Lumière d’été, puis vient la nuit : comédie humaine islandaise

Auteur invité - 20.10.2020

Livre - Lumière d’été, puis vient la nuit - Jon Kalman Stefansson - Grasset Islande


ROMAN ETRANGER - Chronique poétique d’un village de 400 âmes, posé près d’un fjord, en Islande, Lumière d’été, puis vient la nuit est le septième roman traduit en francais de l’Islandais Jon Kalman Stefansson. Ce roman envoûtant qui vous happe doucement et ne vous lâche plus fait partie de la première sélection du Médicis étranger.
 




Il ne se passe rien dans ce village, nous prévient d’emblée le narrateur. On y trouve un bureau de poste, une coopérative, un atelier de tricot, et des abattoirs. C’est tout. Il n’y a même ni cimetière ni église, et les habitants n’en veulent pas car, qui sait, cela pourrait attirer la Camarde qui semble les avoir oubliés… Tous se retrouvent pour les bals du samedi soir, les soirées whist (qui sait encore ce qu’est le whist ?) et les soirées bingo.

Mais sous la calme surface des eaux du fjord et de la neige, des vies basculent, disparaissent sans faire de bruit ou brûlent intensément. On suit ainsi les destins du fragile Jonas, passionné d’oiseaux qui devient policier par amour pour son père, d'Agusta, la postière qui ouvre les lettres au su de tout le village, d'Elisabet qui « portait cette robe de velours sombre que seuls ses seins semblaient soutenir », ou encore du directeur de l’atelier de tricot « tellement élégant que cela confinait à l’irrévérence » et qui, une nuit, rêva en latin…

 
Lumière d’été, puis vient la nuit est donc la chronique de vies minuscules, mais ô combien universelles. C’est envoutant, presque hypnotique. Il y est beaucoup question de désir, de solitude et de la couleur des yeux des femmes. La traduction de Eric Boury rend magnifiquement hommage à la belle langue poétique de l’auteur.


Ce roman n’est sans doute pas une œuvre majeure de l’auteur islandais – il a d’ailleurs été publié originellement en Islande en 2005 et on devine que, devant le succès des derniers romans de Stefansson l’éditeur est allé fouiller quelque tiroir…– mais c’est une petite pépite dans laquelle s’immerger, levant parfois les yeux pour contempler « la mer, une tasse de café, les bavardages de l’eider, les galets que les vagues submergent et qui remontent à la surface pour respirer ».

 
Laurence Baulande 




Jon Kalman Stefansson, trad. Eric Boury – Lumière d’été, puis vient la nuit – Grasset – 9782246823582 – 22.50 €

Les romans de la rentrée littéraire : 2020, l'année inédite

 
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.