Édition académique : la concentration s'intensifie depuis dix ans

Antoine Oury - 01.04.2020

Edition - Economie - edition scientifique - concentration edition - concurrence edition academique


L'OMPI, Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle, et l'Union internationale des éditeurs ont uni leurs forces pour proposer un rapport sur l'année 2018 de l'édition mondiale, passant en revue différents secteurs. Les données révèlent, pour l'édition académique, scientifique, technique et médicale, une concentration qui s'est intensifiée au cours des dix dernières années.

Elsevier - Foire du Livre de Londres 2019
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


« [S]ecteur le plus complexe et le plus industrialisé de l'édition mondiale » selon le rapport de l'OMPI et de l'UIE, l'édition scientifique, technique et médicale y fait l'objet d'un traitement particulier. Pour effectuer leur étude, les deux organisations se sont basées sur les chiffres de bases de données recensant les journaux et articles publiés, Scopus et Web of Science (WOS).

En raison de ces sources partielles, les résultats présentés peuvent être influencés, et présenter des déformations par rapport à la réalité, privilégiant par exemple les articles rédigés en langue anglaise. Mais ils fournissent néanmoins une photographie du paysage actuel de ce secteur éditorial.

Environ 1,85 million d'articles scientifiques ont été publiés en 2018, contre 936.000 en 1998 : les 20 plus grands éditeurs du secteur comptent une majorité d'éditeurs commerciaux, indique le rapport, et les cinq premiers d'entre eux représentent 47,3 % des revues publiées et 51,6 % des articles. Autant dire que la concentration atteint un niveau très important au sein de ce secteur.

En tête de ce top 5 des éditeurs du secteur, Elsevier, qui a publié 15,7 % des revues en 2018, suivi par Springer (12,8 %), Wiley (9,4 %), Taylor & Francis (6,9 %) et Sage (2,6 %). Pour les articles, Elsevier a porté 24,1 % du total, devant Wiley (11,4 %), Springer (9,4 %), l'American Chemical Society (3,9 %) et Taylor & Francis (2,8 %).
 
En deux décennies, les parts de marché des cinq premiers éditeurs du secteur ont augmenté, passant de 36,1 % en 1998 à 47,3 % en 2018. Plusieurs facteurs entrent en jeu dans cette augmentation des parts de marché, comme les acquisitions, fusions ou encore nouvelles prises en compte de revues dans le compte.

Le rapport est disponible en intégralité ci-dessous.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.