Nawal El Saadawi : la féministe qui osa écrire dangereusement

Née dans un village à l’extérieur du Caire en 1931, la deuxième de neuf enfants, El Saadawi a écrit son premier roman à l’âge de 13 ans. Son père était un fonctionnaire du gouvernement, avec peu d’argent et aimait le pari sportif Québec, tandis que sa mère venait d’un milieu aisé.

Le 24/03/2021 à 09:38

0 Réactions | 61 Partages

Publié le :

24/03/2021 à 09:38

Anonyme

61

Partages

linkedin mail print

Ses parents ont encouragé son éducation, a écrit El Saadawi, mais elle s’est rendu compte très tôt que les filles étaient moins appréciées que les fils. Plus tard, elle décrira comment elle a tapé du pied avec fureur quand sa grand-mère lui a dit : « Un garçon vaut au moins 15 filles... Les filles sont un fléau. »

« Elle a vu quelque chose de mal et elle a pris la parole », dit le Dr Amin. « Nawal ne peut pas lui tourner le dos. »

L’une des expériences de l’enfance qu’El Saadawi a documentées avec une clarté inconfortable a été d’être victime de mutilations génitales féminines (MGF) à l’âge de six ans.

Dans son livre, The Hidden Face of Eve, elle a décrit avoir subi cette procédure angoissante sur le sol de la salle de bain, alors que sa mère se tenait à côté.

Elle a fait campagne contre les MGF tout au long de sa vie, arguant que c’était un outil utilisé pour opprimer les femmes. Les MGF ont été interdites en Égypte en 2008, mais El Saadawi a condamné sa prévalence persistante.

El Saadawi a obtenu un diplôme en médecine de l’Université du Caire en 1955 et a travaillé comme médecin, se spécialisant finalement en psychiatrie.

Elle est ensuite devenue directrice de la santé publique, mais a été licenciée en 1972 après avoir publié son livre non romanesque, Women and Sex, qui dénonçait les MGF et l’oppression sexuelle des femmes.

En 1975, elle publie Woman at Point Zero, un roman basé sur le récit de la vie réelle d’une femme condamnée à mort qu’elle a rencontrée.

Elle a été suivie en 1977 par la Face cachée d’Eve, dans laquelle elle a documenté ses expériences en tant que médecin de village témoin d’abus sexuels, de « crimes d’honneur » et de prostitution. Cela a provoqué l’indignation, les critiques l’accusant de renforcer les stéréotypes sur les femmes arabes.

Puis, en septembre 1981, El Saadawi a été arrêté dans le cadre d’une rafle de dissidents dirigée par le président Anouar Sadate et détenu en prison pendant trois mois. Là, elle a écrit ses mémoires sur du papier toilette, en utilisant un crayon à sourcils que lui avait confié une travailleuse du sexe emprisonnée.

En plus de susciter l’indignation, El Saadawi a acquis une grande reconnaissance internationale, ses livres étant traduits dans plus de 40 langues.

 

 

0 Commentaires

 

Aucun commentaire.

Plus d'articles sur le même thème