La chasse aux applications pirates sur Android et iOS

Clément Solym - 28.10.2020

Lecture numérique - Applications - Apple Google pirates - applications Android iOS - smartphones tablettes pirates


En Russie, on ne plaisante pas avec les pirates. Surtout ceux qui officient sur les plateformes diffusant des applications — d’Apple autant que de Google. À croire que les Américains n’ont pas bonne presse en territoire orthodoxe…


 

Les deux entreprises, Apple et Google, ont fait savoir qu’elles coopéreraient dans la lutte contre les applications pirates que contiennent leurs stores respectifs. Conformément aux nouveaux amendements encadrant la loi sur le droit d’auteur en Russie, la suppression commencera sous peu.

Deux années de négociations au sein de la Chambre parlementaire, pour aboutir à une loi signée depuis le 1er octobre par Vladimir Poutine. Cette législation apporte de nouveaux pouvoirs au pays dans la lutte contre le piratage. Au menu, blocage des FAI, pour contrefaçons répétées, ou encore suppression de toute application offrant du contenu gratuit, illégalement.

En somme, tout distributeur d’applications pirates tombera sous le couperet de cette loi — mais les positions d’Apple et Google en la matière les placent sous le feu des projecteurs. 
 

La Russie armée de missiles législatifs


Ces 8 et 14 octobre, les entreprises ont signifié au Service fédéral de supervision des communications, des technologies de l’information et des médias de masse (ou Roskomnadzor), qu’elles apporteraient leur pleine coopération. 

Sur le principe, un courriel sera expédié au contrevenant, avec 72 heures pour agir. Cet avis de violation du droit d’auteur signifié, la plateforme, les développeurs, les responsables, qu’importe, devront intervenir dans les délais les plus brefs. 

Et Google, comme Apple, auront alors leur part de responsabilité : ils seront en effet tenus pour responsables, si une action en justice devait être intentée. Ce qui semble peu probable en regard du faible nombre d’applications concerné, note Torrent Freak.

Musique, cinéma, livres — évidemment —, mais également séries et émissions sportives sont désormais dans le viseur du législateur russe. Avec de sérieux moyens pour se faire entendre.

En France, le GLN, Groupement pour le développement de la Lecture Numérique, avait dénoncé le fonctionnement de l’application Scribd. Cette dernière était accusée de permettre l’upload de livres sous droit, rendus consultables aisément pour les utilisateurs de l’appli. Toutefois, le GLN n’a plus d’activité depuis des années — et Scribd a multiplié les tentatives pour se conformer à un plus grand respect tant du copyright que du droit d’auteur. 

crédit photo : Pexels CC 0


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.