#Radio

La librairie, maillon faible, ou le mépris élevé au rang de vertu cardinale

TRIBUNE LIBRAIRIE - Fabienne Van Hulle a créé et dirige à Lille la dynamique librairie indépendante Place Ronde. Suite à l'intervention d'Antoine Gallimard sur les ondes de France Inter, durant laquelle il affirme que les librairies sont le maillon faible de la chaîne du livre, elle exprime ici et sur les réseaux son droit de réponse. 

Le 05/05/2020 à 15:55 par Auteur invité

23 Réactions |

Publié le :

05/05/2020 à 15:55

Auteur invité

23

Commentaires

linkedin mail print
ActuaLitté

Ça faisait longtemps que ça montait...

J’ai écouté Antoine Gallimard sur les ondes de France Inter hier matin dans ma voiture en allant acheter les croissants du dimanche et le pain de la semaine. Je portais un masque heureusement, je faisais tellement la grimace que j’aurais fait peur aux quelques passants. Les vitres étaient fermées, personne ne m’a entendue. Depuis, je rumine.

Moi, Libraire, chef de ma toute petite entreprise, membre d’une chaîne, je n’apprécie pas du tout d’être traitée, nommée ainsi « le maillon faible ».

NON, PAS DU TOUT !

Le « maillon faible » d’une équipe, c’est celui qui la tire vers le bas. Or, dans notre cas, c’est vous Monsieur Antoine Gallimard, les « grandes » maisons d’édition et vos diffuseurs, vous qui tirez les conditions financières que vous nous accordez vers le bas ! Et non l’inverse.

C’est vous qui avez continué à livrer hypers, plateformes et entrepôts de la grande distribution virtuelle et physique, alourdissant ainsi la distorsion de concurrence pendant ces 8 semaines de confinement et mettant encore un peu plus en péril la librairie indépendante.

Ce sont eux bientôt qui vous dicteront seuls leur loi et vous mettrez votre petit doigt sur la couture de votre pantalon, Monsieur. Vous vous exécuterez pour ne pas tomber.

OUI, la librairie est le maillon d’une chaîne du livre (qui n’est chaîne que lorsque ça vous arrange) affaiblie par des années de surproduction et de conditions financières déplorables.

Il est grand temps que vous l’admettiez et que nous agissions pour redresser la barque avant qu’elle ne soit totalement coulée. Ce n’est pas pleurer, quémander la subvention qui nous sauvera, mais considérer que nous sommes un commerce et que nous devons agir et travailler en patrons responsables.

À bon entendeur.

Fabienne Van Hulle
Librairie Place ronde

23 Commentaires

 

Charline

05/05/2020 à 18:52

Bonjour

Moi même libraire en hyper je peux dire à cette dame qu’hélas Gallimard n’a pas joué le jeu pendant le confinement... ils n’ont pas livré de marchandise dans nos magasins malgré la forte demande de nos clients qui ont retrouvé le goût de la lecture pendant cette période délicate...
Je pense que le vrai « maillon faible » de cette histoire c’est Mr Gallimard hélas.
J’ai moi-même le sentiment que nous , libraire en hyper , nous ne sommes absolument pas considérés par ce monsieur...
A bon entendeur...

Fabienne Germain

06/05/2020 à 09:42

Bienvenue au club ! Dans un article précédent je lisais que les petits éditeurs, dont je fais partie, étaient les maillons faibles. S'il y a un maillon faible dans cette chaîne c'est bien les intermédiaires entre les éditeurs et les libraires et non l'inverse. Battons-nous ensemble pour un tarif postal adapté pour le livre, comme ça existe pour la Presse depuis la Libération. Les libraires pourront vendre par correspondance les livres et ainsi ne pas subir de plein fouet la concurrence des grosses plates-formes qui ne font payer que 1 centime les frais d'expédition (et encore pour les livres qu'ils veulent bien vendre et pour lesquels ils obtiennent des remises qui feraient rêver les libraires). Les éditeurs pourraient envoyer directement leurs livres aux libraires quand la chaîne du livre est à l'arrêt. Mais aujourd'hui quand les tarifs postaux coûtent un tiers du prix du livre, quand ce n'est pas plus s'il faut l'envoyer en colissimo quand l'épaisseur dépasse les 3cm, c'est mission impossible et le pré carré de la distribution est bien gardé. Imagine-t-on ce que serait devenue la Presse si elle n'avait pas un tarif postal privilégié ? Vous pouvez lire nos revendications sur le site lautrelivre.fr et les courriers envoyés aux ministres de la Culture et de l'Economie et des Finances. Rejoignez ce combat, qui est vertueux et le seul à pouvoir préserver la bibliodiversité.

Mariane17

06/05/2020 à 10:10

Vos jérémiades on y comprends rien, en tout cas moi , ce que je sais c'est que depuis qqs semaines j'ai cherché désespérément des fournisseurs genre drive en librairie pour favoriser les libraires indépendants mais rien en tout cas en " province " qu'avez vous a répondre à ça ?... :question:

Du 24

06/05/2020 à 12:09

Madame, vous ne comprenez pas les mots... C'est sûrement pour cela que vous n'avez pas trouvé de librairies indépendantes qui effectivement pratiquées le "drive", plus d'une en Province et même dans le 24.. Petite lectrice que je suis, au courant j'étais... :-) Peut-être chez vous aucune, mais svp, pas de généralisation..

éditions les Venterniers

06/05/2020 à 14:26

Vous découvrirez avec joie le site "je soutiens ma librairie" ! https://www.jesoutiensmalibrairie.com/toutes-les-actions

Le Coucou 25

06/05/2020 à 11:36

Bonjour à Chacune et Chacun,

Comme je comprends et partage le coup de gueule de ma collègue de Lille ! Si M. Gallimard pratiquait un peu le vélo, il saurait que sur une "chaîne" tous les maillons sont utiles et solidaires pour faire avancer l'engin ! Et quand l'un d'eux défaille, c'est l'intégralité du vélo qui tombe avec celui qui est dessus ! Depuis ma petite librairie indépendante du Doubs (et avec un collègue libraire à 4 kms de moi), nous avons fait des livraisons à domicile à partir de notre stock et j'ai même fait du drive le samedi, entre 12 et 14h00 ! Maintenant et pour avancer, il faut faire front avec tous nos clients car c'est grâce à eux que nous pourrons continuer à exister ! Catherine & Librairie Le Coucou qui lit à Valentigney

Sébastien

06/05/2020 à 13:24

C'est drôle, mais je suis ce site depuis peu, et j'ai l'impression que le monde de l'édition est un peu spécialisé en coups de gueules tous azimuts :)

Fabienne, vous ruminez depuis l'intervention de Gallimard. Je pense que lui-même devait ruminer lorsque le ministre Le Maire - préposé à l'économie bien qu'il n'en ait guère les compétences - avait envisagé que les libraires puissent être ouverts pendant le confinement, avant que s'abatte sur lui un torrent d'insultes des premiers concernés qui refusaient de rouvrir.

Chacun voit midi à sa porte, mais Gallimard, Antoine et ses ancêtres, ont fait beaucoup plus que nous tous réunis pour la littérature française, qu'on le veuille ou non. Dans ses propos, je ne crois pas avoir décelé d'animosité à l'égard des libraires. Simplement, si "maillon faible" est sans doute une expression mal choisie, elle exprime que lorsque les librairies sont fermées, c'est tout le secteur qui est en panne. Dit comme ça, vous devriez être moins choqués :-)

Alors on va mettre ça sur le compte de l'enfermement prolongé qui excite les esprits. Comme le dit le bon Pr Raoult, "La France est en pleine crise de nerfs".

Vive les éditeurs et vive les libraires, et même vive les e-commerçants ! Restez unis !

Marc Georges

06/05/2020 à 18:13

Fabienne Van Hulle, je partage votre avis sur les propos d'Antoinne Gallimard.

Ils sont cyniques.

Il lui a fallu une épidémie, prés de 25.000 morts, deux mois de confinement, pour constater que le réseau des librairies est le maillon faible de la chaîne du livre.

Soyons sérieux. Cela il le sait. Il est un des acteurs majeurs de cette faiblesse. Editeur est noble, vendeur de livre, pouah ... Telle est sa pensée. Dans tout secteur économique, le réseau de distribution est choyé, valorisé. Dans celui du livre, il est quantité négligeable. Doit on comparer le salaire moyen d'un libraire et celui d'un responsable de collection chez un éditeur ? Il faut être juste, il n'est pas le seul à agir ainsi. La très grande majorité des éditeurs, petit ou grand, agit de la même sorte, accordant la marge minimum aux libraires pour que ceux-ci puissent survivre.

Pourquoi ce cri du cœur d'Antoine Gallimard ? Serait-il devenu l'abbé Pierre des libraires ? Loin de là. Détrompez-vous ! La raison de cet appel, la place future des acteurs de la vente de livres en ligne. Amazon, Fnac & consorts vont avoir un poids tel qu'ils vont pouvoir dicter leurs lois aux éditeurs. Aujourd'hui, ils le font en partie. Mais les Editeurs compensent les généreuses remises exigées par ces e-acteurs du livres, en accordant de faibles remises aux libraires. Demain, si le nombre de libraires diminue, cette compensation n'existera plus. La marge des éditeurs sera directement impactée. Voilà la seule et vraie raison de ce soudain ralliement d'Antoine Gallimard à la cause des librairies.

Il reste un point sur lequel il a raison, le risque qui pèse sur le réseau de librairies est tel, qu'il est systémique pour la chaîne du livre. Une solution existe : que les acteurs de cette chaîne du livre mettent en place une répartition plus équitable de sa valeur ajoutée. Et cela sans oublier les auteurs.

Marc Georges
La Demeure du Livre

La méthode Boscher pour les nuls

06/05/2020 à 18:55

Eh ben dites donc, ça promet si des libraires prennent la plume pour exprimer haut et clair à quel point elles ont des difficultés de compréhension élémentaire. Conclure par "à bon entendeur" quand on est soi-même si mal-entendante, c'est quand même pas mal gratiné.
Petite explication de texte, vite fait, pour mettre un peu de baume sur la susceptibilité si mal placée de Mâme Fabienne Van Hulle.
Lorsque Tonio Gallimuche parle de "maillon faible", il ne signifie évidemment (é-vi-dem-ment !) pas que la librairie, et vous en particulier, tire la chaîne vers le bas. Il signifie que la situation économique (é-co-no-mique !) habituelle des librairies rend leur survie immédiate très problématique.
Et si vous avez écouté Tonio Gallimuche jusqu'au bout, vous avez sans doute noté qu'il disait aussi que si ça pète pour la librairie, ça pètera pour tout le monde, ce qui rend urgent qu'on s'intéresse à la librairie dans son ensemble.
Le maillon faible, faut pas croire que ça ne soit que le nom d'une émission de téloche : ça a aussi un sens plus large, je vous jure, Mâme Fabienne Van Hulle. Faudrait vous pencher sur le vocabulaire avec un peu plus de soin, si je peux vous suggérer une occupation utile.
Sans compter que quand vous accusez Tonio d'avoir livré les hypers, Amazon et toutes les saloperies qui vérolent le métier de libraire, je crois bien que vous vous mettez le doigt dans l'oeil jusqu'au fond de l'estomac vu qu'il me semble bien que les boîtes de distrib' avaient toutes baissé le rideau au début du confinement. Vous avez plutôt intérêt à être sûre de votre coup là-dessus parce que si jamais vous ajoutez le côté langue de pute au côté mal-entendant, ça va finir par faire beaucoup.
Vu vos difficultés de compréhension, si jamais je passe par Lille, rappelez-moi de ne pas vous demander de conseil de lecture.

marc Georges

06/05/2020 à 23:09

M'étendre sur le choix de vos mots et vos expressions seraient perte de temps.

Mais deux corrections me semblent importantes

Monsieur Antoine Gallimard a bien dit que les librairies ont le maillon faible. Je le cite ""Il y a un maillon faible dans la chaîne, c'est le libraire".

Certains points de vente ont continué à être fourni par les diffuseurs pendant le confinement. Par contre, cela ne me gène pas. Toute remarque sur ce point est stérile, la librairie n'étant pas le point unique de vente du livre.

Là où le propos d'Antoine Gallimard est gênant, c'est qu'il est un des acteurs de cette faiblesse de la librairie. Aujourd'hui, il ne la découvre pas, il s'en inquiète. A juste titre, pour sa paroisse. Si demain un grand nombre de librairies ferme, les livres se vendront par la vente en ligne. Ces acteurs (peu nombreux) imposeront de dures conditions commerciales à Gallimard & consort. C'est déjà le cas aujourd'hui. Mais Gallimard compense ces conditions commerciales avec les faibles conditions qu'il accorde aux libraires. Si demain, ces libraires n'existent plus, la compensation disparaîtra, et Gallimard sera impacté directement dans son porte-monnaie. Les acteurs du livre ont tous en mémoire les mésaventures d'Hachette aux USA avec Amazon. Ils se disent "pourvu que cela ne puisse pas se produire chez nous". Le cercle fermé des éditeurs a aussi connaissance des malheurs d'un éditeur puissant ayant privilégié ses liens avec les vendeurs en ligne au détriment des libraires, et dont les vendeurs en ligne lui ont imposé brutalement un changement des conditions commerciales. Il n'a eu d'autre choix que d'accepter et de mettre en place un plan social. C'est tout cela qui motive Antoine Gallimard dans sa croisade en faveur des libraires. Ce n'est que ce que Fabienne Van Hulle exprime à sa façon.

Marc Georges
La Demeure du Livre

Dany, libraire joyeux

07/05/2020 à 02:24

Dommage que l'esprit critique au sens du Siècle des Lumières ait disparu (pour des libraires, ça la fout mal !) et que beaucoup de libraires préfèrent râler plutôt que de prendre leur destin en mains.
Mais peut-être aussi qu'Antoine Gallimard aurait dû employer l'expression "maillon fragile" plutôt que "maillon faible", comme il l'a fait dans son entretien avec LivresHebdo : https://www.livreshebdo.fr/article/antoine-gallimard-une-crise-tres-grave-qui-impose-des-mesures-fortes-de-solidarite
En tout cas il ouvre la porte, alors c'est le moment de vous bouger et surtout, arrêtez de geindre et décidez d'être heureux, je vous assure, c'est bien meilleur pour la santé !

marc georges

07/05/2020 à 11:47

Pour ma part, je ne geins pas. Je ne fais que souligner le cynisme d'Antoine Gallimard, lui qui a contribué à la fragilité des libraires.

Il ouvre la porte ? Mais la porte est ouverte depuis longtemps. Il a toujours refusé un dialogue dans l'interet de tous les acteurs de la chaîne du livre.

Aujourd'hui, il s'émeut du devenir des librairies. Parce qu'il sait qu'il sera directement impacté si ce réseau disparaît. C'est sa seule et vraie motivation à sa croisade en faveur des libraires.

Quand au sens critique du siècle des lumières, ces posts n'en sont que l'illustration. Sans oublier qu'en ce temps-là, le libraire était éditeur et l'éditeur était libraire...

Croire que les libraires ne se bougent pas, c'est être aveugle ou sourd. Croire que les libraires ne sont pas heureux, c'est stupide. Mais cela ne doit pas empêcher de remettre le discours d'Antoine Gallimard de son contexte et d'en faire une traduction plus juste.

Quand au mot fragile ou faible, c'est une sémantique sans intérêt. Il y a une réalité : le risques librairies est systémique pour toute la chaîne du livre.

Juste une réflexion : si 20 à 30% du réseau disparaît, quel impact ? Le système Prisme pourra-t-il y survivre ? Les distributeurs accepteront-ils de continuer à travailler avec des petites et moyennes librairies ? Ne voudront-ils pas uniquement travailler avec des grands comptes ? Les clients ne se tourneront-ils pas définitivement vers la vente en ligne ? Le sujet est bien trop sérieux pour le traiter avec des balivernes sans intérêt.

Marc Georges
La Demeure du Livre

Dany, libraire espiègle !

08/05/2020 à 11:01

Cher Marc,
quand j'ai répondu, votre message n'était pas encore en ligne, il était confiné chez le modérateur. Il n'y a donc aucune raison que vous vous sentiez visé par le verbe geindre.
D'ailleurs, je parlais de "beaucoup de libraires", pas de quelqu'un en particulier. Je peux avoir un avis sur un corps de métier dont je fais partie, mais je n'ai aucune propension à juger les êtres humains.
La sémantique, c'est essentiel. Ça permet de ne pas trahir la parole des gens et ça évite les analyses erronées : maillon fragile ne veut absolument pas dire la même chose que maillon faible. L'un incite à la protection, l'autre, comme le dit Fabienne, tire vers le bas.
Il est important aussi d'écouter ce que disent les autres participants à la tribune, notamment ceux qui ne sont pas des libraires : si Marianne17 parle de jérémiades, ça doit nous questionner. Et désolé, mais c'est dans la Méthode Boscher que j'ai pour ma part trouvé le plus d'esprit critique, même s'il s'égare à la fin : j'aimais bien le ton aussi, mais les 5 dernières lignes ont gâché le reste. Dommage !
Cher Marc,
vous dites que la porte est ouverte depuis longtemps. Mais par qui ?
Par vous sûrement, mais pas par Antoine Gallimard, comme vous l'expliquez.
Aujourd'hui c'est lui qui ouvre la porte. Peut-être par cynisme, par intérêt ou parce qu'il sent le vent du boulet, qu'importe la raison : qu'il l'ouvre contraint ou avec le sourire, ce qui compte ce qu'il l'ouvre et que l'on profite de cette ouverture pour foncer, avant qu'elle ne se referme.
Quand j'émets l'avis que les libraires ne se bougent pas, vous en donnez l'illustration parfaite avec votre solution yakafokon. Je vous cite :
une solution existe, que les acteurs de cette chaîne du livre mettent en place une répartition plus équitable de sa valeur ajoutée.
Mais quelle est votre part d'action dans cette proposition ?
Quant à ma dernière phrase qui évoquait le bonheur, c'était tout simplement une citation de Voltaire. Tiens, en voilà une autre que j'aime beaucoup, d'un autre écrivain : l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible !

Marc Georges

08/05/2020 à 18:13

Votre réponse est facile et sans réel intérêt, elle n'apporte rien au débat.

Quand une personne est en situation difficile, et qu'elle le dit. Elle ne geint pas, elle ne fait que décrire sa situation. Dire qu'elle geint, cela revient à ne pas voir sa réalité.

Les propos de la méthode Boscher, ils sont sans intérêt, polémiques et peu courtois.

Le mot faible est usé à bon escient par Antoine Gallimard. Du mot fragile, il ne veut pas entendre parler, car il use de cette faiblesse des librairies.

Quand on ouvre une porte, il faut dire où et à quel endroit. Si non ce n'est qu'un courant d'air.

Quand à votre yakafocon, c'est au moins le début d'une démarche ou d'une réflexion.
Mais votre remarque est gratuite car vous sortez ma phrase de son contexte. Et ce n'est pas moi dans mon coin qui vais porter la "révolution" dans la chaîne du livre.

Quand vous dites que les libraires ne font rien, cela est faut. Dois je vous rappeler que vous êtes libraire et vous inclure dans ces gens qui ne font rien...

Dire que je ne fais rien, je pourrais vous retourner la question. Il est plus facile de demander à l'autre ce qu'il fait, plutôt que de dire ce qu'on fait.

A ma façon, avec mes moyens, je défend mon métier : pas de vente sur internet, pas d'offices, quasi pas de retour (-3

La Méthode Boscher pour qui n'en veut

08/05/2020 à 23:04

Faites excuse Dany mon bichon et Marc mon chou, je peux pas résister à l'envie de me mêler de votre crêpage de chignon. Quand vous causiez sémantique, Dany, vous tapiez juste, mais pour le coup vous eussiez dû vous y tenir.
Que Tonio cause de maillon faible ou fragile, on s'en tamponne un peu en fait. Faible ou fragile, ce que ça veut dire, ce n'est pas que ça tire vers le bas, faut s'appeler Fabienne ou Marc pour croire ça ; ce que ça veut dire, c'est que c'est le maillon qui risque le plus de nous péter dans les doigts.
Et quand un maillon pète, c'est bien simple, c'est toute la chaîne qui pète. Pas qui est tirée vers le bas, qui pète. Vous n'avez qu'à mater sur la première bécane venue : un maillon pété, c'est toute la chaîne qui est bonne à jeter.
Sans compter que, faible ou fragile, le maillon "librairie" est aussi indispensable que les autres maillons si on veut que ça reste une chaîne... mais il a besoin qu'on y fasse un peu plus gaffe parce qu'il est toujours tangent du point de vue tréso. Et ça, Tonio l'a très bien pigé.
Si c'est par vertu ou par vice bien compris, franchement on s'en bat les steaks, mes petits. On s'en bat d'autant plus les steaks qu'à mon avis il n'avait pas attendu aujourd'hui pour piger cette évidence, à savoir que le commerce du livre sans les librairies, c'est cramé, plié, mort et enterré, en tout cas comme nous le connaissons, c'est-à-dire avec sa diversité.
Marc, mon petit chou, vous vous croyez sûrement plus mariole que tout le monde, et c'est sans doute ce qui explique que vous asseniez des truismes comme si vous aviez inventé l'eau tiède. Tout le monde, absolument tout le monde, sait que se retrouver face à des interlocuteurs trop balèzes et en situation de quasi monopole est mortel pour les producteurs, quelle que soit la came qu'on fourgue. Vous croyez quoi, que Tonio vous a attendu pour piger ça ? Sérieux ? Eh mon pote, c'est du commerce de base ! Faudrait quand même penser à descendre un peu de vos grands chevaux, mon garçon, et peut-être vous la péter un peu moins.
Je trouve qu'il était bien gentil, Dany Boy, quand il disait "geindre". Moi, j'aurais dit "chouiner". Heureusement que tous les libraires ne sont pas tous taillés sur ce modèle et qu'il y en a un paquet qui se sortent un peu les doigts ! C'est derrière ceux-là qu'il va falloir que nous nous bougions tous.

Marc Georges

09/05/2020 à 13:19

User d'un style "argotique", pourquoi pas ? Cela fait un peu Titi Parisien, mais sans le talent d'Audiard. Mais là n'est pas l'important. Dans vos propos, il y a quelques idées qui méritent réflexion.

Maillon faible, ce n'est pas moi qui le dit, c'est Antoine Gallimard qui le dit. Je ne fais que commenter son cynisme sur ce point. Mais cela n'est pas très important, c'était juste en réaction à votre réponse au post de Fabienne.

Vous dites, je vous cite "le commerce du livre sans les librairies, c'est cramé, plié, mort et enterré, en tout cas comme nous le connaissons, c'est-à-dire avec sa diversité.". Je ne partage pas votre point de vue. Penser que la librairie est un acteur indispensable du commerce du livre, c'est méconnaître l'histoire de ce commerce. Il fut un temps où le libraire était éditeur. Tous les grands éditeurs d'aujourd'hui ont commencé ainsi, Grasset, Hachette, Gallimard, ... Puis les métiers se sont séparés. Il fut un temps où la librairie avait le monopole de fait du commerce du livre ; aujourd'hui Carrefour est le premier libraire de France ; la part des librairies baisse chaque année ; le dernier Goncourt s'est vendu à + de 55% hors du circuit libraire. Vous prenez la précaution de préciser, je vous cite "comme nous le connaissons, c'est-à-dire avec sa diversité.". Je ne partage pas ce point de vue. Aujourd'hui un nombre croissant de petits éditeurs diffusent leurs éditions sans passer par les libraires, certains refusent de travailler avec ce réseau. Quand au point de vente qui offre la plus grande diversité éditoriale, ce n'est pas un libraire, c'est le grand méchant loup, Amazon.

D'autres secteurs ont chanté la même chanson : "sans nous, point d'issue". Le secteur de la musique en est l'exemple parfait. les disquaires ont quasi disparu, la diversité musicale n'a jamais été aussi grande, les majors compagnies (l'équivalent de nos éditeurs) ne se sont jamais aussi bien portées.

Je mets juste un bémol à cette idée du livre sans librairie. Il y aura toujours des librairies, car le livre a une dimension physique indispensable. Mais si ce réseau n'est pas valorisé à son juste travail, il disparaîtra.

Cela m'offre la transition vers le deuxième point intéressant. Je vous cite "se retrouver face à des interlocuteurs trop balèzes et en situation de quasi monopole est mortel pour les producteurs, quelle que soit la came qu'on fourgue". Je ne partage pas cet avis. Il y a des secteurs en quasi monopole où le producteur soigne avec beaucoup d'attention son réseau de distribution, où il comprend le rôle et l'image que celui peut porter à son produit, où il fait le nécessaire pour que la rentabilité de ce réseau soit présente et confortable. A titre d'exemple : la parfumerie, l'automobile, le vêtement, les fleurs, ... Un contre-exemple : la presse, on voit le résultat. Dans la chaîne du livre, la librairie n'est que peu valorisée. Lors de la négociation de la Loi Lang, il y avait deux solutions : le prix unique ou une distribution sélective. Il a été fait le choix de la première solution, moins contraignante et qui donnait le pouvoir aux éditeurs.

Quand à chouiner, je ne chouine pas pas plus que Fabienne. Si décrire une situation ou montrer l'outrecuidance d'Antoine Gallimard, c'est chouiner, libre à vous.

Quand à votre conclusion, dommage, vous salissez tous vos propos. Sortir les doigts... Fabienne Van Hulle n'a plus à démontrer son dynamisme avec sa librairie. Quand à vous, si on s'en tient à ces posts, on peut en douter.

Il y a deux mois, les acteurs du livres disaient "ce n'est qu'une tempête à passer", il y a un mois, d'autres voix ont commencé à se faire entendre "il faut soutenir les librairies, il faut prévoir un plan de 50 millions d'euros". Avant-hier le président du Centre National du Livre a réclamé un plan de 500 millions d'euros. Le risque librairies est systémique. Certains études vont ressortir que 15 à 20 % du réseau risque de disparaître suite à l'épidemie, certaines parlent même de 30%. Avec quelles conséquences ? Plusieurs risques importants : La plateforme Prisme, le système Dilicom, les éditeurs s'orientant vers les grands comptes uniquement. Si le réseau des libraires n'est traité pour la valeur qu'il apporte à la chaîne du livre, il disparaîtra. Il y a eu des libraires-éditeurs, puis des libraires et des éditeurs, puis des éditeurs ...

Marc Georges
La Demeure du Livre

Dan, libraire conterné !

08/05/2020 à 19:56

Asinus, asinum fricat ! Bon vent !

Marc Georges

08/05/2020 à 21:19

Après des remarques sans intérêts.
Maintenant c'est le tour de la grossièreté.
Remarquez quand on a rien à dire, c'est plus simple.

Juste une remarque, cette expression est mal utilisée, il y a deux ânes ...

et pour paraître brillant vous utilisez le latin.
Comme dirait Leo Castelli, so easy.

Je vous rejoins sur un point : bon vent.

Marc Georges
La Demeure du Livre

Dan

09/05/2020 à 02:23

Asinus, asinum... Dans cette tribune, il n'y a que 2 personnages qui émergent et se frottent : vous et votre ego !

Marc Georges

09/05/2020 à 12:14

Vexé le monsieur d'avoir mélangé les pinceaux en utilisant mal une expression ... :lol:
Au moins moi, j’émerge ... et il semble que ma "double" émergence suscite votre intérêt. :lol:

Marc Georges
La Demeure du Livre

Le libraire sidéré

14/05/2020 à 11:39

Le café du commerce des frustrés de l'édition !

Marc Georges

14/05/2020 à 12:11

Avec un sucre dans le café, ça passera mieux. ?

Autrement dit

11/11/2020 à 15:37

Avant la mort programmée des éditions indépendantes Autrement dit
il vous est encore loisible de commander en librairies via Les Belles Lettres
http://www.bldd.fr/Store/Index.asp?Editeur=AUT&;action=search&ShowNew=False&orderby=dateapplication1
mais beaucoup de libraires ne présentent que les #audiolivres de deux grands groupes qui nous ont écrasés...
ou de télécharger nos superbes lectures de Gracq Bauchau Jourde Stendhal Bertin...#audiolivre #audiobook chez un indépendant français et pas sur (la plate forme de téléchargement dont je tairai le nom... qui ne paye pas d'impôt en France et qui proposait de prendre 80%!!! pour mettre nos titres en ligne)
https://www.numilog.com/ResultatRecherche/Autrement-Dit/192.Editeur

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

“L’Europe fourmille de peuples. On ne prend jamais congé des peuples”

Dans sa lettre de décembre 2022, le PEN Club français diffuse une adresse poignante de Chus Pato, de son nom d’écrivaine. María Xesús Pato Díaz, dans sa vie universitaire, est originaire de Galice : poétesse parmi les plus remarquées dans sa langue, elle interpelle l’Europe tout entière. 

07/12/2022, 09:19

ActuaLitté

Pass Culture : le CNL défend son engagement à l'égard des auteurs

DROIT DE RÉPONSE – Un récent article de ActuaLitte, suite à un communiqué de presse conjoint de la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse, de la Ligue des auteurs professionnels, le Trait et CAAP, appelait un sérieux correctif. En effet, le Centre national du Livre, mis en cause, propose une offre de Masterclasses du livre et de l’écrit dans le cadre de la part collective du Pass culture, depuis l’ouverture de cette dernière en janvier 2022. Et ce afin de jouer un rôle de facilitateur dans l’organisation de rencontres d’auteurs en milieu scolaire. 

02/12/2022, 10:07

ActuaLitté

Des livres vierges : l'industrie du livre menacée d'asphyxie

Sans une révision de la loi sur le droit d’auteur, l’édition canadienne se trouve devant une page blanche. À ce titre, l'Association nationale des éditeurs de livres, représentant les éditeurs de langue française au Québec et dans le Canada tire la sonnette d'alarme. Et presse le gouvernement d'agir. À ses côtés, plusieurs autres organisations rallient le mouvement.

29/11/2022, 17:24

ActuaLitté

Suisse : recours des librairies Payot auprès du conseil d’État du Valais

Après avoir proposé au service de la culture du Valais de revenir sur les critères qui ont été fixés pour l’opération de soutien aux librairies qu’il a annoncée et lancée le 14 novembre, et qui excluent les librairies Payot du périmètre, Payot SA a décidé de faire recours auprès du Conseil d’État à défaut d’avoir obtenu une réponse satisfaisante. Par Pascal Vandenberghe, PDG de Payot.

29/11/2022, 11:21

ActuaLitté

Iran : la vie de Hossein Ronaghi est en danger

Libérez Hossein Ronaghi ! Le Comité de défense des auteurs en danger du PEN Club français apporte son plein soutien à l'auteur, emprisonné en Iran, et actuellement dans un terrible danger. Antoine Spire, président du Pen Club français et Jean-Philippe Domecq, président au Pen club français du Comité des écrivains persécutés adressent à ActuaLitté une tribune d'importance.

18/11/2022, 14:41

ActuaLitté

Écrire contre la haine et l'intolérance, l’injustice et la barbarie

La liberté d'expression ne connaît pas de frontières, mais, aujourd'hui, elle est en grand danger. En Suisse ou en France, écrire est un acte si simple. Mais, dans de nombreux pays, les auteurs risquent d'être accusés d'espionnage ou considérés comme des ennemis publics. À cause de leurs écrits, leurs paroles, leurs dessins, leurs récits, leurs témoignages, leurs chansons, la liste des écrivains, des journalistes, des blogueurs, des traducteurs, des artistes harcelés, arrêtés, torturés, tués ou contraints à l'exil ne cesse de s’allonger tristement. 

18/11/2022, 09:04

ActuaLitté

“La Bibliothèque Doucet est devenue un lieu de conservation vivant”

La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet (BJD) avait attiré l'attention de l'Inspection générale des bibliothèques, qui pointait des problématiques liées à la gestion des collections et de l'espace disponible. En octobre dernier, une enquête du Monde pointait des responsabilités dans les dysfonctionnements, avant le suicide d'une ancienne directrice adjointe de l'établissement. Des écrivains, universitaires, chercheurs, conservateurs et bibliothécaires, directeurs de musée et de galeries, commissaires d’exposition apportent leur soutien à la directrice de la BJD et tiennent à « témoigner » des collaborations qu’ils ont eues avec cette institution et son équipe de direction. Nous reproduisons ci-dessous leur lettre.

15/11/2022, 16:56

ActuaLitté

Face au péril nucléaire en Ukraine, agir, “avant qu'il ne soit trop tard”

UkraineUnderAttack – « Avant qu'il ne soit trop tard. » Cet appel à la raison et à l'humanisme réunit à cette heure plus de 130 poètes, écrivains, artistes, universitaires et intellectuel(le)s (français mais pas seulement) : toutes et tous l'ont signé afin de mettre en garde l'opinion publique devant le péril nucléaire qui menace en raison de la Guerre en Ukraine. ActuaLitté le propose ici dans son intégralité.

30/10/2022, 14:18

ActuaLitté

La musique en bibliothèque n'est pas “une variable d’ajustement pratique”

L'annonce de la fermeture de la Médiathèque musicale de Nanterre par la municipalité, concrétisée le 2 juillet 2022 mais aussi les disparitions des collections musicales dans certains établissements constituent « des signaux très inquiétants », indique l'ACIM, Association pour la Coopération des professionnels de l'Information Musicale. Dans un texte reproduit ci-dessous, l'organisation rappelle que les supports musicaux restent indispensables en bibliothèque.

14/10/2022, 07:55

ActuaLitté

Crises et climat – Que sème la littérature ?  

Samedi dernier, à l’occasion de ses 20 ans d’existence, l’A*dS, Association des autrices et auteurs de Suisse, invitait à réfléchir lors d’un symposium à Olten à sa propre perception politique et aux potentialités du travail littéraire face aux crises de notre époque. Avec trois conférences, une table ronde et huit ateliers, 75 auteur·ices ont questionné le rôle et la responsabilité de la littérature dans les crises actuelles en analysant des phénomènes tels que la propagande, la censure, les discours emphatiques et la biodiversité dans l’écriture.

05/10/2022, 09:25

ActuaLitté

Affaire Meurice : “plaisanterie insoutenable” et liberté d'expression

Suite à la décision de suspendre la parution d’un ouvrage chez Editis, coécrit par Guillaume Meurice, le Comité directeur du PEN Club français adresse à ActuaLitté un texte. Reproduit ici dans son intégralité, il revient sur ce que beaucoup voient comme un acte de censure.

24/09/2022, 10:34

ActuaLitté

Trump et les archives nationales : le fait du prince

L’association des archivistes français (AAF) réagit suite au contentieux qui oppose le département de la Justice les archives nationales des USA à Donald Trump, au sujet de documents présidentiels : en contravention de la législation fédérale, ils n’auraient pas été remis aux archives en 2021, à la fin de son mandat. Suite à la perquisition conduite par le FBI dans la résidence personnelle de l’ancien président en Floride où ont été découverts des documents présidentiels, les Archives nationales américaines ont fait l’objet d’attaques répétées – accusées de corruption et de conspiration.

16/09/2022, 09:29

ActuaLitté

Cession de Chapitre.com : quel sort réservé aux auteurs ?

Parmi les créanciers de Chapitre figurent les auteurs des Éditions du 123, marque de Chapitre, qui n’ont pas reçu l’intégralité de leurs droits d’auteurs bien que les livres soient toujours commercialisés. Cette précision, pourtant essentielle, eu égard à la précarité desdits auteurs. Édouard Brasey, publié par cette structure, écrit à ActuaLitté pour tirer la sonnette d'alarme. 

09/09/2022, 15:34

ActuaLitté

“Si Google s’octroie les archives de tous les écrivains français...”

Entre protection de la vie privée d’un utilisateur décédé et patrimoine littéraire pris en otage, difficile de trancher. Car au cœur de cette inextricable intrigue juridique, se pose le géant Google, et son service Gmail. Héloïse Jouanard, fille de l’écrivain Gil Jouanard, s’est débattue longuement contre les services de l’entreprise, avant de s’entendre répondre que l’accès aux emails de son père lui était refusé. Catégoriquement et sans autre forme de procès.

07/09/2022, 11:01

ActuaLitté

Avec Vivendi, un futur Hachette trop puissant ?

L’annonce d’une cession du groupe Editis par Vivendi n’apaise pas les esprits. La décision de Vincent Bolloré de céder l’entreprise, pour obtenir l’assentiment de la Commission européenne préoccupe auteurs, éditeurs et libraires. Leur mobilisation, contre la fusion que l’on imaginait des deux structures, se reporte aujourd’hui sur l’avenir de Hachette Livre, filiale de Lagardère dont Vivendi possède 57 %. 

13/08/2022, 12:35

ActuaLitté

“Non pas mettre l'humour dans un musée, mais l'ouvrir à tous”

Étienne Moulron porte depuis un bon moment ce projet d’une Maison de l'Humour de la francophonie à la campagne. Deux parrains d’honneur se sont déjà joints à la fête : Pierre Richard et Dany Boon. Maintenant, ne reste qu’à la financer et l’ouvrir, ainsi qu'il l'explique dans ce texte.

04/08/2022, 09:28

ActuaLitté

Affirmer à Stéphanie Nicot “confiance, estime et fidélité”

La ville d'Épinal a décidé d'ouvrir un appel d'offres pour recruter un directeur littéraire. Une décision que Stéphane Wieser, directeur de la Culture, expliquait à ActuaLitté voilà quelques semaines. Une action qui conduit la manifestation à se séparer de la directrice artistique, Stéphanie Nicot. Un collectif réunissant professionnels, festivaliers a souhaité apporter son soutien dans un texte ici proposé dans son intégralité.

20/07/2022, 10:28

ActuaLitté

Réseaux sociaux : guerre ouverte entre Triller et TikTok

Mahi de Silva, PDG de la plateforme Triller, fondée en 2015, lance un appel au boycott de son concurrent, ni plus, ni moins. Présentée comme un concurrent — et pourtant ouvert un an avant l’entreprise chinoise — l’application revendique plus de 100 millions d’utilisateurs et 250 millions de téléchargements. Tous deux reposent sur un format de diffusion de brefs clips vidéos, avec une perspective marketing commune. Sauf que…

19/07/2022, 14:32

ActuaLitté

Réfugiés italiens : “Il faut protéger la prescription, le droit à l’oubli” (Éric Vuillard)

Répondant à une demande pressante de l'État italien, le président de la République Emmanuel Macron a enclenché des procédures d'extradition visant une dizaine de réfugiés italiens, installés en France depuis des années, en raison de leur implication supposée dans des actions violentes de l'extrême gauche entre la fin des années 1960 et le début des années 1980. Un collectif d'écrivains s'oppose à ce qu'il décrit comme un « acharnement » envers ces individus : parmi eux, Éric Vuillard, auteur d'un texte que nous reproduisons ci-dessous, en intégralité.

12/07/2022, 10:18

ActuaLitté

Une librairie écoresponsable : bonnes pratiques et démarches d'amélioration

RNL22 — La commission Développement durable du Syndicat de la librairie française, créée récemment, travaille sur un sujet qui est revenu de manière constante lors des discussions des Rencontres nationales de la librairie d'Angers. L'empreinte écologique de leur activité, et par extension celle de l'industrie du livre, préoccupe en effet un grand nombre de libraires. La commission propose quelques bonnes pratiques, dans un document que nous reproduisons ci-dessous.

05/07/2022, 10:58

ActuaLitté

La précarité des auteurs, situation “de plus en plus alarmante”

L'inflation, galopante, touche tous les secteurs d'activité ; et le monde de la culture n'est pas épargné. La Charte, association de défense des droits des auteurs et illustrateurs jeunesse, alerte sur la paupérisation des auteurs et autrices. Elle appelle la chaîne du livre à se mobiliser pour lutter contre cette précarité dans une tribune, reproduite intégralement ci-dessous. 

29/06/2022, 11:57

ActuaLitté

La Bibliothèque nationale de France, “nouveau type d’institution publique en crise” ?

Un collectif rassemblant plus de 350 acteurs du monde universitaire et culturel dénonce, dans une tribune, les mesures récemment mises en place par une réforme à la Bibliothèque nationale de France. Les conditions de communication des documents, notamment, font l'objet de vives critiques, tout comme les moyens humains et financiers accordés à l'établissement pour assurer ses missions. Initialement publiée dans Le Monde, cette tribune est reproduite ci-dessous.

24/06/2022, 16:42

ActuaLitté

Russie : “Le pouvoir s’en prend également aux artistes protestataires”

UkraineUnderAttack — L'ordre donné par Vladimir Poutine d'entrer sur le territoire ukrainien, le 24 février 2022, a déclenché un conflit installé au cœur de l'Europe. En Russie, l'opposition à cette guerre existe, mais muselée par un pouvoir dont le ton se durcit jour après jour. Pour avoir exprimé son dégoût de la guerre russe, l'écrivain Dmitry Glukhovsky est désormais recherché par la justice dans son pays. L'Observatoire de la liberté de création lui apporte son soutien, dans un texte reproduit ci-dessous.

21/06/2022, 10:56

ActuaLitté

Quand le refus de la guerre mène en prison : le cas Dmitri Gloukhovski

UkraineUnderAttack – Le mandat d’arrêt que les autorités russes ont émis contre l’écrivain Dmitri Gloukhovski laisse planer de lourdes menaces sur son avenir. Ce sont dix années de réclusion qu’il encourt, pour avoir critiqué, dans les médias, aussi bien que sur les réseaux sociaux, le comportement de l’armée russe. Un collectif intersyndical des artistes-auteurs apporte dans nos colonnes son plein soutien à Dmitry Glukhosky. 

15/06/2022, 15:38

ActuaLitté

L'anglais en langue commune de l'Europe, “une dérive inadmissible”

Le Haut Conseil international de la Langue française et de la Francophonie en appelle à Emmanuel Macron pour qu’il agisse fermement contre l’adoption par les institutions européennes de l’anglais comme “langue commune”. Langue de collaboration et de travail, elle représenterait « une dérive doublement inadmissible : elle est contraire aux traités qui régissent la politique linguistique de l’ U.E, donc illégale, et absurde après le départ du Royaume-Uni (Brexit) ».

18/05/2022, 11:55

ActuaLitté

Monsieur le Président, travailler avec vous “afin de renforcer la place des bibliothèques”

L'Association des Bibliothécaires de France avait sollicité les différents candidats de l'élection présidentielle pour connaitre leur programme pour les bibliothèques et la lecture publique. Désormais réélu, Emmanuel Macron n'avait pas répondu aux interrogations. Pas rancunière, l'organisation professionnelle propose désormais un rendez-vous au chef de l'État, pour discuter des chantiers à venir. Nous reproduisons ci-dessous cette lettre au président de la République, en intégralité.

12/05/2022, 15:19

ActuaLitté

"À force de maltraitance, c’est la vigueur de la création qu’on ensevelit" 

En cette veille de remaniement ministériel, la Charte, association de défense des droits des auteurs et illustrateurs jeunesse, profite de l'occasion pour alerter sur le recul de la condition des artistes et écrivains. Rapport Racine, contrat de commande, rémunération : l'association demande, dans une tribune reproduite ci-dessous, « plus de vitalité et de sécurité pour la création ». 

05/05/2022, 12:40

ActuaLitté

En Ukraine, 242 crimes russes recensés "contre le patrimoine culturel"

UkraineUnderAttack - Depuis plus de deux mois, l’Ukraine lutte contre l’invasion russe menée par Poutine. Le Pen Club français, qui défend la liberté des auteurs, fait état des centaines de crimes contre des lieux culturels, et du bilan humain qui ne cesse de s’allonger. Nous reproduisons ci-dessous la lettre de l’organisation.

04/05/2022, 12:39

ActuaLitté

Une ballade pour Robbie

Le romancier et écrivain américain Robert Goolrick, auteur de Féroces et d'Une femme simple et honnête, est décédé ce 29 avril, à l’âge de 73 ans. Les éditions Anne Carrière saluent aujourd'hui un auteur sensible et amoureux de la France, notamment distingué par le Prix Fitzgerald 2015 pour La Chute des princes. Stephen Carrière a fait parvenir à ActuaLitté un texte, en hommage. Le voici proposé dans son intégralité.

04/05/2022, 11:47

ActuaLitté

Perpétuité pour Osman Kavala et urgence à sanctionner la Turquie

La condamnation de l'homme d'affaires et éditeur Osman Kavala à la prison à vie par un tribunal turc a été perçue comme une nouvelle étape dans la répression de l'opposition par le régime de Recep Tayyip Erdoğan. La Ligue des droits de l’Homme (LDH) et la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) demandent à Emmanuel Macron d'intervenir pour sa libération ou pour sanctionner la Turquie.

28/04/2022, 14:56

ActuaLitté

Condamnation d'Osman Kavala : un “verdict injuste” pour le PEN Club

La condamnation à la prison à vie du mécène et éditeur Osman Kavala, prononcée ce lundi 25 avril par un tribunal turc, a représenté une nouvelle manifestation de la répression de l'opposition par le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan. Le PEN Club français, comme d'autres organisations internationales, dénonce cette parodie de justice destinée à faire taire tous les opposants au régime. Nous reproduisons ci-dessous le texte qu'ils nous ont communiqué, en intégralité.

27/04/2022, 09:30

ActuaLitté

Élection présidentielle : “Plus qu’un choix de société, un choix de civilisation”

#Presidentielle2022 — Le débat entre les deux candidats passé, la prochaine échéance de l'élection présidentielle n'est autre que le second tour, ce dimanche 24 avril. Une partie du monde de la culture s'est exprimé sur les dangers de l'extrême droite, et les élus de Fédération Nationale des Collectivités territoriales pour la Culture (FNCC) invitent à leur tour à bien peser les conséquences du vote. Tout en appelant, dans la tribune reproduite ci-dessous, à plus de budget pour la culture.

22/04/2022, 09:39

ActuaLitté

À quand un vrai “Marché des droits” en France ?

L’Alliance des agents littéraires français (AALF) profite de l’occasion qui lui est donnée pour ouvrir le débat : du 22 au 24 avril, s’ouvre le Festival du livre de Paris, destiné au public. En parallèle, un marché de vente de droits, réunissant éditeurs étrangers et français s’est organisé. Il exclut cependant les agents littéraires, pourtant parmi les premiers concernés. Dans une tribune communiquée à ActuaLitté, l’AALF relève quelques points qui interrogent. Leur texte est ici proposé dans son intégralité.

21/04/2022, 12:34

ActuaLitté

De Kyiv à Paris, deux éditeurs entrent en résistance contre Poutine

UkraineUnderAttack – Les éditions Medusa (Kyiv) et Syllepse (Paris) ont communiqué à ActuaLitté une déclaration commune. Cette dernière pose les bases d'une collaboration entre les deux structures, pour résister à l'oppression et l'invasion russes. Leur texte, sous forme d'un quasi Manifeste, est proposé ci-dessous en intégralité. 

20/04/2022, 16:59

ActuaLitté

Festival littéraire ou cluster : “La pandémie n’est pas terminée”

Les manifestations littéraires reprennent, et les risques de contamination Covid avec elles. Un collectif d’une centaine d’auteurs signe une tribune pour rappeler les impératifs sanitaires et s'engage à ne plus participer aux événements qui ne mettraient pas œuvre des mesures simples.. Du bon sens et ce, pour la protection du plus grand nombre. Leur texte est ici publié dans son intégralité. 

18/04/2022, 22:34

ActuaLitté

Des lecteurs de la BnF pointent une “dégradation définitive du service public”

Lecteurs, lectrices et personnel de la Bibliothèque nationale de France se sont accordés pour dénoncer de nouvelles conditions d'accueil du public, qui changent notamment les modalités de communication des documents. La direction a avancé des arguments dans nos colonnes, mais l'opposition persiste et signe. Elle déplore une « fin de non-recevoir » adressée par la direction à l'Association des lecteurs et usagers de la Bibliothèque nationale de France (ALUBnF), en refusant de recevoir l'organisation lors d'un comité technique, ce 14 avril.

15/04/2022, 15:18

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

"Chez Grasset, ce sont vraiment les coups de cœur qui guident nos choix"

Nous avons rencontré Audrey Scarbel, responsable du domaine italien aux éditions Grasset, pour découvrir sa vision de la littérature italienne ainsi que les choix éditoriaux qui guident la publication des auteurs transalpins au sein de la maison. En 1982, cette même maison a publié Le nom de la rose de Umberto Eco. Quarante ans plus tard, l'ouvrage est republié dans une édition augmentée avec un habillage graphique renouvelé.

06/12/2022, 12:45

ActuaLitté

Jérémie Guez : “Je n'ai jamais eu ce dilemme entre littérature et cinéma”

Auteur de plusieurs ouvrages publiés aux éditions La Tengo et 10/18, Jérémie Guez est aussi un cinéaste dont le style s'affirme rapidement. Kanun, la loi du sang, en salles le 7 décembre prochain, constitue une nouvelle occasion de s'en apercevoir, après Bluebird (2018), Sons of Philadelphia (2020) et la mini-série, BRI (2022).

02/12/2022, 10:01

ActuaLitté

La science-fiction, de la pop culture à “l'art contemporain”  

Un lieu d’enregistrement de l’angoisse ? De révélation d’une société sous couvert d’évasion et de divertissement ? Analyse plus véritable que vraisemblable des ressorts qui transforment le réel ? Toutes ces dimensions caractérisent la science-fiction. Si la littérature, la bande dessinée et le cinéma ont été les importants réceptacles du genre, les arts plastiques ne sont pas en reste. 

01/12/2022, 13:07

ActuaLitté

Diane de Selliers, “une quête de perfection”

Saluer le travail des éditeurs tant de livres que de presse, voilà tout l’objet de la Confrérie Gutenberg. À l’occasion d’une récente réunion, les compagnons ont intronisé comme Chevalier l’éditrice Diane de Selliers, parrainée par Vincent Montagne et Philippe Jourdan. Leur laudatio est proposée ici en intégralité.

01/12/2022, 10:06

ActuaLitté

Du père de famille au psychanalyste : dans l'intimité de Sigmund Freud

La famille Freud vivait au rythme des consultations que Sigmund donnait dans cet appartement au coeur de Vienne. Rouvert depuis août 2020, le Sigmund Freud Museum s’inscrit dans un héritage pluriel : celui de la médecine, de l’oeuvre et de la vie quotidienne. Au coeur de l’immeuble situé au Berggasse 19, les visiteurs remontent le temps, entre publications et travaux du père de la psychanalyse.

28/11/2022, 14:51

ActuaLitté

Odessa l’éclaireuse, qui “a jalousement pris soin de sa liberté”

#WeekEndEst — S’expliquer la guerre ? Une tentative souvent rendue vaine par le désarroi qu’elle suscite. Prendre conscience de ce que la guerre sème et produit comme sentiments afin de les transcender et de les élever contre la guerre à travers la culture est une nécessité, beaucoup plus qu’un pari utopique, de l’équipe du festival Un week-end à l’Est créé en 2016 dans le Quartier latin. Par Brigitte Bouchard, directrice artistique.

22/11/2022, 10:21

ActuaLitté

“J’écris pour aller chercher cet enfant abandonné voilà longtemps”

À paraître le 25 novembre 2022, Monstrueuse féérie est ce récit de fin d’année de Laurent Pépin où se côtoient à la fois enchantement et tragédie, férocité et poésie, entraînant le lecteur dans un vertige monstrueux — monstrueusement attachant. Entretien avec Laurent Pépin ; chronique d’un écrivain parti à la recherche de l’enfant, de l’adolescent meurtri abandonné sur le bord de la route, il y a bien longtemps… Propos recueillis par Guylian Dai. 

22/11/2022, 09:00

ActuaLitté

Nicolas Feuz : “Je n’ai jamais rêvé d’être quelqu’un d’autre… sauf peut-être Dark Vador !”

Ce 10 novembre, Nicolas Feuz publie Les larmes du lagon, aux éditions Slatkine & Cie. Un polar qui nous entraîne en Polynésie française, où la tranquillité du motu de Bora Bora est perturbée par la découverte d’un corps. Ce nouveau roman nous offre l’occasion d’en apprendre plus sur l’écrivain, dans un questionnaire de Proust revu, corrigé et bien soigné !

18/11/2022, 10:59

ActuaLitté

Le château de Chantilly célèbre le “plus grand bibliophile de son temps”

À l’occasion du bicentenaire de la naissance d’Henri d’Orléans, dit le duc d’Aumale, grand bibliophile et reconstructeur du château de Chantilly, plusieurs expositions ont été organisées dans l’ancienne demeure des Condé. Depuis le 5 octobre et jusqu’au 2 octobre 2023, le cabinet des livres du fils du « roi des Français », Louis Philippe, se présente, de sa création aux plus précieux de ses trésors. Le tout sous le regard pénétrant du buste du grand Condé.

14/11/2022, 16:48

ActuaLitté

“Tous les usages possibles d’une bibliothèque sont à préserver”

Stéphanie Khoury, bibliothécaire, et Maël Rannou, ancien directeur de bibliothèques, auteur et critique de bande dessinée, s'interrogent dans un court ouvrage, didactique et synthétique, sur les missions et les enjeux des établissements de lecture publique. Les bibliothèques de proximité (Presses universitaires Blaise Pascal) évoque également ces usages créés par les citoyens, avec la complicité ou à l'insu des bibliothécaires et des pouvoirs publics eux-mêmes.

14/11/2022, 11:37

ActuaLitté

Jón Kalman Stefánsson : “Je veux saisir l'univers dans mes écrits”

LECFestival22- Jón Kalman Stefánsson est le lauréat 2022 du Prix Jean Monnet de Lectures Européeennes pour Ton absence n’est que ténèbres, traduit par Éric Boury. Son 13e opus, publié chez Grasset, avait déjà remporté le Prix du livre étranger. L’islandais est tout à la fois romancier, poète, mais également traducteur. Nous lui avons posé quelques questions.

10/11/2022, 17:16

ActuaLitté

Galien Sarde : “C’est après l’écoute d’images oniriques que la dystopie a surgi”

Surprenant premier roman : enfermés dans un monde souterrain surveillés par une mystérieuse milice, plusieurs hommes et femmes parviennent à s’échapper, et sillonnent le désert à bord d’une jeep. Apocalyptique, effrayant, le livre se situe à mi-chemin entre le roman de science-fiction et le récit poétique. Galien Sarde, quarante-six ans, agrégé ès lettres, y déploie une langue riche, en une sorte de lyrisme sombre, sinon apocalyptique. Deuxième ouvrage publié par Fables fertiles, la toute jeune maison de Guylian Dai, Échec, et Mat, loin des grosses machines littéraires et des prix de la rentrée, tranche par son originalité, sa force onirique. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

10/11/2022, 11:36

ActuaLitté

Comment la traduction a contribué à la libération des femmes

PORTRAITS – La traduction contribue à la libération des femmes depuis des siècles. Voici quelques portraits de femmes qui ouvrent la voie aux traductrices contemporaines, de Marie de Cotteblanche (première traductrice française) à Shirin Daneshvar (traductrice iranienne) en passant par Anne Dacier (première traductrice d’Homère), Claudine Picardet (première traductrice scientifique) et Clémence Royer (première traductrice de Darwin). 

10/11/2022, 10:25

ActuaLitté

Des églises à l'art urbain : cheminement littéraire et historique dans Porto

LECFestival22 – Créée en 2016, la résidence d’écriture Jean Monnet est dédiée à la création littéraire européenne et accueille en priorité des auteurs émergents, en lien avec la thématique du LEC Festival. Elle est soutenue par la Ville de Cognac et dotée d’une bourse de résidence de 2000 €. Cette année, Nuno Gomes Garcia, auteur de La Domestication (trad. Clara Domingues chez IXe Editions), en est le bénéficiaire. Et il poursuit avec nous son tour littéraire et historique de Porto. (retrouver l'épisode précédent)

07/11/2022, 10:05

ActuaLitté

Arthur de Pins : “Zombillénium dévoile le monstre qu'on abrite”

Quatorze ans, six albums, un film d’animation et une attraction plus tard, c’est tout un cycle de Zombillénium – ce parc d'attractions aux authentiques zombies et vrais démons – qui touche à sa fin. Ce dernier opus sportif et haletant promet d’effroyables surprises et de diaboliques retournements de situation – avec un final à la hauteur de la série. Nous avons rencontré Arthur de Pins, toujours aux commandes de la machinerie infernale et ses milliers d’âmes prisonnières.

04/11/2022, 12:23

ActuaLitté

La fin du tableur Excel pour la gestion des droits d'auteurs ?

Quand on se penche sur la gestion des droits d’auteur, on s’aperçoit que les petites et moyennes structures sont rapidement débordées — faute de disposer d’un outil sur mesure ou de moyens pour souscrire à un logiciel dédié. Conclusion : c’est avec un bon vieux tableur Excel que cela se résout. Et pourtant…

03/11/2022, 12:55

ActuaLitté

“La Chine me met de bonne humeur”

Ma relation à la Chine a été d’emblée une relation sensible, sans connaissances préalables, sans curiosité particulière pour ce pays où je n’avais pas envie d’aller. Je m’y suis rendue par amour non pas de la Chine, mais de l’homme qui m’invitait à l’y retrouver. Par Christine Cayol.

03/11/2022, 10:41

ActuaLitté

Jacques Cauda : “Prose comme poésie. J’écris.”

Initiateur du mouvement surfiguratif, Jacques Cauda, soixante-sept ans, manie la plume comme il manie le pinceau, soit avec passion, gourmandise, frénésie. Ancien étudiant en philosophie, ancien documentariste professionnel, l’homme publie depuis 2002, à un rythme soutenu, tout en dirigeant « La Bleu-Turquin », collection des éditions Douro. Privilégiant les formes expérimentales, riche de nombreuses références, l’homme poursuit une œuvre singulière, loin des modes du moment. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

02/11/2022, 10:39

ActuaLitté

Mieux que l’auteur mort : l’auteur pauvre ?

Ce 24 octobre, un nouveau rendez-vous réunissant auteurs, éditeurs et ministère de la Culture fut annulé. Un délai de plus dans la signature d’accords qui n’en finissent plus de traîner. Denis Bajram fait parvenir un texte à ActuaLitté, pour signaler un changement de paradigme des plus cyniques : un bon auteur n’est plus un auteur mort, mais un auteur pauvre…

27/10/2022, 17:03

ActuaLitté

Voyage littéraire et historique à Porto, avec Nuno Gomes Garcia

LECFestival22 – Depuis le 24 octobre, l’écrivain d’origine portugaise, Nuno Gomes Garcia, auteur de La Domestication (trad. Clara Domingues chez IXe Editions), est en résidence d’auteur à la villa Jean Monnet de Cognac. Il y séjournera jusqu’au 20 novembre, date de clôture du festival des littératures européennes de Cognac. Il nous invite à un voyage dans la ville de Porto, dont il est originaire, entre littérature, archéologie et découvertes… Première étape : la librairie Lello. Et bien d'autres arrêts à prévoir.

27/10/2022, 10:38

ActuaLitté

Odile Cohen-Abbas : ”Dans les à-côtés, on trouve les choses qui nous intéressent”

Née en 1957, ancienne danseuse professionnelle, Odile Cohen-Abbas participa longtemps de l’aventure Supérieur Inconnu, revue fondée par le surréaliste Sarane Alexandrian. Collaborant régulièrement aux "Hommes sans épaules", périodique fondé en 1953 par Jean Breton, et dirigé depuis 1997 par Christophe Dauphin, auteure de nombreux recueils et récits, Odile vient ici nous surprendre avec Perditio, nouvel opus hybride décrivant un monde infernal, peuplé de chimères, de monstres, se livrant à de singuliers rites. Déroutant peut-être, riche à coup sûr, le livre étonne, détonne. Propos recueillis par Étienne Ruhaud.

27/10/2022, 09:16

ActuaLitté

“Les monstruosités en Ukraine dépassent même les scénarios les plus noirs”

« Considérée de seconde main par les Russes, la langue des Moldaves a été mutilée. Si, dans un amphithéâtre, il y avait 50 étudiants moldaves et un seul étudiant russe, le cours devait avoir lieu en langue russe. » Entretien avec Tatiana Țîbuleac, écrivaine roumaine (originaire de la République de Moldavie), Prix de littérature de l'Union européenne pour Le Jardin de verre, éd. des Syrtes, traduction de Philippe Loubière.

25/10/2022, 10:05

ActuaLitté

Salman Rushdie vivra, ”c'est la chose la plus importante“

AttaqueRushdie - En marge de la Foire du livre de Francfort, l’agent littéraire Andrew Wylie a répondu à quelques questions de El Pais. Une rare apparition dans les médias pour Le Chacal, surnommé ainsi pour sa manière abrupte de traiter avec les éditeurs. Et au cœur du sujet, Salman Rushdie, victime d’une tentative de meurtre.

24/10/2022, 10:47

ActuaLitté

“Publier n’est pas un droit, c’est un devoir”

Et Archimède s'écria : « Eurêka ! » Il avait trouvé une idée... Qu’est qui vous met une idée en tête ? Pourquoi dit-on qu’une idée « traverse l’esprit » ? Elle viendrait d’on ne sait où et repartirait immédiatement ? Pour se rendre où, alors ? Dans un autre esprit qui l’attend ailleurs, dans un autre espace ou dans un autre temps. Pourquoi pas...

23/10/2022, 23:12

ActuaLitté

“Écrire, lire tout autant c’est retrouver une terre d’enfance”

PORTRAIT – Né en 1964, libraire dans le Poitou, Stéphane Émond rend une nouvelle fois hommage à sa région d’origine. Seize ans après Pastorales de guerre, l’homme revient avec un nouveau récit au titre programmatique, géographique. Magnifique évocation de la région Est, Argonne raconte également l’Histoire : le récit officiel et les tragédies familiales, l’une et l’autre intimement mêlées.

21/10/2022, 15:54

ActuaLitté

Écologie et sobriété : quelles actions dans les bibliothèques ?

Le Plan Sobriété du gouvernement, présenté au début du mois d'octobre, ne concerne que de loin les bibliothèques territoriales, placées sous la responsabilité des collectivités. Heureusement pour la planète, la réflexion écologique des bibliothécaires est en cours depuis quelques années désormais, et les idées fusent, même si les moyens d'action restent encore limités.

21/10/2022, 11:16

ActuaLitté

Du livre au film : les souffrances d’un romancier

Son roman Pleurer des rivières, paru en 2018, a été porté à l’écran par Léopold Legrand, sous le titre Le Sixième enfant. Dans les salles depuis le 28 septembre, ce film fut coadapté avec l’aide de Catherine Paillé. Mais la métamorphose d’un roman en oeuvre audiovisuelle n’a rien d’un chemin tranquille. Alain Jaspard raconte, pour ActuaLitté, cette aventure.

14/10/2022, 15:47

ActuaLitté

Plan sobriété : “opportunité et risque” en bibliothèques

La raréfaction des matières premières – gaz et pétrole – doublée d'une hausse de leurs coûts a poussé le gouvernement à présenter un Plan sobriété : des suggestions plus que des obligations. Depuis quelques mois, la commission Bibliothèques Vertes de l'Association des Bibliothécaires de France planche justement sur la réduction de l'empreinte énergétique, et l'information des usagers, dans les établissements de proximité. Quelques réponses se profilent, sur des sujets qui recoupent des préoccupations bien connues des bibliothécaires.

12/10/2022, 15:13

ActuaLitté

“Le terrorisme de l’URSSAF cherche à m’extorquer des cotisations indues”

Dominique Sels écrit depuis toujours : son premier livre est paru en 1989, chez Denoël, Eden en friche. Elle avait tout juste trente ans. Et quelque trente années plus tard, la voici, comme tant d’autres, confrontée aux errances d’un système administratif qui n’en finit plus de chanceler. Dans un courrier adressé à l'URSSAF et transmis à ActuaLitté, elle raconte, entre Charybde et Scylla et Charybde encore… ad nauseam.

12/10/2022, 10:22

ActuaLitté

“Défendre le Wokistan, c’est défendre la liberté”

Repli sur soi, communautarisme, revendication identitaire, séparatisme, cancel culture… Voilà quelques-uns des termes qui restent accolés au "wokisme" dans le débat public, et y compris jusque dans cet espace de réflexion. Bref, c’est un concept qui fait peur, et pour ses détracteurs, l’enjeu est clairement que ce mot soit systématiquement associé à des notions, pas seulement négatives, mais surtout contraires à ce qui est censé constituer l’identité française. Par David Carzon.

12/10/2022, 08:21

ActuaLitté

À la recherche de Marcel Proust, tome après tome  

2022 ne marque pas seulement le centenaire de la naissance de Jack Kerouac, mais également de la mort d’un des géants du XXe siècle, Marcel Proust. Après le Musée Carnavalet ou encore le Musée de l’Histoire du Judaïsme, la BnF propose une exposition autour de l’auteur d’À l’ombre des jeunes filles en fleur. Près de 350 pièces sont réunies – inédits jamais révélés au public, tableaux de grands maîtres ou robes somptueuses prêtées par le Palais Galliera. 

11/10/2022, 14:25

ActuaLitté

Caroline Lamarche : “Bach... Bach, quelle merveille !”

Nouvelliste et romancière, Caroline Lamarche a publié plusieurs livres chez Gallimard, dont La Mémoire de l’air (2014), Dans la maison un grand cerf (2017) et Nous sommes à la lisière (Prix Goncourt de la nouvelle 2019). Invitée de Lire en Poche, à Gradignan, elle s'est livrée avec enthousiasme et avec nous, au questionnaire de Proust.

09/10/2022, 18:48

ActuaLitté

Michel Bussi : “Les réalisateurs ont besoin de tomber amoureux des romans”

#LireEnPoche22 – Roman qui devient livre de poche, le schéma est classique. Et particulièrement pour Michel Bussi, l’un des plus grands vendeurs de polars en France. L’univers de l’écrivain normand se décline en audiolivres, bandes dessinées, séries, films… Parfois au point de lui échapper. Ainsi, quand Maman a tort est diffusé sur Netflix, des années après l’adaptation sur France 2, il s’en étonne : « Je n’avais pas été informé… Je l’ai appris par des amis. Mais c’est une agréable surprise. »

09/10/2022, 16:42

ActuaLitté

“N'oublions pas Anna Politkovskaïa”

Anna Politkovskaïa, éminente journaliste d’investigation et écrivain russe, a été tuée par balles le 7 octobre 2006, dans sa cage d’escalier, à Moscou. Ses dénonciations des horribles et cruels crimes de guerre et des violations des droits de l’homme en Russie et en Tchétchénie ont entraîné des menaces permanentes contre sa vie de la part des autorités russes. Par Nguyên Hoàng Bao Viêt.

08/10/2022, 12:00

ActuaLitté

Djaïli Amadou Amal : “Refuser d'être une victime”

#LireEnPoche22 — Militante. Pour elle, dès son premier roman, ce terme revêtait un sens tout particulier. Djaïli Amadou Amal, Prix Goncourt des lycéens 2020 avec Les Impatientes (Ed. Emmanuelle Collas), venait pour la première fois à Gradignan. Son roman, publié chez J’ai lu, évoque des sujets douloureux et profonds. Qui justifient, selon la romancière, cet engagement en littérature.

07/10/2022, 17:03

ActuaLitté

Philippe Delerm : “Proust m'a autorisé à écrire des textes courts” 

« À quoi bon ? » Philippe Delerm a vingt ans lorsqu'il découvre À la recherche du temps perdu lors de ses années de licence. Une question l'obsède : « Comment écrire après ça ? » Cinquante ans plus tard, il publie le 4 novembre prochain Proust Instantanés (Éditions Points), dans lequel il commente une soixantaine d'extraits de la somme romanesque avec sa marque de fabrique : des textes courts. 

07/10/2022, 11:55