medias

Indonésie : des UV pour débarrasser les livres de la Covid-19

Antoine Oury - 24.06.2020

Edition - Bibliothèques - UV covid 19 - uv coronavirus - coronavirus bibliotheques


La bibliothèque et centre d'archives de Banyumas, sur l'île de Java, en Indonésie, a mis au point un dispositif que l'établissement utilise désormais pour assurer la désinfection des livres, dans le cadre de la lutte contre la progression de la Covid-19. La « Dropbox » utilise les rayons ultraviolets pour débarrasser les ouvrages de tous les germes nocifs.

UV Light


Face aux risques de transmission du coronavirus Covid-19 par contact avec des surfaces, l'établissement de Banyumas a donc opté pour les rayons ultraviolets, ou UV. La « Dropbox », sorte de meuble à casiers, accueille les ouvrages retournés pour une exposition aux UV de 10 minutes, précédés par 24h de stockage à une température de 40 °C.

« Cela représente un effort considérable pour assurer la sécurité de nos visiteurs », indique Fuad Zein Arifin, bibliothécaire, à Kompas. « Nous craignons une transmission du virus par les livres, à travers un contact physique ou par l'intermédiaire de postillons, qui pourraient se déposer pendant la lecture. »

L'exposition aux ultraviolets reste en phase de test, explique encore le responsable, pour déterminer si cette solution est vraiment sans danger pour l'intégrité des documents.

Le recours aux rayons UV pour stériliser des objets et ainsi éviter la transmission du coronavirus par contact reste rare : utilisés dans certains hôpitaux, les rayons ultraviolets pourraient en effet être efficaces contre la Covid-19. 

« Nous avons travaillé sur d'autres types de coronavirus et nous avons constaté que les rayons UV-C tuaient tous ces coronavirus avec la même efficacité. Nos études préliminaires montrent que ces rayons sont aussi efficaces contre le Covid-19 comme pour n'importe quel autre virus », expliquait ainsi le docteur David J. Brenner, directeur du Centre de recherche radiologique de l'université de Columbia, en mai dernier.
 
Toutefois, une certaine longueur d'onde et un équipement adéquat restent nécessaires pour assurer l'efficacité du traitement. Et des études laissent entendre que 40 minutes d'exposition seraient requises, afin d'éliminer toutes traces du virus : en règle générale, et d'après les recommandations d'organisations professionnelles de bibliothécaires, une mise en quarantaine des documents reste préférable. Pour ce cas de figure, les documents doivent être immobilisés 3 jours, selon les associations interprofessionnelles françaises.

Photographie : illustration, Phil Whitehouse, CC BY 2.0


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.