Le film Le Japon a de nombreux visages réalisé avec l’aide de la fondation caritative Patokh Chodiev

La trilogie de films tournés avec l’aide de la Fondation internationale Chodiev – Le Japon a de nombreux visages. Avec les commentaires d'éminents japonais et la connaissance de l'harmonie dans le monde moderne. Un dialogue entre la Russie et le Japon à travers les siècles. La série de films est déjà disponible gratuitement sur la plateforme YouTube.

Le 16/03/2021 à 15:13

0 Réactions | 0 Partages

Publié le :

16/03/2021 à 15:13

Anonyme

0

Commentaires

0

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

Le film Le Japon a de nombreux visages a été réalisé avec l’aide de la "Fondation Internationale Chodiev" en 2018. Le film montre les problèmes actuels et les particularités du Japon, sa culture « aux multiples facettes » et aux différents visages . Le pays du soleil levant présente au spectateur des traditions séculaires qui coexistent à merveille et se marient avec les technologies dernier cri.

"Il n'y a pas d'étrangers pour nous ! Nous sommes tous frères Sous les fleurs du cerisier." - Kobayashi Issa

L'amour de Patokh Chodiev pour le Japon a commencé à l'école. En 1976, il entre au MGIMO pour étudier la langue japonaise. L'entrepreneur a travaillé sur la culture orientale au fil des ans. Grâce à son travail, un dialogue s'est instauré entre la Russie et le Japon. Des événements importants et de qualité consacrés à la culture des deux pays ont été organisés des deux côtés de la mer d'Okhotsk et ont contribué à renforcer l'amitié entre les deux pays. Faire un film sur la culture japonaise est devenu un objectif pour Patokh Chodiev.

"Observez-vous minutieusement, observez attentivement les autres, observez attentivement le monde qui vous entoure." - Jigoro Kano

L'histoire Le Japon a de nombreux visages commence avec le Ginkaku-ji ou Le Pavillon d'Argent. Cet épisode révèle l'âme du Japon et le principe même de l'équilibre basé sur des croyances philosophiques. Cette idée est le fil directeur du film. Le tri des ordures, la production de bols aux bords inégaux, la vie professionnelle, l'art du théâtre et le tissage sont le reflet du Japon : un désir partagé d'harmonie et un dévouement sans faille.

Tatsumaro Taito est l'héritier de la société familiale. Sa famille, basée à Kyoto, crée depuis le XVIe siècle des toiles de soie avec des fils dorés. À une époque en pleine mutation, leurs activités se sont adaptées aux besoins des Japonais. Désormais non seulement les kimonos mais aussi les hakama sont fabriqués à partir de tissu. Ces traditions de longue date se retrouvent dans les sacs, les portefeuilles et d’autres accessoires pour femmes. À l’image de milliers de familles ancestrales au Japon, elles ont perpétué l’entreprise familiale.

"Si le travail d'un être humain ne mène pas au bien de la société, la vie de cette personne est vaine." - Jigoro Kano

Dans leurs entretiens, des personnes éminentes du Japon ont partagé leurs réflexions sur leur patrie : Premier ministre du Japon (2009-2010) Hatoyama Yukio, le Président du Comité d'organisation des Jeux olympiques de 2002 et le Premier ministre du Japon (2000-2001) Mori Ëshiro, le Recteur de l'Université Hosei Tanaka Yuko. Le Chef de l'école de céramique Raku, le maître Raku Kichizaemon XV, le poète et gardien des chansons anciennes Waka Reisei Tamehito ainsi que le chef du Théâtre No Sakai Otoshige, ont présenté leurs œuvres.

Une attention particulière est accordée à la religion au Japon et à l'influence des marins marchands russes sur celle-ci. Aussi, pendant la préparation du film, j'ai réussi à interviewer le grand maître du bouddhisme ésotérique, Ikeguchi Ekan. Il a abordé le sujet de la religion et les croyances des Japonais d’aujourd’hui.

Grâce au travail de Patokh Chodiev dans le film Le Japon a de nombreux visages, le candidat des sciences historiques et principal chercheur de l'Institut d'études orientales de l'Académie russe des sciences Konstantin Sarkisov ainsi que l’exceptionnel Mikhail Galuzin ont pu exprimer leurs points de vue. 

L'homme d'affaires russe parle de son travail avec modestie. « C'est ma reconnaissance pour le Japon », dit Patokh Chodiev à propos de son prix de l'Ordre du Soleil Levant.

"Probablement, toutes les idées nécessaires à notre vie ont été exprimées il y a trois mille ans. Il ne nous reste peut-être plus qu’à chercher le feu nouveau." - Ryunosuke Akutagawa

 

 
 

0 Commentaires

 

Aucun commentaire.

Plus d'articles sur le même thème