#Radio

La librairie, maillon faible, ou le mépris élevé au rang de vertu cardinale

TRIBUNE LIBRAIRIE - Fabienne Van Hulle a créé et dirige à Lille la dynamique librairie indépendante Place Ronde. Suite à l'intervention d'Antoine Gallimard sur les ondes de France Inter, durant laquelle il affirme que les librairies sont le maillon faible de la chaîne du livre, elle exprime ici et sur les réseaux son droit de réponse. 

Le 05/05/2020 à 15:55 par Auteur invité

23 Réactions |

Publié le :

05/05/2020 à 15:55

Auteur invité

23

Commentaires

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

Ça faisait longtemps que ça montait...

J’ai écouté Antoine Gallimard sur les ondes de France Inter hier matin dans ma voiture en allant acheter les croissants du dimanche et le pain de la semaine. Je portais un masque heureusement, je faisais tellement la grimace que j’aurais fait peur aux quelques passants. Les vitres étaient fermées, personne ne m’a entendue. Depuis, je rumine.

Moi, Libraire, chef de ma toute petite entreprise, membre d’une chaîne, je n’apprécie pas du tout d’être traitée, nommée ainsi « le maillon faible ».

NON, PAS DU TOUT !

Le « maillon faible » d’une équipe, c’est celui qui la tire vers le bas. Or, dans notre cas, c’est vous Monsieur Antoine Gallimard, les « grandes » maisons d’édition et vos diffuseurs, vous qui tirez les conditions financières que vous nous accordez vers le bas ! Et non l’inverse.

C’est vous qui avez continué à livrer hypers, plateformes et entrepôts de la grande distribution virtuelle et physique, alourdissant ainsi la distorsion de concurrence pendant ces 8 semaines de confinement et mettant encore un peu plus en péril la librairie indépendante.

Ce sont eux bientôt qui vous dicteront seuls leur loi et vous mettrez votre petit doigt sur la couture de votre pantalon, Monsieur. Vous vous exécuterez pour ne pas tomber.

OUI, la librairie est le maillon d’une chaîne du livre (qui n’est chaîne que lorsque ça vous arrange) affaiblie par des années de surproduction et de conditions financières déplorables.

Il est grand temps que vous l’admettiez et que nous agissions pour redresser la barque avant qu’elle ne soit totalement coulée. Ce n’est pas pleurer, quémander la subvention qui nous sauvera, mais considérer que nous sommes un commerce et que nous devons agir et travailler en patrons responsables.

À bon entendeur.

Fabienne Van Hulle
Librairie Place ronde

23 Commentaires

 

Charline

05/05/2020 à 18:52

Bonjour

Moi même libraire en hyper je peux dire à cette dame qu’hélas Gallimard n’a pas joué le jeu pendant le confinement... ils n’ont pas livré de marchandise dans nos magasins malgré la forte demande de nos clients qui ont retrouvé le goût de la lecture pendant cette période délicate...
Je pense que le vrai « maillon faible » de cette histoire c’est Mr Gallimard hélas.
J’ai moi-même le sentiment que nous , libraire en hyper , nous ne sommes absolument pas considérés par ce monsieur...
A bon entendeur...

Fabienne Germain

06/05/2020 à 09:42

Bienvenue au club ! Dans un article précédent je lisais que les petits éditeurs, dont je fais partie, étaient les maillons faibles. S'il y a un maillon faible dans cette chaîne c'est bien les intermédiaires entre les éditeurs et les libraires et non l'inverse. Battons-nous ensemble pour un tarif postal adapté pour le livre, comme ça existe pour la Presse depuis la Libération. Les libraires pourront vendre par correspondance les livres et ainsi ne pas subir de plein fouet la concurrence des grosses plates-formes qui ne font payer que 1 centime les frais d'expédition (et encore pour les livres qu'ils veulent bien vendre et pour lesquels ils obtiennent des remises qui feraient rêver les libraires). Les éditeurs pourraient envoyer directement leurs livres aux libraires quand la chaîne du livre est à l'arrêt. Mais aujourd'hui quand les tarifs postaux coûtent un tiers du prix du livre, quand ce n'est pas plus s'il faut l'envoyer en colissimo quand l'épaisseur dépasse les 3cm, c'est mission impossible et le pré carré de la distribution est bien gardé. Imagine-t-on ce que serait devenue la Presse si elle n'avait pas un tarif postal privilégié ? Vous pouvez lire nos revendications sur le site lautrelivre.fr et les courriers envoyés aux ministres de la Culture et de l'Economie et des Finances. Rejoignez ce combat, qui est vertueux et le seul à pouvoir préserver la bibliodiversité.

Mariane17

06/05/2020 à 10:10

Vos jérémiades on y comprends rien, en tout cas moi , ce que je sais c'est que depuis qqs semaines j'ai cherché désespérément des fournisseurs genre drive en librairie pour favoriser les libraires indépendants mais rien en tout cas en " province " qu'avez vous a répondre à ça ?... :question:

Du 24

06/05/2020 à 12:09

Madame, vous ne comprenez pas les mots... C'est sûrement pour cela que vous n'avez pas trouvé de librairies indépendantes qui effectivement pratiquées le "drive", plus d'une en Province et même dans le 24.. Petite lectrice que je suis, au courant j'étais... :-) Peut-être chez vous aucune, mais svp, pas de généralisation..

éditions les Venterniers

06/05/2020 à 14:26

Vous découvrirez avec joie le site "je soutiens ma librairie" ! https://www.jesoutiensmalibrairie.com/toutes-les-actions

Le Coucou 25

06/05/2020 à 11:36

Bonjour à Chacune et Chacun,

Comme je comprends et partage le coup de gueule de ma collègue de Lille ! Si M. Gallimard pratiquait un peu le vélo, il saurait que sur une "chaîne" tous les maillons sont utiles et solidaires pour faire avancer l'engin ! Et quand l'un d'eux défaille, c'est l'intégralité du vélo qui tombe avec celui qui est dessus ! Depuis ma petite librairie indépendante du Doubs (et avec un collègue libraire à 4 kms de moi), nous avons fait des livraisons à domicile à partir de notre stock et j'ai même fait du drive le samedi, entre 12 et 14h00 ! Maintenant et pour avancer, il faut faire front avec tous nos clients car c'est grâce à eux que nous pourrons continuer à exister ! Catherine & Librairie Le Coucou qui lit à Valentigney

Sébastien

06/05/2020 à 13:24

C'est drôle, mais je suis ce site depuis peu, et j'ai l'impression que le monde de l'édition est un peu spécialisé en coups de gueules tous azimuts :)

Fabienne, vous ruminez depuis l'intervention de Gallimard. Je pense que lui-même devait ruminer lorsque le ministre Le Maire - préposé à l'économie bien qu'il n'en ait guère les compétences - avait envisagé que les libraires puissent être ouverts pendant le confinement, avant que s'abatte sur lui un torrent d'insultes des premiers concernés qui refusaient de rouvrir.

Chacun voit midi à sa porte, mais Gallimard, Antoine et ses ancêtres, ont fait beaucoup plus que nous tous réunis pour la littérature française, qu'on le veuille ou non. Dans ses propos, je ne crois pas avoir décelé d'animosité à l'égard des libraires. Simplement, si "maillon faible" est sans doute une expression mal choisie, elle exprime que lorsque les librairies sont fermées, c'est tout le secteur qui est en panne. Dit comme ça, vous devriez être moins choqués :-)

Alors on va mettre ça sur le compte de l'enfermement prolongé qui excite les esprits. Comme le dit le bon Pr Raoult, "La France est en pleine crise de nerfs".

Vive les éditeurs et vive les libraires, et même vive les e-commerçants ! Restez unis !

Marc Georges

06/05/2020 à 18:13

Fabienne Van Hulle, je partage votre avis sur les propos d'Antoinne Gallimard.

Ils sont cyniques.

Il lui a fallu une épidémie, prés de 25.000 morts, deux mois de confinement, pour constater que le réseau des librairies est le maillon faible de la chaîne du livre.

Soyons sérieux. Cela il le sait. Il est un des acteurs majeurs de cette faiblesse. Editeur est noble, vendeur de livre, pouah ... Telle est sa pensée. Dans tout secteur économique, le réseau de distribution est choyé, valorisé. Dans celui du livre, il est quantité négligeable. Doit on comparer le salaire moyen d'un libraire et celui d'un responsable de collection chez un éditeur ? Il faut être juste, il n'est pas le seul à agir ainsi. La très grande majorité des éditeurs, petit ou grand, agit de la même sorte, accordant la marge minimum aux libraires pour que ceux-ci puissent survivre.

Pourquoi ce cri du cœur d'Antoine Gallimard ? Serait-il devenu l'abbé Pierre des libraires ? Loin de là. Détrompez-vous ! La raison de cet appel, la place future des acteurs de la vente de livres en ligne. Amazon, Fnac & consorts vont avoir un poids tel qu'ils vont pouvoir dicter leurs lois aux éditeurs. Aujourd'hui, ils le font en partie. Mais les Editeurs compensent les généreuses remises exigées par ces e-acteurs du livres, en accordant de faibles remises aux libraires. Demain, si le nombre de libraires diminue, cette compensation n'existera plus. La marge des éditeurs sera directement impactée. Voilà la seule et vraie raison de ce soudain ralliement d'Antoine Gallimard à la cause des librairies.

Il reste un point sur lequel il a raison, le risque qui pèse sur le réseau de librairies est tel, qu'il est systémique pour la chaîne du livre. Une solution existe : que les acteurs de cette chaîne du livre mettent en place une répartition plus équitable de sa valeur ajoutée. Et cela sans oublier les auteurs.

Marc Georges
La Demeure du Livre

La méthode Boscher pour les nuls

06/05/2020 à 18:55

Eh ben dites donc, ça promet si des libraires prennent la plume pour exprimer haut et clair à quel point elles ont des difficultés de compréhension élémentaire. Conclure par "à bon entendeur" quand on est soi-même si mal-entendante, c'est quand même pas mal gratiné.
Petite explication de texte, vite fait, pour mettre un peu de baume sur la susceptibilité si mal placée de Mâme Fabienne Van Hulle.
Lorsque Tonio Gallimuche parle de "maillon faible", il ne signifie évidemment (é-vi-dem-ment !) pas que la librairie, et vous en particulier, tire la chaîne vers le bas. Il signifie que la situation économique (é-co-no-mique !) habituelle des librairies rend leur survie immédiate très problématique.
Et si vous avez écouté Tonio Gallimuche jusqu'au bout, vous avez sans doute noté qu'il disait aussi que si ça pète pour la librairie, ça pètera pour tout le monde, ce qui rend urgent qu'on s'intéresse à la librairie dans son ensemble.
Le maillon faible, faut pas croire que ça ne soit que le nom d'une émission de téloche : ça a aussi un sens plus large, je vous jure, Mâme Fabienne Van Hulle. Faudrait vous pencher sur le vocabulaire avec un peu plus de soin, si je peux vous suggérer une occupation utile.
Sans compter que quand vous accusez Tonio d'avoir livré les hypers, Amazon et toutes les saloperies qui vérolent le métier de libraire, je crois bien que vous vous mettez le doigt dans l'oeil jusqu'au fond de l'estomac vu qu'il me semble bien que les boîtes de distrib' avaient toutes baissé le rideau au début du confinement. Vous avez plutôt intérêt à être sûre de votre coup là-dessus parce que si jamais vous ajoutez le côté langue de pute au côté mal-entendant, ça va finir par faire beaucoup.
Vu vos difficultés de compréhension, si jamais je passe par Lille, rappelez-moi de ne pas vous demander de conseil de lecture.

marc Georges

06/05/2020 à 23:09

M'étendre sur le choix de vos mots et vos expressions seraient perte de temps.

Mais deux corrections me semblent importantes

Monsieur Antoine Gallimard a bien dit que les librairies ont le maillon faible. Je le cite ""Il y a un maillon faible dans la chaîne, c'est le libraire".

Certains points de vente ont continué à être fourni par les diffuseurs pendant le confinement. Par contre, cela ne me gène pas. Toute remarque sur ce point est stérile, la librairie n'étant pas le point unique de vente du livre.

Là où le propos d'Antoine Gallimard est gênant, c'est qu'il est un des acteurs de cette faiblesse de la librairie. Aujourd'hui, il ne la découvre pas, il s'en inquiète. A juste titre, pour sa paroisse. Si demain un grand nombre de librairies ferme, les livres se vendront par la vente en ligne. Ces acteurs (peu nombreux) imposeront de dures conditions commerciales à Gallimard & consort. C'est déjà le cas aujourd'hui. Mais Gallimard compense ces conditions commerciales avec les faibles conditions qu'il accorde aux libraires. Si demain, ces libraires n'existent plus, la compensation disparaîtra, et Gallimard sera impacté directement dans son porte-monnaie. Les acteurs du livre ont tous en mémoire les mésaventures d'Hachette aux USA avec Amazon. Ils se disent "pourvu que cela ne puisse pas se produire chez nous". Le cercle fermé des éditeurs a aussi connaissance des malheurs d'un éditeur puissant ayant privilégié ses liens avec les vendeurs en ligne au détriment des libraires, et dont les vendeurs en ligne lui ont imposé brutalement un changement des conditions commerciales. Il n'a eu d'autre choix que d'accepter et de mettre en place un plan social. C'est tout cela qui motive Antoine Gallimard dans sa croisade en faveur des libraires. Ce n'est que ce que Fabienne Van Hulle exprime à sa façon.

Marc Georges
La Demeure du Livre

Dany, libraire joyeux

07/05/2020 à 02:24

Dommage que l'esprit critique au sens du Siècle des Lumières ait disparu (pour des libraires, ça la fout mal !) et que beaucoup de libraires préfèrent râler plutôt que de prendre leur destin en mains.
Mais peut-être aussi qu'Antoine Gallimard aurait dû employer l'expression "maillon fragile" plutôt que "maillon faible", comme il l'a fait dans son entretien avec LivresHebdo : https://www.livreshebdo.fr/article/antoine-gallimard-une-crise-tres-grave-qui-impose-des-mesures-fortes-de-solidarite
En tout cas il ouvre la porte, alors c'est le moment de vous bouger et surtout, arrêtez de geindre et décidez d'être heureux, je vous assure, c'est bien meilleur pour la santé !

marc georges

07/05/2020 à 11:47

Pour ma part, je ne geins pas. Je ne fais que souligner le cynisme d'Antoine Gallimard, lui qui a contribué à la fragilité des libraires.

Il ouvre la porte ? Mais la porte est ouverte depuis longtemps. Il a toujours refusé un dialogue dans l'interet de tous les acteurs de la chaîne du livre.

Aujourd'hui, il s'émeut du devenir des librairies. Parce qu'il sait qu'il sera directement impacté si ce réseau disparaît. C'est sa seule et vraie motivation à sa croisade en faveur des libraires.

Quand au sens critique du siècle des lumières, ces posts n'en sont que l'illustration. Sans oublier qu'en ce temps-là, le libraire était éditeur et l'éditeur était libraire...

Croire que les libraires ne se bougent pas, c'est être aveugle ou sourd. Croire que les libraires ne sont pas heureux, c'est stupide. Mais cela ne doit pas empêcher de remettre le discours d'Antoine Gallimard de son contexte et d'en faire une traduction plus juste.

Quand au mot fragile ou faible, c'est une sémantique sans intérêt. Il y a une réalité : le risques librairies est systémique pour toute la chaîne du livre.

Juste une réflexion : si 20 à 30% du réseau disparaît, quel impact ? Le système Prisme pourra-t-il y survivre ? Les distributeurs accepteront-ils de continuer à travailler avec des petites et moyennes librairies ? Ne voudront-ils pas uniquement travailler avec des grands comptes ? Les clients ne se tourneront-ils pas définitivement vers la vente en ligne ? Le sujet est bien trop sérieux pour le traiter avec des balivernes sans intérêt.

Marc Georges
La Demeure du Livre

Dany, libraire espiègle !

08/05/2020 à 11:01

Cher Marc,
quand j'ai répondu, votre message n'était pas encore en ligne, il était confiné chez le modérateur. Il n'y a donc aucune raison que vous vous sentiez visé par le verbe geindre.
D'ailleurs, je parlais de "beaucoup de libraires", pas de quelqu'un en particulier. Je peux avoir un avis sur un corps de métier dont je fais partie, mais je n'ai aucune propension à juger les êtres humains.
La sémantique, c'est essentiel. Ça permet de ne pas trahir la parole des gens et ça évite les analyses erronées : maillon fragile ne veut absolument pas dire la même chose que maillon faible. L'un incite à la protection, l'autre, comme le dit Fabienne, tire vers le bas.
Il est important aussi d'écouter ce que disent les autres participants à la tribune, notamment ceux qui ne sont pas des libraires : si Marianne17 parle de jérémiades, ça doit nous questionner. Et désolé, mais c'est dans la Méthode Boscher que j'ai pour ma part trouvé le plus d'esprit critique, même s'il s'égare à la fin : j'aimais bien le ton aussi, mais les 5 dernières lignes ont gâché le reste. Dommage !
Cher Marc,
vous dites que la porte est ouverte depuis longtemps. Mais par qui ?
Par vous sûrement, mais pas par Antoine Gallimard, comme vous l'expliquez.
Aujourd'hui c'est lui qui ouvre la porte. Peut-être par cynisme, par intérêt ou parce qu'il sent le vent du boulet, qu'importe la raison : qu'il l'ouvre contraint ou avec le sourire, ce qui compte ce qu'il l'ouvre et que l'on profite de cette ouverture pour foncer, avant qu'elle ne se referme.
Quand j'émets l'avis que les libraires ne se bougent pas, vous en donnez l'illustration parfaite avec votre solution yakafokon. Je vous cite :
une solution existe, que les acteurs de cette chaîne du livre mettent en place une répartition plus équitable de sa valeur ajoutée.
Mais quelle est votre part d'action dans cette proposition ?
Quant à ma dernière phrase qui évoquait le bonheur, c'était tout simplement une citation de Voltaire. Tiens, en voilà une autre que j'aime beaucoup, d'un autre écrivain : l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible !

Marc Georges

08/05/2020 à 18:13

Votre réponse est facile et sans réel intérêt, elle n'apporte rien au débat.

Quand une personne est en situation difficile, et qu'elle le dit. Elle ne geint pas, elle ne fait que décrire sa situation. Dire qu'elle geint, cela revient à ne pas voir sa réalité.

Les propos de la méthode Boscher, ils sont sans intérêt, polémiques et peu courtois.

Le mot faible est usé à bon escient par Antoine Gallimard. Du mot fragile, il ne veut pas entendre parler, car il use de cette faiblesse des librairies.

Quand on ouvre une porte, il faut dire où et à quel endroit. Si non ce n'est qu'un courant d'air.

Quand à votre yakafocon, c'est au moins le début d'une démarche ou d'une réflexion.
Mais votre remarque est gratuite car vous sortez ma phrase de son contexte. Et ce n'est pas moi dans mon coin qui vais porter la "révolution" dans la chaîne du livre.

Quand vous dites que les libraires ne font rien, cela est faut. Dois je vous rappeler que vous êtes libraire et vous inclure dans ces gens qui ne font rien...

Dire que je ne fais rien, je pourrais vous retourner la question. Il est plus facile de demander à l'autre ce qu'il fait, plutôt que de dire ce qu'on fait.

A ma façon, avec mes moyens, je défend mon métier : pas de vente sur internet, pas d'offices, quasi pas de retour (-3

La Méthode Boscher pour qui n'en veut

08/05/2020 à 23:04

Faites excuse Dany mon bichon et Marc mon chou, je peux pas résister à l'envie de me mêler de votre crêpage de chignon. Quand vous causiez sémantique, Dany, vous tapiez juste, mais pour le coup vous eussiez dû vous y tenir.
Que Tonio cause de maillon faible ou fragile, on s'en tamponne un peu en fait. Faible ou fragile, ce que ça veut dire, ce n'est pas que ça tire vers le bas, faut s'appeler Fabienne ou Marc pour croire ça ; ce que ça veut dire, c'est que c'est le maillon qui risque le plus de nous péter dans les doigts.
Et quand un maillon pète, c'est bien simple, c'est toute la chaîne qui pète. Pas qui est tirée vers le bas, qui pète. Vous n'avez qu'à mater sur la première bécane venue : un maillon pété, c'est toute la chaîne qui est bonne à jeter.
Sans compter que, faible ou fragile, le maillon "librairie" est aussi indispensable que les autres maillons si on veut que ça reste une chaîne... mais il a besoin qu'on y fasse un peu plus gaffe parce qu'il est toujours tangent du point de vue tréso. Et ça, Tonio l'a très bien pigé.
Si c'est par vertu ou par vice bien compris, franchement on s'en bat les steaks, mes petits. On s'en bat d'autant plus les steaks qu'à mon avis il n'avait pas attendu aujourd'hui pour piger cette évidence, à savoir que le commerce du livre sans les librairies, c'est cramé, plié, mort et enterré, en tout cas comme nous le connaissons, c'est-à-dire avec sa diversité.
Marc, mon petit chou, vous vous croyez sûrement plus mariole que tout le monde, et c'est sans doute ce qui explique que vous asseniez des truismes comme si vous aviez inventé l'eau tiède. Tout le monde, absolument tout le monde, sait que se retrouver face à des interlocuteurs trop balèzes et en situation de quasi monopole est mortel pour les producteurs, quelle que soit la came qu'on fourgue. Vous croyez quoi, que Tonio vous a attendu pour piger ça ? Sérieux ? Eh mon pote, c'est du commerce de base ! Faudrait quand même penser à descendre un peu de vos grands chevaux, mon garçon, et peut-être vous la péter un peu moins.
Je trouve qu'il était bien gentil, Dany Boy, quand il disait "geindre". Moi, j'aurais dit "chouiner". Heureusement que tous les libraires ne sont pas tous taillés sur ce modèle et qu'il y en a un paquet qui se sortent un peu les doigts ! C'est derrière ceux-là qu'il va falloir que nous nous bougions tous.

Marc Georges

09/05/2020 à 13:19

User d'un style "argotique", pourquoi pas ? Cela fait un peu Titi Parisien, mais sans le talent d'Audiard. Mais là n'est pas l'important. Dans vos propos, il y a quelques idées qui méritent réflexion.

Maillon faible, ce n'est pas moi qui le dit, c'est Antoine Gallimard qui le dit. Je ne fais que commenter son cynisme sur ce point. Mais cela n'est pas très important, c'était juste en réaction à votre réponse au post de Fabienne.

Vous dites, je vous cite "le commerce du livre sans les librairies, c'est cramé, plié, mort et enterré, en tout cas comme nous le connaissons, c'est-à-dire avec sa diversité.". Je ne partage pas votre point de vue. Penser que la librairie est un acteur indispensable du commerce du livre, c'est méconnaître l'histoire de ce commerce. Il fut un temps où le libraire était éditeur. Tous les grands éditeurs d'aujourd'hui ont commencé ainsi, Grasset, Hachette, Gallimard, ... Puis les métiers se sont séparés. Il fut un temps où la librairie avait le monopole de fait du commerce du livre ; aujourd'hui Carrefour est le premier libraire de France ; la part des librairies baisse chaque année ; le dernier Goncourt s'est vendu à + de 55% hors du circuit libraire. Vous prenez la précaution de préciser, je vous cite "comme nous le connaissons, c'est-à-dire avec sa diversité.". Je ne partage pas ce point de vue. Aujourd'hui un nombre croissant de petits éditeurs diffusent leurs éditions sans passer par les libraires, certains refusent de travailler avec ce réseau. Quand au point de vente qui offre la plus grande diversité éditoriale, ce n'est pas un libraire, c'est le grand méchant loup, Amazon.

D'autres secteurs ont chanté la même chanson : "sans nous, point d'issue". Le secteur de la musique en est l'exemple parfait. les disquaires ont quasi disparu, la diversité musicale n'a jamais été aussi grande, les majors compagnies (l'équivalent de nos éditeurs) ne se sont jamais aussi bien portées.

Je mets juste un bémol à cette idée du livre sans librairie. Il y aura toujours des librairies, car le livre a une dimension physique indispensable. Mais si ce réseau n'est pas valorisé à son juste travail, il disparaîtra.

Cela m'offre la transition vers le deuxième point intéressant. Je vous cite "se retrouver face à des interlocuteurs trop balèzes et en situation de quasi monopole est mortel pour les producteurs, quelle que soit la came qu'on fourgue". Je ne partage pas cet avis. Il y a des secteurs en quasi monopole où le producteur soigne avec beaucoup d'attention son réseau de distribution, où il comprend le rôle et l'image que celui peut porter à son produit, où il fait le nécessaire pour que la rentabilité de ce réseau soit présente et confortable. A titre d'exemple : la parfumerie, l'automobile, le vêtement, les fleurs, ... Un contre-exemple : la presse, on voit le résultat. Dans la chaîne du livre, la librairie n'est que peu valorisée. Lors de la négociation de la Loi Lang, il y avait deux solutions : le prix unique ou une distribution sélective. Il a été fait le choix de la première solution, moins contraignante et qui donnait le pouvoir aux éditeurs.

Quand à chouiner, je ne chouine pas pas plus que Fabienne. Si décrire une situation ou montrer l'outrecuidance d'Antoine Gallimard, c'est chouiner, libre à vous.

Quand à votre conclusion, dommage, vous salissez tous vos propos. Sortir les doigts... Fabienne Van Hulle n'a plus à démontrer son dynamisme avec sa librairie. Quand à vous, si on s'en tient à ces posts, on peut en douter.

Il y a deux mois, les acteurs du livres disaient "ce n'est qu'une tempête à passer", il y a un mois, d'autres voix ont commencé à se faire entendre "il faut soutenir les librairies, il faut prévoir un plan de 50 millions d'euros". Avant-hier le président du Centre National du Livre a réclamé un plan de 500 millions d'euros. Le risque librairies est systémique. Certains études vont ressortir que 15 à 20 % du réseau risque de disparaître suite à l'épidemie, certaines parlent même de 30%. Avec quelles conséquences ? Plusieurs risques importants : La plateforme Prisme, le système Dilicom, les éditeurs s'orientant vers les grands comptes uniquement. Si le réseau des libraires n'est traité pour la valeur qu'il apporte à la chaîne du livre, il disparaîtra. Il y a eu des libraires-éditeurs, puis des libraires et des éditeurs, puis des éditeurs ...

Marc Georges
La Demeure du Livre

Dan, libraire conterné !

08/05/2020 à 19:56

Asinus, asinum fricat ! Bon vent !

Marc Georges

08/05/2020 à 21:19

Après des remarques sans intérêts.
Maintenant c'est le tour de la grossièreté.
Remarquez quand on a rien à dire, c'est plus simple.

Juste une remarque, cette expression est mal utilisée, il y a deux ânes ...

et pour paraître brillant vous utilisez le latin.
Comme dirait Leo Castelli, so easy.

Je vous rejoins sur un point : bon vent.

Marc Georges
La Demeure du Livre

Dan

09/05/2020 à 02:23

Asinus, asinum... Dans cette tribune, il n'y a que 2 personnages qui émergent et se frottent : vous et votre ego !

Marc Georges

09/05/2020 à 12:14

Vexé le monsieur d'avoir mélangé les pinceaux en utilisant mal une expression ... :lol:
Au moins moi, j’émerge ... et il semble que ma "double" émergence suscite votre intérêt. :lol:

Marc Georges
La Demeure du Livre

Le libraire sidéré

14/05/2020 à 11:39

Le café du commerce des frustrés de l'édition !

Marc Georges

14/05/2020 à 12:11

Avec un sucre dans le café, ça passera mieux. ?

Autrement dit

11/11/2020 à 15:37

Avant la mort programmée des éditions indépendantes Autrement dit
il vous est encore loisible de commander en librairies via Les Belles Lettres
http://www.bldd.fr/Store/Index.asp?Editeur=AUT&;action=search&ShowNew=False&orderby=dateapplication1
mais beaucoup de libraires ne présentent que les #audiolivres de deux grands groupes qui nous ont écrasés...
ou de télécharger nos superbes lectures de Gracq Bauchau Jourde Stendhal Bertin...#audiolivre #audiobook chez un indépendant français et pas sur (la plate forme de téléchargement dont je tairai le nom... qui ne paye pas d'impôt en France et qui proposait de prendre 80%!!! pour mettre nos titres en ligne)
https://www.numilog.com/ResultatRecherche/Autrement-Dit/192.Editeur

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Égalité, diversité... Les bibliothèques affichent leurs valeurs

À l'instar des libraires, les métiers des bibliothèques, à quelques jours d'élections législatives pour lesquelles le Rassemblement national semble bien engagé, ont à cœur de rappeler leurs valeurs fondatrices. Une mise au point pas totalement désintéressée, quand l'extrême droite au pouvoir a déjà prouvé que l'accès aux livres faisait partie de ses cibles prioritaires... Nous reproduisons ci-dessous le texte interassociatif.

24/06/2024, 10:43

ActuaLitté

“L’extrême droite au pouvoir serait l’écrasement de tout espoir”

Les membres du Prix Eugène Dabit du roman populiste ont rédigé un texte, appelant à faire barrage à l'extrême droite. « Il n’est pas si courant qu’un prix littéraire s’exprime sur un terrain aussi ouvertement politique. Nous l’avons estimé nécessaire au regard de notre histoire, des valeurs que nous portons et de l’urgence de l’heure », nous indique le jury, qui a adressé à ActuaLitté son texte, proposé ici en intégralité.

21/06/2024, 14:49

ActuaLitté

La Scam se positionne "contre les discours inspirés par la peur"

24 acteurs de la Société civile des auteurs multimédia (Scam), se sont mobilisés pour adresser un message, compte tenu de la situation politique actuelle du pays. Après la dissolution de l’Assemblée nationale, les acteurs de la Scam s’engagent contre les discours « qui suscitent la haine, l’exclusion et la violence ». Tribune.

20/06/2024, 17:25

ActuaLitté

Diversité, ouverture... Quelles valeurs pour les librairies en France ?

RNL24 — Organisées entre deux échéances électorales au grand dam du Syndicat de la librairie française (SLF), les Rencontres nationales de la librairie, à Strasbourg, ne pouvaient contourner la potentielle accession au pouvoir de l'extrême droite. L'organisation professionnelle, sans citer ce camp politique, a dévoilé une Charte des valeurs, entre les lignes de laquelle il n'est pas très difficile de lire... Nous la reproduisons ci-dessous en intégralité.

16/06/2024, 10:36

ActuaLitté

La Librairie francophone arrêtée : “Les libraires perdent un allié !”

EXCLUSIF – À l'initiative des dix libraires qui prenaient part à l'émission d'Emmanuel Kherad sur France Inter, ActuaLitté publie un texte inédit, bilan amer de cette arrêt brutal, décidé par France Inter. Entre colère et regrets, cette tribune a déjà rallié le réseaux Les Libraires ensemble, comptant une cinquantaine de membres.

15/06/2024, 18:00

ActuaLitté

Rêver mieux pour la France que la démagogie et la haine

Alain Serres, auteur et directeur des éditions Rue du monde, a partagé un texte, ce 14 juin 2024, appelant à l’échange, la discussion... tout plutôt que l’ignorance et le repli sur soi. Quand une vague de morosité frappe, c’est un regain d’enthousiasme et de courage qu’il faut montrer, affirme l’éditeur. Nous reproduisons son texte ici en intégralité.

15/06/2024, 10:47

ActuaLitté

L'Intelligence artificielle, authentique danger pour la traduction ?

Dans cette tribune, la Société française des traducteurs (SFT), syndicat professionnel des métiers de la traduction et de l’interprétation, se fait la porte-parole des mises en garde des professions qu’elle représente, pour que l’humain reste au cœur de la technologie et que le développement non encadré de solutions d’intelligence artificielle générative à des fins de traduction et d’interprétation ne conduise pas à l’appauvrissement de la langue et de la pensée critique.

13/06/2024, 16:04

ActuaLitté

La Maison d'Europe et d'Orient en péril

Les éditions l'Espace d'un instant sont une initiative de la Maison d'Europe et d'Orient, pôle culturel européen - association reconnue d'intérêt général, soutenue par la Fondation Jan Michalski et la Ville de Paris, et partenaire de Sens Interdits et du Théâtre dans la Forêt. Elles alertent aujourd'hui dans une tribune du devenir de la Maison d'Europe et d'Orient. Leur texte est proposé en intégralité.

07/06/2024, 11:50

ActuaLitté

La poésie palestinienne désinvitée : Le Marché de la poésie réagit

Abdellatif Lâabi exprimait le 1er juin dernier sa « stupeur » face à la décision du Marché de la Poésie d'annuler la venue d'une délégation palestinienne en tant qu'invité d'honneur. Une tribune, relayée ce mercredi 5 juin par ActuaLitté, demandait à la direction de l'événement de maintenir la dite-invitation. C'est au tour du Marché de la Poésie de s'exprimer dans une lettre ouverte, à retrouver ci-dessous.

05/06/2024, 16:59

ActuaLitté

Marché de la poésie : la Palestine ou le boycott

Alors qu'il était prévu que la Palestine soit l'invitée d'honneur du Marché de la poésie 2025, autour de l'Anthologie de la poésie palestinienne d’aujourd’hui constituée par Abdellatif Laâbi, Yves Boudier a récemment informé ce dernier que l'organisation avait décidé d'annuler la venue des poètes palestiniens. Une tribune, signée à ce jour par 193 personnalités, demande au Marché de la poésie de revenir sur sa décision. ActuaLitté relaie ce texte ci-dessous.

05/06/2024, 15:38

ActuaLitté

Droit de réponse de Mourad Prod - Editions Oxymore

Suite à l'article intitulé “Une nouvelle démarche déloyale des éditions Oxymore” contre Delcourt et paru ce 25 avril, la société MOURAD PROD – EDITIONS OXYMORE a fait parvenir à ActuaLitté un droit de réponse, signé par le président Mourad Boudjellal. Nous le reproduisons ici dans son intégralité. 

24/05/2024, 11:52

ActuaLitté

Régression des libertés en Tunisie : arrestations et censure

Il y a quelques années, la Tunisie suscitait l’admiration du monde en faisant une révolution qui devait instaurer la démocratie. La liberté d’expression en fut l’un des acquis les plus importants. Force est de constater que cette époque a été de courte durée. Le gouvernement du président en place ne tolère pas la critique et s’attaque à celles et ceux qui s’opposent à lui.

23/05/2024, 20:05

ActuaLitté

Lettre à Xi Jinping : “Il s’agit de graves violations du droit international”

Nguyên Hoàng Bảo Việt, ancien président et membre du Centre PEN Suisse Romand, délégué et membre cofondateur de la Ligue vietnamienne des Droits de l’Homme en Suisse, adresse une lettre ouverte à Xi Jinping, Président de la République Populaire de Chine. Il s'y engage contre la « condamnation injuste et inhumaine » de Rahile Dawut, intellectuelle et ethnologue ouïghoure.

21/05/2024, 12:55

ActuaLitté

“Désarroi et colère” : France Inter supprime La Librairie francophone

Une tribune signée par plus de 560 autrices, auteurs et acteurs du monde du livre dénonce l'arrêt de La Librairie francophone, émission présentée par Emmanuel Kherad, sur décision de France Inter. L'émission était coproduite et diffusée sur différents territoires francophones par Radio-Canada, RTBF (Belgique), Radio Télévision Suisse et France Inter. Elle avait même déployé en février 2019 une version télévisée.

13/05/2024, 00:01

ActuaLitté

Vietnam : une liberté d'expression violemment bâillonnée 

Membre de l’Organisation internationale de la Francophonie, la République Socialiste du Viêt Nam (RSV) est un État communiste autoritaire dirigé par un parti unique. La peine de mort reste intouchable au Viêt Nam. Selon Amnesty International, le régime de Hà Nôi se classe au troisième rang mondial (85 exécutions) en 2018. Les données sur la peine de mort sont classées « secret d'État ». Une menace très sérieuse pour la liberté d'expression, un terrible facteur d'intimidation, une forme ultime et barbare de censure au Viêt Nam. Un texte de Nguyên Hoàng Bảo Việt.

09/05/2024, 09:19

ActuaLitté

Blocages : les Alumni de Sciences Po saluent "la fermeté de l'administration"

La mobilisation étudiante pro-palestinienne, débutée à Sciences Po Paris par une occupation, continue. Récemment, des étudiants de Sciences Po Reims décidaient encore d'occuper leur bibliothèque. Des actions qui répondent à la situation à Gaza et visent à inciter Sciences Po à revoir ses partenariats avec des universités israéliennes.

06/05/2024, 18:09

ActuaLitté

Publicité et télévision : “Cachez ce livre que je ne saurais vendre”

Renny Aupetit est propriétaire de deux librairies sur Paris, Le Comptoir des lettres (75005) et Le Comptoir des mots (75020). Le libraire considère avec défiance les arguments rejetant l’ouverture de la publicité à la télé, pour l’édition. En trois points, il propose une autre manière d’envisager cette perspective.

29/04/2024, 14:03

ActuaLitté

“Encore trop d’inégalités” dans l'accès à la lecture pour tous

Créée en 1917 et reconnue d’utilité publique le 27 août 1921, la Fédération des Aveugles et Amblyopes de France rassemble des militants, usagers, professionnels et bénévoles engagés pour une plus grande inclusion sociale et économique des personnes déficientes visuelles. Comme d'autres structures privées, elle s'efforce de rendre les livres plus accessibles et demande, dans une tribune, plus d'investissement des pouvoirs publics.

23/04/2024, 11:33

ActuaLitté

Droit de réponse de la Maison des écrivains et de la littérature : des “accusations infondées”

Suite à un article publié le 8 février 2024 au sujet de la situation de la Maison des écrivains et de la littérature, l'association a fait parvenir un droit de réponse à la rédaction d'ActuaLitté, par l'intermédiaire du président de la structure, Julien Cendres. Nous le reproduisons ci-dessous, dans son intégralité.

22/04/2024, 11:51

ActuaLitté

“Au Québec, la censure ne meurt jamais”, par Jean-Yves Mollier

Alors que la France s’apprête à accueillir le Québec au Festival du livre de Paris en avril prochain, et que paraît au même moment une édition revue d'Interdiction de publier. La censure d’hier à aujourd’hui (éditions Double ponctuation, 2024, Prix Charles-Aubert d’Histoire), l’historien spécialiste du livre et de l’édition Jean-Yves Mollier revient sur les différentes formes de censure du livre au Québec. 

08/04/2024, 11:45

ActuaLitté

Livres pour malvoyants : “Il ne suffit pas d’agrandir la police de caractères”

La Librairie des Grands Caractères, basée dans le 5e arrondissement de Paris, publie ici son « coup de gueule » sur certains éditeurs dont les pratiques lui semblent douteuses. L'établissement pointe notamment le fait que certaines règles à suivre dans l'édition de livres pour malvoyants sont trop régulièrement ignorées par des acteurs du secteur.

02/04/2024, 13:15

ActuaLitté

Pour un renouveau documentaire dans les universités françaises  

L'Association des Directeurs et des personnels de direction des Bibliothèques Universitaires et de la Documentation (ADBU) et le Syndicat National de l'Édition (SNE) s'unissent pour interpeller le gouvernement et les autorités sur la nécessité critique d'un élan majeur en faveur des ressources documentaires. Ils insistent sur la nécessité d'investissements immédiats pour assurer le développement d'une documentation universitaire compétitive au niveau européen, et de maintenir la France au cœur des débats scientifiques et éducatifs mondiaux.

27/03/2024, 12:51

ActuaLitté

IA : un rapport “équilibré” remis à Emmanuel Macron

Alors que la « Commission IA » remettait son rapport au Président de la République le 13 mars 2024, les réactions continuent d'affluer concernant le positionnement de la France face aux enjeux de l'intelligence artificielle. Si des associations de traducteurs telles que En Chair et en Os et l'Association des traducteurs littéraires de France appelaient à sauver « le geste humain », une nouvelle tribune d'un collectif rassemblant divers acteurs des milieux culturels salue, elle, « un rapport équilibré ».

27/03/2024, 10:08

ActuaLitté

“Produire un livre écologique n’est pas possible”

La Volte annonce donc son vingtième anniversaire : vingt ans d'aventures éditoriales où se retrouvent des histoires d'émancipation, de la science-fiction sociale et politique, avec une passion pour les jeux de langage. Elle avait déjà annoncé en janvier qu'elle renforcerait cette année son engagement écologique et affirmerait son identité visuelle. Maintenant, place aux projets.

23/03/2024, 15:38

ActuaLitté

“Faire front commun face à la massification annoncée des IA dans le travail”

Après le collectif En Chair et en Os, c'est au tour de l'Association des traducteurs littéraires de France (ATLF) de réagir au rapport, IA : notre ambition pour la France, remis au Président de la République le 13 mars dernier. Ces membres, après l'avoir lu « avec beaucoup de colère », appellent les pouvoirs publics à « ne pas céder aux sirènes de la compétitivité mondiale, et l’ensemble des artistes-auteurs à faire front commun face à la massification annoncée des intelligences artificielles dans leur travail ».

22/03/2024, 13:31

ActuaLitté

Bastien Vivès, condamnable ou martyr de la liberté d'expression ?

L’Observatoire de la liberté de création (OLC) dénonce « une loi absurde et son application ubuesque » dans l’affaire Bastien Vivès. Dans une tribune, ses membres justifient leur positionnement : à chacun de se faire un point de vue...

22/03/2024, 11:26

ActuaLitté

Pour une traduction humaine : “Il en va de l'avenir de nos professions”

Quelques jours après la présentation du rapport de la commission IA au Président de la République, qui en salue les recommandations prônant le tout-IA dans de nombreux domaines, le collectif En Chair et en Os, « pour une traduction humaine », s'adresse aujourd'hui à toute l'édition, et appelle le monde du livre et de la culture à se mobiliser pour préserver le geste humain, sans céder au technosolutionnisme.

18/03/2024, 11:42

ActuaLitté

Expression, publication, lecture : des libertés à défendre

Depuis la Foire du Livre de Londres, cinq organisations internationales représentant les auteurs, éditeurs, libraires et bibliothécaires cosignent une déclaration. Ce texte, reproduit en intégralité ci-dessous, constitue un appel aux gouvernements et aux sociétés dans leur ensemble à veiller sur des libertés fondamentales autour des textes et de leurs auteurs : expression, publication et lecture.

14/03/2024, 11:14

ActuaLitté

Traduire par l'IA, le risque d'“un appauvrissement sensible de la langue”

Face à la montée de l'intelligence artificielle dans le domaine de la traduction, l'Association des Autrices et Auteurs de Suisse (AdS) tire la sonnette d'alarme. Lors de son 15e Symposium suisse, l'association a publié une prise de position vigoureuse, soulignant les limites de l'IA en matière de traduction littéraire et réclamant une régulation claire pour protéger les droits et la valeur du travail humain.

06/03/2024, 12:54

ActuaLitté

"Les IA génératives menacent aujourd’hui l’activité des auteurs des arts visuels"

L'ADAGP l'affirme : « Les systèmes d’intelligence artificielle (IA) générative, capables de produire instantanément des contenus visuels à la demande des utilisateurs, menacent aujourd’hui l’activité des auteurs des arts visuels. » En réaction à ce constat, la société de perception et de répartition des droits d'auteur a publié une déclaration générale d’opposition. Elle s'explique dans un communiqué, reproduit ici par ActuaLitté.

23/02/2024, 17:08

ActuaLitté

Mort d'Alexeï Navalny : “Il n’a jamais reculé devant le pouvoir”

Le décès d’Alexeï Navalny, survenu ce 16 février au centre pénitentiaire de Kharp à l'âge de 47 ans, provoque un soulèvement — et les regards fusent vers Vladimir Poutine, qui se serait définitivement débarrassé d’un opposant. Le Pen Club français a diffusé un hommage, ici proposé en intégralité.

17/02/2024, 10:49

ActuaLitté

L'étude sur le partage de la valeur du SNE, “un éclairage partiel et biaisé”

Dévoilée le 1er février dernier, l'étude sur le partage de la valeur du livre, commandée par le Syndicat national de l'édition, n'a pas vraiment convaincu. La quasi-totalité des organisations d'auteurs ont dénoncé ses résultats, assimilés à une pure et simple tentative de manipulation. L'Association des traducteurs littéraires français (ATLF) ajoute sa voix revendicative, dans un texte reproduit ci-dessous.

15/02/2024, 10:03

ActuaLitté

Une étude sur les revenus qui “ne reflète en rien la réalité” des auteurs

Le Syndicat national de l'édition, organisation patronale du secteur, a présenté le 1er février les données de son étude sur le partage de la valeur du livre entre les maisons d'édition et les auteurs. Une étude dont les méthodes et la présentation des résultats ont été largement décriées par les auteurs et leurs représentants. Le Conseil Permanent des Écrivains (CPE), dans un texte reproduit ci-dessous, signifie ses propres réserves, mais aussi ses attentes vis-à-vis du ministère de la Culture.

14/02/2024, 11:46

ActuaLitté

“La juste rémunération des auteurs et autrices est cruciale”

La Ligue des auteurs professionnels a pris connaissance de l'étude du Syndicat National de l'Édition (SNE) publiée le 1er février dernier. Dans une tribune adressée à ActuaLitté, l'organisation remet en cause la méthodologie, déjà amplement pointée. Leur texte est ici diffusé dans son intégralité.

06/02/2024, 11:03

ActuaLitté

L'étude irréelle où “les éditeurs sont moins payés que les auteurs”

Au moment même où l’Europe envisage de légiférer sur un statut professionnel pour les auteurs, incluant notamment de meilleures rémunérations et une lutte contre les contrats abusifs, le Syndicat national de l’édition a publié une enquête sur « le partage de la valeur entre auteurs et éditeurs ». Or, la présentation des données a révélé un biais tel qu’il laisse entendre que les éditeurs sont moins bien payés que les auteurs. La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse réagit dans les colonnes de ActuaLitté.

04/02/2024, 10:15

ActuaLitté

L'industrie du livre redoute le projet européen sur les délais de paiement

En Belgique, l'interprofession s'est regroupée pour interpeller les députés européens, sur la question des retards de paiements. Le projet qu’examinent en effet le Parlement et le Conseil ramènerait à 30 jours le délai maximum. Une modification que l’industrie du livre ne supportera pas sans de lourdes conséquences.

31/01/2024, 10:19

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Franck Thilliez : une passerelle vers les voix autochtones du Québec ?

Fondateur des Éditions Dépaysage, Amaury Levillayer porte une attention toute particulière aux cultures autochtones du Canada. Suite à des échanges avec la rédaction de ActuaLitté, autour du roman de Franck Thilliez, Norferville, l’éditeur a adressé un courrier à l’auteur. Un appel, une main tendue, pour que ces textes vivent aussi.

25/06/2024, 17:11

ActuaLitté

Livre d’occasion : un éditeur avait trouvé comment rafler le marché

Après une année 2022 en recul de 5,4 %, à 2,911 milliards €, le chiffre d’affaires des éditeurs français pour 2023 est particulièrement attendu. Avec l’espoir farouche qu’il demeure supérieur à 2019, année de référence pré-Covid. Mais la tendance est connue : moins de ventes et une croissance en valeur due à la hausse du prix des livres… Alors, où trouver de nouvelles ressources ? 

24/06/2024, 16:12

ActuaLitté

En quête de magie : trouver les fées !

Carnetdebord – Peau-de-Sang, prochain ouvrage d’Audrée Wilhelmy, sortira le 22 août aux éditions Le Tripode. Depuis plusieurs semaines, la romancière et artiste québécoise tient dans nos colonnes son Carnet de Bord, tout à la fois prélude d'un roman attendu et récit d'une attente, qui nous entraîne dans un monde enchanteur. Voire féérique...

20/06/2024, 15:50

ActuaLitté

“Gauche ou droite, les extrêmes me glacent”, Jean-Baptiste Andrea, Goncourt 2023

« Je suis écrivain. Les mots ont un sens. Quand on parle d’extrême gauche et extrême droite, j’entends avant tout “extrême”. Et c’est ce qui me glace. » Prix Goncourt 2023, pour Veiller sur elle (éditions L'Iconoclaste), ActuaLitté converse avec Jean-Baptiste Andrea sur la situation politique, à quelques jours maintenant des législatives

18/06/2024, 19:48

ActuaLitté

Créer un SMIC net à 1600 €, “une mesure mortifère pour la librairie”

Mesure phare du Front populaire, nouvelle version, le passage d’un Smic à 1600 € net relève du voeu pieux. Mais dans l’industrie du livre, et plus spécifiquement pour les librairies, une pareille mesure équivaut à la promesse d’une hécatombe. Chronique d’une mort imminente ?

18/06/2024, 12:55

ActuaLitté

Deux enfants en pleine écriture d'un poème épique...

Merle Leonce Bone (peintre, critique rock et poète) et Brisa Roché (auteure, chanteuse, productrice et poète américaine), viennent de publier aux éditions Le Boulon Paris Moon, un roman d’amour entre Boris Vian et Leos Carax… Traduit par Sophie Couronne, il parle d’oiseaux et de divinités. Mais les deux auteurs ont bien plus à en dire.

18/06/2024, 10:26

ActuaLitté

Réenchanter la vie : le super-pouvoir du réalisme magique

L'écrivain Paul Joubert vient de publier Tuer le temps aux éditions L'Archipel, son premier roman. Né en 1993, il s’est fait connaître en 2023 sur Instagram à travers son compte poétique Grosso modo. Il nous propose ici un texte, comme une invitation à rêver : « Soyons des Peter-Pan qui acceptons l’âge adulte. »

17/06/2024, 11:37

ActuaLitté

En librairie, “la surproduction nuit à la diversité” (Anne Martelle)

RNL24 — Ces 16 et 17 juin, à Strasbourg, le Syndicat de la librairie française (SLF) organise les Rencontres nationales de la librairie, rendez-vous bisannuel de la profession. Le ton a été donné, avec des demandes adressées au gouvernement, pour un soutien renforcé, et aux éditeurs, pour une solidarité plus marquée avec les points de vente. Entretien avec Anne Martelle, présidente du SLF et directrice générale de la Librairie Martelle (Amiens).

15/06/2024, 14:40

ActuaLitté

Les éditions MeMo, du coeur aux ouvrages

L'édition française se débat, engluée entre la concentration, la surproduction, la hausse des coûts de production et une indéniable baisse des ventes. Le secteur de la jeunesse souffre des mêmes maux, mais en pire. Leur 30e anniversaire encore dans les mémoires, les éditions MeMo, depuis Nantes, continuent d'insuffler passion et intelligence au sein d'un catalogue exigeant sans être élitiste pour autant.

11/06/2024, 16:57

ActuaLitté

Hommage à Ben, “conscient de l’importance de la non-importance”

La Fondation du doute, installée depuis 2013 à Blois, a appris le décès, le 5 juin dernier, de son fondateur, Benjamin Vautier, et de son épouse Annie. Les directeurs et l'équipe de l'institution, organisée autour de l'esprit Fluxus cher à Ben, lui rendent hommage dans un texte reproduit ci-dessous.

11/06/2024, 12:54

ActuaLitté

Petit cours de langue des choses cachées avec Cécile Coulon 

Montmorillon2024 — Cécile Coulon, autrice confirmée depuis son plus jeune âge, sort à 33 ans son neuvième roman, La langue des choses cachées (Iconoclaste, 2024). Elle y explore tout ce qui est dit quand les gens ne parlent pas, surtout les souffrances. À cette occasion, le Festival du livre de Montmorillon tenait à l'avoir comme invitée d'honneur. Sa présence a rythmé le salon, entre lecture musicale et jogging littéraire. ActuaLitté a eu l'opportunité de s'entretenir avec elle.

09/06/2024, 15:34

ActuaLitté

Jacques Rivette cinéaste du mystère, par Pacôme Thiellement  

Pacôme Thiellement a gagné il y a peu une belle popularité grâce à son histoire personnelle et fascinante de l’Histoire de France, diffusée sur la chaîne Youtube de Blast. En parallèle, il continue son travail d'exégèse, comme il aime à le dire, des artistes qui l’inspire : après David Lynch ou Frank Zappa, le plus méconnu des cinéastes de la Nouvelle Vague, et finalement le plus mystérieux, Jacques Rivette. Ceux qui n’ont vu que La Religieuse n’ont rien vu de lui…

08/06/2024, 11:00

ActuaLitté

Mort d'Éric Hazan : “La Fabrique est orpheline”

Stella Magliani-Belkacem et Jean Morisot ont communiqué un texte en hommage au fondateur des éditions La Fabrique, Éric Hazan, décédé ce 6 juin. Leur message est ici reproduit dans son intégralité.

07/06/2024, 10:29

ActuaLitté

"Comprendre l'œuvre d'Artaud ne nous rend pas meilleurs mais plus humains"

Écho Antonin Artaud a fêté son premier anniversaire ce mois de mai : sept numéros publiés, une communauté croissante sur Facebook, le lancement d'un nouveau blog, un numéro spécial, et prochainement une nouvelle série de podcasts, Cinartonomie, qui fusionnera cinéma et littérature avec un focus sur Artaud. Ilios Chailly, initiateur de la revue, raconte à ActuaLitté cette jeune aventure, et se livre sur sa passion pour l'auteur de l'Ombilic des limbes.

05/06/2024, 13:48

ActuaLitté

“En lisant ce roman, j'étais bouche bée”

Christophe Mileschi est un homme aux multiples casquettes. À la fois professeur de langue et de littérature italienne, il est également traducteur italien/français, auteur de divers essais et textes de création. Il a ainsi traduit de nombreux auteurs classiques, comme Italo Calvino, pour Gallimard. Dans la seconde partie de cet entretien divisé en deux épisodes, il raconte la traduction de Chemins de fer du Mexique de Gian Marco Griffi (Gallimard, 2024).

04/06/2024, 13:16

ActuaLitté

“Le livre sur les comptoirs d’une librairie est né d’un fragment d’idée"

Carnetdebord – Le prochain livre d'Audrée Wilhelmy, romancière et artiste québécoise, s'intitulera Peau-de-Sang et sera publié à la rentrée par les éditions du Tripode. ActuaLitté suit l'autrice en publiant son Carnet de Bord, dont le chapitre 5 est à retrouver ci-dessous.  Une manière pour Audrée Wilhelmy de faire patienter son lectorat, tout en le plongeant dans son quotidien d'écrivaine.

04/06/2024, 12:22

ActuaLitté

Tiffany Cooper : “Dessin et humour ont rendu ma vie plus belle”

RDVBDAmiens2024 – Originaire de Grenoble, Tiffany Cooper mit un terme à sa carrière dans le textile de luxe pour s’occuper de son linge sale : « Le dessin et l’humour ont toujours rendu ma vie plus belle », assure-t-elle. Étudiante à l'École des Arts Décoratifs de Strasbourg, elle ouvrit son blog en 2012, dont découla son premier livre, Le Meilleur des Mondes Possibles (2013). Rencontre, en toute simplicité.

01/06/2024, 15:17

ActuaLitté

Dans la Nef des fous, même les robots rient

RDVBDAmiens2024 – Voilà plus de 30 ans que Turf s’est inscrit dans les pas de Jérôme Bosch (dont le tableau, La Nef des fous, est à découvrir au Louvre) : tout a débuté en ce 77e brumore de l’an 627, dans la bonne ville d’Eauxfolles. Et chez les éditions Delcourt. Le tout pour aboutir à une curieuse expérience, qui se déroule aux Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens.

01/06/2024, 10:12

ActuaLitté

Alain Damasio : “L'Afrique nous sauvera !”

MementoMori - L'auteur Alain Damasio était présent aux Imaginales 2024 à plusieurs titres : présenter son dernier ouvrage, Vallée du silicium, publié au Seuil, accompagner son camarade Mathias Echenay, avec qui il a lancé La Volte il y a 20 ans, et participer à l'Oratorio Les Furtifs, tiré de son roman paru en 2019.

01/06/2024, 06:23

ActuaLitté

"On veut mélanger les deux formules : populaire et élitiste"

Montmorillon2024 — Il y a 10 ans s'éteignait Régine Deforges. L'autrice et éditrice native de Montmorillon a marqué de son encre les lettres françaises et le paysage culturel de sa région natale. Cette année, le festival du livre de Montmorillon lui rend un hommage appuyé. ActuaLitté a pu s'entretenir au sujet de cette édition spéciale, avec le maire de la ville, Bernard Blanchet, et David Aladenise, son adjoint à la culture.

31/05/2024, 18:07

ActuaLitté

“Mettre un coup de frais, un coup de jeune et de talent”

Montmorillon2024 — Programmatrice des rencontres de Montmorillon depuis 2022, Anne-Lise Dyck-Daure avait cette année pour mission d'ouvrir le festival à de nouveaux horizons littéraires, tout en conservant un ancrage territorial. ActuaLitté a pu s'entretenir avec elle, à un peu plus d'une semaine de l'ouverture du Festival du livre de Montmorillon.

 

31/05/2024, 12:17

ActuaLitté

Zebra Comics fait les beaux jours de la BD africaine

Beaucoup de dynamisme se dégage de cette jeune équipe de Zebra Comics. Cette startup basée à Douala, la capitale économique du Cameroun, est en train de s’illustrer internationalement. Njoka Suyru, l’un de ses fondateurs, est curieux, réactif et porteur d’une belle énergie. Nous avons discuté une bonne heure en visio. Propos recueillis par Agnès Debiage, fondatrice d’ADCF Arica.

30/05/2024, 11:05

ActuaLitté

Un an à vélo : entre épuisement et émerveillement

#AVeloEntreLesLignes – Découvrir le plus grand nombre de librairies entre Paris et Oulan-Bator, le défi n'est pas des moindres. Et entreprendre le trajet à vélo ? Quelle folie. Pourtant, c’est exactement l’aventure que Zoé David-Rigot et Jaroslav Kocourek ont entamée il y a un an. ActuaLitté partage cette incroyable odyssée en publiant leur récit de voyage intitulé À vélo, entre les lignes. Arrivé en Mongolie, il ne reste que quelques centaines de kilomètres au duo...

28/05/2024, 16:09

ActuaLitté

“La littérature n’est pas un miroir, mais une fenêtre sur le monde”

Loredana Lipperini, née en 1956 à Rome, est une journaliste, autrice et essayiste italienne. Elle anime l’émission radiophonique de culture et littérature Fahrenheit sur Rai Radio 3 et a été jurée de plusieurs prix littéraires en Italie ainsi que consultante pendant sept ans pour le Salon International du livre de Turin.

28/05/2024, 11:09

ActuaLitté

Les Imaginales, “vouées à devenir la plus grande fête de l'Imaginaire”

MementoMori - L'édition 2024 des Imaginales s'achève ce dimanche, le second sous la houlette du dessinateur Gilles Francescano, qui dresse avec ActuaLitté un bilan à chaud, placé sous la précieuse sensation d'être à la bonne place.

26/05/2024, 18:33

ActuaLitté

Chris Vuklisevic : "J'ai cherché à confronter les lecteurs avec leur mortalité"

MementoMori – Chris Vuklisevic a commencé par être le Coup de coeur des Imaginales 2024 dès février, avant de remporter le prestigieux Grand Prix de l'Imaginaire, et enfin Le Prix des Imaginales, à chaque fois pour son roman, Du thé pour les fantômes, paru dans la collection Lunes d'encre de Denoël en mai dernier. Un an après, la jeune autrice confirme sa place de pépite du genre.

25/05/2024, 15:42

ActuaLitté

John Gwynne : la mythologie nordique à hauteur d'homme et de femme

MementoMori – L'auteur de fantasy britannique John Gwynne a été présenté au public français grâce aux éditions Leha, dix ans après la sortie de son premier roman en 2012. Depuis, quatre de ses ouvrages sont parus en France, de deux de ses séries. Le second tome de sa Confrérie du sang, La Faim des dieux (trad. Thomas Bauduret), paraîtra le 13 juin prochain. À l'occasion de sa première venue aux Imaginales, ActuaLitté s'est entretenu avec l'écrivain de Fantasy, et son éditeur.

25/05/2024, 09:50

ActuaLitté

Un premier “coup de pouce vert” pour construire les bases de demain

RDVBDAmiens2024 — « Les Rendez-Vous de la Bande Dessinée d’Amiens s’inscriront cette année dans une démarche de transition éco-responsable ». Sophie Mille, directrice du festival, affirme sa volonté de faire de cette 28e édition une année de changement. Édito.

24/05/2024, 10:00

ActuaLitté

Sue Rainsford : “J'ai une grande tolérance pour les scènes gores”

MementoMori – L'Irlandaise Sue Rainsford n'avait pas pu célébrer son Prix du Roman étranger aux Imaginales l'année dernière, mais avait eu une bonne excuse : « J'étais enceinte jusqu'au cou. » Elle se rattrape cette année, et c'est peu de le dire, avec une rencontre et la participation à trois tables rondes, le tout pour une première participation au festival de l'imaginaire. Faut dire que le thème de cette année sied parfaitement à celle qui, en seulement deux romans, s'est imposée comme une plume importante du body-horror.

24/05/2024, 09:55

ActuaLitté

“Deux principes fondamentaux guident Les Rendez-Vous de la BD”

RDVBDAmiens2024 – À l'occasion de la 28e édition des Rendez-Vous de la Bande Dessinée, Pascal Mériaux, directeur du Pôle BD Amiens / Hauts-de-France, revient sur les origines et les ambitions du projet.

23/05/2024, 12:00

ActuaLitté

“Les Rendez-vous de la BD d'Amiens sont vitaux”

RDVBDAmiens2024 – « Cette manifestation est un instant majeur pour la bande dessinée en France. » Le directeur de l’Agence régionale du livre et de la lecture des Hauts de France, François Annycke, n’y va pas par quatre chemins. Quand il s’agit des Rendez-vous de la BD d’Amiens, porté par l’association On a marché sur la Bulle, tout le territoire est concerné.

23/05/2024, 10:21

ActuaLitté

“Notre cahier des charges, c’est un festival de qualité et populaire”

Comediedulivre2024 – 2025, dans l’événementiel, c’est loin… et c’est demain. Mais pour l’instant, les équipes savourent la fin du salon : en renouant avec les médiathèques, les 17 et 18 mai, les rencontres hors les murs ont déployé la manifestation par-delà le département. D’autant que pour la seconde (ou deuxième ?) année, la Comédie quittait la traditionnelle esplanade Charles-de-Gaulle, en travaux. 

22/05/2024, 10:34

ActuaLitté

La collection Angle Mort remet de la science dans la SF

L'éditeur indépendant L'Œil d'or inaugure avec le recueil de nouvelles Multiversalités une collection inédite, « Angle Mort ». Dérivée de la revue homonyme qui circule en ligne depuis 2010, elle en partage l'ambition : penser autrement la science-fiction et le monde avec. Directeur de cette publication depuis 2014, le sociologue Julien Wacquez nous présente cette nouvelle initiative.

21/05/2024, 16:16

ActuaLitté

L’histoire oubliée et tragique du Camp des Milles

Aurélie Tramier s’est hissée jusqu’en finale de la dernière édition du Prix Maison de la Presse. Une récompense tournée vers la littérature populaire et résolument romanesque, parfaitement en phase avec son dernier roman, Bien-Aimée, publié à La Belle Étoile. Il raconte un camp français peu connu de la Seconde Guerre mondiale, à l’histoire extraordinaire : d’abord destiné à l'internement d'Allemands comme Max Ernst, l'ancienne tuilerie devint à la défaite française, une étape avant Auschwitz…

21/05/2024, 15:45

ActuaLitté

Manuel Vilas : “L’imagination, c’est gratuit : on ne paye ni impôt ni taxe”

Comediedulivre2024 – Manuel Vilas, l'auteur espagnol, a captivé le public français avec ses œuvres telles qu'Ordesa, Alegria et Les Baisers (Éditions du sous-sol, trad. Isabelle Gugnon). Son style unique et sa plume d'une grande beauté offrent un regard inédit sur la vie humaine et notre époque contemporaine. Avec Irene (trad. Isabelle Gugnon) il présente à Montpellier un nouveau chef-d'œuvre. 

18/05/2024, 14:15

ActuaLitté

Damasio : “L’époque a furieusement besoin d'entendre la voix des voltes”

Comediedulivre2024 – Une carte blanche, donnée par la Comédie du livre, offre chaque année à un écrivain. Cette année, Alain Damasio en profite, alors que les éditions de La Volte qui le publient, fête leurs 20 ans. Ses invitées et invités seront Vinciane Despret, luvan, Palo Alto, Karim Kattan, Floriane Pochon, Jacques Barbéri, Fabrice Capizzano, Léo Henry.

18/05/2024, 09:47