La Grande Librairie : Femmes, féminisme et laïcité, avec Elisabeth Badinter

Nicolas Gary - 11.11.2020

Edition - Société - Grande librairie Busnel - féminisme femmes Busnel - Elisabeth Badinter


La Grande Librairie sera fidèle au rendez-vous, ce 11 novembre à 20 h 50 sur France 5. Une émission spéciale, assure François Busnel, qui accueille « une des plus grandes philosophes et historiennes », Elisabeth Badinter. 


 

« J’accueille ce soir, une femme que j’admire et dont la parole est précieuse par les temps qui courent », reconnaît l’animateur. L’invitée présentera son ouvrage Les conflits d’une mère, Marie-Thérèse d’Autriche et ses enfants (Flammarion).

Puisant dans des archives inédites, Elisabeth Badinter revient sur cette figure majeure par le biais de la maternité. Ce nouveau portrait révèle un aspect caché de sa personnalité : une mère complexe, fort soucieuse de ses enfants, capable de la plus grande tendresse, mais aussi parfois de dureté, voire d’injustice. Une femme souvent tiraillée entre les choix que lui dicte son cœur et ceux imposés par la raison d’État.

À ses côtés, l’anthropologue Pascal Picq, venu pour son livre Et l’évolution créa la femme (Editions Odile Jacob). Dans ce livre, il ne se contente pas de présenter ce que l’on sait des rapports entre hommes et femmes dans les premières sociétés humaines, il entend placer l’histoire et la préhistoire humaines dans la perspective de l’évolution. 

Enfin, on entendra la philosophe et psychanalyste Cynthia Fleury, autour de son essai Ci-gît l’amer  (Gallimard). La philosophie politique et la psychanalyse ont en partage un problème essentiel à la vie des hommes et des sociétés, ce mécontentement sourd qui gangrène leur existence. 

Certes, l’objet de l’analyse reste la quête des origines, la compréhension de l’être intime, de ses manquements, de ses troubles et de ses désirs. Seulement il existe ce moment où savoir ne suffit pas à guérir, à calmer, à apaiser. 
 



Commentaires
Avec une personnalité comme celle-là, on sait que cela volera haut et cela fait plaisir !

CHRISTIAN NAUWELAERS
Madame merci pour votre analyste si juste et sans agressivité sur notre laïcité qui a besoin de soutien malgré ses d’ailés
Mme Doudeuil,

Excusez-moi: «malgré ses d'ailés»(?), que voulez-vous dire ?

CHRISTIAN NAUWELAERS
j'ai dû envoyer ce message avec mon téléphone qui n'en fait qu'à sa tête. Il fallait lire analyse et non analyste et "d'ailés" je suis comme vous je me demande ce que j'ai voulu dire avant que ce foutu téléphone déforme mes mots? Ecrit dans le feu de l'action je ne me souviens plus, peut être voulais-je dire dérives ?
Bonjour à toute l'équipe, chère Madame Badinter, merci pour cette émission exceptionnelle dont chaque mot nous a passionnés mon mari et moi. Nous sommes de grands privilégiés d'avoir eu la chance d'écouter Madame Badinter. Nous l'admirons beaucoup. Belle continuation à tous et un immense merci.
Cette femme avait tout de même l'air très amer. Elle a quand même dit qu'il était INSUPPORTABLE que des élèves ne veuillent pas regarder les caricatures de Charly... Insupportable carrément, cessons ce mépris, un peu de bienveillance SVP. J'ai trouvé Cynthia Fleury très intéressante en revanche sur la notion de ressentiment, je je lirai son livre, et j'espère que Mme Badinter le relira. Ca l'apaisera peut être.
Le mot «insupportable» (même si on peut le trouver un peu excessif, peut-être...peut-être...) ne correspond pas à du mépris, je trouve...

Badinter est une femme de convictions humanistes -comme son mari qui a tout de même fait supprimer la peine de mort sous Mitterrand.

Badinter est effrayée par la montée de l'islamisme radical et elle a raison.

Les musulmans dignes de ce nom et tout à fait rspectables et appréciables -je sais de quoi je parle: j'en côtoie ici à Bruxelles depuis très longtemps et harmonieusement - en sont autant les victimes que ceux qui ne le sont pas et n'oublions pas la campagne de haine et de boycott dont la France est victime dans certains pays.

Ni la façon honteuse dont on y a présenté le meurtre ignoble de Samuel Paty -sans oublier les autres crimes

«religieux» perpétrés en France -dans divers pays.

Si elle a l'air un peu amer (ou amère), c'est peut-être possible mais cela n'est pas le sujet: cela ne compte pas au regard des enjeux essentiels qui se jouent et qu'elle défend, avec tant d'autres.

On doit sauver le modèle républicain pour qu'un vrai «vivre ensemble» soit préservé ou favorisé alors qu'il souffre en ce moment.

Ce qui se passe ces temps-ci fait du bien à personne et donc: soutien à Badinter sans oublier ces femmes qui luttent courageusement pour les droits des femmes là où ils sont bafoués.

La liberté est un bien suprême et infiniment précieux dont tout le monde doit pouvoir bénéficier.

CHRISTIAN NAUWELAERS
DEUX COQUILLES pour le prix d'une: «respectables» et non «rspectables» et plus bas: «Ce qui se passe NE fait du bien...».

Distractions ou petits soucis dans la transmission mais c'est rectifié !

CHRISTIAN NAUWELAERS
Je suis d'accord avec vous sur le fait qu'il faille sauver le modèle républicain, etc... mais ce n'est pas en niant l'existence de l'islamophobie qu'on y parviendra, c'est ce qu'Elizabeth Badinter a fait dans l'émission sous prétexte que le terme islamophobie ait été inventé par des islamistes... Je m'efforce d'être objective mais j'ai trouvé ça un peu violent, maintenant c'est juste ce que je ressens.
Vous savez, il faut faire la part des choses entre le ressenti qui dépend de nos sensibilités particulières et les faits bruts et avérés et constatés.

Comprenez que pour combattre l'islamophobie, il faut -justement- absolument éviter toute vile et lâche complaisance envers de monstrueux assassins islamistes (les non islamistes ne valant pas mieux, j'insiste !).

C'est une façon indispensable de lutter contre l'islamophobie !

J'ai apprécié la colère fracassante de cette femme musulmane interviewée à Nice juste après ces autres attentats récents.

Entendue par moi sur France Inter je crois (mais peut-être audible sur d'autres médias, je ne sais pas).

Elle était révoltée en criant que non, ce n'est pas cela sa religion.

Un cri du coeur sans minables contorsions intellectuelles pour relativiser l'horreur.

Merci à cette dame.

Quelqu'un comme elle fait reculer l'islamophobie.

Elle est honnête et intègre et crédible.

Et qualifier publiquement la décapitation de ce professeur -qui n'est pas la première en France -d'«attentat à faible intensité» comme un certain journaliste très connu, moi je trouve cela indigne et scandaleux.

Comme tout humaniste et progressiste digne de ce nom.

«Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde» -Camus...pas Renaud mais Albert !

Il avait et a toujours raison.

LA BARBARIE A TOUJOURS TORT, quelle qu'elle soit et d'où qu'elle vienne.

On doit toutes et tous s'unir contre un ennemi commun.

Pas question de stigmatiser mais de combattre à fond les propagateurs de terreur, de torture et de mort.

Ce que je trouve non un peu violent mais horrible, infâme.

On en sait quelque chose chez «Charlie Hebdo»...

Je vous souhaite une bonne continuation.

CHRISTIAN NAUWELAERS
Je condamne fermement la barbarie et la haine, je rêve d'un monde meilleur. Je suis un peu naïve (et préfère le rester quand même) pardonnez-moi. Bonne continuation.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.