#Librairie

“Le livre est en danger” : l'édition demande 500 millions € à Emmanuel Macron

Dans un texte largement signé par l’interprofession, la filière livre interpelle le président de la République. Emmanuel Macron, plongeant la France dans le confinement, avait eu cette injonction : « Lisez ! » Mais au terme de deux mois de panique et d’inquiétude, l’industrie du livre en appelle aux pouvoirs publics.

Le 23/05/2020 à 08:38 par Nicolas Gary

13 Réactions |

Publié le :

23/05/2020 à 08:38

Nicolas Gary

13

Commentaires

Partager cet article sur Linkedin Partager cet article par mail Imprimer cet article
ActuaLitté

500 millions €, c’est la somme nécessaire pour « traverser cette crise, non sans dommages, mais avec l’assurance de pouvoir simplement redémarrer ». La pétition, adressée au président, souligne la nécessité de travailler communément avec les services de l’Etat à un « plan de relance d’ampleur ».

Et d’énumérer plusieurs modalités : « [U]ne politique résolue de soutien à l’offre, subventions, prêts, exonération de charges sociales et de taxes… et par une amplification ponctuelle de la demande, avec des commandes massives par les bibliothèques et des opérations d’envergure liées au Pass-Culture et au Chèque Lire. »

Le projet fédère l’ensemble de la chaîne : auteurs, éditeurs, libraires, qui depuis deux mois, sont en relation directe avec le ministère de la Culture, « dans un vrai esprit de concertation ». Mais pour que les échanges aboutissent, assurent-ils, il faudra « une aide à la hauteur des 500 millions d’euros de pertes que la filière va subir ».

La filière déplore d’ailleurs que le 6 mai, durant la présentation remarquée pour sa remarquable orientation jambon/fromage, le président n’ait choisi « de ne plus parler des livres ni de celles et de ceux qui les écrivent, les traduisent, les éditent et les vendent ». 

Comment se faisait-il que depuis l’heure d’une invitation à la lecture originelle, plus un mot ne soit adressé à l’attention de la filière ? Les chiffres sont pourtant là pour démontrer que la crise a fait de sérieux dégâts : fermeture des librairies, avec perte « de la quasi-totalité de leur chiffre d’affaires et de plus de 80 % pour les maisons d’édition ». 

Les autres métiers n’ont pas moins souffert — diffusion, distribution, imprimeurs, « lourdement impactés ». Et en première ligne, les auteurs, « privés de ventes de livres et de rencontres rémunérées, connaissent une perte de revenus sans précédent ». Illustrateurs, traducteurs, tout le monde a été frappé, avec cette conclusion : « Le monde du livre est en danger. »

«L’Etat se doit d’empêcher l’effondrement de cette filière vitale pour toute notre société ; et elle tient sa force des talents et des structures les plus divers. [...] Vous avez eu raison d’inviter les Français à lire pendant cette période de confinement. Aidez-nous maintenant à ce qu’ils puissent continuer à le faire à l’avenir, au nom des mêmes valeurs de qualité et de diversité, en maintenant en vie un secteur fragile, aujourd’hui en grand péril. »

Et la situation d'autant plus tendue qu'en milieu de semaine, le ministre de la Culture, Franck Riester, a donné chaud à toute la profession : à l'Assemblée nationale, il annonce 100 millions € « notamment pour les éditeurs », avant de se rétracter étrangement sur Twitter dans la foulée.

Et pourtant, dans les coulisses...

Sollicité par ActuaLitté, le président du Syndicat national de l’édition, Vincent Montagne, indique qu’il s’agit là d’un « appel pour faire entendre toute la filière, ses craintes et ses besoins ». Les 500 millions € estimés par les professionnels réunis au sein de France Creative seront la véritable bouffée d’oxygène pour l’industrie — bien au-delà des 5 millions € que le Centre national du livre avait voté en aide d’urgence. « L'objectif est d'apporter à nos entreprises les moyens d'être toujours présentes dans 12 ou 18 mois ! » Et d'obtenir de l'État un véritable engagement, donc.

« Se tourner vers l’État, évidemment, toutes les industries le font, c’est impératif », nous indique un membre du SNE. Et de poursuivre : « Cependant, le choix de la fermeture totale des librairies était une erreur. Et le positionnement trop ferme du Syndicat de la librairie française, regretté par Jack Lang — le ministre de la loi sur le prix unique, tout de même — n’a aidé personne. »

On reconnaît dans le même temps « le colossal travail fourni durant les jours du confinement » – une infolettre très régulière sur les évolutions, les points d'étape, l'évolutions des échanges et discussions ou encore le suivi logistique et juridique, dès le 15 mars.

D'autres ont écouté avec attention « le silence assourdissant du SNE », durant cette période. « Des discussions ouvertes pour aménager l’ouverture des librairies, leur apporter un soutien spécifique, afin de garantir une ouverture sécurisée et minimale n’ont en fait pas abouti », note avec prudence un proche du dossier. « Peut-être que le SNE aurait pu se manifester un peu plus, en effet », ajoute avec un rictus un éditeur membre du syndicat.

Les libraires eux-mêmes n’ont en effet pas tous goûté la position adoptée par le SLF — tout particulièrement après que le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a tendu la main. Soutenue par une partie des libraires adhérents, cette décision de fermeture complète n’a pour autant pas fait l’unanimité. Et même les libraires ayant soutenu la décision du Syndicat ont fini par mettre en place des solutions de repli.

librairie distanciation
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

D’autres nuancent, en évoquant le travail de rapprochement entre le SLF et la distribution — avec des lignes rouges à ne pas franchir, « pour éviter les risques d’entente ». Exercice délicat, attendu que nombre de membres du bureau sont également aux commandes de structure de diffusion/distribution, justement. Mais comme on s’accorde à le reconnaître, « les échanges sont parfois compliqués — et peu lisible depuis l’extérieur —, même si la communication semble lisse ». Avec cette conclusion : « Nous avons vécu une période inédite et complexe, comme jamais. » 

Pour un libraire du sud de la France, « le risque véritable, c’est qu’après ce camouflet, où le Syndicat a mis un terme à toute discussion possible, l’État nous sourit gentiment, moins prompt à écouter les doléances ». Il poursuit : « La prudence était de mise, dans les premiers jours du confinement, évidemment, mais par la suite, avoir refusé un dialogue pourrait avoir des conséquences. » Non que l'État refuse la demande d'aide, mais peut-être qu'il se montrerait moins sensible.

Avant d'ajouter : « La preuve, c'est que finalement, tout le monde a tenté de se lancer dans le drive ou le click and collect, progressivement. Il n'était pas question de réouvrir comme des brutes, mais d'accepter de discuter... C’était tout de même une occasion unique – et manquée ? – pour nous, avec la fermeture des entrepôts d’Amazon, et les difficultés que l’on connaît chez Fnac. »

L’appel est désormais lancé, à l’attention de l’Élysée. Et les doigts sont croisés.

La Lettre ouverte est parue dans Le Monde, réunissant 635 auteurs, éditeurs et libraires. Pas de chance, il faudra être abonné pour la consulter.

mise à jour 12 h 57 : 

Un communiqué collectif, émanant du Conseil Permanent des Écrivains, du Syndicat national de l’édition et du Syndicat de la librairie française accompagne le texte de la pétition. Il est reproduit ci-dessous dans son intégralité.

L’ensemble de la chaîne du Livre se mobilise ainsi de manière solidaire parce que c’est tout le secteur qui est en péril. Si un plan de relance ambitieux en faveur du livre et de la lecture n’est pas enclenché, de nombreux acteurs vont disparaître, d’autres vont devoir lutter pour seulement survivre. Au-delà du désastre économique, cette atteinte à la diversité et au dynamisme de la filière aura des conséquences sociales et culturelles pour tous les Français et pour longtemps.

Cet appel est le fruit d’une inquiétude largement partagée : au milieu du concert de déclarations, de promesses, d’annonces, le livre fait figure de grand oublié. Il faut prendre la mesure réelle du danger : le recours aux prêts, même garantis, est une solution, mais partielle et il faudra les rembourser. Par ailleurs, le montant prévu de cinq millions d’euros apporté par le Centre national du livre est tout à fait insuffisant.

Il est absolument indispensable de fournir au monde du livre une aide de plusieurs centaines de millions d’euros pour traverser cette crise, non sans dommages, mais avec l’assurance de pouvoir simplement redémarrer, une aide à la hauteur des pertes que la filière va subir. C’est maintenant ou jamais.

Des pistes ont été proposées, notamment les exonérations totales de charges, d’autres mesures comme le chèque Lire ou un Pass lecture sont aussi à l’étude.

Cette tribune solidaire est là pour que les déclarations et les idées se concrétisent. Elle parle d’une seule voix et elle parle fort car tous les maillons de notre chaîne sont interdépendants. Cet appel est une urgence absolue.

illustration : Emmanuel Macron, capture d'écran

13 Commentaires

 

Dominick

23/05/2020 à 15:17

La filière du livre est en danger bien avant le confinement, et les appels pour sauver certain-es, serait juste une perfusion financière sur du cours terme.
Nous avons d'autres filières de financement, mais il faudrait accepter d'être sur du renoncement d'adéquations qui n'ont plus lieu d'être.
J'ai à maintes reprises annoncer le déclin de l'édition par des facteurs qui l'amène progressivement, ce déclin.
Le premier renoncement serait le prêt gratuit en bibliothèques- j'ai déjà fait assez de commentaires sans avoir à revenir dessus, % serait pour un fonds de solidarité national, un % pour l'achat, enfin un % pour faire faire des interventions d'auteur-es, régionaux, nationaux  - Si à 'encontre les médiathèques devaient d'être la bouffé d'oxygène en achetant massivement, les principaux bénéficiaires seraient  (encore ) les entreprises gérées par des consortiums. Par l'impact de cet investissement, seraient bénéficiaires, les auteur-es de ces maisons sachant que peu sont des vrais professionnels vivants de leur littérature, que sont les écrivain-es, les Bédéistes, les illustrateur-trices.
Ce plan de restructuration n'incluant pas forcement tous les indépendants, qui sont eux, plus fragilisés par cette crise, alors que c'est peut-être vers eux et en priorité, que devrait se tourner le gvt, car l'emploi dans ce secteur est primordial pour l'économie locale et nationale.
Hors ces achats massifs pour ces entreprises via des subventions, reviendraient à différencier les contributeurs à l'impôt en fonction de leur importance. L'abolition du prêt gratuit serait une solution, car il devient urgent d'arrêter cette mascarade du fameux argu qui indiquerait que la culture doit être accessible à tous - Cependant  n'écartant la probabilité que les plus démunis auraient une garantie de prêt gratuit- , l'autre plus complexe, c'est d'envisager une meilleur régulation du marché de l'occasion géré par des sociétés.
Envisager d'obliger ces sociétés à reverser un % à un organisme tel le CNL, SNL SOFIA, qui serait garant d'un fonds de solidarité pour tous les éditeurs, auteur-es France. Ce fonds solidaire alimenté par un % sur du prêt payant et du marché de l'occasion, serait là une meilleure condition équitable que de puiser dans ces subventions alimentées par l'impôt.
Un seul facteur restant la régularisation de l'édition, le flux important de parutions fait qu'à ce jour, nous avons plus de livres que nous pourrons avoir de lecteurs pour les lire.
Je défie quiconque d'interdire à un auteur, une maison d'édition, de faire le ménage pour que cette masse importante qui étouffe le marché du livre, ne devienne qu'un petit tas de livres, désengorgeant ce marché.
Des auteur-es préconisent cette solution, mais nous pourrions rétorquer : Pourquoi ne seriez vous pas par celui que cette régularisation se fasse ?
Bref, ce débat des sujets récurrents, mais où chacun ne veut s'impliquer.
Il est vrai qu'il est plus facile de demander un chèque que de balayer devant les écuries d'Augias, afin de nettoyer les besoins d'une seule mouvance éditoriale qui déjà règne, maîtresse du marché.N'oublions que l'après-confinement qui s'annonce en pas feutrés, va pour l'instant, être bénéfique pour ces maisons d'éditions et par ricochet, à leurs auteur-es, tandis que les faillites sont en train de se prononcer pour nombre d'entre nous.L'espèce de l'édition de région est bien en voie de disparition, mais ne sera pas un vecteur régulant le marché, mais en sera l'un des tranchants du couteau.Ce tranchant sera celui qui coupera la veine de l'édition inondant encore plus abondamment l'auto-édition sauvage et l'éclosion de toutes ces sociétés qui sont déjà pléthore et à l'affut de bonnes affaires livresques.Donc, je crois que cet appel, n'étant que pour une seule filière, sera peut-être la mise à mort de la nôtre.
  
"Le livre,la plus belle conquête du lecteur. "

M, l'éditeur

Dominick

23/05/2020 à 15:29

Il est dommage que je laissa passer quelques fautes d'orthographe, parfois le geste est plus rapide que la pensée et je n'ai pensé que j'ai trop vite poseter mon commentaire. Mais l'idée est postée. Merci
Donc relu :
La filière du livre est en danger bien avant le confinement, et les appels pour sauver certain-es, serait juste une perfusion financière sur du cours terme.
Nous avons d'autres filières de financement, mais il faudrait accepter d'être sur du renoncement d'adéquations qui n'ont plus lieu d'être.
J'ai à maintes reprises annoncer le déclin de l'édition par des facteurs qui l'amène progressivement, ce déclin.
Le premier renoncement serait le prêt gratuit en bibliothèques- j'ai déjà fait assez de commentaires sans avoir à revenir dessus, % serait pour un fonds de solidarité national, un % pour l'achat, enfin un % pour faire faire des interventions d'auteur-es, régionaux, nationaux  - Si à 'encontre les médiathèques devaient d'être la bouffé d'oxygène en achetant massivement, les principaux bénéficiaires seraient  (encore ) les entreprises gérées par des consortiums. Par l'impact de cet investissement, seraient bénéficiaires, les auteur-es de ces maisons sachant que peu sont des vrais professionnels vivants de leur littérature, que sont les écrivain-es, les Bédéistes, les illustrateur-trices.
Ce plan de restructuration n'incluant pas forcement tous les indépendants, qui sont eux, plus fragilisés par cette crise, alors que c'est peut-être vers eux et en priorité, que devrait se tourner le gvt, car l'emploi dans ce secteur est primordial pour l'économie locale et nationale.
Hors ces achats massifs pour ces entreprises via des subventions, reviendraient à différencier les contributeurs à l'impôt en fonction de leur importance. L'abolition du prêt gratuit serait une solution, car il devient urgent d'arrêter cette mascarade du fameux argu qui indiquerait que la culture doit être accessible à tous - Cependant  n'écartant la probabilité que les plus démunis auraient une garantie de prêt gratuit- , l'autre plus complexe, c'est d'envisager une meilleur régulation du marché de l'occasion géré par des sociétés.
Envisager d'obliger ces sociétés à reverser un % à un organisme tel le CNL, SNL SOFIA, qui serait garant d'un fonds de solidarité pour tous les éditeurs, auteur-es France. Ce fonds solidaire alimenté par un % sur du prêt payant et du marché de l'occasion, serait là une meilleure condition équitable que de puiser dans ces subventions alimentées par l'impôt.
Un seul facteur restant la régularisation de l'édition, le flux important de parutions fait qu'à ce jour, nous avons plus de livres que nous pourrons avoir de lecteurs pour les lire.
Je défie quiconque d'interdire à un auteur, une maison d'édition, de faire le ménage pour que cette masse importante qui étouffe le marché du livre, ne devienne qu'un petit tas de livres, désengorgeant ce marché.
Des auteur-es préconisent cette solution, mais nous pourrions rétorquer : Pourquoi ne seriez vous pas par celui que cette régularisation se fasse ?
Bref, ce débat des sujets récurrents, mais où chacun ne veut s'impliquer.
Il est vrai qu'il est plus facile de demander un chèque que de balayer devant les écuries d'Augias, afin de nettoyer les besoins d'une seule mouvance éditoriale qui déjà règne, maîtresse du marché.N'oublions que l'après-confinement qui s'annonce en pas feutrés, va pour l'instant, être bénéfique pour ces maisons d'éditions et par ricochet, à leurs auteur-es, tandis que les faillites sont en train de se prononcer pour nombre d'entre nous.L'espèce de l'édition de région est bien en voie de disparition, mais ne sera pas un vecteur régulant le marché, mais en sera l'un des tranchants du couteau.Ce tranchant sera celui qui coupera la veine de l'édition inondant encore plus abondamment l'auto-édition sauvage et l'éclosion de toutes ces sociétés qui sont déjà pléthore et à l'affut de bonnes affaires livresques.Donc, je crois que cet appel, n'étant que pour une seule filière, sera peut-être la mise à mort de la nôtre.
  
"Le livre,la plus belle conquête du lecteur. "

M, l'éditeur

Marc Georges

24/05/2020 à 15:13

Bonjour,

Je partage une grande partie de vos propos.

Mais je pense qu'avant de demander (plutôt de quémander) une aide publique, peut-etre serait-il plus efficace de réfléchir sur le partage de la valeur ajoutée entre les auteurs, les éditeurs et les libraires. Peut-etre serait-il temps de reformer la loi Lang, pour que son principal bénéficiaire ne soit pas Amazon. "Un prix de vente imposé et unique avec des marges d'achat négociables", tous les jours le boss d'Amazon France doit mettre un cierge à l'église en disant "pourvu que cela dure". Peut-etre faut-il réfléchir au métier de libraire, pour que celui-ci cesse de glisser vers l'uniformisation de l'offre et la prépondérance de la logistique. A itre d'exemple, je suis effaré par les discours élogieux de certains confrères sur Le "click and collect" (mesure d'urgence dont je comprends les raisons face la situation). Ce systéme est la mort assurée du libraire, ou au mieux la transformation des librairies en "librairies-garage". En réalité, tous ces discours pour sauver le soldat librairie et sa chaîne, ne vise qu'à défendre une rente "un livre s’achète dans une librairie". L'Amazon bashing est plus destructeur que constructif. Tous les clients d'Amazon se sentent montrer du doigts et donc fuient les librairies. Mais ce bashing est plus aisé qu'une remise en cause de notre mode de fonctionnement.

Ce qui me désole dans tous les propos des différents représentants de la chaîne du livre, c'est qu'il y a beaucoup de pleurs, de quémandes, de torts distribués aux autres (La Poste, Amazon, les collectivités publiques, ...), mais jamais de remise en cause du mode de fonctionnement de cette chaîne du livre et de ses métiers.

Marc Georges
La Demeure du Livre

Michel

23/05/2020 à 16:12

Que Monsieur Gallimard et cie commencent par reverser aux associations de lutte contre la pédocriminalité les millions d'euros touchés grâce à la vente du Journal de M. le grand pédophile, j'ai nommé Matzneff !!! Après vous pourrez quémander...

R. Raynal

23/05/2020 à 18:38

"Le livre est en danger" ou "Galligrasseuil est en danger" ?

Les auteurs, modulo la poignée de happy few qui vivent exclusivement de leur plume, ont tous, grâce à la pingrerie des gros de l'édition, un autre travail, et c'est heureux (pour une fois la touchante avarice des gros éditeurs qui, avec une unanimité confondante digne d'un cartel, accordent tous à leurs auteurs un généreux 8% avec force rictus douloureux aura servi à quelque chose).

Les petits éditeurs, à l'espérance de vie d'une Ephémère, ont toujours dansé sur le fil du rasoir. Ce sont eux qui sont habitués à vivre sous la pression du risque, ce qui explique que la grande majorité de nos amis libraires les évitent soigneusement.

Les auto-édités, eux, dont tous les vrais, les purs, les bons, les fous du zen et les marquis à bleu cordon savent qu'ils ne constituent qu'une masse grouillante de plébéiens incultes incapables d'aligner trois mots, ne sont de toute façon pas concerné par l'éventuelle chute de la maison Madrigal.

Bon, évidemment, les copains journalistes, politiciens, Star du petit et grand écran, les fils & filles de, les rejetons d'ambassadeurs ou de barons adeptes des fêtes (toujours un succès!) où s'empilent les Ferreros, les "ex" au carnet d'adresse bien rempli ou aux tontons bien en cours inonderont peut-être moins les officines survivantes de leurs indispensables proses germanopratines. Beaucoup de noms ("dont pas un ne mourra !") y perdront ce que la littérature, si tant est qu'elle ait jamais existé, y gagnera peut-être.

Peut-être assistera t'on à quelques "légers" ajustements, comme par exemple le développement de l'impression à la demande ("Adieu, Pilon, je t'aimais bien..."), parfois même dans la librairie elle même (et donc la fin du transport physique de livres imprimés sur place en quelques minutes devant le client-lecteur, qui pourrait même — la population vieillissant — choisir sa taille de caractère et sa pagination ; tiens, une idée que je lance comme ça, hein...) Mince, les libraires échapperaient à la gestion des retours et auraient plus de temps pour lire et sélectionner leurs produits, et ce serait la fin de la diffusion contrôlée par... Hem, Hum... Quelque chose me dit que les Grands éditeurs ont sentit le vent du boulet...

Pour l'énorme majorité des auteurs méprisés et sous payés par de grandes structures au fonctionnement archaïque qui jamais n'ont voulu se remettre en cause (qui, de nos jours, paye ses "fournisseurs" une fois l'an, sans aucune visibilité sur la progression de leurs ventes et donc sans aucune information sur leur éventuel revenu ?), nous allons vivre de très riches heures qui viendront enluminer les rudes et mornes journées de nos existences...

Antoine

23/05/2020 à 18:49

L'ensemble de la filière ? Signé par le CPE qui ne représente rien ? Et quoi pour les auteurs ?

koinsky

24/05/2020 à 06:27

La pandémie aura eu au moins le mérite de faire sortir du bois les loups de la chaîne du livre qui avaient pris la fâcheuse habitude de se servir grassement sur la bête. Désormais ils sont à découvert. Vulnérables, ils vont devoir réduire leur part scandaleuse du gâteau s'ils veulent survivre.

Pounon

24/05/2020 à 07:50

Je fais partie dela masse "grouillante et inculte" des auto-édités depuis plus de 13 ans et je me vois mal aller proposer mes titres aux libraires que je connais, sensibles peut-être aux 30 % ma remise sans avance sans gestion de stock et retours,.Je me contenterai des petits salons de campagne où l'on s'embrasse, casse la croute, sans couvrir les frais de route et d'inscription. La plèbe vous salue avec son masque. PS: je lis plus de 2,5 livres par an pour ma culture personnelle et par amitié avec les auteurs "les vrais". LOL

R. Raynal

24/05/2020 à 13:52

Attention, ami Pounon, frère en noircissement de pages, n'aurais-je pas été assez obscur ?
Je fais moi aussi parti du même panier de crabes toisé de haut par la haute noblesse de la rive gauche de l'écriture... À Plébéien, plébéien et demi !

pounon

24/05/2020 à 15:58

J'avais compris l'ironie du propos mais foin de jérémiades, nous assumons notre statut pour la postérité,
je travaille sur mon dix-huitième livre pour cet hiver peut-être ?

Dominick

24/05/2020 à 18:41

Réponse à ce Collectif d'éditeurs, auteurs et libraires qui lance une alerte sur la filière du livre, réclamant 500 millions d'€ à M.Macron -

Avant de vouloir sauver la filière du livre,
il faudrait d'abord penser à sauver le livre !

Perdu dans la bourrasque d'une édition démembrée,
le livre sombre dans le marasme de ces turpitudes du tout édité.

L'hémorragie devient impossible à juguler.

Avant de réclamer sur du court terme, ne serait-il pas possible d'apporter des réponses pour le long terme ?

La filière du livre est à un tournant de son histoire, se trouvant à la croisée de plusieurs chemins, pris par d'autres filières qui vont faire exploser le monde du livre, en ces morceaux que jamais nous ne pourront recoller.

Je reste persuadé que certains se gaussent de ces commentaires qui, pourtant, reposent sur du prévisionnel basé sur de l'analytique écrite, lorsque je faisais parti de la Charte, puis ensuite de la Ligue.

Vous riiez alors,
mais qui commencent à pleurer maintenant ?

Non que je veuille m'en réjouir, cela serait déplaisant, mais à la différence envers les rieurs, je n'eus l'égotisme qui me fit un rempart sur la clairvoyance des faits.

Sauvez le livre, avant de vouloir vous sauver,
cela siérait mieux à nos métiers.

Merci
Cordialement

baba

25/05/2020 à 08:30

ourquoi n'y a-t-il pas de ministère de la Culture aux États-Unis Comment peut-on reprocher à la gris aux Américains leur impérialisme culturel et leur absence de culture ? Pour comprendre ces paradoxes, Frédéric Martel a entrepris une grande enquête, sans précédent. À partir des archives inédites et de sept cents entretiens dans trente-cinq États, il reconstitue la politique culturelle américaine, de, John F Kennedy à Barack Obama. Ce faisant, il décrypte aussi le fonctionnement de la philanthropie, des fondations, du mécénat et met au jour le rôle central du gouvernement, la mission artistique des universités et la diversité culturelle américaine. Un système global et complexe apparaît alors, particulièrement efficace et totalement méconnu : si le Ministère de la Culture n'est nulle part, la vie culturelle est partout. Ce tableau, riche en nuances, ébranle nos certitudes; il reflète, en miroir, les contradictions, entre mythes et réalités, de notre propre système culturel. Depuis sa parution, De la culture en Amérique est devenu un ouvrage de référence sur les politiques culturelles en général et sur les États-Unis en particulier. Il a été traduit et discuté dans de nombreux pays

Droit biblio

25/05/2020 à 08:34

Et si l'on commençait à appliquer correctement les droits de bibliothèque ?
Un auteur n'est pas capable de connaître quelle biblio achète ou possède son ou ses livres, reçoit un décompte de droit des années après les achats (en vrac, bien entendu, sans possibilité de vérifier)... quand il le reçoit, car en général, il faut relancer bien des éditeurs qui « oublie » de vous envoyer une lettre (il faut les comprendre : envoyer une lettre à 3€ pour verser 90 centimes (sic) à un auteur a de quoi décourager bien des capitalistes acharnés !)
Avant de réformer un système, commençons par élaguer et y voir clair. Paiement dans l'année (trop dur avec l'informatique, comme les droits d'auteurs... mensuels !), décompte par biblio et département, etc.
C'est sûr que ce serait une révolution... qui ne coûterait pas 500 millions mais qui permettrait d'éclaircir le marigot dans lequel baigne les auteurs !

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Face à l'urgence climatique, faire bonne impression

Dans une mobilisation sans précédent, les membres du World Print & Communication Forum (WPCF), organisation mondiale d'imprimeur, ont déclaré leur engagement à réduire significativement l'empreinte carbone de l'industrie graphique. Face à l'urgence climatique et à la prise de conscience accrue du public concernant les enjeux environnementaux, l'initiative du WPCF pourrait marquer un tournant important pour le secteur de l'imprimerie, consommateur intensif de ressources.

14/02/2024, 13:15

ActuaLitté

Après une cyberattaque dévastatrice, le distributeur Socadis reprend ses activités

Socadis (Madrigall), un des principaux distributeurs de livres au Canada, a été victime, le 17 décembre dernier, d'une cyberattaque qui a autant révélé la vulnérabilité de sa sécurité informatique, qu'elle l'a contrainte de suspendre toutes ses activités. Il aura fallu attendre début janvier pour que le responsable de la distribution d'éditeurs tels que La Pastèque, Fides, Ulysse ou des groupes Flammarion et Editis au Québec, annonce le retour progressif de ses services.

06/02/2024, 13:05

ActuaLitté

Le distributeur allemand Bookwire investit l'Italie avec Bookrepublic

Le distributeur allemand Bookwire, qui fournit des solutions logicielles de production, de suivi des ventes et de marketing à ses partenaires éditeurs, annonce son entrée sur le marché italien avec l'acquisition des activités de distribution de Bookrepublic, axées sur le livre numérique.

02/02/2024, 11:17

ActuaLitté

Editis s'appuie sur AZAP pour optimiser la distribution Interforum

Interforum - Editis, distributeur de livres pour plus de 300 éditeurs et 13.700 points de ventes, a fait appel à AZAP, éditeur et intégrateur de logiciels de pilotage et d’optimisation des flux de la Supply Chain, pour mettre en œuvre un nouveau service de la Gestion Partagée des Approvisionnements de magasins. Cette collaboration fructueuse a permis aux enseignes concernées d’augmenter leur part de marché de 6 points, tout en réduisant dans les mêmes proportions les retours et le niveau de stock.

23/01/2024, 13:27

ActuaLitté

MDS Benelux en sursis : “Nous avons plongé dans le rouge”

Le distributeur MDS Benelux, filiale du groupe Média-Participations, se trouve dans une posture délicate, au point d'évoquer la possible cessation de ses activités, lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire. En cause, une situation économique complexe, aggravée par le départ d'un client néerlandophone important.

17/01/2024, 16:28

ActuaLitté

Hachette annule le déménagement de sa distribution, pour l'instant

En février dernier, Hachette annonçait que les plus de 600 salariés installés dans les Yvelines déménageraient courant 2026 dans la commune de Germainville, en Eure-et-Loir. Le groupe nous confirme une information révélée par Les Échos : il annule finalement son projet, initié par l'ancien directeur général d'Hachette Livre, Arnaud Nourry.

17/01/2024, 13:19

ActuaLitté

Les livres mettent-ils la planète en danger ?

Pour une autrice, un auteur, de même qu'une illustratrice ou un illustrateur jeunesse sensible aux questions d’écologie, le constat annuel est simple :  le volume de nouveautés publiées chaque année, à découvrir en salons ou librairies de même que le nombre d’exemplaires partis au pilon sur ses relevés de ventes interroge : nos livres détruiraient-ils la planète ? (Spoiler : pas tout à fait !)

03/11/2023, 17:46

ActuaLitté

En plein “désastre social”, y'a-t-il “un pilote chez Editis” ?

À quelques heures de la décision concernant le rachat d’Editis par CMI France, que l’on attend depuis hier, de la Commission européenne, le repreneur risque de déchanter. Au terme d’échanges houleux ce 31 octobre, on mesure combien le navire Editis et sa filiale Interforum voguent avec une direction qui a déserté. Dernier et sinistre rebondissement : un ralentissement de l’activité, avec pour conséquences un sévère coup de rabot sur les salariés.

31/10/2023, 13:08

ActuaLitté

La Générale Librest s'allie à Nosoli (Furet du Nord / Decitre)

Face aux défis à venir, les propriétaires de la GL, plus ou moins sexagénaires, passent la main en cédant la société au groupe Nosoli, acteur majeur et puissant de la distribution du livre, apte à lui assurer pérennité et développement.

20/10/2023, 16:26

ActuaLitté

Marc Levy introuvable en librairie : son roman menacé de grève

Les employés d'Editis envisagent de débrayer, et pas n’importe quand : à la parution du 25e opus de Marc Levy, La Symphonie des monstres, prévue ce 17 octobre. En empêchant la commercialisation du livre, les syndicats visent la direction d'Editis, pour la forcer à respecter les engagements salariaux pris. Car ces augmentations tardent toujours à se refléter sur les revenus. Et Marc Levy, servant d'otage, en fera donc les frais.

30/09/2023, 11:55

ActuaLitté

Les éditions du Cerf quitteront Interforum

Comptant parmi les principaux éditeurs religieux en France, Le Cerf annonçait leur arrivée chez Interforum au 1er janvier 2019. La filiale d'Editis aurait la charge de la diffusion et de la distribution de plus de 6000 ouvrages. Quatre ans plus tard, la maison a décidé de changer de crémerie.

24/08/2023, 22:45

ActuaLitté

Monica Irimia, de la librairie à la surdiffusion

Monica Irimia saute le pas : l’ancienne libraire pendant près de 15 ans est devenue « surdiffuseuse » au service du livre depuis février. Enfin, d’ouvrages en particulier, car il s’agit de ceux qui naissent dans cette partie du continent que les Français connaissent souvent si peu : l’Europe de l’Est. Monica Irimia provient elle-même de cette parcelle de la vieille Europe, puisqu’elle est originaire du pays d’Emil Cioran.

17/06/2023, 09:30

ActuaLitté

Anne Drouinaud est nommée Secrétaire Générale chez Hachette Livre

Hachette Livre a nommé Anne Drouinaud en tant que Secrétaire Générale du Programme de Transformation Polaris. Sous l’autorité de Philippe Lamotte, Directeur Général de la Branche Services et Opérations et Directeur de la Transformation, elle supervisera l’ambitieux programme Polaris du groupe Hachette Livre. Elle en dirigera les aspects financiers, juridiques, contractuels et de contrôle interne.

17/05/2023, 16:06

ActuaLitté

Auteurs, éditeurs : Amazon augmente ses coûts d'impression de livres

La crise d’approvisionnement du papier tend à se calmer depuis quelques mois. Les problématiques de stock s’apaisent également : tous les papiers sont peu ou prou disponibles. De fait, grincent certains, les ventes diminuent et les volumes de tirages se montreraient plus modestes. Or, pendant ce temps, Amazon révise certaines de ses conditions commerciales… pour la production de livres.

16/05/2023, 18:33

ActuaLitté

Le distributeur allemand Bookwire met ChatGPT au service des éditeurs

L'usage des technologies d'intelligence artificielle ne se limite pas à la génération d'œuvres littéraires, graphiques ou audiovisuelles : ChatGPT peut devenir l'allié d'un éditeur pour la mise en forme et la commercialisation d'un livre. Le distributeur allemand Bookwire en est persuadé, et a intégré l'outil dans sa solution logicielle.

04/05/2023, 11:38

ActuaLitté

Recyclivre enrichit sa plateforme en ligne Superway

En collaboration avec Origami Marketplace, Recyclivre améliore sa plateforme Superway créée l'année dernière. L’objectif étant de rendre l’économie circulaire plus attrayante en accompagnant « les vendeurs pour une consommation globale plus responsable ».

 

19/04/2023, 12:09

ActuaLitté

Label Emmaüs : repenser la loi Lang à l'aune des enjeux climatiques

#LabelEmmaus - Acheter, c’est voter. Partant de ce constat, Label Emmaüs transforme la vente en ligne en acte militant. Et s’appuie sur les livres pour conférer plus de poids à son action. « Un livre en ligne, plus éthique », voilà tout l’objet de la campagne qui s’ouvrira ce 18 avril. Ou favoriser la solidarité plus que la destruction de livres.

17/04/2023, 16:54

ActuaLitté

Sipour Box propose désormais des livres grands formats

Créé en 2021, Sipour Box poursuit sa lancée dans le marché des box littéraires. Cette année, elle ajoute une nouvelle offre, « La littéraire », avec des livres grand format d’auteurs moins connus par les lecteurs.

13/04/2023, 15:06

ActuaLitté

Papier : Christian Ribeyrolle nouveau Président de COPACEL

Au terme du Conseil d’Administration du 8 mars 2023, Christian Ribeyrolle, de la société RYAM, est devenu Président de COPACEL (Union Française des Industries des Cartons, Papiers et Celluloses), succédant ainsi à Philippe d’Adhémar de la société Sylvamo, qui occupait ce poste depuis le 21 mars 2019. 

09/03/2023, 14:28

ActuaLitté

Fnac quitte la Suisse allemande et mise tout sur le marché français

L’enseigne avait opté pour un développement à travers des corners implantés dans différents centres commerciaux du territoire de la confédération hélvétique. Changement de braquet radical : dix points de vente alémaniques fermeront. Et la stratégie se réoriente massivement vers l’espace francophone.

28/01/2023, 15:38

ActuaLitté

“Harcèlement et comportements inappropriés” chez Interforum  

La trêve des confiseurs n’avait pas commencé que les instances syndicales recevaient un rapport d’analyse. En cause, un « risque grave » dans le département Relations éditeurs d’Interforum — la filiale diffusion/distribution d’Editis. La procédure, déclenchée début octobre, s’était heurtée à quelques résistances.

29/12/2022, 15:17

ActuaLitté

Emme Promo Junior, nouveau service pour promouvoir l’édition jeunesse

Emme Promozione est une société italienne, créée en 2014 à partir d'une scission de la branche promotion de Messaggerie Libri, le principal distributeur italien. Elle est spécialisée dans les services de marketing, de communication et d'analyse de données, aux éditeurs. Suite au succès grandissant de la littérature jeunesse, elle vient de créer un nouveau service, appelé Emme Promo Junior, consacré à la promotion de l’édition pour enfants. 

19/12/2022, 15:33

ActuaLitté

Mr Tan & Co, nouvelle maison d'édition de Mortelle Adèle, signe avec Interforum

Exclusif - L’écrivain Antoine Dole, plus connu sous le nom de Mr. Tan à travers les bandes dessinées Mortelle Adèle, en collaboration avec Diane Le Feyer, a choisi l’indépendance. En créant sa propre maison d’édition, il a également signé avec le groupe Editis, confiant la diffusion-distribution à Interforum. La maison, baptisée Mr Tan & Co, a été fondée en août dernier, quelques mois après l'annonce du départ de Bayard.

16/12/2022, 10:46

ActuaLitté

Pierre Coursières élu président du Syndicat des Distributeurs de Loisirs Culturels

À l’issue de l’assemblée générale extraordinaire du 2 décembre 2022, les membres du SDLC ont élu à l’unanimité Pierre Coursières Président du Conseil Syndical. La durée du mandat est fixée à deux ans, les membres sortants sont rééligibles.

06/12/2022, 12:40

ActuaLitté

Appel à une grève nationale dans les magasins Cultura ce 3 décembre

Annoncé pour ce 3 décembre, période de plus en plus cruciale dans le commerce du livre, un vaste débrayage surviendra dans les magasins Cultura. La demande est simple : l’augmentation des salaires pour les employés revendique la CGT Cultura. De 15 à 17h, tous les personnels des boutiques sont invités à faire front ensemble.

02/12/2022, 16:41

ActuaLitté

À Tigery, les salariés d'Interforum demandent l'équité des primes

Ce lundi 21 novembre, une quarantaine de salariés du site Interforum de Tigery (Essonne) ont débrayé pour réclamer une plus grande équité entre les salariés des différents sites de la filiale du groupe Editis. À Malhesherbes, une prime transport sera en effet prochainement mise en place, et les employés de Tigery souhaitent eux aussi une révision des primes qui leur sont accordées.

23/11/2022, 15:17

ActuaLitté

Fédération de randonnée pédestre : la distribution, tout un cirque ?

À la suite d’une consultation menée au cours de l’année 2022, la FFRandonnée a renouvelé son contrat de partenariat avec la Sofédis, pour la diffusion et la distribution de son catalogue à partir du 1er janvier 2023. Un partenariat qui s’inscrit dans la stratégie déployée par la FFRandonnée depuis 2021. Les deux sociétés travailleront de concert jusqu'en 2026. 

04/11/2022, 10:58

ActuaLitté

France : Amazon se rêve désormais imprimeur de livres

Le jour de la fête des morts, la nouvelle aura quelque chose d’un brin sinistre : à Brétigny-sur-Orge (Essonne), ce 2 novembre, est inaugurée la première… imprimerie d’Amazon sur territoire français. Implanté dans son entrepôt logistique, il s’agit d’un déploiement, et non des moindres, dans le fonctionnement de l’entreprise.

01/11/2022, 10:04

ActuaLitté

Les éditions d'en bas arrivent en France et Belgique grâce à Serendip/Paon

Depuis 1976, les éditions d’en bas développent un catalogue engagé et militant. Elles explorent le champ du social à partir des marges de l’histoire, de la politique et de la société; elles font émerger des voix singulières et originales de destinées oubliées et des thématiques délaissées. Depuis 2001, elles ont renforcé le champ des publications aux littératures de Suisse et à la traduction. 

28/10/2022, 13:32

ActuaLitté

L'Imaginaire se fait la malle : quatre éditeurs quittent Média Participations

En août 2019, ActuaLitté dévoilait l’arrivée massive d’éditeurs chez Média Diffusion : Mnémos, les Moutons électriques et ActuSF, regroupés sous le collectif Les Indés de l’Imaginaire, marquaient ainsi une nouvelle étape dans leur développement. Et ce, deux ans après que Leha éditions avait choisi la diffusion/distribution du groupe. Mais en 2023, tout le monde part. 

28/10/2022, 11:06

ActuaLitté

Mort d'un ouvrier dans un entrepôt d'Amazon en Pologne : l'enquête interdite

10 heures de travail en une journée, voilà qui démontre bien l’intérêt porté aux salariés d’Amazon. Jean-Baptiste Malet a signé pour L’Humanité Magazine un nouveau reportage. Cette fois, c’est en Pologne qu’il s’est rendu pour constater les conditions de travail. Et ce, après le décès d’un salarié et le licenciement de la syndicaliste qui voulait trop en savoir sur les circonstances de ce drame…

11/10/2022, 11:52

ActuaLitté

Le développement de Feltrinelli, entre numérique et formation

Après un accord avec Kobo, Feltrinelli ajoute à son offre numérique, déjà très riche, un plan d'abonnement « all you can enjoy », et se positionne aux côtés d’acteurs déjà implantés en Italie, tels qu'Audible et Storytel. En même temps, une offre est proposée, via Feltrinelli Education, pour former les professionnels des industries créatives et culturelles. 

16/08/2022, 15:54

ActuaLitté

Neutralité carbone en 2040 : Amazon n'en prend pas le chemin 

Les promesses n’engagent généralement que ceux qui les gobent, avait assuré un connaisseur en la matière. Celles d’Amazon — ici pointées, mais assurément pas le seul en la matière — auront fait long feu. Malgré ses engagements visant à une neutralité carbone, la firme est parvenue à augmenter de 18 % ses émissions au cours de l’année 2021. De fait : la taille de son réseau de distribution a doublé au cours de la période.

02/08/2022, 15:03

ActuaLitté

Rachat dans le monde du podcast italien : Chora Media achète Will

En mars, Il Sole 24 Ore, quotidien économique et politique italien, avait annoncé cette opération, qui s’est concrétisée cet été et a donné naissance, pour citer le communiqué de presse, au « premier pôle italien d'information numérique native en audio et vidéo ».

21/07/2022, 15:22

ActuaLitté

Madrigall ouvre la commande urgente en 24h chez Union Distribution

RNL22 — À l'occasion des Rencontres nationales de la librairie, le groupe Madrigall a annoncé l'ouverture d'un service de commande en 24 heures pour les libraires indépendants. À l'aide d'un code, ils signaleront au distributeur une commande urgente, permettant de la prioriser.

03/07/2022, 18:01

ActuaLitté

Hugo Publishing quitte Interforum

Suite au rachat annoncé fin octobre 2021 du groupe Hugo Publishing, rejoignant Glénat, les grands mouvements débutent. Diffusée et distribuée par Interforum, la maison qu’avait fondée Hugues de Saint-Vincent rejoignait la société aujourd'hui dirigée par Marion Glénat, fille du fondateur. Et fort logiquement, Hugo allait se détacher d’Editis, à plus ou moins court terme.

30/06/2022, 11:08

Autres articles de la rubrique Métiers

ActuaLitté

Le livre d'occasion en France : la grande étude

Pour rendre compte et comprendre les transformations du marché des livres d'occasion en France au cours de la dernière décennie, une vaste étude a été menée en 2022-2023 par le ministère de la Culture et la Sofia, sous la supervision du spécialiste du monde de l'édition, Bertrand Legendre. L'objectif : quantifier et comprendre ce secteur de la seconde main, en plein essor. 

12/04/2024, 18:05

ActuaLitté

Books By Women : le métier évolue, surtout ne pas se perdre en route

Avril signe le retour des beaux jours, l'impératifs de ne pas se découvrir d'un fil, mais surtout des nouvelles de la lettre Books By Women. Et comme toujours, la voici proposée en intégralité, rien que pour vos yeux, comme dirait l'autre...

12/04/2024, 17:17

ActuaLitté

2023, l'ère des lecteurs multimédias et multisupports ?

La Sofia, le SNE et la SGDL ont dévoilé les résultats de la 13ème édition du baromètre des usages du livre, qui couvre les formats imprimés, numériques et audio. Réalisée par Médiamétrie au début de 2024, cette enquête examine les comportements d'achat et de lecture des Français âgés de 15 ans et plus pour l'année 2023.

12/04/2024, 16:36

ActuaLitté

Emmanuel Macron annonce "une contribution" pour le livre d'occasion    

Lors de sa visite au Festival du livre de Paris qui s'est ouvert ce vendredi, le président Emmanuel Macron a annoncé l'introduction d'une nouvelle mesure pour préserver la loi sur le prix unique du livre neuf face à la concurrence croissante du marché du livre d'occasion. 

12/04/2024, 15:33

ActuaLitté

Internet : France et Québec réunis contre Chinois et Américains

La mission franco-québécoise initiée en 2019 avait débouché sur un appel à candidatures présenté trois ans plus tard. Au cœur de la collaboration entre la Belle Province et l’Hexagone, la découvrabilité des œuvres francophones. Ou comment exister dans un internet où d’un côté les GAFA américains, de l’autre les BATX asiatiques règnent en maîtres… 

12/04/2024, 14:47

ActuaLitté

En 2023, moins de livres achetés, plus d'argent engrangé

À l'occasion de l'inauguration du Festival du livre ce vendredi 12 avril au Grand Palais éphémère à Paris, le ministère de la Culture diffuse les « chiffres-clés de 2023 » relatifs au monde du livre et de l'édition, issus des analyses d'Electre Data Services, Kantar, GfK Market Intelligence, de l'Observatoire de l'économie du livre, du service du livre et de la lecture, de la direction générale des médias et des industries culturelles, ainsi que du Ministère de la Culture.

12/04/2024, 14:42

ActuaLitté

Rachida Dati : encourager la lecture avec des bibliothèques en HLM  

Dans le cadre d'une démarche visant à renforcer l'accès à la lecture, en particulier parmi les jeunes, la ministre de la Culture, Rachida Dati, a révélé un projet innovant : établir des librairies et des bibliothèques au sein des logements sociaux et des zones rurales défavorisées. Cette annonce fait suite à l'étude récente du Centre national du livre qui signale une diminution alarmante de l'intérêt pour la lecture chez les jeunes français, particulièrement entre 16 et 19 ans, de plus en plus captivés par les écrans...

12/04/2024, 12:00

ActuaLitté

Modification du prix du livre : éditeurs et libraires fixent des règles

La fin d'année 2022 et les premiers mois de 2023 ont marqué la chaine du livre avec des hausses de prix inédites, consécutives à des problématiques d'approvisionnement et à la pénurie de papier. Les libraires s'étaient retrouvés forcés de réétiqueter au plus vite... Pour éviter d'autres situations similaires, les professions ont adopté une charte, à l'occasion du Festival du Livre de Paris.

11/04/2024, 19:30

ActuaLitté

Omar Sy va sortir un livre, Viens, on se parle

L'acteur français a échangé pendant trois ans avec une journaliste du Nouvel Obs, Elsa Vigoureux. En ressort près de 300 pages d'entretien fleuve dans lequel Omar Sy est présenté comme « un nomade, un pionnier, un homme profond et libre, doué d’une insatiable curiosité ».

11/04/2024, 17:05

ActuaLitté

Enrichissement et conversion : Cairn.info fait l'acquisition d'Isako

Cairn.info, portail dédié aux sciences humaines et sociales, fait part de l'acquisition de la société Isako, spécialisée dans l'enrichissement sémantique et la conversion de documents. Un rapprochement « gage de performance et d’innovation », auquel le développement de l'intelligence artificielle n'est pas étranger.

11/04/2024, 16:52

ActuaLitté

Disparition de Trina Robbins, autrice et militante des comix

L'autrice Trina Robbins, fière militante féministe et grande pionnière des comix — la BD américaine underground — s'est éteinte ce 10 avril à l'âge de 85 ans. Hospitalisée depuis plusieurs semaines, Robbins laisse derrière elle l'héritage d'une série culte collaborative, Wimmen’s Comix, ainsi que de nombreuses adeptes, qui la citent volontiers comme mentor.

11/04/2024, 14:50

ActuaLitté

Salman Rushdie : le riche destin d'un enfant indien

Salman Rushdie, écrivain et symbole international de la lutte pour la liberté d'expression, a accordé une série d'entretien au journaliste de France Culture Christophe Ono-dit-Biot. Au cours de 5 épisodes de 30 minutes, diffusés dès le 15 avril, l'auteur des Versets sataniques revient sur le destin riche en rebondissements qui est le sien.

11/04/2024, 11:42

ActuaLitté

Meloni “néonazie dans l'âme” : l'historien Luciano Canfora en procès

En Italie, est-il encore possible d'appeler un chat un chat ? Pour avoir déclaré que Giorgia Meloni, présidente du Conseil des ministres italien, était « néonazie dans l'âme », l'historien italien Luciano Canfora a écopé d'une plainte pour diffamation. Une audience préliminaire est fixée au 16 avril prochain.

11/04/2024, 11:39

ActuaLitté

"La plus petite librairie du monde" a ouvert en avril

Depuis le 4 avril, la commune de quelque 2000 habitants, Hesdin, dans les Hauts-de-France, accueille « la plus petite librairie du monde », qui s’installe dans la maison natale de l’abbé Prévost, auteur du classique du XVIIIe siècle, Manon Lescaut. Un projet porté par Isabelle Baudelet, créatrice de la micro-entreprise d’édition, La Fabrique Poétique, et Pauline et Franck Groux, conteuse et arrière-petite-fille de Victor Segalen pour la première, et céramiste pour le second.

10/04/2024, 17:58

ActuaLitté

Incarcéré depuis 38 ans pour torture, Walid Daqqa meurt en prison

L'écrivain Walid Daqqa, un Palestinien de nationalité israélienne, est décédé à l'âge de 62 ans dans le Centre médical Shamir, situé au sud-est de Tel-Aviv, des suites d'un cancer qui lui avait été diagnostiqué en 2022. Il avait passé 38 ans en prison suite à son implication dans l'enlèvement et l'assassinat d'un soldat israélien en 1984.

10/04/2024, 13:33

ActuaLitté

La DRAC PACA à la recherche d'une nouvelle direction

La direction régionale des affaires culturelles de Provence-Alpes-Côte d'Azur connaitra un changement de direction au 1er septembre prochain, annonce le ministère de la Culture. Bénédicte Lefeuvre, actuellement à sa tête, avait été nommée en janvier 2021. 

10/04/2024, 09:23

ActuaLitté

Face au livre, “les réseaux sociaux ont réussi leur entreprise”

Le Centre national du livre (CNL) a présenté une nouvelle étude consacrée aux jeunes Français et à leur pratique de la lecture. Au sein d'un « millefeuille de mauvaises nouvelles », dont la prédominance des écrans ou l'émergence d'une lecture « multitâche », les résultats montrent un attachement réel à l'activité et une certaine efficacité de l'école pour la promouvoir.

09/04/2024, 14:55

ActuaLitté

Pour l'industrie papetière aussi, le secteur du livre reste solide

En 2021 et 2022, l'industrie papetière se trouvait dans un contexte de « polycrise » : 2023 a-t-il fait mieux ? Sur fond d'inflation, la production et la consommation globale des papiers et des cartons, en France, sont en recul, tout comme le chiffre d'affaires du secteur (papier, carton et pâte marchande), qui atteint 5,6 milliards €. Mais la demande du marché du livre, elle, reste stable.

09/04/2024, 11:25

ActuaLitté

Lecture : oubliez les influenceurs, les jeunes écoutent leur... mère

Paradoxe complexe : certes, les jeunes apprécient la lecture pour le plaisir, mais préfèrent les outils numériques qui, tout en leur donnant des moyens de rester en contact, génèrent une forte dépendance. L'étude du Centre national du Livre (CNL), menée avec Ipsos, interroge ainsi le rapport qu'entretiennent les 7-19 ans avec les livres, en France. Et si les tendances ne sont pas nouvelles, elles s'aggravent.

09/04/2024, 10:00

ActuaLitté

Un Webnovel à l'européenne : la révolution numérique de la lecture    

Le webnovel poursuit sa conquête des lecteurs, avec un projet ouvert en Italie : nom de code, Narae. L’application verra le jour d’ici un an et réunit deux opérateurs : l’éditeur Mondadori et Bookrepublic, librairie fondée en 2010 et dédiée aux ouvrages numériques. Avec, pour directeur général, un certain Didier Borg, précurseur de la BD numérique en France...

08/04/2024, 18:31

ActuaLitté

Censure : les dix livres les plus "contestés" en 2023, Toni Morrison dans le top 10

BookBanUSA - À l'occasion de la Semaine Nationale des Bibliothèques, initiée par l'American Library Association (ALA), cette dernière dévoile sa liste annuelle des « 10 Livres les Plus Contestés de 2023 ». Cette année, une augmentation de 65 % des tentatives de censure par rapport à 2022 a été enregistrée, un record selon l'ALA. 

08/04/2024, 16:18

ActuaLitté

Canada : Indigo troque la Bourse contre un nouveau propriétaire

Le groupe canadien Indigo Books & Music, qui réunit trois chaines de librairies (Indigo, mais aussi Chapters et Coles), quittera prochainement la Bourse de Toronto pour le giron des investisseurs Trilogy Retail Holdings et Trilogy Investments. Un rachat négocié alors qu'Indigo a connu une année 2023 difficile, notamment marquée par une lourde cyberattaque.

08/04/2024, 15:20

ActuaLitté

Une aventure inédite d'Elmer, inspirée par une canicule française

L'éléphant coloré Elmer a perdu son papa, David McKee, en avril 2022, et sa dernière aventure, Elmer et le cadeau mystère, est parue en septembre 2023 (dans une traduction de Claire Billaud, Kaléidoscope). Pas vraiment la dernière, finalement : un manuscrit inédit sera publié par la famille de l'auteur en 2024, au Royaume-Uni.

08/04/2024, 13:24

ActuaLitté

Nancy Huston chez “Bookmakers”, le podcast littéraire d'Arte

Pour ce trentième épisode de Bookmakers, l'écrivain et animateur de radio Richard Gaitet accueille la Canadienne Nancy Huston. Autrice de plus de 70 livres depuis 1979, publiés pour la plupart aux éditions Actes Sud, dont Instruments des ténèbres (1996, Goncourt des lycéens et du prix du Livre Inter, vendu à 130.000 exemplaires) et Lignes de faille (2006, prix Femina, écoulé à 400.000 exemplaires en France et traduit en quarante-cinq langues). 

08/04/2024, 12:30

ActuaLitté

Editis : Olivennes tranche dans le vif et annonce un “Editis Media Groupe”

Président d'Editis depuis novembre 2023, Denis Olivennes le décrit à présent comme « un groupe remarquable et solide par la qualité de ses maisons, de ses éditeurs, de son appareil de distribution et de diffusion », dans un entretien. S'il s'est approprié le groupe, cela s'est un peu fait au détriment du comité exécutif d'Editis, qui a perdu plusieurs membres, nommés sous l'ère Michèle Benbunan.

08/04/2024, 12:18

ActuaLitté

Shoot the book ! les 16 et 17 mai au festival de Cannes

Le programme Shoot the Book ! sera de retour sur la croisette les 16 et 17 mai 2024. Mises en place il y a 11 ans en marge du Festival de Cannes, ces rencontres mettent en relation des éditeurs et des producteurs du monde entier à la recherche de futurs projets d'adaptation cinématographique. 

08/04/2024, 11:06

ActuaLitté

“Une société où tous les enfants auront un accès égal au livre”

Voilà quelques années que le 2 avril est consacré comme journée internationale du livre pour enfants – en référence à la date de naissance du Danois Hans Cristian Andersen. Avec le 23 avril, qui célèbre le droit d’auteur et le 25 qui marquera en France la fête de la librairie indépendante, le mois d'Apollon – conducteur des neuf muses – devient une période faste pour la lecture. Tout particulièrement en Grèce.

07/04/2024, 15:12

ActuaLitté

30 années de librairies indépendantes, en Loire-Atlantique

À 10 ans, on voit la vie en grand, clament trois librairies de la Région Pays de Loire. Soufflant leur dixième bougie la même année, ces trois établissements ont décidé d’une célébration commune. Au programme, des auteursinvités, ateliers et spectacle pour les enfants. Et 10 années de coups de cœur remis en avant. 

07/04/2024, 12:24

ActuaLitté

Des infiltrations d'eau mettent l'Hôtel de Massa en sérieux danger (et la SGDL)

On identifie bien la Mission Patrimoine, animée par le dynamique Stéphane Bern, avec en point d’orgue le Loto — où une partie des gains sert à financer des restaurations. La liste des 18 nouveaux sites éligibles à cette tombola patrimoniale a été diffusée fin mars, mais d’autres sites ont besoin d’aide. Dont un particulièrement connu de l’industrie du livre.

06/04/2024, 22:12

ActuaLitté

La France expérimentera la publicité pour les livres à la télé

Nicolas Sarkozy président l’avait envisagé pour renflouer les poches de ses amis : quitte à supprimer la publicité sur France Télévision, autant autoriser dans la foulée la publicité pour les livres sur petit écran ? Seize ans plus tard, Rachida Dati, ministre de la Culture, s’avance avec une expérimentation allant dans ce sens. Toute promiscuité avec l’idée de l’ex-président de la République serait fortuite ?

06/04/2024, 10:36

ActuaLitté

Les éditions Divergences inaugurent leur librairie le 13 avril 2024  

Après une quête de deux ans pour trouver « le lieu idéal », et 17 semaines de rénovation, les éditions engagées à gauche, Divergences, ouvrent leur librairie à Quimperlé le samedi 13 avril. Elle sera située dans le bâtiment du XVIIIe siècle, 45 Place Saint Michel. L'équipe propose à cette occasion une journée de célébration gratuite et ouverte à tous, sans nécessité de réservation, orchestrée par l'association La Torda.

05/04/2024, 18:13

ActuaLitté

François Bégaudeau au tribunal : "C'est une offense sexiste"

Riche semaine pour l'auteur François Bégaudeau : finaliste du Prix du Livre Inter ce 3 avril, et devant la 17e chambre du tribunal de Paris le 4. Que lui reproche-t-on ? D'avoir affirmé que « tous les auteurs » des éditions engagés à gauche, La Fabrique, « étaient passés » sur l’historienne Ludivine Bantigny, sur le forum de son site en 2020. Cette dernière avait alors déposé une plainte pour diffamation en raison de l’appartenance à un sexe, accompagnée de l’association féministe Chiennes de garde. L'écrivain de son côté évoque « un sketch ».

05/04/2024, 16:10

ActuaLitté

Lorraine Fouchet : "Les écrivains ont une complicité impalpable"

L'autrice Lorraine Fouchet puise dans son expérience d'animation d'un atelier d'écriture à Paris pour écrire un roman ancré sur l'île bretonne de Groix, mêlant le récit d'un survivant de la Shoah et les introspections d'une romancière sur la maternité et la création. Elle présente son dernier roman dans ce texte, écrit pour ActuaLitté.

05/04/2024, 14:38

ActuaLitté

Malgré les talibans, ce libraire fournit des livres en Afghanistan

Le libraire Shah Muhammad Rais ne vous dit peut-être rien, mais vous pourriez bien l'avoir croisé dans un livre : la journaliste Åsne Seierstad avait raconté son quotidien dans Le Libraire de Kaboul (Le Livre de Poche, traduit par Céline Romand-Monnier). Aujourd'hui exilé au Royaume-Uni, il avait tout perdu avec le retour des talibans, en 2021, qui ont mis à sac son enseigne. Pourtant, il persiste et signe.

05/04/2024, 11:57

ActuaLitté

Philippe Sellier, spécialiste des écrivains du XVIIe siècle, est mort

La Société des Amis de Port-Royal, dont il était le président d'honneur, a fait part du décès de Philippe Sellier, critique littéraire, professeur de lettres à l'université Paris IV Sorbonne et spécialiste des auteurs du XVIIe siècle. Il avait signé plusieurs ouvrages, notamment aux éditions Honoré Champion, et de nombreuses préfaces.

05/04/2024, 09:44

ActuaLitté

Pierre Féry quitte Michel Lafon pour les éditions du Rocher

Pierre Féry, précédemment chez les éditions Michel Lafon, intègre les éditions du Rocher en tant que directeur éditorial délégué, placé sous l'autorité de Bruno Nougayrède, président du groupe Elidia, propriétaire des éditions du Rocher.

04/04/2024, 16:31