#Librairie

“Le livre est en danger” : l'édition demande 500 millions € à Emmanuel Macron

Dans un texte largement signé par l’interprofession, la filière livre interpelle le président de la République. Emmanuel Macron, plongeant la France dans le confinement, avait eu cette injonction : « Lisez ! » Mais au terme de deux mois de panique et d’inquiétude, l’industrie du livre en appelle aux pouvoirs publics.

Le 23/05/2020 à 08:38 par Nicolas Gary

13 Réactions |

Publié le :

23/05/2020 à 08:38

Nicolas Gary

13

Commentaires

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

500 millions €, c’est la somme nécessaire pour « traverser cette crise, non sans dommages, mais avec l’assurance de pouvoir simplement redémarrer ». La pétition, adressée au président, souligne la nécessité de travailler communément avec les services de l’Etat à un « plan de relance d’ampleur ».

Et d’énumérer plusieurs modalités : « [U]ne politique résolue de soutien à l’offre, subventions, prêts, exonération de charges sociales et de taxes… et par une amplification ponctuelle de la demande, avec des commandes massives par les bibliothèques et des opérations d’envergure liées au Pass-Culture et au Chèque Lire. »

Le projet fédère l’ensemble de la chaîne : auteurs, éditeurs, libraires, qui depuis deux mois, sont en relation directe avec le ministère de la Culture, « dans un vrai esprit de concertation ». Mais pour que les échanges aboutissent, assurent-ils, il faudra « une aide à la hauteur des 500 millions d’euros de pertes que la filière va subir ».

La filière déplore d’ailleurs que le 6 mai, durant la présentation remarquée pour sa remarquable orientation jambon/fromage, le président n’ait choisi « de ne plus parler des livres ni de celles et de ceux qui les écrivent, les traduisent, les éditent et les vendent ». 

Comment se faisait-il que depuis l’heure d’une invitation à la lecture originelle, plus un mot ne soit adressé à l’attention de la filière ? Les chiffres sont pourtant là pour démontrer que la crise a fait de sérieux dégâts : fermeture des librairies, avec perte « de la quasi-totalité de leur chiffre d’affaires et de plus de 80 % pour les maisons d’édition ». 

Les autres métiers n’ont pas moins souffert — diffusion, distribution, imprimeurs, « lourdement impactés ». Et en première ligne, les auteurs, « privés de ventes de livres et de rencontres rémunérées, connaissent une perte de revenus sans précédent ». Illustrateurs, traducteurs, tout le monde a été frappé, avec cette conclusion : « Le monde du livre est en danger. »

«L’Etat se doit d’empêcher l’effondrement de cette filière vitale pour toute notre société ; et elle tient sa force des talents et des structures les plus divers. [...] Vous avez eu raison d’inviter les Français à lire pendant cette période de confinement. Aidez-nous maintenant à ce qu’ils puissent continuer à le faire à l’avenir, au nom des mêmes valeurs de qualité et de diversité, en maintenant en vie un secteur fragile, aujourd’hui en grand péril. »

Et la situation d'autant plus tendue qu'en milieu de semaine, le ministre de la Culture, Franck Riester, a donné chaud à toute la profession : à l'Assemblée nationale, il annonce 100 millions € « notamment pour les éditeurs », avant de se rétracter étrangement sur Twitter dans la foulée.

Et pourtant, dans les coulisses...

Sollicité par ActuaLitté, le président du Syndicat national de l’édition, Vincent Montagne, indique qu’il s’agit là d’un « appel pour faire entendre toute la filière, ses craintes et ses besoins ». Les 500 millions € estimés par les professionnels réunis au sein de France Creative seront la véritable bouffée d’oxygène pour l’industrie — bien au-delà des 5 millions € que le Centre national du livre avait voté en aide d’urgence. « L'objectif est d'apporter à nos entreprises les moyens d'être toujours présentes dans 12 ou 18 mois ! » Et d'obtenir de l'État un véritable engagement, donc.

« Se tourner vers l’État, évidemment, toutes les industries le font, c’est impératif », nous indique un membre du SNE. Et de poursuivre : « Cependant, le choix de la fermeture totale des librairies était une erreur. Et le positionnement trop ferme du Syndicat de la librairie française, regretté par Jack Lang — le ministre de la loi sur le prix unique, tout de même — n’a aidé personne. »

On reconnaît dans le même temps « le colossal travail fourni durant les jours du confinement » – une infolettre très régulière sur les évolutions, les points d'étape, l'évolutions des échanges et discussions ou encore le suivi logistique et juridique, dès le 15 mars.

D'autres ont écouté avec attention « le silence assourdissant du SNE », durant cette période. « Des discussions ouvertes pour aménager l’ouverture des librairies, leur apporter un soutien spécifique, afin de garantir une ouverture sécurisée et minimale n’ont en fait pas abouti », note avec prudence un proche du dossier. « Peut-être que le SNE aurait pu se manifester un peu plus, en effet », ajoute avec un rictus un éditeur membre du syndicat.

Les libraires eux-mêmes n’ont en effet pas tous goûté la position adoptée par le SLF — tout particulièrement après que le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a tendu la main. Soutenue par une partie des libraires adhérents, cette décision de fermeture complète n’a pour autant pas fait l’unanimité. Et même les libraires ayant soutenu la décision du Syndicat ont fini par mettre en place des solutions de repli.

librairie distanciation
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

D’autres nuancent, en évoquant le travail de rapprochement entre le SLF et la distribution — avec des lignes rouges à ne pas franchir, « pour éviter les risques d’entente ». Exercice délicat, attendu que nombre de membres du bureau sont également aux commandes de structure de diffusion/distribution, justement. Mais comme on s’accorde à le reconnaître, « les échanges sont parfois compliqués — et peu lisible depuis l’extérieur —, même si la communication semble lisse ». Avec cette conclusion : « Nous avons vécu une période inédite et complexe, comme jamais. » 

Pour un libraire du sud de la France, « le risque véritable, c’est qu’après ce camouflet, où le Syndicat a mis un terme à toute discussion possible, l’État nous sourit gentiment, moins prompt à écouter les doléances ». Il poursuit : « La prudence était de mise, dans les premiers jours du confinement, évidemment, mais par la suite, avoir refusé un dialogue pourrait avoir des conséquences. » Non que l'État refuse la demande d'aide, mais peut-être qu'il se montrerait moins sensible.

Avant d'ajouter : « La preuve, c'est que finalement, tout le monde a tenté de se lancer dans le drive ou le click and collect, progressivement. Il n'était pas question de réouvrir comme des brutes, mais d'accepter de discuter... C’était tout de même une occasion unique – et manquée ? – pour nous, avec la fermeture des entrepôts d’Amazon, et les difficultés que l’on connaît chez Fnac. »

L’appel est désormais lancé, à l’attention de l’Élysée. Et les doigts sont croisés.

La Lettre ouverte est parue dans Le Monde, réunissant 635 auteurs, éditeurs et libraires. Pas de chance, il faudra être abonné pour la consulter.

mise à jour 12 h 57 : 

Un communiqué collectif, émanant du Conseil Permanent des Écrivains, du Syndicat national de l’édition et du Syndicat de la librairie française accompagne le texte de la pétition. Il est reproduit ci-dessous dans son intégralité.

L’ensemble de la chaîne du Livre se mobilise ainsi de manière solidaire parce que c’est tout le secteur qui est en péril. Si un plan de relance ambitieux en faveur du livre et de la lecture n’est pas enclenché, de nombreux acteurs vont disparaître, d’autres vont devoir lutter pour seulement survivre. Au-delà du désastre économique, cette atteinte à la diversité et au dynamisme de la filière aura des conséquences sociales et culturelles pour tous les Français et pour longtemps.

Cet appel est le fruit d’une inquiétude largement partagée : au milieu du concert de déclarations, de promesses, d’annonces, le livre fait figure de grand oublié. Il faut prendre la mesure réelle du danger : le recours aux prêts, même garantis, est une solution, mais partielle et il faudra les rembourser. Par ailleurs, le montant prévu de cinq millions d’euros apporté par le Centre national du livre est tout à fait insuffisant.

Il est absolument indispensable de fournir au monde du livre une aide de plusieurs centaines de millions d’euros pour traverser cette crise, non sans dommages, mais avec l’assurance de pouvoir simplement redémarrer, une aide à la hauteur des pertes que la filière va subir. C’est maintenant ou jamais.

Des pistes ont été proposées, notamment les exonérations totales de charges, d’autres mesures comme le chèque Lire ou un Pass lecture sont aussi à l’étude.

Cette tribune solidaire est là pour que les déclarations et les idées se concrétisent. Elle parle d’une seule voix et elle parle fort car tous les maillons de notre chaîne sont interdépendants. Cet appel est une urgence absolue.

illustration : Emmanuel Macron, capture d'écran

13 Commentaires

 

Dominick

23/05/2020 à 15:17

La filière du livre est en danger bien avant le confinement, et les appels pour sauver certain-es, serait juste une perfusion financière sur du cours terme.
Nous avons d'autres filières de financement, mais il faudrait accepter d'être sur du renoncement d'adéquations qui n'ont plus lieu d'être.
J'ai à maintes reprises annoncer le déclin de l'édition par des facteurs qui l'amène progressivement, ce déclin.
Le premier renoncement serait le prêt gratuit en bibliothèques- j'ai déjà fait assez de commentaires sans avoir à revenir dessus, % serait pour un fonds de solidarité national, un % pour l'achat, enfin un % pour faire faire des interventions d'auteur-es, régionaux, nationaux  - Si à 'encontre les médiathèques devaient d'être la bouffé d'oxygène en achetant massivement, les principaux bénéficiaires seraient  (encore ) les entreprises gérées par des consortiums. Par l'impact de cet investissement, seraient bénéficiaires, les auteur-es de ces maisons sachant que peu sont des vrais professionnels vivants de leur littérature, que sont les écrivain-es, les Bédéistes, les illustrateur-trices.
Ce plan de restructuration n'incluant pas forcement tous les indépendants, qui sont eux, plus fragilisés par cette crise, alors que c'est peut-être vers eux et en priorité, que devrait se tourner le gvt, car l'emploi dans ce secteur est primordial pour l'économie locale et nationale.
Hors ces achats massifs pour ces entreprises via des subventions, reviendraient à différencier les contributeurs à l'impôt en fonction de leur importance. L'abolition du prêt gratuit serait une solution, car il devient urgent d'arrêter cette mascarade du fameux argu qui indiquerait que la culture doit être accessible à tous - Cependant  n'écartant la probabilité que les plus démunis auraient une garantie de prêt gratuit- , l'autre plus complexe, c'est d'envisager une meilleur régulation du marché de l'occasion géré par des sociétés.
Envisager d'obliger ces sociétés à reverser un % à un organisme tel le CNL, SNL SOFIA, qui serait garant d'un fonds de solidarité pour tous les éditeurs, auteur-es France. Ce fonds solidaire alimenté par un % sur du prêt payant et du marché de l'occasion, serait là une meilleure condition équitable que de puiser dans ces subventions alimentées par l'impôt.
Un seul facteur restant la régularisation de l'édition, le flux important de parutions fait qu'à ce jour, nous avons plus de livres que nous pourrons avoir de lecteurs pour les lire.
Je défie quiconque d'interdire à un auteur, une maison d'édition, de faire le ménage pour que cette masse importante qui étouffe le marché du livre, ne devienne qu'un petit tas de livres, désengorgeant ce marché.
Des auteur-es préconisent cette solution, mais nous pourrions rétorquer : Pourquoi ne seriez vous pas par celui que cette régularisation se fasse ?
Bref, ce débat des sujets récurrents, mais où chacun ne veut s'impliquer.
Il est vrai qu'il est plus facile de demander un chèque que de balayer devant les écuries d'Augias, afin de nettoyer les besoins d'une seule mouvance éditoriale qui déjà règne, maîtresse du marché.N'oublions que l'après-confinement qui s'annonce en pas feutrés, va pour l'instant, être bénéfique pour ces maisons d'éditions et par ricochet, à leurs auteur-es, tandis que les faillites sont en train de se prononcer pour nombre d'entre nous.L'espèce de l'édition de région est bien en voie de disparition, mais ne sera pas un vecteur régulant le marché, mais en sera l'un des tranchants du couteau.Ce tranchant sera celui qui coupera la veine de l'édition inondant encore plus abondamment l'auto-édition sauvage et l'éclosion de toutes ces sociétés qui sont déjà pléthore et à l'affut de bonnes affaires livresques.Donc, je crois que cet appel, n'étant que pour une seule filière, sera peut-être la mise à mort de la nôtre.
  
"Le livre,la plus belle conquête du lecteur. "

M, l'éditeur

Dominick

23/05/2020 à 15:29

Il est dommage que je laissa passer quelques fautes d'orthographe, parfois le geste est plus rapide que la pensée et je n'ai pensé que j'ai trop vite poseter mon commentaire. Mais l'idée est postée. Merci
Donc relu :
La filière du livre est en danger bien avant le confinement, et les appels pour sauver certain-es, serait juste une perfusion financière sur du cours terme.
Nous avons d'autres filières de financement, mais il faudrait accepter d'être sur du renoncement d'adéquations qui n'ont plus lieu d'être.
J'ai à maintes reprises annoncer le déclin de l'édition par des facteurs qui l'amène progressivement, ce déclin.
Le premier renoncement serait le prêt gratuit en bibliothèques- j'ai déjà fait assez de commentaires sans avoir à revenir dessus, % serait pour un fonds de solidarité national, un % pour l'achat, enfin un % pour faire faire des interventions d'auteur-es, régionaux, nationaux  - Si à 'encontre les médiathèques devaient d'être la bouffé d'oxygène en achetant massivement, les principaux bénéficiaires seraient  (encore ) les entreprises gérées par des consortiums. Par l'impact de cet investissement, seraient bénéficiaires, les auteur-es de ces maisons sachant que peu sont des vrais professionnels vivants de leur littérature, que sont les écrivain-es, les Bédéistes, les illustrateur-trices.
Ce plan de restructuration n'incluant pas forcement tous les indépendants, qui sont eux, plus fragilisés par cette crise, alors que c'est peut-être vers eux et en priorité, que devrait se tourner le gvt, car l'emploi dans ce secteur est primordial pour l'économie locale et nationale.
Hors ces achats massifs pour ces entreprises via des subventions, reviendraient à différencier les contributeurs à l'impôt en fonction de leur importance. L'abolition du prêt gratuit serait une solution, car il devient urgent d'arrêter cette mascarade du fameux argu qui indiquerait que la culture doit être accessible à tous - Cependant  n'écartant la probabilité que les plus démunis auraient une garantie de prêt gratuit- , l'autre plus complexe, c'est d'envisager une meilleur régulation du marché de l'occasion géré par des sociétés.
Envisager d'obliger ces sociétés à reverser un % à un organisme tel le CNL, SNL SOFIA, qui serait garant d'un fonds de solidarité pour tous les éditeurs, auteur-es France. Ce fonds solidaire alimenté par un % sur du prêt payant et du marché de l'occasion, serait là une meilleure condition équitable que de puiser dans ces subventions alimentées par l'impôt.
Un seul facteur restant la régularisation de l'édition, le flux important de parutions fait qu'à ce jour, nous avons plus de livres que nous pourrons avoir de lecteurs pour les lire.
Je défie quiconque d'interdire à un auteur, une maison d'édition, de faire le ménage pour que cette masse importante qui étouffe le marché du livre, ne devienne qu'un petit tas de livres, désengorgeant ce marché.
Des auteur-es préconisent cette solution, mais nous pourrions rétorquer : Pourquoi ne seriez vous pas par celui que cette régularisation se fasse ?
Bref, ce débat des sujets récurrents, mais où chacun ne veut s'impliquer.
Il est vrai qu'il est plus facile de demander un chèque que de balayer devant les écuries d'Augias, afin de nettoyer les besoins d'une seule mouvance éditoriale qui déjà règne, maîtresse du marché.N'oublions que l'après-confinement qui s'annonce en pas feutrés, va pour l'instant, être bénéfique pour ces maisons d'éditions et par ricochet, à leurs auteur-es, tandis que les faillites sont en train de se prononcer pour nombre d'entre nous.L'espèce de l'édition de région est bien en voie de disparition, mais ne sera pas un vecteur régulant le marché, mais en sera l'un des tranchants du couteau.Ce tranchant sera celui qui coupera la veine de l'édition inondant encore plus abondamment l'auto-édition sauvage et l'éclosion de toutes ces sociétés qui sont déjà pléthore et à l'affut de bonnes affaires livresques.Donc, je crois que cet appel, n'étant que pour une seule filière, sera peut-être la mise à mort de la nôtre.
  
"Le livre,la plus belle conquête du lecteur. "

M, l'éditeur

Marc Georges

24/05/2020 à 15:13

Bonjour,

Je partage une grande partie de vos propos.

Mais je pense qu'avant de demander (plutôt de quémander) une aide publique, peut-etre serait-il plus efficace de réfléchir sur le partage de la valeur ajoutée entre les auteurs, les éditeurs et les libraires. Peut-etre serait-il temps de reformer la loi Lang, pour que son principal bénéficiaire ne soit pas Amazon. "Un prix de vente imposé et unique avec des marges d'achat négociables", tous les jours le boss d'Amazon France doit mettre un cierge à l'église en disant "pourvu que cela dure". Peut-etre faut-il réfléchir au métier de libraire, pour que celui-ci cesse de glisser vers l'uniformisation de l'offre et la prépondérance de la logistique. A itre d'exemple, je suis effaré par les discours élogieux de certains confrères sur Le "click and collect" (mesure d'urgence dont je comprends les raisons face la situation). Ce systéme est la mort assurée du libraire, ou au mieux la transformation des librairies en "librairies-garage". En réalité, tous ces discours pour sauver le soldat librairie et sa chaîne, ne vise qu'à défendre une rente "un livre s’achète dans une librairie". L'Amazon bashing est plus destructeur que constructif. Tous les clients d'Amazon se sentent montrer du doigts et donc fuient les librairies. Mais ce bashing est plus aisé qu'une remise en cause de notre mode de fonctionnement.

Ce qui me désole dans tous les propos des différents représentants de la chaîne du livre, c'est qu'il y a beaucoup de pleurs, de quémandes, de torts distribués aux autres (La Poste, Amazon, les collectivités publiques, ...), mais jamais de remise en cause du mode de fonctionnement de cette chaîne du livre et de ses métiers.

Marc Georges
La Demeure du Livre

Michel

23/05/2020 à 16:12

Que Monsieur Gallimard et cie commencent par reverser aux associations de lutte contre la pédocriminalité les millions d'euros touchés grâce à la vente du Journal de M. le grand pédophile, j'ai nommé Matzneff !!! Après vous pourrez quémander...

R. Raynal

23/05/2020 à 18:38

"Le livre est en danger" ou "Galligrasseuil est en danger" ?

Les auteurs, modulo la poignée de happy few qui vivent exclusivement de leur plume, ont tous, grâce à la pingrerie des gros de l'édition, un autre travail, et c'est heureux (pour une fois la touchante avarice des gros éditeurs qui, avec une unanimité confondante digne d'un cartel, accordent tous à leurs auteurs un généreux 8% avec force rictus douloureux aura servi à quelque chose).

Les petits éditeurs, à l'espérance de vie d'une Ephémère, ont toujours dansé sur le fil du rasoir. Ce sont eux qui sont habitués à vivre sous la pression du risque, ce qui explique que la grande majorité de nos amis libraires les évitent soigneusement.

Les auto-édités, eux, dont tous les vrais, les purs, les bons, les fous du zen et les marquis à bleu cordon savent qu'ils ne constituent qu'une masse grouillante de plébéiens incultes incapables d'aligner trois mots, ne sont de toute façon pas concerné par l'éventuelle chute de la maison Madrigal.

Bon, évidemment, les copains journalistes, politiciens, Star du petit et grand écran, les fils & filles de, les rejetons d'ambassadeurs ou de barons adeptes des fêtes (toujours un succès!) où s'empilent les Ferreros, les "ex" au carnet d'adresse bien rempli ou aux tontons bien en cours inonderont peut-être moins les officines survivantes de leurs indispensables proses germanopratines. Beaucoup de noms ("dont pas un ne mourra !") y perdront ce que la littérature, si tant est qu'elle ait jamais existé, y gagnera peut-être.

Peut-être assistera t'on à quelques "légers" ajustements, comme par exemple le développement de l'impression à la demande ("Adieu, Pilon, je t'aimais bien..."), parfois même dans la librairie elle même (et donc la fin du transport physique de livres imprimés sur place en quelques minutes devant le client-lecteur, qui pourrait même — la population vieillissant — choisir sa taille de caractère et sa pagination ; tiens, une idée que je lance comme ça, hein...) Mince, les libraires échapperaient à la gestion des retours et auraient plus de temps pour lire et sélectionner leurs produits, et ce serait la fin de la diffusion contrôlée par... Hem, Hum... Quelque chose me dit que les Grands éditeurs ont sentit le vent du boulet...

Pour l'énorme majorité des auteurs méprisés et sous payés par de grandes structures au fonctionnement archaïque qui jamais n'ont voulu se remettre en cause (qui, de nos jours, paye ses "fournisseurs" une fois l'an, sans aucune visibilité sur la progression de leurs ventes et donc sans aucune information sur leur éventuel revenu ?), nous allons vivre de très riches heures qui viendront enluminer les rudes et mornes journées de nos existences...

Antoine

23/05/2020 à 18:49

L'ensemble de la filière ? Signé par le CPE qui ne représente rien ? Et quoi pour les auteurs ?

koinsky

24/05/2020 à 06:27

La pandémie aura eu au moins le mérite de faire sortir du bois les loups de la chaîne du livre qui avaient pris la fâcheuse habitude de se servir grassement sur la bête. Désormais ils sont à découvert. Vulnérables, ils vont devoir réduire leur part scandaleuse du gâteau s'ils veulent survivre.

Pounon

24/05/2020 à 07:50

Je fais partie dela masse "grouillante et inculte" des auto-édités depuis plus de 13 ans et je me vois mal aller proposer mes titres aux libraires que je connais, sensibles peut-être aux 30 % ma remise sans avance sans gestion de stock et retours,.Je me contenterai des petits salons de campagne où l'on s'embrasse, casse la croute, sans couvrir les frais de route et d'inscription. La plèbe vous salue avec son masque. PS: je lis plus de 2,5 livres par an pour ma culture personnelle et par amitié avec les auteurs "les vrais". LOL

R. Raynal

24/05/2020 à 13:52

Attention, ami Pounon, frère en noircissement de pages, n'aurais-je pas été assez obscur ?
Je fais moi aussi parti du même panier de crabes toisé de haut par la haute noblesse de la rive gauche de l'écriture... À Plébéien, plébéien et demi !

pounon

24/05/2020 à 15:58

J'avais compris l'ironie du propos mais foin de jérémiades, nous assumons notre statut pour la postérité,
je travaille sur mon dix-huitième livre pour cet hiver peut-être ?

Dominick

24/05/2020 à 18:41

Réponse à ce Collectif d'éditeurs, auteurs et libraires qui lance une alerte sur la filière du livre, réclamant 500 millions d'€ à M.Macron -

Avant de vouloir sauver la filière du livre,
il faudrait d'abord penser à sauver le livre !

Perdu dans la bourrasque d'une édition démembrée,
le livre sombre dans le marasme de ces turpitudes du tout édité.

L'hémorragie devient impossible à juguler.

Avant de réclamer sur du court terme, ne serait-il pas possible d'apporter des réponses pour le long terme ?

La filière du livre est à un tournant de son histoire, se trouvant à la croisée de plusieurs chemins, pris par d'autres filières qui vont faire exploser le monde du livre, en ces morceaux que jamais nous ne pourront recoller.

Je reste persuadé que certains se gaussent de ces commentaires qui, pourtant, reposent sur du prévisionnel basé sur de l'analytique écrite, lorsque je faisais parti de la Charte, puis ensuite de la Ligue.

Vous riiez alors,
mais qui commencent à pleurer maintenant ?

Non que je veuille m'en réjouir, cela serait déplaisant, mais à la différence envers les rieurs, je n'eus l'égotisme qui me fit un rempart sur la clairvoyance des faits.

Sauvez le livre, avant de vouloir vous sauver,
cela siérait mieux à nos métiers.

Merci
Cordialement

baba

25/05/2020 à 08:30

ourquoi n'y a-t-il pas de ministère de la Culture aux États-Unis Comment peut-on reprocher à la gris aux Américains leur impérialisme culturel et leur absence de culture ? Pour comprendre ces paradoxes, Frédéric Martel a entrepris une grande enquête, sans précédent. À partir des archives inédites et de sept cents entretiens dans trente-cinq États, il reconstitue la politique culturelle américaine, de, John F Kennedy à Barack Obama. Ce faisant, il décrypte aussi le fonctionnement de la philanthropie, des fondations, du mécénat et met au jour le rôle central du gouvernement, la mission artistique des universités et la diversité culturelle américaine. Un système global et complexe apparaît alors, particulièrement efficace et totalement méconnu : si le Ministère de la Culture n'est nulle part, la vie culturelle est partout. Ce tableau, riche en nuances, ébranle nos certitudes; il reflète, en miroir, les contradictions, entre mythes et réalités, de notre propre système culturel. Depuis sa parution, De la culture en Amérique est devenu un ouvrage de référence sur les politiques culturelles en général et sur les États-Unis en particulier. Il a été traduit et discuté dans de nombreux pays

Droit biblio

25/05/2020 à 08:34

Et si l'on commençait à appliquer correctement les droits de bibliothèque ?
Un auteur n'est pas capable de connaître quelle biblio achète ou possède son ou ses livres, reçoit un décompte de droit des années après les achats (en vrac, bien entendu, sans possibilité de vérifier)... quand il le reçoit, car en général, il faut relancer bien des éditeurs qui « oublie » de vous envoyer une lettre (il faut les comprendre : envoyer une lettre à 3€ pour verser 90 centimes (sic) à un auteur a de quoi décourager bien des capitalistes acharnés !)
Avant de réformer un système, commençons par élaguer et y voir clair. Paiement dans l'année (trop dur avec l'informatique, comme les droits d'auteurs... mensuels !), décompte par biblio et département, etc.
C'est sûr que ce serait une révolution... qui ne coûterait pas 500 millions mais qui permettrait d'éclaircir le marigot dans lequel baigne les auteurs !

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Fnac quitte la Suisse allemande et mise tout sur le marché français

L’enseigne avait opté pour un développement à travers des corners implantés dans différents centres commerciaux du territoire de la confédération hélvétique. Changement de braquet radical : dix points de vente alémaniques fermeront. Et la stratégie se réoriente massivement vers l’espace francophone.

28/01/2023, 15:38

ActuaLitté

“Harcèlement et comportements inappropriés” chez Interforum  

La trêve des confiseurs n’avait pas commencé que les instances syndicales recevaient un rapport d’analyse. En cause, un « risque grave » dans le département Relations éditeurs d’Interforum — la filiale diffusion/distribution d’Editis. La procédure, déclenchée début octobre, s’était heurtée à quelques résistances.

29/12/2022, 15:17

ActuaLitté

Emme Promo Junior, nouveau service pour promouvoir l’édition jeunesse

Emme Promozione est une société italienne, créée en 2014 à partir d'une scission de la branche promotion de Messaggerie Libri, le principal distributeur italien. Elle est spécialisée dans les services de marketing, de communication et d'analyse de données, aux éditeurs. Suite au succès grandissant de la littérature jeunesse, elle vient de créer un nouveau service, appelé Emme Promo Junior, consacré à la promotion de l’édition pour enfants. 

19/12/2022, 15:33

ActuaLitté

Mr Tan & Co, nouvelle maison d'édition de Mortelle Adèle, signe avec Interforum

Exclusif - L’écrivain Antoine Dole, plus connu sous le nom de Mr. Tan à travers les bandes dessinées Mortelle Adèle, en collaboration avec Diane Le Feyer, a choisi l’indépendance. En créant sa propre maison d’édition, il a également signé avec le groupe Editis, confiant la diffusion-distribution à Interforum. La maison, baptisée Mr Tan & Co, a été fondée en août dernier, quelques mois après l'annonce du départ de Bayard.

16/12/2022, 10:46

ActuaLitté

Pierre Coursières élu président du Syndicat des Distributeurs de Loisirs Culturels

À l’issue de l’assemblée générale extraordinaire du 2 décembre 2022, les membres du SDLC ont élu à l’unanimité Pierre Coursières Président du Conseil Syndical. La durée du mandat est fixée à deux ans, les membres sortants sont rééligibles.

06/12/2022, 12:40

ActuaLitté

Appel à une grève nationale dans les magasins Cultura ce 3 décembre

Annoncé pour ce 3 décembre, période de plus en plus cruciale dans le commerce du livre, un vaste débrayage surviendra dans les magasins Cultura. La demande est simple : l’augmentation des salaires pour les employés revendique la CGT Cultura. De 15 à 17h, tous les personnels des boutiques sont invités à faire front ensemble.

02/12/2022, 16:41

ActuaLitté

À Tigery, les salariés d'Interforum demandent l'équité des primes

Ce lundi 21 novembre, une quarantaine de salariés du site Interforum de Tigery (Essonne) ont débrayé pour réclamer une plus grande équité entre les salariés des différents sites de la filiale du groupe Editis. À Malhesherbes, une prime transport sera en effet prochainement mise en place, et les employés de Tigery souhaitent eux aussi une révision des primes qui leur sont accordées.

23/11/2022, 15:17

ActuaLitté

Fédération de randonnée pédestre : la distribution, tout un cirque ?

À la suite d’une consultation menée au cours de l’année 2022, la FFRandonnée a renouvelé son contrat de partenariat avec la Sofédis, pour la diffusion et la distribution de son catalogue à partir du 1er janvier 2023. Un partenariat qui s’inscrit dans la stratégie déployée par la FFRandonnée depuis 2021. Les deux sociétés travailleront de concert jusqu'en 2026. 

04/11/2022, 10:58

ActuaLitté

France : Amazon se rêve désormais imprimeur de livres

Le jour de la fête des morts, la nouvelle aura quelque chose d’un brin sinistre : à Brétigny-sur-Orge (Essonne), ce 2 novembre, est inaugurée la première… imprimerie d’Amazon sur territoire français. Implanté dans son entrepôt logistique, il s’agit d’un déploiement, et non des moindres, dans le fonctionnement de l’entreprise.

01/11/2022, 10:04

ActuaLitté

Les éditions d'en bas arrivent en France et Belgique grâce à Serendip/Paon

Depuis 1976, les éditions d’en bas développent un catalogue engagé et militant. Elles explorent le champ du social à partir des marges de l’histoire, de la politique et de la société; elles font émerger des voix singulières et originales de destinées oubliées et des thématiques délaissées. Depuis 2001, elles ont renforcé le champ des publications aux littératures de Suisse et à la traduction. 

28/10/2022, 13:32

ActuaLitté

L'Imaginaire se fait la malle : quatre éditeurs quittent Média Participations

En août 2019, ActuaLitté dévoilait l’arrivée massive d’éditeurs chez Média Diffusion : Mnémos, les Moutons électriques et ActuSF, regroupés sous le collectif Les Indés de l’Imaginaire, marquaient ainsi une nouvelle étape dans leur développement. Et ce, deux ans après que Leha éditions avait choisi la diffusion/distribution du groupe. Mais en 2023, tout le monde part. 

28/10/2022, 11:06

ActuaLitté

Mort d'un ouvrier dans un entrepôt d'Amazon en Pologne : l'enquête interdite

10 heures de travail en une journée, voilà qui démontre bien l’intérêt porté aux salariés d’Amazon. Jean-Baptiste Malet a signé pour L’Humanité Magazine un nouveau reportage. Cette fois, c’est en Pologne qu’il s’est rendu pour constater les conditions de travail. Et ce, après le décès d’un salarié et le licenciement de la syndicaliste qui voulait trop en savoir sur les circonstances de ce drame…

11/10/2022, 11:52

ActuaLitté

Le développement de Feltrinelli, entre numérique et formation

Après un accord avec Kobo, Feltrinelli ajoute à son offre numérique, déjà très riche, un plan d'abonnement « all you can enjoy », et se positionne aux côtés d’acteurs déjà implantés en Italie, tels qu'Audible et Storytel. En même temps, une offre est proposée, via Feltrinelli Education, pour former les professionnels des industries créatives et culturelles. 

16/08/2022, 15:54

ActuaLitté

Neutralité carbone en 2040 : Amazon n'en prend pas le chemin 

Les promesses n’engagent généralement que ceux qui les gobent, avait assuré un connaisseur en la matière. Celles d’Amazon — ici pointées, mais assurément pas le seul en la matière — auront fait long feu. Malgré ses engagements visant à une neutralité carbone, la firme est parvenue à augmenter de 18 % ses émissions au cours de l’année 2021. De fait : la taille de son réseau de distribution a doublé au cours de la période.

02/08/2022, 15:03

ActuaLitté

Rachat dans le monde du podcast italien : Chora Media achète Will

En mars, Il Sole 24 Ore, quotidien économique et politique italien, avait annoncé cette opération, qui s’est concrétisée cet été et a donné naissance, pour citer le communiqué de presse, au « premier pôle italien d'information numérique native en audio et vidéo ».

21/07/2022, 15:22

ActuaLitté

Madrigall ouvre la commande urgente en 24h chez Union Distribution

RNL22 — À l'occasion des Rencontres nationales de la librairie, le groupe Madrigall a annoncé l'ouverture d'un service de commande en 24 heures pour les libraires indépendants. À l'aide d'un code, ils signaleront au distributeur une commande urgente, permettant de la prioriser.

03/07/2022, 18:01

ActuaLitté

Hugo Publishing quitte Interforum

Suite au rachat annoncé fin octobre 2021 du groupe Hugo Publishing, rejoignant Glénat, les grands mouvements débutent. Diffusée et distribuée par Interforum, la maison qu’avait fondée Hugues de Saint-Vincent rejoignait la société aujourd'hui dirigée par Marion Glénat, fille du fondateur. Et fort logiquement, Hugo allait se détacher d’Editis, à plus ou moins court terme.

30/06/2022, 11:08

ActuaLitté

Helvetiq et Dilisco : “Comme entrer dans une famille”

Tous les éditeurs le savent : changer de diffusion représente un risque capitalistique autant qu’une perspective de développement. Les éditions Helvetiq intègreront ainsi la société Dilisco au 1er juillet et seront prises en charge par les équipes SNB (Savoir, Nature & Bio) de Jean-Charles Caplier, directeur commercial. À l’occasion d’un passage à Paris, entretien croisé avec Alizée Dabert, export manager.

14/06/2022, 12:12

ActuaLitté

Prisme se dote d'un nouvel outil de traitement d'expéditions de livres

Basée dans l’Essonne, une plateforme nouvelle génération s’ouvre : la ville de Ris-Orangis accueille en effet l’outil de Prisme. Cette solution de traitement et d’acheminement des livres, à travers 3000 points de vente en France, Belgique et Luxembourg, s’offre une cure de jouvence. Ce sont 7 millions de colis qui transitent entre les mains des équipes de Geodis, avec 10.000 m2 de crossdocking [les marchandises destinées à une livraison directe aux clients, NdR].

24/05/2022, 15:41

ActuaLitté

Relations presse, librairies : Les Ardentes, plurielles et passionnées

Depuis le début du mois de janvier, Lucie Fournier et Inès Bahans se sont lancées dans une nouvelle aventure au nom incandescent, Les ardentes. Une agence de promotion littéraire pluridisciplinaire, tournée vers les relations presse et libraires, qui se veut au plus proche des ouvrages, de ses autrices et de ses auteurs. Ouverture d’esprit, passion et personnalisation sont les maîtres mots pour les deux jeunes femmes.

16/05/2022, 11:41

ActuaLitté

Quatre éditeurs mutualisent leur tournée de Rentrée littéraire 2022

4 éditeurs, 5 rencontres, 8 romans, 250 libraires. Sur le papier, voilà du best-seller qui s'annonce : Le Tripode s’allie pour cette rentrée littéraire avec Le Bruit du Monde, Le Passage et Philippe Rey pour organiser des petits déjeuners de présentation dans toute la France. Le premier de ces cinq rendez-vous se déroule à Paris, ce lundi 16 mai, où 80 libraires sont attendus. « Un beau moment d’édition », assurent les quatre partenaires.

13/05/2022, 15:11

ActuaLitté

Logistique : Medios, solution technique pour diffuseurs et distributeurs

Pour accompagner les acteurs culturels dans la diffusion et la distribution de leurs offres, la société RBI a développé Medios. Si le nom n'est pas des plus alléchants, ce logiciel de gestion informatique regroupe deux pans essentiels : gestion commerciale et logistique des stocks. Monté avec le concours de structures indépendantes, Medios se présente avant tout comme un projet collaboratif, au plus près des besoins. 

21/04/2022, 14:41

ActuaLitté

Fnac ouvre son troisième espace à Bruxelles

Et de 14, pour l’enseigne Fnac, qui dévoilera prochainement une nouvelle boutique à Bruxelles. 2600 mètres carrés de superficie, installés dans un centre commercial, Wolume Shopping. L’ouverture est prévue fin mai.

14/04/2022, 11:37

ActuaLitté

Librairie : en période de crise, resserrer les liens

Depuis le début de l’année, les ventes sont en berne : un recul net s’observe à tous points de vue, avec des best-sellers qui tirent tout juste leur épingle du jeu. En période de crise, il importe de resserrer les rangs, pour que la chaîne du livre ne sente pas de relâchement. Quoi de mieux qu’une Grande Boucle pour ce faire ?

08/04/2022, 16:25

ActuaLitté

Tous les sites logistiques d'Amazon France en grève

Les débrayages s'inscrivent dans des négociations autour des salaires, où pour le moment, aucun accord n'a pu être conclu entre la direction de la firme américaine et les syndicats. La proposition d'augmentation de 3 % a été jugée insuffisante par les représentants des employés. Des discussions qui interviennent alors qu'Amazon a plus que doublé le salaire de base maximal de ses employés américains... 

06/04/2022, 18:06

ActuaLitté

MDS et Média Diffusion : de “nombreux dysfonctionnements” persistent

Peu avant la période des fêtes de fin d'année — cruciale pour les libraires et les éditeurs —, le distributeur MDS et son pendant Média Diffusion, deux filiales du groupe Média-Participations, rencontraient d'importants problèmes logistiques. Des livres devenaient indisponibles, car frappés par d'importants retards de livraison, et une chaine du livre plus tendue que jamais. Quelques semaines plus tard, la situation ne s'est pas vraiment améliorée.

25/02/2022, 16:13

ActuaLitté

Hauts-de-France : ouverture d'un Observatoire des Acteurs du livre et de la lecture

L'Agence régionale du livre et de la lecture des Hauts-de-France lance son Observatoire des acteurs du livre et de la lecture en région. Si vous êtes professionel.le du livre ou de la lecture dans les Hauts de France, l’AR2L a besoin de vous !

15/02/2022, 12:33

ActuaLitté

Cultura lance son nouveau podcast “Perle de culture”

Cultura s’est lancé dans une nouvelle série de podcasts intitulés « Perles de Culture ». À raison d’une vingtaine d’épisodes, l’émission entend remonter aux sources « d’oeuvres aussi mythiques qu’éclectiques ». Avec un format court, dont les épisodes durent moins de 10 minutes chacun, on explore les expressions culturelles et artistiques, invitant ses auditeurs dans « les coulisses de la création ». 

14/01/2022, 13:22

ActuaLitté

L'éditeur ETAI, spécialisé dans l'automobile, repris par Sophia Communications

Les Éditions techniques pour l’Automobile et l’Industrie (ETAI), qui publient des beaux-livres, sont sur le point de rejoindre le groupe Sophia Communications. La maison d’édition quitterait ainsi Infopro Digital, tout comme la librairie parisienne, Passion Automobile. Une décision qui semble s’inscrire dans une démarche de transformation plus globale pour Infopro Digital.

10/01/2022, 11:35

ActuaLitté

Fusion Editis-Hachette : comment l'hystérie de l’édition profite à Amazon

2022 sera une année de tensions pour l’industrie du livre. Fortes tensions. Et nul besoin de jouer à Zoroastre ou d’investir dans une boule de cristal pour le sentir. Car, de toute évidence, l’un des équilibres que l’on tenait pour acquis depuis 2002 va s’effondrer. Il aura suffi d’un Breton, Vincent Bolloré, pour ce faire : bouleverser l’édition française, une entreprise moins ardue que de vider la mer avec une cuillère, semble-t-il.

07/01/2022, 18:07

ActuaLitté

Le Covid terrasse le comptoir parisien d'Harmonia Mundi Livre

Mauvaise passe pour le distributeur Harmonia Mundi Livre. Après une cyberattaque qui a frappé en novembre, voici que le comptoir de Paris, qui permettait aux libraires de consulter les ouvrages, ferme ses portes. La faute en incombe au Covid, comme l’explique l’entreprise.

17/12/2021, 17:01

ActuaLitté

Nouveaux conseil d'administration et bureau pour ALCA Nouvelle-Aquitaine

L’Assemblée générale d’ALCA Nouvelle-Aquitaine a élu jeudi 9 décembre 2021 son nouveau conseil d’administration et les membres de son bureau. Bruno Boutleux conserve son mandat de président. Les administrateurs étant élus pour un mandat de trois ans (les dernières élections avaient eu lieu en décembre 2018), les adhérents d’ALCA ont procédé au renouvellement de ses collèges professionnels des filières du livre, du cinéma et de l’audiovisuel. 

13/12/2021, 12:29

ActuaLitté

Le grossiste britannique Gardners ouvre une filiale à Arques

Le grossiste britannique Gardners, qui revendique environ 15.000 clients dans le monde entier et dont le siège se trouve dans le Sussex de l'Est, en Angleterre, a annoncé l'ouverture d'une filiale, Gardners EU, à Arques (Pas-de-Calais). Celle-ci est destinée à assumer les activités en Europe, pour éviter les problématiques liées au Brexit.

03/12/2021, 11:01

ActuaLitté

Libraires frustrés, éditeurs désemparés : une “sortie de crise mal barrée”

« La Matrice part en vrille. Tout le monde panique. » En l’espace d’une semaine, les problèmes d’approvisionnement en livres pour les librairies prennent des proportions invraisemblables. La réunion des acteurs impliqués, ce 25 novembre, a débouché sur un désaccord. Tentative d’apaisement pour le distributeur, avec des solutions concrètes, propositions insatisfaisantes pour le syndicat des libraires. Noël ne parviendra pas à inspirer la paix sur Terre – pas forcément par manque d'hommes de bonne volonté…

27/11/2021, 16:27

ActuaLitté

Boycott, représailles, vengeance : la colère des librairies BD contre MDS

Marasme, calamité, vaste bordel… les qualificatifs ne manquent pas chez les libraires pour décrire la situation, alors que les fêtes de fin d’années approchent. Pris de court, les voici entre le marteau et l’enclume, avec la ferme intention de ne pas prendre de coups de la part de lecteurs mécontents. Conclusion, s'il n'est pas possible pour eux d'être fournis en bandes dessinées, et autres titres dont s'occupe MDS, ils sont bien décidés à se passer des titres que distribue la filiale de Média Participations.

25/11/2021, 23:43

ActuaLitté

De ses origines aux formes adoptées : une Histoire naturelle de la violence

La publication du 5e opus de la collection des manifestes du Muséum, dédié à l’Histoire naturelle de la violence, affirme la position d’institution citoyenne, contemporaine et engagée dans les débats de société du Muséum national d’Histoire naturelle. La violence est un sujet d’actualité prégnant, qui se manifeste sous de multiples formes dans les sphères privée comme publique. 

22/11/2021, 11:05

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

Égypte : un livre antisémite vendu sans complexe

Un ouvrage sur le sionisme, exhibant des caricatures grotesques et véhiculant des clichés xénophobes : il n’en fallait pas plus pour qu’Israël tire à boulets rouges. L’universitaire Muhamed Medhat Mustafa, qui en est auteur, déplore qu’on lui ait confisqué les exemplaires, au premier jour de la Foire internationale du livre du Caire.

31/01/2023, 16:52

ActuaLitté

La guerre entre Donald Trump et Simon & Schuster continue

Donald Trump n’est pas seulement accusé dans plusieurs affaires plus ou moins graves, jusqu’à une possible inculpation future, pour « conspiration ». Il est également souvent accusateur : ce dernier intente cette fois-ci un procès contre le célèbre journaliste américain, Bob Woodward et son éditeur. Les avocats de Trump réclament près de 50 millions $ de dommages et intérêts…

31/01/2023, 16:52

ActuaLitté

Japon : un bilan 2022 mitigé pour l'édition papier 

Il est encore temps de faire le bilan pour le marché mondial de l’édition. Au Japon, 2022 marque la première année de décroissance depuis quatre ans. L’édition papier et électronique auront rapporté 1,6305 millions de yens soit une baisse de 2,6 % par rapport à l’année précédente. 

31/01/2023, 16:44

ActuaLitté

Égalité et diversité : les éditeurs enclenchent un vaste plan d'inclusion

Dix engagements, à déployer dans l’ensemble de l’industrie britannique du livre, constituent le nouveau volet du Plan d’action pour l’inclusion. La Publishers Association, organisation professionnelle, prévoit une mise en œuvre entre 2023 et 2026.

31/01/2023, 14:56

ActuaLitté

Madrid : des lecteurs, et plus encore

La Communauté de Madrid, territoire autonome espagnol composé de la province de Madrid, a publié le 29 janvier, un communiqué de presse à propos des habitudes de lecture et de l'achat de livres dans la région. Il s'appuie sur une étude de 2022 qui affirme que 97,6 % de la population est lectrice.

31/01/2023, 12:57

ActuaLitté

Entraîné par Actissia, la revue Books passe en liquidation judiciaire 

La maison mère du magazine Books, Actissia, est entrée en liquidation judiciaire le 10 novembre 2022. Et la chute de cette holding, détenue par Adrian Diaconu, entraîne celle du journal. Une nouvelle épreuve pour la publication, qui avait déjà enduré une liquidation en 2020.

31/01/2023, 11:29

ActuaLitté

Procès : Saviano contre Salvini “ministre de la mafia”

Les affaires judiciaires sont loin d'être terminées pour Roberto Saviano. Après la première audience pour diffamation du 15 novembre 2022 contre Giorgia Meloni, la leader de Fratelli d’Italia et Présidente du Conseil italien, l’écrivain sera jugé le 1er février pour délit d'opinion. 

31/01/2023, 11:16

ActuaLitté

La Suisse enquête sur Gallimard soupçonné de distorsion de concurrence

La plainte déposée en septembre 2022 aura finalement été suivie : les librairies Payot attaquaient Gallimard pour « abus de pouvoir de marché relatif ». En clair : le groupe imposait aux points de vente de Suisse romande des conditions commerciales en leur défaveur. Ce 31 janvier, la Commission de la concurrence décide de donner suite et d’ouvrir une enquête.

31/01/2023, 10:27

ActuaLitté

Statue de Victor Hugo : un an de prison avec sursis requis

Théo G. et Étienne M., deux militants d'extrême-droite passés par l'organisation La Cocarde étudiante, étaient jugés par le tribunal correctionnel de Besançon ce 27 janvier. Le 20 novembre dernier, ils avaient repeint en blanc le visage d'une statue de Victor Hugo qu'ils jugeaient trop sombre. Un an de prison avec sursis a été requis à l'encontre des deux étudiants, âgés de 20 et 22 ans. Le tribunal rendra sa décision le 17 février.

30/01/2023, 17:53

ActuaLitté

Responsabilité élargie des producteurs : le livre, “vertueux” et non polluant ?

À l'occasion d'une fusion programmée des filières à responsabilité élargie des producteurs d’emballages ménagers et des producteurs de papier, une discussion s'ouvre au Parlement autour de la production des livres. Les éditeurs, exemptés de la responsabilité élargie, le resteront sans doute, vu le capital symbolique du livre.

30/01/2023, 16:20

ActuaLitté

La faim du monde : un essai qui met la planète au centre

Certains auteurs, notamment anglo-saxons, placent non plus seulement l’homme au centre du développement, mais l’harmonieuse symbiose qui relie les humains, les animaux, les plantes et... les êtres non vivants entre eux. L’amour du lieu – où on est né, où on a grandi ou bien tout simplement où l’on réside – s’accompagne, de plus en plus, d’une  sensation intense, d’un sens de la planète. Par Nasser, auteur de La faim du monde.

30/01/2023, 15:35

ActuaLitté

Diluer l'EPUB dans le web : la colère d'OverDrive douchée par la justice

Fin 2016, l'IDPF (International Digital Publishing Forum) et le W3C (World Wide Web Consortium) annonçaient l'intégration du premier dans le second, étant donné la proximité du format EPUB et du HTML. Ce rapprochement n'avait pas ravi toutes les organisations membres de l'IDPF, dont OverDrive, spécialiste de la lecture en streaming pour les bibliothèques...

30/01/2023, 12:39

ActuaLitté

Comment choisir le bon rédacteur pour votre mémoire : 5 techniques éprouvées

Vous cherchez de l'aide pour rédiger votre mémoire ? Si c'est le cas, vous êtes au bon endroit. Choisir le bon rédacteur de mémoire peut être une tâche intimidante, et il est important de s'assurer que vous choisissez un professionnel fiable et expérimenté. Heureusement, il existe des techniques éprouvées que vous pouvez utiliser pour identifier un rédacteur de mémoire compétent et digne de confiance. 

30/01/2023, 12:12

ActuaLitté

Les revues de La Documentation française s'ouvrent à un nouveau public

La Documentation française adapte son offre tarifaire d’abonnement sur ses deux revues phares : Cahiers français, consacrée aux grands enjeux du débat public en France et Questions internationales, revue spécialisée en géopolitique qui fêtera ses 20 ans cette année.

30/01/2023, 11:44

ActuaLitté

Aux États-Unis, interdire les lectures drag dans les bibliothèques

Dans l'État du Montana, une proposition de loi (LC-HD1471, désormais désignée sous l'appelation HB359) entend interdire les heures du conte et autres spectacles drag dans les bibliothèques publiques. Les établissements qui proposeraient ce genre d'événements risqueraient une amende au montant pouvant atteindre 5000 $.

30/01/2023, 10:46

ActuaLitté

Librairie : Culturel combat la vision ”très archaïque du livre” (Tunisie)

Début décembre, le réseau de librairies Culturel s’est agrandi : un nouvel établissement inauguré à Gammarth, dans le nord-est de Tunis, poursuit le déploiement de l’entreprise. Hassen Jaïed, directeur général de l’enseigne, raconte cette aventure entrepreneuriale autour du livre – qui lui fit abandonner le monde des mathématiques.

28/01/2023, 11:00

ActuaLitté

France : 85 millions d’exemplaires BD et manga vendus en 2022

FIBD23 — 1 livre acheté sur 4 en France relevait du 9e Art, révèle l’institut GFK, avec un chiffre d’affaires de 921 millions €, fin décembre 2022. Des résultats importants, qui reculent de 3% par rapport l'année précédente. La performance reste significative : 2021 avait profité de l'irréductible Astérix.. Le manga, de son côté, continue son expansion avec une progression de 2 % au regard de l’année précédente.

27/01/2023, 19:12

ActuaLitté

Remontés à la surface, des dessins de Riad Sattouf mis en cause

FIBD23 – Le 50e anniversaire du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême est définitivement mouvementé. L’événement se remettait à peine de l'affaire Vivès, mais de nouvelles accusations jaillissent. Des dessins qualifiés de « fantasmes sur des enfants » entachent d’autant plus le FIBD que l’auteur visé est Riad Sattouf – tout juste nommé lauréat du Grand Prix du festival.

27/01/2023, 19:03

ActuaLitté

En 2022, l’édition italienne atteint 1,671 milliard €

En baisse par rapport à 2021, mais en croissance si l’on prend 2019 en référentiel : l’année 2022 se présente comme mi-figue, mi-raison. Les libraires physiques sont en reprise, le numérique est en baisse, et le fonds a finalement conquis les lecteurs. Cependant, la crise de l’énergie et l’inflation jettent une ombre sur les données… 

27/01/2023, 16:59

ActuaLitté

Titre culte de la BD, le journal Tintin revient pour un hommage collectif

FIBD23 – Les éditions Le Lombard profitent du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême pour annoncer le retour d'une revue historique du 9e art. Le journal Tintin, dont le dernier numéro remonte à 1988, se rappellera au bon souvenir des amateurs le temps d'une parution unique, mais conséquente, de 400 pages.

27/01/2023, 16:13

ActuaLitté

Joan Didion et John Gregory Dunne, réunis par les archives

La New York Public Library réunira dans ses collections patrimoniales Joan Didion et John Gregory Dunne, couple littéraire de la modernité américaine. L'autrice américaine, décédée en 2021, avait fait le deuil de son époux, mort en 2003, dans L'Année de la pensée magique (2007, Grasset, traduit par Pierre Demarty).

27/01/2023, 14:50

ActuaLitté

"Avant d'être les imprimeurs Geca, nous sommes lecteurs"

Geca Industrie Grafiche est une imprimerie située à la périphérie de Milan ainsi que l'un des imprimeurs de référence pour les éditeurs indépendants. Afin d'imprimer et promouvoir leurs livres, en 2019 elle crée Rotobook qui permet des tirages efficaces de 500 à 3000 exemplaires.  

27/01/2023, 14:47

ActuaLitté

Hélène Conand s'occupera de la communication au SNE

Hélène Conand a pris le 23 janvier 2023 ses fonctions de Directrice de la communication du Syndicat national de l’édition. Au SNE, elle accompagnera le Président et le Directeur général dans la stratégie de communication.

27/01/2023, 12:55

ActuaLitté

Suède : la bibliothèque nationale, terrain d'entrainement des IA

L'intelligence artificielle se fait dernièrement remarquer pour ses « œuvres » artistiques, mais, avant l'image, elle jouait avec des textes. Les applications ne manquent pas, notamment dans le domaine de la recherche. Et, pour alimenter les modèles technologiques, quoi de mieux qu'une bibliothèque et ses collections ?

27/01/2023, 12:09

ActuaLitté

Au diable vauvert : Lucas Galian en renfort pour le commercial

Lucas Galian a rejoint lundi 23 janvier, les éditions Au diable vauvert au poste d’Assistant commercial et assistera Nathalie Païno, la Directrice commerciale.

26/01/2023, 16:23

ActuaLitté

Viol d'une esclave : “une scène ni gratuite ni complaisante” pour Antoine Gallimard

Une enseignante du collège Saint-François d’Assise (Yvelines) avait donné l’alerte. Et dans un courrier rageur, signé par consœurs et confrères, Antoine Gallimard était interpellé. En cause, un « viol […] tout à fait explicite » dans un roman, recommandé pour les 9/12 ans. La réponse de l’éditeur, adressée aux enseignants, vient de parvenir à ActuaLitté.

26/01/2023, 14:38

ActuaLitté

Traducteurs, ces artistes du verbe : une histoire de la traduction en 120 portraits

Cette histoire de la traduction présente 120 traducteurs et traductrices par ordre chronologique - de l’Antiquité au XXe siècle. Rédigée avec l’aide de Wikipédia, elle inclut de nombreuses traductrices qui, après avoir été anonymes ou cachées derrière un pseudonyme masculin, commencent à signer leurs traductions de leurs vrais noms au XVIe siècle.

26/01/2023, 14:33

ActuaLitté

BD : de l'initiation au décrochage, une offre encore méconnue

Profitant de l’ouverture de la grande messe du 9e art à Angoulême, le groupe Bande dessinée du Syndicat national de l’édition dévoile les conclusions de l’étude qualitative réalisée conjointement avec le cabinet Junior City. Elle se penche sur les pratiques et trajectoires des lecteurs de BD, met en avant les mécanismes d’entrée dans la lecture, les dynamiques de décrochage et les modalités d’influences qui agissent sur les plus jeunes, et sur les femmes en particulier. 

26/01/2023, 12:34

ActuaLitté

La Lituanie censure un conte pour enfants trop woke à son goût

Un ouvrage mettant en scène des relations homosexuelles subit les foudres lituaniennes : l’autrice, sous le pseudonyme de Madame Macaté, avait publié un livre pour enfants, avec six contes de fées originaux, bien qu’inspirés de récits traditionnels. Or, deux de ces contes mobilisèrent des associations de défense de la famille, pour qui le mariage n’existe qu’entre un papa et une maman. En avant !

26/01/2023, 10:59

ActuaLitté

Comment faire la rédaction d'un rapport de stage ?

Les Conseils, les astuces et les recommandations pour réussir l'écriture de votre rapport de stage.

26/01/2023, 10:50

ActuaLitté

Donald Trump menace (encore) un auteur et son éditeur

L'ex-président du pays de la liberté d'expression n'a pas perdu ses bonnes habitudes. L'ancien procureur de New York, Mark Pomerantz, et l'éditeur de son livre à paraître, Simon & Schuster, ont reçu une missive salée, signée par l'avocat de Donald Trump. Ce dernier menace de poursuites judiciaires l'auteur et la maison, si l'ouvrage People vs. Donald Trump: An Inside Account venait à paraître. Le titre porte sur la gestion financière de l'empire Trump...

26/01/2023, 09:38

ActuaLitté

Pôle Emploi, ennemi de la langue française ?

Pôle Emploi n’a qu’à bien se tenir. Dans un communiqué, l’association Défense de la langue française en pays de Savoie annonce engager un recours gracieux contre l'établissement public. La raison ? Des usages d'anglicismes qui « bafouent la loi du 4 août 1994 » de protection de la langue française et se feraient ainsi le relais de « l’impérialisme culturel anglo-saxon ». 

25/01/2023, 15:53

ActuaLitté

Baisse des ventes de logiciels métier aux bibliothèques, en 2022

La société de conseil Tosca consultants publie sa traditionnelle enquête annuelle des logiciels métier en bibliothèques, marquée, pour sa 29e édition, par une baisse des ventes, en volume, au cours de l'année passée. 31 fournisseurs ont participé à cette enquête 2023, représentant environ 98 % du marché français.

25/01/2023, 12:31

ActuaLitté

Dalaili Mouhamadi élu président de l'agence régionale du livre de Mayotte

Le 23 novembre 2022, à Dembéni, les membres de la structure associative derrière l'Agence Régionale du Livre et de la Lecture de Mayotte se sont réunis en assemblée générale pour procéder à l'élection d'un nouveau bureau. Dalaili Mouhamadi a été élu président de l'ARLL.

25/01/2023, 10:27

ActuaLitté

Comment dire tote bag en français, et autres questions de modeux

Dans le domaine du vocabulaire, l'usage fait rapidement loi : aussi le tote bag, accessoire pratique ou pièce de mode, s'est invité dans nos penderies et entrées. Pensé pour remplacer les polluants sacs plastiques, il s'est multiplié à mesure que l'on oubliait ses conditions et son lieu de fabrication, pas vraiment écologiques non plus... Quoi qu'il en soit, un équivalent français est désormais disponible pour le désigner.

25/01/2023, 10:08

ActuaLitté

En France, les industries culturelles gardent la tête haute

Une année 2022 douloureuse, pour le monde de la culture ? Les chiffres que communique le ministère de la Culture tendraient à le réfuter : avec une hausse de 2,6 milliards € sur le troisième trimestre 2022, les industries affichent 13 % d’augmentation. Mais le diable est dans les détails…

24/01/2023, 18:06