Emmaüs et la Fnac associés pour favoriser la vente de livres d'occasion

Dépêche - 15.10.2020

Edition - Economie - Fnac market place - occasion édition économie - Label Emmaüs occasion


Le Label Emmaüs, premier site de e-commerce multivendeur français, dont le catalogue est exclusivement alimenté par des acteurs du Mouvement Emmaüs et ses partenaires de l’économie sociale et solidaire (ESS), noue un partenariat inédit avec Fnac Darty. 
 
lectores

 
Ce serait pour soutenir la vente de livres d’occasion que Fnac Darty et le Label Emmaüs ont choisi de nouer ce partenariat. Une page spécialement dédiée au Label sera accessible sur la Marketplace de la Fnac. Elle permettra d’agréger plus de 500.000 livres d’occasion du site internet d’Emmaüs : « Un relais de croissance non négligeable », pour les activités de l’e-shop militant.

Depuis le 12 octobre, Fnac-Darty s’engage à mettre gratuitement à disposition, et ce, durant un an, ses forces e-commerce au service de l’organisme, tandis que la totalité des ventes réalisées sera reversée au site solidaire. 
« Cette activité fait écho à l’engagement de Fnac Darty en faveur de l’économie sociale et solidaire déjà remarquée à travers l’organisation de manifestations comme La Grande collecte de Livres, au bénéfice de Bibliothèques Sans Frontières, ou la Braderie solidaire de la Fnac  », souligne Alain Keravec, directeur de la marketplace de Fnac Darty.

Avec un catalogue de plus d’un million de produits d’occasion, Label Emmaüs propose un modèle alternatif avec l’ambition de porter sur le web les valeurs du mouvement fondé par l’abbé Pierre : « Une deuxième vie pour les objets, une seconde chance pour les hommes . »

« L’économie sociale et solidaire représente une solution de plus en plus évidente pour consommer le bien culturel autrement  », conclut Maud Sarda, directrice et cofondatrice du Label Emmaüs. « Ce sont des centaines de milliers de livres chaque mois issus des dons des particuliers, déposés dans les communautés, et cela représente aussi des dizaines de postes de salariés en insertion et d’encadrants créés grâce au réemploi des livres sur internet. » 

Crédit photo : Vladimix CC BY-SA 2.0


Commentaires
ici on va trop loin pour moi. ça fais trop longtemps qu'Emmaus est devenue une entreprise assez... brutale (plaintes contre des ONGs qui ont défendu des sans papiers, etc). Le fait qu'entre elle et Fnac on se partage les ventes des livres donnés par les gens me semble dégoutant, surtout avec cet enveloppe d'économie sociale et solidaire qui est loin de la charité et le financement direct de ressources pour les plus démunis qui est dans la tête des gens quand ils font don à Emmaus.



Evidemment vu le tournant degueu qu'Emmaus à pris il y a quelques années déjà, le fait de faire bande organisé avec le Fnac ne m'étonne guère, mais continuer a prostituer les termes de l'économie solidaire (bien qu'ils ont été déjà très salis par d'autres genre deliveroo ou uber) m'énerve encore.



Il faut pas oublier, une bonne partie de cet argent récolté grâce aux dons désintéressés seront utilisés pour la poursuite judiciaire des militants d'autres vraies assos qui ont osé manifester dans des auberges gérés par Emmaus.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.