La BnF rend hommage au Général de Gaulle

Dépêche - 05.11.2020

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Charles de Gaulle - BnF - bibliotheque archives manuscrits


À l'occasion du cinquantenaire de la disparition de Charles de Gaulle, la BnF lui rend hommage en proposant une lecture d'extraits de ses archives littéraires conservées au département des Manuscrits.
 


Il y a cinquante ans, le 9 novembre 1970, Charles de Gaulle s'éteignait à Colombey-les-deux-Églises, un an et demi après son départ du pouvoir. « La France est veuve » déclara dès le lendemain son successeur Georges Pompidou, appelant « en cette heure de deuil pour la patrie » l’ensemble de la nation à s’incliner devant la mémoire de celui qui avait « sauvé l’honneur » en 1940, conduit le pays « à la libération et à la victoire », épargné à la France « la guerre civile » en 1958 et donné à celle-ci « ses institutions, son indépendance et sa place dans le monde ».

La Bibliothèque nationale de France compte parmi ses collections les originaux autographes des œuvres personnelles de l'homme qui joua un rôle déterminant dans l'histoire nationale de 1940 à 1969.
Elle rend aujourd'hui hommage à sa vision de l'État et à son « idée de la France » à travers une lecture de ses mémoires et de ses discours par Bruno Raffaelli, sociétaire honoraire de la Comédie-Française. L'événement sera diffusé en différé sur cette page le 9 novembre à 18h30.

Depuis une soixantaine d’années, le département des Manuscrits constitue, avec les Archives nationales, l’un des principaux réceptacles du patrimoine écrit gaullien. Dès 1956 en effet, la Bibliothèque nationale reçut en don de Charles de Gaulle les manuscrits de la première partie de ses Mémoires de guerre auxquels il travaillait depuis son retrait de la vie politique en janvier 1946.

Selon le plan qu’il avait arrêté, De Gaulle s’était parallèlement dessaisi au profit des Archives nationales depuis 1953 des volumineux dossiers que ses collaborateurs et lui avaient produits à Londres, Alger, puis Paris. De ces papiers, à la mise en ordre desquels veilla Alice Garrigoux (1917-2016), conservateur de la Bibliothèque nationale détachée en 1945-1946 au sein de son cabinet civil, De Gaulle s’était gardé la primeur de l’exploitation ; ils constituèrent l’une des principales sources des trois tomes de ses mémoires.



 
De manière analogue, il puisa, une fois parvenu à l’Élysée, dans le fonds des archives de sa présidence organisées de 1961 à 1969 par le même conservateur de la Bibliothèque nationale, la matière de ses Mémoires d’espoir, interrompus par son décès survenu le 9 novembre 1970. Dans les années qui suivirent, son fils, l’amiral Philippe de Gaulle, remit à la Bibliothèque les manuscrits et dactylographies de cette œuvre inachevée, ainsi que les brouillons des écrits de son père antérieurs au 18 juin 1940 et des discours qu’il avait prononcés durant la période 1940-1946.

Les papiers emportés de l’Élysée par le général en 1969 qui avaient « le caractère de documents d’État » furent, selon son vœu, progressivement versés aux Archives nationales, tout comme les pièces restées à la présidence de la République.

Ces deux fonds, progressivement ouverts à la consultation en vertu des accords conclus par l’amiral de Gaulle avec la Bibliothèque nationale et les Archives de France, témoignent de l’implication du général lui-même dans le processus d’archivage et de conservation des documents-preuves de son action. Ces monuments de papier sur lesquels repose la geste de Charles de Gaulle ont été et continuent d’être interrogés par les chercheurs.

Ils permettent de retracer de l’intérieur la fabrique du verbe gaullien, finement ciselé dans la recherche de l’idéal classique, et les méandres du travail de mise en récit de soi et de son œuvre politique, depuis les pièces d’archives originales produites durant la guerre ou au sommet de l’État jusqu’aux épreuves corrigées des mémoires.

Pour en savoir plus sur les documents du général de Gaulle conservés par la BnF et les Archives nationales, c'est ici



Illustration : Appel du 18 juin - Source Gallica BnF


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.