité négligeable.

Depuis #PayeTonAuteur, le réseau Twitter est devenu le porte-voix de toute une profession, fermement résolue à ne plus apparaître comme divisée. L’union fait la force, et désormais, les auteurs apprennent à réagir comme une corporation à part entière. 

#AuteursEnColère succède à #PayeTonAuteur, pour dire combien la situation devient intenable. Retraite, cotisations, CSG, prélèvement à la source dès le premier euro : autant de dossiers techniques, et pourtant cruciaux pour les créateurs.

Dans ce grand dossier, nous avons réuni l’ensemble des publications qui permettront d’éclairer tant les enjeux que les problématiques. Et toujours en donnant aux auteurs la parole qui leur revient, pour raconter, cette fois, des histoires qui font peur – parce que sans auteurs, pas de livres.

Extraits

ActuaLitté

Droit

Introduction à la théorie générale de l'Etat. Manuel, 4e édition

Comment naît un Etat ? Quels sont ses éléments constitutifs ? Qu'est-ce qu'il faut entendre par le terme "souveraineté" ? Et comment l'action étatique se réalise-t-elle en interne ? Quels sont les modes d'action de l'Etat sur la scène internationale et comment s'articule juridiquement la coopération internationale ? Partant de l'analyse de grands auteurs classiques - de Bodin à Kelsen, en passant par Hobbes, Montesquieu, Rousseau et Carré de Malberg - le présent Manuel tente de répondre à ces questions, en mettant l'accent sur l'étude de notions aussi fondamentales que celles de nationalité, séparation des Pouvoirs, démocratie, Constitution ou prohibition de la guerre. Les propos généraux, qui visent à dégager des principes applicables à tous les Etats, sont placés dans une perspective concrète : au fil des pages, les concepts sont illustrés par la description synthétique des institutions des principaux Etats européens, avec un regard ouvert sur d'autres pays et spécialement les Etats-Unis d'Amérique. Une large place est également réservée à l'examen des règles de base du droit international public et de l'Organisation des Nations Unies. Le lecteur trouvera par ailleurs un exposé succinct des institutions européennes. L'ensemble de la matière est réparti et structuré en 17 chapitres, qui prennent leur départ à la notion de "droit public" et mènent jusqu'à l'intégration inter- et supranationale de l'Etat contemporain. La matière, nouvellement mise à jour en 2020, inclut notamment, au niveau international, le processus du Brexit et l'adhésion de la Macédoine du Nord à l'OTAN. Bien qu'il puisse être consulté seul, le Manuel se trouve enrichi par la consultation parallèle du Recueil de textes de Théorie générale de l'Etat publié également chez Larcier.

02/2021

ActuaLitté

Musique, danse

Pour une éthique partagée de la recherche-création en milieu universitaire. Textes en français et anglais

Les auteurs réunis dans cet ouvrage proposent de porter un regard critique et constructif sur les programmes soutenant la recherche-création en vue d'en tirer des enseignements pour la préparation de nouvelles politiques à venir, ou leur consolidation. La recherche-création est essentiellement présentée comme un espace de collaborations entre chercheurs, chercheurs-créateurs et créateurs en vue de réaliser des projets comportant une dimension à la fois artéfactuelle (création) et académique (recherche). Or, les programmes des organismes subventionnaires reposent-ils sur un équilibre entre les portions création et recherche, sur une éthique partagée de la recherche-création ? Cet ouvrage est la suite des Etats généraux de la recherche-création, tenus en 2016 à la Faculté de musique de l'Université Laval et organisés par la Chaire de recherche du Canada en recherche-création en musique, en collaboration avec l'Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM-ULaval), l'Université Laval et le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH).

04/2019

ActuaLitté

BD tout public

La bande dessinée au tournant

La bande dessinée est aujourd'hui à un tournant de son histoire. Son image sociale s'est considérablement améliorée, sa légitimité culturelle ne fait plus guère débat. Or ces évolutions, qui font d'elle un objet de mieux en mieux identifié et de plus en plus reconnu, se produisent alors que le marché, lui, au sortir d'une période de croissance continue, connaît une véritable crise, impactant tant les marges des éditeurs que les revenus des auteurs. Dans le cadre des Etats généraux de la bande dessinée, lancés en janvier 2015, qui se proposent de "faire un bilan et une analyse la plus exhaustive possible de la situation", ce petit livre interroge à chaud les évolutions récentes de la production éditoriale, la féminisation de la profession, l'essor de la non-fiction, la situation de l'édition alternative, la multiplication des formations spécialisées, la percée de la bande dessinée sur le marché de l'art, sa place à l'université et quelques autres questions d'actualité.

01/2017

ActuaLitté

Histoire internationale

Motif de la résistance ivoirienne. Repenser l'Afrique pour une même Côte d'Ivoire du Sud, du Nord, de l'Ouest, de l'Est et du Centre

Après des élections présidentielles organisées de manière régulière en octobre 2000, la Côte d'Ivoire était en train de se remettre d'une crise militaro-politique (coup d'Etat du 24 décembre 1999), lorsqu'une tentative de coup d'Etat est venue fortement perturber ce pays le 19 septembre 2002. La France a refusé de mettre en action les accords de défense. L'installation d'une rébellion qui s'en est suivie a sérieusement fragilisé la cohésion nationale plus de huit années durant. Les Ivoiriens et l'opinion internationale ont porté leurs espoirs dans les élections présidentielles des 31 octobre et 28 novembre 2010, censées ramener la paix dans ce pays. Malheureusement, le non-respect de certaines étapes du processus électoral par les auteurs de la tentative du coup d'Etat de septembre 2002 a provoqué des contentieux qui, au lieu d'être résolus par des négociations, ont plutôt servi à faire une guerre en Côte d'Ivoire. Cette guerre a engendré des conséquences incalculables (arrestations arbitraires, viols, exécutions sommaires, chasse aux sorcières, violations flagrantes des droits de l'homme, justice des vainqueurs, etc.). La fracture ainsi induite interpelle la diaspora ivoirienne, qui a donc organisé des états généraux. Ces assises furent l'occasion de réfléchir à la mise sur pied d'une méthodologie pour contribuer au retour de la paix et indiquer, par la même occasion, la partition qu'elle compte désormais jouer dans le paysage socio-politique ivoirien.

01/2014

ActuaLitté

Encyclopédies de poche

Les violences à l'école

Une enseignante bousculée par des parents dans une école d'un quartier " pourtant calme ", des élèves abattus dans un pays qui n'est " pourtant " pas les États-Unis. Les réactions politiques se multiplient : discours de soutien aux victimes ou de dénonciation des auteurs de violence, lois, circulaires, plans de lutte. Des états généraux sont convoqués, des commissions créées, des recherches commanditées et de nouvelles lois votées. Faut-il plus de fermeté et plus de sanctions ? Faut-il construire des dispositifs particuliers pour les élèves violents ? Depuis le début des années 1990, s'est imposée dans le débat public une évidence de la violence. Face à ce phénomène, ce livre cherche moins à imposer un discours de plus sur la violence à l'école qu'à proposer les outils permettant de mieux saisir les enjeux, de sa dénonciation et de son traitement, des manières de l'étudier et des conceptions sous-jacentes de l'individu et de la société qu'elles supposent. Il dresse ainsi un état actuel des recherches et évaluations existantes sur les formes de violences à l'école.

10/2011

ActuaLitté

Sciences historiques

La Révolution des auteurs. Naissance de la propriété intellectuelle (1773-1815)

Auteur et argent font ménage difficile. Au premier ne revient que l'honneur, jusqu'à ce que madame Du Deffand écrive à Voltaire : " Savez-vous, monsieur, ce qui me prouve la supériorité de votre esprit et ce qui fait de vous un grand philosophe ? C'est que vous êtes devenu riche. " Ce changement de mentalités doit beaucoup au théâtre, seul lieu, au XVIIIe siècle, de controverse possible au sein d'un régime qui ne le permet pas. La Révolution des auteurs est en marche. L'idée de les associer à la fortune de leurs œuvres fait son chemin ; le triomphe du Mariage de Figaro la fait éclater au grand jour. Beaumarchais, investi porte-parole, se bat contre les comédiens et contribue à ce que les Etats-Généraux dramatiques provoqués par la censure du Charles IX de Chénier établissent une véritable Constitution des auteurs. Brillant disciple de Voltaire, il fonde, avec Nicolas-Etienne Framery, la première Société d'auteurs, douée d'une double dimension : la défense de ses membres et, grâce à un bureau de perception, l'administration de leur répertoire. Cette naissance ne se poursuit pas sans douleur. La crise politique qui sévit dans le pays perturbe la vie économique et culturelle, favorisant les divisions et les résistances. L'esprit de système de Bonaparte le conduira à légiférer en tous domaines. Les germes d'une protection internationale des créateurs sont semés : Montalivet formule le concept de l'assimilation de l'auteur étranger à l'auteur national, fondement de la Convention de Berne. Ainsi voit le jour et se renforce la revendication au droit à la propriété intellectuelle - reconnu comme droit fondamental de l'homme depuis 1948 -, plus que jamais d'actualité à l'heure où les biens culturels incarnent, par l'industrie et le commerce qu'ils engendrent, un instrument stratégique au cœur des échanges internationaux.

02/2002

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté