Les Ensablés - "Mal'Concilio" de Jean-Claude Rogliano, par Denis Gombert

Les ensablés - 09.08.2020

Livre - Gombert - Jean-Claude Rogliano - Mal concilio


C’est un village corse niché au cœur de la montagne. Un village austère avec son église et ses maisons uniformes toutes en pierres de granit. Il peut y souffler par bourrasque un vent mauvais. Ici les femmes respectent le deuil et sont habillées de noir. On croit autant à la puissance de Dieu qu’aux esprits. Ainsi de Mal’ concilio, l’arbre de la nuit qui se dresse à la sortie du village, près des maisons abandonnées. Cet arbre géant domine le village « cramponné à un versant où rien ne pousse ». Majestueux et effrayant, châtaigner sans âge, il est le seul grand arbre de la province de la Tèvola, région sèche et aride. On dit que le Mal’ concilia est hanté.
Par Denis Gombert



 
Dans son tronc, on raconte que « les maudites s’enivrent de sang et qu’elles en ressortent comme emplies d’une vigueur nouvelle et descendent sur le village et les campagnes ». On raconte encore que c’est ici qu’on peut recevoir le don de passer d’une rive à l’autre, de vie à trépas. En effet, les morts ont besoin d’un vivant pour les guider de l’autre côté de la vie, de l’autre côté de l’eau. Une personne occupe cette fonction. On l’appelle le Mazzeru.

Pas plus que les autres, « le Fou », héros et narrateur du roman n’aimait traîner trop du côté du Mal’ concilio. Mais avec les années, cet étrange enfant aux yeux clairs et aux cheveux blancs qui ne se lie pas aux autres, qui en est même la risée permanente, et qui passe son temps à chasser les geais et à se cacher dans le maquis, s’est rapproché de l’arbre. Il en a fait son lieu. Il habite juste à côté, plus loin que Torremortà, là où sont justement les maisons abandonnées.  

« Tu as vraiment tout de la bête sauvage ».

 La première fois que Lésia, la fille de Sgio Dom Monfredo, à la fois la plus belle et la plus convoitée du village, s’adresse au « Fou », c’est certainement par défiance et pour se moquer. Mais rapidement chacun des deux jeunes gens va trouver chez l’autre sa part manquante : pour Lésia le goût de la transgression, pour le « Fou » l’éveil sensoriel à la beauté. Le « Fou » initie Lésia à domestiquer la nature environnante : cueillir le laurier, chasser au fusil, observer le ciel de nuit, entendre gronder le torrent dans un fracas de pierres, se raconter des histoires qui font peur et, aussi et surtout, pénétrer un jour au sein du tronc de Mal’ concilio…

L’idylle de ces deux adolescents qui en restent aux jeux innocents de l’enfance s’arrête lorsque Timante, « Timante aux mains blanches, aux habits de drap fin », Timante le soupirant officiel de Lésia, vient défier le « Fou ».
Timante est riche, hâbleur, sûr de sa beauté et follement enjôleur. Pour Lésia, il prépare une sérénade. À ses pieds il veut se pâmer en lui chantant une belle chanson d’amour. Et tout le village sera là pour le soutenir et l’acclamer.  
 « Mais dans la bouche de Timante il manquait cette ferveur, cet élan, cette adoration qui auraient fait de cette romance une chanson pour Lésia… et moi, le Fou, je ressentais… je ressentais ce qui aurait donné à ces mots la fraicheur des sources, la douleur du vent de mai… »

Épiant la scène dans son coin, souffrant de voir le manège amoureux risquer d’opérer, le « Fou » sort de sa cachette pour empêcher la sérénade. On l’attrape alors et on l’amène sur la place du village. Là, il est exposé aux regards de tous. Pour le moquer, Timante lui demande de chanter, puis lui glisse un crapaud dans la chemise. C’est plus fort que lui, le « Fou » crache au visage du soupirant. Insulté, Timante voit rouge. Aidés par ses amis, ils saisissent le « Fou » et le plaquent au sol. On le roue de coups. Abandonné, lessivé, alors qu’on le croit à bout de force, l’adolescent aux yeux clairs et aux cheveux blancs arrive soudain à saisir le pied de Timante.

« Comme je prenais appui sur le sol, mes doigts rencontrèrent une pierre. Elle était lourde et presque trop grosse pour ma main. Je parvins quand même à la saisir. Alors, réunissant toute la force que souffrance et la haine m’avaient donnée, je lui assénai un coup formidable sur la bouche. Je sentis les dents craquer. »

Exit le prétendant ridule. Privé de ses dents, on ne le surnomme plus dans le village que « Dentirotta ». Lésia a trouvé l’acte de bravoure du « Fou » formidable.

« Tu es très courageux, tu sais », lui dit-elle. Et cette fois il n’y avait aucune ironie dans sa voix. 
Un sanglier rôde autour du village. Il fait peur à tous. On l’appelle Démonio. On est certain que le diable l’habite. Il est une de ces créatures qui hantent Mal’ Concilio. Le jour où le sanglier attaque, c’est un nouveau défi qui se présente au « Fou ». Tuera-t-il cette sorte de dragon corse et possédera-t-il un jour sa belle ? Et cette Lésia. Outre sa beauté, quel est son pouvoir véritable ? Quelque chose la ramène toujours vers le « Fou » et au pied du Mal’ Concilio. Qu’est-ce que c’est ? 
 
Étonnamment, ce roman corse de Jean-Claude Rogliano publié en 1980 aux éditions Belfond emprunte au romantisme allemand du début du XIX ème siècle : conte initiatique, balancement subtil entre réalisme et fantastique, présence thaumaturge ou maléfique de la nature, répertoire précis de mœurs et légendes d’une région particulière, beaux personnages antithétiques précipités vers un destin tragique, écriture inspirée.

Longtemps confidentiel, Mal’ concilio est aujourd’hui étudié à l’école sur l’île de Beauté et a méritoirement trouvé sa place auprès d’autres livres comme Columba de Prosper Mérimée ou Les frères Corses d’Alexandre Dumas. Il gagne désormais à être plus connu sur le continent...

Denis Gombert
 
Jean-Claude Rogliano – Mal'concilio – Clémentine – 9782370121035 – 7,50 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.