Violences : “Quarante dealers opèrent devant les portes” de la bibliothèque

Clément Solym - 19.11.2020

Edition - Bibliothèques - dealers bibliothèque Paris - personnels bibliothèque danger - sécurité bibliothèque Paris


Voici quelques jours, la mairie de Paris recevait des personnels de la bibliothèque Goutte d’or (XVIIIe) un courrier d’alerte. Ces derniers faisaient état de conditions de travail inimaginables, alors qu’une vague de criminalité a littéralement pris possession du territoire. Pour l’heure, la mairie semble plus préoccupée par la réouverture des librairies… 


 

« Quotidiennement, nous sommes témoins d’actes de violence : bagarres, coups de couteau, vols à l’arraché, balle perdue fichée dans le montant de la vitrine, pétard ayant atterri dans la bibliothèque », peut-on lire dans le courrier, amplement rendu public à travers les réseaux. 
 


L’établissement, qui a vu le jour en 1999, se présente comme une « bibliothèque familiale, située dans un quartier populaire ». Et jusqu’à présent, les personnels avaient plaisir à venir y travailler. Mais au fil des années, ils constatent, impuissants, « une montée de la délinquance et de la violence liée aux nombreux trafics qui se sont installés avec le temps ». 

Le déconfinement n’a fait qu’exacerber l’état de fait, ajoutent-ils, car « la bibliothèque se situe au centre d’un point de deal de drogues en tout genre. Une moyenne de quarante dealers opère devant nos portes, faisant usage de produits, installés, voire même allongés sur les marches ». 
 
En juillet 2020, un homme « est mort de ses blessures à l’entrée de la bibliothèque », reprennent-ils. Et ce mardi 17 novembre, les vitres de la façade ont été « fracassées durant le week-end ». À cela s’ajoute le contexte sanitaire, délicat, et des personnels qui tentent « de se frayer un chemin parmi les dealers et les drogués, qui ne portent pas de masque, mettant notre santé et celle de nos usagers en péril ».

Lesquels usagers font régulièrement état de vols ou d’agressions, qui les poussent à ne plus fréquenter l’établissement. 

« Parce que nous nous sentons en perpétuelle insécurité physique et psychologique, parce nous ne pouvons accueillir nos usagers dans ces conditions, parce que les voies hiérarchiques que nous avons scrupuleusement respectées jusqu’ici ont été inopérantes, les membres présents de l’équipe prennent aujourd’hui la décision de ne pas ouvrir rétablissement jusqu’à ce que des solutions pérennes et réelles soient mises en œuvre », concluent-ils.

Le maire du XVIIIe arrondissement, Éric Lejoindre, n’a pas encore apporté de réponses, pas plus qu’Anne Hidalgo. Seul le fondateur de France Terre d’Asile, Pierre Henry, a manifesté sa solidarité avec les équipes, redoutant une issue terrible pour la bibliothèque : 
 


Selon la CGT, la Direction des affaires culturelles, amplement alertée de la situation, n’a pas non plus apporté de réponse. En attendant, donc, l’équipe a décidé « de ne pas ouvrir l’établissement jusqu’à ce que des solutions pérennes et réelles soient mises en œuvre ». Et sur Facebook, d'ajouter simplement : « En raison de l’insécurité environnante et sa façade de verre ayant été fracassée dernièrement, la bibliothèque reste fermée au public jusqu’à nouvel ordre. Nous espérons qu'il sera remédié rapidement à cette situation afin de pouvoir rouvrir et vous retrouver le plus vite possible. »

Le blog de l’Action Barbès, association de quartier, demande « avec eux qu’il leur soit assuré de toute urgence des conditions de travail et d’accueil du public sécurisées et sereines. Pour cela, il devient urgent que la Préfecture de Police et l’Hôtel de ville cessent de se renvoyer la balle sur les responsabilités en matière de sécurité, et travaillent activement ensemble, avec les moyens nécessaires, pour assurer la sécurité dans un quartier trop longtemps délaissé par les autorités, cela depuis des années pour ne pas dire depuis des décennies. »

Et de conclure : « Et il ne s’agit pas de faire quelques opérations spectaculaires — on en a trop vu sans résultats tangibles —, mais enfin d’assurer au quotidien un droit à la sécurité pour les habitants et travailleurs du quartier comme sur tout le territoire national. » 


Commentaires
C'est un crève cœur pour les bibliothécaire que de devoir fermer pour se faire enfin entendre. J'espère que vous serez enfin entendu par vos élus. Une mission de service public ne peut s’exercer dans de telles conditions sécuritaires. Courage à vous!
Je ne comprends pas : les Parisiens ont voté pour Hidalgo qui prend ouvertement partie pour toute la lie qui inonde Paris (qu'elle soit humaine ou sous forme de déchets qui traînent dans la rue, faisant de cette ville une des villes plus sales du monde occidentale).

Pourquoi venir se plaindre ? Hidalgo ne vous a pas menti. Vous avez voulu ? Ne vous plaigniez pas !
j'allais répondre votre vomi réactionnaire (bien qu'hidalgo soit partie des excrétions politiques qu'on connaît) mais je me suis rendu compte que votre pseudo est un anagramme de Soral.



allez vous faire voir.
Ah là on tient du lourd sur la hauteur de vue politique...

Le monsieur il voit bien la lie humaine et il a l'idée que si on votait pas Hidalgo on aurait quelqu'un qui saurait comment s'en débarrasser.

Et ben on l'a échappé belle.
le problème va être pire si la seule asso de quartier elle aussi se limite à demander des flics et des flics. dommage.
Bravo pour cette difficile décision. Vous avez mon soutien et j'espère celui de la profession.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.