#Librairie

Attention, libraires (dé)masqués

BILLET d'HUMEUR – Après une tentative — qui a fait un gros flop — de Bruno Le Maire le 18 mars de rouvrir les librairies (voir ici), la plupart des acteurs/actrices de la chaîne du livre ont admis que celles-ci resteraient fermées pour un certain temps. L’arrêté du 14 mars annonçait de toute façon une fermeture jusqu’au 15 avril. Mais les semaines passant, de plus en plus de librairies se sont mises à proposer un système de retrait à la porte de la librairie, de livraison à domicile, etc.

Le 23/04/2020 à 09:56 par Auteur invité

33 Réactions |

Publié le :

23/04/2020 à 09:56

Auteur invité

33

Commentaires

linkedin mail print
ActuaLitté

ActuaLitté, CC BY SA 2.0 (photo d'illustration)

Et c’est au moment où une date de réouverture se précise, et que le gouvernement autorise le Click & Collect pour les librairies, sans risque pour les client·e·s d’avoir une amende de 135 euros, que la machine s’emballe. Tout le monde y va de son initiative : du distributeur qui propose de livrer directement chez eux/elles les client·e·s des librairies, au libraire qui propose de déposer le livre devant chez vous.

On peut aussi se poser la question du matériel sanitaire utilisé pour permettre ces démarches alors que les personnes qui travaillent dans les Ehpad ou dans les soins à domicile en manquent toujours.

Ceux qui ont un pistolet chargé...

Il est vrai que sans librairie, la chaîne du livre ne peut fonctionner et notamment ne peut faire rentrer de l’argent. Le ministre de la Culture n’a pas dit autre chose le 16 avril à la radio : « Les librairies sont le poumon économique de la chaîne du livre ». Pour autant on peut se poser la question des motivations ou des raisons qui poussent de plus en plus de libraires à s’activer partiellement au lieu d’agir dans le respect commun :

  • • raisons financières. Mais objectivement, ces ventes sont infimes et ne représentent qu’une toute petite partie du chiffre d’affaires habituel ;
  • • garder du lien « social » : mais en réalité, garder un lien à tout prix avec sa clientèle habituelle en lui donnant un livre vite fait via un « guichet sans contact » après une commande à distance ;
  • • problème de stock : le diminuer (un tout petit peu) en prévision des centaines de nouveautés qui vont arriver à la réouverture (celles qui étaient programmées entre mi-mars et mi-mai) ;
  • • faire concurrence à Amazon, qui continue de vendre des livres.

Si le soutien des lecteurs-lectrices et client·e·s aux libraires est touchant et sincère, la décision de réouverture ces jours-ci des librairies est désolante et démesurée : le gain est bien trop petit et le risque est trop grand. Être solidaires, c’est l’être avec tous les citoyen·ne·s, pas en premier lieu avec son comptoir.

Rien de très convainquant il me semble, pas plus que d’éventuelles pressions des maisons d’édition, des distributeurs alors qu’eux/elles aussi sont à l’arrêt.

PODCAST: Réouverture, avec patience et humilité

À noter qu’en même temps que les librairies s’activent, Amazon ferme ses entrepôts pour quelques jours (mais pas ses marketplaces…) suite non pas aux beaux discours du gouvernement ou à la mobilisation de ces mêmes libraires, mais beaucoup plus sûrement grâce à la mobilisation des salarié·e·s d’Amazon, des syndicats et des visites répétées de l’inspection du travail. Du coup, le premier des arguments mis en avant à la mi-mars — selon lequel il fallait rouvrir les librairies puisqu’Amazon continuait de vendre des livres — ne tient plus vraiment.

Cherche la main et tu auras l'échelle
Charlotte Henard (photo d'illustration)

Et ceux qui creusent...

Plongeons maintenant dans les déclarations de ceux qui appellent vertement à la réouverture des librairies. Le dénominateur commun de ces prises de position c’est le caractère vital, fondamental de leur démarche.

Ne pas rouvrir ce serait, au choix (chacun se reconnaîtra…) la mort de la librairie indépendante, la mort des petits éditeurs, et la fin de leur grandiose contribution à l’émancipation intellectuelle du genre humain.

Certains en appellent à la résistance comme à d’autres « époques sombres et difficiles » (si si), crient à l’injustice de ne pouvoir vendre de livres ni d’exercer leur métier — et insultent en passant les libraires qui pensent autrement.

La fermeture des librairies aurait ainsi empêché de « transformer ce temps difficile de confinement en une période intense et privilégiée ». Les familles endeuillées, les centaines de milliers de personnes en première ligne et/ou obligées de travailler sans protection, les personnes qui n’ont pas de quoi manger et qui font la queue par centaines devant les lieux de distribution de nourriture apprécieront ce désir de légèreté, et cette insouciance.

Comme l’a si bien dit la librairie L’Écume des pages [Facebook, 20 avril] : « Si lire c’est résister, acheter ou vendre un livre ne fait pas de nous des résistants. »

RÉSISTANCE: 39-45 à l'heure du Covid

Tout ça fleure bon la patrie en danger, qui va assez bien avec l’idée que nous sommes en guerre et qu’il faut en appeler à la mobilisation nationale. Les instits et les coiffeurs et les coiffeuses, le personnel de restauration (et aussi dans une version plus contrainte les réfugiée·e·s), mais qu’ils aillent dans les champs ramasser les fraises et les asperges ! Les libraires qui refusent de réintégrer leurs lieux de travail, ces lâches, ces couards, qu’on les soumette à la vindicte publique (de celle qui dispose de capital culturel bien entendu…) !

Embed from Getty Images

Certains disaient dès la mi-mars [Le Point, 18 mars] qu’il était évident que les librairies ne pourraient pas fermer plus de quelques jours. Ça ne vous rappelle pas un certain ministre qui disait que les écoles ne fermeraient pas, quelques heures seulement avant que ne soit annoncée leur fermeture ? Comme quoi il n’y a pas qu’au gouvernement qu’on peut dire des âneries…

Certain·e·s aussi en appellent à la liberté et osent comparer leur confinement au quotidien des détenus en prison et évoquent le risque d’infidélité de leur clientèle si la fermeture des librairies est prolongée.

On trouve ici en partie les mêmes arguments que chez Amazon qui, tout en dissimulant la part très majoritaire de ce qui est non essentiel dans les produits qu’elle expédie, justifie ses ventes comme un service rendu aux client·e·s confiné·e·s et désœuvré·e·s.

Toi... tu creuses

Il y a aussi la version « militante », qui explique qu’elle réamorce la vente par correspondance en accord avec les revendications des syndicats de la Poste, mais c’est omettre qu’une des revendications c’est justement d’arrêter l’acheminement de tout ce qui n’est véritablement pas indispensable (matériel médical, nourriture…). Ça doit faire plaisir au PDG de La Poste qui se vantait début avril qu’un nouveau record de volume de colis avait été franchi et disait qu’il fallait se fixer de nouveaux objectifs.

Sans oublier que ce triste record a été obtenu grâce à une armée d’intérimaires et de sous-traitants puisque, comme à Amazon et ailleurs, les salarié·e·s les moins précaires exercent massivement leur droit de retrait ou se mettent en arrêt maladie. [NdR : En Île-de-France plus de 80 % des colis transitant par La Poste sont sous traités au privé.]

BIBLIOTHÈQUE: des imbéciles et des livres

Épatant : personne ne parle de rouvrir les bibliothèques. Pourtant, en termes de diffusion et d’accès à la culture, y’a pas mieux ! En passant, si la réouverture des librairies était réellement une question de diffusion de la culture, (donc de) fournir des livres, il suffirait de mettre à disposition gratuitement sur les pas de portes les services de presse qui s’entassent dans les réserves…

Étonnamment le SLF, le syndicat de la librairie française, qui ne s’est jamais illustré dans la défense des petites mains qui travaillent en librairie — c’est de fait le syndicat des patrons de librairies — a durant cette crise affiché des positions correctes tout en demandant des aides financières et en accomplissant ses missions habituelles. Il s’est opposé à une réouverture à la mi-mars et demande un cadre et des moyens pour une réouverture à partir du 11 mai en n’omettant pas les questions sanitaires pour les employé·e·s et les client·e·s.

Le communiqué du président du SLF du 17 avril a d’ailleurs incité certains de ses adhérent·e·s à afficher leur désaccord. [NdR :  Voir la tribune de Georges-Marc Habib, publié sur le site de Livre Hebdo le 17 avril. Un sommet dans le genre dont un certain nombre de passages entre guillemets enrichissent ce texte !]

Indignados
- HOGRE - domaine public

Comme une évidence, les inégalités sociales (santé, économie…) resurgissent en temps de crise. Il en est de même pour cette pandémie concernant les librairies. Les petits commerces qui ont dû fermer depuis le 16 mars traversent une période très difficile, surtout ceux qui n’ont pas ou très peu de trésorerie qui permettrait de faire la transition pour payer les salaires, les loyers, les factures en attendant le versement des aides qui pour certains seront loin d’être suffisantes.

Livres Hebdo (LH) le magazine destiné aux professionnel·le·s du livre s’illustre particulièrement depuis le début de la pandémie. C’est le principal organe d’expression, via son site internet, des partisans à tout crin de la réouverture le plus tôt possible des librairies. LH, surnommé « la voix de son maître », est également réputé pour ignorer la plupart du temps les revendications et les luttes menées par les salarié·e·s dans les métiers du livre — y compris en son sein bien évidemment.

Ainsi, concernant la restructuration prévue courant 2020 et le licenciement de la moitié de la rédaction — et alors que la Société des journalistes de Livres Hebdo et la section syndicale SNJ parlaient de démantèlement — LH parle de « redéploiement » dans un article paru le 24 janvier 2020…

Malgré de beaux discours, les questions de santé publique passent après l’essentiel : les clients·e·s doivent recommencer à consommer le plus vite possible. Mais que l’on se rassure, le terminal CB est désinfecté après chaque paiement (attention au court-circuit, hein).

Essayons de réagir avec lucidité, de prioriser ce qui doit l’être en pensant aux personnes « en première ligne » et de garder le sens du collectif.

Le Bon la Brute et le Truand soit deux libraires et une éditrice

33 Commentaires

 

Arpenteurs

23/04/2020 à 12:40

1/quand on fait une tribune de ce genre, on a au moins le courage de la signer
2/venez voir si le chiffre qu’on fait en ce moment est anecdotique au regard d’une petite librairie
3/ venez voir si on ne respecte pas TOUTES les consignes de sécurité
4/venez voir si on pique des masques à ceux qui en ont le plus besoin ( non on les fabrique sur des modèles officiels d’hopitaux)
5/ venez voir si le tpe est à risque: non paiement exclusivement à distance.
On pourrait continuer la liste longtemps... juste en cohérence avec tout ce qui est dit dans cet article, ne rouvrez pas le 11 mai!!!!
Dans 15 jours rien ne sera réglé!!! Rien! Et ce sera bien plus dangereux de faire rentrer des gens que de faire du pickup sécuritaire... comme visiblement la préoccupation est la première ligne , ce sera toujours le cas pour vous. Donc attendez au moins septembre tranquillement pour ne mettre personne en danger de façon certaine!!!!

Flo des Beaux Jours

23/04/2020 à 18:14

Cette réponse de votre part illustre malheureusement à la perfection ce qui est dénoncé dans cette article qui est un coup de gueule, mais aussi une piste de réflexion sur les enjeux actuels de notre métier.
Qu'y opposez-vous ? Rien.
Seulement des considérations pratiques et économiques, rien au sujet de ce qui est ici dénoncé : le manque de cohésion, le manque de solidarité, le manque d'action collective qui nous permettraient de peser pour sauver nos librairies tout en nous préoccupant de notre place et notre responsabilité dans la société. Tout en ayant le sens de ce qui est COMMUN.
Et puis cette cerise sur le gâteau : la solution du "pickup sécuritaire" (coucou Georges Orwell !).
Si ça résume votre vision de l'avenir du métier, au secours :gulp:

PS : je n'ai pas participé à la rédaction de cet article, je ne sais pas qui s'y est collé mais peu importe. L'invalider parce qu'il n'est pas signé n'est pas un argument valable.

Arpenteurs

23/04/2020 à 20:06

Si nous n’avons pas agi plus tôt en pick up c’est certes parce que nous avons respecté l’urgence sanitaire des hôpitaux mais aussi parcequ’apres Discussion avec des confrères on avait convenu que si certains se lançaient ils risquaient de mettre à mal la profession pour les aides qui pourraient être peut être obtenues pour la librairie. On a donc bêtement fait passer l’unite Avant notre petite trésorerie à la con comme vous dites... Après avoir reçu les conditions d’octroiement de ces aides il y a 48h , ça laisse pantois... bref, on regrette presque d’avoir pensé effectivement qu’il fallait penser d’abord à ce qui était le sens commun...

Alexis Argyroglo

23/04/2020 à 13:55

Bonjour le Bon, la Brute et le Truand,
Gérant d'une petite librairie qui propose un service de retrait, ne pas rouvrir serait plus simplement l'impossibilité de verser les salaires à la fin du mois. Pas plus, pas moins. La situation n'est plaisante pour personne, quelles que soient les décisions prises pour faire face et les conditions mises en oeuvre. Que des librairies puissent différer leur réouverture, tant mieux. Mais pour votre complète information, sachez que depuis lundi le chiffre d'affaire est correct, objectivement (-20% environ de perte). Bonne journée

NestorM

23/04/2020 à 15:04

Merci pour cette tribune courageuse et donnant espoir à celles et ceux qui pensent qu'on peut être libraires sans devenir de bons petits soldats de la Cause économique.

Amis Arpenteurs, détendez-vous... Et si vous saviez qui a écrit cette tribune ça changerait quoi ?

Arpenteurs

23/04/2020 à 18:17

Totalement d’accord. Merci pour cette réponse claire et mesurée.

Arpenteurs

23/04/2020 à 18:22

Un grand merci pour ce conseil de détente car oui étrange allez savoir pourquoi on est un peu inquiet pour notre avenir...
On ne sert pas LA cause économique mais connement et humblement juste notre cause économique et accessoirement celle de nos 3 jeunes salariés libraires...
Et simplement quand on revendique des choses si haut et fort publiquement et qu’on tape sur les autres, on a juste la décence d’assumer. Et pourquoi ne pas le faire si on est aussi sûr de ce qu’on dit!?!

NestorM

23/04/2020 à 19:26

Cette tribune que je sache ne vise pas à empêcher quiconque de faire ce qui lui semble bon (donc pourquoi s'enerver comme ça ?) mais revient je trouve de manière pertinente sur un certain nombre d'arguments discutables avancés par des personnes de la profession pour reprendre rapidement une activité économique non vitale. Comme dans toute situation complexe, l'important c'est de débattre et de confronter des idées idéalement contradictoires, il en restera toujours quelque chose. En tout cas cet article me plait car il propose une position qui me touche particulièrement. Etre un.e commerçant.e en 2020 n'empêche pas de placer d'autres arguments avant celui de la reprise économique à tout prix. Cet article essaie de porter le regard sur des arguments sociaux et sanitaires qui sont parfois un peu trop vite balayés ou du moins mis au second plan devant l'urgence de sauver la trésorerie et le chiffre d'affaires. Car oui c'est super important (pour le moment) de sauver les chiffres (oui oui je suis aussi libraire et je vois bien ce qui arrive sur mon compte en banque), mais l'état actuel du monde ne peut pas ne pas nous faire aller au-delà. On n'est plus dans les années 50-60. Certaines urgences méritent qu'on modifie en profondeur certaines de nos priorités. Et réfléchir à comment faire pour qu'une vie véritablement humaine soit encore possible dans 15 ou 20 ans (ou peut-être l'an prochain), nécessite sûrement de voir au-delà du critère trésorerie de ma petite entreprise. Cette crise nous y incite. Prenons le temps d'en profiter. Car si la précipitation provoque un étalement dans le temps de la situation actuelle, on passera de "on avait une petite chance de sauver les meubles" à "c'est mort et bien mort pour longtemps". Alors oui détendons-nous et tentons de penser un peu plus loin que le bout de notre calculatrice...

Arpenteurs

23/04/2020 à 19:56

Nous allons transmettre la fin de votre message à nos 3 jeunes salariés libraires qui effectivement seront forcément détendus...
Le système du pick up n’a en rien été précipité! Nous avons eu un mois pour y réfléchir et le mettre en place efficacement en se souciant prioritairement des questions sanitaires.
Dans 15 jours rien n’aura beaucoup changé: les libraires et autres qui tiennent ces propos devraient être cohérents et ne pas réouvrir! Le système de pickup est bien moins dangereux qu’une réouverture... personnellement c’est bien ce qui nous préoccupe plus...

NetsorM

24/04/2020 à 12:10

Bien volontiers pour le transfert, étant moi même "jeune libraire salarié" je suppose que d'autres que moi peuvent comprendre qu'appartenir à une profession commerçante d'empêche pas de penser au-delà des strictes nécessités comptables et économiques. La critique ne vous empêche en rien de pratiquer ce que vous êtes en train de faire, d'autres choisissent d'autres voies et s'en défendent, pourquoi s'en priver ? En outre, certain.e.s libraires considèrent que devenir un comptoir à emporter n'a plus grand chose à voir avec le métier qu'ils ou elles souhaitent exercer, quel mal à ça ? Bon courage !

Tramendon

23/04/2020 à 17:44

Il est amusant de constater une fois de plus que chacun crois systématiquement que son point de vue est moins relayé que celui des autres. Moi-même, il n'y a pas si longtemps, je trouvais qu'on laissait beaucoup la parole à ceux qui défendait une fermeture stricte des librairies, jugeant irresponsables les libraires qui préféraient tenter de faire un peu leur travail.
Tout comme Arpenteurs, j'estime que si l'on veut avoir un tant soit peu de crédibilité lorsque l'on rédige une tribune qui entend faire la morale a une partie de ses confrères, on a le courage de ses actes en signant.
Mais quand je lis "la décision de réouverture ces jours-ci des librairies est désolante et démesurée", je comprends que nous avons de toute façon affaire à des gens si persuadés de détenir LA vérité, qu'il ne sert à rien d'essayer de dialoguer.
Et bien sûr on n'est jamais bien loin du point Godwin, avec une bonne petite culpabilisation des familles ("Les familles endeuillées, les centaines de milliers de personnes en première ligne et/ou obligées de travailler sans protection, les personnes qui n’ont pas de quoi manger et qui font la queue par centaines devant les lieux de distribution de nourriture apprécieront ce désir de légèreté, et cette insouciance." : il est tellement facile de faire pleurer dans les chaumières, pourquoi ne pas s'en donner à cœur joie ?).
Le débat ne vole pas bien haut…

Aurele

23/04/2020 à 19:54

Je ne comprends pas cette tribune qui est totalement déconnectée de la réalité : les librairies independantes risquent juste de ne pas survivre à cette crise....donc elles essaient juste d'éviter cela et ce n est pas gagné. Les bibliotheques n'ont pas ce probleme. Il ne faut pas tout mélanger.

Cyrano

23/04/2020 à 19:54

J'ai bien essayé de vous lire mais l'écriture inclusive est une telle horreur que je vous quitte

Illisible

24/04/2020 à 07:40

Oui.C'.e.e.s.tT. TeRR.i.ble.e cette manie d'ajouter n'importe quoi, n'importe où...
Et venant d'un éditeur, ça explique sans doute une des raisons des difficultés de l'édition...

Sissi

23/04/2020 à 21:58

C'est marrant, le texte donne l'impression de voir des gens n'ayant pas de choix pourri à faire reprocher à d'autres gens n'ayant la lattitude qu'entre deux choix vraiment pourri d'avoir fait un choix vraiment pourri.
Mais bon, on se fait plaisir comme on peut.

Remi

23/04/2020 à 22:03

Je suis libraire et j'ai choisi de suivre le mouvement de click ans collect avec toute la sécurité sanitaire possible.
Ça marche très bien, les clients sont très prudents et nous aussi, comme chez la plupart des confrères je crois.

Je suis assez sidéré par cette agressivité malvenue je trouve, à nous faire passer pour des requins que nous ne sommes pas.
Jouez à être les plus purs si ça vous amuse. C'est bien dommage, moi je comprends tout à fait votre position, essayez de comprendre la mienne avec davantage de tolérance.

Après, si le commerce vous révulse, ne faites pas commerçant.

NAUWELAERS

23/04/2020 à 22:03

Quand on écrit une tribune, on signe de son nom.
Et soit on trouve que les librairies indépendantes peuvent crever, soit on pense qu'il faut tout faire pour qu'elles survivent !
Toutes mes excuses si je caricature...
Il s'agit de confronter les points de vue opposés en présence.
Réouverture: en prenant certes toutes les précautions possibles pour préserver le personnel et la clientèle.
Et puis bon Dieu...ne pas attendre une vie et un fonctionnement socioéconomique à risque zéro !
Pas possible !
Et une fois de plus...
Personne ne pipe mot au sujet des nombreux Relay restés ouverts, avec tabac (indispensable !), journaux et périodiques...et même livres ?
Pourtant cela en fait des lieux ouverts, des gens au boulot et des clients et clientes !
CHRISTIAN NAUWELAERS (oui mon vrai nom, j'assume)

NAUWELAERS

23/04/2020 à 23:12

Sissi impératrice du charabia ?
Je n'ai rien compris à son intervention !

Tsiane

23/04/2020 à 23:59

Attristée d un tel forum. Un libraire est aussi un commerçant. Préférer du chômage partiel et geindre sur le manque à gagner ou offrir un collect et click en toute sécurité non au dépens des soignants. J'ai attendu pour acheter des livres en collect et click(pas à amazon) comme d autres vont courir. J en suis heureuse.

tsiane

24/04/2020 à 00:21

Chocking : réponse de monsieur gallimard dans l émission c est à vous..Nous avons un réseau de distribution dans les gdes surfaces alimentaires et les distributeurs des gdes enseignes (il s est visiblement retenu de citer amazon). Pas larmoyant sur les librairies. ..

Mehdi

24/04/2020 à 00:42

Merci Remi, merci les arpenteurs et Christian Nauwelaers et les autres.
Cette fronde virulente est détestable...
J ai mis en place un système de retrait et de livraison depuis le 6 avril. Et je l assume.
Je voudrais juste signaler à ces râleurs de relire l art. 8 du décret numéro 2020-293 du 23 mars 2020
Ce décret autorise ce que nous faisons.
Je respecte votre décision de ne pas ouvrir, respectez la notre. Il n y a rien à dire, rien à contester, rien à critiquer.
Je ne suis qu un petit libraire d une ville moyenne et je ne suis pas hors la loi.

NestorM

24/04/2020 à 00:54

CQFD je crois. Vus les discours qui s'étalent sous cette tribune, elle n'est que plus pertinente.

Et Tramendon, pourquoi le registre de l'émotion et le rappel de tragédies humaines en cours ferait voler le débat moins haut que sa sainteté comptable ?

Sur l'écriture inclusive, pareil, ça fait souvent un tri salvateur.

Et sur l'obsession de la transparence du nom comme souvent dans pareil environnement, donnons la parole à Michel Foucault : « Ne me demandez pas qui je suis et ne me dites pas de rester le même : c’est une morale d’état civil ; elle régit nos papiers. Qu’elle nous laisse libre quand il s’agit d’écrire. » L’Archéologie du savoir, 1969

Courage à tou.te.s :-), la fin du vieux monde sera longue et difficile... surtout si le débat est aussi vite clos.

Tramendon

24/04/2020 à 18:51

Vous m'avez bien mal lu cher NestorM.
En quoi dénoncé-je l'émotion ? Il n'est absolument pas question, dans le passage que de cite, d'émotion, mais de recours éhonté, provocateur et caricatural à une culpabilisation idiote.
Je suis certain que la personne qui ose écrire ça n'a jamais été léger ni insouciant de sa vie. Parce qu'il ne faudrait peut-être pas oublier que des "familles endeuillées", les "centaines de milliers de personnes en première ligne et/ou obligées de travailler sans protection" et les "personnes qui n’ont pas de quoi manger et qui font la queue par centaines devant les lieux de distribution de nourriture", il y en a eu avant et il y en aura après le Covid-19, partout dans le monde, et ça n'est pas systématiquement dû aux libraires qui proposent à leurs clients fidèles de venir retirer leurs maigres commandes.

TIBI/RIVOLI

24/04/2020 à 02:26

Defendre les livres et utiliser l'écriture inclusive est antinomique : soit les livres, soit le charabia.

Michel L.

24/04/2020 à 09:41

"Si nous n’avons pas agi plus tôt en pick up c’est certes parce que nous avons respecté l’urgence sanitaire des hôpitaux mais aussi parcequ’apres Discussion avec des confrères on avait convenu que si certains se lançaient ils risquaient de mettre à mal la profession pour les aides qui pourraient être peut être obtenues pour la librairie."

Ce n'est plus un métier, c'est Walking Dead simulator.

NAUWELAERS

24/04/2020 à 10:32

Nestor M. termine son message du 23 avril par: «...penser un peu plus loin que le bout de notre calculatrice».
Moi je suis du côté des professionnels intègres et passionnés qui espèrent continuer à exercer leur métier et à payer leurs collaborateurs quand c'est le cas.
Sans s'enrichir du tout...
Quels mots méprisants.
Et le 24 avril,Nestor M. évoque un «tri salvateur» (?).
De quel «tri salvateur» (on trie qui ou quoi pour sauver qui, monsieur M. je vous prie ?)s'agit-il ?
Moi ce tri,je pense qu'il vaut mieux ne pas le classer mais le déclasser...
Et je signe de mon nom,n'en déplaise aux mânes de Michel (Foucault), monsieur M.
Bon déconfinement...et on se détend ?
CHRISTIAN NAUWELAERS

NestorM

24/04/2020 à 12:27

Etant si fier de votre nom, je me suis dit qu'il fallait vraiment que je m'intéresse à vous. C'est ce qui semble vous tenir à cœur. J'ai donc eu le plaisir de faire l'enquête que permet le fait de vivre dans une société panoptique. Et cela m'a confirmé votre besoin de reconnaissance, et le temps dont vous disposer pour chasser toute tentative de critique de vos valeurs, dans plusieurs domaines : la francophilie supposée, doublée d'une croisade assidue contre tout écart à la norme académicienne, l'amour pour l'Etat de droit (souvent euphémisme d'une idéologie disons rigoriste), la haine des féminismes... Bref, tout ça n'augure rien de bon quant à la teneur de nos échanges à venir. Mieux vaut s'en tenir là et vous épargner l'occasion de nouvelles saillies "intègres et passionnées". Bon vent. Et concernant mon nom, vous trouverez aisément ma biographie : Nestor Makhno pour vous servir :coolgrin:. (révérence)

Snoofie

24/04/2020 à 10:42

Sur ce « billet d’humeur » (un peu long pour un billet) : comment l’idéologie peut conduire à prôner la mort du petit commerce en prétendant lutter contre l’affreuse domination de l’économie.

NAUWELAERS

24/04/2020 à 16:03

Une double réponse...
MERCI à Snoofie !
Je suis d'accord avec vous.
Monsieur M, vous devriez écrire des romans.
N'importe quoi !
Allez-vous accuser Nicolas Gary ou Antoine Oury ou d'autres qui signent leurs écrits de leur nom d'être des egomanes ?
Vous êtes monsieur l'inspecteur M ?
Société panoptique ou non, vos allégations sont débiles,monsieur.
Je ne suis sur aucun réseau social et n'importe qui peut techniquement prendre mon adresse courriel comme pseudo.
J'en ai déjà été victime sur Facebook,monsieur l'inspecteur !
Je n'ai aucune -lisez bien,M: AUCUNE,c'est clair- haine du féminisme mais les idéologues extrémistes -terme épicène -désolé,je ne peux pas.
Votre ton comminatoire et sournois: «Ah je sais des choses sur vous» alors que vous ne savez RIEN et que vous avez tout faux n'est qu'un signe de malveillance de votre part.
Et peut-être de susceptibilité (hypertrophiée) blessée...
Je n'ai pas le plaisir de vous saluer: je salue les personnes que je connais...et au fait méfiez-vous des impostures du web...et des homonymes mêmement !
Et évitez de salir ce forum avec votre négativité agressive.
Là je ne suis pas très courtois,c'est vrai, mais je me défends contre les attaques gratuites et sournoises d'un inconnu qui semble avoir la passion triste de nuire.
Confinez vos errements et cela ira mieux, monsieur l'inspecteur M !

NAUWELAERS

24/04/2020 à 16:15

Suite et fin de ma réponse au sieur Makhno, qui dévoile son nom.
Oui je suis francophile.
Oui j'aime l'État de droit: sur ces deux points,je ne vous contredis pas.
L'État de droit est une honte,vive l'arbitraire, la dictature ?
Vive le fait du prince ?
La Justice bafouée par l'«émocratie» ?
Et moi je n'ai pas le droit selon l'inspecteur Makhno d'aimer la France,la francophilie et la culture française en général ?
Mais pas seulement cela: pour le reste,je suis un inconnu pour vous.
Je n'étale pas ma vie partout avec un narcissisme imbécile (périssologie),
Monsieur Makhno.
Je déteste cela...tout comme les accusations fausses,mensongères,calomnieuses proférées même par écrit pour nuire et se pousser du col.
Faute d'autre talent sans doute ?
Et votre «tri» (un message précédent qui ne s'adressait pas encore à moi), on attend des explications.
Puisque vous êtes libraire mais également inspecteur (raté,désolé) et trieur de je ne sais qui et quoi !
Avec une légitimité en béton armé j'imagine.
Voilà c'est exprimé et ce qui est écrit ici est correct et authentique.
CHRISTIAN NAUWELAERS (le vrai,méfiez-vous des imposteurs)

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

FIBD : les Autrices et Auteurs en Action “demandent maintenant des actes”

Le collectif AAA (Autrices et Auteurs en Action) entend attirer l'attention des pouvoirs publics sur les suites données au rapport Racine sur la condition des auteurs, qu'il estime « enterré ». Après une proposition de boycott du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême 2021, le collectif a proposé un vote pour Bruno Racine, pour le Grand Prix. Vote qui ne sera pas comptabilisé, a confirmé l'organisation. Le collectif prend acte, mais demande à présent au festival de démontrer son soutien aux auteurs, lors de la prochaine édition. Nous reproduisons le courrier de réponse au FIBD ci-dessous.

09/06/2021, 14:49

ActuaLitté

Les auteurs de Suisse s'expriment en faveur de la loi Covid-19 

La Suisse doit prochainement s’exprimer sur une législation et les débats vont bon train. Le secteur de la Culture touché au même titre que d’autres reste en demande d’actions. Et le collectif Suisse Culture, dont l’association des auteurs partage le message, demande donc que la loi Covid-19 fasse l’unanimité. « Qui dit non à la loi Covid-19 rend impossible tout soutien aux branches les plus durement touchées : la culture, l’événementiel, la gastronomie et le sport. » Leur appel est ici reproduit dans son intégralité.

31/05/2021, 17:01

ActuaLitté

Affaire Marsan : huit autrices de Bragelonne “rappellent la société à ses obligations”

Une enquête de Mediapart, en avril dernier, a fait état des témoignages d'une vingtaine de femmes, qui pointaient le comportement « déplacé » de l'éditeur Stéphane Marsan, directeur du groupe Bragelonne, dans un cadre professionnel, à l'occasion de réunions ou lors de festivals. Depuis, la société n'a pas réagi publiquement, et aucune mesure ne semble avoir suivi ces révélations. Huit autrices de livres publiés par le groupe rappellent la société à ses obligations, menaçant de reprendre leurs droits sur leurs créations. Nous reproduisons ci-dessous, en intégralité, leurs revendications et leur lettre ouverte.

28/05/2021, 09:00

ActuaLitté

En Biélorussie, la liberté d'expression et l'opposition en danger

Le détournement d'un avion de ligne par un appareil militaire, pour arrêter l'opposant et journaliste Roman Protassevitch, constitue le dernier « coup d'éclat » du régime autoritaire d'Alexandre Loukachenko. Depuis les résultats des élections présidentielles de 2020, contestés par une partie de la population, la répression s'intensifie. Le PEN Club français fait part de son inquiétude pour la liberté d'expression, dans un texte que nous reproduisons ci-dessous.

27/05/2021, 09:26

ActuaLitté

Perdue en mer de Chine ? Roselyne Bachelot face à ses contradictions

Voilà quelques jours, la ministre de la Culture se lançait dans d’hasardeuses comparaisons : d’un côté les tensions en mer de Chine, de l’autre celles entre organisations représentatives des artistes-auteurs, qui seraient plus ardues à résoudre que les premières. Les intéressés — les artistes-auteurs, pas les Chinois… — ont décidé de répondre à Roselyne Bachelot, considérant que le mépris avait des limites… Leur texte est ici proposé dans son intégralité. 

17/05/2021, 15:21

ActuaLitté

“Essentiel c’est-à-dire absolument nécessaire” : des libraires privés d'activité

Malgré les menaces de la crise sanitaire, le retour des beaux jours ouvre des perspectives plus heureuses, avec une reprise d'activité. Certains libraires, notamment ceux proposant des livres d'occasion, se trouvent toutefois privés de participation aux marchés en extérieur. Une situation incompréhensible, portée à la connaissance de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, par Frédéric Mignon et Pascale Chassang, libraires à la Librairie Sans Nom, au Mans, dans une lettre ouverte publiée dans nos colonnes, en intégralité.

07/05/2021, 14:56

ActuaLitté

Une loi sur les bibliothèques, “un marqueur fort et une opportunité”

Déposée au Sénat le 3 février dernier, la proposition de loi de Sylvie Robert (Ille-et-Vilaine), relative aux bibliothèques et au développement de la lecture publique, a bien sûr attiré l'attention des professionnels du secteur. Trois associations professionnelles saluent cette proposition de loi dans un communiqué, reproduit intégralement ci-dessous.

07/05/2021, 11:29

ActuaLitté

Institut du service public : les conservateurs généraux des bibliothèques volontaires

Dans la foulée de l'Association des directrices et directeurs des bibliothèques municipales et groupements intercommunaux des villes de France, l'Association française des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation plaide pour une intégration des conservateurs généraux des bibliothèques au sein du futur Institut du service public (ISP). Nous reproduisons le texte de l'association ci-dessous.

06/05/2021, 11:24

ActuaLitté

“Oui, on le savait. Mais personne n’a rien dit, surtout par peur”

Le 21 avril dernier, un article de Médiapart dévoilait les nombreux témoignages de professionnelles. Chacune pointait, dans ses relations, le responsable éditorial des éditions Bragelonne, Stéphane Marsan. Après la vague de révélations viennent les interrogations, les inquiétudes, les attentes. Adrien Tomas, auteur de fantasy, avait vivement réagi, et accepte de nous confier son texte. Le voici publié dans son intégralité.

04/05/2021, 11:32

ActuaLitté

#MeToo dans l'édition : “Je suis Jeanne”, une témoin se dévoile

« Je suis Jeanne, l’une des témoins cités sous pseudo par Médiapart dans son enquête du 21 avril 2021. M. Marsan a répondu à cet article en identifiant les témoins, les unes après les autres, dans un exercice d’intimidation qui doit figurer dans un chapitre du Nécronomicon. Dans l’un des derniers paragraphes et sous couvert d’éloges contrits, il rend mon identité publique en citant Albin Michel, ma maison d’édition. Déjà, tout le monde s’en fout, de mon identité, donc joke’s on you. » Par Marguerite Imbert.

01/05/2021, 12:50

ActuaLitté

Haute fonction publique : les conservateurs des bibliothèques attentifs

Après la suppression de l'École nationale d'administration (ENA), Emmanuel Macron propose une réforme de la haute fonction publique, avec pour principale mesure la « fonctionnalisation » de l’Inspection générale des Finances (IGF), de l’Inspection générale de l’Administration (IGA) et de l’Inspection générale des Affaires sociales (Igas). Les conservateurs et conservatrices des bibliothèques saisissent l'occasion pour demander une prise en considération de certaines revendications, portées par l'Association des directrices et directeurs des bibliothèques municipales et groupements intercommunaux des villes de France (ADBGV), dont nous reproduisons le texte ci-dessous.

29/04/2021, 16:20

ActuaLitté

Harcèlement sexuel : soutien à "celles et ceux qui osent témoigner publiquement" 

Dans le contexte de l'enquête menée par Médiapart publiée le 21 avril dernier, où plusieurs autrices, auteurs et anciens salariés de la maison d'édition Bragelonne témoignent d'une attitude déplacée de Stéphane Marsan, directeur des éditions. Une pétition a été initiée sur le site de Chance.org par Lionel Evrard pour mettre fin à cette « omerta ». Nous reproduisons ici ses propos, dans leur intégralité. 

28/04/2021, 17:40

ActuaLitté

Archives : le déménagement qui interroge

Le ministère de la Culture a récemment annoncé le dépôt des archives municipales de Troyes et des archives de Troyes Champagne Métropole aux Archives départementales de l’Aube, dans le cadre des dispositions prévues par le Code du patrimoine. Cette situation, inédite à cette échelle, soulève des questions sur la responsabilité et l’investissement des collectivités envers leur patrimoine archivistique, ainsi que le détaille l'Association des archivistes français dans une tribune, ici reproduite en intégralité.

23/04/2021, 09:21

ActuaLitté

“Face à la détresse scolaire des étudiants, faire de l’enseignement supérieur une priorité”

Devant l'ampleur de la crise sanitaire, le groupe des éditeurs universitaires du Syndicat national de l'édition lance un appel, voire un cri d'alerte. Leur message est ici reproduit dans son intégralité. 

19/04/2021, 09:33

ActuaLitté

Égypte : un chercheur détenu pour son travail sur les droits des femmes

74 organisations non gouvernementales internationales cosignent une tribune pour exiger la libération de l'étudiant et chercheur égyptien Ahmed Samir Santawy. Le 1er février dernier, il a été interpelé alors qu'il rendait visite à sa famille en Égypte, et reste aujourd'hui en détention provisoire, pour des motifs non expliqués. Nous reproduisons ci-dessous le texte des ONG, en intégralité.

16/04/2021, 16:57

ActuaLitté

Québec : le devenir des écrivains au coeur des préoccupations

L’Union des écrivaines et écrivains québécois fait état de la publication de deux sondages convergents. Le premier, auprès de la population du Québec, le second auprès des écrivains, mais tous deux font état d’une prise de conscience et d’un réel soutien aux artistes. Nous reproduisons ici leur tribune, dans son intégralité. 

16/04/2021, 13:29

ActuaLitté

Les bibliothèques universitaires demandent “une offre riche et diversifiée” d'ebooks

Les bibliothèques françaises des établissements de l’Enseignement Supérieur et des écoles de management, soutenues par le consortium Couperin, qui négocie les accès aux œuvres au format numérique, demandent dans une tribune un accès plus large et économiquement viable aux catalogues numériques des éditeurs. Nous reproduisons ci-dessous, en intégralité, leur texte.

15/04/2021, 16:58

ActuaLitté

Roselyne Bachelot et l'Observatoire des métiers : “Un problème de méthode”

ActuaLitté reproduit ici une lettre ouverte de l’intersyndicale signée par 20 organisations professionnelles d’artistes-auteurs. Datée du 8 avril, elle concerne l’une des rares promesses de la ministre Roselyne Bachelot sur un Observatoire des métiers. Une annonce qui semble déjà fortement compromise compte tenu de la méthodologie du ministère, analysent-elles.

08/04/2021, 10:19

ActuaLitté

“Le poids parfaitement illégitime de la commandite” d'Arnaud Lagardère

En tant qu’actionnaires minoritaires des Éditions Calmann-Lévy aux côtés de Hachette Livre, Éliane et Christopher Calmann-Lévy ont pris acte du départ d’Arnaud Nourry qui présidait aux destinées de Hachette Livre depuis 18 années. Dans un message communiqué à ActuaLitté, ils évoquent cette rupture, pour l’ex-PDG passé de « l’homme fort » au « maillon faible ».

03/04/2021, 17:24

ActuaLitté

Ouverture des bibliothèques : “Aucune solution unique ne saurait être imposée”

Après les annonces présidentielles de ce mercredi 31 mars, les mêmes questions reviennent, du côté des professionnels des bibliothèques. Encore une fois, les associations interprofessionnelles apporteront des réponses, mais l'Association des Bibliothécaires de France (ABF) tient à avertir les autorités de la situation et des difficultés actuelles. Nous reproduisons ci-dessous le message de l'organisation.

02/04/2021, 14:47

ActuaLitté

“Opacité, manipulation et atteinte aux droits syndicaux des artistes-auteurs”

L'intersyndicale des artistes-auteurs apprend aujourd'hui, le 29 mars, que la Direction générale de la création artistique du ministère de la Culture (DGCA) a convié les organismes de gestion collective et diffuseurs à des « groupes de travail utilisateurs, en visioconférence, sur la nomenclature de revenus d’artistes auteurs à laquelle travaille le ministère de la Culture et qui servira de base à la nouvelle interface informatique de déclaration des revenus d’artistes auteurs ». Nous reproduisons ici l'intégralité de leur texte.  

29/03/2021, 16:58

ActuaLitté

Mahomet supprimé de La Divine Comédie : Dante victime du “politiquement correct”

Une traduction de La Divine Comédie de Dante expurgée de Mahomet « pour ne pas blesser » : le choix d'un éditeur néerlandais fait couler beaucoup d'encre, avec des accusations de censure qui se multiplient. Le PEN Club français s'inquiète lui aussi de précautions qui finissent par porter atteinte à l'œuvre et à la « dimension transculturelle » de Dante. Nous reproduisons ci-dessous, en intégralité, le texte de l'organisation.

29/03/2021, 16:44

ActuaLitté

Auteurs professionnels : un statut non essentiel ?

Je ne suis pas le premier, je ne serai sûrement pas le dernier, mais je souhaitais m’exprimer sur la situation alarmante des artistes-auteurs dont je fais partie. Parce que pour parler net, il semblerait qu’on ait décidé en hauts lieux de nous laisser crever la bouche ouverte. Par Guilhem Meric.

25/03/2021, 10:01

ActuaLitté

"La Maison des écrivains est menacée parce que la littérature est menacée"

La Maison des écrivains est en proie à des difficultés persistantes, clame l’association, qui diffuse un manifeste. Ce dernier, que signe l’ensemble de son conseil d’administration et de direction, dévoile la réalité de cette situation. Une structure qui n’est pas « entendue à la hauteur de ses ambitions », et a recours actuellement à un appel aux dons pour se sortir de l’embarras. Leur plaidoyer est ici diffusé en intégralité.

23/03/2021, 16:18

ActuaLitté

L’appropriation culturelle et les Sensitivity readers

Ou la question du T’es-qui-toi-à-la-base-pour-causer-de-ça ? Suite à notre entretien avec l'éditeur Stephen Carrière, autour de la censure d'ouvrages, nous avons souhaité prolonger la réflexion posée sur l'avenir de l'édition. Et ce, à travers deux thématiques très contemporaines : le rôle du trigger warning, détaillé la semaine passée. Il évoque cette fois-ci les sensitivity readers et la notion d'appropriation culturelle autre enjeu pour l'industrie du livre.

22/03/2021, 08:11

ActuaLitté

Le ministère de la Culture donne “le coup de grâce au rapport Racine”

La semaine dernière, le ministère de la Culture a dévoilé, d'une manière assez discrète, 15 premières mesures qui doivent « améliorer les conditions de création des auteurs ». Les principaux intéressés ne cachent pas leur déception : la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse y voit ainsi « le coup de grâce au rapport Racine ». Nous reproduisons ci-dessous le message diffusé par l'organisation.

15/03/2021, 16:09

ActuaLitté

Hongrie : l'autrice Krisztina Tóth accusée de cancel culture par le gouvernement Orbán

De quoi l'expression cancel culture est-elle le nom ? Selon les contextes, elle est adaptée : quand le gouvernement de Viktor Orbán l'utilise, en Hongrie, c'est pour remettre en question la parole d'une autrice, Krisztina Tóth, vis-à-vis de l'histoire littéraire telle qu'elle a été écrite par la postérité. Le PEN Club français, dans une tribune, défend Tóth, accusée de « censure féministe » et menacée sur les réseaux sociaux. Nous reproduisons ce texte ci-dessous, en intégralité.

15/03/2021, 09:35

ActuaLitté

Maroc : Maâti Monjib et les détenus politiques en besoin “urgent” de solidarité

Condamné le jeudi 28 janvier dernier à un an d'emprisonnement, jugé coupable de « fraude » et d'« atteinte à la sécurité de l'État », l'historien Maâti Monjib a entamé il y a quelques jours une grève de la faim pour protester contre une peine qu'il juge arbitraire. Le PEN Club français appelle à la solidarité envers l'écrivain et les autres détenus politiques au Maroc dans un texte que nous reproduisons en intégralité ci-dessous.

11/03/2021, 12:51

ActuaLitté

Objet : atteinte aux droits sociaux des artistes-auteurs et autrices

Il n’y aura pas de confinement du week-end, ainsi l’a voulu Emmanuel Macron. Voilà qui laissera plus de temps encore aux ministres interpellés par une vingtaine d’organisations professionnelles, sur la question des cotisations sociales. Un courrier enlevé et senti, qui remet l’église au centre du village. Leur texte est ici relayé dans son intégralité.

04/03/2021, 14:31

ActuaLitté

La Commission européenne en conflit avec les éditeurs et auteurs belges 

Depuis 2019, La Commission européenne refuse de verser une rémunération aux éditeurs belges pour la photocopie de leurs œuvres par des entreprises et des institutions publiques. L'organisme de gestion collective des ayants droit belges Reprobel publie aujourd'hui un communiqué pour protester contre cette décision. Selon eux, la Commission prétendrait à tort que cette rémunération constituerait une "taxe" dont elle-même et les institutions européennes qu'elle représente en sont exonérées. Nous publions ici leur texte dans son intégralité. 

 

 

03/03/2021, 11:09

ActuaLitté

Rapport Racine : “Un an plus tard, nous n’oublions pas”

« Un an après la remise du rapport Bruno Racine, rien ne bouge plus. Notre situation économique et sociale n’a jamais même été aussi catastrophique ! Vous êtes donc nombreux et nombreuses à vouloir agir. Des actions sont nées spontanément de toutes parts (BD, audiovisuel, etc.), et ont été plus ou moins bien médiatisées. Mais, malgré des problèmes communs, rien n’avait encore été rédigé pour l’ensemble des créateurs et créatrices, qui sont pourtant unis par un même statut social et fiscal », indique la Ligue des Auteurs Professionnels.

02/03/2021, 15:43

ActuaLitté

Les bibliothèques, “des biens communs au service de tous” (ABF)

L'Association des Bibliothécaires de France (ABF) et d'autres organisations rappellent, dans un communiqué, la politique documentaire qui constitue le cadre du travail des bibliothécaires, garants des « équilibres de toutes sortes, à l’indispensable pluralisme des goûts, genres et orientations, sans jamais faire prévaloir leurs propres opinions ». Cette piqûre fait suite à deux événements récents qui illustrent une possible ingérence d'une hiérarchie administrative dans ce cadre et ces missions... Nous reproduisons ci-dessous l'intégralité du texte communiqué.

02/03/2021, 14:45

ActuaLitté

Édition : M. le ministre, “les procédures bâillons menacent l’information”

La liberté d'information, mais aussi la liberté de publier, sont toutes deux menacées par un processus judiciaire vieux de cent quarante ans, dénonce l'éditeur Florent Massot dans un courrier envoyé au Garde des Sceaux, ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti. D'après Florent Massot, le coût pour l'accusé de la citation directe, dans le cadre d'une plainte en diffamation, est dangereux pour la liberté d'informer. Nous reproduisons ci-dessous le courrier envoyé par l'éditeur au ministre de la Justice, en intégralité.

26/02/2021, 15:11

ActuaLitté

La “censure politique et idéologique” menace en Pologne

Le PEN Club polonais vient de communiquer à ActuaLitté une déclaration officielle sur la situation juridique du pays. Au cœur de cette intervention, un exercice de censure « politique et idéologique ». Une situation d’autant plus délicate qu’elle découle d’une destruction méthodique du travail universitaire, autant que d’une réécriture de l’Histoire. Le texte est ici présenté dans son intégralité.

26/02/2021, 14:16

ActuaLitté

“La responsabilité sociale et environnementale est au cœur de notre projet”, Éditions Leduc

Les éditions Leduc viennent de communiquer un détail, non exhaustif, de leurs engagements écoresponsables, « mis en pratique depuis des années maintenant ». Et d’ajouter : « Comme toujours, ce sont tous nos services et chacun de nos salariés qui portent individuellement et collectivement ces engagements. » Le texte est proposé dans son intégralité.

25/02/2021, 09:54

ActuaLitté

Recherche universitaire : une “police de la pensée” bientôt à l'oeuvre ?

Quand les situations économiques et sociales des étudiants et des universités frisent la catastrophe, les responsables politiques évoquent l'« islamo-gauchisme » qui orienterait de nos jours la recherche universitaire. Un concept aux contours flous, adopté par Jean-Michel Blanquer, Gérald Darmanin et désormais Frédérique Vidal, dont la Ligue des Droits de l'Homme pointe la dangerosité. Nous reproduisons ci-dessous le texte que nous a fait parvenir l'organisation.

23/02/2021, 15:01

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #2 - Gabriel, portail des bibliothèques nationales européennes

Mis en ligne en janvier 1997, Gabriel est un portail trilingue (anglais, allemand, français) offrant un point d’accès unique aux services internet des bibliothèques nationales européennes. Sans les patients efforts de Gabriel (et de l’European Library), la bibliothèque numérique européenne Europeana n’aurait peut-être jamais vu le jour dix ans plus tard.

15/06/2021, 09:29

ActuaLitté

Librairie Les mots à la bouche : transmettre culture et héritage LGBT+, inlassablement

Nouvellement installée dans le XIe arrondissement de Paris, la librairie LGBT+ Les mots à la bouche lançait ce 31 mai un crowdfunding pour changer son modèle économique et devenir une société coopérative. Avec 40.000 euros réunis en à peine trois jours, les membres de la SCOP sont aujourd’hui assurés de pouvoir reprendre l'entreprise. Une façon pour le lieu de continuer à vivre aux mains d’une nouvelle génération de libraires engagés, ayant à cœur de prolonger l’héritage LBGT. Mais aussi de proposer une littérature qui raconte ses luttes et son histoire.

14/06/2021, 18:01

ActuaLitté

Histoire de l’ebook #1 - Le PDF, format pionnier lancé par Adobe

L’ebook aura bientôt 50 ans. Non, il ne fait pas son âge. Mais pour mieux contextualiser son existence, ActuaLitté vous propose de retrouver une série d’articles, rédigés par Marie Lebert, pour bien mener les célébrations. Peu après les débuts du web en 1990, la société Adobe lance en juin 1993 le format PDF (Portable Document Format), tout comme l’Acrobat Reader (gratuit, pour lire les PDF) et l’Adobe Acrobat (payant, pour créer les PDF).

14/06/2021, 09:51

ActuaLitté

La justice pardonne-t-elle les critiques élogieuses de livres dangereux pour la santé ?

La justice nous porte souvent vers les confins du sublime, dans une langue magique. La Cour de Justice de l’Union européenne, régulièrement évoquée dans nos colonnes, donne l’occasion d’un petit sourire, voire d’un clin d’œil, facétieux. En effet, l’arrêt dans l’affaire C-65/20 autoriserait, selon un de nos lecteurs, que les mauvais livres — indigestes pour l’esprit — puissent malgré tout être encensés. Attention, mauvaise foi et bonne humeur exigées…

10/06/2021, 12:52

ActuaLitté

D'Amélie à Mademoiselle Nothomb : “Tu es encore là toi ?!’

Amélie Nothomb rencontrera pour la première fois depuis très longtemps son public ce samedi 12 juin, dans le cadre du Festival Les mots libres à Courbevoie. On sait combien elle entretient un rapport très particulier, dans tous les sens du terme, avec ses lecteurs, et son impatience à l’idée de les revoir n’était pas feinte. En attendant la rentrée littéraire et son prochain titre, Premier Sang, discussion autour de son dernier roman paru, Les aérostats, des monstres et de l’écriture, et de ses lecteurs.

04/06/2021, 11:47

ActuaLitté

Voutch : “Un dessin d’humour, c’est un rébus, entre le texte et le visuel”

Avec une exposition en trois parties, Voutch régalera le public des Mots libres, festival qui s’ouvre ce 1er juin à Courbevoie. Une composition réunissant ses dessins réalisés pour un livre sur les Fables de La Fontaine en 2018, ainsi que des dessins de son dernier album De surprise en surprise. Et puis, des strips, ces petites BD commencées en 2016 sur un blog du Monde, avant de devenir deux livres au Cherche midi.

31/05/2021, 09:13

ActuaLitté

Pass Culture : unique réussite d'un Emmanuel Macron tout schuss ?

L’éducation et la culture étaient les pans prioritaires du programme d’Emmanuel Macron candidat à la présidence. Et sur le second point, la mesure probablement la plus novatrice consistait à copier le Bonus Cultura mis en place par Matteo Renzi, Premier ministre italien, en octobre 2016. Baptisé par les équipes Macron Pass Culture, il promettait un bifton numérique de 500 € aux jeunes atteint de majorité, pour des dépenses folles en biens culturels…

21/05/2021, 17:05

ActuaLitté

Des dessins inédits de Milan Kundera exposés à Paris

« Par mes expériences et mes goûts je suis centre-européen […], mais au milieu de ma vie, ma femme et moi avons émigré en France. Cet événement est le plus décisif de toute mon existence : il est la clef de ma vie et de mon travail », écrivait Milan Kundera. Français, Tchèque, et Centre-européen, l’écrivain est au cœur d’une exposition organisée par le Centre tchèque de Paris, offrant un regard inédit sur les dessins de l’auteur.

21/05/2021, 10:25

ActuaLitté

Marcel Proust devenu auteur de science-fiction

Chercher, Pierre-Carl Langlais adore : il s’est lancé dans des études en histoire de la presse, mobilisant les ressources de l’Intelligence Artificielle pour analyser des corpus entiers. Et au fil des morceaux de code, s’est intéressé à l’outil GPT-2 – logiciel de traitement automatique du langage, produit par OpenAI (société de Elon Musk). « À partir d’un corpus, on propose à la machine un début de phrase, et elle génère le texte qui suit. On peut ainsi croiser deux types de textes, pour emprunter un style à l’un et un univers à l’autre », nous explique le post-doctorant.

13/05/2021, 16:24

ActuaLitté

HoomBand : lectures et ambiances pour les angoissés du sommeil

TEST – Le soleil revient, repart, les terrasses restent vides, les pro et anti-vaccins s’empoignent… tout cela donne envie de faire une belle sieste. Mais difficile de s’endormir avec un tel vacarme en bruit de fond ? Taratata, ActuaLitté vous a dégoté un petit gadget presque sexy, qui aide à l’endormissement. Une sorte d’assistant-conteur, capable de vous plonger dans une ambiance sonore, ou une œuvre, afin de favoriser le sommeil. En avant.

10/05/2021, 16:40

ActuaLitté

Karl Zéro : l'absence de pub “donne une indépendance éditoriale”

À 59 ans, le journaliste Karl Zéro se lance dans une nouvelle aventure : il vient de lancer avec les éditions Télémaque L’Envers des affaires, un trimestriel décidé à prendre son temps. Une revue consacrée aux grandes enquêtes de notre époque, entre décryptages, analyses et théories. Et qu’il nous présente, avec élégance et sourires.

10/05/2021, 09:10

ActuaLitté

Rembourser l'avance perçue : quand l'éditeur devient banquier des auteurs

Il plane dans l’atmosphère comme une odeur de faillites rances, dans certaines maisons d’édition. Au point que leurs dirigeants imaginent toutes les manœuvres à leur portée pour récupérer un peu d’argent — une fois la liquidation prononcée. Plusieurs témoignages concordants font état de demandes, parfois adressées par l’intermédiaire d’avocats, réclamant la restitution d’avances sur droits. Au moins deux structures y ont récemment eu recours, provoquant l’inquiétude des auteurs concernés. 

07/05/2021, 11:23

ActuaLitté

En ce 1er mai, “Hommage à tous mes collègues précaires”

Marie Lebert est traductrice et auteure. Depuis des années, elle propose dans nos colonnes des réflexions sur les métiers du livre, l'évolution numérique de l'objet et bien d'autres. Son dernier dossier, Portraits de traductrices et traducteurs du passé portait l'accent sur l'un des rôles invisibles et cruciaux de l'édition. Aujourd'hui, elle souhaite rendre un hommage « à tous mes collègues précaires ». 

01/05/2021, 11:12

ActuaLitté

Écouter des bandes dessinées, l'audacieux pari de Blynd

La jeune société de production audiovisuelle Blynd, installée à Lyon, s'est lancée dans un projet relevé : adapter des bandes dessinées au format audio, en s'affranchissant du support graphique. Tim Borne, cofondateur, revient avec nous sur les enjeux et les défis de ces adaptations sonores.

27/04/2021, 14:58

ActuaLitté

La Grange Batelière : éditer “de la littérature populaire dans des livres précieux”

Antoine Cardinale collabore aux Ensablés depuis plusieurs année : cette interview qu'il nous propose a été réalisée suite à la publication d'un livre "oublié" d'Alexandre Dumas, Black, par une maison d'édition courageuse, qui soigne en outre la présentation de ses livres.. Par ailleurs, les Ensablés cherchent également à promouvoir les maisons d'édition pas forcément très connues, mais qui ont le courage de publier des livres... perdus dans les sables.

25/04/2021, 10:23

ActuaLitté

“Le livre résiste partout, en France et en Italie” (Vincent Raynaud)

ENTRETIEN – « Je suis devenu traducteur d’italien parce que c’est l’une des langues que je lisais et quand j’ai commencé, il y a 20 ans, fin 2001, bizarrement il n’y avait pas beaucoup de traducteurs de l’italien. Il y avait d’excellents traducteurs, mais ils n’étaient pas très nombreux », nous explique Vincent Raynaud, qui officie également en espagnol et en anglais. Un entretien croisé entre France et Italie, autour de la littérature et de ses auteurs.

23/04/2021, 14:10

ActuaLitté

Voyage dans la Rome de Gianfranco Calligarich, avec sa traductrice

Voici l’un des textes « intemporels » de la littérature italienne : Le dernier été en ville de Gianfranco Calligarich. Depuis 1973, date de sa parution, l’ouvrage du cinéaste et dramaturge, L'ultima estate in città, était resté inédit en France. Ancré à Rome, dans les années 60, il suit les déboires du jeune milanais Leo Gazzarra, perdu dans une vie privée de sens. Entretien avec la traductrice Laura Brignon.

13/04/2021, 09:51

ActuaLitté

Covid : fatigue et inquiétude gagnent des bibliothèques

Depuis le 28 novembre, les bibliothèques, aux côtés des services d'archives et centres de documentation, font partie des seuls lieux culturels de proximité à être ouverts au public, malgré le contexte sanitaire. Ce sort réservé aux établissements de lecture publique, qui reconnaît leur caractère essentiel, en vient toutefois à peser sur certains professionnels des bibliothèques, qui craignent pour leur santé et soulignent une fatigue générale. À ce contexte viennent souvent s'ajouter des revendications plus larges, sur les conditions de travail.

09/04/2021, 16:32

ActuaLitté

“L'émotion suscitée par les événements les plus minuscules” : hommage à Gil Jouanard

Gil Jouanard est mort le 25 mars dernier à l'âge de 83 ans. Directeur de la Maison du Livre et des Écrivains pendant deux décennies, à l'origine de nombreux événements littéraires, le poète s'investissait considérablement dans la vie de l'écrit. L'écrivain Antoine Spire, président du PEN Club français, lui rend hommage dans un texte que nous reproduisons ci-dessous.

07/04/2021, 14:37

ActuaLitté

Avec ou sans pandémie, le difficile accès aux livres des détenus français

La pandémie de Covid-19 aura fait vivre à l'ensemble de la population l'expérience du confinement, de la privation de liberté et des difficultés qui les accompagnent. Parmi ces dernières, l'accès aux livres et à la lecture. Pour les détenus des prisons françaises, ce droit reste très difficile à faire appliquer, les progrès sont timides et le statu quo souvent de mise. La crise sanitaire, évidemment, n'améliore pas les conditions.

02/04/2021, 11:53

ActuaLitté

Bientôt morts, vivants en sursis : Pré-Mortem, à découvrir en 6 séries et films

Patrick McSpare vient de faire paraître aux éditions Leha son dernier roman, Pré-Mortem. Ce passionné de mythologie celtique fait toujours naviguer ses univers entre un monde réel et des créatures fantastiques, pas toujours commodes. Dans ce livre, l’humanité tout entière apprend le jour précis de sa mort, lors de l’apparition de Banshees, le 31 octobre. Joyeux Hallloween…

02/04/2021, 09:43

ActuaLitté

Antonio Tabucchi, “le plus italien des écrivains portugais”

Écrivain, certes, mais aussi traducteur de Fernando Pessoa en italien, Antonio Tabucchi a lié avec le Portugal une relation particulière. Enseignant tout à la fois la langue et la littérature lusophone, à Sienne, il est décédé à Lisbonne en mars 2012. Comme si quelque chose devait s’écrire ainsi. Clelia Bettini, de l’université de Coimbra, faculté de Lettres, nous en offre un portrait inédit.

01/04/2021, 16:33

ActuaLitté

Juan Branco : “Il y a encore la possibilité d’une guerre civile dans ce pays”

ENTRETIEN — En 2018, Juan Branco publiait Crépuscule, un ouvrage qui mettait en lumière les puissances à l’œuvre derrière l’ascension d’Emmanuel Macron. Devenu un best-seller, le pamphlet avait accompagné l’élan révolutionnaire des Gilets jaunes. Aujourd’hui, l’avocat dissident publie un nouveau manifeste aux éditions Michel Lafon : Abattre l’Ennemi. Au sein de cette œuvre dont le titre annonce déjà la couleur, c’est une refonte totale de la politique française qui est proposée au lecteur « Ce livre est là pour aider ceux qui le souhaitent à rompre avec le système existant dans les mois et années à venir. »

 

31/03/2021, 15:27

ActuaLitté

La lutte pour l’organisation d’élections professionnelles n’est pas un détail

L'écrivain Frédéric Maupomé vient de signer une tribune évoquant la question des élections professionnelles pour les artistes auteurs. Il nous propose ici un texte mettant à plat toutes les problématiques de ce sujet. Son plaidoyer est proposé en intégralité.

22/03/2021, 07:57

ActuaLitté

Trigger warning en littérature : du danger d'avertir du danger

La censure de six ouvrages du Dr Seuss nous avait donné l’opportunité d’interviewer le traducteur français de certains titres. Stephen Carrière est avant tout éditeur, et posait les bases de réflexions plus profondes sur ce qu’il identifiait comme des menaces pour l’industrie du livre. Devant l'enthousiasme suscité par ce premier entretien, nous lui avons demandé de développer plus largement ses intuitions et de revenir sur la question du trigger warning. Un principe d’avertissement pas forcément charitable.

15/03/2021, 07:05

ActuaLitté

“Chaque traduction est une nouvelle traduction“, Nathalie Bauer

Assise à un ancien bureau en bois, une série de gravures raffinées derrière elle, une femme élégante répond avec affabilité et calme à nos questions. Il s'agit de Nathalie Bauer, l'une des plus célèbres traductrices de l'italien vers le français, avec plus de cent cinquante ouvrages à son actif. Sa passion pour la langue italienne est née à l'âge de quinze ans et s’est développée en autodidacte à l’aide d’un livre, L’italien en 90 leçons. Son travail a commencé par hasard, à une époque plus facile, où l’on pouvait encore faire de la traduction littéraire son seul métier.  Par Thea Rimini.

09/03/2021, 08:57

ActuaLitté

Développement rural et de sécurité alimentaire : La dernière mission

Auteur de l’essai La Faim du monde (Balland 2019), Nasser Brahimi travaille auprès d’agences internationales et pour des programmes liés aux Nations Unies. Le consultant, fils de parents algériens, a vécu à Paris, avant de retourner à Alger et de s’installer finalement à Rome. Expert en communication, il travaille au développement de deux agences, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture et le Fonds international de développement agricole. Son texte raconte un moment de ces expériences.

07/03/2021, 17:31

ActuaLitté

Seuss, le vivre-ensemble et la cancel culture

Cesser la commercialisation de livres du Dr Seuss, accusés de véhiculer un « racisme infect » par certains commentateurs, voilà qui donne à réfléchir. Les ouvrages jeunesse de l’Américain n’ont pas connu en France le succès d’outre-Atlantique. Pourtant, leur traducteur français s’inquiète, à plus d’un titre, de ces comportements. D’autant que Stephen Carrière, qui a traduit une dizaine d’oeuvres de Seuss, est également éditeur, directeur des éditions Anne Carrière. Il nous répond.

05/03/2021, 14:37

ActuaLitté

#AdopteUnLibraire : “Il n’y a pas d’écrivain sans librairie”

Les librairies ont été hissées au rang de commerces essentiels dans le décret n° 2021-217. Ou plus précisément « les commerces de détail de livres ». Contraint et forcé, comme tant d'autres, non plus d'imaginer, mais de vivre dans un pays aux librairies fermées, le romancier Gilles Marchand, auteur entre autres d’un Funambule sur le sable, adresse à ActuaLitté un texte passionné. 

03/03/2021, 11:10

ActuaLitté

France : Amazon assigné en justice pour concurrence déloyale

EXCLUSIF – Le confinement a révélé, à son insu, quelques secrets de fabrication et autres télescopages douteux chez Amazon France. Un différend juridique entre une éditrice et son prestataire a mis en lumière de manière flagrante les arrangements de la firme, aboutissant à une distorsion de concurrence. Tout à la fois revendeur et fournisseur de services, elle aura rendez-vous avec la justice française pour en répondre.

02/03/2021, 15:10

ActuaLitté

Québec : dix ans après, revient l'idée d'un prix unique du livre

La sortie de la députée Ruba Ghazal (Québec solidaire) a pris de court bien des observateurs et acteurs de l’industrie québécoise du livre. Pour autant, sa demande, « est pleinement pertinente », assure Katherine Fafard, directrice générale de l’Association des Libraires du Québec. Et pour cause, un prix réglementé sur la vente de livres intéresse. Et le Québec, de par sa position au sein du Canada, aurait toutes les armes pour se lancer dans la procédure législative.

02/03/2021, 09:12

ActuaLitté

Lise Caillat, traductrice : “Aujourd’hui, quand je ne traduis pas, je lis”

Après une Maîtrise de Langue, Littérature et Civilisation italiennes (Université Stendhal-Grenoble III) et un DESS Édition (Université Paris XIII), Lise Caillat a travaillé pendant dix ans dans l’édition puis en librairie, tout en développant son activité de traduction littéraire. Depuis 2017, elle se consacre totalement à cette dernière ainsi qu’à la recherche d’auteurs et d’ouvrages italiens à faire découvrir au public français. Elle anime également des ateliers de traduction qui visent à sensibiliser les lecteurs et les amoureux des mots aux joies et aux défis du métier. Par Paolo Grossi.

01/03/2021, 09:10

ActuaLitté

Vivants à l'unisson : à la défense du spectacle et des artistes

Ne pas laisser mourir les artistes et le spectacle : voici en quelques mots le sens du texte écrit et diffusé par le chanteur Cali, la thérapeute Anne-Laure Buffet et le poète Éric Poindron. Plus qu’un mouvement d’humeur, un appel à l’aide, parti à la défense (et illustration ?) du spectacle vivant. Un manifeste que ActuaLitté diffuse dans son intégralité.

28/02/2021, 10:35

ActuaLitté

Le Pass Culture et la lecture : et si ça fonctionnait ?

Toujours en phase d'expérimentation, le Pass Culture doit prochainement révéler les conditions de sa généralisation à tous les jeunes Français et Françaises de 18 ans, doté de 300 € et non 500 € comme prévu. Dans les librairies, les niveaux des réservations sont généralement très bons, malgré certaines réserves sur les effets concrets du Pass dans la promotion de la lecture.

26/02/2021, 13:00

ActuaLitté

Traduire Dante : “En poésie, le rythme impose un sens supérieur au sens.”

Coutumier des grands noms de la littérature italienne, Michel Orcel a fréquenté Giacomo Leopardi, aussi bien que Lorenzo Da Ponte. En 2019, La Dogana publiait sa traduction de La Divine Comédie (Enfer, Purgatoire, celle du Paradis arrivera au printemps), en édition bilingue. Alors que 2021 rime avec les célébrations du 700e anniversaire de la mort de Dante, le traducteur revient avec nous sur ce travail du texte d’Aligheri, les choix opérés et la relation au poète italien. Propos recueillis par Federica Malinverno.

22/02/2021, 12:28

ActuaLitté

Portrait des bibliothèques en ”sociétés d'émulation“, ou laboratoires d'idées

Les bibliothèques auraient l'environnement nécessaire pour devenir des think tank modernes – quoique le terme soit désormais connoté. L'auteur Jean Behue le suggère : il présente une invitation à réinventer les bibliothèques en sociétés d'émulation, ces cercles d'amateurs et de passionnés qui ont fleuri dès le XVIIIe siècle, et se sont prolongés par la suite dans un bel élan de libération individuelle et collective. Un billet à savourer.

22/02/2021, 09:36