Moi aussi : Le #MeToo d’une office lady japonaise

Lucie Ancion - 01.10.2020

Manga - Moi aussi manga - harcelement au travail


MANGA SHOJO - Satsuki travaille en intérim, et elle a réussi à se faire une bonne place dans son entreprise malgré son statut précaire. Mais son supérieur se met à vouloir la « protéger » et à lui faire des propositions de plus en plus insistantes. Elle ne peut pas le contrarier, alors elle prend sur elle. Et jour après jour, son quotidien s’effrite…
 
 

 
L’héroïne est Satsuki, travaillant au service téléphonique d’un entreprise où elle a été recrutée par intérim. Elle aime beaucoup son travail et se sent intégrée dans l’entreprise. Quand elle invitée par son patron lourdaud, son supérieur la défend. Le problème, c’est qu’ensuite, il s’immisce de plus en plus dans sa vie. Il lui propose sans cesse des rendez-vous, et puis un week-end à deux « pour parler du travail »… Elle ne veut pas le vexer, et elle a peur des ennuis qu’il pourrait lui causer, alors elle endure. Mais pour combien de temps ?
 
Moi aussi parle du harcèlement sexuel au travail, à la première personne, dans le contexte japonais de respect absolu de son supérieur. Le manga, basé sur une histoire vraie, est très réaliste. Des situations où l’on se sent prisonnier à la peur de parler, en passant par l’injustice terrible quand on essaie de s’exprimer sur le sujet, tout est traité de façon poignante.
 
L’accent est mis sur l’effet du harcèlement sur le mental. Satsuki développe des troubles boulimiques, perd sa motivation à aller au travail, n’est plus aussi concentrée qu’avant… Malgré des passages très durs, le ton général reste positif. À travers d’autres femmes engagées, Satsuki va petit à petit retrouver foi en elle-même. Moi aussi donne ainsi de la force et de l’espoir à toutes.
 
Le dessin est assez basique, le style est celui qu’on attendrait d’un shôjo des années 2000. C’est surtout le point de vue et la mise en case qui sont particulièrement réussis. Le lecteur ressent véritablement les sentiments de l’héroïne et peut palper la sensation oppressante qui lui envahit la poitrine. Les sueurs froides, les mains placées aux endroits où l’on préférerait qu’elles ne soient pas, le ton un peu trop agressif… tout est montré en gros plan, pour un effet glaçant. Le rythme du récit est également bien maîtrisé. On passe par toutes les phases de la tension et du doute jusqu’à ce que l’héroïne se retrouve au fond du gouffre. Et alors, l’aide qu’elle reçoit acquiert toute sa valeur humaine. Le manga prend son temps sans trop traîner – une histoire complète en deux tomes semble est juste le format qui lui convient.
 
On est face à un témoignage rare et une lecture importante, un peu l’équivalent en manga du livre La Boîte Noire d’Ito Shiori. Ce sujet essentiel est ici traité avec justesse, et sait bien mettre en lumière l’importance des associations d’aide et de la nécessité de promouvoir l’écoute et de libérer la parole. Moi aussi vous en apprendra plus sur la réalité du travail au Japon, et sur comment les droits des femmes y ont évolué ces dernières années. Surtout, on découvre par un témoignage authentique les possibilités qui existent pour obtenir justice et le chemin semé d’embûches pour celles qui décident de ne pas se laisser faire.


Reiko Momochi, trad.Yuki Kakiichi – Moi aussi – Akata
Vol.1 – 9782369748540 – 6.99 €
Vol.2 – 9782369748687 – 6.99 € (à paraître le 22/10)

 


Commentaires
Bonjour,

merci pour votre article sur ce manga courageux et utile dont j'ai effectué l'adaptation littéraire. Je me permets de vous signaler que le travail d'adaptation tel que je l'effectue en duo avec un traducteur ou une traductrice est un véritable binôme, ce qui est souvent ignoré notamment dans les articles de presse, lesquels ne prennent en compte dans les crédits que la mention "traduction". Ce travail, que je réalise depuis plus de quinze ans pour divers éditeurs, consiste à réécrire la traduction brute, la remanier, au-delà de simples corrections, dans le sens d'une lecture plus fluide, plus compréhensible aussi au niveau des références culturelles, humoristiques, etc. pour le lectorat francophone, précisant aussi souvent des éléments elliptiques du discours japonais. J'espère que cette information vous permettra de préciser plus justement les références de ce manga.

Au plaisir de vous lire bientôt,

NB
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.