medias

Plutôt que la dictée de mots aux enfants, apprendre à écrire ses histoires

Auteur invité - 21.08.2020

Patrimoine et éducation - Ressources pédagogiques - outil apprentissage lecture - alfonic outil lecture - lecture écriture enfants


Voulez-vous faire écrire votre enfant ? Ne lui dictez pas des mots vides de sens. Demandez-lui de vous écrire de petits mots. Proposez-lui de noter votre liste de courses pour commencer. Puis suggérez-lui de rédiger une liste des copains qu’il veut inviter à son anniversaire, des jeux de société qu’il préfère, ou des histoires qu’il souhaite vous entendre lui lire. Vous pouvez vous inspirer de l’exercice d’aujourd’hui.




 

Lire, ce n’est pas « ânonner des sons sans suite pour le plaisir » mais « chercher une signification dans un texte ». Si vous faites écrire votre enfant, il comprendra intuitivement que tout message écrit contient un sens à détecter. Plus tard, ses instituteurs n’auront plus besoin de lui expliquer ce principe : il lui paraîtra évident.

 

Couper les phrases en mots


Écrire des phrases découpées en mots est un exercice plus complexe qu’une simple transcription de sons : la conscience des mots en tant qu’unités est le fruit d’un long travail en classe, que nous n’aborderons pas ici. Si votre enfant colle ses mots, faites-le lui remarquer sans entrer dans les détails. Au contraire, félicitez-le d’écrire avec tant d’enthousiasme.


S’il ne se souvient pas de toutes les lettres, conseillez-lui de consulter le tableau des sons illustrés avec les animaux. En vacances, ne lui faisons pas subir une interrogation écrite : privilégions plutôt le jeu.

 

Utiliser l’alfonic largement


Pourquoi ne pas proposer à votre enfant d’écrire des cartes postales à ses grands-parents, ses amis, son institutrice ? Il est motivant pour un enfant de savoir qu’il écrit pour un public choisi. Si le destinataire ne connaît pas l’alfonic, n’hésitez pas à lui mettre sous les yeux le tableau des sons, afin qu’il puisse lire le message qui lui est adressé et, s’il se prend au jeu, répondre à son expéditeur.


Pour un adulte qui maîtrise l’orthographe, lire l’alfonic peut sembler perturbant à première vue. Pourtant, seule l’habitude de l’orthographe nous fait considérer comme allant de soi cette écriture très complexe. L’alfonic est infiniment plus simple : un adulte devrait percer sa logique claire et rigoureuse en quelques minutes à peine. Il lui faut simplement accepter de ne plus se laisser guider comme un automate par ses réflexes orthographiques.
 

Et si votre enfant veut continuer de jouer avec l’alfonic alors que son école ne l’utilise pas ? Laissez-le libre de s’amuser en toute décontraction. Insistez seulement pour qu’il écrive au crayon ou au marqueur rouge, afin de faire la distinction entre l’alfonic et l’orthographe. Et expliquez-lui que, si son instituteur ne connaît pas l’alfonic, rien ne l’empêche de l’utiliser comme code secret avec ses copains et sa famille !
 

Pour préparer le passage à l’orthographe, vous pouvez encourager votre enfant à lire ce qu’il voit autour de lui. Par exemple, cuisinez ensemble et demandez-lui de vous passer le sucre, le sel ou la farine : à peu de lettres près, ces mots s’écrivent comme en alfonic. Vous pourrez en profiter pour lui expliquer que l’orthographe est « l’écriture des adultes et des livres » et qu’il en apprendra les règles à l’école.
 

Pour les dyslexiques, les étrangers et les apprenants adultes


Chez un enfant francophone, l’alfonic valide les savoirs préalables, c’est-à-dire qu’il s’appuie sur sa connaissance des sons qu’il prononce tous les jours. Avoir appris à écouter est un talent intéressant pour chacun dans sa langue maternelle, mais aussi une compétence réutilisable si l’on veut un jour étudier une langue étrangère.
 

L’alfonic, par sa rigueur d’analyse et sa souplesse d’utilisation, fait aussi des merveilles auprès des dyslexiques, des apprenants adultes en alphabétisation et de tous ceux dont le français n’est pas la langue maternelle. Dans beaucoup de langues (italien, espagnol, néerlandais, polonais, etc.), l’écriture est logique par rapport à la prononciation. Les apprenants en FLE (français langue étrangère) sont souvent soulagés de trouver dans l’alfonic une notation claire du français qu’ils doivent apprendre à articuler. Le principe « un son égale une lettre » les aide à identifier les phonèmes du français et à acquérir rapidement une bonne prononciation.
 

Publier en ligne les œuvres de votre écrivain en herbe


Votre enfant s’est-il senti inspiré par nos activités ? Envoyez-nous ses textes et dessins illustrés (info@alfonic.org) : nous les publierons sur notre site https://alfonic.org/, dans la rubrique « Les enfants nous écrivent ». N’oubliez pas de nous préciser son prénom et son âge, afin que nous présentions selon les règles l’œuvre de votre artiste.

 

Une formation à l’alfonic ?


Le Cercle alfonic propose des formations sur mesure : conférences pour adultes, séminaires pour enseignants, activités pour enfants, soit en direct (Belgique), soit par des conseils en ligne (vidéoconférence pour la France).



 


Infos complémentaires : www.alfonic.org.

Un livre pour débuter : François-Xavier Nève, Alfonic. Écrire sans panique le français sans orthographe, Now Future Éditions, Liège, 2019.

Dossier - Alfonic, apprendre à lire et écrire aux plus jeunes

crédit photo : Nanthapongs  CC 0




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.