Dossiers

Livres, actualités : tout sur Virginia Woolf

Née Adeline Virginia Alexandra Stephen en 1882, Virginia Woolf grandit dans une famille aisée, où elle dispose d'un accès facilité à l'art et à la culture de son époque. Les disparitions de sa mère, en 1895, de sa demi-sœur puis de son père fragilisent toutefois son état émotionnel : elle devient sujette aux dépressions nerveuses. En 1915, elle publie son premier roman, The Voyage Out, après quelques années d'activité au sein du supplément littéraire du Times. 

Le 21/01/2019

Le

21/01/2019

0

Partages

ActuaLitté

Les œuvres de Woolf sont intimement liées à sa vie privée : épouse de l'écrivain Leonard Woolf, Virginia Woolf développe une relation avec l'auteure Vita Sackville-West, une des plus passionnées de la littérature. Il en nait Orlando, biographie fictive publiée en 1928 et parmi les titres les plus célèbres de Woolf. Virginia Woolf a aussi publié Mrs Dalloway (1925) et The Waves (1931), deux ouvrages devenus des classiques de la littérature britannique.

Virginia Woolf se suicide le 28 mars 1941, expliquant à son mari qu'elle pressent une nouvelle crise de folie dont elle était régulièrement la victime.

Photographie : Virginia Woolf, vers 1927, auteur inconnu, domaine public

Extraits

ActuaLitté

Psychologie, psychanalyse

L'œuvre, une voie royale vers l'inconscient

Après un premier livre sur la création artistique et littéraire, l'auteur suit les traces de Freud (où le créateur va-t-il chercher sa matière ? ) et cherche à comprendre comment on devient créateur, pourquoi et à quoi sert la création. L'auteur analyse la vie et l'uvre de nombreux créateurs. Tel le rêve nocturne, la création, qu'elle soit artistique ou littéraire, tend à l'accomplissement d'un désir ou à la réalisation d'un fantasme, amoureux ou meurtrier. L'uvre permet d'élaborer les traumatismes sexuels, les deuils, de recréer l'objet ou de restaurer le soi. L'auteur cherche à le prouver avec des peintres (Gauguin, Picasso, Niki de Saint-Phalle) une sculptrice (Camille Claudel) un cinéaste (Bergman) des écrivains (Anaïs Nin, Lou Andréas Salomé, Virginia Woolf, Mishima). Le créateur est un être d'exception qui a su faire fructifier un don génial mais c'est aussi un être humain qui souffre et aime comme tous les autres humains. L'uvre est bien une voie royale qui mène vers l'inconscient.

07/2022

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Howards End. Le legs de Mrs. Wilcox

Publié en 1910, sous le titre anglais d'Howards End, Le legs de Mrs. Wilcox est le quatrième roman de Forster. Situé dans l'Angleterre du tout début du xxe siècle, qui est encore celle de l'Empire britannique et déjà celle des débuts de l'automobile, le roman, à travers l'histoire des deux soeurs Margaret et Hélène Schlegel, fait se rencontrer, non sans heurts, trois familles qui représentent trois catégories sociales de l'Angleterre. Les soeurs Schlegel, filles d'un émigré allemand, représentent une grande bourgeoisie "cosmopolite" , cultivée et "libérale" au sens anglais du terme, c'est-à-dire "de gauche" , préoccupée par la question sociale et les droits des femmes ; les membres de la famille Wilcox, rencontrée au cours d'un voyage en Allemagne, sont, quant à eux, des industriels, parfaits représentants de l'Empire et du "libéralisme" britannique ; tandis que Leonard Bast, mal marié à la peu recommandable et pitoyable Jackie, est un petit employé londonien qui aspire à la culture sans en avoir les moyens. Avec plus de maestria encore que dans les romans précédents, Forster parvient merveilleusement à allier la comédie (et même la satire) sociale à son désir de poser dans le roman, à travers ses personnages, la question de la réalité, qui ne s'atteint que dans l'accomplissement intégral de soi. Virginia Woolf écrit à ce propos : "A nouveau, mais sur un terrain de bataille plus vaste, se poursuit le combat que l'on trouve dans tous les romans de Forster - le combat entre les choses qui importent et celles qui n'ont pas d'importance, entre la réalité et les faux-semblants, entre la vérité et le mensonge". Il faudra non seulement toute la patience de Margaret Schlegel, mais aussi la violence des événements, pour que son désir de "mettre du lien" entre les choses et les êtres ("relier suffit" est la devise du roman), qu'elle met en pratique en épousant Mr. Wilcox, finisse - comme dans Le plus long des voyages - par aboutir à une harmonie retrouvée, loin de la trop moderne Londres : les trois familles se réuniront enfin en la personne de Tom, le fils adultère d'Hélène et de Léonard, à Howards End, dans la maison de campagne que la vieille Mrs. Wilcox avait souhaité léguer aux Schlegel. Le livre fut un immense succès public dès sa parution. Mais, comme l'a très bien noté David Lodge dans sa préface à l'édition Penguin du roman, en 2000, s'il dépeint avec une parfaite exactitude l'Angleterre d'avant la Première Guerre mondiale, sa manière de mener le débat entre les valeurs de "l'intelligentsia de gauche" que l'on pourrait qualifier "anachroniquement" d'écologiste, représentée dans le livre par la famille Schlegel, et celles de la bourgeoisie capitaliste reste d'une étonnante actualité. Il a été adapté avec succès au cinéma en 1992 sous le titre Retour à Howards End par James Ivory, avec Vanessa Redgrave, Emma Thompson et Anthony Hopkins.

06/2022

ActuaLitté

Esotérisme

L'Oracle des sorcières de la littérature. Avec 70 cartes illustrées et un livre d'accompagnement

"Cet oracle vous incitera non seulement à vous plonger dans des oeuvres de fiction et de poésie qui vous transporteront, mais aussi à faire appel à la créatrice qui sommeille en vous. Par-dessus tout, il est un appel à l'action pour devenir la sorcière qui écrit sa propre histoire et la met au monde par sa volonté". Kristen Sollée, auteure de Sorcières, salopes, féministes. Emily Brontë, Virginia Woolf, Toni Morrison Laissez leur génie illuminer votre chemin. Les cartes de cet oracle, tirées du livre Les sorcières de la littérature, repensent les femmes écrivaines visionnaires et les honorent du titre de sorcières. Vous y (re)découvrirez des femmes créatives et émancipées. Rendant hommage aux pouvoirs magiques des femmes écrivaines à travers le temps, cet oracle vous invitera à découvrir et à nourrir votre propre sorcière intérieure, c'est-à-dire : cette sagesse que vous abritez en vous-même et qui sait exactement ce qui se passe et ce qu'il est juste de faire. Les cartes des trente portraits d'auteures (les Sorcières) ainsi que les quarante peintures extraites de l'imagerie traditionnelle des attributs des sorcières vous relieront à la magie de ces artistes de la littérature (ainsi qu'à leurs animaux magiques) et seront pour vous des portails de guidance et de méditation.

06/2022

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Eltonsbrody

A son arrivée sur l'île de la Barbade, un jeune peintre est accueilli dans une saisissante demeure : Eltonsbrody. Bordée par la mer et entourée d'une végétation luxuriante, la maison semble sortie d'un songe. Mais peu à peu, la beauté s'effrite. Est-ce le bruit du vent ou celui des âmes qui y rend le repos impossibleâ? Dans la lignée des chefs-d'oeuvre d'Edgar Allan Poe, de H. P Lovecraft et de John Carpenter, Eltonsbrody captive en faisant imploser le réel. Intrigant et obsédant, le roman happe le lecteur en le confrontant à l'empire des pulsions. Né à Guyana, Edgar Mittelholzer (1909-1965) est un auteur métis. Découvert, après des années d'infortune, par Leonard Woolf, le mari de Virginia, Edgar Mittelholzer est le premier écrivain caribéen à connaître le succès en Europe. Mais rien n'apaise la haine de soi de celui qui se sent rejeté pour sa couleur de peau. De controverses en dépressions et face aux, déjà, prégnantes questions identitaires, il finit par se suicider en 1965.

06/2022

ActuaLitté

Littérature française

L'ombre de l'amiral - Des cataractes du Nil aux fureurs du Jutland. Roman historique

Ce roman historique évoque la période charnière entre le XIX ème et le XXème siècle en suivant le parcours du mythique amiral Beatty et de son jeune compagnon soudanais. C'est une encyclopédie vivante de la marine britannique sur une trentaine d'années, période de sa plus grande gloire, au moment où le monde d'avant était sur le point de s'effacer. Un enfant des collines Noubas au Soudan qui rêve de bateaux et de mer, est capturé comme esclave et emmené à Khartoum où il assistera à la conquête de la ville par les mahdistes (secte apocalyptique islamiste) malgré la résistance héroïque du romanesque Général Gordon en 1884. Esclave des mahdistes, il travaille sur les bateaux à vapeur du Nil. Il s'échappe et se réfugie auprès des troupes anglaises du général Kitchener où il fait la connaissance, après l'avoir sauvé de la noyade, d'un jeune lieutenant de la Royal Navy. Ce lieutenant, David Beatty, intrépide et spirituel, deviendra le grand amiral de la flotte britannique. "Nouba" le suivra 23 ans dans sa vie aventureuse sur des navires tous plus impressionnants les uns que les autres, en Chine, dans les méandres de l'amirauté, auprès de la famille royale, accompagnant des grands de ce monde et finalement pendant la grande guerre où il affrontera la flotte allemande à la terrible bataille navale du Jutland. Il y sera capturé par l'ennemi. Dans les ports allemands il assistera aux prémices de la révolution spartakiste avant d'être libéré. Il retrouvera son amiral pour recueillir la reddition de la flotte du Kaiser, puis assistera à Scapa Flow en Ecosse, à son sabordage. Traversant ces considérables événements, il ne cessera de réfléchir à son destin singulier et aux motivations profondes qui font agir les hommes dans ces situations extrêmes. Il finira sa carrière, rythmée par les navires sur lesquels il a servi, riche de rencontres (Gordon, Kitchener, Churchill, Virginia Woolf, Georges V, Nicolas II, l'amiral von Meurer, Howard Carter,...) comme commandant du "Sudan" steamer de luxe construit par thomas Cook, sur le Nil où il assistera aux événements liés à la découverte de la tombe de Toutankhamon, avant de se retirer au Soudan pour y finir sa vie.

06/2022

ActuaLitté

Littérature étrangère

Mrs Dalloway

Par une journée de juin 1923, Clarissa Dalloway, âgée de cinquante-deux ans, déambule dans les rues de Londres pour achever les préparatifs d'une réception qu'elle donne le soir même avec son mari. Au cours de cette promenade, passé et présent s'entremêlent dans son esprit. Elle ne peut s'empêcher de penser avec nostalgie à la jeune fille qu'elle était et s'interroge sur son choix d'avoir épousé Richard Dalloway. Mrs Dalloway, classique de la littérature anglaise, est une oeuvre résolument moderne qui décrit avec justesse la complexité des sentiments humains.

05/2022

ActuaLitté

Sciences historiques

Les femmes sur la Côte d'Azur dans les Années folles

La garçonne à la ligne androgyne est la nouvelle femme, libre et émancipée, des années vingt. On quitte Paris pour passer l'été sur la Côte d'Azur qui devient le rendez-vous obligé des peintres, musiciens, danseurs et écrivains. On veut oublier la guerre et ses horreurs, la soif de vivre domine : finie l'hypocrisie des amours cachées, le scandale s'affiche. Quinze portraits de femmes parmi lesquelles on trouve des Américaines : Isadora Duncan, Zelda Fitzgerald ou Florence Gould ; des sportives, telle Suzanne Lenglen ; des écrivains comme Colette ou Virginia Woolf et des personnalités du monde de l'art et de la mode : Gabrielle Chanel, Marie- Laure de Noailles ou Eileen Gray.

06/2022

ActuaLitté

Critique littéraire

Les femmes qui écrivent vivent dangereusement

Pendant longtemps, la majorité des femmes surent lire, mais pas écrire, l'écrit restant, dans la répartition traditionnelle des tâches entre les sexes, la chasse gardée des hommes. Quand elles accédèrent enfin au droit à l'écriture, elles durent mener une lutte encore plus longue, celle de la reconnaissance de leur production écrite. Alors que la plupart de ces femmes aspiraient à une vie sans contrainte, où elles auraient pu exprimer librement leur art, les obstacles qui ne cessèrent en effet de se dresser devant elles - trouver du temps pour écrire constituant déjà une tâche en soi - les vouèrent à un anticonformisme qui les mettait en danger. A ces contraintes sociales s'ajouta une pression intérieure, une quête inconditionnelle d'authenticité qui, entravée, put les mener à la folie ou au suicide. Cet ouvrage dresse le portrait d'une cinquantaine de ces auteures, depuis le Moyen Age avec Hildegarde de Bingen et Christine de Pisan, jusqu'à l'époque contemporaine avec Carson McCullers, Marguerite Yourcenar, Anaïs Nin, Simone de Beauvoir, Marguerite Duras, Françoise Sagan - ou plus récemment Toni Morrison, Isabel Allende ou Arundhati Roy - en passant par les incontournables soeurs Brontë, George Sand, Colette, Virginia Woolf ou Karen Blixen.

05/2022

ActuaLitté

Science-fiction

La Vie Seule. Edition collector

Edition collector, à tirage unique, de ce roman étonnant de Stella Benson, admirée par Virginia Woolf et injustement méconnue en France. Son univers magique préfigure celui de Mary Poppins ou Harry Potter. Mêlant humour et sorcellerie dans le contexte social difficile de la première guerre mondiale, cette fiction inclassable propose un regard réinventé sur un Londres mi-réel, mi- fantastique, exaltant les vertus de l'indépendance et la fonction réparatrice de la magie.

05/2022

ActuaLitté

Critique littéraire

Jane Austen. Une passion anglaise

Charles Darwin connaissait ses romans par coeur, Winston Churchill la lisait pendant le Blitz et Virginia Woolf la comparaît à Shakespeare. Jane Austen (1775-1817) suscite, aujourd'hui encore, une véritable passion. Quel est son secret ? Dans ses romans, on trouve le monde dans lequel elle a vécu : la campagne du Hampshire, le monde corseté de la gentry, les bals dans les manoirs, les jeunes filles promises au mariage, la domination des hommes, ces héritiers qui ont tous les droits. Quand elle commence à écrire, ses manuscrits essuient refus sur refus. Mais la jeune fille n'abandonne pas et se consacre corps et âme à la littérature, quitte à renoncer à fonder un foyer. Tout plutôt qu'un mariage sans amour. De 1811 à 1817, elle publie six romans, dont les chefs-d'oeuvre Raison et Sentiments et Orgueil et Préjugés. Emportée par une maladie soudaine, elle laisse une oeuvre dont la stature prendra des proportions extraordinaires. Un portrait vivant et délicat de la romancière. Préface de Laura El Makki. Traduit de l'anglais (Grande-Bretagne) par Olivier Lebleu.

04/2022

ActuaLitté

Romans historiques

L'étoile manquante

Comment une élégante trahit sa famille juive pendant la Guerre et y survit Rares sont les textes réellement littéraires qui posent sans les nommer des questions morales. Rares sont les écrits juifs qui dénoncent au sein de la communauté. Rares sont les romans qui réussissent à tisser intrigue et vie intérieure des personnages. L'étoile manquante est exceptionnel par tous ces aspects. Suivant une famille juive parisienne du début de la Guerre aux années soixante-dix, le roman décrit le quotidien sous l'Occupation, la traque, la Résistance, la Libération, la reconstruction. A la manière de Virginia Woolf, il scrute les dilemmes de ses personnages tout en laissant le suspense sur la trahison qui a bouleversé la famille courir jusqu'à l'épilogue, deux générations plus tard. L'héroïne est une espèce de salaud sartrien magnifique, aussi humaine qu'égocentrée, aimante que calculatrice, sensible qu'immorale. On ne sort pas indemne de ce roman.

06/2022

ActuaLitté

Littérature française

Nous Deux roman-photo. Et autres écrits pour Jean Eustache

Sylvie Durastanti a été la compagne du cinéaste Jean Eustache, dans les dernières années de sa vie. Pour le réalisateur de La Maman et la Putain, elle a écrit trois films : Offre d'emploi, Un moment d'absence et Nous Deux roman-photo. Jean Eustache a réalisé le premier. Il préparait le tournage des deux autres, avant sa mort en 1981. Durant quatre décennies, Sylvie Durastanti a gardé ces écrits pour elle. Plus que des scénarios, Un moment d'absence et Nous Deux roman-photo nous apparaissent aujourd'hui avec la force d'oeuvres littéraires à part entière, impressionnantes de dépouillement et de crudité. Un troisième chapitre complète cet ensemble : Pourquoi j'ai écrit certains de mes textes, qui expose, sans pudeur inutile, les circonstances particulières du travail de Sylvie Durastanti avec Jean Eustache. Sylvie Durastanti a traduit William Burroughs et Virginia Woolf. Elle a publié chez Tristram un roman : Sans plus attendre.

04/2022

ActuaLitté

Littérature française

La Main gauche

Inspiré du film "A La Nuit du chasseurA ", La Main gauche imagine, deux générations plus tard, les échos de cette histoire dramatique et le poids d'un étrange héritage dans la vie de Shelley, artiste plasticienne. D'origine américaine, Shelley a fait sa vie en France. Alors qu'elle apprend qu'elle s'apprête à préparer une exposition, elle est obligée de retourner quelques jours aux Etats-Unis pour régler une mystérieuse histoire d'héritage. Un voyage qu'elle fait à contre-coeur vers un passé qu'elle a fui et un frère, Billy, qui est tout ce qu'il lui reste de famille, mais avec qui elle ne sait plus communiquer. Le roman est porté par deux voix qui se relaient⯠: celle du journal que tient Shelley pendant son voyage et celle de son carnet de création, tel un monologue intérieur que Shelley adresse à elle-même. Romancier de l'introspection, dans la lignée de Virginia Woolf, Derek Munn excelle dans l'art de représenter les flux de conscience de ses personnages.

04/2022

ActuaLitté

Littérature étrangère

Autobiographie. Mémoires d'une recluse

Ecrit en 1831, ce texte est considéré comme la première autobiographie féminine de la littérature occidentale. Il livre le portrait d'une femme exceptionnelle, parvenue à se forger un destin d'écrivaine contre sa famille et la société dans laquelle elle vivait. Un texte qui préfigure la parution d'"Une chambre à soi" de Virginia Woolf cent ans plus tard.

04/2022

ActuaLitté

Critique littéraire

Les formes du chaos : sur l’art politique de Virginia Woolf

Cet essai montre comment la forme romanesque inventée par Virginia Woolf, dont l'enjeu est de restituer la vie sans la déformer en lui imposant des formes artificielles, ainsi que sa réflexion sur l'art, menée dans ses essais et dans ses romans, rencontre sa réflexion politique (développée dans ses essais, ou, métaphoriquement, dans ses romans) : dans tous les cas, l'enjeu est celui de la lutte contre le chaos, ou de la sortie du chaos, ou, plus précisément, de la recherche de manières dont on peut donner des formes au chaos sans que la donation de forme soit ce qui impose de la manière la plus violente le chaos le plus invivable (ce que produit, selon elle, une civilisation reposant sur un Empire colonial et la normalisation des vies). L'enjeu est d'échapper au dilemme entre d'un côté une pluralité irréductible, sans commune mesure, voire la guerre, et, de l'autre côté, un ordre unifié, monolithique, qui s'impose contre les gens, au détriment de leur vie.

03/2022

ActuaLitté

Cinéma

Cinéma, littérature : le temps dans dix oeuvres

Est-il vrai, comme l'a chanté Léo Ferré, qu' "avec le Temps, va, tout s'en va" ? Que reste-t-il après son passage ? Certes la vie est fragile, constamment menacée d'anéantissement : et à travers la poésie des ruines, c'est déjà un spectacle fascinant. Mais l'histoire comme l'art témoignent d'une possible survie. Ce livre montre comment quelques artistes ont voulu traverser le temps, et retrouver dans la poussière des siècles les traces de battements de coeurs à jamais éteints. A travers l'étude de quelques oeuvres cinématographiques, l'ouvrage aborde la perception variable du temps chez de grands créateurs. En conclusion, le livre évoque la figure de Virginia Woolf, profonde et sensible méditation sur la beauté et la fragilité de la vie humaine, en même temps que sur la capacité éventuelle de l'art à en soustraire quelque part à la mort.

03/2022

ActuaLitté

Actualité et médias

Les choses sont contre nous

Dans cet ensemble de textes féministes au vitriol, les cibles principales sont le patriarcat et l'Amérique la plus réactionnaire. En quatorze chapitres, dans l'esprit de Virginia Woolf mais avec l'humour décapant d'un Jerome K. Jerome, Lucy Ellmann s'insurge, s'énerve, se défoule. Qu'il s'agisse des méfaits perpétrés par "ce gros nul" de Trump, du bilan désastreux de la domination masculine, du partage des tâches domestiques, d'un film de Hitchcock, ou de la tyrannie du soutien-gorge, elle n'a pas son pareil pour brosser un tableau à la fois pertinent et chaotique du monde tel qu'il ne va pas, tout en proposant quelques solutions qui en dérangeront plus d'un et en feront rêver plus d'une : organiser une grève du sexe, passer La Petite Maison dans la prairie au tamis féministe, etc. Ellmann sait toucher où ça fait mal tout en maniant l'arme rebelle par excellence : le rire. Tout ce dont nous avons besoin pour nous guider à travers ces temps agités et incertains.

03/2022

ActuaLitté

Littérature française

Virginia Woolf, ou l'ambiguïté des sentiments

Presqu'une fugue. 1928. Virginia Woolf et Vita Sackville- West partent en France pour sceller leurs sentiments. Se retrouver, même si elles traînaient derrière elles le fantôme d'un Orlando qui rendait hommage à Vita audelà de la réalité de l'amour. Les sentiments semblaient donc devenir, pour Virginia, une sorte d'ambiguïté succédanée si, dans la perception d'une réalité qui se voulait l'ébauche d'une chanson d'amour, la réalité était une mère prolifique de mille angoisses, d'affections contrastées, de sensibilités artificielles. Rien n'était aussi réel que l'imagination des sentiments. L'ambiguïté était donc devenue une protagoniste inconsciente impliquant une réalité possible et probable. Une proposition d'amour qui ne pouvait pas définir une réalité en tant que telle.

02/2022

ActuaLitté

Psychologie, psychanalyse

Freud à Bloomsbury. Alix et James Strachey, passeurs de Freud en langue anglaise

Voici l'histoire, presque le roman vrai, de James et Alix Strachey, passeurs de la psychanalyse en langue anglaise au début des années 1920. Ils appartiennent au groupe de Bloomsbury, une bande d'intellectuels et d'artistes dont Virginia Woolf et son mari Leonard, fondateur des éditions Hogarth, deviendront les figures phares. James Strachey et sa femme Alix partent à Vienne en 1920 se former auprès de Freud à la psychanalyse et à la traduction. L'entente avec le fondateur est immédiate. Il leur confie des textes à traduire et discute avec eux du choix des termes. De retour à Londres, le couple achève la traduction des Cinq Psychanalyses de cas de Freud et la publie au coeur du Bloomsbury littéraire : à la Hogarth Press. De façon inattendue, vingt ans plus tard, en 1946, l'aventure de traduction reprend. Après la mort de Freud, son fils Ernst souhaite une édition complète de référence et pressent James Strachey et Leonard Woolf, seuls à la hauteur de cette tâche pharaonique. A soixante ans, James, devenu un psychanalyste renommé, accepte de tout abandonner pour s'y consacrer, mais pas sans Alix. Ce sera la Standard Edition en 24 volumes, achevée en 1966. Le rêve de Freud est exaucé : il est devenu un auteur anglais.

01/2022

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Etre femme

Etre femme réunit deux essais littéraires, féministes et politiques de Virginia Woolf. "Les femmes et la fiction" qui sera la base de son essai célèbre Un lieu à soi, et "Des professions pour les femmes" , la transcription d'un discours prononcé par l'écrivaine en 1931 à un congrès féministe. Les deux essais sont précédés d'une préface de la traductrice intitulée "Que signifie être une femme ? " Dans cette préface, Justine Rabat présente les textes de Woolf avec le souci de les replacer dans leur contexte et de montrer de quelle manière leur lecture est aujourd'hui encore indispensable.

01/2022

ActuaLitté

Critique littéraire

Le goût de l'écriture

Née il y a quelque 6000 ans, l'écriture est un joyau. Les premiers écrits furent d'abord des retransmissions de langue parlée mais ils abordent aussi de nombreux aspects de la civilisation. Puis l'écriture progresse, utilise de nouvelles règles. Naissance de l'alphabet, plus tard de l'imprimerie. Il s'agit de transmettre des savoirs, mais aussi de raconter des histoires. Dès lors les écrivains questionnent : à quoi sert d'écrire, d'où vient l'envie, d'où naît le désir ? Voyage au coeur de l'écriture en compagnie de ceux qui la connaissent le mieux et lui doivent d'exister : Denis Diderot, Nicolas Boileau, Gustave Flaubert, Ferdinand de Saussure, Guillaume Apollinaire, Georges Perec, Pierre Bergounioux, Louis Aragon, Charles Juliet, Roland Barthes, Jean-Paul Sartre, Marguerite Duras, Daniel Pennac, Virginia Woolf, Camille Laurens, Annie Ernaux, Julien Gracq et bien d'autres...

01/2022

ActuaLitté

Littérature française

Une adolescente

"Ce livre est né de mon amitié pour les sirènes : pour les filles de Lilith et non d'Eve qui transgressent les limites imposées à leur sexe et se risquent dans la rue, la bagarre ou l'écriture. Donner une voix aux adolescentes. Et prendre au mot Virginia Woolf : "Une féministe est n'importe quelle femme qui dit la vérité sur sa vie. "" L. P. Elle grandit dans la mauvaise partie de la ville : une petite ville de la banlieue ouest, collée à Paris. Elle a une grand-mère blanche et bourgeoise, une grand-mère vietnamienne et humble : une famille aimante qui se désunit. La narratrice veut s'échapper. Sans arrêt, elle s'échappe. Elle a le démon de la liberté. Alors elle fugue. Avec les garçons de la cité, elle traîne dans les rues, la nuit. Elle n'arrive pas à croire qu'elle est une fille. Au collège, ceux qui la harcèlent la surnomment "Lolito" . Mais l'adolescence se déclare. La vilaine chenille se métamorphose en papillon. L'adolescence brutalement sexualise Lolita et son monde vole en éclats. Est-elle amoureuse d'Otman, le roi des rues de sa banlieue, ou d'Ambre, l'amie de son lycée parisien, qui pique des voitures, boit et se prostitue la tête haute ? Et Lolita, où est sa place ? Elle qui renferme un mélange de "races" , de classes sociales, de masculin et de féminin ? Jusqu'à quand pourra-t-elle agir comme un garçon, impunément ? Qu'est-ce qui arrache à l'enfance ? Pour sa première autofiction, Lolita Pille se réapproprie la narration de sa propre histoire et signe un récit d'apprentissage au féminin bouleversant d'authenticité et de résilience.

01/2022

ActuaLitté

Poésie

Paris. Poème

A NOTRE-DAME DE PARIS EN RECONNAISSANCE DES GRACES ACCORDEES Hope Mirrlees "Suis à moitié aveugle d'avoir écrit des notices et fait des corrections dans cent soixante exemplaires de Paris, a poem". Virginia Woolf, Journal, traduction Marie-Colette Huet, 1987.

11/2021

ActuaLitté

Critique littéraire

Lettres européennes. Histoire de la littérature européenne

Nous connaissons tous le cyclope de L'Odyssée, mais combien d'entre nous savent que ses traits rappellent ceux de Tepegöz dans Oghuz, une épopée turque ? Ou que Shakespeare a repris l'intrigue de Hamlet dans une chronique de Saxo Grammaticus, historien danois du xiie ? siècle ? Ou encore que Mélisande, l'héroïne de Maurice Maeterlinck, par sa longue chevelure évoque la Raiponce du conte des frères Grimm ? Ce sont ces filiations, ces entrelacements que mettent en évidence les Lettres européennes. "? L'Europe n'a pas réussi à penser sa littérature comme une unité historique et je ne cesserai de répéter que c'est là son irréparable échec intellectuel ? ", écrit, en 2005, le romancier tchèque Milan Kundera. Irréparable ? C'est le défi que cet ouvrage veut relever : retracer l'histoire de la littérature du continent Europe, de l'Antiquité à nos jours. Période après période, chaque chapitre effectue un tour d'Europe, donnant un aperçu des évolutions littéraires les plus importantes de l'époque, suivi de l'étude d'un genre littéraire caractéristique, puis d'une présentation de quelques-uns des auteurs phares d'alors, dont le rayonnement éclaire encore notre littérature. Cette troisième édition est enrichie d'un chapitre consacré à l'écriture du xxie ? siècle, composé de courts portraits d'écrivains d'aujourd'hui. Une grande traversée de la littérature européenne, de Homère à Zadie Smith, en passant par Dante, Goethe, Baudelaire, Dostoïevski, Virginia Woolf, Cavafy, Auður Ava Ólafsdóttir et Olga Tokarczuk. Cet ouvrage, fruit de la collaboration de plus de 200 universitaires, critiques littéraires et écrivains de toute l'Europe, est dirigé par Annick Benoit-Dusausoy, professeure agrégée en classes préparatoires au Lycée Saint-Louis à Paris, Guy Fontaine, créateur de la résidence d'écrivains européens villa Marguerite Yourcenar, Jan Je ? drzejewski, professeur de littérature anglaise et comparée à l'Université d'Ulster et Timour Muhidine, maître de conférences en langue et littérature turques à l'INALCO.

10/2021

ActuaLitté

Critique littéraire

Une bibliothèque féministe

Un livre peut changer une vie. Romancières, artistes, intellectuelles... Ces figures emblématiques du féminisme ont accepté de confier ici le livre qui les a transformées. La langue est sans détour, leur sincérité, absolue. Avec elles, on relit les incontournables, on découvre des textes méconnus, on se forge en chemin. Voici, racontées par elles : Virginie Despentes, Audre Lorde, Ysiaka Anam, Nnedi Okorafor, Simone de Beauvoir, Fanny Raoul, Susan Sontag, Françoise d'Eaubonne, Denis Mukwege, Djaïli Amadou Amal, Camille Claudel, Virginia Woolf, Alison Bechdel, Alexandra Kollontaï, Liv Strömquist, Annie Ernaux, Chris Kraus.

10/2021

ActuaLitté

Poches Littérature internation

Trompeuse gentillesse. Enfance de Bloomsbury

Angelica Garnett (1918-2012), nièce de Virginia Woolf, a grandi au coeur du Bloomsbury Group, qui réunissait d'influents écrivains, artistes et intellectuels anglais. Dans sa maison de campagne du Sussex ou dans celle de Gordon Square à Londres, on pouvait ainsi croiser, entre autres, Leonard et Virginia Woolf, Roger Fry, E. M. Forster, David Garnett - qui, lorsque Angelica était née, avait annoncé qu'il l'épouserait. La vie de la jeune fille bascule lorsque, à dix-sept ans, celle-ci apprend qu'elle est le fruit d'une liaison entre sa mère et le peintre Duncan Grant. Et, plus tard, un second choc : elle découvre que David Garnett, devenu son époux, a été dans le passé l'amant de Duncan... Avec cette autobiographie publiée en 1985, Angelica Garnett nous offre un portrait vibrant et sans concessions de sa mère, et démythifie un milieu fascinant, aujourd'hui entré dans la légende. Traduit de l'anglais par Sabine Porte.

10/2021

ActuaLitté

Littérature étrangère

Etat des lieux

Nous avions quitté Deborah Levy gravissant sur son vélo électrique les collines de Londres et écrivant dans une cabane au fond d'un jardin. Nous la retrouvons, plus impertinente et drôle que jamais, prête à réinventer une nouvelle page de sa vie. Tandis que ses filles prennent leur envol, elle nous emmène aux quatre coins du monde, de New York aux îles Saroniques en passant par Mumbai, Paris ou Berlin, tissant une méditation exaltante et follement intime sur le sens d'une maison et les fantômes qui la hantent. Entremêlant le passé et le présent, le personnel et le politique, la philosophie et l'histoire littéraire, convoquant Marguerite Duras ou Céline Sciamma, elle interroge avec acidité et humour le sens de la féminité et de la propriété. Par l'inventaire de ses biens, réels ou imaginaires, elle nous questionne sur notre propre compréhension du patrimoine et de la possession, et sur notre façon de considérer la valeur de la vie intellectuelle et personnelle d'une femme. Pour être romancière, une femme a besoin d'une chambre à soi, nous disait Virginia Woolf. Deborah Levy complète ce tableau par l'étude d'une demeure pour soi. Avec Etat des lieux, qui fait suite à Ce que je ne veux pas savoir et Le Coût de la vie, prix Femina étranger 2020, Deborah Levy clôt son projet d'"autobiographie en mouvement', ou comment écrire sa vie sans mode d'emploi.

10/2021

ActuaLitté

Anglais apprentissage

Des édouardiens aux modernistes. Les alternatives libérales du roman anglais

Le nouveau libéralisme anglais a marqué de son empreinte l'esthétique du roman des premières décennies du xxe siècle. Des édouardiens aux modernistes, nombreux furent les écrivains anglais à intégrer à leur stratégie narrative certaines des grandes orientations éthiques, philosophiques et politiques de ce renouvellement du libéralisme. La ligne de partage qu'on dessine habituellement entre le roman édouardien, social et réaliste, et une expérimentation moderniste plus éloignée des enjeux politiques de son temps, s'efface ici pour laisser apparaître plusieurs caractéristiques communes. Au premier rang de celles-ci, on observe une pratique semblable d'un art narratif de l'alternative : une alternative entre naturalisme et singularité, une interrogation littéraire originale des conflits entre l'individuel et le collectif, enfin, une réflexion sur l'alternative elle-même en tant que refus de la médiété ou de la synthèse, et comme défense d'une écriture littéraire qui fait le choix de ne pas choisir et de (se) jouer des paradoxes. Voilà ce qu'on observe ici dans certains romans d'Arnold Bennett, Somerset Maugham, H. G. Wells, D. H. Lawrence, May Sinclair, Virginia Woolf, Henry Green et E. M. Forster.

10/2021

ActuaLitté

Critique littéraire

Le traumatisme de la grande guerre et Louis-Ferdinand Céline

Cette véritable enquête historique se propose d'éclairer la carrière littéraire de Louis-Ferdinand Céline en partant du traumatisme vécu par Louis Ferdinand Destouches en octobre 1914. Au delà de la légende célinienne, les deux auteurs spécialisés dans l'analyse du syndrome post-traumatique et les processus profonds de la création artistique mènent l'enquête. Trois grandes parties - après une riche introduction sur la reconnaissance du syndrome post-traumatique vécus par les soldats au XXe siècle - structurent cette oeuvre inédite : les faits ; le poids du traumatisme dans la vie de l'homme ; la nécessaire évaluation de l'oeuvre de Céline à l'aune de cet éclairage inédit. LES AUTEURS Yoann Loisel a publié des ouvrages sur le traumatisme psychique, sur Louis-Ferdinand Céline et sur Samuel Beckett, diverses études sur, entre autre, Marie Shelley, Virginia Woolf et Buster Keaton. Emeric Saguin travaille à l'Hôpital d'Instruction des Armées Bégin. Il étudie, notamment, la physiologie du cauchemar traumatique. Avant-propos de Jean Bastier, Professeur agrégé des facultés de droit, auteur sur Louis-Ferdinand Céline de "Le cuirassier Blessé".

09/2021

ActuaLitté

Poésie

Le Marché aux elfes

"Achetez, achetez" , criaient les gobelins Qui dévalaient dans le chemin. "Oh, s'écria Lizzie. Laura, Laura, Ne regarde pas les lutins" . Christina Rossetti Mystique, mélancolique et visionnaire, Christina Georgina Rossetti (1830-1894) fut, à l'époque victorienne, l'auteur d'une oeuvre de premier plan. A l'occasion de son centenaire, Virginia Woolf lui rendra hommage dans l'essai dont nous donnons, en préface de ce volume, la traduction : Je suis Christina Rossetti. Le Marché aux elfes (The Goblin Market), poème composé en avril 1859 puis publié dans le recueil éponyme en 1862, valut à Rossetti la célébrité et fit l'objet de diverses interprétations. Patrick Reumaux qui en signe la traduction, nous livre la sienne dans sa postface. Aux aquarelles ésotériques et magiques du baron Casimiro Piccolo qui ornent le poème répondent, dans la postface, les portraits préraphaélites des protagonistes peints par Dante Gabriel Rossetti, frère de Christina.

09/2021

ActuaLitté

Critique littéraire

La littérature n'est pas qu'un sport de combat. Essais sur quelques héroïnes

Et s'il y avait dans la littérature davantage de ressources que l'on ne l'imagine pour affronter la dureté des temps ? Dans Du courage, Anne Robatel s'arrête sur certaines grandes voix de la littérature d'hier et d'aujourd'hui. A travers une lecture singulière de Virginia Woolf, de Jane Austen, d'E. M. Forster, de Toni Morrison ou d'Amanda Gorman, Anne Robatel nous révèle quelques héroïnes dont la geste trouve un écho inattendu dans notre époque tumultueuse. A les écouter de plus près, on comprend mieux pourquoi commémorer c'est peut-être davantage façonner l'avenir que regarder le passé.

09/2021

ActuaLitté

Sciences historiques

Premières. Politique, sciences, arts, culture... 50 femmes pionnières

PREMIERES - Arts, sciences, politique... 50 femmes pionnières ! - 50 femmes d'exception au parcours inoubliable - Une grande diversité de portraits mais une histoire commune - Pour les féministes mais pas que ! DES PIONNIERES EXTRAORDINAIRES ! Défier les règles, affronter les préjugés de chaque époque, pousser les frontières sociales ou raciales, vaincre tous les obstacles mis en travers de leur route... Cléopâtre, Ada Lovelace, Maria de Roumanie, Virginia Woolf, Joséphine Baker... toutes ces femmes épatantes ont fait cela, et bien plus encore. Chaque portrait de ces héroïnes célèbres ou plus discrètes permet de nous remémorer leurs premières : en politique, en sciences, en arts ou dans la culture, leurs actes et leurs exploits ont fait vaciller l'ordre établi et avancer la société tout entière. L'Histoire leur dit merci ! Personnalités inspirantes, modèles de courage, de bienveillance, d'énergie ou de détermination, ces 50 femmes méritent l'attention toute particulière portée par Dorica Lucaci dans ses portraits hommages. Elles ont tout osé, tout combattu, pour avancer, vivre ou survivre. Aux suivantes !

09/2021

ActuaLitté

Critique littéraire

Désir de nuit. De Virgile à Jean Genet

Une anthologie originale par sa thématique et son ambition. La première du genre. Inspirées par la nuit, d'innombrables oeuvres ont célébré les charmes et les vertiges de ces heures qui voient les êtres danser, jouer, rêver, marcher, blesser, tuer, dormir parfois. Vouée à la littérature, à la poésie et au théâtre, cette anthologie propose un voyage inédit, de l'Antiquité gréco-romaine au xxie siècle, en France pour l'essentiel, avec des incursions aux alentours de l'Europe et vers des lointains plus exotiques... De la nuit amoureuse à celle des mauvais garçons, de la nuit fantastique à celle de la fête, tous les visages changeants de " cette fille au manteau étoilé " (Péguy) se côtoient dans cette fascinante traversée d'un autre imaginaire. Tendre est la nuit, comme l'écrivait Fitzgerald. Cette anthologie révèle une source d'inspiration encore plus étendue qu'on ne pouvait le soupçonner, inhérente à l'intimité de chacun d'entre nous. De la chanson, à travers Bashung, Bohringer, Léonard Cohen, Hallyday, dont les couplets sont autant de célébrations des sortilèges nocturnes, au cinéma à travers des films inoubliables, La Nuit du chasseur, La Notte, Les Nuits de la pleine lune, sans parler de la fiction romanesque illustrée ici par des textes rares ou plus célèbres, signés des meilleurs auteurs de la nuit - Aragon, Gary, Colette, Virginia Woolf, Pavese... Autant de plongées fascinantes et enivrantes dans un univers de sensualité, d'émotions, de transgressions, d'errances et de vagabondages qui traverse les époques, les continents, en préservant et renouvelant sans cesse sa magie particulière.

09/2021

ActuaLitté

Anglais apprentissage

Et une phrase... Virginia Woolf, écrire dans l'entre-deux-guerres

S'intéresser à la pensée et à la fabrique de la phrase, comme étant la veine de l'écriture de Woolf c'est tenter de rendre compte de ce qui ne se laissera jamais saisir comme objet, mais ne cessera de se donner à entendre dans son rapport avec l'impossible. Dans son oeuvre renouvelée de multiples façons, la phrase apparaît à la fois comme plus d'une et à nulle autre pareille. A s'engager dans cette lecture, l'ouvrage se démarque des diverses approches historicisantes qui d'une manière ou d'une autre réifient l'écriture de Woolf. Il invite plutôt à se mettre à l'écoute subtile des multiples rayages de la phrase, de la mobilité de la régie des voix qui la trament, de la pulsation des timbres qui la transportent, à travers des textes de genres différents dont elle brouille toute frontière. L'ouvrage choisit par ailleurs d'éclairer un corpus peut-être moins connu de l'oeuvre woolfienne. Il s'adresse aux lecteurs de Virginia Woolf pour qui la phrase définit cette passion de la lettre, de la littérature.

07/2021

ActuaLitté

Critique littéraire

Lire Hors-série n° 6H, juillet-août-septembre 2021 : Femmes de lettres. 101 auteures essentielles

Femmes de lettres, 101 auteures essentielles. Les poètes, les engagées, les taulières, les provocatrices, les réalistes, les visionnaires. . Toutes ces femmes qui ont marqué l'humanité grâce à leurs écrits. On y retrouve les incontournables : de Jane Austen à Colette en passant par Marguerite Duras ou Virginia Woolf. Mais connaissez-vous Madeleine de Scudéry ? Murasaki Shikibu ? Fatima de Cordoue ? De Sappho à Yourcenar, de la Chinoise Li Qingzhao à l'Autrichienne Elfriede Jelinek, du roman classique à la poésie, évoquant la bande-dessinée, le fantastique, la philosophie etc. Bref, de quoi se rendre compte - si besoin était - que les "lettres" sont, comme l' "histoire" , féminines. Et plurielles...

06/2021

ActuaLitté

Littérature française (poches)

Séducteurs en équateur. Longue histoire courte

"C'est en Egypte qu'Arthur Lomax contracta l'habitude qui, à la suite d'expériences diverses, le conduisit finalement à l'échafaud. En Egypte, la plupart des touristes portent des lunettes bleues. Arthur Lomax suivait cette mode aussi incongrue que prudente. En compagnie de trois personnes qu'il connaissait à peine, mais à l'intimité desquelles il avait été forcé par les exigences du yachting, il contemplait le Sphinx. Mais Lomax s'intéressait moins au Sphinx qu'au phénomène produit par les lunettes qu'il portait. En fait, il avait déjà classé le Sphinx comme une chose complètement surfaite. Pourtant, comme il arrive souvent, déçu de ce côté-là, il avait été, de façon imprévue, richement récompensé d'un autre. Le monde était changé pour lui et, s'il avait pu le savoir, son avenir entier modifié par ces deux cercles de verre teinté". Publié en 1924, ce récit, inspiré par les voyages que la muse et amie de Virginia Woolf a effectués, offre l'histoire singulière d'un gentleman anglais dont la vie bascule tragiquement au cours d'une croisière. Traduit de l'anglais par Brigitte Carcenac de Torné.

06/2021

ActuaLitté

BD tout public

Orlando. 2e édition

"Un murmure, un frisson, l'étrange silence de la nature..." ORLANDO, jeune poète un peu efféminé, écrit de la poésie au sommet de sa colline, et c'est la seule chose qui compte pour lui. Un jour sa mère décide de l'envoyer à la cour du roi pour qu'il devienne " un homme digne et viril "... Si elle savait ! Ayant toujours pour but, et pour guide, l'écriture et la poésie, Orlando va effectuer un voyage initiatique et être confronté à toutes sortes d'aventures et d'expériences surprenantes. En adaptant à sa sauce le roman ORLANDO de Virginia Woolf, Delphine Panique présente un album léger et drôle, qui mêle à la fois références à la littérature, à la culture populaire et aux récits de voyage tout en questionnant au passage le genre et la sexualité. Longtemps épuisé, le tout premier album de Delphine Panique chez Misma fait peau neuve dans une nouvelle édition agrémentée de pages en couleurs dans lesquelles l'autrice revient sur son rapport à l'oeuvre de Virginia Woolf et sur sa manière si particulière d'adapter ce roman.

06/2021

ActuaLitté

Littérature étrangère

Un oiseau de feu

Sous un tonnerre d'applaudissement, Lydia quitte la scène, chargée de bouquets, dont l'un uniquement d'orchidées, fleur de prédilection de Diaghilev. Il n'a inscrit qu'un mot sur la carte épinglée à la gerbe : Bravissima ! Elle lève les yeux vers sa loge et le salue, avec Serge Lifar, son partenaire dans cette entreprise triomphale de L'Oiseau de feu. Et elle aperçoit Maynard qui applaudit avec tant de frénésie que ses mains en paraissent floues... ... Maynard Keynes, son mari, le célèbre économiste, dont les gouvernements britannique, américain et même soviétique s'arrache les conseils, et qui, à quarante ans passé, est tombé amoureux fou de la danseuse étoile des Ballets Russes, lui qui n'avait connu jusque-là que des liaisons homosexuelles. Et elle, la belle Lydia Lopkova, qui a dix ans dansait Casse-Noisette devant le tsar Nicolas II, devenue une star au fil d'une carrière professionnelle et amoureuse mouvementée. Leur liaison improbable, puis leur mariage, inattendu, à Londres en 1925, stupéfia et émut l'Angleterre, en particulier leurs amis du fameux Groupe de Bloomsbury, dont Virginia Woolf, qui commença par s'y opposer... Voici leur histoire.

05/2021

ActuaLitté

Jardinage

Le goût des fleurs

Le thème de la fleur n'a jamais cessé d'alimenter la littérature, dans les genres les plus divers, les contrées les plus éloignées et à des siècles de distance. Cette anthologie a voulu s'emparer d'une pareille profusion et l'a parcourue à sa façon, sous forme de bouquet de curiosités : fleur civilisée et fleur sauvage, mondaine et mauvaise graine, naturelle et artificielle, idéale et monstrueuse, lissée et convulsée, ornementale et macabre... toutes sujettes de passions infinies, d'incidents inattendus. Un butinage ludique en compagnie de Louis Aragon, Charlotte Brontë, Samuel Butler, Colette, Marguerite Duras, Jean Genet, Aldous Huxley, Joris-Karl Huysmans, Thomas Mann, Claude Malleville, Theodore Francis Powys, George Sand, Nathalie Sarraute, August Strindberg, Virginia Woolf...

05/2021

ActuaLitté

Littérature étrangère

Trio

Dans la station balnéaire de Brighton, indifférents au tumulte du monde en cet été 1968, trois personnages sont réunis pour les besoins d'un film dans l'esprit des " Swingin' Sixties ". Tous ont une double vie. Talbot Kydd, producteur chevronné, affronte les embûches du tournage (réécritures du scénario, erreurs de casting, défection de l'actrice principale) et se demande comment faire son coming out. Anny Viklund, jeune beauté américaine à la vie amoureuse chaotique voit réapparaître son ex-mari, terroriste en cavale, et suscite l'intérêt de la CIA. Quant à l'épouse délaissée du metteur en scène, Elfrida Wing, autrefois saluée comme " la nouvelle Virginia Woolf " avec son premier roman, elle combat sa panne d'écrivain à grand renfort de gin tonic. A travers ces trois êtres désemparés et attachants, Boyd nous entraîne dans les coulisses de la duplicité et de la simulation, là où se trame le scénario de nos vies secrètes au détriment des apparences. Il nous livre un récit tendre et jubilatoire, qui restitue avec brio l'esprit d'une époque.

05/2021

ActuaLitté

Récits de voyage

Rêver des îles. Le voyage comme respiration philosophique

Espaces de solitude, de liberté, refuges mais aussi prisons, les îles nous fascinent. Mais cette obsession des îles, que dit-elle de notre manière d'habiter le monde ? Cet ouvrage magnifiquement illustré de cartes anciennes dessine une réflexion qui confronte les îles mythiques et les figures qu'elles abritent, d'Ulysse à Robinson Crusoé en passant par Thomas More et Virginia Woolf, à l'expérience du voyage, de l'isolement et de la vie saunage. Sinuant entre fiction et exploration, c'est un parcours érudit, à la recherche de nos rêves et de leurs contradictions.

05/2021

ActuaLitté

Littérature française

Mr Keynes et les extravagants Tome 2 : Cambridge la Rouge

Dans ce tome, les événements les plus cocasses se mêlent aux plus dramatiques. On suit les détours de la vie de Mr Keynes, l'évolution de sa maladie et de ses remèdes dérisoires, la radicalisation des enfants gâtés de Cambridge, le parcours artistique interrompu de Mrs Keynes, les fins tragiques de Julian Bell et de sa tante, Virginia Woolf. Le lecteur voyagera à travers le monde tourmenté et sans repères des années de crise et de guerre. Il suivra le parcours extravagant des fameuses taupes de Cambridge et croisera, entre autres, Roosevelt, Churchill, Eden, Halifax, Beria, Rothschild, Chostakovitch, Ramsey, Spender, Malraux, Hemingway, Wittgenstein, Turing, Hoover et même... Margaret Thatcher. Il pénétrera au coeur des services secrets anglais, américains et soviétiques. Jean-Marc Siroën nous fait passer de l'univers des intellectuels de Cambridge à celui d'Orwell et de John le Carré. Avec un ton détaché et ironique, il fourmille de révélations surprenantes sur des faits méconnus qui sont loin d'avoir tous été éclaircis. Comment M. Keynes a-t-il protégé sa belle-famille des purges staliniennes ? Quelles relations le liaient aux espions anglais (Philby, Blunt, Burgess et les autres...) ? Quel rôle ont-ils joué dans la mort de son protégé, Julian Bell ? Sur un ton détaché et ironique, le livre propose aussi une réflexion sur les pièges de l'engagement.

04/2021

ActuaLitté

Poches Littérature internation

La traversée des apparences

Au début du XXe siècle, un groupe de passagers londoniens embarque pour l'Amérique du Sud. Parmi eux, la fille de l'armateur, Rachel, s'éloigne pour la première fois de la bonne société anglaise et part à la rencontre du monde et d'elle-même. Au cours de ce voyage, elle découvre des paysages exotiques et des lieux inconnus, mais elle reste poursuivie par l'univers étriqué qu'elle cherche à fuir. Buvant le thé et dissertant de littérature, ce beau monde cultivé ne parvient jamais à voir au-delà des règles de la bienséance qui oppressent Rachel. Ce premier roman de Virginia Woolf est un miroir de l'évolution de son auteure, jusque dans la fascination pour l'eau et la mort, qui finira par la rattraper tragiquement. Mais au-delà de l'autobiographie, La Traversée des apparences pose un monde qui restera celui de Woolf tout au long de son oeuvre : un univers régulé dans lequel une héroïne, qu'elle s'appelle Rachel ou Clarissa Dalloway, étouffe et cherche sans cesse à trouver du sens, à regarder autrement pour se sauver.

04/2021

ActuaLitté

Littérature étrangère

Journal. Premiers cahiers 1954-1960

L'immense Journal d'Alejandra Pizarnik, texte majeur d'une oeuvre aussi nécessaire que fatale, sera enfin traduit et publié entièrement en France. Il s'agit de 19 cahiers qui forment un ensemble de 1104 pages dans l'édition espagnole de référence : Diarios1954-1972 (Lumen, 2013). Projet assez titanesque, il sera réalisé en deux temps, nous présentons aujourd'hui le premier tome qui est complétement inédit en français. Il est composé des neufs premiers cahiers qui datent de fin septembre 1954 à août 1960. Alejandra Flora Pizarnik a 18 ans, quand elle commence son Journal, mais il est évident tout de suite qu'il ne s'agit pas d'un simple document ou d'un témoignage en marge de l'oeuvre poétique de la future écrivaine (elle publie son premier livre en 1955), ce sera une oeuvre à part entière, puissante, nécessaire. D'ailleurs, Alejandra Pizarnik s'inscrit elle-même volontairement dans le genre littéraire du journal, des écrits autobiographiques, en citant clairement ses références, du Journal de Katherine Mansfield et de Virginia Woolf en passant par les Journaux de Kafka (qui venait de paraître en Argentine traduits par J. R. Wilcock et qui fut un livre de chevet pendant des années pour Pizarnik), et les écrits autobiographiques de Baudelaire (Fusées, Mon coeur mis à nu). De façon plus large, Pizarnik définit d'emblée son projet littéraire en le plaçant dans la lignée de l'écriture introspective, une écriture du moi, ou du je, entre deux pôles qui seraient, pour l'écriture du moi la Recherche du temps perdu de Proust, et pour l'écriture du je, Une saison en enfer de Rimbaud. Mais au-delà des références données par la jeune écrivaine, aspirant dès le début à la postérité littéraire ("peut-être ma plume explorera-t-elle des lisières inconnues, peut-être mon oiseau sera-t-il glorieux, peut-être mon nom aura-il droit à son auréole, peut-être ma mort sera-t-elle ma naissance".), ce qui construit la trame de son Journal est une quête éperdue de vérité, à travers le langage. Quête cernée en permanence par l'attrait de la mort et l'angoisse de la disparition : "J'aspire à la lucidité. J'ai peur de ne jamais l'atteindre". . C'est cette quête qui fait du Journal d'Alejandra Pizarnik bien plus qu'une succession de prises de notes au fil des jours, pour se transformer en une oeuvre-monstre, miroir déformant ou fleuve en crue, faisant déborder le texte de toutes parts, oscillant entre fulgurances poétiques, scènes de la vie artistique à Buenos Aires (puis à Paris), envolées lyriques, diatribes, récits de rêves, fragments de nouvelles ou de romans abandonnés, croquis humoristiques, confessions, etc.

04/2021

ActuaLitté

Actualité et médias

Essentielles librairies

"Le seul conseil qu'une personne puisse donner à une autre à propos de la lecture c'est de ne demander aucun conseil, de suivre son propre instinct, d'user de sa propre raison, d'en arriver à ses propres conclusions". (Virginia Woolf. L'Art du roman)Rien, dans aucune librairie, ne saura jamais s'opposer à la liberté de choix laissée à chacune et chacun. A quoi bon des librairies, direz-vous ? Les librairies sont les lieux privilégiéset ordonnés de la présence des livres, celle de leur matérialité et de leur lumière, sans lesquelles aucune décision n'est permise. La possibilité d'évoluer parmi eux associe au silence nécessaire des livres la parole de ceux qui en sont au quotidien les jardiniers. Appelons les libraires.

04/2021

ActuaLitté

Développement personnel

Le dialogue intérieur. Qui parle en nous ?

Nous nous parlons tous à nous-mêmes. Nous passons au moins le quart de notre temps en débat silencieux, avec des monologues dans la tête. Nos voix intérieures sont là, apaisantes, drôles, hésitantes, culpabilisantes, méchantes, angoissantes... Ce flux d'impressions, d'idées et d'expressions qui constitue notre dialogue intérieur nous aide à réfléchir. Dans cette lumineuse exploration, Charles Fernyhough part de ses recherches sur les relations entre le langage et la pensée et s'appuie sur de multiples références culturelles, historiques, scientifiques. Du rêve éveillé aux voix dans notre tête, de Virginia Woolf aux entendeurs de voix, il nous entraîne ainsi à la découverte de la nature de la pensée comme dialogue avec soi-même. Et transforme notre compréhension de cette conversation silencieuse qui est l'une des principales caractéristiques de la pensée humaine, déterminante de notre créativité.

03/2021

ActuaLitté

Policiers

Tuée sur la bonne voie

"Je voulais parler de la mort, mais la vie a fait irruption, comme d'habitude" Virginia Woolf Silencieuse et fourbe, la spirale de la dépression mène Erell sur le quai d'une gare. C'est le décor qu'elle a choisi pour mettre un terme à sa vie selon un plan froidement mais mûrement réfléchi. Quelques secondes ou quelques centimètres en décideront autrement. Des abîmes infernaux de cette maladie aux petits bonheurs quotidiens glanés tels des trésors, découvrez ce chemin de résilience tout en authenticité et en courage. Le journal intime d'une femme, mais surtout d'une maman, écrit sans faux-semblants, sur le sujet tabou et effrayant du suicide. Comment comprendre ce mal qui ronge à ce point l'envie de vivre ? Comment se reconstruire et se pardonner ? Un témoignage fort qui redonne l'espoir d'une autre voie.

03/2021

ActuaLitté

Littérature française

Nevermore

La narratrice de ce nouveau roman de Cécile Wajsbrot, une femme, traductrice, s'isole à Dresde pour traduire "Le temps passe" , partie centrale de La Promenade au phare, de Virginia Woolf, dans laquelle la romancière anglaise tentait d'écrire le temps pur en évoquant ses effets : la dévastation progressive d'une maison devenue inhabi- tée. Tandis que nous la voyons habiter peu à peu le texte et les lieux, et s'immerger dans les arcanes de la traduction, les fantômes qui peuplent la ville étrangère et ses propres fantômes intérieurs ne tardent pas à resurgir et à se mêler à son travail. Ainsi le thème de la dispari- tion récente d'une amie écrivain dont le souvenir la hante s'entretisse au journal dans lequel elle note au jour le jour - comme on ne l'avait sans doute jamais fait jusqu'ici dans une fiction-, les réflexions qui naissent des tâtonnements, des doutes suscités par la progression de son travail et par la tentative de s'approcher au plus près de la créa- tion d'un écrivain d'une autre époque, dans une langue autre. La lecture-commentaire de ce texte sur la dévastation du temps et la vie de la traductrice dans une ville jadis dévastée de la guerre ne font qu'un, sont intimement liés, retentissent sans cesse l'un sur l'autre. Un peu comme dans Mémorial, où, relatant un voyage en Pologne sur les traces de sa famille, elle parvenait à rendre une voix aux âmes des disparus, Cécile Wajsbrot réussit ici à rendre parfaitement justes, naturelles, les soudaines apparitions de l'amie disparue : on est trou- blé, ému, la grande réussite du roman est qu'à aucun moment cela ne paraisse forcé. Comme souvent, dans cette oeuvre, des thèmes secon- daires viennent s'intercaler en contrepoint ou même au sein du récit principal et en accroître la résonance. Il en va ainsi des pages qui évoquent la High Line, à New York, pour évoquer un autre type de métamorphose engendrée par le passage du temps. Mais il faudrait citer aussi d'autres leitmotive : ainsi la catastrophe de Tchernobyl, qui est comme une accélération à plus grande échelle de la dévastation décrite dans "Le temps passe" ; ou, a contrario, un thème qui tra- verse tout le récit comme l'image même du rôle de l'écrivain, ou de sa traductrice : celui des cloches (et, plus généralement, de la musique) qui avertissent de l'imminence du désastre ou, après que celui-ci a eu lieu, subsistent comme les derniers vestiges d'une vie humaine dans les villes englouties.

02/2021

ActuaLitté

Critique littéraire

Virginia Woolf, carte d'identité

Qui ignore aujourd'hui Virginia Woolf ? La beauté anxieuse de son visage, les tragédies de son enfance, sa mélancolie suicidaire, ses appréhensions sexuelles, sa liaison tumultueuse avec Vita Sackville-West et sa défense de la cause des femmes ? Au cinéma comme au théâtre sont exposés avec complaisance ses frustrations d'adolescente et ses combats contre l'autorité masculine, ses crises de dépression et sa noyade dans la rivière Ouse. Les féministes ont fait d'elle une icône, et les psychiatres diagnostiqué sa maladie. Or aucun de ces arrêts sur image ne donne la clef d'une imaginative qui s'est refusée à aggraver le malheur, à laisser le dernier mot à la mort. Dans cet essai aux multiples entrées, Henriette Levillain rend à l'oeuvre romanesque son autonomie au regard des confidences de la femme en souffrance. Les personnages de Virginia Woolf ne sont pas des reflets mais des créatures auxquelles elle donne le pouvoir de relier ce que la vie ne cesse de séparer, les corps comme les consciences. "Beauté", "Féministe", "Marcheuse" ou "Poète", autant de fenêtres ouvertes sur les secrets d'une artiste qui, malgré son drame intime, savait enchanter le quotidien.

02/2021

ActuaLitté

Cinéma

Fictions de l'histoire, de l'écrit à l'écran

Cet essai met en relation trois champs : l'Histoire, le cinéma et la littérature. A l'instar d'un noeud borroméen créant une unité à partir de trois cercles qui ne peuvent être rompus sans perdre leur consistance, les fictions de l'histoire fondent une unité qui excède le seul discours historique associé au principe de réalité, comme la fiction renverrait au non-sérieux et au principe de plaisir. Des entrelacs poétiques s'élaborent ainsi et questionnent les tensions propres aux notions de discursivité, véracité et narrativité qui structurent l'histoire objective pour en saisir le "signifié informulé" que Roland Barthes avait théorisé. Sept lectures de textes et leur version filmique sont proposées pour mettre en lumière la problématisation de cet informulé et appréhender la présence de l'histoire. L'approche convoque des époques marquantes qui mettent en scène la destinée de figures réelles ou imaginaires, de Marie Stuart, de révolutionnaires à l'heure de la Terreur, de Sudistes pendant la guerre de Sécession, de François Bizot et le Cambodge de Pol Pot, jusqu'au futur immédiat d'un roman de science-fiction qui laisse penser que la fin de l'histoire est imminente. A chaque fois, le contexte historique et la figuration de l'histoire font une place aux discordances, interférences et contradictions de destins individuels et imprévisibles. L'écart, les contre-histoires, le jeu entre l'intime et le collectif et l'histoire littéraire sont privilégiés pour souligner les enjeux esthétiques et idéologiques de voix singulières d'écrivains ou de cinéastes, comme celles de Josie Rourke, Tim Burton, Virginia Woolf, Sally Potter, J.G. Ballard et Ben Wheatley.

01/2021

ActuaLitté

BD tout public

Un soir de fête, et autres nouvelles touristiques

Partir faire la fête au château du baron de Ranfler-Rantler, partir en vacances vers l'étrange pays de Krask, partir déguster un barbecue dans les tréfonds d'un camping perdu en forêt pour y faire la connaissance accidentelle de l'homme à la merguez, partir dans une cité historique -sans intérêt- visiter ses remparts en compagnie d'une naine pleurnicheuse (sans main et sans pied), partir en rendez-vous galant avec l'athlète fougueux John-Alexander, partir dans un endroit souterrain peuplé de statues -dont certaines prennent vie pour vous demander en mariage ! , partir en sinécure au pays des papillons merveilleux -gare au sphynx des rochers-, partir un jour et pour toujours dans les bandes dessinées de Nina Lechartier ! Ancienne élève de l'école du Rhin, Nina Lechartier nous invite à découvrir dans son livre Un Soir de Fête, un univers fantastique, mystérieux, beau, sidérant, absurde et drôle -peuplé de monstres inédits, de créatures formidables, aussi pathétiques qu'attachantes ! Nina Lechartier est un événement, un météore, à rencontrer sur ce premier livre recueillant une série d'histoires traversée par l'avatar de la femme bleue- ; Nina Lechartier c'est un monde : la mélancolie introspective de Virginia Woolf, la poésie de Rainer Maria-Rilke, les récits gothiques de Mary Shelley, la peinture expressionniste de Munch, la fureur punk de Gary Panter, l'art des personnages de Joann Sfar (Grand Vampire), l'humour ravageur de Phoebe Waller-Bridge (Fleabag). Un Soir de Fête, et autres nouvelles touristiques marque la naissance d'une incroyable dessinatrice de livres et conteuse, à suivre aux éditions Magnani.

01/2021

Articles

ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté
ActuaLitté