Anime : entre sites pirates, la guerre technologique fait des ravages

Nicolas Gary - 14.10.2020

Manga/BD/comics - Univers Manga - anime sites pirates - internet piratage manga - guerre technologie internet


Du temps des 7 Mers, les coups bas entre pirates se menaient tambour battant et sabre aux dents. Quand l’espace marin s’est agrandi, les rivalités n’ont pas cessé, loin s’en faut. Il faut imaginer qu’à surfer sur les espaces internautiques, les méthodes varient, mais les intentions restent inchangées…


 

Le site 9anime.to jouit d’une grande notoriété dans le monde de l’anime piraté — tant du côté des utilisateurs que des éditeurs. Alors qu’on estimerait qu’en matière de contrefaçon, il y a de la place pour tous, 9anime n’a pas vu d’un bon œil l’arrivée d’un concurrent, AnimixPlay.to. Et pour faire part de son mécontentement, 9anime n’y est pas allé de main morte.
 

Siphonner le réservoir


Passé du site de niche à l’entreprise de piratage majeure en quelques années, 9anime compte quelque 39 millions de visiteurs chaque mois, indique TorrentFreak. Or, dans le courant de l’été, son concurrent AnimixPlay a manifestement connu une forte croissance, passant à 1,4 million de visiteurs par mois. 

Certes, un chiffre honorable, mais qui le laisse dans l’ombre de son grand frère. Or, 9anime a pointé du doigt qu’AnimixPlay venait sucer son contenu, pour enrichir ses pages. Le pirate piraté, voici qui devient comique. Pour le dire simplement, AnimixPlay interroge la base de données de 9anime tous les jours, constamment, pour augmenter son offre. Des requêtes massives, qui évidemment attristent les pirates d’en face.

« Ils veulent simplement une grande base de données en peu de temps, alors que nous devons la remplir quotidiennement, et l’avons fait durant des années. Leur action, à la manière d’un DDoS, sollicite lourdement notre serveur, le ralentit et donc ralentit le site », explique l’opérateur de 9anime.
 
Le DDoS, ou attaque par déni de service, est un système que les pirates informatiques utilisent pour rendre un serveur indisponible. En multipliant les requêtes, ils sursollicitent le serveur jusqu’à ce que ce dernier rende l’âme et tombe, corps et bien. Ou coule, pour revenir aux 7 Mers. 
 

Dédé_Ohesse


Certes, AnimixPlay n’a pas l’intention de faire s’écrouler son rival, et ne pratique pas vraiment une attaque DDoS. Or, la réponse du berger à la bergère ne s’est pas fait attendre : 9anime a riposté en installant un JavaScript sur ses pages, qui se sert de la connexion internet des visiteurs pour inonder les serveurs d’AnimixPlay. « Il semble que 9anime se serve de sa communauté comme de bots DDoS », analyse un internaute.



 
Et voici comment un site pirate, qui a tenté de siphonner le contenu d’un autre site pirate, avec une méthode de hacker, se retrouve frappé par cette même méthode de hacker pour faire respecter le contenu originellement piraté. On marche sur la tête, avec allégresse. Pour justifier ses actes, le créateur de 9anime jure que ses différentes tentatives de contacter le méchant d’en face, afin qu’il cesse ses activités, n’ont jamais abouti. 

« Comment vous sentiriez-vous si, marchant dans la rue, quelqu’un vient vous frapper au visage plusieurs fois durant 30 minutes ? Vous lui demandez d’arrêter, mais il s’en moque : alors vous le frappez en retour, et tout le monde dans la rue en vient à vous juger ? »

Depuis, le code DDoS qui changeait les internautes en robots hackers a été retiré, et manifestement, un cessez-le-feu est engagé. Jusqu'à la prochaine fois...


crédit photo : markusspiske CC 0


Commentaires
« Et voici comment un site pirate, qui a tenté de siphonner le contenu d’un autre site pirate, avec une méthode de hacker, se retrouve frappé par cette même méthode de hacker pour faire respecter le contenu originellement piraté. »

Cher Nicolas, je me permets de vous signaler la différence entre hacker et cracker : un hacker est un « bitouilleur », c'est-à-dire un as de la bidouilles des bits, autrement un bon programmeur informatique. Il possède une éthique, c'est-à-dire tout simplement un sens moral et ne se permet jamais d'utiliser ses connaissances à des fins malveillantes.

En revanche, un « cracker » a le même profil, mais sans son sens moral : il n'a donc aucun scrupule à mettre sa science pour faire ch... le monde (pour le mieux).

À votre décharge, peu de monde fait la différence et c'est dommage grrr
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.