medias

Pas de film The Sandman : quand Neil Gaiman refusait le cinéma

Florent D. - 11.07.2020

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Neil Gaiman Netflix - Neil Gaiman Sandman - Sandman cinéma Lucifer


The Sandman, le Grand Œuvre de Neil Gaiman, compte autant de légendes qu’il en offre. Plusieurs projets découlant de ce roman graphique réalisé avec nombre d’artistes ont été évoqués. Notamment pour le cinéma — alors que Gaiman était assez peu convaincu par cette perspective d’adaptation.


 

Neil Gaiman a dévoilé récemment qu’il avait demandé à Warner Bros — propriétaire de DC Comics — de suspendre toute discussion autour d’un film inspiré de Sandman. « Je pense que nombre de problèmes avec ce projet pour Sandman viennent de ce qu’il était un peu en avance sur son temps, en regard de ce que l’on attendait. »

Les premières discussions pour ce portage remontent à 1990, et déjà, Gaiman refusait l’idée du film que lui suggérait Warner. À l’époque, Lisa Henson, directrice exécutive de Warner n’en revient pas : c’est bien la première fois qu’on lui demande de ne pas produire un film. « Eh bien, moi je le demande. S’il vous plait : pas de film. Je travaille sur une bande dessinée et un film apporterait distraction et confusion. Laissez-moi simplement faire mon truc », lui objecte Gaiman. 

Et c’est en effet de la sorte que tout s’est passé. Mais les temps changent et il incombera à Netflix de réaliser l’adaptation de Sandman — mais Gaiman peut avoir confiance, quand on voit ce qui a été fait avec Good Omens. Des univers radicalement différents, de toute évidence, mais on peut légitimement attendre une belle réussite.

Voilà tout de même 30 ans que The Sandman a commencé sa course dans les librairies — et quasiment autant de temps que l’on planche à des adaptations cinématographiques, « qui n’ont jamais marché », précisait Gaiman durant une conférence de presse. « Jamais à cause de tous les effets spéciaux et du matériel qui serait nécessaire pour les réaliser. »

Le monde a changé durant toutes ces années, et même le livre audio peut devenir un support d’adaptation pour un roman graphique de 13 tomes. C’est le cas actuellement — et la raison de cette campagne autour de Sandman (publié en France par Urban comics, trad. Patrick Marcel). Mais s’il cède aux besoins de la promotion audio, Gaiman a les yeux tournés vers Netflix. 

« Je reçois des trucs sur la conception de la production […] que je voudrais montrer à tout le monde, et je sais que je ne peux pas. C’est incroyablement confidentiel, alors je les regarde et j’hallucine. L’autre jour, ils m’ont envoyé le château de Lucifer et les portes de l’enfer et d’autres dessins sur l’enfer. Je me suis simplement dit que c’était incroyable. » 

On peut goûter un extrait de la version audiolivre ci-dessous : 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.