Joueuse : s'envoler, en y laissant quelques plumes

Auteur invité - 20.10.2020

Livre - Joueuse - Benoit Philippon - Les Arènes


THRILLER FRANCOPHONE - En seulement deux romans, Benoît Philippon s’est révélé un formidable raconteur d’histoires noires et lumineuses à la fois. Il nous avait scotchés avec son Cabossé paru à la Série Noire il y a deux ans. Puis, avec Mamie Luger, l’année dernière, il avait réussi le mélange parfait (et extrêmement rare) d’humour, de noirceur et d’émotion. Avoir entre les mains un nouveau livre de cet auteur, c’est comme attendre le nouveau film des frères Coen. C’est dire si j’attendais cette parution.
 


 
Nous voilà entraînés cette fois dans le milieu des parties clandestines de poker. On y croise beaucoup de pourris, de requins et de machos. Un milieu glauque, malsain, dangereux, dans lequel on entre en montrant patte blanche sans être sûr de pouvoir en sortir.
 
Et au cœur de tout ça, les trois personnages principaux. Et s’il y a bien un domaine dans lequel Philippon est imbattable, c’est dans la qualité et la complexité de ses personnages. À commencer par Maxine, la « joueuse » du titre. Une femme marquée au fer rouge par la vie et par les hommes, qui va se servir du poker pour les remettre à leur place et tenter de se venger.
 
Elle entend un jour parler d’un joueur d’exception : Zack, « solide réputation, beau palmarès et toujours vivant. Le genre de profil qui suscite son intérêt. » Zack, le loser magnifique. Mais comment parler de lui sans parler de son acolyte et partenaire de jeu Baloo ? Car ces deux-là sont inséparables depuis les bancs de l’école. Baloo, une montagne de muscles qui passe ses nuits à traîner en ville afin de défoncer les salauds qui agressent les femmes.
 
Là où Benoît Philippon est extrêmement doué, c’est qu’il arrive, malgré toute cette noirceur, à faire flotter à la surface ce petit rien d’humanité qui nous fait dire que tout n’est pas perdu.
 
Benoît Philippon, c’est l’étincelle dans la nuit la plus noire. C’est le goéland qui arrive, contre toute attente, à se sortir du mazout et à regagner l’azur, même s’il y a laissé quelques plumes.
 
Frédéric Lassale, libraire
La Femme Renard (Montauban)

 
 

 


 
Benoît Philippon - Joueuse - Les Arènes – 9791037500663 – 18 €


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.