Inde : un éditeur accusé de censure après l'annulation d'un livre

Camille Cado - 25.08.2020

Edition - International - Delhi Riots 2020 polemique - Bloomsbury Inde auteurs - livre inde emeutes Delhi


En Inde, l’éditeur Bloomsbury fait face à la menace d’un boycott après avoir renoncé à publier Delhi Riots 2020 : The Untold Story, un livre coécrit par Sonali Chitalkar, Prerna Malhotra et Monika Arora, consacré aux émeutes qui ont éclaté à New Delhi en février dernier. De nombreux auteurs ont dénoncé un acte de censure et décidé de quitter la maison.


 
L’annonce de la publication de Delhi Riots 2020 : The Untold Story, prévu pour septembre aux éditions Bloomsbury, a semé le trouble en Inde. Coécrit par Sonali Chitalkar, Prerna Malhotra et Monika Arora, le livre assure lever le voile sur les violences intercommunautaires qui ont embrasé New Delhi en février dernier. Celles-ci avaient vu s'opposer hindous et musulmans autour d'une loi portant sur la citoyenneté indienne. L’ouvrage affirmerait, entre autres, que les musulmans étaient responsables de ces affrontements.

De nombreux auteurs ont dénoncé le caractère propagandiste du titre, parmi lesquels Meena Kandasamy (Quand je te frappe : Portrait de l'écrivaine en jeune épouse, trad. Myriam Bellehigue, Actes Sud). Sur Twitter, la poètesse a ainsi tenté de mobiliser l’interprofession. « Le monde doit prendre position. Il ne s’agit pas de Cancel Culture [forme de censure, NdR]. Il s’agit de défendre la littérature du fascisme. Il s’agit de lutter contre les divisions religieuses, les discours de haine, l’islamophobie et les faux discours », déclare-t-elle.
 


Le lancement d’un événement en ligne le week-end dernier pour accompagner la sortie de l’ouvrage a également soulevé la controverse. En cause, la présence de plusieurs membres du parti nationaliste, comme Kapil Mishra, dirigeant du Parti du peuple indien Bharatiya Janata (BJP), ainsi que son secrétaire général, Bhupendra Yadav. 

Autant d’éléments qui ont poussé l’éditeur à faire marche arrière. « Compte tenu des événements récents — y compris le lancement d’un événement en ligne organisé à notre insu par les auteurs et avec la participation de partenaires que nous n’avons pas approuvé —, nous avons décidé d’annuler la publication de l’ouvrage », a annoncé la maison dans un communiqué. 

Et d’insister : « Bloomsbury India soutient fermement la liberté d’expression, mais a également un sens profond de sa responsabilité envers la société. »
 

La liberté d'expression remise en cause ?


Le choix de la maison de renoncer à la publication du livre a provoqué la colère d’autres écrivains. Parmi lesquels, les auteurs de l’ouvrage, qui ont dénoncé un acte de censure. Dans l’email que Monika Arora a adressé à la maison d’édition, et partagé sur le réseau social Twitter, l’autrice s’est dite « choquée » d’une telle décision.

Et de révéler que Bloomsbury avait informé les auteurs uniquement au téléphone, et qu’aucune déclaration écrite n’avait été envoyée.
 


L’écrivaine, également avocate, est revenue sur différents points juridiques tels que la rupture du contrat. « Cela engagera la responsabilité civile et pénale et vous serez tenu de payer des dommages-intérêts aux auteurs pour avoir porté atteinte à leur réputation », a-t-elle souligné.
Selon le document, Bloomsbury aurait approuvé le projet du livre, après avoir vérifié les manuscrits et suggéré quelques modifications. Quant à l’événement en ligne, Monika Arora affirme : « Vous étiez au courant de cette manifestation numérique, et vous connaissiez la liste des invités. Vous ne vous y êtes jamais opposé, que ce soit de manière orale ou par écrit. »
 

Des auteurs indiens quittent Bloomsbury


Suite à cette polémique, des auteurs indiens ont décidé de quitter la maison, tels que Sanjeev Sanyal, Nityanand Misra, Shefali Vaidya, ou encore Anand Ranganathan. « Je suis consterné de voir l’éditeur de deux de mes livres plier sous les menaces des fascistes et retirer le livre Delhi Riots 2020 », a déclaré ce dernier sur Twitter, où il se montre volontiers critique de la communauté musulmane. 
 
« Je suis en totale solidarité avec les auteurs. C’est une attaque contre la liberté d’expression et contre ceux qui la chérissent. Un livre est une idée, une idée avec laquelle vous pouvez être d’accord ou en désaccord. Mais une idée ne peut être détruite. Elle ne peut pas être victime des menaces et du chantage des fascistes. Les livres existent parce que les idées les créent. Cette décision de Bloomsbury devrait être condamnée par TOUS les écrivains et lecteurs. »
 


Delhi Riots 2020 : The Untold Story sera finalement publié par l’éditeur indien Garuda Prakashan. L’ouvrage a bénéficié d’un coup de pouce médiatique : la maison a en effet confirmé avoir reçu plus de 15.000 commandes en moins de 24 heures. 

via The Bookseller, The Guardian



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.