medias

Économie du livre : la perte “des cessions de droits ne se rattrapera pas”

Nicolas Gary - 01.09.2020

Edition - Economie - Nicolas Roche BIEF - Francfort Foire Livre - crise sanitaire économie


FBM20 – La France absente de la Foire du livre de Francfort ? Ni boycott ni colère : victime des mesures sanitaires, l’édition hexagonale n’aurait qu’une représentation réduite, nettement plus qu’elle ne devait l’être. Nicolas Roche, directeur général du Bureau international de l’édition française (BIEF) détaille une situation « où la complexité s’ajoute à la complexité ».

Foire du Livre de Francfort 2018 - #FBM18
 

L’alternative est simple : présenter un test négatif, réalisé moins de 48 h avant l’arrivée sur le territoire, avec des conclusions en anglais ou en allemand. Joyeux. Ou, sur place, effectuer un test, et patienter durant une quarantaine que les résultats arrivent. Tout aussi réjouissant. 
 

Francfort, deux minutes d'arrêt


« Cette année, les éditeurs ne prévoyaient pas de passer beaucoup plus de 48 heures à la Foire », indique Nicolas Roche. Les difficultés à obtenir des rendez-vous avec des éditeurs étrangers, déjà bien moins nombreux suscitaient quelques interrogations. Carnets de rendez-vous allégés, et maintenant, des mesures restrictives à l’encontre des éditeurs franciliens et de Région Provence-Alpes-Côte d’Azur…

Désormais, les 120 éditeurs qui comptaient se rendre à la manifestation en profitant de la présence du BIEF s’interrogent. « Certains hésitent à venir, d’autres à alléger plus encore leur présence : bien des pays sont absents ou n’offrent qu’une présence symbolique. La manifestation est évidemment fortement chahutée. » Reste à savoir si l’événement se tiendra toujours physiquement, ou s’il optera pour une dématérialisation plus massive.

Surtout que ce 27 août, Angela Merkel a réuni les présidents des seize Länder, pour discuter d’un projet de loi : il cible l’interdiction de public pour des manifestations sportives, culturelles et autre. « Tout cela manque encore de précisions. Et pour une foire professionnelle, dont le visitorat grand public n’intervient que le week-end, comment faire », s’interroge le directeur du BIEF ?

En parallèle, chaque Land dispose d’une grande marge d’autonomie, et le Hesse, où se déroule la Buchmesse, réfléchit à des mesures spécifiques. En espérant qu’elles n’introduisent pas de nouvelles problématiques et règles sanitaires. Plusieurs maisons parisiennes nous ont assuré que pour elles, ce point était résolu : pas de Francfort cette année...

Foire du Livre de Francfort 2018 - #FBM18
éditeur ayant trop hésité
 

Imaginer autre chose, encore une fois


De son côté, le BIEF ne manque pas de réflexions. « Si la Foire envisage un événement et si certains éditeurs français manifestent le désir coûte que coûte de s’y rendre, nous imaginerons un tout autre dispositif. » L’espace avait déjà été prévu pour accueillir plus de monde, prenant en compte les règles de distanciation sociale. « Inévitablement, les éditeurs français sont tentés de réduire leur présence : nous n’avançons plus sur le même schéma qu’au début de l’été. »

Avec Antoine Gallimard, nouveau président du BIEF, l’évolution est observée avec beaucoup d’attention. « L’ennui ne nous guette pas, et depuis le confinement, nous avons été amenés à concevoir de nouvelles actions. La réalité demeure : l’industrie du livre a besoin que ses acteurs se voient, échangent, évaluent ensemble des projets. Sans foire… »

Avec des conséquences économiques inévitables. Qu’un moment comme Francfort, manifestation internationale, ne puisse se tenir frappe sévèrement. L’activité économique a déjà pris un coup : en année COVID, plus personne ne sait à quel saint se vouer. « Autant les ventes en librairies, durant l’été, ce fut un peu Noël pour les éditeurs et les librairies, permettant de rattraper pour partie les énormes difficultés de fin de printemps. Autant, les cessions de droits ne se rattraperont pas, pour les éditeurs français, comme pour le reste du monde », analyse Nicolas Roche.
 

Retombées économiques ? Pluies acides, plutôt


Par ailleurs, les arrêts et/ou reports de programmes éditoriaux conduisent les acheteurs potentiels. Et pour les maisons françaises, les pertes liées aux cessions internationales se chiffreraient autour de 30 % — avec des situations très disparates. « Pour un éditeur disposant d’un fond actif et vivant, les renouvellements de contrats automatiques, pour les partenaires souhaitant conserver les droits, assurent un certain roulement », estime le directeur général du BIEF. « Pour les autres, les pertes deviennent plus importantes. » 

Foire du Livre de Francfort - #FBM18

 
Un indicateur, qui se double d’une forte pression exercée par les acheteurs : « Les à-valoir proposés connaissent une baisse importante dans les offres formulées. D’un côté, on se demande comment valoriser de nouveaux achats, de l’autre, les inquiétudes sur le marché domestique vont croissantes. »

Avec un marché mondial encore peu dynamique, la prudence, voire la prudence absolue, semble de mise. « Le grand risque, c’est que les vendeurs de droits n’aient en face d’eux que des vendeurs, et pas des acheteurs. » Le français reste la deuxième langue la plus traduite dans le monde après l’anglais, avec près de 13.000 cessions de droits. Toutefois, « sans les grands carrefours qui réunissent les éditeurs du monde entier — puisque personne ne s’y rendra — le redémarrage, pour tout le monde, est compliqué à envisager ». 


illustrations : Foire du livre de Francfort 2018 - ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.