“L'univers de Pagnol représente la vie normale, celle qu'on ne peut avoir en ce moment”

Gariépy Raphaël - 05.11.2020

Manga/BD/comics - Univers BD - Marcel Pagnol oeuvre - adaptation BD Edition - Entretien Nicolas Pagnol


Après avoir adapté en bandes dessinées les quatre ouvrages du cycle des Souvenirs d’enfance, les éditions Grand Angle poursuivent leur entreprise : en tout, 15 bandes dessinées sont déjà sorties dans la collection. C'est à présent avec la pièce Marius que la maison poursuit son travail autour de l'oeuvre de l’écrivain provençal. À l’occasion de la sortie du second volume de la série, nous nous sommes entretenus avec Nicolas Pagnol, petit-fils de Marcel, et garant des ayants droit de l’œuvre familiale. 
 


Depuis des années Nicolas Pagnol veille sur l’œuvre de son grand-père, disparu en 1974, peu de temps après sa naissance. En 2015, fort de son poste de Directeur de la Compagnie méditerranéenne de films, il organisait un crowdfunding pour restaurer les longs métrages de La trilogie marseillaise, et offrir « une nouvelle à vie à Marius, Fanny et César », les personnages emblématiques du cycle. 

D’abord pièce de théâtre, Marius a ensuite été adaptée au cinéma. On y suit le héros éponyme qui n’a qu’un rêve, celui d’embarquer sur l’un des bateaux qu’il voit passer tous les jours sur le port de Marseille. Mais son départ est rendu compliqué par son amour naissant pour Fanny, marchande de coquillages, qui aime de son côté le jeune homme depuis l’enfance. 

Aujourd’hui ces figures marseillaises existent d’une autre manière au sein des cases et des pages des albums signés par Serge Scotte et Éric Stoffel et illustrés par Sébastien Morice. Ce nouvel ouvrage s'inscrit dans un processus d’adaptation sur le long cours de l’œuvre de Pagnol avec déjà plus de 6 BD publiées.

Nicolas Pagnol, qui n’est donc pas à son coup d’essai,  affirme faire une totale confiance aux auteurs : « On parle en amont de l’adaptation, des points qui nous paraissent le plus important, puis je jette un premier coup d’œil aux crayonnés pour validation ». Pour ce quarantenaire, partir des notes de l’écrivain sur ses personnages et commencer une sorte de « casting dessiné » reste cependant très excitant : « Enchaîner les brouillons et les propositions jusqu’à voir apparaitre en couleur les héros définitifs, c’est incroyable ».

Le travail des adaptateurs s’effectue également au niveau de la langue nous explique-t-il : « L’idée c’est de garder une qualité littéraire dans la bande dessinée, ce qui fait que le lecteur s’attardera davantage sur le langage. » Adapter le style de Pagnol en dessins représente un véritable défi, et la faconde des personnages doit souvent être figurée par le mouvement du dessin ou les expressions des personnages.
 

Une œuvre moderne 


Cette langue si particulière, Nicolas Pagnol espère qu’elle donnera envie aux lecteurs de se plonger (ou se replonger) dans l’œuvre de Marcel : « L’idée de l’adaptation en BD c’est aussi de toucher un public assez jeune, autour de 18/30 ans, une génération qui connait beaucoup moins bien Pagnol que la génération précédente. »



 
Pour le petit-fils de l’écrivain, le cadre dans lequel évolue Marius ne peut que faire du bien. Ce Marseille ensoleillé où se déploie une histoire d’amour, pendant qu’en arrière-plan les enfants jouent sur la place et les vieux se disputent en enchaînant les parties de cartes... Loin des polémiques et des couvre-feux, la ville brille d’une lumière chaude et tranquille : « C’est une véritable bouffée d’oxygène, c’est comme ça qu’on doit vivre. »
Père de deux enfants, Nicolas les voit grandir dans une période compliquée et appelle de ses vœux un quotidien qui ressemble un peu plus au monde que décrit son grand-père : « L’univers de Marcel représente la vie normale, celle qu’on ne peut avoir en ce moment ..»

Au lecteur qui souhaite revenir vers les œuvres de l’auteur, il conseille de se lancer dans Les Pestiférés. L’ouvrage raconte un Marseille qui se confine alors que la peste est aux portes de la ville. En 2019 sortait également une adaptation de l'histoire en BD, avec semble-t-il, un Maître Pancrace en sosie (involontaire) du professeur Raoult. 


Commentaires
Si Pagnol envoyait un manuscrit aujourd'hui, il ne serait pas publié. Trop bien écrit, pas assez genré, pas de gauche, pas mondialiste, pas de migrant, pas de LGBT, pas d'écriture inclusive et surtout trop franchouillard !

Heureusement qu'il est né trop tôt pour connaître ça...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.