#Distribution

“Une catastrophe” : la librairie d'occasion fragilisée par la crise sanitaire

Particulièrement mise en avant et évoquée pendant le confinement, la vente de livres neufs aura occulté un autre marché cher aux cœurs des lecteurs, celui de l'occasion. Pourtant, les librairies spécialisées dans les livres de seconde main sortent particulièrement fragilisées de la crise sanitaire, quand des plateformes internet, elles, auront pu profiter de la période.

Le 05/06/2020 à 16:46 par Antoine Oury

30 Réactions | 0 Partages

Publié le :

05/06/2020 à 16:46

Antoine Oury

30

Commentaires

0

Partages

linkedin mail print
ActuaLitté

« Il ne faudrait pas que cela dure, c'est certain. » Sylviane Lamerant, fondatrice et responsable de la librairie d'occasion Memoranda, véritable institution à Caen, ne cache pas son inquiétude. Après les semaines de fermeture du confinement et une première journée de réouverture, le 11 mai, « très bonne », la librairie « vivote », selon les termes de la gérante.

Pour les librairies d'occasion, qui travaillent avec des articles vendus à bas prix, la fermeture des locaux aura dans bien des cas été un véritable coup d'arrêt à l'activité, plus violent encore que pour les librairies vendant du livre neuf. « La présence physique est très importante pour une librairie d'occasion : les gens fouillent, on discute, on oriente les demandes, en passant des sciences humaines au voyage puis à la littérature », souligne Sylviane Lamerant.

Pendant le confinement, Memoranda n'a pas maintenu son activité, avec l'ensemble de l'effectif mis au chômage partiel : « Dans l'occasion, il est difficile de satisfaire les lecteurs si le stock n'est pas maintenu avec un flux constant d'achats et de reventes de livres », explique la fondatrice de la librairie. « J'ai répondu aux demandes individuelles de certains clients, mais je n'avais pas la marchandise pour les satisfaire : certains voulaient relire Proust, mais je n'avais pas assez d'exemplaires en stock. »

Depuis le 11 mai, la librairie a rouvert ses portes : très grande (environ 200 mètres carrés), elle permet la circulation des clients dans le respect de la distanciation sociale, et les libraires distribuent des masques aux clients qui n'en portent pas en arrivant. Avec le gel et des visières pour les libraires, l'aménagement est revenu à 200 € à l'enseigne. « Pour le reste, les livres ont été confinés deux mois, une bonne quarantaine, et nous limitons les achats aux petites quantités, pour l'instant, en nettoyant ou en plaçant en quarantaine les ouvrages. Mais nous comptons aussi sur les clients pour ne pas nous apporter des ouvrages s'il y a eu un malade chez eux. »

Outre la fermeture de la librairie, le confinement aura eu pour effet d'exiler une part importante de la clientèle de la librairie : « À Caen, on compte 30.000 étudiants, qui pour la plupart sont repartis chez eux, sans oublier les professeurs des grandes écoles des alentours. Dans la ville, cela fait beaucoup moins de monde. » La période estivale, importante pour la librairie en raison des visites de touristes et d'étudiants étrangers, s'annonce aussi difficile.

« Nous aurons peut-être plus de touristes français, mais l'absence de ventes pendant deux mois reste catastrophique », témoigne Sylviane Lamerant. « J'ai contracté un emprunt garanti par l'État pour payer les charges sociales, les assurances et régler les différentes factures, pour éviter un effet boule de neige, mais le remboursement dépendra du chiffre d'affaires. » Le remboursement de ce prêt commencera dans un an, avec un nombre d'échéances laissé au choix du souscripteur : la fondatrice de Memoranda espère « un taux qui ne soit pas trop élevé ». Pour l'instant, sur les 4 salariés à plein temps de la librairie, 2 restent au chômage partiel, avec un relais organisé.

Le numérique pour poursuivre l'activité

Du côté des chaines de librairies spécialisées dans l'occasion, l'activité s'est logiquement reportée sur les solutions en ligne lors du confinement. Le groupe Gibert, qui possède une trentaine de librairies en France — et dont plusieurs établissements sont menacés de fermeture —, a maintenu l'activité de vente de livres neufs et d'occasion via son site web pendant le confinement.

« Les activités de vente Gibert.com et de rachat de l’application Gibert “Je vends” dépendent toutes deux de nos entrepôts de logistique. Afin que l’activité de vente continue pendant cette période, nous avons travaillé avec des équipes réduites, en mettant en place toutes les mesures nécessaires validées en CSE afin que nos collaborateurs soient protégés durant cette période », nous explique-t-on. 

Gibert Joseph

Pour la vente de livres d'occasion, donc, pas vraiment d'arrêt, surtout face à la multiplication de la vente en ligne par des plateformes, tant françaises (Fnac, RecycLivre...) qu'étrangères (Amazon, Momox...). « Le temps de mettre en place les mesures sanitaires, nous avons décidé de notre côté de mettre en avant notre offre de livres numériques, qui, sans surprise, a très bien fonctionné. Une fois les mesures mises en place, nous avons rouvert l’activité traditionnelle eCommerce (neuf et occasion) début avril. Cette réactivation de l’activité eCommerce traditionnelle s’est accompagnée de résultats proches de nos chiffres habituels », indiquent les services du groupe Gibert.

S'il reste difficile d'obtenir des informations sur les ventes de ces différentes plateformes, eBay assure que les Français ont continué à vendre des livres, massivement, pendant le confinement. Et le retour de la plateforme Cdiscount sur le créneau de la vente et du rachat de livres d'occasion en dit long sur les échanges de ce type réalisés pendant le confinement.

Toutefois, même les grandes plateformes pratiquant le rachat, comme Gibert ou Momox, ont dû s'arrêter un moment : « Le rachat en magasin et le rachat via notre application a été stoppé [au moment du confinement, NdR]. En effet, pour ce service, nous dépendons à la fois des points relais et de nos dépôts-colis magasins », nous précise-t-on chez Gibert. « Les magasins et les points relais étant fermés, nous n’avons pas été en mesure de continuer à proposer cette activité. Elle a cependant repris depuis le 11 mai, uniquement via l’application pour l’instant [...] pour des raisons sanitaires et de mise en place de protocoles visant à rassurer nos collaborateurs. »

L'échange entre particuliers interrompu

La circulation des livres ne suppose pas nécessairement une économie, ou un marché : les outils numériques permettent depuis plusieurs années d'échanger, de donner ou de prêter plus simplement des livres avec d'autres particuliers, en dehors de tout cadre marchand.

L'application Livres de Proches fait partie de ces outils : « Dès le début du confinement, nous avons suspendu la fonctionnalité principale de Livres de Proches : le prêt de livres. Il n’était plus possible de faire des demandes d’emprunt de livre à d’autres utilisateurs », nous explique Laura Mauerhofer, chargée de communication de l’investisseur technique de startups Yaal. Dès le 16 mars, quelques heures avant le confinement, l'application avait diffusé un message incitant à reporter les prêts et à limiter les interactions sociales. De la même manière, un certain nombre de municipalités avaient fermé les boîtes à livres, autre canal d'échange.

Boite livres coronavirus

« Malgré cela, nous avons observé une forte fréquentation sur Livres de Proches. Le prêt de livres ayant été suspendu, l’utilisation de Livres de Proches s’est orientée vers les fonctions d’inventaire que permet notre outil. » En somme, un phénomène de rangement et de classement propre aux bibliophiles : on a rangé sa bibliothèque pendant le confinement. Pour le seul mois d’avril, 28.000 livres ont été enregistrés par les utilisateurs de l'application Livres de Proches. Des groupes de lecture se sont aussi créés, via les fonctionnalités de l'application.

Depuis le 11 mai, les prêts via l'application ont été réactivés : « Nous avons indiqué à nos utilisateurs que le prêt des livres devait impérativement se faire dans le respect des gestes barrière. Nous leur faisons confiance quant à l’application de ces mesures de protection de chacun », précise Laura Mauerhofer. Structure portée et développée par Yaal, investisseur technique de startups basé à Bordeaux, Livres de Proches est une application gratuite, mais disposant d'un volet payant pour les professionnels (espaces de coworking, entreprises ou écoles, par exemple). Pour le moment, la crise entrainée par la Covid « n'a pas eu d'impact direct visible à ce jour sur notre modèle économique ».

Le rare et l'ancien, moins sonnés

Dans un secteur proche de la librairie d'occasion, celui des libraires spécialisées dans les ouvrages rares et anciens, la situation est plus contrastée. « Nous avons du fermer les activités de commerce sur rue, mais nous n'avons pas totalement arrêté de travailler : beaucoup de libraires de livres anciens et d'occasion travaillent de chez eux, et sont habitués à faire des catalogues, à vendre par correspondance », indique Hervé Valentin, président du SLAM, le Syndicat de la librairie ancienne et moderne. Dans sa propre librairie, Walden, à Orléans, il a même vu le nombre de commandes augmenter sur le trimestre passé.

« Nous avons observé un phénomène un peu contradictoire, confirmé par nos partenaires : certains bibliophiles se sont éloignés de leur bibliothèque pendant la période, d'autres en ont au contraire profité pour s'en occuper, en restant très présents », nous indique Pascal Chartier, gérant de la société Livre Rare Book, qui propose des outils de vente en ligne à la profession.

Ce mouvement, qui s'observe d'habitude pendant les vacances, pourrait laisser croire à une situation étale, mais la crise sanitaire n'est pas venue aider des commerces déjà très fragiles. « De base, de nombreuses librairies étaient dans des situations difficiles, et continuent de l'être. Certains libraires n'ont pas réussi à profiter de la situation et le bilan n'est pas facile. Aujourd'hui, pour s'en sortir et rattraper, il faudrait travailler 24 heures sur 24. »

Le marché des livres rares et anciens a été et sera plus particulièrement concerné par les restrictions de déplacement : « Le simple fait de chiner s'est quand même arrêté pendant des semaines, or certains libraires font tous les salons, les marchés, et parfois à l'international, ce qui risque de ne pas reprendre de si tôt », explique Pascal Chartier.

Pour limiter la casse, le SLAM a organisé un Salon international du livre rare et de l'autographe en ligne, pour compenser le report en septembre de l'événement annuel, au Grand Palais, où « certains libraires font parfois 10, 20 voire 30 % de leur chiffre d'affaires », selon Hervé Valentin. 20.000 visiteurs uniques ont participé à ce salon en ligne, qui a enregistré 80.000 téléchargements de catalogues, déposés par les 160 exposants participants.

Salon des livres rares et des objets d'art

Cet événement en ligne aura prouvé l'utilité du numérique dans le maintien et l'approfondissement de l'activité des libraires spécialisés, avec des ventes atteignant jusqu'à 30 ou 40 % du catalogue pour certains. Après cette réussite, le SLAM organise tout de même le report de son salon, du 17 au 20 septembre 2020, au Grand Palais, et a entamé des discussions avec le ministère de la Culture pour obtenir un soutien financier. « À titre organisationnel, c'est très difficile pour le SLAM, car nous avons dû payer deux fois certaines choses, en raison de l'annulation de l'événement initial », témoigne le président du syndicat.

La librairie d'occasion, isolée et fragile

Selon Pascal Chartier, les libraires d'occasion travaillant avec des livres à bas prix, où il est nécessaire de « faire du volume », sortent particulièrement affaiblis du confinement, sans compter la crise sanitaire et économique qui s'annonce. Pour les libraires de livres rares et anciens, où les prix s'envolent parfois très haut, il sera peut-être plus simple de compenser l'arrêt de l'activité, en palliant avec les échanges à distance, déjà développés.

Pendant la phase de confinement, le numérique est devenu le seul moyen de s'acheter des livres : logiquement, les libraires qui pratiquent la vente en ligne ont pu maintenir un semblant d'activité, mais les plateformes en ligne ont tiré leur épingle du jeu. « L'expertise et la reconnaissance d'une librairie jouent à plein dans ce type de situation, tout comme la fidélité », note Hervé Valentin. « Le marché de l'occasion à bas prix ne facilite pas cet effet de fidélité : le lecteur va plutôt chercher l'exemplaire le moins cher, ou le meilleur rapport qualité-prix, plutôt que l'enseigne. »

IMG_2598/Paris City/Bouquinistes sur les quais de Seine

La grande crainte porte donc sur les librairies d'occasion indépendantes, qui auraient à pâtir d'une habitude d'achat en ligne prise pendant le confinement, et désormais ancrée au sein d'une plus grande partie de la population. « La situation est devenue extrêmement difficile pour les libraires qui ont des employés, avec des indépendants qui sont confrontés au paiement des charges et ont déclenché les aides de l'URSSAF », analyse le président du SLAM. Exactement la situation de Sylviane Lamerant, à Memoranda.

Si la vente en ligne a pu représenter pour certains libraires d'occasion un moyen de faire leur travail, ces derniers font face à une difficulté supplémentaire, qu'Amazon et consorts évitent sans peine : les tarifs postaux. Demande récurrente du secteur du livre, une adaptation des tarifs postaux aux envois de livres — pour l'instant facturés au tarif Colissimo dès 3 cms d'épaisseur — apparait indispensable pour préserver la librairie d'occasion. « Bien souvent, les frais d'expédition peuvent dépasser le prix d'un livre d'occasion, ce qui dissuade l'acheteur et le vendeur. C'est une difficulté par rapport à des mastodontes comme Amazon », reconnait Hervé Valentin.

La situation de la librairie d'occasion reste d'autant plus difficile que le lobby du secteur n'est pas du tout affirmé, et que la librairie de livres neufs a tendance à focaliser l'attention. « Il n'existe pas de fédération de libraires d'occasion, on ne les entend pratiquement jamais », déplore Hervé Valentin : le SLAM, lui, compte 230 membres, mais essentiellement des libraires spécialisés dans les livres rares et anciens. Preuve de cette absence de représentation, le Syndicat de la Librairie française, qui évoque parfois la vente de livres d'occasion, n'a pas répondu à notre demande de commentaires pour cet article.

Absence de législation protectrice comme le prix unique du livre, faible représentation, marges faibles et loyers élevés, forte concurrence des plateformes aux moyens importants comme Momox, Amazon ou RecycLivre, et arrêt de l'activité due au coronavirus : la librairie d'occasion semble plus que jamais menacée.

Photographies : livres d'occasion à la librairie Boulinier, Paris (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
livre d'occasion chez Gibert (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
une boite à livres fermée pour cause de Covid à Orléans (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
le Salon du Livre rare et de l'Autographe au Grand Palais (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
des bouquinistes sur le quai de Seine (dany13, CC BY 2.0)

30 Commentaires

 

f*Parme

06/06/2020 à 08:52

Les auteurs ne touchent pas un centime sur les exemplaires de leurs ouvrages vendus d'occasion. Pourtant, qu'un exemplaire soit neuf ou d'occasion, le lecteur lit le même livre. Un livre n'est pas une marchandise comme une autre.
Un pourcentage sur une vente d'occasion devrait légitimement revenir à son auteur. Le droit d'auteur reste à inventer.
f*

Toto

08/06/2020 à 08:02

Je ne suis pas d'accord (en tant qu'écrivain). Un livre d'occasion a déjà rapporté à l'auteur (et le vrai combat est là : le livre neuf DOIT rapporter à son auteur...).
Un livre ensuite doit vivre... C'est comme tous les achats : vous en êtes propriétaires, vous le prêtez, le donnez ou le vendez. Plus votre lire circulera, et plus votre lectorat augmentera et un jour vos ventes de livres NEUFS... donc vos bénéfices.
Vouloir tout taxer est une vision éminemment socialiste, qui ne fait que créer des marchés noirs (donc parallèles) et du piratage à haute dose dus à un sentiment d'injustice (réelle !) : on est propriétaire de son bien après un achat (sauf en France où l'on paye des taxes sur des taxes après avoir gagné de l'argent ! puis des impôts et enfin plein d'autres taxes et nouveaux impôts !).
Le cas des bibliothèques est différent, puisqu'il s'agit d'une économie basée sur de la location (même à très bas prix). Il est donc juste que l'auteur touche sa part (d'ailleurs, un combat serait qu'on ait une vision globale des achats par bibliothèques de nos ouvrages, un décompte annuel a minima sur l'année en cours : recevoir un papier avec juste un chiffre (souvent ridicule et invérifiable) 3 ans après n'est pas légal à mon avis (et s'il est légal d'une tartuferie sans nom).

f*Parme

08/06/2020 à 09:00

Bonjour Toto l’écrivain,

1 / Le livre n'est pas seulement un bien matériel. Il y a le support (matériel) et son contenu (immatériel). Immatériel puisqu'une production de l’esprit : vous pouvez lire Les Misérables dans diverses éditions, divers formats (l'objet) mais ce livre reste la même œuvre (le contenu).
L'objet livre a été vendu une fois à une personne ou à une bibliothèque. Mais il peut être lu plusieurs fois. L'auteur n'est pas rémunéré en fonction du nombre de ses lecteurs mais uniquement en fonction du nombre d'exemplaires vendus. Lorsque vous allez au théâtre ou au cinéma, chacun loue sa place et personne ne trouve à redire. C’est normal au sens de la norme. Mais pour un livre, la rémunération n'est jamais proportionnelle au nombre de lecteurs. Le livre a été vendu une fois mais est revendu une seconde fois. Deux marchands ont tiré leur bénéfice d'une œuvre mais l'auteur, lui, n'a pas de droit de suite sur ce dont il est pourtant plus propriétaire qu’eux. Le livre pourra être revendu plusieurs fois, ce qui fera plus de lecteurs mais pour l’auteur, aucun bénéfice supplémentaire. Si l’œuvre est de plus en plus lue gratuitement, elle se fait peut-être mieux connaître mais le bénéfice financier qu’en tire son auteur est nul. En revanche, pour les vendeurs et revendeurs, c’est rentable. Est-ce la votre vision du socialisme ? La culture gratuite pour tous, rentable pour les marchands et la paupérisation des auteurs ?

2 / Le droit d'auteur n'est pas une taxe. La TVA sur le droit d'auteur, oui. Et d’ailleurs, c’est une absurdité. Que l’éditeur reverse une TVA se justifie, mais que l’auteur soit redevable de cette taxe, qui plus est sur son avance, ça ne tient pas debout. La TVA sur le droit d’auteur est une invention de technocrates qui confondent les œuvres littéraires et audiovisuelles avec des objets d’art vendus par des antiquaires.
Le droit d’auteur est un droit de propriété. Le commerce du livre a été construit de manière libérale plutôt que socialiste. Que je sache, Beaumarchais puis les romantiques étaient des libéraux et nous héritons de leur vision du droit de la propriété intellectuelle. Nous restons d’indécrottables romantiques. Il n’y a donc rien de socialiste à ce au’n auteur réclame un nouveau droit de propriété sur son œuvre.

Sincèrement,
f*

Toto

09/06/2020 à 07:44

Vous confondez deux choses : la rémunération et le droit d'auteur.
La rémunération dépend de deux choses : se faire payer le travail amont qui consiste à réaliser une œuvre. Aujourd'hui, c'est peau de balle ! Ensuite, se faire payer à chaque exemplaire vendu. Aujourd'hui, les pourcentages sont misérabilistes. Donc l'auteur est doublement lésé.
Ensuite, le droit d'auteur. En échange d'être (misérablement) payé à la vente, l'auteur signe un contrat du diable, c'est-à-dire que peu ou prou, il vend tout ses droits pendant des siècles (j'exagère, mais c'est le principe) en échange d'une somme misérabiliste. Là encore, il y aurait bien des choses à dire, et des progrès à faire : ce n'est même pas du Moyen Âge : sans doute de la Haute Préhistoire !
Vous ne pouvez comparer ensuite le visionnage d'une œuvre cinématographique avec la lecture d'un livre. Pour le cinéma, vous ne payez pas tant la « place » de cinéma que le complexe et les gens pour le faire tourner : ça coûte bonbon ! Un livre, vous le lisez chez vous, comme un DVD d'ailleurs : le visionnage ne coûte plus rien ! Quand vous revendez une affaire d'occasion, c'est du même ordre...
Qu'un marché existe de l'occasion, c'est une chose SAINE. Ça montre surtout une chose : que le prix du neuf est exorbitant. Tout le monde n'a pas les moyens de payer 20 € pour livre neuf, surtout quand on n'est même pas sûr de sa qualité (étant donné qu'aujourd'hui, en plus, la qualité n'est pas ce que recherche les éditeurs !).
Encore une fois, personne n'est lésé quand un livre est revendu, pas plus qu'un slip, une voiture ou un DVD. Vouloir s’immiscer dans ces affaires, c'est vouloir mettre en place une taxe sur une taxe : je sais bien que l'État le fait déjà : il n'est nullement nécessaire de l'imiter sur ce point !
Vous vous trompez de combat : dépendez votre énergie contre ceux qui vous arnaquent vraiment : pas contre les lecteurs. Ils sont vos alliés, pas vos ennemis !

f*Parme

09/06/2020 à 11:25

Cher Toto,
je ne confonds rien. Le droit d'auteur est aussi une rémunération. En revanche, vous confondez propriété matérielle avec propriété immatérielle. Vous confondez le support avec l'œuvre. Que vous lisiez un roman paru récemment avec un exemplaire neuf ou d'occasion, vous lisez le même roman. Si l'auteur ne touche pas de droit sur la deuxième vente, pourquoi quelqu'un d'autre aurait le droit d'en tirer seul un bénéfice ? Un livre qui n'est pas vendu neuf devrait être gratuit
Seul le support est une marchandise. L'œuvre est une production de l'esprit qui peut-être reproduite à l'infini et dans de multiples formats. La forme change mais pas le fond. Le droit d'auteur, c'est le fond. Le lecteur n'achète jamais qu'une copie d'un original, et c'est cet original qui ouvre le droit à rémunération. En revanche, l'éditeur et l'imprimeur, eux, fabriquent et distribuent le support, c'est la forme. Et que l'éditeur puisse percevoir un bénéfice sur un ouvrage d'occasion, ce ne serait pas logique.
Le droit d'auteur est encore à construire. Il n'est pas seulement moral, il est aussi financier.
Il y a quelques années, des personnes trouvaient absurdes que les auteurs puissent prétendre à percevoir des droits sur les prêts en bibliothèques et sur les photocopies. C'est maintenant admis et percevoir un droit d'auteur sur le bénéfice qu'engendre une revente d'un exemplaire ne serait pas plus absurde.
Je ne me trompe pas de combat. La rémunération des auteurs sur l'occasion fait partie d'un ensemble de conditions à revoir.
Sincèrement,
f*

Mathias Lair

09/06/2020 à 12:24

Merci pour votre clarification, cher Parme !
En effet l’œuvre est une propriété immatérielle, on dit même : une « propriété incorporelle », comme si l’auteur s’était ajouté un bras ou une jambe immatérielle en écrivant… C’est pourquoi, selon le droit moral reconnu par la loi (le CPI), il ne peut la céder (en ce point le droit d’auteur s’oppose au copyright anglo-saxon), l’auteur peut contrôler son exploitation et s’opposer à tout ce qui dénature l’œuvre (comme le titre, de la pub, la couverture, des coupures dans le texte comme a tenté Google, etc.). Son autorité morale est si pleine et entière qu’il n’a pas besoin de justifier sa décision. Il ne cède que L’EXPLOITATION de son œuvre, pas son œuvre, charge aux entrepreneurs exploiteurs de lui verser une rémunération – revendeur compris.
Sincerly

Toto

11/06/2020 à 07:47

Cher f*Parme

Votre argumentaire a porté. Je vais sans doute réviser un peu mon opinion sur le sujet. Merci d'avoir pris le temps d'argumenter
En revanche, je pense qu'il faut bien différentier le professionnel de l'amateur. Un amateur doit pouvoir vendre de l'occasion, tout, y compris ses livres, sans taxe ni impôts. Un professionnel qui vivrait de la vente de livres devrait sans doute verser, au moins symboliquement, une part de ses revenus. Ça risque d'être une machine à gaz à mettre en œuvre malheureusement !

Livres-anciens.fr

06/06/2020 à 09:43

Sauf que si un livre se retrouve sur le marché de l'occasion c'est qu'il a été vendu à un premier lecteur et que les droits d'auteurs ont déjà été payés. Frederic Douin, libraire et éditeur www.editions-douin.com & www.livres-anciens.fr

Mathias Lair

06/06/2020 à 10:21

Le droit d'auteur correspond à la vente de l'ouvrage à une personne privée et son entourage. C'est pourquoi les auteurs touchent une redevance des bibliothèques pour la lecture de leurs œuvres (qui diminue d'autant les ventes). Ils devraient donc toucher des droits pour la vente d'occasion.

f*Parme

06/06/2020 à 11:53

Et les auteurs devraient aussi toucher des droits sur les exemplaires soldés.
f*

www.livres-anciens.fr

06/06/2020 à 19:53

J'ai réédité la première version illustrée de Notre Dame de Paris publiée en 1844 et illustrée par 12 artistes différents. Donc il faudrait que je paie des droits aux descendants de Victor Hugo et à ceux des 10 artistes. La vie d'une libraire est déjà compliquée mais on peut faire encore mieux en lui demandant de payer des droits sur tout ce qu'il vend ! Vous n'avez pas une meilleure idée ? Allez passez voir la démo en video ;-) https://fdouin-editions.com/acatalog/Premiere-reedition-de-Notre-dame-de-paris.html#SID=16

f*Parme

07/06/2020 à 09:37

Victor Hugo a joué un rôle important dans la défense et l'évolution du droit d'auteur (SGDL de son époque, droit moral…).
Lui et ces illustrateurs sont dans le domaine public depuis un petit bout de temps déjà. Libre à vous de les rééditer sans verser un centime à leurs ayants droits qui sont tours morts il y a un petit bout de temps déjà aussi. La réédition n'est pas de l'occasion. Je vous parle d'ouvrages d'occasion d'auteurs vivants ou morts il y a moins de soixante-dix ans.
"La vie d'une libraire est déjà compliquée"… je n'en doute pas mais la vie de la majorité des auteurs vivants ne l'est pas moins.
f*

Morena

07/06/2020 à 17:23

Petite précision : ce ne sont pas les bibliothèques qui payent la redevance aux auteurs mais les librairies qui leur vendent les livres. Ça ne change pas le fond de votre propos mais ça change la donne pour les librairies ?

f*Parme

06/06/2020 à 11:34

Sauf que s'il est revendu à un autre lecteur, il ne lui est pas donné gratuitement. Il serait donc légitime qu'une part du bénéfice de l'ouvrage soit reversé à l'auteur.
f*

Poulardos

06/06/2020 à 09:52

Merci pour cet excellent article ! Un topo très complet sur un sujet peu médiatisé. Chapeau !

Michel BLAISE

07/06/2020 à 07:09

Aussi longtemps que les gens ne sauront rien faire sans dire "ok gogol" (Google pour les puristes), le livre neuf ou d'occasion a peu de chance de panser ses plaies ..

Michel BLAISE

07/06/2020 à 11:30

En complément de mon billet d'humeur précédent, à propos des "gogoliens" voici les références du podcast fort intéressant du magazine "Le point" :

Dis Siri...» «OK Google...» Les assistants vocaux sont parmi nous. Mais qui les fait parler ? Romain Gonzalez est parti à la rencontre de Zoé, UX voice designer pour le dernier épisode de son podcast Mon métier (d'auteur, d'écrivain...note personnelle) n'existe pas".

Daniel Cased

07/06/2020 à 20:43

Avant de vendre la peau de l ours
Il est déjà urgent de tous travailler
À sauver le livre
Pour la répartition voir après

Mahtias Lair

07/06/2020 à 21:05

"Tous" cela n'existe pas, c'est tout et rien. Sauf chez les bisounours.

livres-anciens.fr

07/06/2020 à 21:13

Pour nous sauver, il faut commencer par au moins passer sur les sites pour découvrir. Il y a tant de livres qui méritent mieux que l'oubli !
www.livres-anciens.fr et www.editions-douin.com
Je suis surement le seul au monde à rééditer des livres comme :
- Coquelet. Eloge de rien dédié à personne précédé d'une introduction superflue avec préface, postface et paulopostface non moins inutiles. 6eme édition, enrichie de quelques rien et diminuée de beaucoup d'autres. Réédition de l'édition Renard de 1861.
- Albert Robida. La vie electrique (1890)
- 1897. Les socialistes au pouvoir d'Hippolyte Verly
- Londres. Illustrations de Gustave Doré
- Les fleurs du mal. Illustrations de Rochegrosse - 1917
- Histoire pittoresque dramatique et caricaturale de la Sainte Russie par Gustave Doré
- Albert ROBIDA - Louis Vossion - 3 femmes pour un époux
Et plus d'une centaine d'autres.
su www.editions-douin.com

Jujube

08/06/2020 à 20:08

J'assiste d'assez loin au déroulé de cette suite (pour lecteurs, auteurs, libraires, éditeurs, cornemuse et harmonica) et souhaite vous féliciter, Livres-anciens.fr, pour vos commentaires sensés et originaux.
De plus, votre dernière liste d'ouvrages réédités m'a fait rêver. J'aimerais pouvoir vous rendre visite la prochaine fois que je me rendrai en Europe. Etes-vous à Paris?

Prenez soin de vous.
Cordialement.

livres-anciens.fr

08/06/2020 à 21:34

Bonsoir Jujube, merci pour votre commentaire qui m'encourage à continuer malgré les difficultés. Pas facile de simplement vivre de cette passion. Je suis dans les yvelines mais une partie de mon stock est chez mon distributeur qui a un bureau sur Paris 5e. On pourrait donc s'y rencontrer que je vous montre mes rééditions. En regardant su mon site editions douin je mets des videos. Cela donne déjà une bonne idée. Et si je pouvais travailler 15h par jours au lieu de 12, j'en aurais encore des centaines à faire. Il suffit d'acheter quelques bibliothèques anciennes et vous tomber toujours sur des livres insolites ou bien illustrés. Bien à vous. Frédéric Douin

Jujube

09/06/2020 à 07:02

Merci pour votre si gentille réponse, cher Monsieur Frédéric Doin. Je vais essayer de joindre et consulter votre site. A peine se rouvrent les frontières et s'amadouent les vols internationaux, je traverse l'Atlantique et tente d'atterrir à Paris, dans le cinquième, en plein milieu de votre "partie de stock" où somnolent ces petites merveilles, insolites et rares, dont vous parliez plus haut.

Racheter des bibliothèques anciennes, y découvrir des pépites, ressusciter ses préférées, les partager ensuite tient de l'archéologie, la passion des vieux trucs, la poésie, la loufoquerie et pas mal de courage. Je parie même que vous vendiez à regret certains ouvrages...avant l'outrage du coronavirus.

J'ai de l'admiration pour votre travail, votre lutte quotidienne et une grande sympathie pour la personne passionnée qui se bat contre la mort du livre et ses auteurs.
Tenez bon, continuez si vous aimez ça, si c'est le rêve de votre vie. Ne vous stressez pas, malgré le monde tordu d'aujourd'hui, la maladie qui fait rage et les ventes dérisoires. Demain est un autre jour...et vous restez le même, avec ces qualités qui vous feront survivre, malgré tout.

Je suis très honoré et ravi d'avoir pu - par mon message précédent - vous apporter un peu de chaleur humaine pour, peut-être, "(r) allumer le feu" (comme chantait si bien Johnny) de votre enthousiasme et persévérance.

Je vous souhaite le meilleur.
Prenez grand soin de vous.
Et foncez, coûte que coûte.

La vie est courte, qu'elle soit belle!

Quel joli nom, n'est-ce pas, les Yvelines...

Cordialement,
Jujube

livres-anciens.fr

09/06/2020 à 08:00

Bonjour Jujube, moi c'est frédéric et mon email est fred.douin arobas gmail.com
Vous ne pouvez imaginer comment votre dernier message fait du bien. Ma dernière IRM cérébrale n'est pas aussi bonne qu'espérer et je saurais demain si je dois redémarrer une séquence de 18 mois de chimio. Alors j'avoue que le moral était un peu en baisse complémentaire, alors qu'avec ces 3 derniers mois, il était déjà particulièrement peu élevé. Mais ca va aller !
Comme il est possible d'envoyer un livre à l'autre bout du monde pour moins cher que de l'expédier à 20 km de chez moi (l'incohérence de l'administration Française), pourriez vous choisir un livre sur mon site www.editions-douin.com ? Je vous l'offre et vous l'envoie en livres & brochure, le mode d'expédition préféré des bouquinistes et libraires en livres anciens. N'hésitez pas à m'écrire directement pour me communiquer votre adresse postale. Ps : je cherches toujours qq bénévoles (que je paie en livres eufs ou anciens) pour relire et corriger l'ocr des textes anciens que je numérise pour réédition ;-) Bien à vous. Frédéric

Jullien

11/06/2020 à 00:15

Dans de très nombreux territoires, nous sauvons purement et simplement de la poubelle, de très nombreux livres, poubelle qui, il me semble, ne paie pas de droits d'auteur.

f*Parme

12/06/2020 à 10:08

Bonjour Julien,

mais les librairies d'occasion ne sont pas des poubelles. La matière première d'un livre n'est ni l'encre, ni le papier mais la production intellectuelle de son auteur. La preuve, la version numérique d'un livre n'utilise pas l'imprimerie et pourtant, c'est le même texte à lire.
Vous récupérez des livres dans des poubelles comme des chiffoniers ou des ferrailleurs pour les revendre, pas pour les offrir. Vous tirez bénéfice de ce recyclage. Mais l'œuvre qui est contenue dans cet objet recyclé demeure identique.
Le recyclage, la location d'ouvrages, peuvent être des solutions futures pour la diffusion des livres. Le futur du livre n'est pas nécessairement lié au capitalisme el qu'il est pratiqué aujourd'hui. On pourrait imaginer produire moins d'exemplaires et encourager la location et l'occasion pour éviter de gaspiller des matières premières matérielles (papier, encre, datas) tout en respectant le droit d'auteur.
Je n'ai rien contre les poubelles. On pourrait même imaginer des containers pour recycler des livres. Les gens y déposeraient les ouvrages dont ils ne veulent plus. Ces ouvrages seraient ensuite triés et référencés avant d'être mis sur le marché d'occasion.
Sincèrement,
f*

Paul Jullien

13/06/2020 à 00:15

Nous tirons bénéfice non pas des livres mais d'un travail. Cela s'appelle un travail. Je pense qu'avant d'avoir ce genre de discours, il va vous falloir vous confronter à notre réalité. Le livre ne nous tombe pas tout crû dans les mains. Bref. Vous êtes très très loin de la réalité du monde du livre d'occasion, vous n'en avez pas saisi la substance, ne percevant dans le livre que la valeur économique. Nous sauvons simplement des auteurs, nous les mettons en avant. Nos bouquineries sont des pièces d'art, tenues, conçues, choisies. Nous ne vendons des pièces que tirées d'un ensemble. La masse de livres qui aujourd'hui sort est absolument critique. Elle noierait les grains sous l'ivraie. Nous mettons la main dans la merde, oui, et nous en sommes fier. Nous faisons des propositions. Et nous sommes payés pour cela. Et nous sommes mal payés. Notre fonctionnement, du moins pour les petits bouquinistes, n'a rien avoir avec le système capitaliste, rien. De plus, nous sommes loin de Blanchot avec vos idées. Je crois que les auteurs en réalité sont irresponsables de ce qu'ils écrivent, et que la propriété intellectuelle une vaste fumisterie qui a tout simplement tué la valeur artistique d'un livre pour en placer son contenu dans la simple valeur économique. Sur ce, allez chez le bouquiniste et demandez lui s'il s'enrichit en ce moment. Et par la même occasion, demandez lui comment il travaille.

f*Parme

13/06/2020 à 09:57

Vous avez raison sur un seul point : je suis loin des idées de Maurice Blanchot.
f*

Jujube

13/06/2020 à 22:55

Bonjour Paul Julien,

J'ai beaucoup apprécié votre texte de défense d'idées et de droits. Il provient d'une personne qui refuse net d'accepter l'identité que d'autres lui inventent et, impudemment, lui refilent. Les théoriciens font trop souvent fausse route, ignorent le goût et la pratique de l'empathie, se gargarisent en vain avec de soit disant mots-clés (tout mous d'être remâchés par les adeptes) sans savoir si ces clés conviennent aux portes idoines ou celles qui s'ouvrent sur le vide.

Ce n'est pas facile de se mettre à la place de l'autre quand on ne partage pas ses idées. Ou l'on crache sur elles et dénigre qui les produit. Ou l'on s'essaie à la conversion ou la séduction du producteur. C'est fou, cette passion pour "c'est moi qui ai raison".

Malheureusement, le capitalisme sauvage domine toujours le monde mais n'est toujours pas génétique, que je sache.

odiletakvorian@laposte.net

20/12/2020 à 19:05

Commentaire très intéressant , très utile pour les adeptes , les " très attachés à Joseph Gilbert ; nous sommes très frustrés de ne pouvoir venir fouiner les rayons , cherchant un ouvrage, repartant avec d'autres , tant nous sommes libres de pouvoir feuilleter les livres; LE PERSONNEL EST EXTRA, nous renseignant , nous incitant à regarder tel ou tel livre , sans jamais nous harceler, comme dans certaines librairies...
Mon mari a pu, il y a , quelques années acheter livres d'occasion en math 4ieme et 3ième, étant dans une école d'apprentissage, passer les épreuves d'entrée en seconde ... et devenir professeur.
En ce moment nous regroupons, autour de la cagnotte de ma fille- qui se débrouille bien avec sa carte bancaire- nos achats neufs ou occasions ( dans un état neuf) et revendre..
QUE GILBERT VIVE LONGTEMPS . C est français et à ma connaissance unique en Europe... UN GRAND MERCI A VOUS TOUS

Plus d'articles sur le même thème

ActuaLitté

Hélène Gaudy : une écriture, un abri

PORTRAIT – Chaque année, l’association de libraires Initiales édite un texte inédit d’un écrivain, dont le travail est suivi pas à pas. Avec le projet de mieux le ou la faire connaître à leurs lectrices et lecteurs. Hélène Gaudy a trouvé sa place naturellement et a offert le texte Névés. Née en 1979 à Paris, elle a étudié à l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg. Autrice de divers articles et nouvelles parus dans des ouvrages et albums collectifs ou des revues, elle a également publié des romans et albums pour la jeunesse et des livres d’art. Elle est membre du collectif Inculte et vit à Paris. 

12/01/2021, 11:07

ActuaLitté

Utopia, Mauvais Livres et FVE : trois éditeurs nés pendant la pandémie

Ouvrir une maison d’édition pendant la pandémie ? Ce qui pourrait sembler un pari complètement fou est devenu une réalité pour trois maisons d’édition italiennes. Et la surprise… c’est que ça marche. Utopia, Mauvais Livres et FVE : voici les noms de trois maisons d’édition, situées dans deux villes différentes — Milan et Rome — et qui, malgré des identités très spécifiques, ont beaucoup de choses en commun : toutes les trois indépendantes, elles ont débuté leur activité pendant le confinement, et, depuis leurs premières parutions, ont rencontré un bon succès auprès du public.

30/12/2020, 16:15

ActuaLitté

Les Yeux qui pétillent : la jolie promesse d’une librairie valenciennoise

En septembre dernier, Céline Dereims a ouvert une librairie généraliste et indépendante, en plein cœur de Valenciennes. Baptisée Les Yeux qui pétillent, celle-ci a vu le jour dans le cadre d’une reconversion professionnelle, savamment conjuguée avec une passion de longue date pour la lecture.

28/12/2020, 10:04

ActuaLitté

Book d’Oreille, une nouvelle voie pour le livre

PORTRAIT – Passionné par le son, par la voix et par la littérature, Olivier Carpentier poursuit depuis 2009 une entreprise de développement du livre audio. Le Lillois se considère comme un libraire indépendant. Sa société Book d’Oreille propose aujourd’hui une nouvelle solution pour le prêt numérique de livres audio, à destination des bibliothèques et médiathèques.

24/12/2020, 11:08

ActuaLitté

Olivier Tallec : c'est MON auteur !

PORTRAIT – Olivier Tallec est breton d’origine et, après l’École supérieure des arts appliqués Duperré, il a beaucoup voyagé, notamment en Asie, au Brésil ou au Chili.Si aujourd’hui, il agrémente de ses dessins la presse nationale (Libération, Elle, Les Inrockuptibles), il est également l’auteur de nombreux livres pour la jeunesse ainsi que de livres d’illustration pour adultes aux éditions Rue de Sèvres comme

04/12/2020, 15:35

ActuaLitté

Dropshipping : ces intermédiaires qui vendent les livres à des prix prohibitifs

Présenté par ses promoteurs comme le moyen simple de devenir riche grâce à internet, le dropshipping flirte de très près avec l'arnaque, et pose des questions morales évidentes. Un « dropshipper » s'impose comme un intermédiaire entre un fournisseur et un acheteur, et s'attache à collecter la plus importante commission possible pour assurer le lien entre les deux. Le livre et les libraires ne sont pas épargnés, loin de là.

18/11/2020, 12:35

ActuaLitté

Librairie : Riad Sattouf, Houellebecq, stars des marchés parisiens

REPORTAGE – « Mettez m’en un kilo, si elles ont de belles feuilles. » Un maraîcher, un poissonnier, quelques fromages alléchants, cet enfant qui pleure dans les bras de son père, sans plus vraiment se souvenir pourquoi… et un libraire. Sur les marchés parisiens, on en attendait des dizaines, pour ce week-end des 7 et 8 novembre. Ils ne seront que cinq à prendre part à l’initiative de la mairie de Paris.

07/11/2020, 14:36

ActuaLitté

“Ce n'est pas eux qui sont mis en danger” : ces libraires inquiets d'une réouverture

ENQUÊTE – Depuis l'annonce du reconfinement et la fermeture des librairies, contraintes au système click and collecte (étrangement francisé en “clique et collecte”), les injonctions au gouvernement pour l'ouverture au public de ces points de vente se multiplient. Pourtant, des libraires se disent inquiets d'une telle réouverture. Ils déplorent même une campagne qui vient brouiller les messages quant au livre, au virus et même au maintien de l'activité des librairies. Et, derrière les discours, la lutte des classes et les inégalités face au coronavirus se révèlent à nouveau... 

03/11/2020, 12:13

ActuaLitté

Salons et festivals du livre : quand Paris méprise la province

ENQUÊTE – « Estomaqués. » « Aberrant. » « Marasme. » Les termes qui viennent à la bouche des organisateurs de salons du livre déclinent à l’envi l’exaspération. Découvrant les nouvelles dates de Livre Paris présentées en fin de semaine dernière, plusieurs d'entre eux ont fait part à ActuaLitté de leur vif mécontentement. Pour dire le moins. L'événement parisien n'a clairement pas regardé où il posait ses valises. Ni quand.

21/10/2020, 16:47

ActuaLitté

La vérité sur les fameux 511 romans de la rentrée littéraire 2020

FACT-CHECKING – 13 romans de moins que l’année passée. Peut-être bien 14 ou 15, parce que des désistements surviendront certainement. Entre mi-août et octobre 2020, 511 romans à sortir – c’est du moins ce que répète allègrement toute la presse, enthousiaste ou dépitée. L’avantage, avec les chiffres, c’est qu’ils souffrent rarement l’épreuve des faits.

21/08/2020, 17:36

ActuaLitté

Le château de Vascoeuil, habité par la présence de Jules Michelet

À l’orée de la forêt de Lyons, au cœur de la vallée de l’Andelle, dans l’Eure, se dresse le château de Vascœuil. Avec sa tour octogonale du XIIe, ses bâtiments annexes du XVIIe  et son magnifique colombier doté d’un système d’échelle tournante d’origine, le lieu est encore imprégné de la présence de Jules Michelet.

04/08/2020, 11:10

ActuaLitté

Affaire Internet Archive : “Les bibliothèques n'enrichissent pas les actionnaires”

Un important procès se profile dans le monde de l'édition : quatre éditeurs attaquent en justice une plateforme patrimoniale, Internet Archive. Ils accusent cette dernière d'avoir enfreint le droit d'auteur en prêtant des exemplaires numériques d'œuvres sous droits, sans licence ni autorisation. Au-delà des faits, le procès est révélateur du dialogue particulièrement difficile entre les bibliothèques et les éditeurs, dès qu'il s'agit des ressources numériques.

03/07/2020, 17:14

ActuaLitté

Budgets, fréquentation, sécurité... Les défis du déconfinement pour les bibliothèques

Malgré le confinement et la crise sanitaire liée au coronavirus, les bibliothèques se sont efforcées de maintenir un service public de la lecture. Ressources numériques, services de commande et de retrait, services « dégradés » pour garantir la sécurité des usagers : les solutions se sont multipliées, mais de nombreux défis se dessinent pour les prochains mois, dans un contexte toujours très incertain.

26/06/2020, 10:15

ActuaLitté

La crise sanitaire ouvre-t-elle une nouvelle ère pour la vente de livres en ligne ?

La période de confinement aura vérifié un fait assez évident : en 2020, vendre des livres en ligne est devenu quasi indispensable. Alors que les commerces fermaient leurs portes, les lecteurs se sont tournés vers leurs ordinateurs et smartphones pour commander des ouvrages auprès de différentes plateformes, qui ont toutes observé une croissance de leur fréquentation et de leurs ventes. Pour un certain nombre d'acteurs du secteur, l'épisode coronavirus pourrait marquer un tournant.

12/06/2020, 12:56

ActuaLitté

Aucune commande de nouveautés “livre” chez Fnac, sauf de best-sellers ?

ENQUÊTE – « On ne peut pas dire qu’ils jouent le jeu de la reprise. » Cet éditeur d’imaginaire n’a rien d’un cas isolé : depuis la réouverture partielle des boutiques Fnac, les maisons assistent à un étrange ballet de livres. Des retours, en masse, des commandes de nouveautés annulées pour les points de vente, et pourtant, un site internet hyperactif.

29/05/2020, 15:17

ActuaLitté

D’Agadir au Caire, les libraires d’Afrique du Nord s’adaptent et se déconfinent

La pandémie du Covid 19 aura affecté les libraires du monde entier. En Afrique du Nord, la situation varie d’un pays à l’autre. « Les libraires s’adaptent au risque sanitaire et aux mesures gouvernementales prises par ces différents états. L’AILF est en lien avec les librairies francophones du monde entier pour informer les pouvoirs publics français et l’interprofession sur la réalité dans ces zones, car plus que jamais le soutien à ce formidable réseau pour sa survie, mérite une attention constante », déclare Agnès Debiage, secrétaire générale de l’AILF.

15/05/2020, 10:00

ActuaLitté

Les éditions Nous, un élan collectif qui dure depuis deux décennies

Poésie ancienne et moderne, philosophie : des ouvrages qui comptent parmi les plus difficiles à faire connaitre et lire, dans le secteur de l'édition. Aussi, les 20 ans des éditions Nous pourraient passer pour une anomalie, mais ils s'expliquent au vu d'un catalogue de qualité, solide, et d'un travail qui ne ménage pas ses efforts pour des textes qui les méritent. Rencontre avec Benoît Casas, fondateur de la maison, qui s'efface volontiers derrière le « nous ».

10/04/2020, 10:38

ActuaLitté

Des outils solides pour les auteurs : bilan du hackathon de la Ligue

24 heures chrono pour réinventer la protection des auteurs. La Ligue des auteurs professionnels, cofondée par la Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse et les États Généraux de la BD, s’est alliée avec la Guilde des scénaristes, les Juspi et l’Institut des sciences du travail de l’ouest pour cet événement. Les 13 et 14 mars, des auteurs du livre et de l’audiovisuel ont travaillé non-stop avec des juristes, avocats et universitaires spécialisés en propriété intellectuelle et en droit du travail.

16/03/2020, 09:24

ActuaLitté

Pour la justice sociale, le Book Bloc brandit des livres dans les manifestations

Mobilisé depuis le 5 décembre 2019 contre le projet de réforme des retraites, ce collectif de bibliothécaires défile avec son arme la plus puissante : le livre. Surnommés le Book Bloc, ces manifestants se retrouvent chaque semaine au cœur d’un squat d’artistes parisien pour confectionner leurs livres-boucliers. 

06/03/2020, 16:37

ActuaLitté

À Paris, cette nouvelle librairie vend des poèmes... au gramme

La librairie Lettres a ouvert ses portes le 10 février 2020 au cœur du Quartier latin dans le Ve arrondissement de Paris. Spécialisée dans les romans étrangers et français, elle fait également la part belle à la poésie des quatre coins du monde. Notamment à travers un concept inédit, la vente de poèmes au gramme. 

25/02/2020, 11:24

ActuaLitté

Féminisme, contes et érotisme : Les Petites Manies d'Isabelle Pellouin

Faire de chaque œuvre un livre unique devrait motiver tout éditeur digne de ce nom. Isabelle Pellouin, avec sa maison d'édition Les Petites Manies, fait en sorte que chaque exemplaire soit unique. En 18 années d'existence, elle a porté peu de livres, mais en s'investissant totalement pour chacun d'entre eux. Qu'il s'agisse d'une version illustrée du Corbeau d'Oscar Wilde ou d'une réédition très spéciale de l'utopie féministe Herland, de Charlotte Perkins Gilman.

24/01/2020, 09:20

ActuaLitté

8 libraires algériens à la rencontre de leurs confrères parisiens

Depuis 3 ans, l’Association internationale des Libraires francophones organise des cycles de professionnalisation au métier de libraire à la demande de l’Institut français d’Algérie. Après plusieurs formations animées à Alger, Agnès Debiage, qui œuvre pour l’association, a conçu cette année un programme unique alliant apprentissage théorique et visites de librairies parisiennes. L’occasion, pour huit participants, de porter un regard neuf sur leur métier et d’offrir de nouvelles perspectives au secteur, « ce monde si vaste qu’est le livre ».

17/01/2020, 15:55

ActuaLitté

“Éditer, c’est créer !” : par la poésie, réenchanter la vie

PORTRAIT – Ce n’est pas un métier, mais une manière d’être au monde. Pour Dominique Tourte, l’édition est une aventure du cœur et de l’esprit. Au travers du Laboratoire Novalis, l’ambition est à la mesure du rêve : par la poésie, il s’agit de réenchanter la vie.

14/01/2020, 08:00

ActuaLitté

French Pulp Editions : on ne devient pas impopulaire sans raisons

ENQUÊTE – Montée fin 2016, la maison d’édition French Pulp repose sur Nathalie Carpentier, femme de tête. Et il en fallait, pour mener de front des activités éditoriales, d’agente littéraire et audiovisuelle ou encore de gestion patrimoniale. Beaucoup d’activités, prometteuses au demeurant, et complémentaires. À ceci près qu'auteurs, partenaires, prestataires dénoncent désormais une « gestion hasardeuse ». Voire, pour certains, « un comportement odieux ».

17/12/2019, 12:00

ActuaLitté

S'évader au ciné, apprendre des livres : la bibliothèque de Fanny Bouyagui

PORTRAIT – « Je m’évade avec le cinéma, j’apprends avec les livres » Artiste plasticienne roubaisienne, Fanny Bouyagui crée depuis plus de trente ans des spectacles engagés, d’exubérantes parades ou des événements pérennes et très attendus comme la Braderie de l’Art ou le N.A.M.E Festival. Pour cette autodidacte qui s’inspire sans cesse des cultures urbaines et de l’air du temps, le livre marque le temps à soi et nourrit d’intimes passions.

06/12/2019, 12:50

ActuaLitté

Antony Huchette : imagination et travail, dans l'intimité du dessin

PORTRAIT – Installé à Roubaix depuis un an, Antony Huchette est rentré au pays après plusieurs années passées outre-Atlantique. C'est désormais depuis son atelier du Non-Lieu, ancienne usine textile investie par un collectif d'artistes, qu'il travaille sur sa prochaine BD et envoie ses dessins aux titres de presse internationale les plus prestigieux. Dans ses livres comme en interview, l'homme ne craint pas de se raconter. C’est heureux, car, en seulement trente et quelques années, son parcours est impressionnant.

15/11/2019, 10:10

ActuaLitté

À Caen, le centre de formation Profiile veut ouvrir le champ des libraires

Ouvert en 2004, le centre de formation aux métiers du livre Profiile a entamé la 11e session du brevet professionnel de libraire, fort d'une convention avec le Centre interprofessionnel de formation de l'artisanat du Calvados (Cifac). L'offre pédagogique, qui comprend aussi un CAP, va prendre une autre dimension avec un emménagement dans de nouveaux locaux, riches de projets pour l'avenir.

05/11/2019, 16:36

ActuaLitté

Pete Fromm : encaisser les coups, rebondir... le chantier d'une vie

RENCONTRE – En marge et en partenariat avec le salon Lire en Poche de Gradignan, entre 60 et 80 personnes accueillent avec beaucoup d’attention Anaïs Huchet qui représente la Librairie Mollat, Oliver Gallmeister, éditeur à la maison éponyme et Pete Fromm, écrivain résidant au Montana (USA) auteur de livres remarqués (Indian Creek, Lucy in the Sky, Le Nom des Etoiles, etc., ...), autour d’une table et de micros.

10/10/2019, 10:40

ActuaLitté

“Je ne pouvais pas imaginer Jérusalem sans sa librairie française”

ENTRETIEN – La librairie francophone Vice-Versa à Jérusalem a été créée le 14 juillet 2000 par trois associées. Dans une ville au coût de la vie élevé, caractérisée par une grande instabilité des commerces et de fréquentes faillites, une telle longévité constitue une gageure. Nathalie Hirschsprung, sa directrice, nous en dévoile les coulisses au quotidien.

08/10/2019, 11:35

ActuaLitté

Venir ou revenir à lire, ça peut être “facile”

REPORTAGE – Des livres courts et simples à lire, exigeants dans le fond, accessibles dans la forme. Voilà l'intention des espaces « Facile à lire » que de plus en plus de médiathèques expérimentent en France afin que des publics « éloignés » renouent avec le livre... avec facilité.

03/10/2019, 11:20

ActuaLitté

Récits de voyage : Mike Horn, l’explorateur des temps modernes

PORTRAIT – Né à Johannesburg le 16 juillet 1966, Michael Frédérique Horn grandit dans le sud de l’Afrique où sa mère est enseignante et son père un rugbyman reconnu. Dans sa petite enfance, le sport est son terrain de jeu favori. Athlétisme, vélo, rugby, cricket, tennis, etc., il touche à tout et montre déjà de grandes aptitudes physiques dans de nombreuses disciplines. Il entre dans la vie active comme lieutenant des forces spéciales sud-africaines, il a alors tout juste 18 ans.

01/10/2019, 10:45

ActuaLitté

La censure en littérature jeunesse : qui de l’adulte ou de l’enfant est choqué ?

Nous avons tous en tête les récentes et violentes polémiques autour de titres tels que Tous à poil ! ou On a chopé la puberté. Alors que débute la Banned Books Week, semaine des livres censurés, la Bibliothèque nationale de France propose jusqu’au 1er décembre Ne les laissez pas lire, une exposition particulièrement didactique sur les débats parfois houleux suscités depuis plus d’un siècle par les parutions destinées à la jeunesse en France. Comment à travers l’histoire certains titres ont-ils « mérité » l’opprobre ? Comment ce regard moral a-t-il évolué, et quel fut le cadre de la loi ? La violence des récentes polémiques est-elle finalement si « nouvelle » ?

24/09/2019, 17:48

ActuaLitté

Éditrice et libraire : Soazic Courbet, affranchie

Faire de ses passions — les livres et le théâtre — son métier ? Le défi a été harmonieusement relevé par Soazic Courbet qui, à bientôt trente-trois ans, est à la tête de la Librairie L’Affranchie (ex-Dialogues Théâtre) à Lille et des éditions La Fontaine, consacrées aux écritures théâtrales. Ses maîtres-mots : engagement, exigence et fantaisie. 

26/08/2019, 10:51

ActuaLitté

Laborintus, ces Italiens tombés amoureux du domaine public français

À Lille, il est une petite maison d’édition qui lutte contre l’oubli ou la méconnaissance. Et qui n’a pas peur de s’approcher des flammes, d’un côté ou l’autre des bûchers, en publiant aussi bien un essai sur Pier Paolo Pasolini qu’un recueil de Robert Brasillach. Laborintus éclaire des textes délaissés, propose des essais ou traduit une littérature d’au-delà les frontières. «

16/08/2019, 15:48

ActuaLitté

Roger Vailland, l’archétype du hussard rouge

PORTRAIT – Né à Acy-en-Multien, dans le sud de l’Oise, en octobre 1906, l’écrivain Roger Vailland, styliste hors pair, était picard et n’en avait pas honte. Même si le sérail littéraire le croyait Parisien ou Jurassien. Explications. 

08/08/2019, 09:36

ActuaLitté

Bulle en stock : à Amiens, la librairie manga et bande dessinée

Depuis le 27 septembre 2018, Laurent Marioni et Quentin Tissot sont officiellement propriétaires de la librairie spécialisée en bande dessinée, comics et mangas, située dans le centre-ville d’Amiens. Salariés de la boutique créée en 1995, ils ont dû patienter et batailler de longs mois avant de voir aboutir leur projet et de pouvoir se tourner vers l’avenir...

06/08/2019, 17:31

Autres articles de la rubrique À la loupe

ActuaLitté

Droit de réponse d'Emmanuel Pierrat : “J'ai choisi de ne pas briguer un second mandat" au PEN

Suite à la publication d'un article, le 14 janvier dernier, consacré aux accusations du PEN Club français portées à l'encontre de Me Emmanuel Pierrat, ancien président de l'organisation de défense de la liberté d'expression des auteurs, ce dernier a fait parvenir à ActuaLitté un droit de réponse. Il est publié ci-dessous en intégralité.

19/01/2021, 09:37

ActuaLitté

Conspiration des imbéciles ? Amazon, accusé à son tour : Apple s'esclaffe

Amazon paierait-il enfin sa position dominante sur le marché du livre – numérique, papier ou audio ? En tout cas, l’histoire semble vilainement se répéter alors que le vendeur et cinq groupes éditoriaux américains sont accusés d’entente. La même procédure que celle endurée en 2013 par Apple entraînera-t-elle les mêmes effets ? Ou dévoile-t-elle une vaste fumisterie en matière de droit ?

18/01/2021, 12:16

ActuaLitté

Prix des livres : avertissement sans frais des libraires belges aux groupes français

Au 1er janvier 2021, le prix unique du livre arrivait enfin en Belgique. Des années de combats, avant d'obtenir un texte de loi, et un échelonnement au terme duquel la tabelle allait disparaître. Finie, donc, cette excroissance économique, qui conduisait un livre vendu à Bruxelles à se retrouver plus cher qu'à Lille. Pourtant, quelques problèmes tarifaires demeurent...

14/01/2021, 16:57

ActuaLitté

Lisimachio, le PDG de Hachette Livre qui voulut racheter Amazon

Jean-Louis Lisimachio a laissé une profonde empreinte sur le groupe Hachette Livre, qu’il quitta brutalement en mai 2003. Depuis, il vit quelque part entre les massifs alpins et Nice, « désintéressé de ce qui concerne l’édition et au courant de tout ». Ses anciens collaborateurs décrivent une personnalité fascinante, admirée ou haïe. Incontestablement, l’ex-PDG de Hachette filiale de Lagardère, avant qu’elle ne soit renommée Lagardère Publishing, a marqué plus que son époque. Une figure d’autant plus intrigante qu’elle ne frayait pas avec le gotha littéraire, bien au contraire.

14/01/2021, 14:20

ActuaLitté

Auteurs : “Si vous n’êtes pas à la table, c’est que vous êtes au menu.”

Début décembre, l’auteur et illustrateur Henri Fellner faisait parvenir à ActuaLitté et au CSPLA (ou inversement), un courrier passablement désabusé. Le Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique, organisme chargé d’éclairer le ministère de la Culture sur des points de droit, venait de renouveler la liste des membres de sa commission consultative. Et au grand dam de l’écrivain, les représentants directs des auteurs faisaient défaut. Voici donc une seconde missive, plus claire peut-être...

12/01/2021, 12:13

ActuaLitté

La chaîne du livre face à la crise sanitaire, dans neuf régions françaises

Dès le début de la pandémie, les agences régionales du livre ont conseillé les acteurs concernés, mais se sont aussi lancées dans des consultations, pour rester au plus près des besoins. La Fédération interrégionale du livre et de la lecture propose une synthèse des actions et réactions du monde du livre, dans neuf régions françaises, au cours de la tumultueuse année 2020.

11/01/2021, 16:50

ActuaLitté

Résonances de femmes : trilogie en poche du postféminisme

PORTRAIT – Pourquoi le post-féminisme en poche sous la forme d’une trilogie embrassant plusieurs décennies de combats ? Parce qu’une édition ramassée révèle la densité d’un déploiement, l’intensité d’un engagement indéfectible au fil des années, la concision d’un message doté de la force d’un mouvement : le MLF, mouvement de libération des femmes, dont Antoinette Fouque a été la cofondatrice en 1968.

11/01/2021, 09:58

ActuaLitté

Pour 2021, on peut aussi croiser les doigts

« J’ai accompli de délicieux voyages, embarqué sur un mot… » Peut-être notre époque nécessite-t-elle un peu plus d’un mot unique pour accomplir de fantastiques périples. Parce que les sollicitations ne manquent pas, dès lors qu’internet propose un foisonnement d’œuvres, autant qu’une multitude de raisons de faire autre chose que lire. Pour autant, que cette année 2021 soit placée sous des augures de Balzac ne fera de mal à personne… Sauf qu'il n'est pas seul à prophétiser.

01/01/2021, 18:42

ActuaLitté

Les voeux du Syndicat des éditeurs passent des chocolats à la soupe

L’année 2021 commencera avec la traditionnelle présentation des vœux du Syndicat national de l’édition. Mais, contraintes sanitaires obligent, ils se dérouleront par internet — et en visioconférence avec l’interview réorganisée de son président, Vincent Montagne. Pour nombre de librairies, subitement invitées à cette Grand-Messe, quelque chose cloche. Simple : un télescopage entre le syndicat patronal et le média le moins indépendant de la profession.

28/12/2020, 17:55

ActuaLitté

“S'emparer des jouets laissés par Lovecraft était très plaisant” (Alex Nikolavitch)

Arkham, 1941. Le corps déchiqueté du détective Mike Danjer est retrouvé au milieu d'un monceau de papiers. Il pourrait s'agir à première vue d'un banal meurtre en chambre close. L'examen des feuillets souillés, un dossier qu'il avait constitué au fil d'une très longue enquête, démontre qu'il avait mis au jour un indicible complot. Dans le Dossier Arkham, Alex Nikolavitch nous embarque dans une aventure lovecraftienne passionnante. Et nous en dévoile ici les arcanes.

28/12/2020, 09:41

ActuaLitté

“Une petite page pour l’Homme, une grande page pour l’Humanité” : Joyeux Noël 

Au terme d’une année pas vraiment conciliante, les fêtes vécues sous contrainte, à l’image des mois passés, apportent un petit souffle. L’occasion pour toute la rédaction de vous les souhaiter excellentes – autant que faire se pourra. En tout cas, de partager avec chacune et chacun un moment pour remercier nos lecteurs de leur présence, à nos côtés.

24/12/2020, 23:59

ActuaLitté

L'Iconopop, pour plus de poésie : “Nous sommes l’allumette”

L’Iconopop est la nouvelle collection de L’Iconoclaste. Plus que de poésie, il y est question d’une parole qui vibre, qu’on lit et qui se vit à la scène, dans la rue, dans un pré, sur la toile... qu’importe ! Juste des mots sans tabou à déguster, à crier, à partager. Partout et surtout pas dans les sages cercles d’initiés. Un duo éditorial de choc se charge de coucher sur papier l’électricité contenue dans ces rumeurs éclatantes : Cécile Coulon, romancière, poète, et Alexandre Bord, ancien camarade libraire.

22/12/2020, 08:00

ActuaLitté

Corona Papers : Écriture virale

Je m’appelle Corona Typewriters. Et je m’apprête à subir Noël. Un de plus dans la longue liste des années déjà encaissées sur ma tôle toute cabossée. Pour l’heure, mon maître-écrivain est sorti de sa quarantaine. Rassurons-nous. Il n’est pas question de virologie en l’espèce. Plutôt d’une léthargie éditoriale. D’une quarantaine littéraire. 

21/12/2020, 08:00

ActuaLitté

Noël coquin : 4 BD érotiques à mettre sous le sapin

Cette année, beaucoup ne fêteront pas Noël en famille en raison du COVID-19. C’est l’occasion d’offrir une BD sexy à son amoureux ou son amoureuse ! Voici notre sélection des bandes dessinées pour adultes à mettre sous le sapin. Comics, mangas, romans graphiques, la BD érotique conjugue fantasmes et divertissement. A travers un dessin les auteurs et autrices font monter la température. Il y en a pour tous les goûts : BD historiques, de science-fiction, sadomasochistes ou sur l’intimité des couples.

18/12/2020, 09:55

ActuaLitté

Marseille : Actes Sud cédera la librairie du MuCEM à Arteum, “une perspective adaptée”

En janvier 2013, le groupe Actes Sud remportait l’appel d’offres concernant le MuCEM — Musée des civilisations de l’Europe et de la méditerranée de Marseille. En juin de cette même année, la boutique-librairie allait être associée à la librairie Maupetit, propriété du groupe depuis 1998. Mais la concession changerait prochainement de mains, dans le cadre d’un AOT qui bénéficierait à la société Arteum, spécialisée dans les boutiques de musées. 

17/12/2020, 15:45

ActuaLitté

Culture : “La logique et la cohérence des décisions nous échappent”

Ouvertes au public depuis le 28 novembre, au même titre que les librairies, les bibliothèques et médiathèques font partie des équipements culturels qui ont échappé à la prolongation de la fermeture sanitaire jusqu'au 7 janvier prochain, au moins. Une exception que questionne l'Association des Bibliothécaires de France (ABF), dans un texte publié ici dans son intégralité.

17/12/2020, 11:39

ActuaLitté

Les artistes-auteurs appellent le gouvernement à l'aide

Dans cette crise sans précédent du secteur de la culture, la quasi-totalité des organisations d’auteurs, toutes disciplines confondues, s’unit pour parler d’une même voix sur les questions essentielles qui les rassemblent. « La culture pèse plus lourd dans notre PIB que l’industrie automobile. C’est l’un des moteurs de l’économie française et il repose en premier lieu sur le travail des créateurs », rappellent ainsi 36 organismes, dans un appel global.

15/12/2020, 15:34

ActuaLitté

Étude : les Français et la lecture pendant le premier confinement

Trois organismes du secteur du livre, la Sofia, le SNE et la SGDL, ont commandé à l'institut Médiamétrie une étude consacrée aux pratiques des Français en matière de lecture pendant le premier confinement, celui du printemps 2020. Il en ressort un attachement certain pour l'activité, avec une volonté de tester d'autres manières de lire.

14/12/2020, 16:43

ActuaLitté

Auteurs : pour en finir avec les outils de facturation sans existence légale

Les artistes seraient-ils·elles au-dessus des lois ? Formeraient-ils·elles une catégorie de citoyens et citoyennes à part, trop créatifs et créatives pour s’accommoder des règles ou s’acquitter de leurs tâches administratives ? C’est ce que semble vouloir démontrer une tribune signée par le président de la Société des gens de lettres, et publiée ce mercredi dans les colonnes de Livre Hebdo. La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse réagit vivement à cette publication. 

14/12/2020, 10:13

ActuaLitté

Les impôts contre les papillons : auteur, contribuable comme un autre

Récemment, Christophe Hardy, président de la Société des Gens de lettres, élu en mai dernier, a fait vrombir. Fin novembre, le ministère de la Culture exposait les conclusions de la mission Fiscalité, touchant aux revenus des artistes-auteurs. Pour les facturations qu’un auteur peut effectuer, une zone grise manifestement confortable existe — arrangeant certains, en dérangeant beaucoup d’autres. Frédéric Maupomé, écrivain et scénariste intervient ici en réponse à la tribune et aux étonnants propos du président de la SGDL dans Livres Hebdo.

12/12/2020, 10:33

ActuaLitté

ActuaLitté, un nouveau média pour le livre

Penser/Classer. Inutile d’avoir lu Georges Perec pour imaginer les difficultés qu’implique une tentative pour ordonner le monde autour de soi. Ces derniers mois, du fait de la pandémie et malgré le cocooning à domicile, la rédaction n’a pas chômé. Dans une délicate exaltation, nous avons mené à bien un des projets qui nous tenait à cœur. 

11/12/2020, 07:12

ActuaLitté

“Le CSPLA a-t-il oublié que le droit d’auteur est avant tout le droit des auteurs ?”

Auteur-illustrateur œuvrant en littérature jeunesse, Henri Fellner se présente volontiers comme n’étant « pas le plus énervé des énervés ». Au contraire même. Pourtant, à la découverte des organismes chargés de représenter les professionnels au sein du CSPLA, un doute l’a envahi. 

Comme un sentiment de fermeture du système, et d’asphyxie, alors que ce Conseil est supposé éclairer les décisions et orientations du ministère de la Culture, et de sa locataire, Roselyne Bachelot. Alors, il a décidé d’écrire une lettre, qu’il a également confiée à ActuaLitté.

 

10/12/2020, 10:46

ActuaLitté

Elena Ferrante et les 40 coups de bâton pour 20 Minutes, Figaro, RTBF

Les cons d’Audiard avaient cela pour eux qu’on les reconnaissait à leur audace sans borne : il en apparaît une espèce plus sournoise, celle dont le sentiment d’impunité, — doublé d’un « on sait jamais sur un malentendu ça peut passer » — sévit sur la toile. On l’appelle également la race des « vas-y on s’en fout », au prétexte que sur internet, personne ne vous entend crier.

10/12/2020, 09:46

ActuaLitté

Michèle Benbunan : avec Vivendi, Editis “est présent dans tous les univers médias”

« Voilà un an, Editis était place d’Italie, avec une fin d’année marquée en France par de nombreux évènements, très perturbants pour l’activité... » Michèle Benbunan, directrice générale du groupe aux 49 maisons d’édition, boucle une première année dense. Elle revient avec nous sur ces 12 mois passés.

07/12/2020, 11:27

ActuaLitté

La lecture, loisir le plus pratiqué par les enfants de 9 ans durant le confinement

Dans quelques années, on se souviendra de cette étrange période avec quelques souvenirs flous : avions-nous réellement été enfermés, durant un confinement mondial ? Pour les enfants, dont 98 % restèrent chez eux, cette période eut des répercussions sur le travail et les loisirs. Le ministère de la Culture a procédé à une enquête, portant sur les jeunes de 9 ans.

07/12/2020, 09:38

ActuaLitté

“Ouverture immédiate, non négociable et radicale des lieux de culture”

Dans l’urgence et suite à la décision gouvernementale d’ouvrir les lieux de culte avant ceux de culture, dans un contexte de répressions policières et de régression des libertés publiques et sociales, la Cave Poésie, haut lieu du théâtre vivant fondé par René Gouzenne, a décidé de demander l’ouverture immédiate, non négociable et radicale des lieux de culture. 

30/11/2020, 14:30

ActuaLitté

Des festivals de BD menacés, en 2021, par Livre Paris et le FIBD

L'année 2021 sera encore marquée, pour les événements publics, par la crise du coronavirus et les mesures sanitaires. Deux festivals importants, Livre Paris et le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, se sont adaptés en déplaçant leurs événements en juin 2021. Mais ils menacent d'autres festivals, notamment Lyon BD et les Rendez-Vous de la Bande Dessinée d’Amiens. Les directeurs de ces événements, Mathieu Diez et Pascal Mériaux, signent une tribune adressée aux pouvoirs publics.

27/11/2020, 10:39

ActuaLitté

Le fonds de formation continue des auteurs en état de “paralysie financière”

Plusieurs organisations représentant les auteurs s'alarment de l'état préoccupant du fonds destiné à financer la formation continue des auteurs. Depuis la mi-novembre, ce fonds, géré par l'AFDAS, ne serait plus en capacité de financer des formations, à une période où les auteurs sont pourtant amenés à acquérir de nouvelles compétences pour assurer l'avenir de la création. Nous reproduisons ci-dessous l'intégralité du message des organisations.

26/11/2020, 16:18

ActuaLitté

Dans quelle France empêche-t-on des enfants hospitalisés de lire ?

Lors de son allocution du 28 octobre, Emmanuel Macron indiquait que le pays replongeait : d’abord dans la pandémie, ensuite dans les contaminations, enfin dans le confinement. Triple peine. Une nouvelle salve douloureuse pour les citoyens, après l’accalmie estivale. Mais il fallait préserver le milieu hospitalier d’une crise approchant.

18/11/2020, 16:48

ActuaLitté

Les libraires des Pays de la Loire prennent le virage de la vente en ligne

ENTRETIEN – Les librairies des Pays de la Loire opèrent une transition numérique majeure, avec ce second confinement. L’association au service des librairies indépendantes des Pays de la Loire, ALIP, a observé un envol des chiffres de vente liés au click and collect.

17/11/2020, 16:32

ActuaLitté

Carl Norac : “ L’exception culturelle française est morte”

Une lettre ouverte sur les librairies fermées en France. Et une triste annonce de décès : l’exception culturelle française est morte. 

Pendant vingt ans en France, j’ai vécu souvent grâce aux Salons du livre, deux en moyenne par mois, bonheur non confiné qui me manque du contact avec lecteurs, adolescents, enfants, enseignants, bibliothécaires et libraires. 

16/11/2020, 14:35

ActuaLitté

Pigeon Pigeon : plus drôle qu'un dîner de cons

JEU DE SOCIÉTÉ – Ça roucoule sec dans les chaumières : Pigeon Pigeon, jeu autoédité avec brio, propose d’exercer son imaginaire et de lui lâcher totalement la bride. Entre mises effrénées et bluff façon poker face, voici de quoi contenter votre penchant pour les fake news. Et les gros bobards, plus généralement.

14/11/2020, 14:20

ActuaLitté

Bye bye Amazon : “Il en va de la responsabilité de chaque éditeur”

Zones sensibles est une maison d’édition belge de taille modeste, qui publie des ouvrages de sciences humaines. Elle a décidé de ne plus vendre ses ouvrages chez Amazon à partir de novembre 2020, et s’en explique dans cette tribune qui détaille par ailleurs quelques chiffres clefs sur l’économie du livre et sur l’importance des librairies indépendantes qui soutiennent la maison d’édition.

10/11/2020, 14:45

ActuaLitté

Le livre et La Poste : 12 années de lutte pour des frais postaux décents

« Tarif postal pour le livre. Les petits éditeurs : premiers concernés, encore oubliés. » Le constat semble évident, alors que les libraires mêmes doutent désormais du bien-fondé de la mesure. Initiée par Roselyne Bachelot pour favoriser la vente à distance, la réduction des frais postaux n’intervient que sous la forme d'un remboursement — dont on ignore combien de temps il prendra. 

09/11/2020, 10:23

ActuaLitté

“L'univers de Pagnol représente la vie normale, celle qu'on ne peut avoir en ce moment”

Après avoir adapté en bandes dessinées les quatre ouvrages du cycle des Souvenirs d’enfance, les éditions Grand Angle poursuivent leur entreprise : en tout, 15 bandes dessinées sont déjà sorties dans la collection. C'est à présent avec la pièce Marius que la maison poursuit son travail autour de l'oeuvre de l’écrivain provençal. À l’occasion de la sortie du second volume de la série, nous nous sommes entretenus avec Nicolas Pagnol, petit-fils de Marcel, et garant des ayants droit de l’œuvre familiale. 

05/11/2020, 16:02

ActuaLitté

Livres et librairies : tout et son contraire, pourvu que l'on parle fort

Oui nous sommes confinés. Tentons de ne pas être des cons finis. Le débat a fait rage, le lobbying fut actif. Résultat des courses ? Tout le pays a la nette impression qu’en France on ne peut plus acheter de livres. Il n’y a rien de plus faux. En revanche, ô infortune, il nous faut fournir plus d’efforts pour les obtenir. Las ! n’est-ce donc que cela ?

05/11/2020, 10:04